Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2015

Téhéran qualifie de guerre psychologique les infos sur la chute de missiles russes

Ils ne savent plus quoi inventer pour décrédibiliser la Russie et humilier Poutine !

Téhéran qualifie de guerre psychologique les infos sur la chute de missiles russes

20:38 08.10.2015 (mis à jour 22:36 08.10.2015)

Trajectoire des missiles russes tirés contre l'EI en Syrie 

Selon une source au sein du ministère iranien de la Défense, Téhéran ne dispose pas d'informations sur la chute de missiles russes Kalibr sur le territoire iranien.

"Nous ne disposons pas d'informations sur la chute de missiles russes en Iran. Les Etats-Unis essaient d'exercer des pressions sur la Russie et mènent une guerre psychologique contre elle", a indiqué le responsable iranien à RIA Novosti.

La chaîne de télévision américaine CNN a rapporté jeudi, citant des sources anonymes, que plusieurs missiles tirés par la Flottille russe de la mer Caspienne n'avaient pas atteint les sites du groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie et étaient tombés en Iran.

Commentant cette information, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a déclaré jeudi soir que tous les missiles lancés par les navires russes depuis la mer Caspienne avaient atteint leurs objectifs en Syrie. Il a rappelé que le ministère russe de la Défense montre "presque en temps réel" les tirs de ses missiles et les destructions qu'ils provoquent au lieu de "se référer à des sources anonymes comme le fait la CNN".

"Peu importe à quel point était désagréable et surprenante pour nos collègues du Pentagone et de Langley, la frappe d’hier des armes de précision en Syrie sur les infrastructures de l'EI – toujours est-il que tous les missiles de croisière lancés ont atteint leurs cibles", a indiqué M.Konachenkov.



Le porte-parole a ajouté que des drones russes étaient en mission 24 heures sur 24 en Syrie.


 

La Russie a lancé le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Elle effectue des frappes aériennes ciblées au moyen d'avion Su-25, Su-24M, Su-34 et Su-30SM. Les Troupes aérospatiales russes ont déjà porté plus de 110 frappes contre les terroristes, détruisant leurs postes de commandement, camps d'entraînement et dépôts de munitions. En plus, les navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont tiré 26 missiles Kalibr-NK contre l'EI avec une précision de 5 mètres.

 

L'ambassadeur de Syrie en Russie Riad Haddad a déjà confirmé que les frappes ne visent pas les civils, mais les groupes terroristes. Selon le diplomate, l'aviation russe a déjà détruit près de 40% de l'infrastructure de l'EI.

 

Missile de croisière russe Kalibr, objet d'une profonde préoccupation US

L’empire du crime international organisé se croyait le plus fort et le mieux armé du monde !

Grandeur et décadence devant l’armement Russe !

Missile de croisière russe Kalibr, objet d'une profonde préoccupation US

14:40 08.10.2015 (mis à jour 16:11 08.10.2015)

La Marine russe frappe l'Etat islamique depuis la mer Caspienne

En plus des frappes ciblées contre les sites des djihadistes de l'Etat islamique en Syrie, la Russie tire des missiles de croisière depuis la mer Caspienne, toute l'opération se réalisant en coopération avec les troupes syriennes.

La milice kurde Peshmerga a publié sur le net une vidéo montrant des missiles de croisière volant vers les positions de l'Etat islamique (EI) en Syrie, supposant qu'il s'agissait d'engins russes tirés mercredi 7 octobre depuis la mer Caspienne, ce qui ne manque pas de préoccuper les militaires américains. 

 

"Les missiles de croisière sont très efficaces et difficiles à intercepter, ce qui constitue un immense défi", a déclaré devant le Conseil atlantique à Washington l'amiral William Gortney, chef du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). 

Et d'expliquer que de tels missiles permettraient à la Russie de détruire des sites aux Etats-Unis sans quitter le territoire russe. 

"L'aviation stratégique russe et les missiles de croisière russes tirés depuis les sous-marins et les bâtiments de surface constituent un sérieux défi pour nous (…) S'il s'agissait auparavant de faire face à l'aviation stratégique russe dans notre espace aérien (…), la Russie a désormais une autre doctrine (…) et possède des missiles de longue portée extrêmement précis, ainsi qu'une aviation stratégique capable d'utiliser des obus conventionnels et des ogives nucléaires contre des sites au Canada et aux Etats-Unis (…) Cela nous oblige à attraper des flèches au lieu d'essayer de toucher l'archer", a indiqué l'amiral Gortney. 

Selon l'amiral américain, les Forces armées russes dépassent de loin qualitativement celles de l'Union soviétique basées sur la quantité. 

Le ministère russe de la Défense a publié mercredi la première utilisation en combat de ses missiles de croisière Kalibr, concurrents des Tomahawk américains. Il s'agit notamment de 26 missiles de croisière embarqués Kalibr tirés à une distance de 1.500 kilomètres depuis quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne et ayant détruit 11 cibles. 

Ces missiles ont notamment frappé des usines de production d'obus et d'explosifs, des postes de commandements, des dépôts de munitions, de combustible et d'armes, ainsi que des camps d'entraînement des terroristes.

Le missile de croisière à haute précision Kalibr-NK est destiné aux navires de surface. Il a une portée d'au moins 2.600 km pour les cibles terrestres et de 350 km pour les cibles navales. La famille des missiles Kalibr (code Otan: SS-N-27 Sizzler) comprend en outre une version pour sous-marins, Kalibr-PL. Ces missiles équipent notamment le sous-marin nucléaire K-560 Severodvinsk (projet 885 Iassen).

 Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites de l'EI en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d'avions dont des Su-24M, des Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents. Les avions et les navires de guerre russes attaquent les terroristes en coopération avec les troupes syriennes. 

Au total, depuis le début de l'opération aérienne, les Forces aérospatiales russes ont effectué 112 frappes contre les positions de l'EI en Syrie. 

 

08/10/2015

Archevêque d'Alep : «L'intervention russe redonne espoir aux chrétiens de Syrie»

Après les Syriens qui voient les russes comme étant leurs sauveurs, la popularité de Poutine qui est boostée en Irak par son intervention en Syrie, à présent ce sont les chrétiens de Syrie qui sont ravis des interventions de Poutine en Syrie qui leur redonne un espoir, selon l'Archêque d'Alep.

Finalement les peuples sont contents, sauf les nazisionistes qui voient leurs plans criminels contrariés par l’heureuse intervention de Poutine et de son armée en Syrie !

Archevêque d’Alep : «L’intervention russe redonne espoir aux chrétiens de Syrie»

L'archevêque d'Alep a souligné une intervention russe en Syrie synonyme d'espoir pour les chrétiens.

© Capture d'écran du site : www.rts.ch

L'archevêque d'Alep a souligné une intervention russe en Syrie synonyme d'espoir pour les chrétiens.

Lors d’une interview donnée à la Télévision suisse-romande, Monseigneur Jean-Clément Jeanbart a salué l’engagement militaire russe en Syrie.

S’il se dit conscient que l’intervention russe est d’abord motivée par les intérêts de la nation, l’archevêque d’Alep a pointé ses bienfaits sur le moral des chrétiens de Syrie. Selon ses mots, elle leur redonne «espoir».

Monseigneur Jean-Clément Jeanbart estime que le président russe servait ainsi «la cause des chrétiens».

 

«Il y a un regain de confiance. Vladimir Poutine est en train de résoudre un problème et de nous sortir d’une situation inextricable» a déclaré l’homme d’église.

L'archevêque a également pointé du doigt «la position extrémiste» de la France dans son obstination à ne pas vouloir traiter avec Bachar el-Assad. 

 

Les Syriens voient les Russes comme des sauveurs, rapporte The Guardian

On peut parfaitement les comprendre après tous les malheurs, les souffrances et la destruction qu’ils subissent depuis plus de 4 ans grâce aux occidentaux criminels.

Ecoutez ce que dit cet homme quand il filme les avions russes évoluer dans le ciel Syrien.

On ne peut qu’être touchés par l’émotion.

Ce qu'il dit : "Enfin, enfin, Dieu est grand, les russes sont venus pour nous sauver"....


 

Les Syriens voient les Russes comme des sauveurs, rapporte The Guardian

19:30 04.10.2015  (mis à jour 16:05 05.10.2015)

Les Syriens disent merci aux Russes

Les Syriens à Tartous et à Lattaquié considèrent les militaires et le président russes comme des sauveurs qui mettront fin à la guerre, lit-on dans le quotidien britannique The Guardian.

Lindsey Hilsum, rédacteur international de Channel 4, affirme que la plupart des habitants locaux se disent prêts à servir le président Bachar el-Assad et qualifient les Russes de "héros", persuadés que l'opération de l'aviation russe mettra fin à la guerre contre le groupe terroriste l'Etat islamique.

"Les Russes sont les héros d'aujourd'hui. Les gens saluent les étrangers qui sont venus chez eux (en Syrie, ndlr) et remercient publiquement le président russe qui, comme ils l'estiment, les sauvera du terrorisme".


Dans le même temps, la plupart des habitants sont convaincus que l'Occident soutient l'EI, souligne l'auteur de l'article.

"Nous voyons que les Russes sont déterminés à défaire Daech et les terroristes, contrairement aux Américains et leur coalition qui ne semblent pas avoir la même détermination", a déclaré le gouverneur de Tartous, Safwan al-Saada. "Ces dernières années, ils affirmaient qu'ils luttaient contre le terrorisme, mais Daech se renforçait plus qu'il ne s'affaiblissait. Donc, nous pouvons dire que leur coalition n'est pas sérieuse."

La journaliste fait remarquer que sur les territoires contrôlés par M. Assad, la plupart des habitants se déclarent prêts à servir le chef de l'Etat. Ils espèrent que la guerre va bientôt finir et que leurs proches et eux-mêmes ne seront plus recrutés dans l’armée.

Actuellement, les habitants de Lattaquié espèrent avec impatience voir la défaite des terroristes, car pour eux les avions russes qui volent au-dessus de leurs têtes marquent le début de la fin de la guerre.

 

 

L'opération fulgurante des avions russes en Syrie, le bilan de la première semaine !

HOURRA POUTINE !

Les opérations militaires russes qui permettent aujourd’hui à l’armée Syrienne de lancer une vaste offensive contre Daesh !

Les forces armées syriennes lancent une vaste offensive contre Daesh !

Bien sûr les deux nazisionistes de l’OTAN :

1 - le secrétaire de l’OTAN qui s'inquiète de voir échouer tous les plans de la mafia internationale Kazhare des Rothschild & Cie : Adieu le Grand Israël, le Grand Moyen Orient et leur Nouvel Ordre Mondial qui passait par Damas en Syrie pour ensuite aller s'attaquer à l'Iran et ainsi de suite. Il s'inquiète donc de la réussite des frappes russes en Syrie, et

2 - le président ERGOGAN, dont la Turquie membre de l’OTAN qui a toujours largement financé ISIS et Cie et qui voit revenir sur son propre territoire, ses propres mercenaires qui sont chassés de Syrie grâce aux frappes russes et qui menace la Russie d’interrompre l’achat de gaz russe et de compromettre la construction d’une centrale nucléaire. Pas grave, les élections arrivent et il n’est pas du tout sûr qu’ERGODAN restera au pouvoir. Ce d’autant plus que l’opposition à la politique d’ERDOGAN est ravie de l’intervention russe en Russie. L’opposition turque favorable à une opération contre l’EI

L'Otan voit une "escalade inquiétante" de l'activité militaire russe en Syrie

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a qualifié jeudi "d'escalade inquiétante" l'activité militaire de la Russie en Syrie, alors que Moscou multiplie des frappes massives sur les positions de l'EI depuis une semaine.

Incident aérien: le président turc menace de renoncer au gaz russe

Par ailleurs, la Turquie pourrait revoir la participation de la Russie à la construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu.

La Turquie pourrait revoir ses achats de gaz russe sur fond de tensions avec la Russie provoquées par un récent incident aérien, a déclaré jeudi...

L'opération fulgurante des avions russes en Syrie, le bilan de la première semaine

8 oct. 2015, 08:35

Su-24M

Dure semaine pour les terroristes en Syrie : en quelque sept jours, la Russie a effectué plus d’une centaine de frappes aériennes contre leurs positions.

La Russie a lancé sa campagne aérienne en Syrie le 30 septembre et a réalisé, depuis, 120 sorties qui ont frappé 110 cibles en une semaine, selon le ministère russe de la Défense. Parmi les objectifs détruits figurent :

  • 70 véhicules blindés, 
  • 30 autres véhicules, 
  • 19 installations de commandement, 
  • 2 centres de communication, 
  • 23 dépôts de munitions 
  • 6 usines de fabrication d’engins explosifs improvisés, notamment des voitures piégées, 
  • plusieurs pièces d’artillerie, 
  • plusieurs camps d’entraînement.

 

«Des terroristes en fuite » 

L’objectif évident de cette phase de l’opération est de miner la capacité des combattants à maintenir leur pression sur les forces gouvernementales, au moyen de raids constants et d’attaques permettant à l’armée syrienne de trouver le temps nécessaire pour se regrouper et lancer une offensive. 

Les objectifs des frappes aériennes russes étaient dispersés à travers toute la Syrie, depuis le bastion de Daesh à Raqqa, dans le nord-est, à proximité de la cité antique de Palmyre, jusqu’aux banlieues du sud de Damas. 

Selon les militaires russes, la campagne de bombardement a sapé le moral des troupes de combattants de Daesh en poussant des milliers d’entre eux à s’enfuir.

Des avions de pointe 

La flotte des appareils est très variée. Son noyau dur est constitué des «bourreaux de travail» que sont le bombardier SU-24 et le chasseur de soutien au sol SU-25. Ces deux avions ont été conçus il y a des décennies, mais les forces aériennes russes en utilisent des versions plus récentes. Des appareils de conception plus contemporaine sont également utilisés, tel le SU-34 qui n’est entré en service en Russie que l’année dernière. Le théâtre de combats en Syrie offre aux ingénieurs russes un champ d’essai pour tester cet avion qui peut frapper des cibles depuis l’altitude de 5000 mètres, loin de la portée des armes anti-aériennes dont disposent les combattants de l’Etat islamique. 


Les forces aériennes emportent un grand nombre de bombes dans leurs opérations, telles que les Kh-25L de pointe et guidées par laser, les KAB-250 orientables, les BETAB-500 qui détruisent des bunkers et les bombes plus simples et moins coûteuses FAB-500. Cette variété permet aux forces russes de frapper avec une très grande précision, où nécessaire, et de bombarder avec une puissance dévastatrice sans aucun dommage collatéral.


Le contrôle de mission 

Les missions russes partent de la base aérienne de Lattaquié. Il y a seulement deux mois, c’était un aérodrome abandonné, mais c’est aujourd’hui le point de départ de dizaines de sorties quotidiennes. Cette base aérienne accueille non seulement les avions les plus sophistiqués de la planète, mais également les pilotes de combat russes, ainsi que des techniciens et des troupes de soutien. Des militaires syriens se trouvent également dans la base pour aider à coordonner les opérations. 

De plus, la base aérienne est à même de se défendre. Des hélicoptères Mil Mi-24 patrouillent à proximité et sont prêts à frapper tous combattants qui tenteraient de l’attaquer. Des chars et d’autres véhicules blindés sont également prêts à repousser une attaque de grande envergure. 

Des complexes mobiles de défense aérienne Pantsir-S1 et des systèmes de guerre électronique avancés couvrent l’espace aérien.



En savoir plus : des hélicoptères d’attaque Mi-24 protègent la base militaire russe en Syrie

Des bévues et des faux 

La campagne aérienne russe a déjà connu quelques incidents bizarres. Ankara a ainsi déclaré que la Russie avait violé son espace aérien à deux reprises en une semaine. Moscou a promis de corriger ses missions de combat pour éviter de tels incidents à l’avenir. Des responsables de l’OTAN ont accusé la Russie de «violations inacceptables», notamment le sectrétaire général Jens Stoltenberg, mais la Turquie a semblé s’accommoder d’erreurs de ce genre. 

Le plus inquiétant sont les plaintes de responsables occidentaux qui reprochent à la Russie de cibler des rebelles soutenus par l’Occident en Syrie au risque de tuer des agents de la CIA sur le terrain. La Russie répète qu’elle vise uniquement les troupes terroristes et a montré comment ces derniers utilisaient des mosquées et d’autres installations civiles pour protéger leurs armes des attaques russes. Les forces modérées « ne sauraient recourir à pareilles pratiques », a fait remarquer le ministère russe de la Défense, Sergueï Choïgou.  

Les informations nombreuses sur des pertes civiles provoquées par les frappes russes n’ont pas été confirmées par des sources fiables. Ces allégations ont été réfutées à plusieurs reprises, car il a été démontré que les photos ou vidéos sur lesquelles elles se fondaient avaient été prises avant la campagne de frappes aériennes. 

Le ministère russe de la Défense a, de son côté, fourni des vidéos des frappes aériennes. Les militaires essaient de rendre l’opération la plus transparente possible.

En savoir plus : Qui se trouve derrière les sources accusant la Russie de frapper l'opposition en Syrie?

Quelle est la suite ? 

Une semaine après la lutte contre Daesh en Syrie, la Russie intensifie ses efforts. La marine russe s’est jointe à la campagne, mercredi en lançant des dizaines de missiles de croisière depuis la mer Caspienne contre des positions des terroristes en Syrie. 

L’Irak pourrait bientôt demander à la Russie de lancer des frappes contre les troupes de Daesh qui se trouvent sur son territoire, en élevant ainsi le niveau de coopération de Bagdad avec Moscou, Damas et Téhéran.