Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2009

DSK en route vers le nouvel ordre mondial !

Le Nouvel Ordre Mondial :
Une idéologie ou une obsession religieuse ?

Les origines religieuses du mondialisme

Ecoutez bien ce qu'il dit dans cette vidéo : Que l'humanité ne fait qu'un seul peuple et que nous sommes tous unis !

Faudrait peut-être que DSK aille dire à Israël aux Palestiens et aux peuples musulmans dans le monde que nous ne faisons qu'un seul PEUPLE et que l'Humanité est unie !!! Et que les guerres pour le pouvoir et les richesses, ça suffit !


DSK en route vers le nouvel ordre mondial !



« Bertelsmann, une Fondation au service de la gouvernance mondiale », par Pierre Hillard Par Pierre Hillard

« Bertelsmann, une Fondation au service de la gouvernance mondiale », par Pierre Hillard

Par Pierre Hillard, pour Mecanopolis

juin 28 2009

La Fondation Bertelsmann évoque peu de choses auprès des Français. Nous serions même tentés de dire que cela n’évoque rien du tout. Pourtant, le lecteur doit prendre conscience que les grandes décisions sont toujours conçues par une minorité. Le peuple prétendu souverain n’a aucune prise sur l’évolution interne et externe du pays. Le choix qu’il porte sur tel ou tel candidat du système ne change rien à la donne parce que ce dernier est, en fin de compte, le produit de l’oligarchie. Parvenu au pouvoir, le « poulain » issu de la matrice financière se voit servi tout frais une série de rapports et de documents qui conditionnent sa politique dans tous les domaines. Ceci est patent dans le cas de la Fondation Bertelsmann.

 

OFRBS-BERTELSMANN-RESULTATS-20070321

En fait, il faut distinguer l’entreprise de la Fondation. A l’origine, l’entreprise a vu le jour en 1835 grâce aux efforts de son fondateur Carl Bertelsmann. Ce dernier et ses successeurs ont su développer leurs affaires au point que la petite imprimerie de la première moitié du XIXè siècle était devenue le premier fournisseur du IIIè Reich à la veille de la Seconde guerre mondiale. A partir de 1945, son jeune président, Reinhard Mohn (descendant de la famille Bertelsmann, mais par les femmes), reprend en main l’affaire familiale et donne à son entreprise la taille d’un empire. En effet, c’est un véritable empire des médias et de l’édition qui a vu le jour. Fort d’un chiffre d’affaires de plus de 18 milliards d’euros, Bertelsmann est à la tête de filiales comme RTL (radio), M6 (télévision) et d’une variété de journaux et de revues comme GEO, Femmes Actuelles, VSD, Stern, Gala etc. A cela, il faut ajouter que la plus grande maison d’édition américaine, Random House, est sous la coupe de cette entreprise germanique. Ainsi, lorsque Barack Obama a publié son livre en 2006 L’audace de l’espoir chez Random House ; en fait, c’était sous l’égide de Bertelsmann. Enfin, précisons que le groupe de distributeurs de livres, France Loisirs, est coiffé par Bertelsmann même si ce dernier, selon certaines indiscrétions, tente de se séparer de sa filiale française. Cette simple énumération suffit à souligner le poids incontournable de ce grand média allemand en Europe mais aussi dans le monde. Cependant, ce poids est d’autant plus renforcé que les dirigeants de Bertelsmann ont su profiter des succès de l’entreprise pour financer la création d’un « laboratoire à idées » : la Fondation Bertelsmann.

Celle-ci a vu le jour en 1977. Ses objectifs sont clairs. Il s’agit d’œuvrer dans trois domaines : la construction européenne, le renforcement du partenariat transatlantique et élaborer une politique au Proche-Orient subdivisée en deux parties ; Israël et le monde musulman.

bertelsmann_media_ramifications

Bertelsmann et ses ramifications
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans le cas européen, les efforts de la Fondation Bertelsmann sont probants puisqu’elle a joué un rôle décisif dans la relance du projet de constitution européenne après les non français et hollandais en 2005. En effet, un rapport a été adopté par le Parlement européen en janvier 2006 appelant à remettre sur les rails l’idée d’une constitution dotée de la personnalité juridique (droit accordé à l’Union européenne d’être un acteur reconnu sur la scène internationale). Malgré le non irlandais en juin 2008, le projet de constitution est maintenu. Or, les deux rapporteurs, les députés anglais et autrichien au Parlement européen, Andrew Duff et Johannes Voggenhuber, ont travaillé en liaison étroite avec la Fondation Bertelsmann. Celle-ci a bénéficié de relais au sein du Parlement européen comme les présidents des commissions des Affaires étrangères et constitutionnelles (Elmar Brok et Jo leinen) pour remettre en vigueur l’idéal politique de Valéry Giscard d’Estaing. Ce texte doit théoriquement voir le jour en 2010. Parallèlement à l’évolution de la politique européenne, la Fondation Bertelsmann s’active dans le renforcement des liens transatlantiques. En fait, cette Fondation se démène pour réussir à créer un bloc transatlantique unifié pour 2015. Ces ambitions vont très loin puisqu’il est spécifié qu’une « arène monétaire » doit voit le jour de part et d’autre des rives de l’Atlantique. C’est l’annonce en filigrane d’une monnaie transatlantique. Dans ce cas bien précis, l’Europe contre puissance est un vain mot.

Enfin, les activités de la Fondation Bertelsmann s’exercent en direction du Proche-Orient : Israël et le monde musulman. Dans le cadre du « Dialogue germano-juif » (Deutsch-jüdischer Dialog), Bertelsmann souhaite associer un « troisième pilier » du judaïsme (Israël) à ceux des piliers Nord-américain et européen. Pour ses promoteurs, il s’agit de favoriser l’émergence d’un immense bloc euro-atlantique prolongé jusqu’à l’État d’Israël. Il va de soi qu’une même organisation politique, économique, militaire et philosophique doit structurer cette immense architecture au sein de laquelle le monde musulman doit s’adapter. C’est tout l’enjeu des « Discussions de Kronberg » (Kronberger Gespräche) qui animent les travaux de la Fondation Bertelsmann. Cette dernière cherche à « moderniser » l’esprit des musulmans afin de les rendre aptes, selon elle, aux exigences de la modernité. Cela se traduit par une série de mesures allant dans la voie de l’occidentalisation des structures politiques, sociales et morales des sociétés musulmanes. D’une certaine manière, c’est une forme de « Vatican II » que Bertelsmann veut imposer aux esprits arabo-musulmans en liaison avec les think tanks anglo-saxons. Une telle politique court le risque d’aviver les tensions avec ces populations rétives aux préceptes occidentaux.

Finalement, les travaux de la Fondation Bertelsmann accompagnent et renforcent les ambitions d’une gouvernance mondiale politique, financière et monétaire dont le coup d’envoi officiel fut lancé lors du Sommet du G-20 à Londres en avril 2009.

Pierre Hillard, pour Mecanopolis


Pierre Hillard est l’auteur du livre
« La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale »

c2a0la-fondation-bertelsmann

 

Editions François-Xavier de Guibert, 2009


Israël pratique l'apartheid et le colonialisme: Étude sud-africaine

Mondialisation.ca, Le 30 juin 2009


Le Conseil pour la Recherches en Sciences Humaines (HSRC) d'Afrique du Sud a publié un rapport confirmant qu'Israël pratique le colonialisme et l'apartheid dans les territoires palestiniens occupés.

Le HSRC a commandé une étude à une équipe internationale d'universitaires et praticiens de droit international de l'Afrique du Sud, d'Israël, de l'Angleterre et de la Cisjordanie. Le rapport de 300 pages résultant intitulé "Occupation, Colonialisme, Apartheid? : Une réévaluation des pratiques d'Israël dans les territoires palestiniens occupés sous la loi internationale", représente un travail de recherche de 15 mois et constitue une revue exhaustive des pratiques d'Israël dans les territoires palestiniens occupés selon les définitions du colonialisme et d'apartheid tel que défini par la loi internationale.

La directrice du projet, Dr. Virginia Tilley, explique en citant le rapport que les trois piliers de l'apartheid sud-africain sont tous pratiqués par Israël. En Afrique du Sud, le premier pilier était de démarquer la population du pays en différents groupes raciaux et d'acorder des droits supérieurs, privilèges et services au groupe racial blanc. Le second pilier était d'opérer une ségrégation de la population en différents endroits géographiques qui étaient alloués par la loi à différents groupes raciaux et de restreindre le passage de membres de n'mporte quel groupe vers d'autres endroits alloués à d'autres groupes. Le troisième pilier est la '"matrice de lois et de politiques de "sécurité" draconiennes qui était employée pour réprimer quelconque opposition au régime en place et pour renforcer le système de domination raciale en fournissant des outils de détention administrative, torture, censure, d'interdictions et assassinats."

Le rapport conclu que les pratiques d'Israël dans les territoires palestiniens occupés démontrent ces trois mêmes '"piliers"d'apartheid:

Le premier pilier dérive des lois et politiques israéliennes qui établissent une identité Juive dans le but d'établir légalement un statut juridique préférentiel et matériel aux Juifs plutôt qu'aux non-Juifs.

Le deuxième pilier se reflète dans la grande politique d'Israël de fragmenter les territoires palestiniens occupés pour s'assurer que les Palestiniens soient confinés à des réserves désignées pour eux alors que les Juifs israéliens sont interdits d'y pénétrer, mais pouvant tout de même être libres de mouvement à travers le reste des territoires palestiniens. Cette politique est mise en évidence par les larges appropriations de terres palestiniennes qui continuent de faire diminuer l'espace disponibles pour les Palestiniens; des points de fermetures hermétiques et l'isolation de la bande de Gaza du reste des territoires occupés; de la coupure et détachement délibéré de Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie; et du morcèlement du territoire palestiniens en de petites enclaves assiégées et non-contigües pour les Palestiniens, ressemblant à un archipel d'iles déconnectées.

Le troisième pilier est "l'invocation de prétexte de la sécurité de la part d'Israël pour valider des restrictions sur la liberté d'opinions, d'expression, de réunion et de mouvement des Palestiniens pour masquer l'intention sous-jacente de réprimer la dissidence envers son système de domination et ainsi, maintenir le contrôle sur les Palestiniens comme groupe."

Et personne ne connait les conditions d'apartheid mieux que l'Afrique du Sud.

Téléchargez le rapport [PDF - 3 MB]

Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

Grippe porcine : une journaliste autrichienne accuse l’ONU et de s responsables politiques de préparer un génocide planétaire

Une journaliste d’investigation autrichienne prévient le monde entier que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en marche. Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte auprès du FBI. Elle accuse l’Organisation Mondiale de la Santé, L’ONU, et plusieurs personnalités politiques hauts placés de vouloir commettre un génocide de masse. Elle a aussi préparé une procédure de justice contre la vaccination forcée qui se prépare aux USA. Elle avait préalablement lancé une procédure de justice contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu’elle juge responsable d’avoir délibérément produit la grippe porcine afin d’en retirer des bénéfices.(productions de vaccins etc.)

Elle présente des preuves de bioterrorisme, qui sont en violation avec la législation américaine et accuse des responsables politiques américains d’agir pour le compte des banquiers internationaux, qui eux-mêmes contrôlent la Réserve Fédérale américaine, l’ONU, et l’OTAN. Elle les accuse de fomenter un génocide de masse contre la population américaine, par l’utilisation de la grippe porcine.

Les personnalités visées par la plainte sont Barack Obama, David Nabarro (Coordinateur de la grippe porcine à l’ONU), Janet Napolitano (Secrétaire d’état à la Sécurité Intérieure), David de Rotschild, David Rockefeller, George Soros, (investisseur international), Werner Faymann (Chancelier d’Autriche), Alois Stoger (Ministre de la santé Autrichienne). Aux yeux de cette journaliste, les personnes citées précédemment, font partie d’un syndicat international du crime qui ont développé, produit, et employé des armes biologiques pour éliminer les populations des USA et d’autres pays, et ce pour des fins politiques et financières.

Elle les accuse d'avoir conspiré ensemble, et d'être les responsables du financement du propragmme international d'armes biologiques, impliquant des compagnies pharmaceutiques telles que Baxter et Novartis. Ils ont créé le prétexte de la grippe porcine pour justifier leur pland de vaccination de masse, et sera le bon moyen d'administer un agent biologique toxique qui causera la mort du peuple américain. Cette action est une violation de la loi antiterroriste sur l'emploi d'armes biologiques.

Et seulement le peuple américain.....?????

Trac à télécharger et à diffuser

RESISTANCE-1.doc


Source: Natural news




Israël intercepte en mer des pacifistes en route pour Gaza

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/867222279.jpg

La famine et la mort pour GAZA...???!!!!
La presse est toujours interdite à Gaza et le blocus de l'aide alimentaire et médicale continue.......

Par Reuters

ASHDOD, Israël - La marine israélienne a pris le contrôle d'un navire qui transportait des militants du mouvement pacifiste pro-palestinien Free Gaza et une cargaison humanitaire destinée à la bande côtière en dépit du blocus qu'Israël impose au territoire et elle a conduit le bateau dans le port israélien d'Ashdod.

"Aucun coup de feu n'a été tiré durant l'abordage du bateau", dit l'armée israélienne dans un communiqué. Selon une source proche de la police, l'équipage et les activistes seront vraisemblablement expulsés.

Le ferry avait quitté Chypre avec les militants de Free Gaza, mouvement basé aux Etats-Unis, pour livrer de l'aide humanitaire aux Palestiniens de la bande de Gaza, territoire administré depuis 2007 par le mouvement islamiste Hamas.

"Hier soir, la marine israélienne a contacté le bateau en mer pour faire comprendre qu'il ne serait pas autorisé à entrer dans les eaux côtières de Gaza en raison de risques liés à la sécurité dans cette zone et du blocus naval en vigueur", indique Tsahal.

"Au mépris de tous les avertissements, le cargo est entré dans les eaux côtières de Gaza", ajoute l'armée en précisant que les produits humanitaires qui se trouvaient à bord seraient transférés dans la bande de Gaza "sous réserve d'autorisation".

Sur son site internet, le mouvement Free Gaza précise que la Nord-Irlandaise Mairead Maguire, prix Nobel de la paix 1976, et l'ex-parlementaire américaine Cyntia McKinney étaient au nombre des militants embarqués sur le cargo.

"Nous sommes indignés, ils ont tout bonnement volé notre bateau et enlevé nos représentants", a dit Greta Berlin, porte-parole du mouvement à Chypre. "Les derniers mots que nous ayons entendus d'eux étaient: 'Ils nous encerclent, ils nous encerclent', puis la liaison téléphonique s'est arrêtée."

Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a déclaré que "chaque jour Israël permet que des secours humanitaires parviennent à la population de Gaza, des produits alimentaires, des médicaments, de l'énergie, etc...

"Il n'était pas question de cela dans ce bateau, il s'agissait d'activistes politiques qui ont fait l'apologie du régime du Hamas", a-t-il dit.

La marine israélienne avait déjà intercepté deux fois des militants de Free Gaza en route pour Gaza.

Amir Cohen à Ashdod, Allyn Fisher-Ilan à Jérusalem et Michele Kambas à Nicosie, Version française Jean-Philippe Lefief, Philippe Bas-Rabérin et Nicole Dupont