Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2015

Ukraine: nouvelle rencontre "format Normandie" prévue le 5 janvier à Astana au KHAZAKHSTAN

Et voilà, comme cela nous avons la signature parfaite des Illuminati dans le coup d'état de KIEV et la déstabilisation de la Russie et qui souhaiteraient entraîner Poutine et la Russie dans leur giron nazisioniste.

Ce n'est pas pour rien qu'Hollande  est allé le 5 décembre 2014 à Astana, que Sarkozy s'y était intéressé du temps de son règne  et que le KHAZAKHSTAN  soit un partenaire stratégique de l'EU.  

Pas étonnant non plus que le nazi de Kiev ait déclaré que la prochaine réunion au "format Normandie" pour l'Ukraine aurait lieu le 15 janvier à Astana, capitale du Kazakhstan. Comme par hasard ce sont ceux qui ont accompagné le coup d'état à Kiev qui seront présents à cette réunion, dont la France et l'Allemagne à l'exception toutefois de la Pologne qui ne semble pas se mouiller sur ce coup !

Articles en lien :

*- ASTANA au KHAZAKHSTAN : CAPITALE OCCULTE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

*- Arrivée de Hollande à Astana pour une visite officielle de deux jours au Kazakhstan (délégation)

* - Sarkozy au Kazakhstan pour une visite éclair, à dominante économique

Ukraine: nouvelle rencontre "format Normandie" prévue le 5 janvier

Dossier: Règlement de la situation en Ukraine

 

 

Ukraine: nouvelle rencontre "format Normandie" prévue le 5 janvier
19:07 03/01/2015
BERLIN, 3 janvier - RIA Novosti

Une nouvelle réunion sur la crise ukrainienne au "format Normandie" (Russie, Ukraine, Allemagne, France) au niveau de directeurs politiques est prévue le 5 janvier, a annoncé à RIA Novosti une source diplomatique.

"Une rencontre au +format Normandie+ au niveau de directeurs politiques est programmée pour le 5 janvier à Berlin", a fait savoir l'interlocuteur de l'agence.

Auparavant, le président ukrainien Piotr Porochenko a déclaré que la prochaine réunion au "format Normandie" au niveau supérieur aurait lieu le 15 janvier à Astana, capitale du Kazakhstan.

Le format Normandie fait référence à une première rencontre entre le dirigeant russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Piotr Porochenko, organisée sous l'égide du président François Hollande et en présence de la chancelière allemande Angela Merkel en marge des commémorations des 70 ans du Débarquement allié en Normandie, le 6 juin dernier.

 

ASTANA au KHAZAKHSTAN : CAPITALE OCCULTE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Vous remarquerez de prime abord que le nom donné à la ville d'ASTANA est l'anagramme de : "A SATAN".

A rapprocher de ces deux articles précédents :

*- NEW AGE = UNIQUE RELIGION MONDIALE + NOUVEL ORDRE MONDIAL : ASTANA au KHAZAKHSTAN : CAPITALE OCCULTE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

*- Les Khazars, des trucos-mongoles, peuple de la steppe converti au Judaïsme

Où se situe Astana ?
Bien planquée dans l'une des régions les plus froides de la Terre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Astana

 

ASTANA au KHAZAKHSTAN:

astana


CAPITALE OCCULTE
DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Source originale: http://vigilantcitizen.com/?p=421 - Thank You vigilantcitizen
Traduction de l´anglais par EoL

 

astana


VIDEO: 9'27.

http://www.ubest1.com/user/EoLine/video/17885

Astana est la première capitale en cours de construction au XXI e siècle qui montre parfaitement vers quoi le monde se dirige. C'est la vision d´un homme: Nursultan Nazarbayev, le président du Kazakhstan (oui, je sais, le pays de Borat).

astana

Financée par des milliards de pétrodollars, la ville a été construite dans une région désertique des steppes d´Asie. Le résultat est étonnant: une capitale occulte futuriste, embrassant le NOUVEL ORDRE MONDIAL, tout en célébrant la religion la plus ancienne connue de l´homme: LE CULTE DU SOLEIL ou de SALOMON, c'est pareil.
La ville est encore un vaste chantier, mais les bâtiments terminés résument déjà la vision occulte de Nazarbaïev.

La pyramide de la paix.

astana

Conçue par l´architecte le plus prolifique de Grande-Bretagne, Lord Norman Forster, cette pyramide géante est une présence étrange au milieu des steppes d´Asie.
Ce bâtiment est dédié à "au rassemblement des religions du monde".
Norman Foster a déclaré que le bâtiment n´a pas de symboles religieux reconnaissables pour permettre la réunification harmonieuse des confessions. En réalité, la pyramide est un temple pour la seule vraie religion des occultistes: le culte du soleil.
La visite de ce bâtiment représente un voyage vraiment symbolique. Il représente le cheminement de chaque être humain vers la Lumière. Suivez le guide.

La forme pyramidale.

"Les initiés ont accepté la forme de pyramide comme symbole de cette doctrine secrète et des institutions établies pour la répandre"
-Manly P. Hall, Secret Teachings of All Ages, (Enseignements secrets de tous les temps)

astana


Novus Ordo Seclorum = New Order for the Ages Ordo Seclorum = Nouvel Ordre Mondial

Comme Manly P. Hall l´a déclaré, la pyramide est le symbole ultime représentant les mystères des civilisations anciennes. Sublime dans sa simplicité, divine dans ses proportions, elle représente à la fois la connaissance divine détenue par les illuminés et la perplexité des masses. Les élites d´aujourd´hui, initiées à l´occulte, sont les héritiers de cette sagesse ancienne et utilisent la pyramide comme symbole de puissance dans le monde moderne. La clé de voûte manquante des illuminés représente le principe divin présent dans l´univers comme dans tout être humain.
Une autre signification symbolique attribuée à la clé de voûte manquante, c´est le caractère inachevé de l´Ordre du Nouveau Monde (Nouvel-Age, N.O.M).
Il est dit que la clé de voûte de la Grande Pyramide sera rétablie quand ce projet séculaire deviendra réalité.

Voici d´autres pyramides figurant dans le monde entier,
représentant le pouvoir des élites sur les masses.

astana

Memphis Arena - - - Hôtel Luxor, à Las Vegas - - - Hôtel Raffles, Dubai

L´Opéra. (base de la pyramide)

En entrant dans la pyramide au niveau du sol, l´intérieur est sombre et immense. La base de la pyramide abrite la salle de l´opéra d´Astana,
où la masse se divertit sans méfiance.

astana


Malgré l´obscurité, une immense représentation du soleil occupe la quasi-totalité du plafond.

La section médiane.

astana

Les chefs religieux du monde entier réunis autour de la table du Soleil = SALOMON.

 NdT : Voir plus bas, la vidéo des réunions des 77 chefs religieux dans ce lieu. Juste au-dessus de l´opéra se trouve le centre de la pyramide. Il s´agit de la salle de réunion pour les conférences réunissant les chefs religieux du monde. Cette partie abrite la salle de réunion pour les conférences qui réunissent les chefs religieux du monde entier. Vous avez des chefs religieux du monde entier assis autour d´une grande représentation du soleil ou du Dieu SALOMON, qui discutent afin de concilier leurs différences pour l´avènement du Nouvel Age. Le symbolisme est flagrant: toutes ces théologies sont tout simplement une prolongation de l´objet origine du culte: le Soleil.

Cet espace est beaucoup plus lumineux que l´opéra et représente l´avancée vers la Lumière. La représentation du soleil au milieu de la table ronde se trouve exactement au-dessus du soleil de la salle de l'opéra. Ainsi, pendant que la masse se divertit dans les ténèbres du monde matériel, les illuminés, assis juste au-dessus d´eux, semble réfléchir au moyen d´atteindre la piété.

astana


En contemplant la " divinité "

Si vous lisez d´autres articles sur le site de http://vigilantcitizen.com/ , vous pouvez être au courant des objectifs du Nouvel Ordre Mondial.
L´un d´eux est le remplacement de toutes les religions par une forme de néo-paganisme.
Voilà à quoi servent ces réunions.

La ville d´Astana est vraiment une ville du Nouvel Ordre Mondial.

Le sommet.

astana

 

astana



Le sommet est arrondi, entièrement vitré et baignant dans la lumière du soleil. Des colombes blanches sont représentées sur les vitres, symbolisant la paix qui résultera de la réunification des gouvernement et des religions dans le NOUVEL ORDRE MONDIAL. Le sommet est la représentation ultime de la réalisation de l´illumination, sur un plan individuel dans le Nouvel Ordre Mondial.
Regardez la pointe au plafond:
La divinité solaire brille sur les illuminés. Magnifique (!?)

Les divisions de la pyramide.

(En bas, la salle sombre de l´opéra, la salle de conférence au milieu et le sommet divin) incarnent la vision pythagoricienne du monde. Les enseignements de Pythagore sont étudiés de manière approfondies dans les sociétés occultes d´aujourd´hui.

Pythagore divisait l´univers en trois parties, qu´il appelait : le monde suprême, le monde supérieur et le monde inférieur. La partie haute, ou monde suprême, est une interpénétration subtile d´essence spirituelle imprégnant toutes choses et par conséquent le plan réel de la divinité suprême elle-même, la divinité étant omniprésente dans tous les sens, omni active et omnipotente. Les deux mondes inférieurs existaient au sein de la nature de cette sphère suprême.

Le monde supérieur était le domaine des immortels. C´est également le lieu d´habitation des archétypes ou les sceaux, qui par nature, en aucune manière ne relevaient de matière terrestre, mais projetaient leurs ombres sur le fond (le monde inférieur) et n´étaient perçues qu´au travers de cette ombre. La troisième partie, ou monde inférieur, abritait ces créatures qui étaient faites de substance matérielle ou qui travaillaient la substance matérielle ou à l´aide de celle-ci. Par conséquent, cette sphère était le domaine de (...) l´humanité et des royaumes inférieurs, ceux qui sont temporairement de la terre, mais capable de s´élever au-dessus cette sphère par la raison et la philosophie. -Ibid Ibid-


Les trois sections de la Pyramide.

astana


En d´autres termes, cette pyramide, bien plus que d´être une attraction pour touristes, est une représentation de la philosophie des initiés. Comme Dan Cruikshanks l´a dit de façon plutôt enigmatique, c´est une "représentation de la puissance à venir".

Bayterek.

astana


Egalement conçu par l´éminent architecte britannique Sir Norman Foster, ce monument se veut l´illustration du conte populaire de l´arbre mythique de la vie et de l´oiseau magique du bonheur.
L´oiseau, nommé Samruk, avait déposé son oeuf au creux de deux branches d´un peuplier.
L´oeuf - le globe d´or en haut du monument - représente, une fois de plus, le Soleil ou le Dieu SALOMON, la divinité suprême pour les illuminatis.
Cet " arbre de vie", représente la voie par laquelle les esprits vont quitter le monde matériel et rejoindre le monde divin.
Ce concept est un concept récurrent dans la plupart des sociétés ésotériques (sinon dans toutes).

A l´intérieur du globe d´or.

L´objet " Total Recall ".

Les visiteurs peuvent accéder au sommet de la tour et avoir une vue magnifique de la ville de Nazarbaïev. Il y a aussi quelques objets étranges à voir.
A l´intérieur du globe, nous trouvons cet " objet " énigmatique. Il s´agit d´un triangle d´or avec, à l´intérieur, l´empreinte de la main du président Nazarbayev. Pourquoi ? Honnêtement, je ne sais pas. Tout ce que je peux dire, c´est qu´il ressemble à quelque chose du film Total Recall.

astana

 

astana

 

astana


C´est un globe signé par les représentants de dix-sept confessions religieuses.
Oui, encore une fois, parler pour

réunir toutes les religions en une seule pour
le Nouvel Ordre Mondial
. …

Colonnes maçonniques.

astana


Est-ce le hasard ce symbolisme maçonnique ?

astana


Oui, les deux colonnes d´or représentent les deux piliers de la franc-maçonnerie ou les deux colonnes du Temple du Soleil ou du Dieu SALOMON, appelées : Boaz et Yakin.
Je n´entrerai pas dans le détail du symbolisme derrière ces piliers, mais nous pouvons sans doute supposer que M. Nazarbaïev est un " libre et reconnu franc-maçon ".

Palais présidentiel.

astana


Placé dans une position dominante dans la ville, le palais présidentiel se trouve à la fin d´un parcours d´honneur qui commence avec la tour de Bayterek. Un gros dôme se trouve au sommet du palais, ce qui représente le principe féminin, par opposition à la tour phallique Bayterek - le principe mâle. Cette disposition est présente dans presque toutes les villes importantes, y compris à Washington DC et à Paris.

Centre Khan Entertainment Shatyry. (le plus grand chapiteau du monde)

astana


Cette bizarrerie inachevée est conçue, une fois de plus, par Sir Norman Foster (au départ, il a conçu toute la ville). Sous la tente, une zone plus vaste que 10 stades de football, sera un parc interne l´échelle urbaine, un lieu pour le divertissement avec des places et des rues pavées, une rivière pour la navigation de plaisance, un centre commercial, un mini-golf et une station balnéaire. Il a été dit que cet ouvrage est fait pour ressembler à un tabernacle, en parallèle avec le Temple de Salomon.

astana


Ces lieux de culte transportables, composés de tentes, ont été utilisés par les Juifs à l´époque biblique. Des initiés attribuent à ces anciennes installations une signification ésotérique.

Bientôt à Astana.
Astana est toujours en construction lourde, mais il y a des projets vraiment étonnant dans les travaux.
Voici certains d´entre eux.

Central markets - Marché central

astana


Conçu par notre bon ami Norman Foster.

Crazy Towers - Les tours folles (pas le nom officiel)

astana


All-Seeing Eye Stadium (pas le nom officiel)

astana

Pour Conclure.

Comme les membres de l´élite mondiale semblent remplir les conditions requises pour unir le monde en un seul gouvernement, ils répandent partout dans le monde les symboles de leur puissance. Le fait que l´ensemble de la population n´a aucune idée de ce que ces structures représentent exactement c´est la raison pour laquelle leurs plans vont de l´avant, sans contestation et passent inaperçus. Mais ces plans existent depuis des siècles maintenant.

Manley P. Hall a écrit en 1918:
"Lorsque le peuple dirige, l´homme est régi par l´ignorance, quand l´église gouverne, il est régi par la superstition, et quand l´Etat gouverne, il est régi par la peur" - " Avant que les hommes vivent ensemble dans l´harmonie et la compréhension, l´ignorance doit être transmuée en sagesse, la superstition en une foi éclairée, et la crainte en amour "

Le peuple c´est la démocratie, l´Eglise c´est la religion et l´Etat c´est le pays. En d´autres termes, avant que les hommes puissent vivre en harmonie, nous devons abolir la démocratie (parce que la masse est trop stupide), les religions (parce que ce sont des superstitions) et les états (car nous avons besoin d´un gouvernement mondial).

Il poursuit:


" Le gouvernement parfait de la terre doit être conçu éventuellement d´après le modèle de gouvernement divin qui régit l´univers ". " Le jour où cet ordre parfait sera établi, avec une paix universelle et triomphe du bien, les hommes ne chercheront plus le bonheur, car ils le trouveront en eux-mêmes ".


Voilà qui n´a pas l´air mal n´est-ce pas ? Un seul piège. Lorsque cela se produira, la plupart de la population mondiale sera morte. Passez une bonne journée.

Pour en savoir plus ….
http://vigilantcitizen.com/?p=421

Un diaporama sur Astana:
Astana - The light of a New World Order



COMPLEMENT.


Astana - Video - 22 novembre 2006:

 Admirez la supercherie du Plan !

Bien nourris, bien logés avec des spectacles et échanges de cartes de visite.
Les atouts primitifs nécessaires pour l´orientation vers " une réflexion " à l´organisation et la mise en place d´une religion unique
ambitionnée par les planificateurs du Nouvel Ordre Mondial
.

Les 1er et 2 juillet 2009, Astana, la capitale du Kazakhstan, a accueilli le troisième Congrès des leaders des religions mondiales et traditionnelles.
Vidéo de propagande pour l´orientation vers une religion unique…
celle du
Nouvel Ordre Mondial !


Rencontre des religions pour la paix



Bibliothèque Nationale - Astan

 

 

Novembre 2009 : Sarkozy à Astana pour une visite à " dominante économique "
http://www.ubest1.com/?page=video/22188#null

Pour en savoir plus ….
http://vigilantcitizen.com/?p=421

http://vigilantcitizen.com/?p=2690
http://vigilantcitizen.com/?p=1813
http://vigilantcitizen.com/?p=1229
http://vigilantcitizen.com/?p=986
http://vigilantcitizen.com/?p=625

 

 

02/01/2015

[Vidéo] TV Lobotomie - La vérité scientifique sur les effets de la télévision ou l'idiocratie à l'oeuvre !

Voici les résultats scientifiques des effets de l'un des organes de propagande ou de l'un des outils de manipulation mentale qu'est la télévision pour ceux notamment qui considèrent que parce que c'est dit à la télé ou à la radio "c'est forcément vrai" ! Et ce, sans chercher la vérité ailleurs, sans lire eni s'informer personnellement et sans connaître l'histoire du monde, la géopolitique ou l'histoire tout court, sans chercher à savoir qui mène le monde depuis des millénaires, sans procéder à des analyses des informations de manière objective par flemme, par peur de découvrir et de reconnaître leur ignorance ou par facilité. Ce qui fabrique quelques millions d'idiocrates que le système corrompu peut parfaitement manipuler et faire adhérer à ses théories mensongères et fumeuses  à mille lieux de la vérité !  

Mais je suis content, je regarde la télé et je gobe tout ce que les merdias aux ordres des lobbies me disent et qu'ils veulent que je sache sans ne jamais me poser  aucune question, ce qui est plus confortable en qualité d'idiot utile du système parce que je suis un parfait mouton prêt à aller à l'abattoir pour les Illuminati  ! !

 

[Vidéo] TV Lobotomie – La vérité scientifique sur les effets de la télévision

Pour les spécialistes, tel Michel Desmurget, il n’y a plus de doute : la télévision est un fléau. Elle exerce une influence profondément négative sur le développement intellectuel, les résultats scolaires, le langage, l’attention, l’imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l’alcoolisme, la sexualité, l’image du corps, le comportement alimentaire, l’obésité et l’espérance de vie.

TV Lobotomie - La vérité scientifique sur les effets de la télévision


Analyse du livre de Michel Desmurget : TV Lobotomie

Ce livre gagnerait sans doute le prix de la couverture la plus laide s’il existait, mais, malgré cette erreur de l’éditeur, il vaut tout de même la peine d’être lu. Michel Desmurget, chercheur à l’INSERM, dans TV Lobotomie. La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Paris : Max Milo, 2011) nous propose rien de moins qu’une synthèse de tout ce que les scientifiques savent sur les liens entre la consommation télévisuelle et les attitudes, comportements, capacités, des êtres humains qui consomment de la télévision. Ce bilan scientifique, à partir de 4000 articles selon l’auteur, serait en fait effrayant. Plus on regarde la télévision,  plus on a regardé la télévision, plus on l’a fait jeune, plus on augmente toutes choses égales par ailleurs les probabilités d’événements défavorables pour soi-même  à tous les âges de la vie.  De fait, pour croire aux résultats cités de cette étude, il faut fondamentalement être accessible à la pensée statistique. Comme le montre, le “débat” organisé le 7 février 2011 autour de ce livre sur Europe 1 et la réaction d’une auditrice qui cite son propre cas de téléphagie ne l’ayant pas empêchée d’être, à l’en croire, un génie, c’est un point fondamental.

Ainsi, si l’on a accès au raisonnement en probabilité, typique en épidémiologie par exemple, Michel Desmurget établit à partir de la littérature disponible que :

a) “la télévision est un véritable désastre ontogénétique” (p.136) (conclusion du chapitre II La télé étouffe l’intelligence, p. 71-137), autrement dit des preuves solides existent que, toutes choses égales par ailleurs, le développement intellectuel des enfants se trouve profondément affecté par la consommation de télévision, avec un effet d’autant plus fort que la consommation s’effectue massivement très  jeune (dans les toutes premières années 0-3 ans). Des études montrent même qu’à cet âge précoce, le simple fait d’avoir la télévision allumée dans une pièce  sans la regarder aurait des effets sur le développement intellectuel. La raison profonde de cette déficience en matière de maturation de l’intelligence ne serait pas liée à la qualité déficiente (ou non) des programmes, mais à la nature non interactive de la télévision. Dans le fond, notre chercheur retrouverait dans la littérature savante contemporaine la vérité marxienne selon laquelle la vérité de l’homme (comme de tout animal) n’est autre que la praxis, et que la télévision constitue une forme extrêmement appauvrie d’(in)activité.  En tant que professeur d’université, je dois dire que la courbe historique des scores obtenues aux tests d’admission dans les universités américaines, corrélé avec un retard d’une vingtaine d’années avec la pénétration de la télévision dans les foyers  (p. 92),  m’a plutôt impressionné. L’auteur cite quelques exemples d’études ayant pu montrer que l’introduction de la télévision détraque les comportements enfantins, et qu’inversement, le sevrage télévisuel peut avoir des effets positifs assez rapides (si l’on valorise la réussite scolaire, le sommeil, le calme, etc.).

b) la consommation de télévision est un facteur déterminant d’augmentation des risques de santé suivants : obésité, tabagisme, alcoolisme, sexualité mal contrôlée chez les adolescents, et j’en oublie quelques autres dont la sénescence précoce (cf. chap. III, “La télé menace la santé”, p. 139-201). Sur le tabagisme par exemple, des études montrent que, pour des adolescents, le simple fait de voir des films plutôt anodins dans lesquels apparaissent massivement des cigarettes fumées par des acteurs sympathiques augmentent la probabilité de devenir soi-même fumeur. En conclusion, indirectement, la télévision tue purement et simplement, et, avant cela, coûte cher en dépenses de santé – mais rapporte beaucoup aux entreprises qui manipulent ainsi nos comportements.

c) Enfin, la consommation de télévision rend violent et /ou anxieux (chap. IV“La télévision cultive la peur et la violence”, p. 203-238). Pour l’auteur, sur le premier point, à savoir le fait de voir de la violence et de devenir en conséquence soi-même, toutes choses égales par ailleurs, plus violent et/ou indifférent à la violence, aurait atteint un tel point de consensus parmi les scientifiques que les recherches se sont ralenties sur ce point depuis quelques années. Inutile de continuer à prouver que la terre est ronde. Pour l’anxiété, due au visionnage massif de la télévision, elle s’exerce d’autant plus puissamment sur les plus jeunes esprits.

En résumé, à en croire l’auteur, la communauté scientifique se trouve sur les divers effets négatifs de la télévision dans un consensus semblable par son ampleur que celui que connaissait cette même communauté sur les effets cancérigènes du tabac  alors que l’industrie du tabac et ses affidés  et idiots utiles niaient encore farouchement tout lien – avec la même difficulté donc, à savoir que cette “vérité scientifique” n’arrive pas du tout à s’imposer  dans l’espace public. La plus grande partie des études citées se trouvent être nord-américaines, et l’on découvrira que, sur la foi de ces recherches, les sociétés savantes des Etats-Unis ont multiplié les avis sur les différents points évoqués, sans à ma connaissance aucun effet sur la civilisation télévisuelle de ce pays. Pisse dans ce violon, camarade savant, tu nous intéresses!

Cependant, bien que Michel Desmurget ne fasse pas la différence, il faut distinguer deux séries d’effets : le plus grave, celui du média télévision en soi, par la passivité qu’il implique et qui s’avère  en tout point imparable  dans ses effets à tous les âges de la vie (point a));  et les plus remédiables, ceux qui sont liés au contenu des programmes (incitation à la malbouffe, à la violence, etc.) (point b) et c)). On peut remarquer de fait qu’il existe déjà beaucoup de règlementations pour limiter ce qui est montrable à la télévision. Par exemple, aucun pays n’autorise à ma connaissance de la  vraie pornographie en clair sur des chaînes accessibles à tous; beaucoup de pays disposent d’un système de classification des œuvres selon  le degré de violence; des programmes pour enfants sont conçus et diffusées; on limite ou on interdit la publicité visant les enfants, etc. ; autrement dit, sur les points b) et c), on pourrait, à la limite, imaginer de règlementer en vue d’une télévision qui éviterait les principaux écueils repérés par la recherche. Cela serait sans doute un peu ennuyeux pour beaucoup de gens (plus de séries criminelles, plus de sexe suggéré, plus de fumeurs positifs, etc.) et ressemblerait aux recommandations en la matière de laVie (encore) catholique en 1968 – ou, au contenu de la télévision actuellement gérée par le Patriarcat de Roumanie. Comme le montre l’auteur avec soin (dans le premier chapitre I, p. 33-69), les enfants regardent en gros la même chose que les adultes; donc, à moins de supposer des parents devenus tous raisonnables et ne laissant voir à leurs enfants que ce qui est de leur âge, il faudrait revenir à un terrible degré de censure des programmes. (Dans le cas des Etats-Unis, le principe intangible de la liberté d’expression rend toute réflexion en ce sens largement caduque, mais en Europe, des avancées seraient possibles.)

En revanche, sur le point a), la télévision en soi (quelque soit le contenu) s’avère un désastre ontogénétique pour les enfants (et, accessoirement, tend à aider les adultes à devenir sénile avant l’heure), les perspectives d’action publique me semblent  plus limitées; de fait, l’objectif de l’ouvrage semble être bien essentiellement d’obtenir que les parents, prévenus par l’auteur, arrêtent de laisser la télévision à disposition de leurs jeunes enfants (cf. la conclusion en ce sens p. 246 : “pendant les cinq ou six premières années de vie, toute exposition audiovisuelle devrait être strictement proscrite par les parents tant la télévision trouble le sommeil, promeut l’obésité à long terme et interfère avec le développement intellectuel, affectif, physique et social de l’enfant.” ), et, ensuite, contrôlent strictement la qualité et la quantité de ce qui est regardé par ces derniers. Or, comme il croit pouvoir le montrer, ce sont les adultes eux-mêmes  qui veulent que les (très) jeunes enfants s’intéressent à la télévision (ou à des DVD) afin d’obtenir du répit dans la lourde tâche de l’éducation qui leur incombe. Bien que n’ayant pas d’enfants, cela m’a rappelé que des amis, n’ayant d’ailleurs pas la télévision chez eux pour des raisons fort semblables à celles invoquées par l’auteur,  amis avec lesquels je passais des vacances il y a quelques années, utilisaient sciemment en dernier recours la télévision (cachée jusque là dans un coin du logement)   pour paralyser littéralement leur chère progéniture, plutôt remuante par ailleurs, en cas de nécessité absolue (faire les bagages et le ménage à la fin du séjour). Cela m’avait plutôt amusé à l’époque que de voir cet effet de fascination – un peu le rayon paralysant des séries télévisées de mon enfance -, mais je me rends compte à la lecture de Michel Desmurget que là se trouve largement la clé du problème. Tous les adultes n’ont pas l’énergie pour interagir tout le temps avec  leur progéniture. Se passer de fait de la télévision supposerait une réorganisation des vies familiales.

Plus généralement, si l’on admet que Michel Desmurget, chercheur à l’INSERM, a fait correctement son travail de compilation et engage ainsi sa responsabilité de savant, on peut en tirer trois conclusions.

Tout d’abord, le peu de sympathie exprimée par quelques grands penseurs du siècle dernier à l’égard de la télévision, Karl Popper, Pierre Bourdieu, et Giovanni Sartori, pour citer des grands noms, semble recevoir une confirmation empirique forte de toutes ces études  si l’on partage l’idéal d’une humanité forte et adulte.

Ensuite, on possèderait là un exemple supplémentaire d’écart abyssal entre ce qu’exigeraient les résultats scientifiques et les pratiques socioéconomiques en vigueur. Bien qu’il ne l’ait pas calculé, l’externalité négative de la télévision comme activité sociale parait au total énorme – surtout si l’on compte les effets de long terme qui semblent étonnamment forts. Même si Michel Desmurget se montre très prudent dans ses interventions médiatiques en visant surtout à protéger les enfants d’aujourd’hui et à se présenter comme quelqu’un qui n’est pas contre la télévision en soi, la conclusion logique de son travail serait en fait une suppression pure et simple de la télévision, ou, tout au moins,  dans une société de liberté d’entreprendre, la fin de tout soutien public à cette activité économique nocive. Par exemple, si la télévision en soi creuse la tombe de la performance scolaire et nous promet en plus des générations d’obèses, il n’est peut-être pas nécessaire de financer cela sur fonds publics. Ou, du moins, pourrait-on se limiter à une seule chaine exempte de tout effet nocif par le contenu et ne visant que les plus de six ans. Bien évidemment, on  n’en fera rien! C’est là un aspect fascinant de nos sociétés, cette capacité à payer des gens pour savoir qu’on se détruit en faisant telle ou telle chose, tout en s’en souciant peu au total. Je pourrais aussi citer la prison comme institution criminogène, ou les deux roues comme cause de mortalité massive sur les routes. Mais, dans le fond, après tout, nous pouvons (encore) nous payer ces luxes.

Dernier point :  M. Desmurget nomme sans aménité aucune “pipeaulogue” les spécialistes des médias ou  les essayistes qui nient ou minimisent les effets qu’il décrit à la suite de cette littérature qu’il a dépouillé.  Son livre prend en effet parfois le ton d’un pamphlet, mais c’est sans doute un choix de sa part pour atteindre un plus vaste public qu’avec un rapport de synthèse et pour rendre le contenu moins austère.  Au delà des termes dépréciatifs utilisés à l’encontre de quelques-uns cités dans l’ouvrage, je suis confondu par la divergence entre les conclusions qu’il tire à partir de cette littérature, trouvée essentiellement dans les revues de médecine, d’épidémiologie, de psychologie, et ce que j’avais perçu comme le consensus présent des spécialistes des médias, qui insistent plutôt sur les filtres sociaux à la réception, sur le côté anodin de toute ces contenus.  Par exemple sur le cas de la violence et de la sexualité, l’écart me parait énorme. Il est vrai que le souhaitable que dessine en creux le consensus scientifique auquel se réfère Michel Desmurget ressemble fort à la bonne vieille morale éducative de la bourgeoisie  catholique du début du siècle dernier. L’auteur s’en défend et s’en amuse même parfois, mais il reste qu’il casse totalement le lien entre “progressisme” (entendu comme recherche de l’autonomie pleine et entière de l’individu) et “libéralisme culturel” (entendu ici comme extension du domaine du montrable). Finalement, cela voudrait dire que des films-culte comme Pulp Fiction ou simplement  Avatar sont porteurs de maux pour les jeunes qui en sont les plus friands consommateurs. Si la violence, le sexe et le tabagisme montrés aux masses adolescentes ne sont plus aussi anodins que cela, où va-t-on arriver ma brave petite dame? Chez Benoit XVI? Chez les talibans? Et puis, par ailleurs, si l’on n’a plus de faits divers bien gores pour le JT, de quoi peut-on parler alors? Où sera l’émotion?

Source : Bouillaud’s Weblog

Michel Desmurget

Michel Desmurget : l'impact de la télé sur notre santé

 
P.S. Dans un autre registre, comme signalé en commentaire, je vous conseille le film Idiocracy (Planet Stupid “en français”, de 2007). Au 1er degré, ça ne vole pas super haut, mais au second, c’est une critique assez radicale et bien vue…

Idiocracy trailer Bande-annonce

P.P.S. : et pour le coup, sans aucun rapport avec tout ça, je vous conseille vraiment d’aller voir au cinéma le film La famille Belier, c’est remarquable de sensibilité et une belle façon de commencer l’année… :)

La Famille Bélier – Bande annonce HD

 

 

 

 

 

 

31/12/2014

Marion Sigaut - 1789 n'a jamais été la révolte du Peuple !

Un peu d'histoire pour comprendre que ce sont l'Angleterre, les banksters et la Franc-maçonnerie qui ont fomenté la Révolution dite française et que la France est colonisée depuis par les VRP Illuminati qui nous ont inventé la République maçonnique ou l'arrêt-public !! Dans le cas où vous ne le sauriez pas nous avons affaire à des imposteurs et la France est  toujours une Monarchie, certes sans Roi, mais toujours une Monarchie !

 

Marion Sigaut - 1789 n'a jamais été la révolte du Peuple !


Marion Sigaut -  Mensonges de la Révolution française

Le Blason de la ville de Paris est une Ménorah

Si vous vouliez être fixés pour savoir à qui appartient Paris depuis la révolution dite française, vous serez fixés, notamment quand Bertrand Delanoë décidait sûrement au nom de la sacro-sainte loi sur la laïcité à géométrie variable, de ne pas faire siéger le Conseil de Paris le jour de Yom Kippour ! Et ensuite on viendra nous bassiner avec la fable de l'Islamisation de la France et de l'Europe !

Le conseil de Paris ne siègera pas pour Yom Kippour

La décision de Bertrand Delanoë survient en plein débat sur la laïcité. Le maire de la capitale a décidé que le conseil de Paris ne se réunirait pas mercredi, jour de la fête de Yom Kippour.

La fête de Yom Kippour (le "Grand Pardon") - la plus importante du judaïsme - vient clore la période des "jours terribles" ouverte par la fête de Rosh Hashana. Cette année, elle commence le mardi 25 septembre en fin de journée.

Pour Bertrand Delanoë, il s'agit de "tenir compte de toutes les composantes de la société parisienne". Si les élus ne parviennent pas à boucler tout l'ordre du jour du conseil en deux jours, les points subsistants seront repoussés au conseil du 15 octobre, a précisé le maire de Paris.

Cette décision fait suite à un courrier de Jean-François Legaret, maire du premier arrondissement, qui vient de prendre la tête du groupe UMP à l'Hôtel de Ville, dans lequel il préconisait d'éviter de siéger le jour de Yom Kippour.


A qui appartient Paris ?

Publié par wikistrike.com sur 23 Novembre 2011, 09:46am

Vision d'une figure présente devant la façade principale de la Mairie de Paris. Vous pouvez y voir le symbole de la ville, un bateau sur l'eau.

380464_2668750956202_1178926220_3064502_855077980_n.jpg

Faites maintenant le tour du bateau, vous pouvez clairement voir une ménorah. Ce symbole est placé juste devant le sigle "Égalité" sur la façade principale la Mairie de Paris.

 

380464_2668750916201_1178926220_3064501_1599746190_n.jpg

170px-YarmulkeAndMenorah.jpg

Une première mention d'armoiries de Paris apparaît dès 1190 lorsque Philippe Auguste, au moment de son départ pour la Terre Sainte, donne pour premières armoiries à la ville de Paris3 :

Le blason de Paris, sous sa forme actuelle, date de 1358, époque où le roi Charles V donna le chef (partie supérieure) semé de fleurs de lys.

Une nef, ou un vaisseau, paraissent avoir été de tout temps le symbole de la corporation des marchands de l'eau, qui donna ensuite naissance à la municipalité de Paris. On a même pu faire remonter ce symbole aux nautes de Lutèce dès l'époque gallo-romaine, même si sa forme n'a pas toujours été la même.

Une première mention d'armoiries de Paris apparaît dès 1190 lorsque Philippe Auguste, au moment de son départ pour la Terre Sainte, donne pour premières armoiries à la ville de Paris3 :

« un écu dont le champ était de gueules, à la nef d'argent, au chef d'azur, semé de fleurs de lys d'or »

C'est Saint Louis qui reconnut pour la première fois officiellement le sceau de Paris. Ce sceau permettait de sceller les actes pris par le prévôt des marchands, désigné par ses pairs, les nautes, pour diriger la cité4.

Sur les sceaux du xive siècle, on trouve la légende « Sigillum mercatorum aquæ Parisius », toujours en vigueur jusqu'aux premières années du xve siècle.

La transformation du sceau en véritable blason représentant un vaisseau surmonté d'un chef de fleurs de lys sans nombre est notamment attestée par les lettres patentes délivrées par Louis XVIII le 20 décembre 1817, qui citent elles-mêmes une ordonnance du 2 février 16995, avec pour description6 :

« De gueules un vaisseau équipé d'argent, soutenu d'une mer de même, un chief d'azur semé de fleurs de lys d'or sans nombre. Lesdites armoiries, surmontées d'une couronne murale de quatre tours, et accompagnées de deux tiges de lys formant supports »

Entre temps, lorsque la Révolution a aboli la noblesse par le décret du 20 juin 1790, elle a simultanément supprimé tous les emblèmes correspondants. La municipalité de Paris a rapidement obtempéré en décidant la suppression de ses propres armoiries dès novembre de la même année.

Il a fallu attendre le Premier Empire pour que les villes soient à nouveau officiellement autorisées à se doter d'armoiries. Pour Paris, cela s'est concrétisé par les « lettres patentes » accordées à la ville de Paris par Napoléon Ier le 29 janvier 1811, dans lesquelles le chef du blason comporte trois abeilles d'or sur fond de gueules en lieu et place des fleurs de lys. On y voit de plus apparaître une étoile d'argent au-dessus de la nef, et la déesse Isis en proue de la nef.

La Restauration, par les lettres patentes de Louis XVIII de 1817, a ensuite rétabli les armoiries de Paris dans leur forme traditionnelle.

De 1848 à 1853, de la Deuxième République au début du Second Empire, le chef d'azur semé de fleurs de lis a été remplacé par un semé d'étoiles. À noter que Napoléon III a permis le retour du chef fleurdelisé de France.