Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2014

Les Etats-Unis accusés d'avoir déclenché l'épidémie d'EBOLA...

Ils ne savent plus quoi faire pour empoisonner et décimer les peuples, quand ils n'utilisent les guerres génocidaires inventées de toutes pièces, ils fabriquent des vaccins comme armes biologiques ainsi que des virus qu'ils font muter dans les laboratoires militaires.

Il faut bien réduire la population mondiale à 500 000 personnes non ? selon les instructions portées sur les pierres de Goergia Guidestones sur lesquelles il a porté l'année 2014 ces derniers mois !

Surtout que nous savons que ce sont SOROS et Bill Gates qui financent soi-disant la recherche sur les vaccins et les virus.

Un docteur, et directeur de recherches, en phytopathologie accuse les Etats-Unis de faire des tests bactériologiques sur la population en Afrique de l'ouest.

https://www.youtube.com/watch?v=9ObPD-WwDck...

 

 

ONU : Lavrov stigmatise l’interventionnisme US

En effet, après quelques siècles de domination et de crimes insupportables, il serait temps que les US/Sionistes rentrent à la niche !

 

ONU : Lavrov stigmatise l’interventionnisme US

Même Monsieur et Madame Michu, que je croise tous les dimanches sur le marché, ont compris que les premiers fauteurs de troubles dans le monde étaient les Etats-Unis (Territoire indien occupé, Amérique du Nord). Le Daech est le fruit de leur politique au Moyen Orient depuis 70 ans : soumettre et casser les Etats de la région, pour légitimer leur annexe.

Si les Etats Unis avaient respecté le droit international, refusant l’assistance militaire à Israël qui viole même les résolutions du Conseil de sécurité, s’abstenant d’intervenir pour casser l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie, aurions-nous le Daech ? Oui, aurions-nous le Dach ? Si les US étaient restés dans leurs frontières, les Etats aujourd’hui en charpie seraient restés forts et capables d’assurer leur ordre interne. Le Daech est le fruit de la politique vérolée des US, assise dans une région où les ambassadeurs US ont un rôle plus important que les chefs de l’Etat. Cette politique répond à un seul objectif : pour justifier de casser la Palestine, reconnue par la SDN comme Etat depuis 1920, il faut casser tous les Etats de la région, revenir aux tribus du Moyen-Age, avec des puissances tutélaires qui tirent les ficelles.

Troops-Obama

Les populations du Moyen Orient sont bien en avance sur celles de l’Europe : elles ont compris qui est l’empire du mal. Si les Etats-Unis veulent rendre service à la région, ils n’ont qu’une chose à faire : dégager. Qu’ils se fichent le camp, et en recyclant leur budget militaire, ils pourraient créer une sécurité sociale qui permettrait de rompre avec leur régime de ségrégation par l’argent. Ça ne serait pas si mal.

Ces jours-ci, les petits enfants de Georges W. Bush, ceux qui bavent encore devant le slogan «  la guerre contre le terrorisme », n’ont pas branché les deux neurones qui leur restent. Dans la région, c’est-à-dire de la Palestine au Pakistan, du Soudan à l’Iran, il ne peut y avoir de solution durable qu’à la seule condition que les US dégagent et ne touchent plus à rien. C’est un ras-le-bol absolu. Toute frappe US est contreproductive. Toute aide militaire ou diplomatique US produit de violents anticorps, et pas un Arabe ne peut imaginer une issue incluant un rôle pour les US. Je lis encore qu’un de leur projet est de former des soldats arabes, et tout le brave monde applaudit. Mais imaginez-vous un Arabe rentrant à la maison en annonçant qu’il va libérer la région grâce à une formation miliaire US…

Alors que l’Assemblée générale des Nations Unies tourne au défilé des idées reçues, je dois saluer l’intervention de Sergueï Lavrov, le Ministre des Affaires étrangères de Russie, qui a clairement accusé samedi les Etats-Unis.

« Washington a déclaré ouvertement son droit à l’usage unilatéral de la force partout pour faire respecter ses propres intérêts. L’interférence militaire est devenue la norme, en dépit des mauvais résultats de toutes les opérations de puissance que les Etats-Unis ont menées au cours des dernières années ».

Selon Lavrov, la viabilité du système international a été fortement ébranlée par les bombardements de l’OTAN contre la Yougoslavie, l’intervention en Iraq, l’attaque contre la Libye et l’échec de l’opération en Afghanistan : « L’Occident est engagé dans une course vers une ‘structuration verticale de l’humanité’ adaptée à ses propres normes guère inoffensives. Après avoir déclaré victoire à la fin de la Guerre froide et annoncé la ‘fin de l’histoire’, les Etats-Unis et l’Union européenne ont choisi d’étendre la zone géopolitique sous leur contrôle sans tenir compte de l’équilibre entre les intérêts légitimes de tous les peuples de l’Europe ».

Clair, net et précis.

564304-russia

La chute du pétrodollar résonnera sur la planète entière (Docteur Willie).

 

Le dollar a basculé de son trône. L’écuyer fidèle du pétrodollar, ce dollar vert, vit son déclin. La guerre en Ukraine constituera pour le dollar son Waterloo. Le refus des Saoudiens de négocier leur pétrole uniquement en dollars sera le facteur de cette chute qui résonnera aux quatre coins du globe.

 

L’auteur : Jim Willie est analyste statistique orienté sur les recherches en marketing et prévisions des ventes au détail, docteur en sciences statistiques avec 25 ans d’expérience. Depuis la fin des années 90, Jim prédit avec une étonnante précision toutes les étapes de déclin du capitalisme financier actuel. On lui attribue l’éclatement de la bulle Internet, de Lehman, la chute du marché des subprimes, le crash de 2008 et bien d’autres. Une véritable armée de volontaires de tous horizons et de nombreux pays l’aident à collecter l’information. Voyez également la traduction de son texte publié en 2013, http://politikus.ru/articles/7652-dr-jim-willie-cb-amerik...

 

La politique de la Réserve Fédérale US détruit le système financier. En fait, ce qu’ils appellent une politique de stimulation, constitue en réalité le sauvetage camouflé de Wall Street, où les dettes des banquiers sont transférées sur l’Etat US (et l’ensemble du monde, d’autre part). Les USA ont renoncé à fixer un plafond de la dette, parodie amère de l’économie réelle. Les USA font penser chaque mois un peu plus à un pays du tiers-monde, avec son immense fraude, son effondrement économique, la guerre, les sanctions, et son absence de direction. La FED s’est engagée en terrain très dangereux en proclamant l’hyperinflation comme sa politique de base, réduisant pratiquement au taux zéro le coût de l’argent et utilisant les dérivés comme moyens de cette politique de facilité. Il s’en suit une fuite des créanciers étrangers qui ne veulent pas alimenter les trillons de dette américaine.

 

Cet argent quasi gratuit octroie aux indices de Wall Street des records de croissance, alors que l’économie réelle vit sa chute la plus forte depuis la Grande Dépression. Du fait de l’absence de demande, 30% des surfaces de vente dans les centres commerciaux restent fermées. Le taux réel de chômage, si l’on écarte toutes les manipulations, est de 22%. Le pays ne pourra se maintenir longtemps dans une telle situation, d’autant plus que le système de crédit a coincé. Les grandes banques américaines sont en faillite, et continuent à œuvrer pour ce ‘casino’, recueillant à l’aveuglette quelques menus profits du commerce des dettes, mais ne contribuent pas à l’économie réelle.

 

La confirmation par la Réserve Fédérale US de l’arrêt du Quantitative Easing (QE) est un mensonge de taille. La politique est inchangée, seule la méthode a changé en apparence. La Belgique, pays relativement petit et en crise, a accumulé pour plus de 400 milliards de dollars de bonds de la dette US. Ce flux masque difficilement la tentative de masquer ce casino actif, intensif, qui ne pourra être liquidé sans que ne soit liquidé tout le système. Les USA ne sont plus en mesure de rehausser un peu les mises, dès lors que toutes les banques participantes afficheront directement des pertes astronomiques. Les banques sont engluées dans des dettes maximales, et ne peuvent survivre qui si la tendance à la hausse se poursuit.

 

Le système qui consiste à générer virtuellement, loin de toute réalité, la demande d’obligations US est médiatisé à ce point que l’on se retrouve avec une demande supérieure à la disponibilité réelle. Et ceci en l’absence de demande des non-résidents. Les USA ont construit un système financier digne d’un pays du tiers-monde. Un exemple flagrant de l’effondrement à venir est la réduction par 4 de la vitesse de la circulation monétaire, alors que l’offre monétaire s’est accrue dans la proportion de 3.5. Cette réduction de vitesse n’est pas due à ce que les gens gardent leur argent sous l’oreiller. C’est un crash systémique. Il se produit une destruction du capital, une réduction des emplois, un ralentissement de l’activité économique.

 

La suite logique de tout cela, cet écroulement systémique en cours, c’est la faillite des USA et l’indispensable guerre, en vue de défendre le dollar et la dette américaine. Là où l’on commence à écarter le dollar, là apparaissent les guerres. L’Occident refuse le compromis qui permettra de supprimer les grandes banques et entreprendre un nouveau système de commerce. Et c’est pourquoi les pays du BRICS continueront à œuvrer en vue de sortir de la zone dollar US. Les banques centrales sont aux abois. Le système de franchise de la Réserve Fédérale US s’est écroulé. Les banquiers n’ont plus de réponse, il y a ceux qui se sont suicidés, d’autres qu’attend la prison.

 

De cette crise qui fait actuellement rage, la raison principale est le système bancaire  dans son ensemble, en corrélation avec le transfert de l’industrie US vers l’Asie et l’hypertrophie du secteur de l’aide sociale aux USA. Le moteur principal de la domination mondiale US est bien la guerre. La dette US officiellement reconnue de 17 trillions de dollars est due pour moitié aux dépenses militaires. La machine de guerre US défend non seulement le dollar, mais aussi le négoce global de la drogue. Poutine a fermé la Russie aux Rothschild. Poutine a coupé les routes aux fournitures américaines d’héroïne. Pour cela les banksters d’élite veulent écarter (liquider ?) Poutine, et mettre la Russie à leur botte.

 

Toutefois, cette Russie qui se développe et se joint à la Chine, il sera extrêmement difficile de l’isoler. La Russie, avec ses 12 fuseaux horaires, est le fournisseur incontournable de nombreuses ressources nécessaires à la vie. L’union de la Chine et de la Fédération de Russie élaborera un nouvel étalon commercial fondé sur l’or. Le dollar a basculé de son trône. L’écuyer fidèle du pétrodollar, ce dollar vert, vit son déclin. La guerre en Ukraine constituera pour le dollar son Waterloo. Le refus des Saoudiens de négocier leur pétrole uniquement en dollars sera le facteur de cette chute qui résonnera aux quatre coins du globe. Les Chinois sont aux petits soins pour le Monarque (saoudien, NDT).

 

Les Saoudiens feront connaitre leur décision dans les semaines ou mois à venir, s’inclinant devant les Chinois, ôtant leur chapeau devant la Russie. Le prix du pétrole sera déterminé par le tandem russo-chinois, et défini en yuans. Dès lors que s’établira l’étalon commercial « or », la fuite de cette dette US deviendra incontrôlable. Le système bancaire se métamorphosera, apportant la prospérité à l’Est, la désolation à l’Ouest. Cet écroulement que l’on entendra de toutes parts, est en route. Le dollar sera écarté, et remplacé par l’étalon commercial « or » .

 

Traduit par Mufasa pour Réseau International

 

Source : http://politikus.ru/events/30569-dr-willie-obval-petrodol...

 

27/09/2014

Cher M. le Président Poutine, cher Peuple russe. Lettre à signer en ligne !

Comme vous l'aurez compris, loin de toute propagande mensongère occidentale dirigée contre lui, Poutine nous protège par sa maîtrise, sa résistance et ses stratégies, de la 3ème guerre mondiale tant désirée par les BANKSTERS/Illuminati qui cherchent ce prétexte pour finir après le chaos planétaire organisé, par nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial !

JF KENNEDY nous avait  pourtant prévenus, 10 jours avant son assassinat, de l'existence des sectes secrètes Illuminati/Sionistes/reptiliennes au sein de son administration qui constituent le Gouvernement Occulte US !

 

A ces divers titres nous pouvons remercier Poutine en signant cette lettre !

Cher M. le Président Poutine, cher Peuple russe,

Nous vous prions d’accepter nos excuses pour le comportement de nos Gouvernements et de nos Médias. Les nations occidentales, sous la houlette des États-Unis, semblent déterminées à lancer une guerre contre la Russie. Toute personne sensée ne pourra que reconnaître les conséquences terribles d’une telle guerre, et faire tout ce qui est en son pouvoir pour l’éviter. D’ailleurs, il semble que c’est exactement ce que vous êtes en train de faire. Malgré un flot ininterrompu de mensonges et de provocations, vous avez réussi à empêcher la Russie de se laisser entraîner dans une guerre nucléaire.1, 2

Les événements entourant la guerre en Ukraine sont déformés de sorte à vous faire passer pour un agresseur, alors que les faits prouvent nettement le contraire. Des bandes de néonazis commettent quotidiennement des atrocités contre les citoyens de la Nouvelle-Russie et reçoivent un soutien politique et financier de la part des gouvernements occidentaux. L’armée ukrainienne a attaqué des postes de contrôle et des villes russes, et bombarde régulièrement les réfugiés qui tentent de fuir le pays. La destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines a été mise sur le dos de la Russie, même si les preuves suggèrent que cet avion a été abattu par l’armée ukrainienne. Vous apportez une aide humanitaire aux gens de Lougansk, et l’on vous accuse de faire passer clandestinement des armes en Ukraine.3

Pourquoi êtes-vous la cible de ces mensonges et de ces provocations ? Les criminels pathologiques en Occident poussent à une guerre avec la Russie parce qu’ils ont besoin d’un ennemi extérieur. Tant que les gens sont focalisés sur l’« agression russe », ils demeurent dans l’ignorance des véritables responsables du déclin de l’économie et du système social américains. En Europe, dont le passé est émaillé de guerres brutales déclenchées par arrogance et cupidité, les dirigeants européens ont subi un effondrement moral complet et se sont naïvement alignés sur la politique d’agression impériale des États-Unis. Le dernier grand président des États-Unis, John F. Kennedy, a décrit notre ennemi commun en 1961 :

Nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence par l’infiltration plutôt que l’invasion, la subversion plutôt que les élections, l’intimidation plutôt que le libre arbitre, les guérillas de nuit plutôt que les armées en plein jour.

C’est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine étroitement soudée et d’une efficacité remarquable ; elle combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignements, économiques, scientifiques et politiques. Ses ramifications sont occultées et non publiées. Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres ; on fait taire ses dissidents, on ne les glorifie pas ; aucune dépense n’est mise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé.4

Depuis, le gouvernement des États-Unis et d’autres nations occidentales ont été infiltrés par cette « conspiration impitoyable ». Même si cette conspiration n’est pas forcément unifiée, nous estimons que les actes et les pensées de ses dirigeants ne sont pas régis par le « fardeau » d’une conscience humaine normale. C’est pourquoi ils sont prêts à sacrifier les vies de millions, voire de milliards de personnes. Ils fournissent à Israël des armes qui servent à massacrer des milliers de Palestiniens. Ils militarisent la police – par exemple, à Ferguson (Missouri) – afin de protéger et de renforcer leur pouvoir sur le peuple. Ils mentent pour lancer des guerres qui annihilent des millions de personnes, ceci pour accroître leur pouvoir politique. Ils sont méprisables.5, 6

M. Poutine, comme JFK, vous avez été militaire, et vous êtes donc tenu par un sens du devoir : celui de protéger et de servir le peuple russe. Comme JFK, vous semblez avoir reconnu que tout conflit nucléaire était une folie, et vous vous êtes tourné vers la paix.7 Vous refusez de soutenir l’Empire américain, et vous avez entrepris d’ébranler sa puissance sans pour autant vous engager dans un conflit militaire direct. Au contraire, la Russie a renforcé ses liens avec de nombreux pays, par le biais d’organisations comme les BRICS, a effacé les anciennes dettes, et œuvre avec ses partenaires à la réalisation d’objectifs qui servent les intérêts du peuple. L’idée de partenariats internationaux a été qualifiée d’approche multipolaire, une approche en net contraste avec les politiques impérialistes et unipolaires des États-Unis, où toutes les ressources des pays sont contrôlées de manière à bénéficier à une petite élite puissante, aux dépens du Peuple – à Nos dépens.

Nous rejetons la cupidité, la haine et la soif de pouvoir affichées par nos « dirigeants ». Le meurtre de millions d’innocents au nom de la liberté et de l’auto-défense nous indigne et nous horrifie. Nous voulons la paix et la justice pour tous. Nous voulons une véritable paix, une paix durable ; le genre de paix invoquée un jour par JFK :

Quelle sorte de paix recherchons-nous ? Non une Pax Americana imposée au monde par les armes de guerre américaines ; non la paix du tombeau ou la sécurité de l’esclave. Je parle de la paix authentique, le genre de paix qui fait que la vie sur terre vaut la peine d’être vécue ; le genre de paix qui permet aux hommes et aux nations de croître, d’espérer et d’édifier une vie meilleure pour leurs enfants ; non seulement la paix pour les Américains mais la paix pour tous les hommes, non seulement la paix à notre époque, mais la paix à toutes les époques.8

La véritable paix, la véritable justice demeurent impossibles tant que la « conspiration impitoyable » dirige, dans l’ombre, les États-Unis et les autres nations. Nous prions pour que, grâce à nos efforts mutuels, les criminels impitoyables assoiffés de pouvoir qui cherchent à nous asservir tous soient vaincus. Nous prions pour l’avènement d’une paix authentique qui fera que la vie sur Terre vaut la peine d’être vécue.

Signez cette lettre !

Sources:

  1. Poutine est-il incorruptible ? La personnalité du président russe et la transformation de la Russie décryptées par une spécialiste américaine

  2. Poutine essaie de sauver le monde de la guerre, par Paul Craig Roberts

  3. Poutine accusé de la destruction du vol #MH17 : un moyen d’attaquer la banque mondiale des BRICS

  4. Discours de remise des diplômes à l’American University, 10 juin 1963

  5. La ponérologie politique : Étude de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques, d’Andrew M. Lobaczewski

  6. La stratégie du choc : La montée d’un capitalisme du désastre, de Naomi Klein

  7. JFK & l’Indicible : pourquoi Kennedy a été assassiné… , de James W. Douglass

  8. Le discours de Kennedy devant la presse, 27 avril 1961

  9. Lettre ouverte d’un groupe de Hollandais au président Poutine

  10. Le syndrome de l’OTAN, le programme de partenariat asiatique de l’UE, et l’Union eurasiatique

  11. Poutine ne bluffe pas – quiconque dit que la Russie est en train de perdre en Ukraine ne comprend rien au jeu qui est en train de se jouer

  12. Poutine : l’Ukraine est un champ de bataille pour le Nouvel Ordre Mondial

  13. La Pathocratie Mondiale, les Disciples Autoritaires et l’Espoir du Monde

pdficon_largeTélécharger la lettre en PDF (français)

JFK - 10 jours avant - Conspiration et révélation
sur l'influence des sectes secrètes et des Illuminati dans la sphère politique

http://www.dailymotion.com/video/x48czq_jfk-10-jours-avant-conspiration-dis_politics


JFK - 10 jours avant - Conspiration - Discours... par thesavoisien

 

http://dearputin.com/fr/#prettyPhoto

 

 

 

 

Poutine a tâté le talon d’Achille de l’Occident, par Youri Selivanov: La chasse aux oligarques est ouverte !

Quand Poutine ouvre la chasse aux oligarques, les BANKSTERS, Illuminati/Sionistes/Reptiliens et leur Nouvel Ordre Mondial en rêvant avec la Chine et les BRICS de faire chuter le dollar, leur instrument de destruction du Monde !

Poutine a tâté le talon d’Achille de l’Occident, par Youri Selivanov

Poutine a tâté le talon d’Achille de l’Occident, par Youri Selivanov

En Juin, la « Nouvelle Russie » a publié un article, La Grande révolution anti-oligarchique , où les relations de Vladimir Poutine et du capital oligarchique en Russie sont qualifiées d’antagonistes et devant être tranchées. L’article prévoit que la confrontation entre les oligarques et le Kremlin continuera, « Poutine sera amené tôt ou tard à prendre des mesures nouvelles et très difficiles visant à un contrôle plus étroit (jusqu’à l’éradication totale) de tout l’édifice de la communauté oligarchique tout simplement parce que sans cela il pourra mettre une croix sur tous ses plans de renaissance de la Russie « .

Il ne s’est pas passé trois mois avant que les «mesures nouvelles et très difficiles » de Poutine en relation avec l’oligarchie locale ne commencent à prendre une tournure très concrète. Les commentateurs qui réduisent l’arrestation du milliardaire Vladimir Evtushenkov à ses machinations avec « Bashneft » sont enclins à prendre leurs désirs pour des réalités. À savoir, faire un cas particulier de ce sujet et, à Dieu ne plaise, ne pas le laisser s’emparer des esprits et apparaître comme une illustration de certaines tendances globales.

Cependant, Vladimir Poutine, semble-t-il, a tiré précisément des conclusions globales concernant l’oligarchie nominalement russe, à partir du drame vécu par l’Ukraine. Les grands magnats locaux, confortablement tapis dans les ruines de l’économie de l’ex-URSS et ayant prospéré dans l’art de tirer bénéfice de ces ruines, ont fait de leur pays un esclave économique de l’Occident. Et quand ce dernier a jugé nécessaire de mettre un terme au destin géopolitique de l’Ukraine, les oligarques comme un seul homme ont trahi leur peuple, et leur indépendance nationale.

Certes, cette leçon a été pour Poutine un élément crucial de l’expérience ukrainienne. Et cela ajouté à la compréhension claire de ce que les oligarques pseudo-russes ne valent pas mieux que les pseudo-ukrainiens, et, que si nécessaire, ils livreront leur patrie sans gamberger, a incité le Kremlin à une action préventive musclée pour nettoyer la clairière oligarchique.

Il n’est pas exclu que les mêmes considérations des instances supérieures du Kremlin explique le fait que Moscou officielle n’a jamais dévoilé son attitude négative face aux nombreuses initiatives des jeunes leaders de la Nouvelle-Russie, qui ont beaucoup oeuvré pour convertir le soulèvement de la population locale dans une révolution anti-oligarchique à grande échelle. Cette position est tout à fait logique – car où commencer une guerre tous azimuts contre les oligarques, si ce n’est en Ukraine, où leur pouvoir absolu a conduit à une catastrophe nationale.

Bien sûr, leurs homologues de l’autre côté de la frontière ne sont pas aussi fous et ils comprennent bien qui est le patron. Mais à la lumière des différences fondamentales actuelles entre la Russie et l’Occident, tout cela est sans importance. Parce que l’oligarchie d’ici, tout aussi bien que l’Ukrainienne, est essentiellement compradore, attachée à l’intégration de la Russie dans le système économique occidental en tant que fournisseur de matières premières aux conditions les plus désavantageuses pour le pays, en fait des conditions d’esclavage. Sans oublier le fait que, dans certains cas, les deux oligarchies sont étroitement enchevêtrées au point qu’il est difficile de les distinguer.

Quelques favorables que soient, au moins en public, les représentants de ce type d’intérêts économiques envers Poutine personnellement, quelle que soit leur crainte de lui également, la logique objective les pousse inévitablement à résister à l’autorité. Et ce d’autant plus que le pouvoir orientera la barre du navire de l’Etat sur un cours anti-occidental.

Par ailleurs, en septembre, l’oligarchie de Moscou avait prévu la première action publique organisée contre la politique de Poutine sous la forme d’une « rencontre des dirigeants d’entreprises russes » annoncée par Anatoli Tchoubaïs. Et, très probablement, l’arrestation de l’un de ces dirigeants visait précisément à faire tomber ces plans.

Et tout aussi curieux. A peine les autorités russes avaient mis son bracelet électronique à Evtushenkov, qu’est parvenue d’Amérique une déclaration plutôt inhabituelle, surtout compte tenu de l’hystérie anti-russe de ces derniers temps. Le Secrétaire d’État adjoint, coordonnateur des sanctions américaines contre la Russie Daniel Fried a exprimé l’avis que l’Occident pourrait atténuer ou lever ses sanctions contre Moscou sans exiger le retour de la Crimée à l’Ukraine. Compte tenu de la dominante actuelle de la politique américaine, qui exige au contraire une pression maximum sur la Russie et la restitution de la péninsule de Crimée, cette déclaration est proprement inouïe. Bien que Fried ait expliqué cela par les progrès obtenus dans les pourparlers de paix à Minsk et d’autres détails, la coïncidence de la proposition de Moscou avec l’arrestation de l’un des oligarques russes les plus importants semble capitale.

Il est à noter que même les succès militaires spectaculaires de Novorossia n’ont pas contraint les Etats-Unis à abandonner leur politique très dure envers la Russie. Mais il a suffi que Poutine en réponse à des sanctions occidentales « tâte la mamelle » de l’un des compradores de Moscou, pour que Washington commence immédiatement à parler de la possibilité de reconnaître sans problème la Crimée russe. Il semble que l’histoire de Yevtushenkov et qui se passe derrière (et cela  ne se résume pas à une machination banale avec »Bashneft »), a effrayé bien plus les Occidentaux que la menace même de perdre toute l’Ukraine.

Poutine donne à comprendre très clairement que dans ses mains pour continuer ce débat avec l’Occident il y a des arguments beaucoup plus puissants que l’interdiction de la fourniture des « cuisses de Bush » [poulet importé des USA] ou des choux de Bruxelles. À savoir – le démantèlement complet de l’oligarchie compradore comme première étape de la révolution anti-oligarchique (lire – anti-occidentale) qui mûrit depuis longtemps à travers le monde, dont la nécessité d’une réorganisation drastique selon des principes plus humains et plus justes est exprimée par le pape lui-même. Et Vladimir Poutine, qui a rencontré le pape juste après sa déclaration révolutionnaire, est actuellement le seul chef de file mondial capable non seulement de prendre la tête d’une telle campagne mondiale pour la justice, mais aussi de l’amener à sa conclusion logique.

Par conséquent, même la moindre menace de la part de Poutine d’emprunter cette voie, et c’est ainsi qu’il faut comprendre l’essence profonde des derniers événements, est capable de provoquer chez ses homologue de l’Ouest  un état proche d’une prostration complète. Après tout, à l’Ouest ils sont bien conscients du fait que le système de pouvoir de l’oligarchie financière, malgré sa toute-puissance apparente, n’est plus maintenant que comme un château de cartes, prêt à s’effondrer à la moindre poussée. Et il semble que le Kremlin ait vraiment senti où est le talon d’Achille, où il doit porter ses coups.

D’autant plus que cela correspond entièrement aux intérêts fondamentaux de l’Etat et de la société russe. Qui ne consiste en aucun cas à assister à la poursuite du pillage de leur propre pays par les sangsues occidentales et leurs caniches locaux.

http://centerkor-ua.org/mneniya/biznes/item/3382-putin-na...

http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/09/27/poutine...

Via le réseau international