Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2015

En direct : les forces aériennes russes poursuivent leurs frappes contre Daesh en Syrie

Encore le 3 octobre !

L’armée russe ne chôme pas !

60 survols de Daesh ont touché près de 50 infrastructures de l’Etat islamique en Syrie, depuis le 30 septembre. Plus de 600 combattants de Daesh ont quitté leurs positions à la suite des frappes russes, selon les données des militaires russes.

En direct : les forces aériennes russes poursuivent leurs frappes contre Daesh en Syrie

3 oct. 2015, 16:30

Les avions russes Su-34 à Lattaquié

 

Depuis le 30 septembre, l’armée de l’air russe mène son opération militaire visant les positions de Daesh en Syrie à la demande des autorités de Damas. C’est de la base aérienne russe à Lattaquié que les avions décollent pour frapper les terroristes.

  • samedi 3 octobre

16h23 CET

L’aviation russe a effectué plus de 60 survols de Daesh atteignant près de 50 infrastructures de l’Etat islamique en Syrie, a fait savoir samedi le général Andreï Kartapolov, de l'état-major des forces russes. Plus de 600 combattants de Daesh ont quitté leurs positions à la suite des frappes russes, selon les données des militaires russes.


Le 30 septembre, Moscou a entamé des frappes aériennes en Syrie, suite à une requête de la part du gouvernement officiel à Damas et avec l’autorisation du parlement russe. En quatre jours de frappes, dont les buts ont fait l'objet de vastes spéculations médiatiques en Occident, les avions russes ont détruits plusieurs bases de Daesh, y compris un camp d’entraînement et un centre de commandement du groupe terroriste à Alep.

 

 

Les Etats-Unis et l'Occident paient le prix de leurs ingérences en Syrie

Encore un avertissement contre Israël, la Turquie, Ryad, et tous les pays qui se sont alliés à la coalition internationale, US et Cie, illégale.

La Russie déploie ses efforts pour maintenir Assad au pouvoir et instaurer la paix dans la région.

Les Etats-Unis et l’Occident paient le prix de leurs ingérences en Syrie

http://media.ws.irib.ir/image/4bhi69701a042f12pm_800C450.jpg

Oct 03, 2015 14:03 UTC - IRIB- « Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux paieront le prix de leurs ingérences militaires en Syrie », a affirmé un expert en question politique.

« Moscou est en train d’aider son allié face aux attaques militaires des Etats-Unis », a ajouté, ce samedi, Daniel Patrick Welch, expert en question politique, lors d’un entretien avec Press TV, en allusion aux opérations russes.


« Les soutiens de Vladimir Poutine, le Président russe à son homologue syrien, Bachar al-Assad ont coûté cher à Barak Obama, Président américain et à ses alliés occidentaux », a poursuivi Daniel Patrick Welch, en affirmant que Etats-Unis et l’Occident paieront leur erreur en Syrie.


« L’administration américaine est d’avis que la Russie entend conquérir l’espace aérien de la région, mais les Russes sont pluis malins et avant de franchir chaque pas, ils réfléchissent », a-t-il précisé.


« Les objectifs des Etats-Unis et de la Russie dans la région sont différents. Alors que les Etats-Unis cherchent à renverser le gouvernement d’Assad et à conquérir toute la région, la Russie déploie ses efforts pour maintenir Assad au pouvoir et instaurer la paix dans la région.

 

Les Occidentaux ont été frustrés par leur échec en Syrie (Assad)

Bien dit  !

"Lors de cet entretien, Assad a également évoqué les récentes évolutions politiques et sur le terrain."

Les Occidentaux ont été frustrés par leur échec en Syrie (Assad)

http://media.ws.irib.ir/image/4bhgd4c6c1db4btdq_800C450.jpg

Oct 03, 2015 13:26 UTC - IRIB- « Les Occidentaux sont frustrés par le leur échec en Syrie. Ils n’ont pas pu séparer Damas de l’axe de la Résistance », a affirmé le Président syrien.

Lors d’un entretien exclusif accordé à l’IRIB, Bachar al-Assad, le Président syrien a annoncé que le changement dans les prises de position des Occidentaux envers sa présence lors de la transition témoignait de leur égarement en ce qui concerne la Syrie.


« Les Occidentaux sont en train de payer leur soutien au terrorisme », a ajouté le président Assad.


« Les Russes ne mèneront que des opérations aériennes », a indiqué Assad en allusion aux agissements militaires de la Russie en Syrie.

Lors de cet entretien, Assad a également évoqué les récentes évolutions politiques et sur le terrain.

 

Washington insiste sur le retrait des missiles Patriot de la Turquie

Allons savoir ce qu’ils magouillent encore avec la Turquie qui est l’ennemie jurée d’Assad et de la Syrie, et qui finance ISIS.

Faut-il soustraire de la vue des Russes ces missiles en Turquie ?

Voir ci-dessous :

More on Turkish Support for ISIS
Traduction Google :
Plus, sur le soutien de la Turquie envers ISIS

Russia’s Secret War on the CIA in Syria /Veterans Today
Traduction Google : La guerre secrète de la Russie contre la CIA en Syrie

 

Washington insiste sur le retrait des missiles Patriot de la Turquie

http://media.ws.irib.ir/image/4bhg0bf8f8c5e7rxt_800C450.jpg

 

Oct 03, 2015 04:15 UTC - IRIB- Le département américain à la Défense retire les missiles Patriot de la Turquie.

Selon Reuters, la porte-parole du Pentagone a annoncé vendredi, que les missiles Patriot, déployés depuis 2013 en Turquie en vue de la protéger, seront retirés dans le but d’améliorer leur niveau en vertu d’un plan préétabli. Faisant allusion à l’impératif de rénover les missiles Patriot, Laura Seal porte-parole du Pentagone a affirmé que si nécessaire, ils seront redéployés en Turquie, en l’espace d’une semaine.

 

03/10/2015

En direct : le bombardement d'un hôpital afghan de Médecins Sans Frontières fait au moins 9 morts

Voilà de quoi sont capables les armées US et celles de l’OTAN, en Afghanistan !

Ensuite, ils iront donner des conseils à Poutine pour ses frappes en Syrie !

En direct : le bombardement d'un hôpital afghan de Médecins Sans Frontières fait au moins 9 morts

3 oct. 2015, 09:36

https://fr.rt.com/french/images/2015.10/article/560fc786c461886e708b4621.png

Le centre de soins de MSF à Kunduz, ville reprise aux talibans par l'armée, a été «fortement endommagé» par un bombardement nocturne qui a tué neufs membres du personnel, un incident qui «pourrait avoir» été engendré par une frappe américaine.

  • samedi 3 octobre

15h19 CET

Un responsable des Médecins sans Frontières a indiqué que l’ONG avait essayé, en pleine panique, d’appeler l’OTAN pendant presqu'une heure, alors que l'hôpital était bombardé, supposément par l'armée américaine, a rapporté l’agence Reuters.

  • 14h31 CET

RT France a obtenu une vidéo montrant les ruines de l’hôpital touché par le bombardement.


14h23 CET

Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afghanistan, Nicholas Haysom, a condamné le «bombardement tragique et dévastateur» de l’hôpital en appelant tous les belligérants du conflit à «respecter et protéger le personnel médical et humanitaire ainsi que les installations».

«Les hôpitaux qui accueillent des patients et du personnel médical ne peuvent jamais faire l’objet d’une attaque, et la loi internationale humanitaire interdit aussi l’utilisation des installations médicales à des fins militaires», a-t-il annoncé exprimant dans le même communiqué ses condoléances aux patients, aux familles et aux amis des médecins de MSF victimes de l'attaque.

Selon un nouveau bilan communiqué par MSF, neuf employés ont été tués et 37 personnes gravement blessées dans le bombardement de l'hôpital. De nombreux patients et membres du personnel sont également portés disparus à la suite de cette frappe, a précisé MSF samedi. Au moment du bombardement, 105 patients et 80 membres du personnel, des Afghans et des étrangers, étaient présents dans le centre de soins.

Selon l'Otan, dont les frappes aériennes ont soutenu l'armée afghane dans sa contre-offensive à Kunduz, une frappe américaine a été menée pendant la nuit contre des «personnes qui menaçaient les forces de la coalition» et elle «pourrait avoir engendré des dommages collatéraux dans un centre médical qui se trouvait à proximité».

MSF, qui s'est également exprimé sur le sujet, a dit souhaiter que «toute la lumière sur l’attaque soit faite rapidement». L'ONG a affirmé avoir prévenu les armées américaines et afghanes que le bâtiment avait été touché par une première frappe pendant la nuit, mais que les bombardements avaient néanmoins continué «pendant plus de 30 minutes».

Le centre de soins de MSF a apporté une aide cruciale à la population civile depuis lundi et la prise de Kunduz par les talibans, puis la contre-offensive des forces de sécurité afghanes. C'est le seul hôpital dans cette région du nord de l'Afghanistan capable de traiter des grands blessés.

«MSF a traité 394 blessés depuis lundi», a expliqué Dr Bart Janssens, directeur des opérations de l'ONG. «Nous sommes profondément choqués par cette attaque», a-t-il ajouté. 

Kunduz, verrou stratégique du nord de l'Afghanistan, a été cette semaine le théâtre d'âpres combats entre les talibans et les forces de sécurité afghanes, qui ont repris le contrôle de la ville jeudi.

En savoir plus : Afghanistan: les Américains récusent qu'un de leurs avions ait pu être abattu par les talibans

La Croix Rouge s’active

Dans une interview à RT, Neha Thakkar, responsable des médias du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a indiqué que l’organisation avait déjà entamé des conversations avec  différentes parties du conflit.  Mais aussi avec son homologue de MSF afin d'examiner la situation.

D’après la représentante du CICR, cet incident est très inquiétant puisqu'il «représente une violation de la loi humanitaire internationale ce qui aura un effet sur la capacité de MSF et du CICR d’atteindre les gens ayant vraiment besoin de soins médicaux en Afghanistan».

Thakkar a également souligné que les discussions concernant l’évacuation du personnel sont en cours. Mais elle n’est pas au courant de la décision exacte. «Lorsqu’on veut fournir l’attention médicale aux gens affectés par le conflit et si, dans le même temps, les installations hospitalières sont ciblées, cela rend notre travail impossible», a-t-elle expliqué ajoutant que l’organisation cherche la meilleure solution pour assurer la sécurité de son personnel et le bien-être du peuple afghan.