Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2014

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

La démocratie à géométrie variable selon les US/UE/Sionistes !

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

par Floréal

Jusqu’ici, quand un million de personnes manifestait à Paris pour défendre les retraites, notre libre presse et nos médias hyper-démocratiques déclaraient le lendemain « mobilisation en demi-teinte »… C’est fini, désormais, de TF1 à France Inter et de Libé au Figaro, on nous explique que 50 000 personnes à Kiev, encadrées par des paramilitaires, arborant les drapeaux européens et chantant des chants nazis, cela représente l’ « espoir de tout un peuple ». Bon à rappeler en temps utiles quand nous tenterons ici de manifester sur les Champs-Elysées, interdits depuis toujours aux manifs de prolos (faut pas rire, quand même !)…

Jusqu’ici, quand vous étiez chargés par les CRS à l’issue d’une manif de défense de l’emploi ou de la Sécu, ou quand vous affrontiez les flics dans les rues de Nantes parce que vous contestez l’Ayrault-port, vous étiez de la graine d’émeutier pratiquant la « violence urbaine ». C’est fini. Désormais, pourvu que votre but soit de frapper des communistes ou de réclamer – en anglais comme il se doit – « plus d’Europe ! », vous aurez le droit d’occuper des préfectures, de tirer sur les policiers, de renverser le gouvernement légal, d’incendier le mobilier urbain, d’abattre les statues qui vous déplaisent, d’interdire les partis que vous désapprouvez (en Ukraine, les « démocrates européens » ont interdit le PC ukrainien et le « parti des régions »). Si vous procédez ainsi, non seulement vous serez encensés par nos médias rose pâle et bleu-marial, mais vous recevrez la visite de Kerry, le soutien enthousiaste de Fabius, les déclarations urbi et orbi de BHL, l’homme qui à lui seul (ou presque…) a semé le chaos en Libye et en Afrique occidentale ; et tous ces hérauts de la Liberté trouveront tout naturel que vous disposiez de kalachs et que vous pilliez des dépôts d’armes puisque vous agissez « pour l’Europe » et pour l’ « Union transatlantique ». « Lebensraum », disait quelqu’un dans les années 30, « besoin d’aire » répond en écho le MEDEF, « élargissement de l’UE », pense en sourdine la Commission de Bruxelles… Car, voyez-vous, quand le sang coule pour l’U.E. atlantique, que ce soit à Belgrade, à Tbilissi ou à Kiev, demain à Minsk, cela s’appelle la  PAIX.

Les militants franchement communistes que nous sommes appelleront-ils pour autant à l’insurrection populaire immédiate en France contre cette « construction » européenne qui tue notre pays à petit feu avec la Kollaboration zélée du Parti Maastrichtien Unique ? Certes non ! car nous irions aussitôt en taule : l’appel à l’insurrection est en effet interdit par notre belle loi « républicaine » qui a oublié l’article 35 de la Constitution française de l’An I, inspirée par le « tyran » Robespierre : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Pour nos médias, cette phrase ne vaut que si on peut s’y référer pour faire tomber le Venezuela bolivarien, renforcer la tenaille militaro-politique contre la Russie, créer des troubles à Cuba, déstabiliser la Syrie, diviser la Bolivie et, prochainement sans doute, s’attaquer à la Biélorussie : qu’importent alors les « formes » démocratiques, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, que diable !

En réalité, s’agissant de la Franceurope, vous l’aurez compris, il faut inverser la phrase de Robespierre et la réécrire ainsi :

« quand le peuple conteste le gouvernement, la censure la plus totale et la répression la plus brutale sont, pour les eurogouvernants, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »…

http://www.initiative-communiste.fr/billet-rouge-2/vive-les-meutiers-racs-lest-mais-bas-les-manifs-populaires-chez-nous/

 

VIDEO. Hymne et drapeaux russes : la Crimée fête le "oui" à la Russie, et les USA atomisés par la Russie !

Vous remarquerez en bas de l'article que le journaliste de France TV, traite le présentateur vedette de la chaîne Russie 24, Dmitri Kisselev, comme étant considéré comme le maître de la propagande du Kremlin.

On rigole ! Comme si nous ne savions pas en France et ailleurs et que les merdias aux ordres, n'étaient pas les outils de la propagande mensongère des élites Illuminati !

L'hôpital qui se fiche de la charité !

En revanche, les US/UE/Sionistes devraient sans doute réfléchir avant d'avancer vers leurs plans démoniaques d'invasion des pays et d'instauration du Nouvel Ordre Mondial, au réel fait que :
"La Russie est le seul pays au monde capable de transformer les Etats-Unis en cendres radioactives",

Pour ce qui nous concerne, nous sommes persuadés qu'il n'est pas utile de menacer les USA d'une atomisation nucléaire, car la Russie a déjà une arme fatale à sa disposition qui déstabiliserait les USA-Israël et le Vatican, celle de dévoiler l'existence des ET-Reptiliens, les Grands blancs qui instrumentalisent en Secret le Gouvernement Occulte des USA et qui sont les réels promoteurs du Nouvel Ordre Mondial.

Ainsi toutes les fausses croyances dans les religions et dans les dogmes religieux et politiques, s'écrouleraient du jour au lendemain à la plus grande stupeur de l'Humanité.

Et c'est bien ce que les USA/UE/Sionistes et le Vatican craignent par dessus tout, avec la crise inventée de toutes pièces en Ukraine qui est en réalité une attaque dirigée contre la Russie. Les signes de cette attaque avaient commencé à pointer leur nez dès février 2013, quand la Russie avait demandé aux USA de révéler l'existence des ET autrement, ils le feraient. A suivre ------------

 

VIDEO. Hymne et drapeaux russes : la Crimée fête le "oui" à la Russie

Les Criméens se sont prononcés dimanche à une écrasante majorité en faveur d'une séparation de l'Ukraine et d'un rattachement à la Russie.

http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e7343f894a6f677b10...

(FREDERIC VION - FRANCE 2) Par Francetv info

Mis à jour le 17/03/2014 | 07:58 , publié le 17/03/2014 | 07:40

Un référendum aux allures de plébiscite qui plonge un peu plus l'Ukraine dans la crise. Les habitants de Crimée se sont prononcés, dimanche 16 mars, à une écrasante majorité en faveur d'une séparation de l'Ukraine et d'un rattachement à la Russie. Après le dépouillement de tous les bulletins de vote, 96,6% des votants ont dit "oui" à un retour de cette région autonome ukrainienne dans le giron russe, soixante ans après la cession de cette région à l'Ukraine par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev.

Ambiance festive à Simferopol, la capitale régionale

Dans la soirée, des milliers de personnes se sont réunies dans une ambiance festive sur la place Lénine de Simferopol, la capitale régionale, en brandissant des drapeaux russes et en chantant l'hymne national russe. Elan patriotique aussi à la télévision publique russe : "La Russie est le seul pays au monde capable de transformer les Etats-Unis en cendres radioactives", a lancé le présentateur vedette de la chaîne Russie 24, Dmitri Kisselev, considéré comme le maître de la propagande du Kremlin.

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/video-hymne-et-drapeaux-russes-la-crimee-fete-le-oui-a-la-russie_554033.html

 

 

17/03/2014

Crimée : Poutine a signé le décret reconnaissant l'indépendance de la Crimée

Et pendant que les nazis US-UE-Sionistes s’agitent avec leurs menaces de sanctions, Poutine signe le décret reconnaissant l'indépendance de la Crimée !

Cela veut dire en clair : causez  toujours, vous m’intéressez, mais moi, je ne fais que ce que je veux ! Un exemple de démocratie et de respect de la voix du Peuple de Crimée, et conformément à la Charte de l'ONU.

 

Poutine reconnaît l'indépendance de la Crimée

Dossier: L’avenir de la Crimée

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine

© RIA Novosti. Alexey Druzhinin

22:56 17/03/2014

MOSCOU, 17 mars - RIA Novosti

Le président russe Vladimir Poutine a reconnu lundi l'indépendance de la république de Crimée, a annoncé le service de presse du Kremlin.

"La Russie reconnaît la république de Crimée, où la ville de Sébastopol a un statut spécial, comme un Etat indépendant et souverain, compte tenu de la volonté du peuple de Crimée exprimée lors du référendum organisé le 16 mars 2014. Ce décret entre en vigueur le jour de sa signature", est-il indiqué dans le décret publié par le service de presse.

M.Poutine interviendra mardi, à 15h00 (11h00), devant les députés à la Douma (chambre basse du parlement russe), les membres du Conseil de la Fédération (chambre haute), les dirigeants des régions russes et les représentants de la société civile suite à la présentation par la république de Crimée et la ville de Sébastopol d'une requête sur l'adhésion à la Fédération de Russie.

http://fr.ria.ru/images/20073/99/200739934.jpg

© REUTERS/ Thomas Peter

Sur le même sujet

Multimédia

http://fr.ria.ru/world/20140317/200746244.html

 

 

Obama à Poutine : le référendum en Crimée « ne sera jamais reconnu »

Et les menaces des pantins continuent contre Poutine et la Russie !

On rigole, d'après Obama ce référendum serait contraire à la constitution Ukrainienne !

Ah bon ? Et les groupuscules nazis qui ont fomenté le coup d'état contre l'ancien président Ukrainien ont-ils respecté la constitution ?


Nous faisons le pari que non seulement Poutine annexera la Crimée mais qu'il essaiera de prendre l'Ukraine aussi, ce afin d'éviter qu'elle ne rentre pas dans l'UE et qu'elle soit placée sous la tutelle du FMI et de l'OTAN, qui n'hésitera pas à placer son bouclier anti-missiles aux portes de la Russie. De plus l'Ukraine est l'un des pays de transit du gaz russe vers l'Europe et gaz sur lequel  l'Allemagne et ses alliés corrompus de l'occident, n'hésiteront pas à faire main base, comme ils l'ont déjà fait sur l'or Ukrainien.

Petropolitik : la crise ukrainienne expliquée par les enjeux énergétiques

N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/petropolitik-crise-ukr...

 

 

Petropolitik : la crise ukrainienne expliquée par les enjeux énergétiques

N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/petropolitik-crise-ukr...
 

Petropolitik : la crise ukrainienne expliquée par les enjeux énergétiques

N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/petropolitik-crise-ukr...

 

Obama à Poutine : le référendum en Crimée « ne sera jamais reconnu »

 

Le Monde.fr avec AFP | 16.03.2014 à 19h01 • Mis à jour le 17.03.2014 à 00h13

 

Vladmir Poutine et Barack Obama, le 17 juin 2013 à Enniskillen, en Irlande du Nord.

 

Les pays occidentaux ont condamné le référendum organisé en Crimée dimanche 16 mars, au cours duquel 95 % des habitants ont exprimé leur souhait de rejoindre la Russie selon les premiers résultats officiels. 

 

Lire : Les Criméens plébiscitent le rattachement à la Russie

 

Dès la fermeture des bureaux de vote et l'annonce de ce plébiscite, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Simferopol et de Sébastopol, agitant des drapeaux russes pour fêter cette victoire jouée d'avance. Le Parlement de Crimée a annoncé qu'il allait demander lundi son rattachement à la Russie.

 

Pendant ce temps-là, les Etats-Unis ont officiellement rejeté un scrutin « contraire à la Constitution ukrainienne », organisé « sous des menaces de violences » de la part de la Russie, selon la Maison Blanche. « Les actes de la Russie sont dangereux et déstabilisants », a détaillé la présidence américaine dans un communiqué. 

 

ENTRETIEN ENTRE OBAMA ET POUTINE

 

Le président américain Barack Obama s'est entretenu dimanche soir au téléphone avec son homologue russe, Vladimir Poutine. Barack Obama a « insisté sur le fait que les actes de la Russie constituaient une violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine et que, en coordination avec nos partenaires européens, nous sommes prêts à imposer des coûts additionnels à la Russie pour ses actions », a rapporté la Maison Blanche.

 

« Le président Obama a souligné que le 'référendum' en Crimée, qui violait la Constitution ukrainienne et survenait sous la contrainte de l'intervention militaire russe, ne serait jamais reconnu par les Etats-Unis et la communauté internationale », a encore indiqué la Maison Blanche

  • Crimée : Moscou met son veto à une résolution de l’ONU

    Pas de surprise au Conseil de sécurité de l’ONU ce samedi autour du projet de résolution précisant que le référendum prévu en Crimée n’a “aucune validité”. Fort de son droit de veto en tant que membre permanent, la Russie, a bien sûr empêché l’adoption du texte, mais elle s’est vue isolée. Même la Chine, qui s’allie souvent à la Russie au Conseil de sécurité, n’a pas voté contre. Elle s’est abstenue. L’ambassadeur chinois a expliqué que son pays avait toujours respecté la souveraineté et l’intégrité territoriale des États”. Le projet de résolution américain était co-parrainé par une trentaine de nations, dont des pays européens et le Japon. Avec AFP

    0:47

 

Obama a également déclaré au président russe que la crise pouvait encore être résolue par la voie diplomatique, à condition que l'armée russe cesse ses « incursions » en Ukraine. Au téléphone, Vladimir Poutine a de son coté défendu un référendum « pleinement conforme au droit international ».

 

SANCTIONS CIBLÉES DÉCIDÉES À BRUXELLES

 

L'Union européenne a officiellement condamné dimanche le scrutin, le jugeant « illégal et illégitime », confirmant que des sanctions seraient décidées lundi. « Le résultat [du vote] ne sera pas reconnu », ont déclaré les présidents du Conseil européen et de la Commission, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, dans un communiqué commun.

 

Laurent Fabius, chef de la diplomatie française a dénoncé un vote « illégal ». « La France appelle la Fédération de Russie à prendre immédiatement des mesures qui permettent d'éviter une escalade inutile et dangereuse en Ukraine », a-t-il ajouté. La Grande-Bretagne a condamné un scrutin qu'elle qualifie de « farce de la pratique démocratique ». L'Italie a, elle, tenu à réaffirmer que « tous les canaux diplomatiques restent ouverts » à condition que « la Russie » « n'annexe pas la Crimée »

 

Les ministres des affaires étrangères se réuniront lundi et devraient s'entendre sur des sanctions ciblées, sous forme de gels d'avoirs et restrictions de visas, si la Russie n'engage pas rapidement une « désescalade » de la tension. Les ambassadeurs des 28 auprès de l'UE devaient se réunir dimanche en fin d'après-midi pour établir une liste de responsables russes et ukrainiens pro-russes visés par ces sanctions. Cette liste ne sera pas dévoilée avant la tenue de la réunion des ministres, lundi à 9 h 30.

 

Lire aussi notre éclairage : Les Vingt-Huit finalisent leur riposte au coup de force de Moscou en Crimée

 

Tous les pays européens ne sont pas convaincus de l'opportunité de ces sanctions. La Bulgarie notamment a exprimé ses réticences. « Avec quelques autres pays de l'Union européenne (UE), nous sommes parmi les moins intéressés par des sanctions », a déclaré le chef du gouvernement bulgare.

 

Pays voisin, la Roumanie s'est montrée très inquiète par la tournure du vote en Crimée. « Si nous acceptions un tel précédent, basé sur une intervention armée, les frontières en Europe et dans cette région voleraient en éclat », a déclaré le chef de la diplomatie roumaine, Titus Corlatean, dont le pays est voisin de l'Ukraine. « Nous avons le devoir d'être très fermes face à la Russie ».

 

RENFORCER LA PRÉSENCE DE L'OSCE

 

La chancelière allemande Angela Merkel s'est entretenue dans la journée par téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, à la demande de l'Allemagne. « Un échange constructif d'opinions a eu lieu au sujet de l'envoi possible en Ukraine d'une mission massive de l'OSCE [Organisation pour la séxcurité et la coopération en Europe] pour observer la situation », a rapporté le Kremlin. Depuis Berlin, la chancellerie a expliqué que Mme Merkel a proposé « que la présence actuelle de l'OSCE en Ukraine soit élargie rapidement et qu'un nombre plus important d'observateurs soient envoyés sur les points chauds, notamment à l'est du pays. Une telle décision devrait être adoptée avec une majorité aussi large que possible lors de la réunion du conseil permanent de l'OSCE à Vienne » qui se tient lundi.

 

 

16/03/2014

Crimée: la requête d'adhésion présentée lundi (officiel)

Une belle gifle pour les nazis qui mènent le monde à sa ruine !

 

Dossier: L’avenir de la Crimée

Crimée: la requête d'adhésion présentée lundi (officiel)
23:19 16/03/2014
SIMFEROPOL, 16 mars - RIA Novosti
La requête officielle d'adhésion à la Russie sera présentée lundi après l'énoncé des résultats officiels du référendum sur le statut de la Crimée, a fait savoir dimanche le vice-premier ministre criméen Roustam Temirgaliëv, cité par l'agence Kryminfo. 

"Demain à 10h00 (08h00 UTC), débutera une session du Conseil suprême de Crimée (parlement), lors de laquelle sera annoncé le résultat du référendum et adressé une demande d'adhésion à la Russie", a indiqué le responsable. 

Selon les sondages effectués à la sortie des urnes, près de 93% des électeurs ont voté pour l'adhésion de la Crimée à la Russie.  L'étude a été menée dans 150 bureaux de vote de la Crimée et dans 50 bureaux de Sébastopol auprès de 59.111 personnes.  

D'après le premier ministre criméen, Sergueï Aksenov, 85% des électeurs ont participé au référendum.

© REUTERS/ Vasily Fedosenko

Les Criméens ont été invités à répondre à deux questions: "Souhaitez-vous le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en qualité de sujet fédéral?" et "Etes-vous pour le rétablissement de la Constitution de la République de Crimée de 1992 et du statut de la Crimée au sein de l'Ukraine?". 

Peuplée principalement de russophones, la Crimée a été rattachée en 1954 à l'Ukraine qui faisait alors partie de l'Union soviétique. Il s'agissait d'une décision purement formelle, car le transfert de ce territoire a été effectué à l'intérieur du même Etat. Après la chute de l'URSS en 1991, la Crimée est restée au sein de l'Ukraine, mais a reçu le statut de république autonome. Conformément à sa première Constitution de 1992, la Crimée définissait ses relations avec l'Etat ukrainien sur la base d'accords bilatéraux .

http://fr.ria.ru/world/20140316/200735798.html