Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2015

Syrie/Russie/US/Israël : Attention, préparatifs de guerre ! Adieu le Grand Israël et le Grand Moyen Orient !

Faites attention à ce qui se passe depuis 2 jours aux USA et dans la sphère nazie qui met en place ses plans contre la Russie et l’Iran qui soutiennent militairement la Syrie !

Déjà un Rapport de l'Onu: juge que les sanctions unilatérales violent la souveraineté nationale, sanctions par lesquelles la Russie est concernée et ce qui lui donne la capacité de contre attaquer.

Après 2 ans :  La Russie et les USA reprennent leurs contacts au niveau militaire, mais : Tout le monde ne se réjouit pas du rétablissement des contacts militaires entre la Russie et les USA. John Kerry à Londres pour parler de la Syrie

Sur la base de soi-disant relations militaires rétablies entre la Russie et les USA, Washington en appelle à la Russie pour négocier avec Assad, Kerry (Cohen) Les origines juives de John “Kerry” Cohen, le chef de la diplomatie US, provoque encore Poutine pour lui demander d’intervenir auprès d’Assad pour obtenir sa démission, alors que les nazis US savent très bien que la condition incontournable imposée par Poutine est celle de laisser Assad à son poste de Président car il fait partie de la solution pour rétablir la paix dans son pays.

« Washington et Londres estiment que le dirigeant syrien doit démissionner de ses fonctions car ni la suppression de l'Etat islamique, ni un règlement politique du conflit ne sont possibles en Syrie tant que Bachar el-Assad reste au pouvoir ».

 

Bien sûr alors que l’on nous annonce la reprise des relations militaires entre les USA et la Russie, Le Pentagone aurait mis à jour ses plans de guerre contre une Russie «potentiellement agressive»

Regardez comment la Russie veut la guerre en ayant placé son pays tout près des bases américaines ! Non, mais…. !!!

Propagande poutinienne.jpeg

Poutine se prépare sur plusieurs fronts : face à l’Ukraine et l’Otan en négociant la construction d’une base militaire en Biélorussie, Moscou renforce sa présence aérienne en Biélorussie, Vladimir Poutine veut négocier la construction d’une base militaire en Biélorussie et La Russie pourrait construire une base aérienne en Syrie car Moscou s'applique à sauver l'unité de l'Etat syrien

Que la Russie aille aider la Syrie avec l’aide de l’Iran ne plaît pas aux nazis de la coalition !

Ils ont peur que la Russie fasse échec à leur plan de création du Grand Israël et du Grand Moyen Orient.

Bien sûr Israël est encore passé à la trappe des vérifications de son arsenal Nucléaire par l’AIEA : Une «grande victoire» ? La résolution sur le programme nucléaire d’Israël rejetée par l’AIEA, on ne sait jamais si l’état sioniste avait l’intention d’attaquer la Russie si elle maintient son soutien à la Syrie.

Le pauvre petit chou, Bibi, le criminel névrosé sioniste, craint pour la sécurité d’Israël.


Il a décidé de s’inviter d’autorité au Kremlin en ne laissant pas la diplomatie Russe annoncer son déplacement pour aller parler avec Poutine du déploiement de troupes russes en Syrie et des menaces contre Israël.

Maintenant les névrosés nazis nous dirons que la Russie représente une menace pour l’état sioniste !

Qui se sent morveux qu’il se mouche !

Pourquoi Netanyahu se rend-t-il à Moscou?

http://media.ws.irib.ir/image/4bhhe9696b422eyou_800C450.jpg

IRIB- Les aides de Moscou à destination de l’armée syrienne et l’envoi des experts militaires russes en Syrie constituent deux éléments qui ont poussé le Premier ministre du régime sioniste à se rendre à Moscou.

Isolé par son opposition avortée aux négociations nucléaires Iran/5+1 et à l’accord qui en est issu, le Premier ministre du régime sioniste, Benyamin Netanyahu, se rendra, lundi prochain, après deux ans à Moscou pour s'entretenir avec les responsables russes des questions régionales dont et surtout des aides militaires destinées à l’armée syrienne. Netanyahu sera accompagné, lors de sa visite en Russie, du chef d’état-major de l’armée israélienne. La visite courte de Netanyahu à Moscou montre que les relations entre Moscou et Tel-Aviv se sont encore ternies sur fond des positions du Kremlin envers la crise en Syrie et son insistance sur la mise en application de l’accord nucléaire Iran/5+1.  En général, ce sont les responsables officiels du pays hôte qui doivent annoncer la visite d’une autorité étrangère dans leur pays mais l’annonce du déplacement de Benyamin Netanyahu en Russie par un responsable de l’ambassade israélienne à Moscou, sous le sceau de l’anonymat, met en évidence la réticence du Kremlin envers cette brève visite.

 


 

Version de l’article par le media sioniste i24news :

Syrie: Assad quittera le pouvoir "seulement si le peuple le lui demande"

Réunion Netanyahou / Poutine la semaine prochaine pour évoquer le déploiement de troupes russes en Syrie

Bachar al Assad a déclaré qu'il ne quittera le pouvoir que "si le peuple le lui demande" et non pas sous la pression occidentale, dans un entretien accordé aux médias russes et diffusé mardi.

"Le président arrive au pouvoir par la volonté du peuple lors d'élections, et s'il part, il part parce que le peuple le demande, pas par la volonté des Etats-Unis, du Conseil de sécurité de l'Onu, de la Conférence de Genève ou du Communiqué de Genève (le texte signé par les puissances mondiales appelant à une transition en Syrie NDLR)", a affirmé le président syrien.


"Si le peuple veut que le président reste, le président reste. Dans le cas contraire, il doit immédiatement démissionner", a-t-il ajouté.

Bachar al Assad a souligné que le soutien de l'Iran, qui a livré des équipements militaires à Damas, a été déterminant dans" la lutte contre le terrorisme en Syrie".

Rencontre Netanyahou / Poutine la semaine prochaine

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou se rendra à Moscou la semaine prochaine pour discuter avec le président Vladimir Poutine du déploiement de troupes russes en Syrie et des menaces contre Israël.

Selon un communiqué publié mercredi par le bureau du Premier ministre, Netanyahou présentera à Poutine une analyse de la menace que pose à Israël les armes amenées en Syrie par la Russie qui pourraient tombent entre les mains du Hezbollah et d'autres organisations terroristes.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré mardi à son homologue russe Sergueï Lavrov que le soutien de Moscou au président syrien Bachar al-Assad risquait d'exacerber la guerre en Syrie.

M. Kerry a appelé au téléphone M. Lavrov pour réitérer la position de Washington sur ce point quelques heures après des déclarations du président russe Vladimir Poutine confirmant et justifiant la poursuite du soutien politique et militaire de Moscou au président syrien.

"Le secrétaire d'Etat Kerry a indiqué que la poursuite du soutien de la Russie au président Assad risquait de provoquer une exacerbation et une extension du conflit, et de saper notre objectif commun de combattre l'extrémisme", selon le bureau du chef de la diplomatie américaine.

M. Kerry a répété que pour les Etats-Unis, la lutte de la coalition militaire internationale menée par Washington contre l'organisation Etat islamique (EI), qui contrôle de vastes territoires en Irak et en Syrie, ne pouvait entraîner une quelconque coopération avec le président Assad.

Des soldats russes déployés sur le terrain

En outre, un convoi militaire de 15 bus transportant des soldats russes et du matériel militaire a quitté la ville de Lattaquié pour la ville de Hama dans l’ouest de la Syrie, ont indiqué plusieurs médias arabes.

Un militant de la ville de Hama, cité par l’agence syrienne pro-rebelle Al-Souria, a affirmé que “plus de dix autobus accompagnés par plusieurs camions chargés de matériel qui sembleraient appartenir à la délégation russe” ont atteint un hôtel de la ville où il y avait “une forte présence policière du régime syrien”.

Al-Souria cite également un autre résident de la ville qui aurait vu "plusieurs véhicules militaires et des forces anti-terrorisme, la police militaire et une milice militaire”.

Possible rencontre Obama/Poutine à l'ONU fin septembre

Alexei Nikolsky (Ria Novosti/AFP/Archives)

Alexei Nikolsky (Ria Novosti/AFP/Archives)"Les présidents russe et américain, Vladimir Poutine (g) et Barack Obama (d), lors du G20 à Los Cabos au Mexique, le 18 juin 2012"

Les Etats-Unis ont souvent demandé en vain à la Russie, proche alliée de la Syrie, de convaincre le président Assad de quitter le pouvoir pour céder la place à un pouvoir de transition qui négocierait la fin de la guerre civile qui ravage la Syrie depuis 2011.

Le président américain Barack Obama a une nouvelle fois critiqué la Russie vendredi, affirmant que la stratégie russe de soutien au pouvoir du président Assad était "vouée à l'échec".

Mais le Kremlin a rejeté ces critiques. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a répété samedi qu'il n'y avait pas d'"alternative" au pouvoir du président Assad pour "assurer la sécurité dans le pays, lutter contre l'avancée de l'EI et assurer l'unité du pays".

Et M. Poutine, répondant mardi aux accusations de Washington sur un déploiement de matériels militaires et de soldats russes en Syrie, a été très clair. "Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa lutte contre l'agression terroriste, nous lui avons proposé et nous continuerons de lui offrir une aide militaire technique", a-t-il déclaré lors d'une réunion à Douchanbe.

Vladimir Poutine et Barack Obama pourraient se rencontrer fin septembre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, ont indiqué mardi leurs services tout en soulignant qu'aucune décision n'avait été arrêtée.

"Le président Poutine est toujours ouvert au dialogue, d'autant plus avec son collègue, le président Obama", a déclaré mardi M. Peskov. "Il y a une volonté (de dialogue) de la part de la Russie et cette volonté subsiste", a-t-il poursuivi.

"Il y a une possibilité que les deux dirigeants se rencontrent car ils seront probablement sur place en même temps", a de son côté déclaré Josh Earnest, porte-parole de M. Obama, précisant que le programme du président américain n'avait pas encore été arrêté et qu'il avait déjà "beaucoup d'autres engagements à New York".

La dernière rencontre entre les deux hommes remonte à novembre 2014 lors du sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC) à Pékin. Ils ont cependant eu plusieurs échanges téléphoniques au cours des derniers mois.

(i24news avec AFP)

 

12/01/2015

Veterans Today ! Sur le False Flag orchestré chez CharlIsraël ! Did Netanyahu Give France Their 9/11?

Excellent !  Ridiculisés complètement !

Traduction Google de l'Article : ICI

Fiasco France: Lie to Me Once (updated)

Did Netanyahu Give France Their 9/11?

 

netanyahu1

 

By Gordon Duff, Senior Editor

 

The recent events in Paris, whether hateful and obnoxious leftists were shot, and few on this earth begged for it more, or police were killed by terrorists now conclusively proven to have been shooting blanks, we simply don’t care.  We are sick of the comic opera of carelessly staged false flag terrorism.

 

We will be featuring a series of videos that demonstrate ballistic performance.  You see, Americans have AK47s and cameras, the French don’t, or most of the them anyway.  If they did, whoever staged this might have thought first.  When we are done, we will have exposed the epic “false flag fail” of all time.  (link to original Liveleak video)

 

Blank Miss, dust cloud, subject uninjured

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blank Miss, dust cloud, subject uninjured

At least in America we hire trained professionals with the exception of the giggling parents from Sandy Hook.

 

Please note, our “terrorists” were fighting on behalf of French intelligence, the Mossad and the criminal banks, part of the pro-Israeli ISIS organization.  How did they get back to France?  Only French intelligence services or the Mossad could have flown them to training centers in Turkey or Jordan and, when they “wanted a rest,” back to France.

 

shot fired and dust cloud_002

 (Note:  Double dust cloud caused by double impact of hot gasses followed by the paper plug from the blank cartridge.  Subject (victim?) unaffected by shot drops two frames later.  Normally a director would call for a retake in a scene like this.)

 

Photo represents the first acoustic signature at the speed of sound, 1126 feet per second, received approximately 100 feet away.  By that time, the bullet/blank wad, hot gasses, moving at up to 2500 feet per second have pushed a cloud of dust under the still elevated “victim” with hands still raised.

 

The sound took .088 seconds to reach the camera.  An AK round at 2460 feet per second traveling 3 feet would have impacted in .0012 seconds.  Based on the differential between light speed and the speed of sound, the victim impact would have been visible .0868 seconds into this frame.  By that time, the victim would have been obliterated in a pink mist.

 

See if an AK round fired into a watermelon causes a dust cloud…

What does this prove?

  • No bullet was fired

  • There was no impact on the victim

  • This was a blank cartridge

 

Later Sky News came to the scene to photograph the huge blood stain caused by the miss and dust cloud, blood not seen on the actual shooting video, not a single drop.  This is totally insane, Jim W. Dean says it looks like it was done with a paint roller.  Liquids don’t move around like this, flowing up and down and around unless “helped.”  Shame!

 

sky news blood stains

 

[Editor’s Note. Next is a YouTube of a news report at this scene. Note how he says “the blood that has been put there”.  The repeats are in the original video. We did nothing to it. Was it just a slip of the tongue? If so, a very strange one indeed. But when you look at the roller paint effect added to this slip, and all the bells and whistles start going off.

 

Also, as this reporter describes, after all the shooting going on at the Charlie office on the other side of the square, this unarmed cop is just going to be standing there…doing what? He has no weapon. We see no radio in his hand that he would be using to describe the car they might be driving, none was on the sidewalk. And it seems he took no evasive action when two masked guys get out of a car with AK-47s.

 

Now I ask you normal folks out there, what would you do, unarmed…after hearing the shooting? Would you just stand there or duck and using the parked cars for cover…run like hell. Would a trained police officer just stand there?



This is a test of sporting hollow point AK ammo.  Military full metal jacket (FMJ) has much more penetration.


Even hollow point sporting ammo goes through several feet of ballistic gel.  Thus, even the first rounds would have caused catastrophic physical injury though none could be detected.  There is no forensic evidence at the scene any weapon was used whatsoever.

Now for the concrete test:


What do you have to do to declare a false flag fail?

Note again there is no bullet pock mark in the concrete, quite a large hole if an AK is used.  (typically 4x4x4 inches)  What if someone actually died here.  This would mean someone was brought here after the attack and shot but who would do such a thing?  Did they video that shooting too?

Then, when in France, though they were obviously on every “no fly” and “terror watch list” in the world, armed to the teeth, they manage to gun down a dozen, dozens, shoot up a synagogue, a delicatessen (I have been looking for a good Jewish deli in Paris for years) and an ADL/JINSA/Simon Wiesenthal “reading room.”

Not only do these jokers magically cross borders, pass through customs like wraiths, they are better armed than the current Wehrmacht.  You are telling me they weren’t watched, followed and wiretapped every second?  Few nations have the armies of cockroaches trailing visitors around that the French do.

If an American veteran visiting France quickly does an ‘about face’ on a sidewalk, the army of security stooges following them around is likely to collapse in a twisted heap.  The French have NO civil rights, no limits to their surveillance state and watch everyone.  So, if something happens, France wanted it to happen, France or the “controllers of France,” and France is “controlled.”

The videos are out there, dead police texting “selfies,” or terrorists running through streets that Google Earth can’t find, shooting at walls and sidewalks that don’t exist with bullets that leave no marks into bodies that don’t bleed.

Now the hatefest and media event moves forward.

Don’t believe a word of it.  Let’s say “Charlie” was testing their “freedom of speech.”  Well, they can consider this test a failure whether or not they were killed (or not) by real terrorists or the “usual suspects,” Mossad assets floated through customs with bombs in their underwear, always without passports, visas or even airline tickets.

If only the rest of us could travel like that!

You know, Europe is filled with “hate speech laws,” typically only protecting Jews, one of the ethnic groups that is notoriously able to defend themselves “speech-wise.”  With a virtual stranglehold on press/media/entertainment, taking on “the Jews” in a “hate speechfest” is worse than bringing a knife to a gunfight.

Then again, we have to remember, if one aspect of this was false, and the video totally proves this, then it all is false.  If there are dead, the powers that be, whether French Zionists, the Mossad or the criminal gangs of Eurotrash that plague the Middle East and Africa with terror bombings and pretend terror groups like Boko Harum and Al Shabab, wanted them dead.

I do love France, have lived in Paris and maintain a bureau in Paris.  The French people are a joy.  However, the only bad experiences I have ever had in France have involved young and obnoxious leftists who work tirelessly to destroy the reputation of the French people.

I can well understand that the French find themselves overwhelmed with a large Islamic population.  However, France loved that same Islamic population when hundreds of thousands of them died defending France in two world wars plus Indochina.

The French people have the right to feel as they do.  However, millions of those French people are Muslims.  Has this caused serious problems?  Yes!

Is it extremely likely that this “event” was staged to take advantage of these social stresses in order to destabilize France and to promote an anti-Muslim agenda during a time when Europe is turning away from Israel, with many seeing it as a criminal state?

Yes.

 

Gordon Duff

Gordon Duff is a Marine combat veteran of the Vietnam War.He is a disabled veteran and has worked on veterans and POW issues for decades.

Gordon Duff is an accredited diplomat and is generally accepted as one of the top global intelligence specialists.He manages the world's largest private intelligence organization and regularly consults with governments challenged by security issues.

Gordon Duff has traveled extensively, is published around the world and is a regular guest on TV and radio in more than "several" countries.He is also a trained chef, wine enthusiast, avid motorcyclist and gunsmith specializing in historical weapons and restoration.Business experience and interests are in energy and defense technology.

Visit Gordon Duff's YouTube Channel
 
 

09/01/2015

Le Mossad derrière l’attentat contre Charlie Hebdo? Un grand média américain s’autocensure après avoir suggéré une « vengeance » d’Israël contre la France

Nous avions compris, n'est-ce pas depuis les menaces faites à partir d'Israël et l'affaire non élucidée des drones qui survolaient les centrales nucléaires en France  !

Un attentat nucléaire en préparation en France à Paris ou à Marseille comme nous en avait  prévenus le site d'Islamic Intelligence à plusieurs reprises !

 

Le Mossad derrière l’attentat contre Charlie Hebdo? Un grand média américain s’autocensure après avoir suggéré une « vengeance » d’Israël contre la France

INFO PANAMZA. Qui se cache derrière le commando responsable de l'attaque de Charlie Hebdo? Interdiction d'évoquer la piste israélienne pour The International Business Times qui a censuré aujourd'hui l'article de son journaliste.

Le 08.01.2015 à 23h09

Mon article était une exploration des théories du complot en vogue sur internet et non une assertion.

Mes excuses envers ceux que j'ai blessés. J'apprendrai de cela.

Profil bas pour le journaliste Gopi Chandra Kharel.

Aujourd'hui, en fin d'après-midi, il a fait connaître son regret singulier via Twitter.

Le motif ? Membre de la rédaction indienne de l'IBT (International Business Times, média basé à New York et classé 3ème journal économique en ligne -en termes d'audience mondiale), l'homme a visiblement commis une grosse bévue au regard des tabous de la profession journalistique occidentale. Ben Steil, cadre au sein de l'influent think-tank atlantiste CFR, a ainsi interpellé le journal sur Twitter pour leur suggérer son licenciement.

Les faits : en milieu de journée, le dernier article de Gopi Chandra Kharel a été publié. Son titre : "Attaque de Charlie Hebdo et connexion du Mossad : est-ce qu'Israël laisse échapper sa colère pour la reconnaissance de l'État de Palestine par la France?"

L'objet du papier : une dissertation -presque scolaire dans la forme- sur les "théories du complot" en cours sur Internet à propos d'une responsabilité des services secrets israéliens dans l'attentat -toujours mystérieux- perpétré hier par un éventuel duo – prétendument vite identifié- contre l'équipe de Charlie Hebdo. Faisant mine de ne pas prendre parti sur la validité de ces "théories", le journaliste souligne que le gouvernement de Benyamin Netanyahou était profondément hostile à la récente reconnaissance de l'État de Palestine par le Parlement français ainsi qu'envers les dernières prises de position, plus tranchées, du Quai d'Orsay en faveur d'un retour aux frontières de 1967 d'ici 2017.

Et son papier de se conclure par ces mots quelque peu audacieux, notamment au vu des canons du journalisme français : 

Bien qu'il n'y ait pas de moyen de vérifier les allégations selon lesquelles le Mossad était impliqué, le contexte dans lequel l'attaque se déroula semble indiquer qu'ils pourraient être impliqués, d'après de nombreux conspirationnistes. Le Mossad s'occupe de collecter des renseignements et a entrepris, pour Israël, beaucoup d'opérations sous couverture en Europe dans le but de servir leur cause juive.

La réaction de l'IBT, en fin d'après-midi: la censure du papier (toujours consultable -ironiquement- dans les archives du web).

Le lien URL originel (comportant encore le titre de l'article) renvoie désormais à une note d'excuse à l'attention des lecteurs.

Rédacteur en chef de l'IBT, Peter S. Goodman a justifié, via Twitter, la disparition de l'article en le qualifiant de "complètement inapproprié".

Détail cocasse : aujourd'hui même, Gopi Chandra Kharel a publié un autre article, toujours en ligne et consacré aux rumeurs relatives à un "complot domestique" (inside job) dans l'attaque de Charlie Hebdo.  

Moralité : il est possible, aux yeux de l'IBT comme de la plupart de ses confrères occidentaux, de laisser passer un papier laissant entendre que des services secrets puissent mettre en scène un attentat imputé à la mouvance islamiste. 

À condition que ces services secrets ne soient pas israéliens. 

Pointer du doigt des opérations -sous couverture- russes, chinoises et même françaises : no problem. Nul ne vous accusera d'être russophobe, sinophobe ou francophobe. Tentez l'expérience, comme Gopi Chandra Kharel, avec le Mossad et l'accusation, tacite ou explicite, d'antisémitisme planera sur votre réputation.

Et ce, en dépit des innombrables agissements criminels, plus ou moins déguisés, du Mossad telle l'exécution, toujours passée sous silence par les médias traditionnels et ignorée par la mouvance pro-palestinienne orthodoxe, de l'opération du 11-Septembre.


Des actions terroristes à travers le monde, y compris en France.

Bonus pour les anglophones : le message de "condoléances" adressé hier par Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, au peuple français.


 

Après les passeports indestructibles et magiques du 11 septembre, la carte d'identité de Saïd Kouachi

 

Au passage et fait encore troublant, un commissaire qui travaillait sur l'affaire Charlie Hebdo se serait "suicidé" !

Nous sommes en droit de nous demander s'il n'a pas été un peu aidé ou s'il fallait éliminer un témoin gênant qui refusait de travestir la vérité sur un attentat qui pourrait avoir été préparé de l'intérieur, comme aux USA avec Bush et le Mossad ?

*- Un commissaire qui travaillait sur l'affaire Charlie Hebdo s'est suicidé

Après les passeports indestructibles et magiques du 11 septembre, la carte d'identité de Saïd Kouachi


Publié le 8 Janvier 2015

Toutes les petites crapules du monde savent que lorsqu'ils envisagent de commettre le moindre des larcins, ils doivent sortir de leur tanière en mode « anonyme », sans carte d'identité, ne serait-ce que pour éviter de la perdre bêtement pendant une éventuelle course-poursuite avec la police.

https://labavedukrapo.files.wordpress.com/2015/01/cnifb.jpg?w=646&h=457

Illustration : Krapo (son site)


Mais bizarrement, ce principe de bon sens a bien du mal à faire son chemin chez les terroristes de tous poils, et notamment dans l'affaire de la récente attaque du journal satirique Charlie Hebdo, puisque selon FranceTVinfo, « les enquêteurs ont retrouvé la carte d'identité de l'aîné, Saïd, dans la voiture abandonnée par les suspects porte de Pantin, dans le nord-est de Paris ».

« Faute grave ! », s'exclamerait Dieudo. Nos cerveaux malades de sombres complotistes haineux s'agitent dans tous les sens ; les terroristes chercheraient-ils à se faire prendre ? Ou bien s'agit-il d'une carte d'identité volée et destinée à semer de fausses pistes ? Dans ce dernier cas, la personne représentée sur ce document ne serait-elle pas un coupable idéal, « proche des services » et dont on voudrait se débarrasser ? Encore une fois, c'est FranceTVinfo qui nous apprend, dans le même article, qu' « à partir de cette carte d'identité, la police s'aperçoit qu'il s'agit de vieilles connaissances des services antiterroristes »... S'agirait-il de terroristes connus et surveillés par les autorités, ou bien carrément d'agents des « services » ?

En tout cas, ce n'est pas la première fois que des terroristes « oublient » malencontreusement des documents qui permettraient de les identifier de manière formelle sur le lieu-même de leurs forfaits, puisque ce fut le cas pour les attentats du 11-Septembre n’est-ce pas Jean-Marie Bigard ?   


Nous appelons donc les lecteurs de Quenel+ à la plus grande prudence et à la plus grande retenue en ce qui concerne cette affaire. Compte tenu des circonstances, il est urgent de ne rien conclure sur cet événement tragique, à part que des incohérences commencent déjà à poindre dans l’enquête.

Quenelplus

01/11/2014

Exclusif: Bernard Henri Lévy prié officiellement de quitter la Tunisie. Une enquête a été ouverte pour connaître la personne qui l'a invité en Tunisie !

Excellent ! Allez oust dehors de Tunisie, le terroriste sioniste !

Qui veut sur son territoire, ce terroriste nuisible qui fabrique des guerres au profit de son lobby sioniste ? On se demande encore pourquoi les Français le tolère sur leur territoire ?  Puisqu'il admire tellement l'état sioniste, terroriste d'Israël, il n'a qu'à y aller ! Un charter et oust, dehors.

Arrivé à Tunis, le 31 octobre, après y avoir été invité par un inconnu, la foule s'est déchaînée contre BHL en scandant " DEGAGE", "BHL ASSASSIN" !

Le gouvernement Tunisien a prié officiellement BHL de quitter son territoire par le premier vol pour Paris, et une enquête a été ouverte pour savoir qui avait invité BHL, sans avoir prévenu les autorités officielles, ainsi que le motif de sa visite en Tunisie !


Exclusif: Bernard Henri Lévy prié officiellement de quitter la Tunisie

Après la mobilisation de la société civile contre sa venue en Tunisie, Bernard Henri Lévy a été prié par le gouvernement tunisien de quitter le pays.Bernard Henri Lévy

Le philosophe français, débarqué à Tunis dans la soirée du vendredi 31 octobre 2014, doit plier bagage et quitter la Tunisie par le premier vol vers Paris. Une source officielle a indiqué à Kapitalis que le gouvernement tunisien a déjà ouvert une enquête pour déterminer la partie qui a invité l’agitateur politique français sans en informer préalablement les autorités.

Mehdi Jomaâ, chef du gouvernement provisoire, n’a pas apprécié, en effet, cette visite intempestive, organisée secrètement par des parties louches, impliquées dans les affaires libyennes.

Accusé par la société civile d’être derrière l’invitation de M. Lévy, un sioniste notoire semeur de désordre dans le monde arabe, Moncef Marzouki, président provisoire de la république, a nié, dans un communiqué publié sur la page Facebook de la présidence, tout lien avec cette invitation.

L’enquête officielle ne tardera pas à dévoiler la partie qui a payé le billet d’avion de M. Lévy et les frais de son séjour à l’hôtel The Residence, à Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis, où une chambre lui a été réservée jusqu’à jeudi prochain.

On saura aussi l’objet exact de sa visite, qui prévoyait une tournée à Bizerte, Nabeul et Sfax.


Bernard-Henri Lévy accueilli en Tunisie aux cris de "Dégage !"

Extrait de l'article : Dans la soirée du vendredi 31 octobre 2014, l’information s’est répandue comme une traînée de poudre d’abord sur les réseaux sociaux puis fut reprise par la presse en ligne en Tunisie. Bernard-Henri Lévy, l’écrivain français notoire pour une fortune personnelle inversement proportionnelle à son talent et à l’intérêt intellectuel qu’il suscite, est en Tunisie.

Plusieurs personnes manifestent contre la venue de BHL en Tunisie

La suite de l'article  : ICI

Exclusif: Le gouvernement tunisien ouvre une enquête sur la visite de BHL en Tunisie

Bernard-Henry-Levy-en-Israel

 Le ministère des Affaires étrangères tunisien a demandé à ses services l'ouverture d'une enquête urgente sur la visite en Tunisie de l'intellectuel français Bernard Henri Lévy.

Par Zohra Abid

Joint au téléphone par Kapitalis, Mongi Hamdi, chef de la diplomatie tunisienne, a déclaré que son département n'a pas été informé de cette visite pour le moins bizarre, ajoutant qu'il n'en avait lui-même aucune idée.

«Normalement, il s'agit d'une personnalité connue et nos protocoles doivent être informés. Nous devons connaitre la partie qui a invité secrètement cet homme. Nous allons mener notre enquête et réagir en conséquence. Inviter secrètement une personnalité comme Bernard Henri Lévy n'est pas un acte anodin», nous a déclaré M. Hamdi, ajoutant qu'il assume la responsabilité de ses propos. Ambiance...

Tollé général

Par ailleurs, un groupe d'avocats appelle le procureur de la république à ouvrir une enquête sur le parti ou la partie qui a invité l'intellectuel sioniste Bernard Henri Lévy en Tunisie.

Cette visite est une menace à la sécurité du pays, estiment ces avocats, qui accusent le philosophe français, sur la base de ses engagements antérieurs en Irak, en Syrie et en Libye, de mener des actions visant à déstabiliser le monde arabe et à y semer les graines de l'anarchie au profit de l'Etat d'Israël, dont il est l'un des plus fervents et inconditionnels défenseurs en France.

Me Abdelaziz Essid a, sur sa page Facebook, demandé l'ouverture immédiate d'une enquête pour connaître le nom du parti ou de la personnalité ayant invité le philosophe en Tunisie et pour quel but.

Depuis le début du printemps arabe, Bernard Henri Lévy a toujours affiché son soutien aux groupes islamistes armés. Et ses interventions ont souvent été suivies, comme en Libye, par le déclenchement d'affrontements armés.

Mohamed Chawki Abid, ingénieur économiste, a commenté, lui aussi, sur sa page Facebook, la visite en Tunisie de Bernard Henri Lévy. «Je suis agréablement surpris par la réaction solidaire des avocats tunisiens et des facebookers contre l'arrivée de Bernard-Henry Lévy à Tunis. Je note également qu'un grand nombre de Tunisiens découvre aujourd'hui l'ingénierie perverse de BHL dans la mise en effervescence des pays du printemps arabe», écrit-il.

«Je ne veux accuser personne, mais j'exhorte notre procureur de la république de faire le nécessaire quant à la demande expresse du collectif d'avocats pour identifier la ou les personnes (physiques ou morales) ayant invité BHL à venir en Tunisie. Ce faisant, le peuple tunisien saura qui est l'allié du sionisme dans notre pays», conclue M. Abid.

Interrogé à propos de cette visite, un dirigeant de Nida Tounes,  vainqueur des législatives du 26 octobre 2014, a indiqué à Kapitalis que son parti a appris l'arrivée du philosophe français à Tunis par la voie des médias et qu'il n'y est associé d'aucune manière.

Selon certaines sources, M. Lévy serait l'invité du président du parti islamiste Ennahdha Rached Ghannouchi.

Rappelons aussi que les deux hommes – qui n'ont, apparemment, rien en commun – s'étaient déjà rencontrés, en août 2013, à Paris. Et qu'ils ont un ami commun, le dirigeant islamiste libyen – et ancien combattant d'Al-Qaïda – Abdelhakim Belhaj.

Tout cela est louche, trop louche, au regard des Tunisiens, qui ont réussi leur transition démocratique sans aucune ingérence étrangère et sont en passe de réussir leur seconde alternance démocratique en 3 ans.

Article lié:

Bernard-Henri Lévy persona non grata en Tunisie