Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2015

Depuis le début des frappes russes, 800.000 réfugiés ont regagné la Syrie

Alors, est-ce que Poutine a eu tort d’accepter d’aller aider militairement Bachar Al-Assad en Syrie pour mettre un terme à l’hémorragie de réfugiés qui entraient en Europe ?

D’abord on nettoie le terrain pour permettre à ces pauvres malheureux de rentrer chez eux, et ensuite on les aide à reconstruire, ce que la coalition criminelle internationale a détruit durant près de 5 ans !

Depuis le début des frappes russes, 800.000 réfugiés ont regagné la Syrie

19:40 25.10.2015 (mis à jour 19:43 25.10.2015)

Un camp de réfugiés à Lattaquié

Des centaines de milliers de réfugiés ont regagné la Syrie depuis le début de l'opération aérienne russe dans ce pays, a annoncé le Grand mufti de Syrie, Ahmad Badreddin Hassoun, lors d'une rencontre avec une délégation parlementaire russe qui s'est rendue vendredi à Damas.

Après avoir remercié la Russie pour son aide dans la lutte contre les terroristes, le Grand mufti a fait savoir que plus de 800.000 réfugiés ont regagné la Syrie depuis le début des raids russes contre les positions de l'Etat islamique, a déclaré le député de la Douma Sergueï Gavrilov.

Selon le service de presse du parlementaire, les membres de la délégation russe ont rencontré Ahmad Badreddin Hassoun le premier jour de leur visite à Damas. L'entretien a porté sur la coopération entre les communautés religieuses russes et syriennes, sur l'aide humanitaire et la lutte contre l'extrémisme.

 Parmi les sujets évoqués, Sergueï Gavrilov a cité la possibilité de vacances pour des enfants orphelins syriens en Russie. Il a rappelé qu'en 2014, près de 100 pupilles des orphelinats orthodoxes de Syrie et élèves des internats réservés aux enfants des militaires tués au front avaient passé deux semaines dans une colonie de vacances non loin de Moscou.

Le Grand mufti "a appelé la Syrie et la Russie en tant que pays multiconfessionnels à se soutenir mutuellement", a indiqué le député, ajoutant que la Syrie était un Etat laïc.

"Bien que l'appartenance religieuse ne joue aucun rôle lors de la formation du gouvernement, le président Bachar el-Assad n'exclut pas que le poste de premier-ministre puisse être confié à un chrétien", a déclaré Sergueï Gavrilov.

 

 

Benyamin Netanyahou, un criminel de guerre

Et à ce psychopathe criminel, est-ce que Holl'andouille, lui demande de quitter son poste, parce que la paix durable ne peut se faire avec lui en Palestine occupée, parce qu'il est le problème et qu'il ne peut pas faire partie de la solution ! 

Israël a exécuté deux garçons, alors qu’ils demandaient l’aide d’un soldat

de la solution !

Benyamin Netanyahou, un criminel de guerre

Jeudi, 22 Octobre, 2015

Humanité Dimanche

Photo: Archives/Gali Tibbon/Pool/AFP

La chronique de Francis Wurtz, député honoraire du Parlement européen.

L'Occident, en garantissant l'impunité aux incendiaires au pouvoir en Israël, porte des responsabilités écrasantes.

Le 4 novembre prochain, cela fera vingt ans que Yitzhak Rabin, alors premier ministre d'Israël, a été assassiné par un ultranationaliste israélien. Cette tragédie eut lieu dans un contexte marqué par une campagne de haine hystérique de la droite et de l'extrême droite de ce pays contre un leader coupable de s'engager dans un processus de paix avec Yasser Arafat. Depuis ce jour funeste, une génération entière de Palestiniens n'a plus connu le moindre espoir d'une paix juste, assurant la fin de l'occupation, de la colonisation, de l'humiliation sans limite. Aujourd'hui, nous sommes peut-être à l'aube d'un nouveau soulèvement populaire qui a démarré, cette fois, là où le pouvoir de Tel-Aviv s'y attendait le moins : la partie palestinienne ­ annexée ­ de Jérusalem. C'est le moment de revenir sur ce terrible tournant de 1995. D'abord, pour rappeler qu'il a toujours existé en Israël des hommes et des femmes en grand nombre qui combattent l'occupation avec courage et dignité, fût-ce au péril de leur vie. Ensuite, pour souligner la responsabilité écrasante de tous ceux qui, en Europe et en « Occident » en général, garantissent aux incendiaires au pouvoir en Israël une impunité absolue. Ce faisant, ils ne défendent pas Israël, ils protègent les héritiers des assassins de Rabin.

Qui était, en effet, durant les jours et les semaines précédant les coups de feu mortels contre le premier ministre de l'époque, à la tête des hordes d'extrémistes vociférant jusque sous les fenêtres de celui-ci et brandissant des pancartes prémonitoires, représentant Rabin dans le viseur d'un sniper ? Le chef du Likoud ­ déjà ! ­, un certain Benyamin Netanyahou. L'homme à l'encontre duquel il alimenta la haine n'avait pourtant pas un profil de pacifiste. Ancien chef d'état-major de l'armée durant la guerre des Six-Jours, en 1967, il fut ministre de la Défense au moment de la première Intifada. Mais, en véritable homme d'État, il sut, avec lucidité et courage, tirer les leçons de son expérience. Lors de l'impressionnant rassemblement en faveur du processus de paix à l'issue duquel il tomba sous les balles du tueur Ygal Amir, il a tenu un discours que les parrains honteux de l'actuel gouvernement d'Israël ­ le plus réactionnaire qu'ait connu ce pays ­ gagneraient à méditer. En voici quelques phrases qui en illustrent l'actualité : « La violence s'attaque à la base de la démocratie. Elle doit être condamnée et isolée. (...) La paix a ses ennemis qui tentent de nous atteindre, pour torpiller le processus de paix. (...) Pour Israël, il n'est pas de chemin sans douleur. Mais la voie  de la paix est préférable à la guerre. Je vous dis cela en tant qu'ancien soldat. (...) Je veux que ce gouvernement exploite chaque ouverture, chaque occasion de parvenir à une paix totale » (1). !

D'autres grands personnages d'Israël ont, par la suite, osé creuser ce sillon : c'est l'intérêt bien compris d'Israël d'assurer une paix juste et durable avec le peuple palestinien. Une référence en la matière reste le discours historique d'Avraham Burg, alors président de la Knesset, à l'occasion du 53e anniversaire de la création du Parlement israélien, en 2002 : « Un peuple d'occupants finit par être changé et défiguré par les tares de l'occupation », lança-t-il, sous les huées de la droite, à ses collègues en les invitant à voir en face ce qu'ils ont fait de leur pays, avant d'annoncer sa visite prochaine au Parlement palestinien à Ramallah ! (2). Dans quelques jours, lorsque les dirigeants européens et occidentaux rendront hommage à Yitzhak Rabin, rappelons-leur qu'entre la fidélité à l'héritage du premier ministre israélien de 1995 et la complaisance vis-à-vis de celui de 2015, il faut choisir ! L'impunité de Netanyahou est un crime contre la paix.

 

Nouvelle formule anti raclures au savon d’Alep !

 

12189722_1642065969397531_3696976298766723683_n.jpg

12140658_116496608706435_79103415041995308_n.jpg

12027598_10153638031158610_8579750195903428290_n.jpg

URGENT : Bagdad autorise la Russie à mener des frappes en Irak !!!

Après plusieurs rumeurs qui circulaient depuis quelques jours qui faisaient état de l'extension des frappes Russes en Irak, et ce qui n'emportait pas l'aval des USA qui semblaient fortement s'y opposer, c'est désormais chose faite, la Russie a été autorisée légalement par Bagdad à étendre ses frappes en Irak !

Encore une belle gifle pour les USA et ses alliés criminels qui ne pouvaient pas apporter de solution à l'Irak puisqu'ils ont été la cause des problèmes connus par ce pays qui perduraient depuis 2003.

Tout comme en Syrie, la Russie permettra de libérer les puits de pétrole, dont l'exploitation frauduleuse permettait aux USA et à ses alliés criminels de financer leurs mercenaires pour renverser les régimes en place, tout en massacrant les populations civiles  ! 

Voir aussi :

L’ambassadeur russe "trolle" Washington sur Twitter
12:09 22.10.2015

 image tirée du film Harold et Kumar s'évadent de Guantanamo

L’ambassadeur russe au Royaume-Uni Alexandre Iakovenko a raillé sur son compte Twitter la décision des Etats-Unis de suspendre le soutien accordé à l’Irak au cas où Bagdad solliciterait une aide de Moscou.

Irak : pas d'engagements face aux USA quant aux frappes russes contre l'EI
16:25 22.10.2015

 Les USA cesseront leur aide si l'Irak demande soutien à la Russie

L'Irak n'a jamais promis aux Etats-Unis de ne pas demander à la Russie de porter des frappes aériennes sur son sol contre les positions des djihadistes de l'Etat islamique (EI), a déclaré jeudi à Sputnik Shakhawan

La Russie prête à examiner une demande d’aide militaire de Bagdad
09:03 23.10.2015

  Valentina Matvienko

 

 

 

 

La Russie examinera toute demande d'aide militaire formulée par l'Irak le cas échéant, a déclaré Valentina Matvienko, présidente du Conseil de la Fédération (sénat russe)


Irak: 3 à 5 ans nécessaires pour liquider l'EI, selon la coalition

12:21 25.10.2015

Un tireur d'élite de l'armée irakienne

Bien que l'Etat islamique ne soit plus aussi puissant et organisé qu'en 2014, quand il a lancé une large offensive dans le nord de l'Irak, il faudra 3 à 5 ans, selon la coalition anti-EI conduite par Washington, pour venir à bout des djihadistes

 

Bagdad autorise la Russie à mener des frappes en Irak
17:01 25.10.2015 (mis à jour 17:05 25.10.2015)

Un chasseur-bombardier Sukhoi Su-34 lors d'un raid sur Raqqa

Cherchant à échapper aux frappes aériennes russes, les terroristes de Daech s'enfuient en masse de la Syrie vers l’Irak. Dans ce contexte, Bagdad a autorisé Moscou à les frapper sur le territoire irakien.

Les djihadistes de l'Etat islamique (Daech) ont beau chercher refuge en Irak, le parlement irakien a donné son feu vert à l'aviation russe pour les frapper en Irak, a annoncé dimanche Hakem al-Zameli, président de la commission de la sécurité nationale et de la défense du parlement, cité par l'agence iranienne Fars.

"L'Irak s'est mis d'accord avec la Russie, qui dirige le centre d'information conjoint de Bagdad, pour qu'elle frappe les combattants de Daech fuyant de la Syrie vers l'Irak", a déclaré M. al-Zameli. Il a ajouté que ces frappes permettraient également de couper les voies utilisées pour approvisionner les terroristes syriens depuis l'Irak.

Dans un communiqué des autorités irakiennes publié vendredi, Hakem al-Zameli a indiqué que le centre d'information conjoint à Bagdad "en était encore à sa phase initiale", mais qu'il fournissait néanmoins des renseignements très importants. Ce centre a été mis en place par la coalition quadripartite réunissant la Russie, la Syrie, l'Irak et l'Iran.

Selon le parlementaire irakien, Damas a également apporté des informations très précieuses sur les positions de l'Etat islamique.

Depuis le début de son opération en Syrie, l'aviation russe a effectué près de 1.000 raids sur les positions de l'Etat islamique, détruisant des postes de commandement, des centres de transmissions, des abris souterrains et des dépôts de munitions utilisés par les terroristes.

 

Les zones de combat en Syrie comme vous ne les avez jamais vues (VIDEO HD)

Les zones de combat en Syrie comme vous ne les avez jamais vues (VIDEO HD)

Les journalistes russes qui couvrent le conflit armé en Syrie ont publié des vidéos d’une beauté envoûtante, et en même temps terrifiantes, qui montrent les batailles en cours entre les troupes gouvernementales et les combattants qui s’y opposent.

Les vidéos ont été réalisées par l’équipe de la chaîne russe d’actualité Rossiya 24, qui diffuse ses reportages depuis le cœur des combats


Le drone lancé par les journalistes traverse des nuages de fumée noire qui se détachent des décombres consécutifs aux bombardements et survole les opérations militaires en cours, les missiles en action et les chars qui se déplacent au sol le long des routes montagneuses.