Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2011

Retour sur le tsunami du Japon. Attaque atomique des ricains sur le Japon ?

On se demande sous quel effet cette vague était aussi noire lors du tsunami qui a eu lieu au Japon le 11 mars 2011 ?

Quels résidus pouvait-elle charier du fond de l'océan qui auraient pu remonter à la surface pour qu'elle soit aussi noire ?

On aurait pu le comprendre si la mer avait déjà tout charié sur son passage terrestre, mais là elle est déjà noire avant même de déborder sur les terres !
Curieux, non ?

N'oubliez pas que le Japon s'est opposé régulièrement aux USA ces dernières années, et qu'il détient de nombreuses dettes des USA.

Une bombe atomique lancée au large du Pacifique ?

Benjamin Fulford aurait-il raison ?

Regardez cette vidéo, elle vous fait penser à quoi ?

7 jours avant le tremblement de Terre au Japon - 11/03/2011

http://www.youtube.com/watch?v=zNSBNksxpmM&feature=channel_video_title



Regardez bien la vidéo ci-dessous puis le flash spécial lancé par Artémisia Collège.

Japan earthquake: Footage of moment tsunami hi
http://www.youtube.com/watch?v=R0cZHV0_L8o

Faites la différence entre la couleur des vagues et du sable,  et des voitures et  bateaux blancs.

 

1.JPG

2.JPG

3.JPG

4.JPG

Faites la différence avec la couleur des vagues du tsunami qui s'est produit en Thaïlande en 2004. Certes elles sont colorées quand elles arrivent sur la plage, mais pas noires.

A vous d'en juger.

Tsunami 2004 full video

http://www.youtube.com/watch?v=agqy1LncD-I&feature=re...


 

 

tsunami3.jpg

 

Ci-dessous le flash spécial d'Artémisia Collège.


Bon dimanche...

 

Ce mot rapide, pour cette info, qui, sans pouvoir être vérifiée, évidemment... va dans le sens de ce que nous supputons depuis le 11 mars dernier.

Le séisme aurait bien été provoqué par les "Zilus", ainsi que le tsunami, avec une bombe nucléaire, et la centrale nucléaire volontairement "accidentée" pour masquer les radiations de la bombe.

  

Bon, on aura à en reparler, cette info est sujette à caution, mais le journaliste Benjamin Fulford a une certaine crédibilité, il est spécialisé dans la finance et auteur de plusieurs ouvrages publiés au Canada et au Japon, de 1998 à 2005 il fut le chef de bureau du magazine Forbes pour l'Asie Pacifique.

En conservant le recul nécessaire devant une telle affirmation, on devrait arriver à faire la part des choses dans les jours à venir, chaque évènement, chaque déclaration, pouvant nous donner de précieuses informations en confirmant ou en infirmant...

 
Japon - Benjamin Fulford - La fin de l'ultimatum :
benjamin F.jpg

Benjamin Fulford dénonce l'attaque de l'empire contre Japon, et annonce la fin de l'ultimatum posé en 2007 par la Société du Dragon Blanc.

Erreur de traduction à 6.41: "...de comparaitre devant notre comité du style du comité sud africain pour la vérité et la réconciliation"

http://www.dailymotion.com/video/xhpwly_fulford-fin-de-l-ultimatum-18-mars-2011_news



Voir l'interview de 2007, L'ultimatum: www.renovatiotv.com/rubrique,fulford-l-ultimatum,1221739....

 
 
Japon : LAPSUS "révélateur" ? "Nous sommes en face d'un acte"...
 
 


Rappel : Le Japon attaqué ? Haarp et fulford - 2008

28/04/2011

USA : les tornades ont fait au moins 220 morts

Tout va bien les amis, et les terroristes internationaux qui nous gouvernent via l'ONU et l'OTAN, continuent à massacrer les innocents !

Comme vous l'avez compris, nous sommes trop nombreux sur la planète pour les Illuminati-reptiliens qui veulent réduire la population mondiale des 2/3 avant le 21 décembre 2012 et nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial, et il n'y a pas encore assez de morts pour eux, avec les cataclysmes et les intempéries.

USA : les tornades ont fait au moins 220 morts

Depuis le début de la semaine, près de 300 tornades ont traversé une grande partie du sud-est des Etats-Unis : Alabama, Mississippi, Arkansas, Tennessee, tous ses états ont dû déclarer l'état d'urgence et faire appel à la garde nationale pour participer aux secours.


http://www.youtube.com/watch?v=hGhdaTajACE&feature=uploademail


19/04/2011

Le mariage Gates et Monsanto : attention, danger pour la planète

Voilà ce que magouillent les élites pendant que vous vous disputez pour savoir qui a raison ou tort ou qui a la meilleure religion !

Nous sommes tous dans le même bateau et nous sommes tous attaqués !

Nous allons encore nous diviser ou nous décider à nous rassembler ?


Le mariage Gates et Monsanto : attention, danger pour le planète

La puissante Fondation Bill et Melinda Gates, dédiée officiellement à des projets philanthropiques, vient d’acquérir 500 000 actions de la société Monsanto. Grâce à un large réseau de connivences, c’est l’ouverture de nouveaux marchés pour le géant des semences agricoles génétiquement modifiées, et des menaces sur la sécurité alimentaire balayées par le grand vent des profits et de la spéculation.

 

Enquête.

Créée en 1994 par le fondateur de Microsoft, la Fondation Bill et Melinda Gates gère un capital de 33,5 milliards de dollars pour financer ses projets “philanthropiques”. Un joli pactole investi à hauteur de 23 millions de dollars dans l’achat de 500 000 actions de Monsanto, comme le révélait la Fondation en août 2010. Acquisition aussitôt dénoncée par le mouvement international Via Campesina1. Gates-Monsanto, union entre deux monopoles des plus cyniques et agressifs : 90 % de la part de marché de l’informatique pour la premier, 90 % du marché mondial des semences transgéniques et la majorité des semences commerciales du monde pour le second. Négation même du fameux principe du capitalisme de “concurrence de marché”.

Désormais, la Fondation Bill et Melinda Gates utilise son influence sur les politiques mondiales de développement agricole, et incite paysans et agriculteurs à utiliser les semences et produits agrochimiques génétiquement modifiés de Monsanto.

Si doute il y avait, il n’est plus de mise. La Fondation Gates vient de jeter clairement le masque de la “philanthropie”.

Pour mieux conforter son emprise, la Fondation Gates a engagé en 2006 une collaboration avec la Fondation Rockfeller, “fondation caritative” privée dotée elle aussi d’un statut fiscal privilégié et fervent promoteur des OGM à destination des populations pauvres.

Ces deux grands humanistes se sont donc alliés pour mettre en oeuvre l’Alliance for a green revolution in Africa (Agra)2, “Alliance pour la révolution verte en Afrique”, qui est en train d’ouvrir le continent aux semences OGM et aux produits chimiques vendus par Monsanto, DuPont et Dygenta.

Selon La Via Campesina, environ 70 % des bénéficiaires de l’Agra au Kenya travailleraient directement avec Monsanto et près de 80 % des financements de Gates dans le pays seraient dédiés aux biotechnologies, terme délicat auréolé d’esprit scientifique pour signifier les OGM chahutés par de mauvais esprits. Sans état d’âme, Monsanto réserve une part importante de son budget au financement des procès motivés par la toxicité de ses produits.

Son fameux agent orange, faut-il le rappeler, utilisé durant la guerre du Vietnam par les armées US, continue aujourd’hui encore ses effets sur les populations. Et son herbicide, le Roundup, représente un véritable danger maintes fois démontré, pour les humains et les générations futures, les animaux domestiques, la faune et l’environnement.

La Coalition du Kenya pour la biodiversité commentait sans détour : “Agra est un poison pour nos systèmes de production et moyens de subsistance. Sous la bannière philanthropique du développement agricole, l’Agra finira par ronger le peu qui reste de l’agriculture durable en Afrique.”

En Afrique du Sud, pour citer un exemple, le maïs génétiquement modifié a produit peu ou pas de graines en 2009, et des centaines d’agriculteurs ont été touchés, jusqu’à 80 % de leurs récoltes pour certains. Et si Monsanto a compensé les agriculteurs d’une certaine importance qui avaient acheté des produits défectueux, il n’a rien donné aux plus modestes qui avaient reçu gratuitement des sachets de mauvaises graines.

Encore un bel exemple de cynisme et de mépris pour les plus faibles. En 2008, 30 % du fonds de développement agricole de la Fondation Gates a servi à la promotion et au développement des variétés de semences OGM. Ce qui donne une idée des milliards générés et de l’intérêt des nouveaux marchés.

Sous couvert de dévouement humanitaire et grâce notamment à ses liens avec la Fondation Rockfeller, la Fondation Bill et Melinda Gates ouvre donc de nouveaux marchés à Monsanto.

Et comme ce n’était pas encore assez, la Fondation Bill et Melinda Gates s’est adjoint les ministres des Finances des USA, du Canada, d’Espagne et de Corée du Sud. Cette belle brochette a promis 880 millions de dollars pour créer un programme mondial sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, Global agriculture and food security program.

Lequel “programme” serait géré par la Banque mondiale pour prendre en compte le problème de la faim et de la pauvreté dans le monde. Premier “cadeau” annoncé en juin 2010 : 35 millions de dollars à Haïti pour favoriser l’accès des petits paysans aux “intrants agricoles, à la technologie et aux chaînes de productions”.

Le mois précédent, Monsanto faisait part de son intention de donner 475 tonnes de semences à Haïti... distribuées par l’Usaid, Agence américaine pour le développement international qui a soutenu les pires dictatures (Haïti : le cadeau mortifère de la société Monsanto, Golias Hebdo n°136, juin 2010). Petit détail qui en dit long : l’administrateur d’USAID, Rajiv Shah, travaillait auparavant pour la Fondation Gates, avant d’être recruté par le gouvernement américain en 2009. Et si on ajoute que Rob Horsch, ancien vice-président de Monsanto pour le développement international, est actuellement directeur du programme de développement agricole de Gates, on aura une idée des liens qui relient tout ce petit monde.

Ce “cadeau” de Monsanto à Haïti ressemble à s’y méprendre à une action de marketing bien rodée soutenue au plus haut niveau. Généreuse en diable, la Fondation Bill et Melinda Gates octroie également des fonds à Feed the Future, gérée par le gouvernement étasunien, qui pourrait se résumer par la recherche de nouvelles ouvertures pour les entreprises US.

Et s’il était utile de préciser davantage, le vice-président de Monsanto, Gerald Steiner, devait affirmer que “Feed the Future était une entreprise très intéressante, qui tient compte des impératifs du marché dans lequel Monsanto et d’autres compagnies doivent opérer”.

Pour Haïti, déjà victime du séisme du 12 janvier 2010 (Haïti : les arrière-plans d’un séisme annoncé, Golias Hebdo n°122, mars 2010), du déferlement des mercenaires de la foi (Comment la scientologie prospère sur les ruines d’Haïti, Golias Hebdo n° 139, juillet 2010) et d’une épidémie de choléra, l’aide humanitaire a de curieux accents.

Les semences Monsanto ? Seule la première génération est fertile et il est impossible de réensemencer les champs à partir de ces graines. Pour continuer, reste à acheter régulièrement de nouvelles graines à Monsanto.

Déjà, la destruction programmée de l’agriculture et de l’élevage, en faveur des produits étasuniens, avait cumulé d’immenses bénéfices et favorisé la dépendance alimentaire de Haïti. Désormais, Gates, Monsanto et consorts achèvent le travail.

D’après l’Onu, 75 % de la diversité génétique des plantes du monde a disparu à mesure que les paysans abandonnaient leurs semences natives pour utiliser les variétés génétiquement modifiées. La Via Campesina, pour sa part, maintient que la meilleure façon d’assurer une alimentation saine, de revitaliser les économies rurales et de mettre en oeuvre des politiques de souveraineté alimentaire est l’utilisation des semences natives.

L’homogénéité génétique rend les paysans plus vulnérables aux changements climatiques brusques, au contraire des semences natives adaptées aux différents microclimats. Une prise de conscience s’affirme, ponctuée notamment par le documentaire sur les méfaits des produits Monsanto diffusé le 3 juin 2010 dans la salle paroissiale de l’église catholique de Hinche (Haïti), à l’inititative du Mouvement paysan Papaye.

Le blé, base traditionnelle de l’alimentation des deux tiers des habitants de la planète, n’est pas à l’abri. Des chercheurs britanniques viennent de publier cette année une ébauche de son génome, “étape pour améliorer la production de cette céréale clé de l’alimentaiton mondiale”. Les génomes du riz, du soja, du maïs avaient été séquencés, mais pas le blé qui éveille dès à présent de nouveaux appétits. Monsanto se frotte déjà les mains... L’idée était dans l’air, puisqu’en 2008, la Fondation Bill et Melinda Gatesavait attribué la somme de 26,8 millions de dollars à l’université de Cornell (état de New York) pour des recherches sur le blé et 1,6 million de dollars aux chercheurs de l’état de Washington pour développer des variétés de blé OGM résistant à la sécheresse.

La Fondation Rockfeller a investi pour sa part plus de 100 millions de dollars ces trente dernières années dans la recherche génétique. Et comme on n’est jamais assez prévoyant pour amasser encore plus, Monsanto, les fondations Gates, Rockfeller et Syngenta (multinationale basée en Suisse, spécialisée dans les OGM et les semences agroindustrielles) participent à coups de millions de dollars dans la construction d’une banque des semences, dans l’archipel norvégien de Svalbard.

Il est prévu d’y stocker jusqu’à trois millions de variétés de semences provenant du monde entier afin de “garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur”. Ces semences sont pourtant déjà protégées, en plusieurs exemplaires, dans différentes banques de semences qui existent dans le monde. Mais en cas de catastrophe climatique, il suffira de les vendre très cher aux agriculteurs. “Nous voulons faire le bien dans le monde, mais nous voulons aussi satisfaire nos actionnaires”, déclarait dernièrement Gerard Steiner, de Monsanto. On le croit volontiers dans sa volonté de satisfaire les actionnaires. Quoi qu’il en coûte à l’équilibre de la planète et peut-être à sa survie.

Eva Lacoste
29.11. 2010

1. Via Campesina : 150 organisations, 70 pays, cinq continents. Mouvement international, il représente les paysans, les travailleurs agricoles sans terre, les pêcheurs, les paysannes, les jeunes et les peuples autochtones.
2. Le conseil de l’Agra est présidé par Kofi A. Annan, ancien secrétaire général des Nations-Unies. Le président est le A. Namanga Ngongi, ancien directeur génénral adjoint du Programme mondial pour l’alimentation des Nations-Unies. L’Agra travaille notamment avec le soutien de la Fondation Rockfeller et de la Fondation Bill et Melinda Gates, du Département pour le Développement International du Royaume-Uni. Se reporter au site www. agra-alliance.org ou tout ce qui n’est pas dit explicitement sur les nouvelles voies pour améliorer les cultures africaines.


Article publié dans le numéro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er décembre 2010


Le crime organisé

Le rapprochement Gates Monsanto annonce le mariage entre deux monopoles parmi les plus cyniques de la période contemporaine et démontre une fois de plus l’alliance du pouvoir et de l’argent.

Derrière l’image d’une société propre et verte décrite par la propagande publicitaire et les grands discours, un projet hégémonique qui menace la sécurité alimentaire de la planète et son équilibre écologique. Véritable machine de guerre qui dispose de nombreux moyens de pression, sait jouer de la corruption et n’hésite pas à se débarrasser de ses opposants d’une manière ou d’une autre.

Défavorisés par des échanges internationaux inéquitables, l’accaparement des terres et la production d’agrocarburants, les pays du Sud sont l’objet de nouvelles pressions qui illustrent la logique implacable des grandes multinationales.

Dévastée par un tremblement de terre, abattue par le choléra, Haïti fait l’objet d’“attentions” qui ne pourront que conforter malnutrition, maladies et violences.

Le détournement de l’aide humanitaire à des fins commerciales et la privatisation des politiques alimentaires est certainement un des plus grands scandales actuels. Au risque de nouvelles déstabilisations, sous le regard complice des grands Etats et des organismes internationaux.

Habitués à dicter leur loi aux gouvernements, Monsanto, Gates, Blackwater et alliés avancent comme un rouleau compresseur à l’assaut du monde et de ses habitants. Jusqu’à quand ?

Golias


Article publié dans le numéro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er décembre 2010


Véritables machines de guerre : Blackwater, Monsanto, Gates

Dans une entreprise comme Monsanto, quelques gros bras ne sont pas inutiles.

La plus grande armée de mercenaires du monde, la compagnie Blackwater (ajourd’hui appelée Xe Services) agit pour son compte, et par conséquent pour celui de ses alliés. C’est ce que révélait l’article de Jeremy Scahill, Blackwater’s Black Ops, “Les opérations secrètes des Blackwater”, paru dans l’hebdomadaire américain The Nation du 15 septembre 2010.

De nombreux militaires et anciens officiers de la CIA travaillent pour Blackwater, bien connue pour ses massacres de civils en Irak, spécialiste de l’information, du renseignement et de l’infiltration, jusqu’au lobbying politique et la formation paramilitaire. Selon Scahill, les affaires avec les multinationales comme Monsanto, Chevron, deuxième compagnie pétrolière US, les géants de la finance comme Barclays et Deutsche Bank, sont conduites par deux sociétés appartenant à Erik Prince, fondateur de Blackwater en 1997 et actionnaire majoritaire : Total Intelligence Solutions et Terrorism Research Center, dont les fonctionnaires et administrateurs ont en commun Blackwater. Directeur de Total Intelligence et homme de la CIA connu pour sa brutalité, Cofer Black était entré en contact avec Monsanto en 2008 pour espionner et infiltrer les organisations de militants des droits des animaux et des anti-OGM.

L’actualité américaine liée aux élections sénatoriales incite à un petit arrêrt sur la personnalité d’Erik Prince. Né en 1969 à Holland dans le Michigan, au sein d’une famille très fortunée, Erik Prince passe notamment par le très conservateur Hillsdale College, fait campagne pour la candidature présidentielle de Pat Buchanan, concurrent de droite de George Bush père, et intègre le Family Research Council de Gary Bauer, mouvement ultra conservateur dédié “aux valeurs de la famille”.

Erik Prince fait partie du Conseil secret de la politique nationale, club très fermé d’une centaine de conservateurs industriels, hauts fonctionnaires ou personnalités des médias. Fondamentaliste affirmé, il est tout naturellement un ferme soutien du Parti républicain. L’une de ses soeurs a été secrétaire générale de sa section locale du Michigan à deux reprises, et son époux n’est autre que le PDG d’Amway Dick DeVos, personnalité républicaine et fils du très riche Richard Devos dont Forbes chiffrait en 2007 la fortune à 2,4 milliards USD. Dans un tel contexte, on a comme une petite idée des contre-pouvoirs en action aux Etats-Unis.
E. L.

Article publié dans le numéro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er décembre 2010


Révolution verte la couleur du dollar

“Révolution verte”, verte comme la couleur du dollar, remonte à février 1945 au Mexique, lorsque la conférence panaméricaine de Chapultepec définit les nouvelles bases de l’ordre mondial et met en place l’hégémonie économique des USA. Poste avancé de l’empire US, la Fondation Rockfeller installe au Mexique un centre de recherche agronomique et développe des variétés “améliorées” de céréales avec l’aide de Henry A. Wallace, fondateur de Pioneer Hi-Bred Seed Company, première entreprise mondiale de semences de maïs F1 (rachetée ensuite par DuPont, géant de la chimie). Wallace a été également ministre de l’Agriculture de 1933 à 1940 et vice-président des USA en 1940.

La révolution verte a été vendue à l’opinion publique comme la solution pour résoudre les problèmes de la faim dans le monde, à commencer pour les pays test, Mexique, Inde, Philippines... Comme l’ont démontré par la suite les analyses économiques et politiques, la “Révolution verte” n’a été rien d’autre qu’une opération marketing permettant de développer une activité mondiale d’agrobusiness qui permettrait à Rockfeller de détenir une position de monopole comme l’avait fait dans l’industrie pétrolière US le grand-père Rockfeller.

Si l’année 1961 voit le triomphe de l’élite globaliste dans son rêve de contrôler l’alimentation des peuples, une voix discordante se fait entendre. Deux ans avant son assassinat (1963), John Kennedy commence à remettre en question la dictature des cartels de l’agrochimie. Sans doute influencé par l’ouvrage de Rachel Carson, Printemps silencieux, qui a sensibilisé l’opinion américaine aux problèmes environnementaux.

E. L.
 

15/04/2011

Chernobyl, de Fukushima, catastrophes nucléaires et les liens d'intérêts entre l'OMS et l'AIEA !

On vous empoisonne et on vous handicape avec le nucléaire, les guerres éternelles, les vaccins, les médicaments, l'alimentation chimifiée, les chemtrails, les polluants chimiques, etc... mais c'est pour votre bien et c'est sans doute votre karma !

Il faut sans doute continuer à payer pour le péché originel que l'humanité n'a jamais commis.

Au fait, entendez-vous parler l'OMS en ce moment pour vous prévenir des dangers des radiations nucléaires ? Non ! Elles sont sans doute bonnes pour votre santé, et cet organisme criminel préfère vous laver le cerveau avec les dangers des virus imaginaires pour vendre leurs vaccins tueurs et éliminer les populations ignorantes des dangers qu'elles encourent avec les vaccins.

L'OMS ne peut pas intervenir pour vous prévenir des dangers des radiations car elle a des liens d'intérêts avec l'AIEA, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique !

Ecoutez bien cette vidéo et lisez l'article ci-dessous, vous serez fixés.

Chernobyl Catastrophe to Fukushima-2/2


http://www.youtube.com/user/ThePlot911

Voir l'original de Paul Fusco:
http://inmotion.magnumphotos.com/essay/chernobyl

Selon Viatcheslav Grichine, membre de l'Union Tchernobyl, principale organisation des liquidateurs, sur 600 000 liquidateurs, « 25 000 sont morts et 70 000 restés handicapés en Russie, en Ukraine les chiffres sont proches et en Biélorussie 10 000 sont morts et 25 000 handicapés » (Wikipédia)

Le 26 avril 1986, la population locale n'est pas prévenue de l'accident et poursuit ses activités habituelles sans prendre de précautions particulières. Ainsi à Pripyat, 900 élèves âgés de 10 à 17 ans participent à un « marathon de la paix » qui fait le tour de la centrale. Un film argentique amateur d'époque montre de manière très flagrante que Pripyat est déjà contaminée gravement : la radioactivité y a formé de nombreux flashs blancs au rythme de plusieurs par seconde17.

L'évacuation débute le 27 avril et les 45 000 habitants de Pripyat sont les premiers concernés. Ils n'ont été informés que quelques heures auparavant par la radio locale, qui leur demandait de n'emporter que le strict minimum et leur promettait qu'ils seraient de retour sous 2 ou 3 jours. Emmenés par l'armée, ils sont hébergés dans des conditions précaires dans la région de Polesskoie, elle-même gravement touchée par les radiations. Les premiers symptômes d'une forte exposition aux radiations (nausées, diarrhées, etc.) commencent à apparaître déjà chez beaucoup d'entre eux.

Au début du mois de mai, les 115 000 personnes habitant dans un rayon de 30 km autour du site sont évacuées, opération qui se poursuit jusqu'à la fin du mois d'août. Chaque évacué reçoit une indemnité de 4 000 roubles par adulte18 et 1 500 roubles par enfant. Les évacuations touchent au total environ 250 000 personnes de Biélorussie, de Russie et d'Ukraine. Slavoutich, une ville comptant plus de 30 000 habitants à la fin de l'année 1987, est créée ex nihilo.

Quatre « zones de contamination » décroissantes sont définies. Deux d'entre-elles ne sont pas évacuées, mais les habitants disposent d'un suivi médical et de primes de risque. Il y a eu 50 000 personnes évacuées de Pripyat.

Pour Gorbatchev, la catastrophe constitue la première mise en œuvre de la politique de glasnost (« transparence ») présentée au cours du XXVIIe congrès du PCUS (25 février -- 6 mars 1986) et qui a rencontré de fortes oppositions. Dans son esprit, l'accident constitue « un nouvel argument fort en faveur de réformes profondes. »

Le 14 mai, Gorbatchev prononce une allocution télévisée dans laquelle il reconnaît l'ampleur de la catastrophe et admet que des dysfonctionnements profonds ont eu pour conséquence que « ni les politiques, ni même les scientifiques n'étaient préparés à saisir la portée de cet événement. »

Cette volonté de transparence ne va pas sans une très importante propagande autour des travaux réalisés, destinée à mettre en valeur la « bataille contre l'atome ». Une banderole apposée sur le réacteur éventré proclame que « le peuple soviétique est plus fort que l'atome » tandis qu'un drapeau rouge est fixé au sommet de la tour d'aération de la centrale à l'issue des travaux de déblaiement.

Pendant 15 ans, seuls les 56 premiers décès seront reconnus par les autorités.

Sur 30 ans, plusieurs rapports cités par l'IAEA estiment le coût de la catastrophe de Tchernobyl à plusieurs centaines de milliards de dollars33. Pour sa part, le directeur de Greenpeace France, Pascal Husting, chiffre le coût total de Tchernobyl à 1 000 milliards34. En 2011, plus de 1,5 milliards de dollars sont encore nécessaires pour la construction du nouveau sarcophage à la centrale nucléaire accidentée de Tchernobyl35.

Après la campagne du Kosovo en 1999, l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe a réclamé l'interdiction de la fabrication, des essais, de l'utilisation et de la vente d'armes à l'uranium appauvri afin de préserver les générations présentes et futures (Conseil de l'Europe 24/01/2001).

En outre, la directive 96/29/Euratom6 dispose que tout produit dépassant une concentration de 10 000 becquerels par kilogramme doit être confiné. Or, bien que l'uranium appauvri ait une concentration 4 000 fois supérieure à cette limite, il est toujours disséminé dans l'environnement par le biais de ces munitions.


Sources:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Tchernobyl

http://en.wikipedia.org/wiki/Chernobyl_disaster

http://www-pub.iaea.org/MTCD/publications/PDF/Pub1239_web...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_r%C3%A9acteurs_nuc...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Uranium_appauvri

12/04/2011

Son étrange entendu en Floride le 19 mars 2011 qui a duré 20 mn et ça a recommencé dans d'autres villes le 7 avril 2011, le jour de la dernière éruption solaire

 19 mars 2011

Apparemment, le phénomène a aussi été vécu et entendu dans d'autres villes et pays dont :

- Hawaii
- Pensacola, Fl USA
- Knoxville, TS USA
- Summerville, VA USA
- San Diego, CA USA


Et aussi dans le Montana, en Pennsylvanie, au Texas, Ontario au Canada, etc....

Tous décrivent le même son lourd et lancinant, répétitif et semblant venir du ciel ou de nulle part.


Geologist: Shaking Wasn't Florida Earthquake

http://www.wftv.com/news/27239681/detail.html


Des chercheurs tentent de résoudre un mystère survenu dans le comté de Flalger le 19 mars 2011.

Vers 9h30 ce vendredi, un afflux d'appels au 911 signalant des secousses importantes dans la région de Hamac de Palm coast, ressenties aussi dans la région de Daytona du Nord, de Deltona et St Augustine.

Les gens s'inquiétaient d'un tremblement de terre.

Le bureau de gestion des situations d'urgence a eu la plus grande difficulté à trouver la cause de ce phénomène.

En effet, le U.S. Geological Survey a soutenu que tous les capteurs sismiques en Géorgie, et Orlando, n'ont enregistré au cun mouvement anormal.
Le National Weather Service ne rapporte rien d'étrange non plus, et la marine et les gardes côtes ne signalent aucun exercise militaire.
 
 
Les fonctionnaires cherchent encore une explication et n'écartent aucune hypothése, depuis l'explosion d'une météorite, jusqu'à l'alignement de la lune en périgée...


http://www.wftv.com/news/27239681/detail.html



Ecoutez le son


What is This Loud NOISE?


 

 
 Et ça recommence le 7 avril 2011 en Ontario: Windsor-Essex frappé par un mystérieux grondement.

Le jour même de la grosse CME ou éruption solaire qui a eu lieu le 7 avril 2011
 

10 avril 2011

Traduction: Pierre

Le Ministère de l’environnement de l’Ontario étudie les rapports des grondements mystérieux dans certaines parties de Windsor et du comté d’Essex.

Ici, Sonya Skillings espère qu’elle n‘est pas folle après avoir entendu les  mystérieux grondements le 7 avril 2011. Certains des voisins des Skillings peuvent aussi entendre un bruit semblable aux booms tonitruants des passages des avions de ligne.

Neuf plaintes officielles ont été enregistrées au bureau local du ministère, et il y a eu de nombreuses demandes de renseignements téléphoniques,disent les fonctionnaires .

« Je me sens mal » dit Sonya Skillings, résidant dans le bloc 3800 de peuplier Avenue, à l’est de Western Campus l’hôpital régional de Windsor.

« C’est dans le sol et il semblerait qu’il y ait un passage souterrain sous la maison. Nous entendons ce grondement à différents moments de la journée ainsi qu’au milieu de la nuit. »

Le ministère a étudié le dynamitage souterrain éventuellement fait par à la mine de sel de Windsor mais la compagnie lance des explosions seulement une fois par jour du lundi au vendredi en milieu d’après-midi.

« Nous voulons juste de savoir ce qu’est le bruit, » dit Skillings, une mère mariée avec 2 garçons de six ans et cinq mois . « C’est tellement bizarre que personne ne sait. Si ce n’est les mines de sel, alors qu’est-ce? »

Les agents du ministère de l’environnement ont demandé aux propriétaires de tenir un journal afin d’aider à trouver la source du grondement.

Les appels sur le bruit sont venus de presque tous les coins de Windsor et ses environs, dit Teri Gilbert Coordinateur pour le bureau local du ministère de l’environnement.

« Nous avons reçu un certain nombre de plaintes et le phénomène semble très répandu », dit-elle. « La plupart des sons viennent de l’Ouest Windsor, mais aussi Amherstburg, Windsor Sud et Lakeshore.»

« En réponse, nous travaillons avec un certain nombre de partenaires — la ville de Windsor, le gouvernement fédéral et le gouvernement de l’État du Michigan afin de déterminer la source. Nous n’avons pas pu trouver. »

L’objectif du ministère est d’éliminer toute possibilité que les vibrations sont provoquées par une source industrielle de chaque côté de la frontière.

Les activités minières par des compagnies de sels de chaque côté de la frontière ont été exclues parce que « leurs opérations ne coïncident pas avec les moments où les personnes sentent ces « vibrations », » dit Gilbert.

Les propriétaires et les voisins, s’ils le désirent, seront « enrôlés » dès le mois prochain pour enregistrer les bruits s’ils perdurent.

« Les vibrations sont dans le sous-sol », dit-elle. « Tout ce que j’entends, c’est le grondement. »

« C’est un mystère », dit-elle. « Il semble n’y avoir aucune raison. »

http://www.windsorstar.com/Windsor+Essex+being+mysterious...

Map of Windsor-Essex

Autres endroits où ce son mystérieux a été entendu:

 carte bruit sourd.jpg