Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2011

Fukushima/2012: Contamination radioactive de la chaîne alimentaire planétaire

De quoi se faire du souci, si nous ne nous réveillons pas !


Fukushima/2012: Contamination radioactive de la chaîne alimentaire planétaire 

En août 1945, alors que le Japon s’était militairement effondré, la mafia globaliste des prédateurs militaro-industriels initia la 3 ème guerre mondiale en détruisant les vies de centaines de milliers de civils Japonais en l’espace de quelques secondes. Les deux bombes atomiques, lâchées sur Hiroshima et Nagasaki, annonçaient une guerre totale et génocidaire à l’encontre de l’humanité entière avec la radioactivité comme arme de destruction massive. Le désastre nucléaire de Fukushima-Daiichi constitue une crise aiguë dans cet empoisonnement radioactif chronique de l’espèce humaine, et de toute la biosphère, qui perdure depuis 66 ans.

Aujourd’hui, sept semaines après le tsunami du 11 mars 2011, la situation des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi se dégrade inexorablement. Le 28 avril, TEPCO annonçait que la radioactivité ambiante était de l’ordre de 1220 millisievert/heure, ce qui correspond à quasiment 10 millions de fois la dose radioactive artificielle admissible en France (1 millisievert/année). TEPCO, réputé pour ses mensonges outranciers depuis le début de la crise, commence à préparer le monde entier à l’éventualité, plus que probable, de son incapacité à contrôler cette catastrophe nucléaire en 9 mois, ainsi que son carnet de route le stipulait. Certains réacteurs sont en fusion totale (et ce, depuis le premier jour), les fuites sont permanentes, les risques d’explosion sont plus que plausibles, etc, etc. Alors que les émissions d’isotopes de césium 137, de strontium 90, d’iode 131, de plutonium 239… contaminent en permanence l’atmosphère et l’océan, la presse Occidentale, aux ordres de la mafia globaliste, qualifie la situation de stable, ou d’ailleurs ne la qualifie plutôt pas, afin de ne pas paniquer les foules et surtout de ne pas courroucer le gang nucléaire. La situation est effectivement stable: la pollution radioactive de Fukushima pourrait durer de longues années à moins que de nouvelles explosions catastrophiques lui confèrent une tournure beaucoup plus abrupte. Le nord du Japon aurait déjà dû être évacué. A quand l’évacuation de Tokyo et de la totalité du Japon?

Aux USA, le plutonium 238 et le plutonium 239 sont apparus à partir du 18 mars: en Californie et à Hawaï, ils furent respectivement 43 fois et 11 fois plus élevés que le niveau maximal répertorié durant les 20 dernières années. En mars, l’eau de boisson de San Francisco contenait 181 fois la dose admissible d’iode 131. Le 4 avril, l’eau de pluie de Boise dans l’Idaho contenait 80 fois la dose admissible d’iode 131 ainsi que du césium 137. En début avril, le taux de césium 137 dans les sols, près de Reno dans le Nevada, était 30 fois supérieur à la dose admissible. Egalement en avril, on a retrouvé dans de très nombreuses régions des USA, du césium 134, du strontium 89, du strontium 90 et même de l’américium et du curium. Tous ces isotopes radioactifs se sont également déposés en Europe et si on ne les trouve pas, c’est qu’on ne les cherche pas.

Avant la fin de l’année 2011, tous les sols de la planète seront inexorablement contaminés par l’irradiation quotidienne et permanente des réacteurs de Fukushima. Il en sera de même pour les océans et les nappes phréatiques. C’est alors que les isotopes radioactifs de Fukushima vont entamer un long processus de bioaccumulation en remontant les divers échelons de la chaîne alimentaire. En 2012, la totalité de la chaîne alimentaire planétaire sera radioactive et donc hyper-toxique pour la santé humaine.

Mais pas de panique! L’alimentation humaine est déjà issue d’un environnement éminemment toxique et l’agriculture chimique moderne constitue, intrinsèquement, une arme de destruction massive de par sa capacité à produire, en masse, des aliments hautement empoisonnés. La mafia globaliste adore la diversité, surtout la nécro-diversité des stratégies d’empoisonnement de l’humanité et de la biosphère. La sainte trinité de leur théologie de l’annihilation se décline comme suit: Cancer, Mutation, Stérilité ou, selon la terminologie usitée dans les nombreux ouvrages du Professeur cancérologue – et lanceur d’alerte - Dominique Belpomme, des pathologies CMR, à savoir Cancérigènes, Mutagènes et Repro-toxiques.

La troisième guerre mondiale nucléaire, lancée en 1945, s’est dotée de tout un arsenal d’armes génocidaires:

- Des réacteurs nucléaires. Ils sont au nombre de 1450 et leur finalité première n’est pas de produire de l’énergie “civile” mais bien plutôt de produire du plutonium à usage militaire. On sait pertinemment, depuis les années 70, que la filière nucléaire n’est pas rentable: elle consomme plus d’énergie qu’elle n’en produit et la facture n’inclut évidemment pas les centaines de milliards de dollars, ou d’euros, liés à la gestion des accidents et des pathologies permanentes qu’elle génère. La finalité primordiale des centrales nucléaires, dans le monde entier, est de produire du plutonium et de l’uranium appauvri à des fins de destruction humaine. (Nous renvoyons les lecteurs à un rapport de la CIA, récemment présenté sur le site de Next-up, qui met parfaitement en exergue les triangulations “au plutonium” entre la France (EDF, Cogema/Areva, CEA), le Japon et les USA. Toutes les centrales nucléaires émettent en permanence de la radioactivité: en termes techniques, elles fuient. De nombreuses études le prouvent. Il n’est que d’étudier la carte des régions où le cancer du sein et le diabète prévalent aux USA: ces régions se situent toutes dans un rayon de 150 km autour d’une centrale nucléaire. Une telle étude comparative serait impossible en France pour la bonne raison qu’il n’existe pas de région qui ne soit pas sous les fuites (et donc sous la déflagration-détonation potentielle) d’une centrale nucléaire! La France est le pays le plus nucléarisé au monde grâce à une entente parfaite entre tous les gouvernements qui se sont succédés (de toutes couleurs politiques confondues) depuis 1956 et le gang nucléaire (EDF, Cogema/Areva, CEA).

- Des déchets radioactifs. Jusqu’en 1982, ce sont “officiellement” 100 000 tonnes environ qui furent plongées, dans des containers en béton, au plus profond des océans. Mais, en fait, pas si profondément dans la mesure où certains réapparurent, au gré du tsunami de 2006 en Indonésie, pour venir s’échouer sur les côtes de la Somalie, provoquant la mort rapide des pécheurs de ce pays. Quel est l’impact des déchets radioactifs sur la vie marine de la planète Terre? Ni vu, ni connu. Depuis une trentaine d’années, les déchets radioactifs sont “retraités”: mais que l’on se rassure, les fonds de pension nucléaires n’ont pas été engloutis dans le plus grand hold-up financier de l’histoire humaine qui prévaut depuis 2008. Les déchets radioactifs jouissent d’une retraite prospère et paisible dans des ogives nucléaires (il en existe encore quelques dizaines de milliers dans l’air, dans les mers et sur terre), dans le combustible MOX (contenant 7 % de plutonium) des centrales nucléaires de France et du Japon; parfois, ils se baladent sur les routes de l’Europe et parfois même encore ils se prélassent dans des piscines sur les terrasses de certains réacteurs nucléaires. En attendant la Vague!

- Les bombes à “uranium appauvri”. Elles sont qualifiées de “bombes sales des riches” par Paolo Scampa. Contrairement à ce que la sémantique pourrait laisser entendre, elles constituent des armes terrifiantes de destruction massive. L’opération “humanitaire” en Libye, orchestrée par l’OTAN et les USA – et dont la finalité est de voler le pétrole, l’or et les ressources financières du peuple Libyen (et de déstabiliser la zone) – a déjà lâché des milliers de bombes à uranium appauvri, dites de quatrième génération, sur le territoire Libyen. Les bombes à uranium appauvri ont été utilisées pour la première fois par Israël dans la guerre du Kippour (octobre 1973) contre l’Egypte. Elles furent ensuite utilisées au Liban, par Israël, et en ex-Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan et en Libye par les USA et diverses “coalitions” Occidentales. Elles furent également utilisées par Israël à Gaza (enquête de l’association ACDN). Les bombes à uranium appauvri génèrent cancers, mutations et stérilités dans ces pays-mêmes ou chez les militaires participant aux opérations humanitaires. Ainsi, aux USA, une étude a porté sur 631 174 militaires vétérans de l’Irak: 87 590 souffrent de pathologies musculaires et osseuses, 73 154 souffrent de pathologies mentales, 67 743 souffrent de pathologies indéfinissables, 63 002 souffrent de pathologies gastro-intestinales, 61 524 souffrent de pathologies neuronales, etc, etc. Nous convions tous les promoteurs de l’atome civil et nucléaire à consulter les sites internet présentant des photos d’enfants difformes (et c’est un euphémisme) nés en Irak, en Afghanistan, à la suite des guerres humanitaires et libératrices, ou en Ukraine, à la suite de Tchernobyl. Les bombes à “uranium appauvri” libèrent des isotopes dont la demie-durée de vie est de 2,5 milliards d’années, c’est à dire qu’il en subsistera encore dans 24 milliards d’années.

- Les “essais” nucléaires. Contrairement à ce que la sémantique pourrait laisser entendre, ce sont des explosions en bonne et due forme. Depuis 1945, il y en a eu plus de 2050 dans l’atmosphère et dans le sol. La plus grosse fut de création Russe et sa puissance fut de plus de 3000 fois celle d’Hiroshima. En 1963, voyant que le Président John Kennedy souhaitait faire voter une loi interdisant ces essais atomiques dans la Nature, la clique militariste US en fit exploser 250 en une seule année, à savoir presqu’un par jour.

- L’agriculture moderne chimique. Cette agriculture recouvre la quasi totalité des pays Occidentaux et une grande partie des pays dits émergents ou en voie d’occidentalisation. Elle utilise des fertilisants de synthèse et toute une panoplie d’armes de guerre – les pesticides – destinées à lutter contre les champignons, les herbes, les insectes, les nématodes, etc, et qui sont qualifiées de fongicides, d’herbicides, d’insecticides, de nématocides, etc. Cette agriculture de guerre, ou agriculture mortifère, produit des aliments-poisons qui génèrent une pléthore de pathologies cancérigènes, mutagènes et repro-toxiques. D’ailleurs, un agronome a autrefois comparé les fertilisants agricoles, de la chimie de synthèse, à des mini bombes atomiques à usage agricole – ou plutôt, sous couvert d’usage agricole, à but génocidaire. L’agriculture moderne chimique a également recours à des semences modifiées génétiquement par Monsanto, et autres multinationales criminelles. Ces semences chimériques, et les récoltes qui en sont issues, peuvent également être considérées comme de mini-bombes qui sèment le chaos dans l’organisme humain et animal ainsi que de nombreuses études récentes l’ont prouvé.

- L’industrie chimique. En sus de produire des cocktails de poisons pour la “paysannerie”, cette industrie a créé des dizaines et des dizaines de milliers de produits chimiques dont la majorité, pour employer l’expression consacrée, sont de véritables bombes. Certains de ces produits chimiques possèdent des appellations diverses et variées: vaccins, remèdes allopathiques, adjuvants alimentaires, sucres de synthèse, etc, etc.

- Les technologies de la communication, de la prévention médicale et de la “lutte anti-terroriste”. Dans ce fourre-tout high-tech, nous pourrions mentionner la téléphonie mobile de troisième et de quatrième générations, les systèmes WIFI, les radioscopies à usage médical, les body-scanners dans les aéroports, etc. Nous renvoyons le lecteur à une étude récente du Suisse Daniel Favre sur les pathologies des abeilles issues des interférences électromagnétiques de la téléphonie.

Pour résumer cette situation génocidaire, les psychopathes déments et criminels ont recours à deux types d’opérations spéciales pour détruire le génome humain et éradiquer une grande partie de l’espèce humaine. La première consiste à générer de la contamination radioactive directe par le biais de technologies nucléaires: essais nucléaires dans l’atmosphère et dans le sol, réacteurs nucléaires civils, réacteurs nucléaires militaires pour la recherche et la production de plutonium, bombes à uranium appauvri et non-gestion des déchets radio-actifs. La seconde consiste à ruiner le système immunitaire par une contamination radioactive indirecte, sournoise et quotidienne: aliments-poisons, vaccins, remèdes allopathiques, téléphonie mobile, etc, etc.

Et pour couronner le tout, le Codex Alimentarius, créé en décembre 1961 sous l’égide de l’OMS et de la FAO, constitue la cerise, haute en couleur mais létale, sur le gros gâteau nucléaire. On ne peut qu’admirer le raffinement de la stratégie de la mafia globaliste: depuis 1945, le complexe militaro-industriel détruit l’humanité et la biosphère tout en mettant en place une organisation internationale, le Codex Alimentarius, qui est supposée protéger les peuples. Et que fait le Codex Alimentarius pour protéger les peuples: il prend ses ordres des multinationales biocidaires pour imposer les semences chimériques, les fertilisants de synthèse, les pesticides, etc, et pour imposer, à terme, “l’irradiation” (radioactive) de tous les aliments!

Répétons, une nouvelle fois, que le Codex Alimentarius dépend de l’OMS, une branche du machin Onusien, qui pourrait tout autant s’appeler l’Organisation pour les Mutations et la Stérilité. Rappelons que les mafieux de l’OMS ont signé un traité secret de non-agressivité, en 1959, avec les mafieux de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique). La capacité de nuire de l’AIEA est grandissime. Ces criminels osent encore parler de quelques dizaines de décès, ou au plus de quelques milliers, à la suite de Tchernobyl, alors que le rapport de l’Académie Nationale des Sciences, paru aux USA en novembre 2009, affirme qu’entre 1986 et 2004, ce sont 950 000 personnes qui sont décédées, dans le monde, des suites de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Et nous sommes en 2011.

L’imposition inexorable du Codex Alimentarius, depuis 1961, va aboutir, à très court terme (c’est demain) à la suppression pure et simple de tous les compléments alimentaires et de toutes les plantes médicinales qui permettent à l’humanité de se protéger, ou de se soigner, des effets destructeurs de la radioactivité ou de toute autre forme de pollution agricole, médicale ou industrielle. L’interdiction de ces substances entraînera, faut-il le préciser, la suppression de la majorité des alternatives médicales, et c’est bien sûr ce que souhaite l’OMS totalitaire qui tente, depuis des dizaines d’années, de criminaliser toutes ces thérapies dites alternatives. L’OMS préfère promouvoir, pour traiter le cancer qui est devenu “épidémique”, la chimiothérapie et la radioactivité: on vit une époque formidable.

La boucle est bouclée. La mafia globaliste empoisonne l’humanité et, par le biais du Nécro-Codex Alimentarius, l’empêche de se soigner avec des thérapies alternatives et naturelles. Cela fait de nombreuses années que nous avons lancé l’alarme mais cela roupille dans les chaumières. Le Canada a déjà fait passer son décret C 51. Deux états des USA viennent de faire passer des lois criminalisant toutes les thérapies alternatives. La semaine passée, dans l’Oregon, la FDA (le Ministère de l’agriculture et de la santé aux USA) a lancé un raid, protégé sur ses arrières par 80 policiers lourdement armés, sur une petite société en activités depuis plus de 20 ans, Maxam Nutraceutics, produisant des “compléments alimentaires” pour soigner l’autisme (devenu endémique aux USA et en Europe grâce à la pollution radioactive et aux vaccins au mercure). Quant à l’Union Européenne, fidèle à ses fondement totalitaires et anti-démocratiques, elle se moque éperdument des peuples et roule pour les multinationales et le gang nucléaire: sous peu, elle aura fait passer à la trappe tous les compléments alimentaires et toutes les plantes médicinales, de même que toutes les préparations naturelles utilisées par les techniques d’agro-écologie. Et c’est cette même Union Européenne qui vient de multiplier les doses admissibles de radioactivité, dans les aliments, de 20 fois sous prétexte qu’il vaut mieux consommer des aliments radioactifs plutôt que de faire face à des pénuries alimentaires.

Le seuil minimal de radioactivité est une vaste escroquerie scientifique. Rappelons que, selon les experts en endocrinologie, il n’existe pas de dose minimale de contamination radioactive et que, de plus, les contaminations provoquées par de faibles doses sont souvent plus destructrices, pour le foetus humain, que les contaminations provoquées par de fortes doses.

Que faire? Dans un premier temps, mettre en place des techniques de décontamination des sols. Après Tchernobyl, il était interdit de vendre des fromages en Autriche; cependant, on s’aperçut rapidement que les fromages produits par des agriculteurs bios utilisant, depuis de nombreuses années, des apports de roches volcaniques (les zéolites) étaient strictement exempts de radioactivité. En effet, toutes les roches volcaniques de la famille des zéolites sont réputées pour leur capacité de bloquer les métaux lourds et les particules radioactives. Le futur de l’humanité passera par l’agriculture écologique. En effet, la première ligne de défense, à l’encontre des métaux lourds et de la radioactivité, c’est une vie microbienne prospère dans les sols et la présence d’humus et d’oligoéléments indispensables à la nutrition harmonieuse des plantes. Cette première ligne de défense est strictement absente dans la majorité des sols Européens qui sont morts, stérilisés, oxydés et dont les produits alimentaires ne font que générer, dans le corps humain, des radicaux libres facteurs de dégénérescence.

Il existe également des techniques de décontamination ayant recours à des champignons ou à des plantes pour “fixer” la radioactivité. Il n’est pas aisé de transformer un jardin ou un champ en champignonnière mais, par contre, il est beaucoup plus facile d’y planter des espèces végétales telles que le tournesol et le chanvre/cannabis. Certaines études ont mis en valeur que ces deux espèces végétales avaient été utilisées avec succès à la suite du désastre de Tchernobyl. La question reste de savoir comment recycler les plantes de décontamination. On pourrait proposer d’en organiser des collectes qui seraient expédiées vers l’Elysée ou vers les sièges d’EDF ou d’Areva. Le grand avantage du chanvre/cannabis, en tant que plante décontaminante, c’est qu’il permet aussi de confectionner des cordages très solides!

Car franchement, les peuples de la Terre en auront bien besoin de ces cordes le jour où ils érigeront des Tribunaux Planétaires pour juger tous les psychopathes et sociopathes, et les crapules en tous genres, qui ont transformé cette belle planète en une poubelle toxique et radioactive.

En effet, la première phase de décontamination serait, en toute logique, une phase de décontamination du tissu social car il ne sert à rien de décontaminer la biosphère si les prédateurs militaro-industriels continuent de l’empoisonner avec entrain. La décontamination du tissu social est un impératif urgent si l’on veut aider l’espèce humaine à passer le cap de cette extinction présente. Les prédateurs militaro-industriels doivent être neutralisés par tous les moyens imaginables. C’est alors qu’il sera possible de stopper toutes les centrales nucléaires, d’interdire l’agriculture chimique, de condamner toutes les multinationales biocidaires, d’éliminer toute la presse globaliste, de mettre fin au hold-up financier…

En bref, il nous faut promouvoir une insoumission totale aux Autorités qui fonctionnent dans un vide intégral d’autorité morale et spirituelle, le Nouvel Ordre Mondial. Lorsque leurs valets d’Etat seront neutralisés, les multinationales s’effondreront car elles ne subsistent que grâce à la corruption généralisée.

C’est cette corruption qui permet à TEPCO, au gouvernement Japonais et aux diverses Autorités Occidentales de mentir effrontément en prétendant que la situation à Fukushima est stabilisée et qu’il n’existe aucun danger radioactif pour les peuples de la planète qui sont maintenus, de force, dans l’ignorance la plus crasse. En France, qu’en est-il des ONGs auto-déclarées anti-nucléaires? Le Réseau Sortir du Nucléaire renvoie ses lecteurs vers le New-York Times pour des infos sur le statut des “réacteurs endommagés” de Fukushima. Soyons sérieux, les réacteurs ne sont pas endommagés, ils sont détruits et il serait plus authentique d’orienter les lecteurs anglophones vers des blogs dédiés à cette problématique plutôt que vers la grande presse US. On en viendrait presque à se demander pour qui roule le Réseau Sortir du Nucléaire depuis qu’ils en ont éjecté Stephan Lhomme qui vient de créer son propre Observatoire du Nucléaire. Quant à Greenpeace, les platitudes, sur son site, concernant Fukushima, sont pathétiques: la transcription des communiqués du gouvernement Japonais ne constitue pas de l’information, c’est de l’intox. Rappelons que Greenpeace, tout autant que le Réseau Sortir du Nucléaire, ont cautionné l’immense farce du Grenelle de l’Environnement, ce qui est déjà tout un non-programme nucléaire!

C’est en fait l’Association Next-up qui tente le plus sérieusement de présenter des informations, au jour le jour, en France. Nous conseillons aux lecteurs, également, le site de Jean-Pierre Petit dont les dossiers techniques et scientifiques sont toujours magnifiquement étayés. Quant à la Criirad, elle n’a pas présenté de nouvelles récentes depuis son communiqué du 12 avril. On conçoit aisément qu’il n’est pas facile pour de petites associations, sans moyens financiers, de tenter de percer le mur opaque du secret qui a été érigé autour de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi: ce n’est pas un sarcophage de béton qui a été érigé autour des réacteurs de Fukushima, c’est un sarcophage quasi-impénétrable de mensonges et d’intox. Qui a évoqué la forte probabilité qu’une explosion nucléaire, et non pas une explosion à l’hydrogène, a eu lieu dans le réacteur 3? Personne à part quelques physicienss ou ingénieurs nucléaires qui ne pratiquent pas la langue de bois: Leuren Moret, Arnie Gunderson, Chris Busby… Et aujourd’hui, 29 avril, le professeur Toshiso Kosako, mandaté par le gouvernement Japonais le 16 mars en tant que conseiller spécial nucléaire, vient d’annoncer sa démission, les larmes aux yeux, parce que, dit-il, «le premier ministre a ignoré les lois». Mais peut-être ne les connait-il pas lui-même?

La finalité de ce court article n’est pas de fomenter la peur ou la dépression: elle est de promouvoir la mise en place de techniques de dépollution et d’encourager les peuples à déclarer ouverte la chasse aux prédateurs militaro-industriels, la source toxique de tous leurs maux.

La crise de Fukushima, et la contamination subséquente de l’intégralité de la chaîne alimentaire planétaire, constituent une nouvelle invitation à oeuvrer en co-évolution avec la Terre-Mère. Il ne reste que peu de temps.

Dominique Guillet. Le 29 avril 2011.

Depuis 1999, l’Association Kokopelli lutte pour la Libération des Semences et de l’Humus. Nous nous engageons, présentement, à faire des recherches et à établir des protocoles au bénéfice des jardiniers afin de les aider à vivre et àcontinuer de jardiner dans un monde contaminé par la radioactivité. Toutes nos fiches techniques seront présentées sur le site ou sur le blog de l’association.

http://www.kokopelli-blog.org/?p=375


Petite banniere 400x50

 

19:01 | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

La blague de l'acte de naissance d'Obama

Sans commentaires, n'est-ce pas ?

 

La blague de l'acte de naissance d'Obama

http://www.youtube.com/watch?v=Pbp2tS7gBSU

Skyline, le film sorti en 2010. L'année 2011, l'année des ET ?

Nous ne serions pas étonnés que pour nous préparer au Projet Blue Beam et à l'instauration de l'Unique Religion Mondiale qui est la base même du Nouvel Ordre Mondial, une idéologique religieuse qui remonte à la civilisation sumérienne, et qui n'est donc pas une idéologie politique ou souhaitée pour quelques goinfres financiers souhaitant s'accaparer la Terre et ses richesses, les élites ne nous fassent pas des révélations sur l'existence des ET !

Comme vous l'avez compris l'échéance du 21 décembre 2012 est une échéance capitale pour les Illuminati-Reptiliens qui doivent avoir instauré l'Unique Religion Mondiale et le Nouvel Ordre Mondial avant cette date, après avoir éliminé les 2/3 de l'humanité.

Aussi ne faites aucune illusion et ne vous faites pas tromper par les rumeurs qui circulent sur ce projet, selon lesquelles les Illuminati-reptiliens voudraient détruire les religions pour instaurer l'Unique Religion Mondiale qui est la base même du Nouvel Ordre Mondial.

Vous aurez ainsi la suprise d'apprendre que tous les chefs religieux sont d'accord depuis des millénaires pour instaurer cette Unique Religion Mondiale et que vous vous serez fait gruger durant des millénaires par les religions et l'apparente division de leurs chefs religieux.

Ce qu'ils recherchaient, c'était de produire la division entre les peuples pour instrumentaliser les guerres de religions à leur profit, et s'accaparer petit à petit tous les pays dont les dirigeants résistent ou résistaient à l'instauration du Nouvel Ordre Mondial.

Aussi la prochaine échéance électorale et présidentielle qui arrive en 2012,  notamment, en France, en Russie et aux USA déterminera si les Illuminati-reptiliens auront la supprématie sur les hommes et s'ils peuvent avoir le feu vert pour instaurer l'Unique Religion Mondiale et le Nouvel Ordre Mondial.

C'est le plus grand défi que l'humanité ait à relever depuis des millénaires pour ces échéances électorales qui seront sans doute manipulées et pour que l'humanité sache et fasse son véritable choix : abandonner la Terre et ses richesses entre les mains de ses prédateurs ou commencer à se battre dès maintenant pour les éliminer du milieu.

Pour ceux qui ont espéré longtemps la révélation sur l'existence des ET et des OVNIS, il va falloir qu'ils attendent encore un peu. Pourquoi ?

Les Illuminati-reptiliens ne sont pas fous de révéler ce secret prématurément pour sabrer leurs plans millénaires d'instauration de l'Unique Religion Mondiale et du Nouvel Ordre Mondial, avant que tous les pays récalcitrants au NOM ne soient pris et/ ou que des agents du NOM ne soient mis à leur tête.


Ensuite ils vous feront la révélation sur l'existence et la présence des ET qui est millénaire sur notre planète. Et vous apprendrez quoi ?

Que ce ne sont pas les hommes qui dirigent la planète, mais les Grands Gris Reptiliens (les hybrides humani-reptiliens) !

Est-ce que cela vous ferait plaisir de l'apprendre avant que l'Unique Religion Mondiale et le Nouvel Ordre Mondial n'aient été instaurés ?

D'où la nécessité d'imposer le secret défense et la censure sur le dossier ET et OVNIS.

Voir nos articles précédents sur ce sujet : ICI, ICI, ICI

 

Skyline

est le second film des frères Strause, après Alien vs. Predator – Requiem. Il s’agit d’un long métrage à petit budget, chose assez rare pour un film de science fiction tant les moyens nécessaires pour réaliser des effets spéciaux sont coûteux. Il s’agit d’un choix assumé par les 2 frères qui souhaitaient tourner un film dans lequel ils gardent un contrôle total. Ils ont donc auto financé une grande partie de Skyline.

Synopsis : Après une soirée bien arrosée, un groupe d’amis est réveillé par d’étranges lumières dans le ciel. Ils découvrent avec horreur de gigantesques vaisseaux extraterrestres surplombant les métropoles du monde entier. De puissantes sources lumineuses semblent aspirer les hommes par milliers… La stupeur passée, la fuite et la résistance s’organisent. L’humanité est-elle condamnée à disparaître ? (Allociné)

Skyline, Greg Strause, Colin Strause

Autant le savoir tout de suite, 2011 est l’année des aliens. Tous les studios ont décidé de produire un film sur les petits gris. Nos écrans auront tour à tour le droit à Skyline, World Invasion ou encore Super 8. D’autres films sont également à prévoir. Skyline est donc le premier d’une longue série…

Dès l’entame de Skyline, on nous jette à la figure tous les clichés des classiques du genre : un peu de La Guerre des Monde, saupoudré d’Independance Day et bien d’autres. Le scénario est des plus mollassons et il est très difficile, voire impossible d’entrer dans l’histoire et de se mettre à la place des personnages, tant le scénario est poussif. On suit une bande d’amis issus d’un milieu aisé, et tous les standards de la richesse qui vont avec (grosse voiture, bel appartement…).

Plusieurs aberrances ont ensuite lieu dans le scénario, à l’instar du fait que tout le monde regarde cette fameuse lumière bleue sans se méfier du danger, sauf bien sûr nos chers héros. La fin est quant à elle totalement ratée avec un passage dans la soucoupe volante (dans cette scène, plusieurs idées son reprises d’Alien). La scène finale est des plus épouvantables : l’action est coupée d’un coup pour nous faire patienter jusqu’à Skyline 2.

Skyline, Greg Strause, Colin Strause

Une mise en scène mal gérée peut être ajoutée aux lacunes du film : on s’ennuie souvent, puis soudain le rythme s’accélère jusqu’à devenir difficile à suivre. Malgré tous ces défauts, un point positif est tout de même à souligner : les effets spéciaux. Les aliens et leurs vaisseaux n’ont rien d’original, mais ils sont très bien réalisés. De plus, les scènes de combats et les plans de la ville assaillie par les petits hommes verts sont superbes. Pour un budget aussi minimaliste, c’est vraiment du bon travail.

SKYLINE - Video Bande-annonce VOST

http://www.youtube.com/watch?v=d_Wa-xXVyT8&feature=pl...

Petite banniere 400x50

 

18:28 | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Le projet Seal: la bombe à tsunamis. Projets Haarp, Pamir, Seal et les autres

Et s'ils venaient nous donner un petit coup de mains pour accélérer les cataclysmes et les tsunamis avant le 21 décembre 2012 ?

Pourquoi pas, puisqu'ils en ont les moyens y compris en Europe ?

Voir l'article précédent sur le Pamir : ICI

 

24 mars 2011 

 

Sur le web : Tsunami bomb NZ’s devastating war secret par Eugene Bingham

Des expériences classées top secret ont été menées au large des côtes d’Auckland en temps de guerre pour mettre au point une bombe à raz de marée, comme le révèlent des fichiers déclassifiés. Un professeur de l’Université d’Auckland détaché auprès de l’armée a déclenché une série d’explosions sous-marines de déclenchement d’ondes de raz-de-marée à la station expérimentale de Whangaparaoa (Nouvelle-Zélande) en 1944 et 1945.

Les travaux du professeur Thomas Leech ont été considérés si importants que les chefs de défense des États-Unis ont déclaré que si le projet avait été achevé avant la fin de la guerre, il aurait pu jouer un rôle aussi efficace que celle de la bombe atomique. Les détails de la bombe à tsunami, connue sous le nom de projet Seal, sont contenus dans les documents datant de 53 ans, (ndlr : 65 ans aujourd’hui) publié par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce de Nouvelle-Zélande. Ces Papiers estampillés « top secret » permettent de constater que les militaires américains et britanniques étaient avides des recherches du projet Seal et aussi de ses développements dans les années d’après-guerre. Ils ont même envisagé d’envoyer le professeur Leech à l’atoll de Bikini pour afficher les tests nucléaires américains pour voir quelles pourraient être toutes les applications de son travail. Cette visite n’a pas eu lieu, mais un membre du conseil américain des assesseurs des essais atomiques, le Dr Karl Compton, a été envoyé en Nouvelle-Zélande. « Le Dr Compton est impressionné par les déductions professeur Leech sur le projet de Seal et est prêt à recommander aux chefs d’état-major que toutes les données techniques de l’essai pertinent pour le projet Seal, il doit être mis à la disposition du gouvernement de Nouvelle-Zélande pour une étude plus approfondie par le professeur Leech, » dit une lettre de Juillet 1946 de Washington à Wellington. Le Professeur Leech, qui est mort dans son Australie natale en 1973, après avoir été le doyen de l’université de génie de 1940 à 1950. Il s’est vu décerné le titre de CBE en 1947 pour la recherche sur une arme qui a conduit à des spéculations dans les journaux du monde entier sur ce qui était en cours d’élaboration. Bien que de hauts officiers de Nouvelle-Zélande et des États-Unis s’est prononcé en faveur de la recherche, aucun détail de celui-ci n’a été divulgué parce que les travaux étaient en cours. Un ancien collègue du professeur Leech, Neil Kirton, a déclaré au Herald week-end que les expériences ont consisté à jeter un ensemble d’explosifs sous l’eau pour créer un tsunami. Des explosions à petite échelle ont été effectuées dans le Pacifique et à l’extérieur de la station de Whangaparaoa, qui à l’époque était contrôlée par l’armée. On ne sait pas ce qui s’est passé au projet Seal une fois que le rapport final a été transmis au quartier général de la Défense de Wellington, à la fin des années 1940. La bombe n’ayant jamais été testée sur une grande échelle, M. Kirton doute que les habitants d’Auckland n’aient remarqué les essais.

« Que cela ne puisse jamais être ressuscité … Dans certaines circonstances, je pense que cela pourrait être dévastateur. » Le rapport déclassifié par le gouvernement néozélandais (96 mégas) (impossible à télécharger pour nous)

http://www.decapactu.com/spip/article.php3?id_article=575

Par Eva R-sistons – Publié dans : Technologie folle

***

LIEN WIKI ( Anglais seulement)  : http://en.wikipedia.org/wiki/Project_Seal Project Seal ( also known as the Tsunami bomb) was a programme by the New Zealand military to develop a weapon that could create destructive tsunamis. This weapon was tested in Whangaparaoa off the coast of Auckland between 1944-1945. The experiments were conducted by Professor Thomas Leech. British and US defence chiefs were eager to see it developed and it was considered as important as the atomic bomb. It was expected to cause massive damage to coastal cities; it could have even been used with a nuclear charge. The weapon was only tested using small explosions and never on a full scale. After 4000 test explosions over a seven-month period, none of which generated an appreciable tsunami, the project was closed down when it was determined that there were errors in the theoretical basis of the plan. The top secret documents on Project Seal were only declassified in 1999. A copy of the declassified report is available to the public at the Scripps Institution Of Oceanography Library in San Diego, California. Portions of the report can be downloaded from the Center for UFO Truth in the Shared Documents section[1] [2][3].

http://www.centpapiers.com/le-projet-seal-la-bombe-a-tsun...

Petite banniere 400x50

 

17:17 | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Un centre d'alerte tsunami va voir le jour en France !

Un centre d'alerte tsunami va voir le jour en France
http://www.20minutes.fr/article/714141/planete-un-centre-alerte-tsunami-va-voir-jour-france

Une nouvelle carte redéfinit les zones de sismicité en France
http://www.20minutes.fr/article/715225/sciences-une-nouve...

Tiens, tiens !!

Y'aurait-il le feu à la maison par hasard à l'horizon des échéances cosmiques, du 28 octobre 2011 et du 21 décembre 2012,  et des explosions solaires prévues par les scientifiques pour s'accentuer au cours des années 2011/2012/2013.

Le gouverne-ment se réveille comme par hasard à la dernière minute.

Il était temps qu'il se réveille pour prévenir et protéger les populations ignorantes des risques qu'elles encourent et sur lesquels nous prévenons depuis l'année 2007, soit depuis 4 ans.

Regardez la date à laquelle le centre d'alerte tsunami sera opérationnel : juillet 2012 !

Ils se moquent de qui ?

Sans doute quand il sera trop tard pour certains.

Le Gouverne-ment, n'a jamais que quelques décennies de retard sur les évènement à venir et sur ceux qui se précipitent actuellement, du reste.

Mais il faut bien éliminer les 2/3 de la population mondiale pour les Agents du NOM, avant l'échéance galactique du 21 décembre 2012, n'est-ce pas ?

Comprenne qui pourra pour se préparer, sans attendre que les médias-menteurs ne viennent vous prévenir.
 
 

Un centre d'alerte tsunami va voir le jour en France

Créé le 27.04.11 à 19h08 -- Mis à jour le 28.04.11 à 12h49

CATASTROPHE - Il couvrira une zone allant des Açores à la Sicile...

Le sénateur Roland Courteau (PS) a annoncé mercredi 27 avril la création prochaine d'un CENALT (centre national d'alerte tsunami). Il couvrira à partir de juillet 2012 une zone comprise entre les Açores et la Sicile. Son fonctionnement sera assuré par le CEA sur son site de Bruyères-Le Chatel dans l'Essonne.

Il réceptionnera les mesures venues de 75 stations sismologiques, et 75 marégraphes, placées tout au long de ces zones côtières... Un budget de 14 millions d'euros a été débloqué pour la mise en place et le fonctionnement du CENALT, par les ministères de l'Intérieur et l'Ecologie. Grace à ce nouvel instrument, l'alerte tsunami pourra être donnée en 15 minutes, et l'information sera immédiatement transmise aux préfectures concernées.

Auteur d'un rapport sur le risque de tsunami en France en 2007 pour l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, le sénateur Courteau déplorait a cette époque «l'impréparation manifeste» du pays face a ce risque qu'il juge réel. Particulièrement sur la zone Méditerranée-Atlantique. «Depuis le 18e siècle, on dénombre 22 tsunamis en Méditerranée, dont un en 1979 qui a fait 11 morts entre Nice et Antibes.» En 1908 un séisme de magnitude 7,5 avait provoqué une vague de huit mètres de haut qui avait frappé le détroit de Messine, faisant 35.000 morts. L'activité sismique en Méditerrannée peut s'avérer intense, particulièrement au niveau de l'Algérie, en raison des mouvements de la plaque Afrique/Europe. Ce sont ces mouvements qui génèrent les tsunamis. «Il ne faut pas confondre la vague d'une tempête, et celle d'un tsunami, dont l'origine est toujours géologique.» L'élu reconnaît toutefois que les séismes relevés en Méditerrannée n'ont jamais atteint l'ampleur de celui du Japon

Trois sites pilotes

Un peu moins de 10% des tsunamis observés depuis le début du 20ème l'ont été en Méditerrannée, et à peu près autant en Atlantique, contre 76% dans l'océan pacifique. «Mais pas un bassin sur la planète n'est à l'abri du risque. Regardez l'océan Indien, où l'on avait relevé seulement 4% de tsunamis jusqu'en 2004 et cette catastrophe qui a fait 250.000 morts.»

D'autres centres d'alerte, en Italie et en Turquie, pourraient aussi voir le jour, ce qui permettrait de mettre en place un véritable réseau d'alerte régional sur le pourtour de la Méditerrannée.

Parallèlement, trois sites pilotes vont voir le jour. Ils serviront à «établir les scénarios de hauteur des vagues en fonction du contexte géographique. Une côte en pente douce est par exemple particulièrement propice à la création de très haurtes vagues». Ces trois sites se situeront dans le Golfe du Lion, dans le Var, et dans les Alpes-Maritimes entre Juan-les-Pins et Villeneuve-Loubet. L'un de ces trois sites sera également désigné pour «faire de la sensibilisation auprès de la population». Le sénateur insiste effectivement sur l'apprentissage aux bons comportements en cas de catastrophe. «Au Japon, 120.000 personnes ont sauvé leur vie car elles savaient exactement ce qu'il fallait faire une fois l'alerte donnée.» L'élu affirme que la France n'a elle «aucune culture du risque» et demande également qu'une «sensibilisation à ces phénomènes soit faite dans les écoles».

Si Roland Courteau se réjouit de la création de ce centre d'alerte, il regrette en revanche que la situation n'avance pas aussi vite pour la zone Outre-Mer, «une zone à risques». «L'Outre-Mer pourrait bientôt être couverte par le centre d'alerte d'Hawaï, mais pour l'instant nous ne dénombrons que quelques instruments de mesure...»

Mickaël Bosredon

http://www.20minutes.fr/article/714141/planete-un-centre-...

Voir aussi: Une nouvelle carte redéfinit les zones de sismicité en France


PARIS - Une nouvelle carte redéfinit les zones de sismicité en France
Créé le 29.04.11 à 09h18 -- Mis à jour le 29.04.11 à 13h26

PARIS - Une nouvelle carte de zonage sismique, qui entre en vigueur dimanche, redéfinit les zones où les risques de séisme sont les plus importants en France, même si elle reste un pays à sismicité modérée.

"Il n'y a pas de changement, avec la nouvelle carte plusieurs zones de sismicité ont été redéfinies, les zones de forte sismicité restent les Antilles et en métropole on trouve les zones avec un risque sismique moindre", a résumé un expert en risques naturels du ministère de l'Ecologie.

Sans lien avec la catastrophe nucléaire après le séisme et le tsunami du 11 mars à Fukushima, la nouvelle carte, qui remplace celle de 2005, divise le territoire français en 5 zones de risque croissant allant de très faible (1), faible (2), modéré (3), moyen (4), à fort (5).

La catégorie 5 s'applique exclusivement aux Antilles françaises, Martinique , Guadeloupe et îlots voisins, l'ensemble de ces territoires étant situés près de la frontière entre deux plaques tectoniques.

En métropole la zone 4 (rouge sur la carte) de sismicité moyenne inclut le sud de l'Alsace, le fossé rhénan ainsi que les massifs alpin et pyrénéen. Dans ces régions montagneuses, outre les effets directs d'un séisme sur les constructions, des mouvements de terrains potentiels peuvent aggraver le danger, selon le ministère.

Dans le cas des Hautes-Pyrénées, par exemple, la nouvelle carte au zonage plus précis, puisqu'à l'échelle communale, étend la zone rouge à 263 communes, contre 134 précédemment.

La zone 1 (blanche), où le risque est qualifié de très faible, comprend les bassins aquitain et parisien. Le reste de la France est classé en zone 2 et en zone 3 (faible à modéré)

L'objectif de l'exercice cartographique, entamé avec le "Plan séisme" lancé en 2005 après le tsunami qui avait dévasté les côtes de l'Océan indien le 26 décembre 2004, était d'intégrer les connaissances scientifiques accumulées lors des 20 dernières années. Cela a permis de modifier les calculs et de les harmoniser au niveau européen sous l'appelation Eurocode 8.

"Derrière cette nouvelle carte il y a surtout les normes de constructions parasismiques pour tout ce qui est bâtiments", selon le ministère.

Les sols sont classés en cinq catégories principales allant de A (sol de type rocheux) à E (sol mou) avec des exigences en matière de conception et construction des bâtiments neufs. Ces exigences elles-mêmes sont liées à l'importance des bâtiments dans leur usage social et de la zone de sismicité.

La construction d'un simple hangar sera libre de contraintes, alors que les immeubles d'habitation, de bureaux, centres de soins, de production d'énergie et de gestion de crise, par exemple, devront répondre à des normes strictes selon l'intensité du risque sismique de leur zone.

"Un bâtiment de gestion de crise aura bien entendu des normes beaucoup plus exigeantes avec le même niveau de sismicité qu'un bâtiment d'habitation normale", selon l'expert du ministère.

Les centrales nucléaires font, elles, l'objet d'études sismologiques particulières et relèvent de la réglementation des installations nucléaires de base, selon le ministère qui précise qu'il y a une analyse du risque sismique dès la conception de l'usine et au cas par cas.

Le site du ministère de l'Ecologie

Petite banniere 400x50

 

16:54 | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!