Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2011

Jacques Attali met en garde : Vite, un gouvernement mondial, sinon ce sera le retour de la barbarie

Bien sûr, nous allons le croire !

Il attend avec impatience l'élection de son grand copain DSK qui se chargera de saper et ruiner définitivement la France et les pays Européens au profit des banques mondiales et du FMI, et de ses maîtres Illuminati-reptiliens .

Qu'est-ce qu'ils vont encore trouver comme raison bidon pour nous vendre leur dictature.
On a déjà eu le réchauffement, le terrorisme, et maintenant la menace des mafias.

Attali  l'ancien bankster, qui cherche à vendre la gouvernance mondiale gérée par la mafia de ses amis banksters.

Comme le souhaite ce cher David Rockefeller , Président et fondateur du Groupe de Bilderberg et de la Commission Trilatérale. Président du CFR.

"Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l’exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés."


Propos tenus à la rénion du Groupe de Bilderberg à Baden Baden en 1991

Jacques Attali met en garde : Vite, un gouvernement mondial, sinon ce sera le retour de la barbarie

le  à 7:06
Rubrique : Pro-NWO et Débats
 

Voilà la populace prévenue : Dans un nouvel entretien « complice », Jacques Attali, le médiateur et vulgarisateur francophone du Nouvel Ordre Mondial, met en garde les auditeurs et se fait presque menaçant : Si des décisions ne sont pas prises dans les prochains mois, nous assisterions au retour de la barbarie et à la prise en main du Pouvoir par les mafias.

Pour illustrer son avertissement, Jacques Attali a comparé notre situation à celle prévalant alors au début des années 1900, qui avait vu par la suite de nombreuses crises et 2 guerres mondiales, rien de moins.

Jacques Attali et le Gouvernement Mondial sur BFM Business

http://www.dailymotion.com/video/xi8lxh_jacques-attali-et...


Vidéo du 4/04/2012 : Attali met en garde : Vite, un gouvernement mondial… ou sinon ce sera la guerre mondiale – Dailymotion

04/04/2011 - BFM Business
Emission "Le 12-15".

"Le président de PlanetFinance décrypte sa théorie de crise de gouvernance mondiale."

Pour en savoir plus :
http://www.radiobfm.com/edito/info/102727/jacques-attali-...


Pour comprendre pour qui roule Jacques Attali (car ce ne sont pas ses idées), lisez :
- "La véritable histoire des bilderbergers" de Daniel Estulin.
- "Rencontres au sommet" de Michael Gama.
- "L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie" de Hervé Kempf.
- "Faits et chroniques interdits au public - Tome I" de Pierre Faillant de Villemarest.
- "Faits et chroniques interdits au public - Tome II" de Pierre Faillant de Villemarest.
- "Faits et chroniques interdits au public - Tome III" de Pierre Faillant de Villemarest.
- "La marche irrésistible du nouvel ordre mondial" de Pierre Hillard.
- "Tous pouvoirs confondus. Etat, Capital et Médias à l'ère de la mondialisation" de Geoffrey Geuens.

 

Jacques Attali a rappelé que le projet de Gouvernement Mondial existait déjà il y a un Siècle, ce que les observateurs indépendants du Nouvel Ordre Mondial savent parfaitement, ce projet étant une vieille lune bien antérieure à ces temps-là.

Informé des opportunités que vont constituer les tous prochains temps, et notamment l’année 2012, pour faire accepter le Nouvel Ordre Mondial aux populations, le PDG de Planète Finance (tout un programme) et membre de la Commission Trilatérale de David Rockefeller va mettre en place dans les tous prochains jours un site internet à la gloire du NWO :

Pour des raisons bien compréhensibles, ce nouveau site internet dont une pré-version est déjà en ligne ne s’appelle pas ouvertement SoutienAuNouvelOrdreMondial.com mais EtatsGenerauxDuMonde.org .

Son objectif évident est de faire accroire aux naïfs et autres idiots utiles, avec la complicité des relais et zélateurs pro-NWO, que les quidams auront leur mot à dire dans la mise en place de ce projet, alors que tous les observateurs indépendants du Nouvel Ordre Mondial savent pertinemment que ce projet est un projet 100% élitistes, mis en place par le très haut sommet de la pyramide (la finance mondiale), et que le peuple ne sert qu’à donner l’illusion de la démocratie à un projet de néo-féodalisme et de Dictature mondiale qui ne dit pas son NOM.

Observez bien la pré-version de ce site web, les rares textes publiés et l’image de fond, car vous y trouverez de nombreux indices intéressants…

http://911nwo.info/2011/04/17/jacques-attali-met-en-garde...

 

 

 

 

16/04/2011

Le Canada dans le Nouvel ordre mondial 1867 - 1945

Voilà comment les Illuminati et les politiques vous trompent en s'infiltrant dans toutes les institutions au fil des siècles pour aboutir à leur idéologie religieuse millénaire, de nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial.

Petite historique du Canada et ses liens politiques dans l'agenda du nouvel ordre mondial.

Le Canada dans le Nouvel ordre mondial 1867 - 1945

http://www.youtube.com/watch?v=PXlLre7rhUE

04/04/2011

Les reconnaîtrez-vous, les Rap-tout ?

Qu'ils soient banquiers, politiques ou religieux, même panier ! Il faut payer et expier éternellement !

 

Les Inconnus - Rap-tout vampire

http://www.youtube.com/watch?v=vvd-b65yTOc

 

Les Inconnus - Les Sectes- RICHNOU

http://www.youtube.com/watch?v=k_3hIoUGbls&feature=re...

25/02/2011

Le gouvernement mondial (Le grand complot)

Ce qui nous attend et que nous vivons déjà !

 




Jacques Attali, né le 1er novembre 1943 à Alger, est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français. Ancien conseiller de François Mitterrand puis président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, il dirige actuellement PlaNet Finance et préside la commission pour la libération de la croissance française.


Les projets des (Maitres du Monde)
Stratégies pour un contrôle global de la société

Attila , porte-parole du Nouvel Ordre Mondial

Contre le Nouvel Ordre Mondial, avec nous avant qu' il ne soit trop tard !

http://911nwo.info/
http://www.europe-identite.com/

21/12/2010

Le vrai pouvoir du Vatican

Cette émission est passée sur Arte en novembre 2010.

 

Le Vrai Pouvoir du Vatican, de Jean-Michel Meurice

 
Depuis la création de l'Etat du Vatican, en 1929, sept papes et leurs neuf secrétaires d'Etat seulement ont assuré la continuité de la diplomatie papale. Ils ont été confrontés tour à tour au fascisme, au nazisme, à deux guerres mondiales, au totalitarisme soviétique, à la guerre civile espagnole, à l'extermination des juifs, aux purges staliniennes, à la guerre froide, aux dictatures sud-américaines, à la menace atomique. Dans le même temps l'Eglise, en particulier sous l'égide de Jean-Paul II, a pris une dimension sociopolitique universelle. Ce film en deux parties raconte l'histoire secrète de la diplomatie vaticane au cours du siècle dernier, notamment à partir d'archives très récemment ouvertes. Grâce aussi aux recherches d'historiens et aux témoignages approfondis de membres de la curie romaine, il révèle nombre d'aspects ignorés et restitue la complexité des faits.
.
.
CRITIQUE TÉLÉRAMA

Tout ce que vous voulez savoir sur le Vatican ? Pas tout à fait, car les archives secrètes restent résolument muettes. Ce documentaire s'ouvre sur des images de 1893 : Léon XIII salue parce qu'on lui a bien expliqué qu'il s'agissait d'une caméra. Mais il est immobile. Un peu comme la diplomatie du Vatican qui, d'accords en concordats, négocie d'abord son influence, pèse le pour et le contre, se concilie avec des Etats, fussent-ils fascistes ou autoritaires. De passionnantes interventions d'ecclésiastiques et d'historiens reviennent ainsi sur les périodes brûlantes de l'Histoire : les accords ou désaccords avec Mussolini, avec Hitler, avec Franco, Khrouchtchev ou Gorbatchev. Les nonces et les conseillers avertissent, et le pape décide, tempère ou attend.

« Aspettare », maître-mot face à des régimes auxquels le Vatican n'accorde aucune confiance. Est-il vrai que Pie XII tentait, de son balcon, d'exorciser Hitler, qu'il considérait comme possédé par le Diable ? Un constat du réalisateur résume tout : « Il faut faire avec les gouvernements que les accidents de l'Histoire vous donnent. » L'historien Guy Hermet explique ainsi très clairement la position du Vatican pendant la guerre d'Espagne. Mais les guest-stars sont bien sûr Jean XXIII et Jean-Paul II, deux papes qui voyagent, même s'il faut parfois rendre visite à Pinochet. Beau documentaire dont la vertu principale est de montrer la complexité de la curie romaine, donc la complexité qui doit présider aux jugements que l'on porte sur elle.

Gilles Heuré

Télérama, Samedi 30 octobre 2010

 
9/10/2010 14:00


Un siècle dans les coulisses de la diplomatie vaticane

En se fondant sur des témoignages de première main, le documentaire d'Arte se  propose de comprendre de l'intérieur les mécanismes de la politique étrangère du Vatican

  

Un garde suisse au Vatican (photo de Meo/Ciric).

Les « armées » virtuelles du pape et de sa diplomatie ont toujours été un objet de fascination, voire de fantasme. On leur attribue une puissance d'autant plus importante qu'elle serait secrète, on lui prête des réseaux tapis dans l'ombre de chaque clocher d'église.

 

Malgré son titre quelque peu racoleur (Le Vrai Puvoir du Vatican), le premier mérite de ce documentaire en deux parties (diffusé mercredi 3 novembre à 20 h 40 sur Arte) est de rompre avec cet imaginaire.

Jean-Michel Meurice a très honnêtement pris son bâton de pèlerin, ou plutôt sa caméra, pour aller à la source : consultation des archives romaines, des historiens, et surtout, pour les périodes les plus récentes, de tous ceux qui ont joué un rôle diplomatique au Saint-Siège ces cinquante dernières années. Ce qui lui permet de mettre en lumière de l'ntérieur les motivations des responsables d'Église. Jamais l'auteur ne juge. Il se contente de rapporter.

 

La cicatrice du « Kulturkampf »

L'origine, c'est 1870 : avec la perte des derniers territoires pontificaux, personne n'aurait alors parié sur l'avenir d'une papauté dépassée par l'Europe des nations en train de naître. Mais de ce qui aurait pu signer sa fin, le pape va faire une force, l'État symbolique devenant l'arme d'une conscience morale universelle. Cela grâce aux accords du Latran, dont le film retrace la lente négociation, soulignant le pragmatisme des hommes du Vatican face à Mussolini.

Les premiers temps de cette nouvelle diplomatie ne sont pas de tout repos : montée du fascisme et du nazisme, guerre d'Espagne, et danger du communisme. Dans ce contexte, Jean-Michel Meurice veut comprendre : la principale motivation du pape est alors de protéger les catholiques et préserver les Églises locales.

Des films d'archives nous montrent le jeune Pacelli, futur Pie XII, nonce à Munich, et durablement marqué par le désordre dans lequel l'Allemagne vit la défaite de 1918. Très clair encore, l'arrière-fond qui va expliquer l'attitude de la hiérarchie catholique allemande durant le nazisme, avec la cicatrice du « Kulturkampf ».

On attendait évidemment le passage sur le « silence » de Pie XII face à l'extermination du peuple juif. Le sujet est traité, même si on peut regretter la part trop belle faite, dans les témoignages, au jésuite allemand Peter Gumpel, postulateur de la cause de béatification de Pie XII et donc partie prenante.

Manque une évaluation plus objective de l'action du pape

Le passage évoquant le pape de l'époque exorcisant Hitler, du balcon de la place Saint-Pierre, aurait mérité un minimum de recul, tant ce geste semble décalé face à l'ampleur du drame. Même souci d'explication pour l'Espagne de la guerre civile et du franquisme : l'intransigeance de l'Église locale, le massacre des prêtres, religieux et religieuses, voilà qui éclaire les tensions encore perceptibles de la société espagnole d'aujourd'hui.

Après-guerre, la vision diplomatique s'élargit à l'Europe de l'Est et au monde. La « plume » est alors tenue par les témoins eux-mêmes. C'est passionnant, lorsque le cardinal Achille Silvestrini, qui était représentant du Saint-Siège à la signature des accords d'Helsinki, explique comment fut votée la fameuse « troisième corbeille », celle concernant les droits de l'homme, sans que l'on se rende compte alors de sa portée pour les opposants au communisme.

D'ailleurs, jamais les contacts entre les deux Églises, de part et d'autre du rideau de fer, ne furent réellement interrompus. Le cardinal Jean-Louis Tauran, à l'époque « ministre » des affaires étrangères de Jean-Paul II, est aussi un bon témoin de la « geste wojtylienne ». On connaissait la part prise par le pape polonais dans la chute du Mur.

Manque cependant une évaluation plus objective de l'action du pape, qui aurait mieux pris la mesure d'autres aspects de cette diplomatie, par exemple en Irak ou en Amérique latine. Le final, les funérailles de Jean-Paul II en 2005, offre de fait un miroir saisissant de l'écho international alors atteint par la papauté, ne serait-ce que par la foule impressionnante des grands de ce monde, venue se recueillir place Saint-Pierre. Mais elle donne lieu à une conclusion quelque peu grandiloquente, qui nuit à la qualité globale de cet excellent documentaire.

 

Isabelle de Gaulmyn