Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2011

Le dérèglement climatique dû à l’affaiblissement magnétique terrestre?

 

L'affaiblissement de notre bouclier magnétique serait la cause première.

Bien sûr que notre climat change, il en a toujours été ainsi depuis la création. Nous traversons des périodes glaciaires et puis des périodes plus clémentes. Il est donc fort bien possible que nous soyons dans une période de réchauffement même si à certains endroits nous avons l’impression d’avoir plus froid! L’explication trouvée par les écologistes est que la fonte de l’antarctique, due au réchauffement planétaire, entraînerait un refroidissement ailleurs.

Il est vrai que le Groenland fond!

Dans la vidéo ci-dessous, il est fait relation à Nibiru appelée Nemesis par la NASA ! !

 Le Groenland fond! (Champ magnétique)



Mais la bataille du réchauffement climatique se passe actuellement entre les pro-développement et les pro-écolos. L’ONU a mis en place le GIEC pour suivre le climat. Cet organisme diffuse l’idée que c’est l’émanation de CO² dans l’atmosphère d’origine humaine qui causerait le réchauffement planétaire. Les anti-GIEC, comme Allègre, pensent eux que cela n’est que propagande pour empêcher les pays pauvres de se développer et exploiter leurs ressources minières énergétiques comme le charbon. En fait il semble y avoir une opposition entre les tenants de l’industrie verte et les tenants de l’industrie tout court. Mais le débat n’est-il pas ailleurs?

Dans ce documentaire on montre comment l’affaiblissement du champ magnétique terrestre qui s’accélère aujourd’hui, est précédé par une explosion des pôles magnétiques qui se retrouvent dispersés sur la planète. Ceci pourrait expliquer pourquoi le pôle magnétique bouge sans cesse  et accélère son déplacement à raison de 60 km / an!

Voir les vidéos : ICI


Cet affaiblissement du champ magnétique terrestre expliquerait dès lors que notre planète soit plus facilement exposée aux radiations solaires et donc se réchaufferait. La multiplication d’animaux morts sur la planète pourrait aussi trouver une explication dans notre plus grande perméabilité aux radiations cosmiques et solaires.

Or cet affaiblissement du champ magnétique terrestre annonce une inversion des pôles très rapide. La Terre pourrait ainsi basculer rapidement sur elle-même entraînant comme on peut l’imaginer des catastrophes naturelles de grande ampleur voire d’ampleur apocalyptique. Les océans déborderaient de leur lit naturel et un tsunami géant pourrait déferler sur la planète ce qui expliquerait le déluge biblique vécu par toutes les civilisations avant nous. Des civilisations qui en étaient bien conscientes et qui ont gravé dans leur monument des explications à ce phénomène naturel terrestre qui se déroule tout les 12500 ans.

Ainsi donc nous vivons une période pré-inversion des pôles dû à l’affaiblissement de notre champ magnétique qui expliquerait le réchauffement climatique supposé. L’activité terrestre ici serait quantité négligeable concernant son influence et le débat mondial entre les pour et les contre climategate dû au CO², un vaste enfumage permettant aux industries de prospérer et de vendre leurs technologies aux pays pauvres.  La véritable explication serait l’augmentation de notre perméabilité aux rayons solaires. Une explication que ne peuvent dévoiler l’élite mondiale qui compte sur nous pour produire et consommer jusqu’à la fin des temps…

http://lesouffledivin.wordpress.com/2011/01/08/le-deregle...


21/12/2010

Série "V" : Les vaccins anti grippaux dans la série V

!cid_118C6C2020144888AF6F9421DFFE7EF0@HP26922839816.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau type de nuage : l'asperatus, idéal pour ne pas voir ce qui est au-dessus... (photo réelle)

 

!cid_88E1DB335E394A3084035FFC15C0B833@HP26922839816.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nuages artificiels pour cacher l'arrivée d'autres vaisseaux (série "V" épisode 12)

 


Plus d'infos sur :
artemisia-college.org

  
Série "V"
  
  
Nous avons visionné les 12 épisodes de 41 mn de la nouvelle série "V".
C'est étonnant, lors de la première série, alors que nous n'avions pas idée de ce que pouvaient être les "reptiliens", nous n'avons pas compris ce qui nous était pourtant mis sous les yeux.

Comme quoi, il n'y a pas plus aveugle qu'une personne qui ne veut pas voir...


A présent, nous pouvons apprécier ce qui est présenté.
N'aimant pas trop les productions "made in US", il faut dire que cette série est bien faite, bon casting, bons doublages, bon scénario, bons effets spéciaux.
Ceci pour la forme, et pour le fond, nous qui n'avons pas spécialement apprécié "Avatar" (trop de guerre, trop "USA", trop manichéen, et surtout, un thème que l'on retrouve dans "La Forêt d'Émeraude" notamment, pas besoin de transposer ça avec des ET...).


Bon, mais ce n'est qu'un avis perso, et il y avait aussi de belles choses...
Cette série "V" convient mieux à un esprit militant, il s'y retrouve...
Mais surtout, c'est incroyable ce qui y est dit... "TOUT", ou presque :


Les reptiliens, leur présence déjà sur Terre, depuis longtemps, où ils ont TOUT infiltré, y compris les services secrets ; les vaccins, utilisés pour tracer/pucer la population (là avec un adjuvent intervenant sur l'ADN) ; la façon d'utiliser les émotions de la population, et singulièrement la PEUR, mais aussi sa capacité à croire à un sauveur ; la façon de manipuler les medias pour manipuler la population, la duplicité des dirigeants qui font délibérément l'inverse de ce qu'ils disent ; les fausses agressions sous faux drapeaux ; l'utilisation d'un faux terrorisme ; les manipulations... et même, à la fin, les faux nuages (chemtrails ou nouveaux nuages http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d... ) pour cacher ce qui arrive dans le ciel...

Mais aussi des rappels à "Blue Beam" (http://www.dailymotion.com/video/xbgcff_le-projet-blue-be... ) : beaucoup de rayons bleus, des hologrammes, des communications dans le monde entier dans la langue de chacun et dans sa culture, interventions à caractère quasi mystique pour endoctriner, faire croire à un sauveur, rendre les gens dépendants...

En fait, c'est comme pour les symboles des satanistes et de la franc-maçonnerie, c'est devant les yeux de tout le monde, de qui veut les voir*, et la grande masse ne voit rien, ou, dans le cas de cette "fiction", juste une belle histoire**, avec plein d'effets spéciaux, à voir entre un match de foot et une émission de "télé-réalité"...

En fait, ce n'est pas qu'ils ne voient pas, c'est qu'ils ne veulent pas voir. La preuve, certains ne veulent même plus lire ce que nous publions pour étayer nos dires...

Ils ont le droit de fermer les yeux pour ne pas être dérangés dans l'image d'Épinal qu'ils ont du monde, si c'est trop fort pour eux, mais si tout le monde fait ça, les imposteurs/manipulateurs ont encore de beaux jours devant eux, et celles et ceux qui ferment les yeux sur leurs forfaitures portent une lourde responsabilité !

Il y a aussi une belle approche sur l'aptitude humaine à avoir des sentiments, des émotions (par rapport à la froideur des reptiliens), et la capacité des humains à communiquer leurs émotions, y compris aux reptiliens (certains)...
  
Vous pouvez visionner cette série les mercredis soir, en seconde partie de soirée, sur TF1, ou sur ce site :

!cid_C37A7278288C4D3CA1F9E70082A92B32@HP26922839816.jpg
NB : Le débit est faible et irrégulier, mais la qualité "HD" est très bonne, au point qu'en projection via un vidéo projecteur connecté à un ordinateur, sur un écran de 2 m 20, c'est encore très bon.

Les 12 épisodes tiennent sur 4 CR-Rom (3 par CD-Rom), ou sur 1 seul DVD.
  
  
  


 

En Bretagne, un pesticide éradique toute vie aquatique

Il faut bien alimenter Monsanto, le système médical et les laboratoires pharmaceutiques, n'est-ce pas ?

Et comme pour les reptiliens nous sommes trop nombreux, faut bien trouver des moyens de nous éliminer, non ?
 

Un champs de salades, un pesticide ultra puissant, un agriculteur imprudent, des pluies un peu fortes. Il n’en fallait pas plus, ce 23 octobre dernier, pour éradiquer toute vie aquatique sur 12 kilomètres d’un cours d’eau du Finistère, près de Roscoff. Une affaire qui remet en lumière le rôle néfaste des pesticides : en France, 96% des rivières contiennent ces produits chimiques.

Cela pourrait entrer dans le livre des records : 130 tonnes de truites décimées en un petit quart d’heure, dans une pisciculture bretonne. L’hécatombe a permis de détecter une nouvelle catastrophe écologique, le 23 octobre dernier. Le cours d’eau Le Guillec, dans le Finistère, près de Roscoff, a été pollué sur plus de 12 kilomètres. Tous les poissons d’eau douce sont morts, jusqu’à l’estuaire. En cause : le traitement d’une parcelle agricole, où poussent des salades, par un produit chimique, le Trimaton extra (il porte bien son nom...), à proximité de cette rivière du Haut-Léon. Que s’est-il passé ? A priori pas de surdosage dans l’utilisation du pesticide par l’agriculteur. Mais les fortes pluies qui ont suivi l’épandage du produit phytosanitaire semblent avoir aggravé la situation. L’association Eau & Rivières de Bretagne et trois communes voisines ont décidé de porter plainte pour éviter que cette affaire ne soit classée sans suite.

« Cette pollution n’est pas une fatalité. Elle est le résultat de pratiques imprudentes dans l’utilisation de produits chimiques extrêmement dangereux pour l’eau, pour les sols, et pour tous les organismes vivants », s’indigne Eau et rivières. « Au-delà de la négligence de l’agriculteur qui n’a pas pris garde à la météo, ce n’est pas possible qu’on puisse homologuer un produit, si la moindre pluie provoque ce genre de situation », ajoute Arnaud Clugery, délégué départemental de l’association. L’utilisation du pesticide demande d’inonder auparavant le terrain sur une profondeur de 10 cm, avec un système de drains qui a, dans ce cas, été installé dans le sens de la pente. « On ajoute un facteur de danger : le sol est en condition d’érosion maximum avant l’épandage du pesticide. »

Un pesticide reconnu comme cancérigène

Le collectif « Les amis du Guillec et de la baie de Sieck » a lancé une pétition : « Au delà de la pollution du Guillec, arrêtons la stérilisation des sols !!! ». Objectif : relancer le débat sur l’interdiction des pesticides. Pour le collectif, les finalités du traitement de cette parcelle agricole sont inquiétantes, puisqu’il s’agit de stériliser totalement le sol sur une épaisseur de quelques dizaines de centimètres, « afin qu’il n’y ait plus aucune mauvaise herbe, plus aucun insecte, plus aucun champignon, plus aucun ver de terre qui vienne nuire à la production ». Et cela avant semer de la mâche. Le collectif s’insurge contre ce type de méthode, de plus en plus utilisée, où l’on détruit toute vie du sol, « ce dernier ne servant plus que de substrat inerte. »

Le Trimaton extra est commercialisé par la société CEREXAGRI, vendue en 2007 par Arkema - ancienne filiale de Total - à l’entreprise indienne United Phosphorus Limited (UPL), un des plus gros producteurs indiens de produits phytosanitaires. Fongicides, insecticides, herbicides sont notamment produits sur quatre sites français [1]. Le Trimaton extra contient du dimethyl dithiocarbamate de sodium (ou Metam sodium). C’est l’un des pesticides les plus utilisés aux États-Unis (25.000 tonnes par an). Pourtant la substance active fait partie de la liste des cancérigènes « probables » recensés par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) états-unienne.

Un produit néfaste pour l’environnement aquatique

L’État de Californie va plus loin et considère le metam sodium comme toxique d’un point de vue du développement. Le produit est également inscrit sur la liste des cancérigènes avérés, « California Prop 65 Known Carcinogens », et sur celle des « perturbateurs de la reproduction ». L’inscription sur cette liste par l’Agence de protection environnementale de Californie est « basée sur une identification formelle par les autorités publiques que la substance chimique entraîne une toxicité reproductive ».

Côté français, les choses sont moins claires : le site Agritox de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) fait état d’un « effet cancérigène suspecté » et de « preuves insuffisantes chez l’homme ». Le produit est cependant considéré comme « dangereux pour l’environnement », « très toxique pour les organismes aquatiques », et pouvant « entrainer des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique »…

Des cancers au bout d’un mois d’exposition

Les études de toxicité sont inquiétantes. Sur le développement des lapins par exemple : à forte dose, la substance chimique provoque des malformations congénitales - méningocèle (malformation congénitale avec absence de fermeture de la colonne vertébrale) et anophtalmie (absence d’un ou des deux yeux à la naissance) - et une ossification incomplète. De quoi décourager toute envie de pêcher des poissons à proximité des zones d’épandage du pesticide ou de manger les productions végétales qui ont subi ce traitement.

L’agence de protection de l’environnement états-unienne précise qu’en raison de la volatilité du metam sodium dans l’air, « aucun résidu n’est attendu dans l’alimentation » ou dans l’eau. Dans les usages agricoles, le metam sodium devient un gaz volatile (le methyl isothycyanate, ou MITC) peu après son application. Ce gaz est considéré par l’EPA comme « extrêmement toxique pour les mammifères, les oiseaux, les invertébrés aquatiques et les poissons ». Un rapport du Bureau du programme des pesticides de l’EPA décrit le gaz MITC comme pouvant « migrer des champs vers des lieux où le public vit, travaille, joue ». Or une « métaplasie des tissus de l’appareil respiratoire, une lésion souvent associé au cancer, a été observée après seulement 28 jours d’exposition de rats au MITC ».

Des pesticides dans l’eau de pluie

D’après l’Institut français de l’environnement (IFEN), 96% des eaux de surface (rivières, étangs...) et 61% des eaux souterraines analysées en France contiennent des résidus de pesticides. Même les eaux de pluie sont touchées : des stations de mesure installées par l’INRA de Rennes ont révélé que presque tous les échantillons contenaient des pesticides. 60% d’entre eux dépassent même les 0,1µg/l, la Concentration maximale admissible (CMA) pour l’eau de distribution.

Ces mesures montrent une dispersion importante des pesticides dans les milieux aquatiques. Le désastre écologique du 23 octobre sur les bords du Guillec a permis de mesurer l’ampleur de la toxicité du pesticide concerné. Combien d’accidents de ce type ont lieu chaque année en France ? Et combien de pollutions invisibles mais tout aussi dangereuses sont provoquées par les pesticides ?

Agnès Rousseaux

Notes

[1] Bassens (Gironde), Le Canet (Bouches-du-Rhône), Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) et Vaas (Sarthe)


Auteur : Agnès Rousseaux - Source : Basta !
 
 

Le vrai pouvoir du Vatican

Cette émission est passée sur Arte en novembre 2010.

 

Le Vrai Pouvoir du Vatican, de Jean-Michel Meurice

 
Depuis la création de l'Etat du Vatican, en 1929, sept papes et leurs neuf secrétaires d'Etat seulement ont assuré la continuité de la diplomatie papale. Ils ont été confrontés tour à tour au fascisme, au nazisme, à deux guerres mondiales, au totalitarisme soviétique, à la guerre civile espagnole, à l'extermination des juifs, aux purges staliniennes, à la guerre froide, aux dictatures sud-américaines, à la menace atomique. Dans le même temps l'Eglise, en particulier sous l'égide de Jean-Paul II, a pris une dimension sociopolitique universelle. Ce film en deux parties raconte l'histoire secrète de la diplomatie vaticane au cours du siècle dernier, notamment à partir d'archives très récemment ouvertes. Grâce aussi aux recherches d'historiens et aux témoignages approfondis de membres de la curie romaine, il révèle nombre d'aspects ignorés et restitue la complexité des faits.
.
.
CRITIQUE TÉLÉRAMA

Tout ce que vous voulez savoir sur le Vatican ? Pas tout à fait, car les archives secrètes restent résolument muettes. Ce documentaire s'ouvre sur des images de 1893 : Léon XIII salue parce qu'on lui a bien expliqué qu'il s'agissait d'une caméra. Mais il est immobile. Un peu comme la diplomatie du Vatican qui, d'accords en concordats, négocie d'abord son influence, pèse le pour et le contre, se concilie avec des Etats, fussent-ils fascistes ou autoritaires. De passionnantes interventions d'ecclésiastiques et d'historiens reviennent ainsi sur les périodes brûlantes de l'Histoire : les accords ou désaccords avec Mussolini, avec Hitler, avec Franco, Khrouchtchev ou Gorbatchev. Les nonces et les conseillers avertissent, et le pape décide, tempère ou attend.

« Aspettare », maître-mot face à des régimes auxquels le Vatican n'accorde aucune confiance. Est-il vrai que Pie XII tentait, de son balcon, d'exorciser Hitler, qu'il considérait comme possédé par le Diable ? Un constat du réalisateur résume tout : « Il faut faire avec les gouvernements que les accidents de l'Histoire vous donnent. » L'historien Guy Hermet explique ainsi très clairement la position du Vatican pendant la guerre d'Espagne. Mais les guest-stars sont bien sûr Jean XXIII et Jean-Paul II, deux papes qui voyagent, même s'il faut parfois rendre visite à Pinochet. Beau documentaire dont la vertu principale est de montrer la complexité de la curie romaine, donc la complexité qui doit présider aux jugements que l'on porte sur elle.

Gilles Heuré

Télérama, Samedi 30 octobre 2010

 
9/10/2010 14:00


Un siècle dans les coulisses de la diplomatie vaticane

En se fondant sur des témoignages de première main, le documentaire d'Arte se  propose de comprendre de l'intérieur les mécanismes de la politique étrangère du Vatican

  

Un garde suisse au Vatican (photo de Meo/Ciric).

Les « armées » virtuelles du pape et de sa diplomatie ont toujours été un objet de fascination, voire de fantasme. On leur attribue une puissance d'autant plus importante qu'elle serait secrète, on lui prête des réseaux tapis dans l'ombre de chaque clocher d'église.

 

Malgré son titre quelque peu racoleur (Le Vrai Puvoir du Vatican), le premier mérite de ce documentaire en deux parties (diffusé mercredi 3 novembre à 20 h 40 sur Arte) est de rompre avec cet imaginaire.

Jean-Michel Meurice a très honnêtement pris son bâton de pèlerin, ou plutôt sa caméra, pour aller à la source : consultation des archives romaines, des historiens, et surtout, pour les périodes les plus récentes, de tous ceux qui ont joué un rôle diplomatique au Saint-Siège ces cinquante dernières années. Ce qui lui permet de mettre en lumière de l'ntérieur les motivations des responsables d'Église. Jamais l'auteur ne juge. Il se contente de rapporter.

 

La cicatrice du « Kulturkampf »

L'origine, c'est 1870 : avec la perte des derniers territoires pontificaux, personne n'aurait alors parié sur l'avenir d'une papauté dépassée par l'Europe des nations en train de naître. Mais de ce qui aurait pu signer sa fin, le pape va faire une force, l'État symbolique devenant l'arme d'une conscience morale universelle. Cela grâce aux accords du Latran, dont le film retrace la lente négociation, soulignant le pragmatisme des hommes du Vatican face à Mussolini.

Les premiers temps de cette nouvelle diplomatie ne sont pas de tout repos : montée du fascisme et du nazisme, guerre d'Espagne, et danger du communisme. Dans ce contexte, Jean-Michel Meurice veut comprendre : la principale motivation du pape est alors de protéger les catholiques et préserver les Églises locales.

Des films d'archives nous montrent le jeune Pacelli, futur Pie XII, nonce à Munich, et durablement marqué par le désordre dans lequel l'Allemagne vit la défaite de 1918. Très clair encore, l'arrière-fond qui va expliquer l'attitude de la hiérarchie catholique allemande durant le nazisme, avec la cicatrice du « Kulturkampf ».

On attendait évidemment le passage sur le « silence » de Pie XII face à l'extermination du peuple juif. Le sujet est traité, même si on peut regretter la part trop belle faite, dans les témoignages, au jésuite allemand Peter Gumpel, postulateur de la cause de béatification de Pie XII et donc partie prenante.

Manque une évaluation plus objective de l'action du pape

Le passage évoquant le pape de l'époque exorcisant Hitler, du balcon de la place Saint-Pierre, aurait mérité un minimum de recul, tant ce geste semble décalé face à l'ampleur du drame. Même souci d'explication pour l'Espagne de la guerre civile et du franquisme : l'intransigeance de l'Église locale, le massacre des prêtres, religieux et religieuses, voilà qui éclaire les tensions encore perceptibles de la société espagnole d'aujourd'hui.

Après-guerre, la vision diplomatique s'élargit à l'Europe de l'Est et au monde. La « plume » est alors tenue par les témoins eux-mêmes. C'est passionnant, lorsque le cardinal Achille Silvestrini, qui était représentant du Saint-Siège à la signature des accords d'Helsinki, explique comment fut votée la fameuse « troisième corbeille », celle concernant les droits de l'homme, sans que l'on se rende compte alors de sa portée pour les opposants au communisme.

D'ailleurs, jamais les contacts entre les deux Églises, de part et d'autre du rideau de fer, ne furent réellement interrompus. Le cardinal Jean-Louis Tauran, à l'époque « ministre » des affaires étrangères de Jean-Paul II, est aussi un bon témoin de la « geste wojtylienne ». On connaissait la part prise par le pape polonais dans la chute du Mur.

Manque cependant une évaluation plus objective de l'action du pape, qui aurait mieux pris la mesure d'autres aspects de cette diplomatie, par exemple en Irak ou en Amérique latine. Le final, les funérailles de Jean-Paul II en 2005, offre de fait un miroir saisissant de l'écho international alors atteint par la papauté, ne serait-ce que par la foule impressionnante des grands de ce monde, venue se recueillir place Saint-Pierre. Mais elle donne lieu à une conclusion quelque peu grandiloquente, qui nuit à la qualité globale de cet excellent documentaire.

 

Isabelle de Gaulmyn

08/12/2010

Révélations de WIKILEAKS - Ce que la diplomatie américaine dit de Nicolas Sarkozy

Le soi-disant Président de tous les français !

La confirmation que Sarkozy le pro-américain est un Agent de la CIA infiltré en France pour servir les intérêts US/Israéliens ou Sionistes/Reptiliens ?
Monde

Publié le 01/12/2010 à 06:58 - Modifié le 01/12/2010 à 11:30 Le Point.fr  

FRANCE

NOUVELLES RÉVÉLATIONS DE WIKILEAKS - Ce que la diplomatie américaine dit de Nicolas Sarkozy

NOUVELLES RÉVÉLATIONS DE WIKILEAKS - Ce que la diplomatie américaine dit de Nicolas Sarkozy

Selon WikiLeaks et Le Monde, Nicolas Sarkozy avait annoncé aux Américains qu'il serait candidat à l'élection présidentielle de 2007 dès le 1er août 2005 © Ron Sachs/Pool/Maxpp

Nicolas Sarkozy est décrit par les diplomates américains comme "le président français le plus pro-américain", au point d'avoir envisagé en 2006, avant son élection, l'envoi de troupes françaises en Irak dans le cadre d'une "force internationale", selon WikiLeaks. Cette possibilité a été évoquée par Nicolas Sarkozy lors d'une rencontre à Paris avec le ministre de la Justice de George W. Bush Alberto Gonzales, l'année précédant son élection à la présidence française. "Sarkozy a déclaré que la France et la communauté internationale allaient devoir aider les États-Unis à résoudre la situation en Irak. Peut-être en remplaçant l'armée américaine par une force internationale", écrit l'ambassadeur des États-Unis en France, Craig Stapleton, dans son compte-rendu.

Des mémos publiés mardi soir par le site internet du Monde, sur la base du matériel obtenu par WikiLeaks, montrent que, selon les diplomates américains, Nicolas Sarkozy était hostile à l'invasion de l'Irak par les États-Unis en 2003. Selon ces documents cependant, il désapprouvait aussi l'opposition frontale manifestée contre cette opération par le président français de l'époque Jacques Chirac et son ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin. "Affirmant que c'est quelque chose que lui ne ferait jamais, il a évoqué l'utilisation, par Chirac et Villepin, du veto de la France au Conseil de sécurité (de l'ONU) contre les États-Unis en février 2002 comme étant une réaction injustifiable et excessive", dit un câble du 1er août 2005. Nicolas Sarkozy est alors ministre de l'Intérieur et il rencontre à Paris le conseiller de la Maison-Blanche pour les questions économiques, Alan Hubbard.

Dans ces mémos consacrés à la France, et dont Le Monde a publié, mardi, de longs extraits, le président français est décrit par les Américains comme "viscéralement pro-américain". Il y est aussi qualifié de "Sarkozy, l'Américain". Avant sa première rencontre avec Nicolas Sarkozy en sa qualité de président des États-Unis, Barack Obama reçoit de son ambassadeur à Paris un message extrêmement positif. "Votre visite intervient à un moment historique", écrit le diplomate, avant que les deux hommes ne se voient le 3 avril 2009 à l'occasion d'un sommet de l'OTAN à Strasbourg, dans l'est de la France.

Affinité pour Israël

 

"Nicolas Sarkozy est le président français le plus pro-américain depuis la Seconde Guerre mondiale, il est actuellement le dirigeant le plus influent en Europe", écrit le diplomate. L'ambassadeur prévient que Nicolas Sarkozy est "un pragmatique brillant, impatient, non diplomate, imprévisible, charmant, innovant" pour lequel "le rapport personnel a un impact" sur la relation politique, rapporte Le Monde en se fondant sur les documents de WikiLeaks. Il ajoute que le président français "espère un contact régulier intense" avec Barack Obama.

Selon WikiLeaks et Le Monde, Nicolas Sarkozy avait annoncé aux Américains dès sa rencontre avec Alan Hubbard le 1er août 2005 qu'il serait candidat à l'élection présidentielle de 2007. Son annonce officielle aux Français n'interviendra que le 29 novembre 2006. Au long de ces télégrammes, le "mauvais caractère" de Nicolas Sarkozy est souligné. Il est aussi parfois décrit comme "frénétique" ou "impulsif". D'autres documents publiés ces derniers jours avaient dépeint un homme "autoritaire" et "susceptible".

Les Américains s'intéressent aussi à "l'héritage juif" de Nicolas Sarkozy, en référence à son grand-père maternel, et s'interrogent, au début de son mandat, sur l'impact que cela peut avoir sur "le traditionnel centre de gravité pro-arabe" de la France dans sa politique au Proche-Orient. "L'héritage juif de Sarkozy et son affinité pour Israël sont célèbres", note l'ambassade qui considère aussi qu'avec Bernard Kouchner, le président français nommait en 2007 "le premier ministre des Affaires étrangères juif de la Ve République".

http://www.lepoint.fr/monde/nouvelles-revelations-de-wikileaks-ce-que-la-diplomatie-americaine-dit-de-nicolas-sarkozy-01-12-2010-1269115_24.php