Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2015

La définition du "débat" en France : un monologue creux, sans contradicteurs !

Seul les journalistes de propagande peuvent débattre en France – VIDÉO MONTRANT LA VÉRITÉ

Le 20 octobre 2015, le magazine Marianne a réuni quelques « sommités » médiatiques (Jean-François Kahn, Laurent Mouchard dit « Joffrin », Natacha Polony, Jacques Julliard, Alexis Brézet), politiques (Jean-Paul Delevoye, Jacques Généreux) et franc-maçonnes (Daniel Keller, Catherine Kintzler) à la Mutualité de Paris pour un débat sur… le débat. ERTV était sur place !

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

Énorme arnaque

 

 

 

Ils font littéralement l’inverse de ce qu’ils disent aux micros ! Une belle mascarade à nouveau. Pour les Charlies du 11 janvier qui pensent que le débat existe encore en France, vous vous trompez de chemin. Le débat n’est qu’unilatéral et ce sont toujours les mêmes marionnettes qui les mènent. Ce sont eux qui décident ce qui peut-être débattu dans ce pays. Nous, nous sommes seulement là pour les écouter.


Vidéo E&R

L’ALGÉRIE encerclée par l’OTAN !

Il faut qu'ils soient partout pour voler les richesses des pays qu'ils convoitent !

Ensuite ils leur enverront leurs mercenaires pour détruire ces pays !

 

L’ALGÉRIE encerclée par l’OTAN !

Publiée le : 27-05-2015

L’ALGÉRIE encerclée par l’OTAN !

Source : Partiantisioniste / Photo: (D.R)

 

Les Etats-Unis viennent de franchir un nouveau pas dans le renforcement de leur présence au Maghreb en offrant à la Tunisie le statut d'«allié majeur non-membre de l'Otan», lors de de la visite du président tunisien Béji Caïd Essebsi à Washington les 20 et 21 Mai derniers.

Ce statut est considéré par les spécialistes comme le plus élevé rarement accordé par les Etats-Unis et réservé jusque-là à une quinzaine d’alliés, dont le Japon, l’Australie, l’Afghanistan ou encore l’Egypte, Bahreïn et le Maroc. Au terme de cet accord, la Tunisie aura accès à une coopération militaire renforcée avec les Etats-Unis.

Pour l'Algérie, jalouse de sa souveraineté, cette évolution de la situation géostratégique au Maghreb n'est certainement pas une bonne nouvelle et il apparait désormais clair que les forces militaires atlantistes (étatsuniennes et françaises) sont en train de circonscrire le pays. Que ce soit en Tunisie, au Nord Mali ou au Niger, et qu’elles soient françaises ou américaines, les installations militaires se multiplient dans la région, ce qui n’est pas sans inquiéter Alger.  

Le pays, qui a retrouvé une stabilité économique et politique faisant de lui la première puissance d'Afrique du Nord, sait qu’il représente une cible de choix pour l’empire, qui ne tolère aucune velléité d’indépendance. Une Algérie forte et souveraine n'est pas une perspective réjouissante pour les cercles sionistes, qui pourraient décider de lancer les hordes de djihadistes qu’ils manipulent au gré de leurs intérêts, à l’assaut du pays au million et demi de martyrs. 

On se souvient des propos du ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, en mars 2014, qui confirmait la présence de parties étrangères voulant mettre l’Algérie à feu et à sang à travers l’avènement d’un "printemps algérien" et ajoutant que ces mêmes parties «avaient ouvert plusieurs fronts près des frontières algériennes depuis la Libye, la Tunisie et le Mali». Le chef de la diplomatie russe accusait directement les instigateurs des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, de prendre désormais l’Algérie pour cible. 

Le danger étant désormais à ses portes, la question est de savoir quelle sera la marge de manœuvre de l’Algérie face aux forces militaires atlantistes à ses frontières.

Le Parti Anti Sioniste dénonce une nouvelle fois les pressions militaires exercées par la France/OTAN et les Etats-Unis sur l’Algérie.

Il conseille vivement au gouvernement tunisien de ne nouer aucune alliance qui en ferait un sous-traitant de l’empire contre ses frères du Maghreb et de ne pas oublier qui sont les véritables responsables du chaos dans la région.

Le Parti Anti Sioniste encourage l’Algérie à ne pas céder aux pressions américano-sionistes et réitère son appel à la vigilance en direction du peuple algérien face à toutes les tentatives de division et de déstabilisation extérieures.

 

500 membres de l'EI transférés de Syrie au Yémen dans des avions turcs

Comme cela nous sommes assurés que ceux-ci entreront en Europe pour commettre des attentats sous fausse-bannière, grâce aux bons soins de Holl’andouille et de Her MERKEL qui ont l’intention de faire entrer la Turquie dans l’UE tout en supprimant les passeports pour les ressortissants turcs.

500 membres de l'EI transférés de Syrie au Yémen dans des avions turcs

17:57 27.10.2015 (mis à jour 19:16 27.10.2015)

 Combattants de l'Etat islamique

Plus de 500 membres de l'Etat islamique ont été transférés de Syrie vers le Yémen par des avions turcs, a déclaré le général de brigade Ali Mayhub.

"Selon les données des services de renseignement, le 26 octobre, quatre avions en provenance de Turquie et après avoir fait escale en Syrie sont arrivés au Yémen, dont deux appartiennent à Turkish Airlines, un au Qatar et un aux Emirats Arabes Unis. Il y avait plus de 500 combattants de l'organisation terroriste Etat islamique à bord des avions, ils ont été transférés de Syrie afin d'échapper aux frappes russes", a précisé M. Mayhub.

Selon lui, des officiers de la coalition saoudienne ont rencontré les djihadistes à l'aéroport et ils ont été transférés en trois groupes dans les villes d'Al-Bab, de Maarib et dans les provinces saoudiennes de Jizan et d'Asir.

Les combattants doivent participer à l'opération de la coalition qui a essuyé de grandes pertes dans la lutte contre les houthis, a-t-il précisé. Selon certaines informations, ces opérations visant à transférér des djihadistes continueront, estime le général.

Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

Depuis le début de la campagne militaire, l'aviation russe a effectué plus de 930 sorties, a éliminé des centaines de djihadistes, des dizaines de postes de commandement, de dépôts et d'autres positions. En outre, 26 avions-fusées ont été lancés par les navires militaires de la flottille de la Caspienne. Ils ont frappé les positions de l'EI avec succès et poursuivent activement leur offensive d'ampleur.

 

 

 

La Russie bombarde le sud de la Syrie pour la première fois !!

info

info

Oct 27, 2015 12:37 UTC - IRIB- les chasseurs russes ont pour la première fois bombardé le sud de la Syrie.

Les chasseurs russes ont pris pour cible de leurs bombes les positions des terroristes dans le sud de la Syrie. il s'agit des premiers raids à viser le sud de la Syrie depuis l'intervention aérienne russe il y a un mois. Ainsi la Russie vient d'étendre, à l'appui des forces de l'armée syrienne et du Hezbollah, son champ d'action du nord et du centre au sud de la Syrie.  

Selon les témoins, les chasseurs bombardiers russes ont pris de court les nosratistes et les daechistes positionnés sur les hauteurs stratégiques de Tel Al Hara et de Tel Antar, non loin de Deir al Ads dans la banlieue nord de Daraa. les repaires des terroristes ont été totalement détruits dans ces régions. les hauteurs de Tel al Alaqiya dans le rif de Daraa ont été par la suite pris pour cible des bombes russes.

 

 

Syrie: l'armée régulière reprend du terrain contre les groupes terroristes

L’armée Syrienne semble dynamisée par les frappes russes et elle avance à grands pas malgré les difficultés et les syriens sont en train de rentrer chez eux ! 

L'armée syrienne a libéré 50 localités dans la province d'Alep

20:12 27.10.2015

 Armée syrienne

L'armée syrienne a libéré 50 localités dans le sud-est de la province d'Alep, les locaux sont en train de rentrer chez eux.

Syrie: l'armée régulière reprend du terrain contre les groupes terroristes

27 Oct 2015 03:02 AM

Alors que depuis plus d'un an de combats des pays de la "coalition" américaine en Syrie et en Irak, l'Etat islamique n'a fait que se renforcer, depuis le début des frappes aériennes russes, il recule. Et l'armée syrienne reprend du territoire. Petit état des lieux.

L'intensité de l'activité aérienne russe s'amplifie avec le temps et son efficacité se renforce. Du 30 septembre au 7 octobre, l'aviation russe a touché 112 cibles de l'Etat islamique. La semaine du 23 octobre, 363 cibles ont été détruites, les groupes terroristes sont déstructurés et certains veulent entrer en discussion pour se rendre. D'autres fuient vers la Turquie. Leurs infrastructures sont touchées, leur capacité de ravitaillement en armes et en vivres largement diminuées - malgré les largages effectués par les États-Unis aux groupes dits "modérés" - et les routes sont surveillées par l'aviation russe. Ce qui oblige les groupes terroristes à déplacer des forces de la zone irakienne vers la Syrie pour compenser les pertes. Comme vous pouvez l'entendre en détail et en russe dans cette vidéo:

 

Du 23 au 26 octobre, 285 cibles furent détruites lors de 164 vols de combats. Rien que les dernières 24 heures, l'aviation russe a effectué 59 sorties et détruits 94 cibles dans les provinces de Hama, Idlib, Latakia, Damask, Alep, Deir ez-Zor.

 

 

Les usines de production d'armes, les centres d'entraînements, les centres de commandements, les caches d'armes, les colonnes de véhicules sont pris pour cibles et détruits.

Par exemple, ici, la destruction de bases fortifiées à côté de Latakia:

Ou dans la région de Hama:

Ces actions permettent à l'armée régulière syrienne de reprendre du terrain et de faire reculer au sol les groupes terroristes. Vous trouverez des informations détaillées ici sur le blog de Colonnel Cassad. Après les combats dans les montagnes de Latakia, dans le nord de la province de Hama et dans les alentours de Homs, c'est la bataille d'Alep qui passe au premier plan.

 

 

Pendant ce temps, les Etats Unis, comme l'indique le Washington Post hésitent sur la conduite à tenir. Un affrontement direct avec les forces régulières syriennes, et donc la Russie, ne semblent pas faire l'unanimité. Une réelle collaboration est encore impensable puisqu'ils n'ont pas vraiment le même ennemi. Ils pensent envoyer de nouvelles forces d'intervention, mais en petit nombre. Et peut être relancer vers l'Irak. Toujours est-il que l'intervention russe les a fortement destabilisée. L'on notera avec amusement que la Syrie a été enlevée de la Une du New York Times, où l'on trouve cependant un magnifique article sans queue ni tête laissant entendre que le renforcement des frappes russes provoque les mouvements de populations de masses, ce qui explique l'afflux de migrants en Grèce ces derniers jours. Pas les violences exercées par les groupes terroristes, qui viennent encore de décapiter trois personnes, cette fois-ci dans les ruines de Palmyre. Non, c'est la Russie qui est à la source de cette crise des réfugiés.

 

Bref, ne sachant pas comment reprendre la main sur le terrain, car n'ayant manifestement pas particulièrement envie de lutter contre des groupes qu'ils pensent pouvoir utiliser à des fins politiques non avouées, les Etats Unis cherchent à discréditer le combat qui est mené par l'aviation russe et l'armée régulière syrienne. D'autant plus que l'Irak laisse de plus en plus entendre qu'elle aimerait également l'intervention de la Russie. L'Irak aurait déjà autorisé l'aviation russe à poursuivre sur son territoire des groupes terroristes qui fuient la Syrie. Ce à quoi les Etats Unis imposent à l'Irak de choisir; soit avec nous, soit nous n'intervenons pas dans la lutte contre l'Etat islamique.