Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2009

Le site eitb.com enregistre le meilleur mois d'août de son histoire grâce à Maître Fortabat-Labatut et à l'association SOS JUSTICE

Infos

Record de visites

Le site eitb.com enregistre le meilleur mois d'août de son histoire

Rédaction - publié 03/09/2009 | eitb.com |
Avec 900.000 visites, et plus d'un demi-million d'internautes recensés, le site eitb.com a recueilli la plus forte affluence de son histoire pour un mois d'août.

surfistak donostia efe

Le site basque eitb.com en passe de devenir une nouvelle destination des 'surfeurs'. Photo : eitb

Un été particulièrement ensoleillé n'a pas porté préjudice à la fréquentation du site internet eitb.com du groupe Euskal Irrati Telebista, avec, pour ce seul mois d'août 2009, un record d'audience pour le site du groupe.

Le portail multilingue d'informations et de divertissements a enregistré 879.842 visites, pour 555.533 internautes (contre 455.000 en août dernier), selon les chiffres communiqués par le cabinet Nielsen Online, selon le système utilisé pour les principaux portails web et mis à la disposition de la grande majorité des sociétés publicitaires.

Tous les secteurs du site bénéficient de cette augmentation de fréquentation : les informations, mais également les pages Télévision, Radio, Multimedia et autres thématiques.

L'offre de visualisation de deux matches de la Champions League, et les joutes européennes de l'Athletic de Bilbao, ont tout particulièrement reçu un très bon écho, via des sessions speciales en streaming (vidéo en direct et en continu).


Les sujets les plus vus sur le portail français d'eitb

Organisé d'une part autour de la page http://www.eitb.com/fr/ consacré tout particulièrement à l'actualité du Pays Basque, et la page http://www.eitb.com/infos/ reprenant l'ensemble de l'actualité traitée, le portail français (géré par deux personnes à Bilbao et deux à Bayonne) voit lui aussi sa consultation renforcée.

Avec près de 280.000 pages vues, au mois d'août, sur la page d'Actualités générales, et 418.273 pages vues sur sa page locale, le site s'affirme comme un media journalistique de plus en plus repéré par les internautes.

Si l'article sur le bilan des fêtes de Bayonne a largement été consulté et reproduit, les sujets les plus lus auront été ceux liés à la polémique autour de la mosquée de Bayonne, le reportage sur la grippe A, ainsi qu'un sujet sur la pastorale en Soule réalisé en partenariat avec l'Institut Culturel Basque.

Les reportages ou analyses sur le thème de l'environnement, de la future usine de méthanisation à Bayonne au réchauffement climatique, mais également les questions d'actualités les plus débattues dans la société basque, de la crise du lait au dossier des Lignes à Grande Vitesse, bénéficient eux aussi d'une attention toute particulière des internautes.

Merci à tous pour votre confiance et votre fidélité...

De la lutte contre la grippe A à la lutte contre l'industrie de la pandémie

Frederik Verbeke - publié 23/08/2009 | eitb.com |
Les campagnes de sensibilisation pour la vaccination contre la grippe A sont-elles au service de la santé publique, des profits des princes de l'industrie pharmaceutique ou d'un complot de génocide? Les controverses autour de la grippe A ne cessent de se multiplier.

gripe_porcina

Les controverses autour de la grippe A ne cessent de se multiplier. Photo:

Les controverses autour de la grippe A/H1N1 et autour des dispositions de lutte à adopter contre l'épidémie ne cessent de se multiplier.

Alors que les uns alimentent la psychose, en décomptant sans cesse le nombre de victimes touchées par le virus, en annonçant une mutation dangereuse à l'automne, en diffusant des messages d'alerte, en établissant des mesures afin de limiter la propagation de la pandémie, d'autres émettent des réserves sur la virulence de la grippe A, critiquent les intérêts économiques de l'industrie pharmaceutique ou avertissent contre les dangers d'une vaccination massive.

En estimant que jusqu'à deux milliards de personnes pourraient être infectées au cours des deux prochaines années, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne cesse de mettre en garde contre les dangers de la grippe A/H1N1. La propagation de la grippe dans le monde va mettre en danger plus de vies au moment de son accélération dans les prochains mois et les gouvernement doivent être en mesure de fournir une réponse rapide à une "explosion" des cas, a mis en garde l'OMS vendredi dernier.

En plus, l'OMS a alerté ce week-end contre une deuxième vague de grippe. "Nous devons nous préparer à toute surprise que nous réserve ce nouveau virus capricieux", a insisté l'OMS, martelant: il faut se "préparer à une seconde voire à une troisième vague comme nous l'avons vu lors des précédentes pandémies".

En vue de "tranquilliser" les citoyens, les gouvernements annoncent l'achat massif de vaccins, créent des sites Internet, comme celui du gouvernement français, et établissent des mesures afin de limiter la propagation du virus.

En juillet, la France a annoncé, par exemple, l'achat de 94 millions de doses de vaccin pour un milliard d'euros. Un mois plus tard, le ministre de l'Education, Luc Chatel, a fait le point sur le dispositif de prévention envisagé pour les établissements scolaires en cas de pandémie de grippe A. En cas d'apparition de cas groupés, soit un minimum de trois élèves dans une même classe en une semaine, le préfet pourra décider ou non de la fermeture de la classe ou de l'établissement.

Toutes ces mesures et tous ces messages plus ou moins alarmistes sont repris tout de suite par les médias. La psychose s'alimente. L'inquiétude ne diminue pas.

Or, peut-on vraiment justifier tout cela? S'il faut en croire Bernard Debré, médecin, député UMP de Paris et membre du comité national d'éthique, la grippe A/H1N1 "reste une grippette" qui "n'est pas dangereuse" et qu'"il faut siffler la fin de la partie".

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas seulement le virus qui fait débat, mais aussi et surtout les moyens de lutter contre la grippe. Les effets indésirables du Tamiflu et les intérêts économiques de l'industrie suscitent des critiques virulentes, alors que la vaccination massive génère même des plaintes pour génocide.


Les effets indésirables du Tamiflu

Selon une étude du British Medical Journal, les enfants atteints de la grippe ne devraient pas être traités au Tamiflu, qui ne leur fait guère d'effet tout en aggravant les vomissements et autres effets secondaires.

Les personnes en bonne santé attrapant la grippe A/H1N1 n'ont pas besoin de prendre de traitement antiviral comme le Tamiflu, sauf s'ils ont une forme sévère de ce virus ou si leurs symptômes s'aggravent, a jugé vendredi dernier l'OMS.

N'empêche que l'organisation onusienne considère qu'il faut prescrire le Tamiflu pour les personnes à risque: les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes, les plus de 65 ans et les personnes ayant des problèmes de santé, cardiaques, VIH ou diabète.

En bref, acheter des actions de Tamiflu peut se révéler plus intéressant que d'en avaler.


Quand les princes de la pharmaceutique s'en mêlent

Si les décisions de l'OMS représentent un enjeu financier gigantesque et "affectent directement les activités (et donc les profits) de nombre de sociétés transcontinentales privées de la chimie, du génie biologique et de la pharmaceutique," comme l'indique Jean Ziegler dans son livre L'empire de la honte (2005), il n'est pas étonnant de voir comment "certains princes de la pharmaceutique dépensent chaque année des trésors d'ingéniosité et des sommes d'argent considérables pour convaincre diplomates et fonctionnaires qui composent les délégations" de l'assemblée de l'OMS.

Les accusations de Jean Ziegler sont toujours d'actualité. Dans une interview au Spiegel, l'épidémiologiste Tom Jefferson accuse l'OMS et les responsables de la santé publique, les virologues et les firmes pharmaceutiques d'avoir lancé une campagne de peur poussée par la recherche du profit.

"Ils ont construit cette machine tout autour d'une pandémie imminente. Et il y a beaucoup d'argent impliqué, et d'influence, et de carrières, et des institutions entières! Et il a juste fallu que l'un de ces virus de la grippe mute pour que la machine commence à grincer," explique-t-il.


Vaccin ou arme de destruction massive?

Parmi les controverses on en retrouve aussi d'autres, plus difficiles à défendre, comme celle de la théorie d'un complot. Plusieurs plaintes de génocide ont été déposées.

En Autriche, par exemple, une journaliste, Jane Burgermeister, a déposé une plainte contre l'OMS, l'ONU et les géants pharmaceutiques les accusant de vouloir commettre un génocide.

Dans son dossier d'inculpation, Burgermeister accuse un groupe de banquiers internationaux de vouloir considérablement réduire la population mondiale sous le prétexte d'une campagne de vaccination. Le virus A/H1N1 aurait été créé en laboratoire puis lâché dans la population. Le vaccin, plus encore que la grippe, est soupçonné de servir d'"arme biologique pour la dépopulation tant souhaitée par ce cartel politique et économique".

En France, l'association SOS-Justice et Droits de l'Homme a saisi le Parquet de Nice en la personne de son Procureur de la République, Monsieur Éric de Montgolfier, en date du 31 juillet 2009, d'une demande d'ouverture d'enquête criminelle au motif de préparation de génocide.

Le meilleur remède: le rire

D'un extrême à l'autre, d'une vaccination pour se protéger contre la grippe à la vaccination au service d'un génocide, en passant par une vaccination pour augmenter les profits de l'industrie, on a de quoi alimenter les polémiques et les controverses mais aussi les inquiétudes et les préoccupations.

Face à toutes ces controverses, le rire est sans doute le meilleur remède. Des dessins humoristiques, des chansons parodiées, beaucoup d'internautes tournent en dérision la grippe. L'Express.fr en offre quelques exemples.

Source : Eitb

03/09/2009

Belgique : Des citoyens interpellent le gouvernement sur la grippe A

03.09.09 - 15:24

Un groupe de citoyens, préoccupé par la problématique actuelle de "pandémie" mondiale de la grippe AH1N1, a adressé dix questions au gouvernement belge sur les différents aspects de la vaccination prévue pour contrer le virus.

Le "double discours" adopté, selon eux, par les autorités et médias pose en effet de nombreuses questions. "Les messages envoyés à la population sont plus qu'alarmants. Un jour on nous dit de ne pas s'inquiéter, qu'il n'y a rien de grave et, le lendemain, on nous dit de faire de la place dans les cimetières pour prévenir les ravages du virus! Les messages sont tellement contradictoires que les citoyens sont perdus et paniquent", explique le Docteur Gaublomme, membre de l'initiative citoyenne.

Les interrogations du groupe de citoyens portent notamment sur l'efficacité du vaccin en cas de mutation du virus, sur la nocivité de ses composants, ainsi que sur sa nécessité et son coût. "Quelle sera la composition exacte des vaccins choisis? Il apparaît en effet que certains vaccins risquent de contenir des adjuvants et conservateurs reconnus comme toxiques. Et pourquoi vouloir mettre en place une loi d'exception sur la vaccination, alors que la pratique médicale est généralement bien acceptée par la population? Pourquoi cette idée de vouloir contraindre la population à se faire vacciner? ", interroge Marie-Rose Cavalier, ex-députée wallonne.

Fiable, un vaccin si rapidemment créé?

"La rapidité avec laquelle le vaccin a été mis au point pose également question. Comment être sûr que des effets secondaires graves ne se manifesteront pas à long terme? Le vaccin est-il fiable? Pourquoi inclure dans la vaccination les groupes à risques, comme les femmes enceintes, alors qu'ils ont été exclus lors de la recherche? Serviront-ils de cobayes? ", demande le Dr. Gaublomme.

Le coût que représente la vaccination suscite par ailleurs d'autres incertitudes. "Plus de 12 millions de doses du vaccin ont été commandées par le gouvernement. Si le vaccin se révélait finalement être inutilisable, qu'adviendra-t-il de l'argent public dépensé? Le gouvernement sera-t-il remboursé? Le gouvernement prévoit-il une indemnisation pour les victimes du vaccin? Parce que, dans tous les cas, il y en aura", indique Sophie Meulemans, victime de vaccins. Et le Dr. Gaublomme de rappeler l'épisode de la vaccination massive de 46 millions d'Américains contre la grippe porcine en 1976, pour une pandémie qui n'a jamais eu lieu; une vaccination qui a généré 500 cas de paralysie de type Guillain-Barré et des milliers de plaintes introduites pour dommages à la santé.

"Nous estimons qu'il est du devoir des autorités d'apporter la preuve à l'ensemble de la population qu'elles ont réellement évalué de façon rigoureuse et contradictoire le rapport bénéfice risque de ces futurs vaccins", estime Marie-Rose Cavalier.

Voie judiciaire

Les membres de l'initiative citoyenne attendent des réponses claires du gouvernement dans les dix jours, faute de quoi, il sera probablement fait appel à la voie judiciaire. "Si d'ici le 15 septembre, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions, certains citoyens décideront peut-être de se tourner vers les tribunaux. Le gouvernement n'ayant pas répondu à notre mise en demeure et n'ayant donc pas rempli sa mission d'information, nous le contraindrons alors à y répondre par la voie d'autres organes", a expliqué Me Georges-Henri Beauthier.

Les personnes souhaitant prendre connaissance des textes et questions envoyés au gouvernement peuvent demander des informations via l'adresse mail initiative.citoyenne@live.be.

(Belga)

Source :  RTBF.be

01/09/2009

Grippe A /H1N1 : Le plan de vaccination de la France : Mail d'information

COMMUNIQUE DE SOS JUSTICE & DROITS DE L'HOMME
Diffusé largement auprès des signataires de la pétition
le 30 août 2009
A diffuser largement. Merci.

Bonjour à toutes et à tous,
Nous vous remercions d'avoir signé la pétition, et nous nous permettons de vous adresser ce message afin de vous apporter quelques informations importantes.

Vous trouverez en pièces jointes le plan de vaccination Français et de la circulaire adressée aux Préfets le 21 août 2009 par le Ministère de l'Intérieur.

Heureusement que la vaccination n'est pas obligatoire, qu'en serait-il autrement ?

3 Ministères gèrent la pandémie à savoir : Le Ministère de la Santé, de l'Intérieur et de la Défense.

Plan de pandémie retouché curieusement par le secrétariat de la Défense, le 20 février 2009, soit quelques jours avant l'inauguration des Laboratoires SANOFI-AVENTIS le 9 mars 2009 au Mexique, curieusement spécialisé dans le virus de la Grippe Aviaire.

Vous constaterez que la vaccination devrait se faire selon le principe de la double dose et qu'il y a "la nécessité d'une traçabilité individuelle systématique", ce qui revient à dire qu'il y a un risque pour que le vaccin contienne la puce RFID : http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/06/24/la-puc...

France : Grippe A(H1N1) : le plan de vaccination français
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/gripp...

Grippe A/H1N1 : Conférence de presse du 27 août 2009
http://www.pandemie-grippale.gouv.fr/article.php3?id_arti...

Pour ce qui concerne les enfants :

Vous remarquerez que les enfants seraient vaccinés à l'école. Soyez vigilants, dans la mesure où nous dénonçons le vaccin comme étant une arme de destruction massive qui aurait été prévu par les élites pour être mortel. Nous vous prions en conséquence de prendre attentivement connaissance des demandes formulées par SOS JUSTICE auprès du Parquet de Nice les 31 juillet et 4 août 2009, ainsi que la lettre adressée à M, SARKOZY - Président de la République le 9 août 2009 qui se trouvent en pièces jointes, le reste du dossier étant accessible par le lien suivant :

http://www.sos-justice.com/Dev2Go.web?Anchor=lesdossiers&...

Le Président n'a pas répondu à notre demande et le Gouvernement semble se diriger vers une vaccination de masse.

Dans la mesure où les enjeux sont énormes dans ce dossier et que nous ne sommes assurés de pouvoir faire arrêter la vaccination.

Nous vous demandons en conséquence, de prendre toutes vos dispositions dès à présent concernant vos enfants et petits-enfants, afin d'éviter de les scolariser durant toute la période de vaccination et des supposés risques liés à la pandémie. C'est sans doute le moment de faire jouer la solidarité familiale de manière à assurer la sécurité de nos enfants. L'absence scolaire nous en sommes persuadés ne participera pas à les rendre moins intelligents, et bien au contraire, nous préférons voir des enfants en bonne santé et vivants, que des enfants morts ou malades. Nous vous demandons de prendre dès à présent toutes vos dispositions.

Pour ce qui concerne les fonctionnaires :

Ils seront sûrement appelés à se faire vacciner, notamment ceux, qui sont en contact avec le public. Il vous appartiendra de faire vos choix en toute conscience en sachant que les personnes vaccinées seront le support et le véhicule de la diffusion de la pandémie, le vaccin et le virus s'éliminant par les voies naturelles de l'air et de l'eau, le virus pourra ainsi toucher y compris les personnes non vaccinées.

Pour ce qui concerne les personnels de santé : Médecin, infirmier, aide-soignant ou autres.

Nous avons fait des recherches juridiques concernant leur responsabilité pénale en cas d'injection vaccinale létale.
Tous les textes sont en totale contraction avec les textes qui
prévoient leur responsabilité pénale, d'avec la constitution française, la constitution européenne, et la loi sur la réserve sanitaire du 5 mars 2007 en application de laquelle ils pourraient être réquisitionnés pour assurer la campagne vaccinale sur réquisition du Préfet de leur région. Tous les textes ont été mis en ligne sur notre site afin qu'ils puissent les consulter et être informés sur leur statut et obligations. Le lien :

http://www.sos-justice.com/Dev2Go.web?Anchor=lesdossiers&...

Voir la rubrique : PANDEMIE ET PERSONNELS DE SANTE - Loi sur la réserve sanitaire et personnels de santé - Rappel des réservistes.

Pour ce qui concerne les Militaires ou les Policiers: Nous les prions de consulter notre site par le lien suivant :

http://www.sos-justice.com/Dev2Go.web?Anchor=lesdossiers&...

Voir la rubrique : PANDEMIE ET PERSONNELS MILITAIRE OU DE POLICE - Loi sur la réserve militaire du 5 octobre 2007 - Conditions de Rappel des réservistes, ainsi que la Loi sur la programmation militaire qui devrait être appliquée sur les années 2009 à 2013. Loi qui serait en cours d'approbation par le Gouvernement.

Nous assistons ainsi à la militarisation de la santé depuis les attentats perpétrés aux USA le 9/11/2001 et la signature par BUSH du décret Patriot ACT qui a été signé le 25 octobre 2001, sans que les représentants du Congrès US ne s'y soient attardés.

Depuis lors, nombre de lois liberticides ont été votées en France et en Europe, dont le Traité de Lisbonne qui a été ratifié par la France à l'encontre du vote du Peuple Français. Ce traité prévoit la possibilité d'instauration de la Loi martiale, le rétablissement de la peine de mort en cas d'insurrection du peuple, les arrestations illégales en cas de manifestations, autorise le clonage.

Une mince consolation, l'Allemagne vient de rejeter le traité le Lisbonne qui venait en contradiction de la Constitution Allemande et de la souveraineté du Peuple Allemand.

Nous vous invitons par ailleurs à prendre attentivement connaissance des accords d'adhésion de la France aux organisations mondiales auxquelles nous sommes soumises depuis 21 novembre 1947 révisées le 27 janvier 1999. A part trouver des textes accordant la totale immunité à ces organisations obscures et à leurs personnels, nous n'avons trouvé pour l'heure aucun texte protecteur pris en faveur des citoyens français qui pourraient être les victimes de ces organisations mondiales, dont l'OMS. Serions-nous américains depuis 1947 ?

La responsabilité pénale du Gouvernement  n'existe pas car il bénéficie de l'Immunité ainsi que les Organisations Mondiales dont l'OMS et les Laboratoires pharmaceutiques.

En conclusion personne ne viendra vous informer sur la nocivité du vaccin, ni ne pourra venir vous défendre contre des décès ou des maladies handicapantes ou létales, car nous avons affaire à des irresponsables pénalement et devant la Loi. Nous vous demandons en conséquence de prendre vos décisions en toute connaissance de causes et conscience dès maintenant.

Pour ce qui concerne les Canadiens :

Nous avons saisi par mail une association Canadienne et leur avocat, ainsi que le Ministre de la Justice.

Pour ceux qui souhaitent s'occuper de donner suite à nos demandes au Canada, ils pourront nous adresser un mail afin que nous leur communiquions copie de notre demande.

Pour ce qui concerne les Américains :

Il est urgent de venir en aide au Peuple américain pour lequel certains états prévoient l'établissement de la Loi martiale pour une vaccination forcée.

La pétition à signer en ligne :

http://www.mesopinions.com/Grippe-A-H1N1---Vaccin-ou-arme...

Bonne lecture et soyez conscients et vigilants.

Bien cordialement

Mirella CARBONATTO

Présidente de l'association SOS JUSTICE & DROITS DE L'HOMME



Circulaire_vaccination_090824.pdf

Courrier Parquet de Nice du 31 juillet 2009.pdf

Courrier Parquet - Eric MONTGOLFIER du 4 août 2009

Lettre adressée à Nicolas SARKOZY le 9 août 2009


29/08/2009

France : Grippe A(H1N1) : le plan de vaccination français

Le gouvernement français a dévoilé son plan de vaccination contre la grippe AH1N1), dans la perspective d’une diffusion de la pandémie au cours de l’automne. Il devra être activé sur ordre des préfets, « si la situation et les préconisations des experts le justifient » et cela à partir du 28 septembre 2009.

Les ministres de l’Intérieur et de la Santé détaillent leur stratégie dans une circulaire adressée aux préfets le 21 août 2009. Chacun d’entre eux devra ainsi établir un « plan départemental de vaccination ». Ainsi, « un minimum de trois sites de vaccination » devra être mis en place dans chaque département. Ces centres seront installés dans des gymnases ou des salles polyvalentes et non dans des établissements de santé.

Selon leurs capacités, ils devront être capables d’assurer la vaccination de 700 à 2.100 personnes par jour. Par ailleurs, « la vaccination des élèves et de toute la communauté éducative sera assurée par des équipes mobiles dans les établissements scolaires ». Il en sera de même dans les lieux de vie collective ou fermés (établissements médico-sociaux, centres de détention…).

Sur présentation de bons de vaccination émis par l’Assurance-maladie, la vaccination sera proposée « à toute personne qui le souhaitera », comme l’a précisé Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé. Le schéma d’injection devrait être de deux doses, administrées à trois semaines d’intervalle. Quant aux populations prioritaires, elles devraient être définies par le Haut Conseil de Santé publique, « dans les jours à venir ».

Les premiers vaccins vers la mi-octobre

Les ministères insistent sur le fait que « la décision relative au lancement de la campagne de vaccination sera prise en fonction notamment de l’obtention des autorisations de mise sur le marché des vaccins ». Le gouvernement a en effet commandé 94 millions de doses de vaccins auprès de quatre fabricants, Sanofi Pasteur, GSK, Baxter et Novartis. « Elles seront livrées de manière échelonnée tout au long de l’automne et du début de l’hiver », est-il précisé dans la circulaire. Roselyne Bachelot ayant ajouté en conférence de presse, que « la France devrait disposer des premières doses vers la mi-octobre ».

Rappelons qu’à ce jour en France métropolitaine, la « circulation du virus reste limitée », comme le souligne l’Institut de Veille sanitaire (InVS). La semaine dernière, « le nombre de patients vus en consultation de médecine de ville pour grippe A (H1N1) est estimé à environ 4.500 ». En revanche, l’épidémie « progresse fortement dans l’ensemble des territoires français de l’Océan Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis et Futuna), actuellement en hiver austral, saison propice à la circulation des virus grippaux », rappelle l’INVS.

Circulaire adressée aux Préfets à télécharger ici :


La campagne de vaccination n'est pas encore décidée mais les préfectures doivent déjà la préparer. © DR

La campagne de vaccination n'est pas encore décidée mais les préfectures doivent déjà la préparer. © DR

 

 

Source : Futura sciences

Grippe A/H1N1 : Conférence de presse du 27 août 2009

Visionnez la conférence de presse. Ici :

Date de mise en ligne : 27 août 2009 > 18:24
Dernière modification de cet article : 28 août 2009 > 16:31

 

Une conférence de presse a été organisée jeudi 27 août à l’issue de la réunion du centre interministériel de crise (CIC) sur la grippe A/H1N1, en présence de Brice Hortefeux, de Roselyne Bachelot-Narquin, de Luc Chatel, de Xavier Darcos, de Marie-Luce Penchard, de Nadine Morano, et de Nora Berra.

Le CIC a dressé un bilan épidémiologique de la situation en France et apporté des précisions sur la campagne de vaccination à venir.

Selon les déclarations de Françoise Weber, directrice générale de l’InVS, la circulation du virus est "avérée mais reste limitée, en France métropolitaine. "Nous avons affaire à un virus de virulence modérée (...) mais avec une forte capacité de transmissibilité", a précisé Roselyne Bachelot.

Campagne de vaccination à la mi-octobre

La stratégie de vaccination sera arrêtée après l’avis du Haut conseil de santé publique (HCSP) qui sera donné début septembre, a déclaré Roselyne Bachelot. Une stratégie qui prendra en compte les indications de l’InVS, de la direction générale de la santé et de l’OMS .

La campagne de vaccination sera proposée à toute la population dès la mi-octobre et pour une période de quatre mois. La décision de déclenchement de cette campagne ne sera prise que si la situation et les préconisations des experts le justifient. Dans cette perspective, deux décisions sont d’ores et déjà actées :

  • La vaccination ne sera pas obligatoire. Le Gouvernement s’engage à vacciner tous les Français qui le souhaiteront.
  • La campagne de vaccination ne débutera pas avant que les vaccins aient obtenu l’Autorisation de mise sur le marché (AMM).

La définition des personnes à risques sera également arrêtée après l’avis du HCSP. Toutefois, parmi celles-ci, le personnel de santé (médecins, infirmières...), les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants font partie des populations prioritaires, a précisé la ministre de la Santé. Roselyne Bachelot a également souligné l’importance de la vaccination "altruiste" : toute personne étant potentiellement en situation de contaminer son entourage devra faire la démarche de se faire vacciner.

1 milliard d’euros ont été engagés pour commander 94 millions de doses auprès de quatre laboratoires (Sanofi Pasteur, GSK, Baxter, Novartis). Les premiers vaccins ont été déjà livrés en nombre limité, a précisé Roselyne Bachelot.

Logistique de vaccination

Une circulaire a été adressée aux préfets pour la mise en place d’une logistique de vaccination qui devra être opérationnelle à compter du 28 septembre.

Le plan départemental de vaccination devra permettre une vaccination à deux doses en respectant un intervalle minimal de trois semaines. Toutefois, pour une vaccination en masse avec un vaccin nouveau, les exigences de pharmacovigilance sont majeures. Afin que les deux doses administrées proviennent du même vaccin, l’exigence de traçabilité individuelle sans faille de la vaccination sera organisée sur la base des systèmes d’information de l’Assurance maladie.

Un minimum de trois sites de vaccination par département seront créés dans des salles polyvalentes ou des gymnases.

La vaccination des élèves et des personnels de la communauté éducative sera assurée par des équipes mobiles dans les établissements scolaires. Il en sera de même pour les personnes détenues en établissement carcéral (prisons, établissements médico-sociaux...)

Source : http://www.pandemie-grippale.gouv.fr/article.php3?id_arti...

18/08/2009

Belgique : Grippe A : « Vaccin non obligatoire »

Grippe A : « Vaccin non obligatoire »

Rédaction en ligne

mardi 18 août 2009, 10:06

Des rumeurs, même les plus folles circulent sur le net, faisant état d’une ambition de ‘génocide mondial, sous couvert de pandémie », en évoquant le caractère obligatoire du vaccin contre la grippe A/H1N1. Dans Le Soir, ce mardi, Daniel Reynders coupe court aux rumeurs : il n’y aura pas de vaccination obligatoire.
L'édito : Les marchands de peur ne sont pas où l'on croit

Grippe A : « Vaccin non obligatoire »

© AP.

A la mi-octobre au plus tôt, des milliers de vaccins contre le nouveau virus de la grippe A/H1N1 arriveront en Belgique. Notre pays en a commandé plus de 12 millions, de quoi vacciner tous les habitants. Mais il faudra déterminer des priorités, sur lesquelles les experts planchent. « Nous ne devrions pas nous écarter des recommandations de l’OMS », explique le professeur Yves Van Laethem, qui préside ce comité scientifique. En tête, le personnel de santé et les femmes enceintes, exposées à un risque quadruplé.

Mais, simultanément, des pétitions fleurissent sur internet et des plaintes sont déposées en Autriche et en France, qui affirment que ces plans généraux de vaccination n’auraient comme ambition qu’un génocide mondial, sous couvert de pandémie. Ces manipulations grossières et malfaisantes dissimulent un fait essentiel : les autorités belges n’ont jamais envisagé d’obliger quiconque à se vacciner. « Cela restera une décision individuelle. Seule la polio est une vaccination légalement obligatoire », garantit le docteur Daniel Reynders, de la cellule de crise Influenza. « Chacun devra peser avantage et inconvénient en fonction de sa propre situation et des personnes éventuellement affaiblies qui vous sont proches. Par ailleurs, la vaccination est aujourd’hui un geste sûr et sans contre-indications majeures. »

Source : http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/2009-08-18/...

 

Les menteurs, nous avons bien lu que la Belgique se préparait à intaurer la vaccination obligatoire et qu'un projet avait été proposé au Conseil d'Etat, en vue de le faire statuer sur une Loi d'exception qui correspond à l'établissement d'une Loi Martiale pour imposer la vaccination de masse obligatoire avec les renforts de l'armée, forces de l'ordre et autres personnels réquisionnées.

Heureusement que des personnes veillent et qu'elles ont le courage d'engager des actions pénales pour faire reculer les Gouvernements.