Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

Syrie: "la base militaire russe donnera un sentiment de sécurité"

La décision n'a pas encore été prise, mais c'est une excellente idée pour protéger les citoyens Syriens. 

Il faudrait plusieurs bases militaires russes dans tous les pays du Moyen Orient et d’Afrique pour assurer la paix et la sécurité à tous ces pays.

 

Syrie: "la base militaire russe donnera un sentiment de sécurité"
15:32 17.10.2015(mis à jour 15:33 17.10.2015)

Des Syriens disant merci à la Russie, Damas, Syrie

Les autorités de la province syrienne de Lattaquié saluent l'installation éventuelle d'une base militaire russe.

L'installation éventuelle d'une base militaire russe dans la province syrienne de Lattaquié (nord-ouest) permettrait à ses habitants de se sentir plus en sécurité, a déclaré le gouverneur de la province Ibrahim al-Salim dans une interview accordée aux journalistes russes.

M.al-Salim a expliqué que depuis l'arrivée de l'aviation russe, les gens se sentent protégés.

 "Cela leur a donné l'espoir d'une victoire sur les terroristes. Voilà pourquoi nous saluons la création d'une base militaire russe chez nous", a-t-il expliqué tout en remerciant l'aviation russe pour son aide dans la lutte contre les combattants (du groupe djihadiste Etat islamique, ndlr).

"Ces cinq dernières années, la Syrie lutte contre le groupe terroriste le plus grand dans le monde. Le peuple syrien et l'armée résistent avec courage aux terroristes armés. L'aide de la Russie dans cette lutte, l'assistance aux troupes d'infanterie syriennes effectuée depuis les airs est très importante pour nous", a annoncé Ibrahim al-Salim aux journalistes.

"Je suis sûr que le soutien fourni par l'Armée de l'air russe et les actions de l'infanterie et de la flotte syriennes aboutiront à la victoire définitive sur ce fléau et à la libération de la patrie. Cela donnera de nouvelles possibilités du développement à tous les pays du monde", a-t-il ajouté.

Selon lui, près de 1.500.000 personnes déplacées des autres régions de la Syrie, notamment des provinces de Raqqa, d'Idleb, d'Alep et de Deir ez-Zor, résident actuellement dans la province de Lattaquié.

"Nous avons essayé de les loger, de leur donner la possibilité de travailler ou d'étudier pour leurs enfants", a fait savoir Ibrahim al-Salim.

 Vendredi le vice-chef de l'état-major de l'armée russe, Andreï Kartapolov, a déclaré que l'état-major de l'armée russe n'excluait pas la possibilité d'installer une base militaire en Syrie comprenant un corps d'infanterie et des forces navale et aérienne à Lattaquié.

Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

Le 7 octobre, des missiles russes ont également été tirés sur les sites de l'EI depuis des navires en mer Caspienne.

Au total, l'aviation russe a réalisé près de 700 vols en Syrie en effectuant plus de 500 frappes contre les positions de l'EI en Syrie depuis le début de l'opération aérienne le 30 septembre dernier. Les navires de la Flottille russe de la Caspienne ont en outre tiré 26 missiles de croisière Kalibr.

 

 

Des armes américaines "perdues" retrouvées chez Daech

Pas perdues pour tout le monde, puisqu'ils continuent à armer leurs mercenaires de l'EI, CIA/Mossad !

Des armes américaines "perdues" retrouvées chez Daech

19:43 16.10.2015 (mis à jour 20:14 16.10.2015)

 

Les forces de sécurité irakiennes affichent un drapeau d`État islamique et des munitions confisquées

 

Des armes et des munitions "perdues" par les Américains ont été retrouvées par des soldats irakiens dans les régions débarrassées des terroristes de l'Etat islamique.

Lors d'une opération visant à libérer les territoires occupés par l'Etat islamique (Daech), des militaires irakiens ont découvert un hangar rempli d'armes américaines, rapporte le magazine en ligne Alles Schall und Rauch (ASuR).

Et bien que le Pentagone affirme que ces armes "ont disparu l'année dernière", personne, semble-t-il, n'accorde foi à cette allégation, souligne le magazine.

"Le Pentagone a confirmé lundi que l'armée irakienne avait découvert un vaste entrepôt appartenant à Daech et contenant un grand nombre de munitions américaines, ainsi que des roquettes antichars sophistiqués TOW-2. Cette cache d'armes a été découverte au moment où les militaires irakiennes ont repris des régions auparavant contrôlées par l'Etat islamique", indique l'ASuR.

"Interrogé par les journalistes, le porte-parole du Pentagone a reconnu qu'il s'agissait d'armes «disparues» l'année dernière, mais a nié que les Etats-Unis les avaient délibérément livrées à Daech", constate le magazine.

Les médias irakiens rapportent toutefois que les munitions et les roquettes avaient été parachutées par les Américains. Les porte-paroles de l'US Army nient cette information et la qualifient de "propagande", affirme l'ASuR.

"Oui, oui, niez tout et faites comme si vous étiez innocents. Personne ne vous croira", écrit le magazine, ajoutant que le stock découvert atteste que les Etats-Unis fournissaient à Daech non seulement des armes et des munitions, mais aussi des médicaments et même des denrées alimentaires.

En réalité, Washington combat aux côtés de l'Etat islamique. Quant aux Russes, on les traite de "méchants", car ils mènent une lutte efficace contre les terroristes. Le magazine considère la politique médiatique américaine comme une "déformation complète des faits".

"Washington et l'Occident en général montrent chaque jour qu'ils sont du côté des terroristes de l'Etat islamique. Un exemple? Les Etats-Unis et leurs laquais européens ont refusé de soutenir la déclaration du Conseil de sécurité de l'Onu dans laquelle le bombardement de l'ambassade de Russie à Damas était qualifié d'acte terroriste", rappelle l'ASuR.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a commenté ce comportement dans les termes suivants: "Il est dommage que nos collègues américains ne se mettent pas du côté de ceux qui se battent contre le terrorisme et qui condamnent les attaques terroristes. Deux poids deux mesures! Nous devons malheureusement le constater de nouveau".

 

 

Inferno: Le règne des fortunés et des privilégiés est désormais terminé

Et si la peur changeait de camp ?

«L'autocensure de dernière minute».


Gardez vos préjugés, les Dieux c'est nous maintenant, nous somme votre châtiment ! ....
Il est temps de traîner leurs carcasses jusqu'à la maison de la mort.

Inferno: Le règne des fortunés et des privilégiés est désormais terminé

 

 

Syrie: le Pentagone dément avoir livré des armes aux Kurdes

Eh oui, il ne faut pas frustrer la Turquie, par contre qu'ils entravent les missions militaires russes, en continuant à armer leurs mercenaires, c'est tout à fait normal !

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant prévenu que les armes livrées par les Etats-Unis à l'Armée syrienne libre (ASL) risquaient de tomber encore entre les mains des djihadistes de l'EI.

 

Syrie: le Pentagone dément avoir livré des armes aux Kurdes

18:55 16.10.2015

Rebelles syriens

Les forces de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis ont largué dimanche dernier 50 tonnes de munitions à des rebelles anti-EI dans le nord de la Syrie, la Turquie craint que ces armes ne tombent entre les mains des Kurdes.

Les munitions parachutées dimanche étaient destinées uniquement aux "groupes arabes" soigneusement sélectionnés de l'opposition syrienne modérée combattant les djihadistes de l'Etat islamique (EI) et non aux Kurdes, a précisé le Pentagone, soucieux d'éviter les frictions avec son allié turc. 

"Les munitions larguées depuis des avions cargo C-17 ont été reçues par des groupes arabes, dont les chefs ont été soigneusement vérifiés. Ces groupes font partie de la +Coalition arabe syrienne+ qui mène des combats dans le nord-est de la Syrie où se trouve le bastion de l'EI", a annoncé à RIA Novosti un représentant du service de presse du Pentagone sans mentionner les peshmergas (combattants kurdes). 

Pourtant, le porte-parole du Pentagone Peter Cook avait auparavant supposé qu'une partie des munitions larguées dans la province syrienne d'Hassaké aurait pu tomber entre les mains des Kurdes combattant l'EI, ce qui a provoqué un tollé à Ankara. 

A l'heure actuelle, les Kurdes en Irak et en Syrie mènent une lutte armée contre l'EI. En Irak, ils bénéficient régulièrement d'une assistance militaire des Etats-Unis et de leurs alliés, ainsi que de la Russie qui le fait à la demande officielle de Bagdad. 

Bien que la Turquie où vivent plusieurs millions de Kurdes soit un allié des Etats-Unis dans la lutte contre l'EI dans la région, elle craint que les armes ne tombent entre les mains des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'Ankara qualifie d'organisation terroriste.  

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a prévenu Washington et Moscou de l'inadmissibilité d'une assistance militaire aux Kurdes syriens. La Russie a répondu ne pas accorder de telle assistance.

Le programme de formation et d'équipement, lancé début 2015 et doté de 500 millions de dollars, devait concerner environ 5.000 rebelles syriens. Au final, il n'a permis de former que quelques dizaines de combattants. Les militaires américains ont notamment été forcés de reconnaître que certains de ces combattants avaient remis une partie de leur équipement au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant prévenu que les armes livrées par les Etats-Unis à l'Armée syrienne libre (ASL) risquaient de tomber encore entre les mains des djihadistes de l'EI.

 

 

Crise des migrants : l'Union européenne et la Turquie se mettent d'accord sur un "plan d'action commun"

Allez faisons, entrer la Turquie dans l'Europe, levons l'obligation de visas pour les mercenaires de l'EI/CIA/Mossad, en provenance de la Turquie, comme cela nous aurons directement leurs terroristes en Europe !

Ils doivent certainement se préparer à nous fabriquer quelques belles opérations sous fausse bannière en Europe, histoire de nous imposer plus de contrôles et pour nous museler définitivement !

Ils veulent vraiment leurs guerres civiles en Europe !

 

Merkel prête à soutenir la Turquie dans son processus d’adhésion à l’UE
18 oct. 2015

  • Angela Merkel et Ahmet Davutoglu

    Lors de la conférence de presse consécutive aux négociations avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, la chancelière allemande a parlé des relations entre la Turquie et l’UE en se disant prête à soutenir Ankara dans son processus d’adhésion.

Crise des migrants : l'Union européenne et la Turquie se mettent d'accord sur un "plan d'action commun"

Par Francetv info avec AFP
Mis à jour le 16/10/2015 | 01:01 , publié le 16/10/2015 | 00:45

L'Europe a également accepté d'ouvrir de nouveaux chapitres dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.

 

François Hollande, à Bruxelles (Belgique), le 15 octobre 2015.

François Hollande, à Bruxelles (Belgique), le 15 octobre 2015.

L'Union européenne s'est mise d'accord avec la Turquie sur "un plan d'action" destiné à réduire l'afflux de réfugiés en Europe, a annoncé, jeudi 15 octobre, le président du Conseil européen, Donald Tusk, à l'issue d'un sommet des chefs d'Etats à Bruxelles (Belgique). L'Europe a également accepté d'ouvrir de nouveaux chapitres dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE. Elle s'est aussi dite prête à "accélérer" les négociations pour faciliter l'octroi de visas aux ressortissants turcs, en échange d'une meilleure coopération sur la crise des migrants.

Aucune aide décidée pour l'instant

Au même moment, la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué une possible aide de 3 milliards d'euros à la Turquie pour l'aider à faire face à la crise migratoire causée notamment par la guerre civile en Syrie. François Hollande, lui, a assuré qu'aucun montant n'avait été pour l'instant décidé, renvoyant ce sujet à de prochaines négociations. Des pourparlers qui pourraient se tenir "dans les jours qui viennent", selon Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne.