Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2015

Le gouvernement se prépare à des attaques chimiques

Pour nous imposer l'état d'urgence durant 3 mois, ils s'y connaissent un rayon, mais pour annuler leur escroquerie de la COP21, ça il ne faut pas y compter !

Voilà à quoi ils exposent le peuple et les Chefs d'Etats qui se rendraient à leur théâtre du réchauffement climatique, s'ils ne prennent pas l'initiative de gazer volontairement les populations !

Vous comprendrez que les guerres qu'ils multiplient tous azimuts sur la planète et les massacres qu'ils effectuent, n'ont aucun effet sur le réchauffement, par contre, il faut à tout prix nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial, par le chaos planétaire organisé et notamment en attrayant tous les pays du monde sous la houlette de l'ONU qui est déjà le siège de l'Unique Gouvernement Mondial.

Le gouvernement se prépare à des attaques chimiques

18/11/2015

5284951_atropine-sulfate-lg_545x460_autocrop.jpg

A priori, l’arrêté du 14 novembre 2015  « autorisant l'utilisation de sulfate d'atropine, solution injectable 40 mg/20 mL PCA antidote des neurotoxiques organophosphorés » n’a pas de quoi passionner les foules. Sauf que ce texte montre que le gouvernement se prépare à des attaques chimiques. Gouverner, c’est prévoir, et une mesure de prévention n’est pas en soi un drame, mais cet arrêté en dit long sur la mouise dans laquelle le pays est installé.  

Petit délire catastrophiste de la part du blog ? Rien du tout, c’est le gouvernement qui nous expose la réalité des menaces dans les considérants de cet arrêté. Lisons :

« Considérant l'accueil sur le territoire français de la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique de 2015 (COP21/CMP11) du 30 novembre au 11 décembre 2015 ;

« Considérant l'accueil sur le territoire français d'un sommet de chefs d'Etat, préparatoire à la COP21, le 29 novembre 2015 ;

« Considérant que le risque d'attentats terroristes et le risque d'exposition aux neurotoxiques organophosphorés constituent des menaces sanitaires graves qui appellent des mesures d'urgence ».

Voilà un décor joliment planté ! Le reste est plus technique, mais franchement, ça ne rigole pas.

Gaz-Sarin.jpg

L’arrêté vante les mérites du sulfate d'atropine, sous la forme d’une solution injectable 40 mg/20 mL PCA comme antidote des intoxications aiguës par les gaz neurotoxiques de guerre, genre le gaz sarin et le gaz VX. Ces gaz ralentissent le rythme cardiaque, et l'administration d’atropine joue comme un antidote efficace.

Le sulfate d'atropine a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM), mais l’industrie civile le produit sous des dosages très légers, destinés à certains traitements de pathologies cardiaques. En cas d’attaque chimique, il faut administrer, et rapidement, des doses bien plus importantes – le 40 mg/20 mL PCA – et l’industrie n’est pas en mesure de fournir les dosses nécessaires pour palier l’exposition « d'un nombre potentiellement important de victimes à des neurotoxiques organophosphorés » dixit le gouvernement. Donc, l’hypothèse est une attaque massive aux gaz toxiques pendant la COP 21. Dont acte.

Le sulfate d'atropine à dose efficace pour les attaques au gaz est fabriqué par la pharmacie centrale des armées, sous l’égide de la direction des approvisionnements en produits de santé des armées (DAPSA), et il n’est utilisé que sur les zones de combat. La DAPSA remet les produits à l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), et l’arrêté autorise à titre dérogatoire la délivrance du produit aux SAMU.

La publication de cet arrêté au JO du 14 novembre était déjà « dans les tuyaux » et n’est pas liée aux attaques terroristes du 13 novembre. Ceci étant, elle montre que le gouvernement est parfaitement informé des risques, que ces risques sont de haut niveau, et que nous sommes entrés dans une période durable et fort difficile, du fait de cette guerre hier exportée, et aujourd’hui importée.

5284951_atropine-sulfate-lg_545x460_autocrop.jpg

Contre Amiral (2s) Claude Gaucherand : "Al-Qaïda, Daech, ce sont ses enfants nourris aux pétrodollars"

La guerre secrète multinationale de la CIA en Syrie et le chaos islamiste

Cet article est très long et bien documenté, vous l'avez avec tous les liens actifs : ICI

La guerre secrète multinationale de la CIA en Syrie et le chaos islamiste

LE MYTHE DE L’« INACTION » MILITAIRE OCCIDENTALE CONTRE LE REGIME SYRIEN


Ces derniers mois, le secrétaire à la Défense Ashton Carter et le général Lloyd Austin – qui dirige les opérations du Pentagone au Moyen-Orient et en Asie centrale –, ont tous deux reconnu l’échec du programme de formation de rebelles « modérés » pour lutter contre Daech en Syrie. Monsieur Carter a d’abord affirmé devant le Congrès des États-Unis que seulement 60 combattants avaient été formés dans le cadre de cette opération, lancée en 2014 et budgétée à hauteur de 500 millions de dollars ; (1) puis le général Austin a estimé que seuls « 4 ou 5 » hommes entraînés par les militaires états-uniens étaient alors actifs sur le terrain. (2) À la suite d’un ultime revers, ce programme d’entraînement a été « suspendu » puis « réduit » en octobre 2015. (3) La presse internationale est donc unanime sur l’échec de cette politique. Néanmoins, il est possible que les chiffres ridicules avancés par le Pentagone aient eu un impact majeur sur l’opinion publique mondiale, que cet effet soit recherché ou non. En d’autres termes, ils ont certainement contribué à renforcer le mythe de l’« inaction » militaire des États-Unis et de leurs alliés occidentaux pour renverser Bachar el-Assad. (4)


Or, bien que les puissances de l’OTAN et leurs alliés n’aient pas lancé de guerre ouverte contre ce régime, je vais analyser l’implication massive, illégale et clandestine de la CIA dans la déstabilisation de la Syrie, cette politique profonde ayant mobilisé différents services spéciaux moyen-orientaux et occidentaux. (5) Aujourd’hui, nous n’avons aucune idée précise de l’ampleur de cette intervention de l’Agence dans cette guerre civile. Cependant, d’après un article du Washington Post publié en juin 2015, la CIA a mené depuis 2013 contre le régime el-Assad « l’une [de ses] plus grandes opérations clandestines », dont le financement annuel avoisine le milliard de dollars. (6) D’après ce journal, cette intervention secrète – qui aurait notamment permis de former 10 000 rebelles –, s’inscrit dans un « plus vaste effort de plusieurs milliards de dollars impliquant l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie », c’est-à-dire les trois États notoirement connus pour soutenir les factions extrémistes en Syrie. (7) Bien qu’il ait officiellement démarré à l’automne 2013, (8) nous verrons que l’engagement de la CIA dans ce pays avait été lancé en janvier 2012, et qu’il trouve ses origines profondes en 2011, dans le contexte trouble de la guerre de l’OTAN en Libye. (9) Ainsi, je décrirai ce qui s’apparente à une guerre secrète multinationale contre le régime syrien, les opérations de la CIA et de ses alliés étant distinctes du programme lancé en 2014 par le Pentagone afin de former des combattants pour lutter contre Daech. (10)

L’objectif de cet article n’est pas de défendre le régime el-Assad et ses soutiens étrangers, qui partagent une lourde responsabilité dans cette guerre civile meurtrière. (11) Néanmoins, je souhaite démontrer que les principales puissances occidentales – essentiellement les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France –, en sont militairement coresponsables du fait de leurs politiques profondes en Syrie. (12) Le but de cet article n’est pas non plus d’établir une vérité historique encore impossible à déterminer. En effet, j’étudierai essentiellement des opérations clandestines, qui sont protégées par le secret-défense et qui ne sont en principe pas revendiquées par les États qui en sont à l’origine. Or, ces actions confidentielles font parfois l’objet de fuites dans la presse, ou de confirmations officielles plutôt rares et bien souvent imprécises. Ainsi, en me basant sur des informations recoupées, je tenterai de démontrer que l’« inaction » militaire occidentale contre le régime syrien est un mythe entretenu par les médias (13) et les États clandestinement engagés dans ce conflit. Ce mythe déresponsabilise ces gouvernements, puisqu’il leur permet de nier, de déformer ou de minimiser l’ampleur de leurs interventions secrètes dans cette guerre civile (14) – notamment en rejetant la faute de l’essor de Daech et d’al-Qaïda en Syrie sur leurs alliés turcs et pétromonarchiques. Du fait du caractère confidentiel de leurs opérations, mon article relèvera de la « Politique profonde », telle que définie par l’auteur et ancien diplomate Peter Dale Scott : l’étude de « l’ensemble des pratiques et des dispositions politiques, intentionnelles ou non, qui sont habituellement refoulées dans le discours public plus qu’elles ne sont admises. » (15)

La suite : ICI

 

Attentats de Paris : opération reconquête en banlieue

Et bien sûr qui prend en premier ?

Les musulmans des banlieues dont la gestion aurait été confiée, contre large financement, au Qatar.

Si nous sommes d'accord pour qu'un nettoyage soit fait dans les banlieues françaises, à cause d'un gouvernement qui a abandonné sa souveraineté au Qatar, s'il y a un lieu à nettoyer pour que les Français reprennent la France, c'est bien le gouvernement criminel !

Et vous croyez que les français sont protégés en France, prenez connaissance de cet article :

4.700 gendarmes pour protéger les écoles juives, aucun pour protéger les écoles de nos enfants. Faut-il se convertir pour être protégé ?

4.700 gendarmes pour protéger les écoles juives, aucun pour protéger les écoles de nos enfants. Faut-il se convertir pour être protégé ? - See more at: http://www.info-contre-info.fr/societe/4700-gendarmes-proteger-ecoles-juives-aucun-proteger-ecoles-de-nos-enfants-faut-se-convertir#sthash.13m0rgNe.dpuf
4.700 gendarmes pour protéger les écoles juives, aucun pour protéger les écoles de nos enfants. Faut-il se convertir pour être protégé ? - See more at: http://www.info-contre-info.fr/societe/4700-gendarmes-proteger-ecoles-juives-aucun-proteger-ecoles-de-nos-enfants-faut-se-convertir#sthash.13m0rgNe.dpuf
4.700 gendarmes pour protéger les écoles juives, aucun pour protéger les écoles de nos enfants. Faut-il se convertir pour être protégé ? - See more at: http://www.info-contre-info.fr/societe/4700-gendarmes-proteger-ecoles-juives-aucun-proteger-ecoles-de-nos-enfants-faut-se-convertir#sthash.13m0rgNe.dpuf

Attentats de Paris : opération reconquête en banlieue

Grâce au déploiement de l'armée, l'état d'urgence devrait permettre de reprendre le contrôle de quartiers gangrénés par la délinquance et l'islamisme.

Par
Publié le | Le Point.fr
L'armée dans le 11e arrondissement de Paris au lendemain des attaques. Elle devrait également appuyer l'action de la police en banlieue.

L'armée dans le 11e arrondissement de Paris au lendemain des attaques. Elle devrait également appuyer l'action de la police en banlieue. © CITIZENSIDE/VINCENT EMERY

« La Syrie avait la liste des djihadistes de France et l’a proposé aux Français. Mais Valls a refusé ».

Valls aurait refusé la liste des djihadistes français qui lui a été proposée par les services secrets syriens, il y a 2 ans, au motif fallacieux qu'il n'échangeait pas avec un régime tel que la Syrie !

Sans doute que son régime dictatorial est le meilleur, ainsi que celui du Qatar qu'il affectionne tout particulièrement pour être allé lui vendre des armes dernièrement, pour recevoir demain en France, le premier ministre du Qatar et avoir confié à ce pays la gestion des banlieues françaises que le Qatar se charge de radicaliser et pour enrôler des jeunes parmi leurs mercenaires en Syrie et ailleurs.

Valls à Marseille pour inaugurer un lycée privé salafiste financé par le Qatar et le Koweït

L’amour fou de Manuel Valls pour Israël, le Qatar et le Maroc

Le Qatar n'a rien à faire dans les banlieues

Vente de Rafale au Qatar : le dessous des cartes

Ce n'est pas n'importe qui, qui fait ces révélations à Valeurs Actuelles, c'est Bernard l

« La Syrie avait la liste des djihadistes de France et l’a proposé aux Français. Mais Valls a refusé ».