Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

URGENT : Des conseillers spéciaux américains auraient été déployés en Syrie

Les USA ont du mal apparemment à lâcher leur racket sur la Syrie et l'Irak !

Commando de déstabilisation en Syrie !

Alors que les négociations sur la Syrie se poursuivent à Vienne sous la houlette de la Russie, sans la présence de la France, les USA en profitent pour adresser un petit groupe de 20 à 30 conseillers militaires en Syrie pour qu’ils «conseillent et assistent» les rebelles syriens dans leur lutte contre Daesh.

EN DIRECT : les négociations sur la Syrie se poursuivent à Vienne

Alors que Bagdad avait bien dit aux américains qu'ils n'avait pas besoin de leur aval pour lutter contre l'EI en Irak, ils insistent par la force pour y envoyer des unités des forces spéciales américaines qui se trouvent déjà en Irak pour aider l’armée à combattre Daesh.

Bagdad déclare ne pas avoir besoin d'opérations spéciales US

 

Voir aussi :

Washington envoie 50 commandos en Syrie en qualité de conseillers

16:28 30.10.2015 (mis à jour 16:37 30.10.2015)

Washington enverra une cinquantaine de conseillers militaires dans le nord de la Syrie.

Les commandos américains aideront les "forces terrestres locales" à combattre les terroristes de l'Etat islamique (EI), a annoncé un représentant de l'administration présidentielle américaine.

Des conseillers spéciaux américains auraient été déployés en Syrie

Les Etats-Unis auraient envoyé un petit groupe de 20 à 30 conseillers militaires en Syrie pour qu’ils «conseillent et assistent» les rebelles syriens dans leur lutte contre Daesh.

Selon certaines estimations, le président américain Barack Obama devrait faire une déclaration officielle plus tard dans la journée.

Jusqu'à présent, le président américain avait nié la possibilité d’envoyer des troupes en Syrie, précisant que les arabes sunnites locaux devraient se battre contre Daesh au sol tandis que la coalition dirigée par les Etats-Unis les soutiendrait par voie aérienne.

Des unités des forces spéciales américaines se trouvent déjà en Irak pour aider l’armée à combattre Daesh. La semaine dernière, l’un des conseillers américain, le sergent Joshua Wheeler, a été tuée lors d’une opération de sauvetage des otages détenus par l’organisation terroristes dans le nord du pays.

Selon les estimations du journaliste britannique Jonathan Steele qui a accordé un interview à RT, les «conseillers américains auraient été envoyés au nord de la Syrie, là où les milices kurdes combattent Daesh».

Pourtant, les seules forces étrangères a lutter officiellement contre Daesh sont celles de la Fédération de Russie. Mais le président Poutine a précisé à plusieurs reprises que la Russie ne se lancerait pas dans une opération terrestre.

Même si les opérations aériennes russes portent leurs fruits, plus de 1 600 cibles terroristes ont été détruites en un mois, certains ne se gênent pas de critiquer ces raids.

Le général des forces aériennes américaines Philip Breedlove a accusé la Russie d’avoir aggravé la situation en Syrie avec ses frappes. «L’opposition modérée est une composante du processus politique, nous sommes persuadés que ce que fait la Russie va allonger le conflit en Syrie et augmenter le nombre de réfugiés qui fuient pour l’Europe».

Les détails à suivre

29/10/2015

Victimes de Daesh et de Boko Haram

Ne nous faisons aucune illusion sur ces groupes soi-disant séparés portant des noms différents. Il s'agit toujours des mêmes mercenaires disséminés dans le monde, pour instrumentaliser la terreur partout !

Victimes de Daesh

29 oct. 2015, 11:29



Nigéria : plus de 300 otages de Boko Haram libérés par l'armée gouvernementale

28 oct. 2015

 

La mère d'une victime de Boko Haram trouve du réconfort auprès d'une militante du mouvement "Bring back our girls"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les forces nigérianes ont délivré de nombreuses femmes et enfants qui étaient retenus en otage par le groupe djihadiste, connu pour ses kidnappings, au cours d'une opération qui aurait tué 30 membres de l'organisation.

 

 

Riyad appelle à l'alliance avec "Israël" contre " l'Iran"...

info

info

Oct 29, 2015 09:16 UTC - IRIB- Le prince saoudien, Walid Ben Talal a dissipé tous les doutes : " Dans cette troisième intifada qui oppose les palestiniens à Israël, je soutiens Israël et je demande à ce qu'une alliance militaire Riyad-Tel-Aviv soit formée contre l'Iran"!!

Au cours d'un entretien accordé au journal koxeitien al Qobs, le richissime Talal estime qu'une alliance large des pays arabes avec le régime arabocide d'Israël est " nécessaire pour faire face à l'Iran".

Fidèle au langage officiel de Riyad, Talal accuse l'Iran de tous les maux possibles et imaginables avant de souligner : " Le chaos qui sévit au Moyen Orient a placé Riyad dans un état où il devra choisir entre la vie et la mort. Je sais que les Iraniens cherchent à renverser le régime saoudien en surfant sur la question palestinienne (!!!). Alors je plaide pour qu'une alliance Riyad-Tel-aviv soit formée contre l'Iran et que nos deux pays  se trouvent dans un même front face aux iraniens.

Je me tiendrai aux côtés du peuple juif et de ses ambitions démocratiques pour faire face à l'Intifada de Qods et je ferai tout pour mâter tout mouvement arabe à vocation anti israélienne. Car un accord arabo israélien est une nécessité pour contrer la menace iranienne. ".

Moscou : des opérations US au sol en Syrie seraient illégales et auraient des effets imprévisibles

A bon entendeurs salut !

Depuis, la Maison Blanche et de la CIA se sont rétractés :

Voir aussi :

WikiLeaks dévoile un deal entre Obama et la CIA

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

 

Moscou : des opérations US au sol en Syrie seraient illégales et auraient des effets imprévisibles

© Saad Shalash Source: Reuters

 

Le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre haute du parlement russe, Konstantin Kosatchev a en outre confié à RT que les allégations de frappes russes touchant des civils faisaient partie de la guerre de l’information.

«S’il y a des preuves, elles doivent être présentées et la Russie est définitivement prête mener des enquêtes plus détaillées», a déclaré à RT le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre haute du Parlement russe, Konstantin Kosachev, lors de sa visite à Washington. «Mais aucune preuve n’a été fournie par les experts militaires américains aux experts militaires russes», a poursuivi le parlementaire russe.

Les commentaires de Konstantin Kosachev interviennent après que le ministère russe de la Défense a convoqué les attachés militaires des Etats-membres de l’OTAN et de l’Arabie saoudite en leur demandant de clarifier leurs allégations sur des frappes aériennes russes qui auraient touché des civils en Syrie.

En savoir plus : Moscou convoque les envoyés américains et de l’Otan sur les accusations de morts civiles en Syrie

Le président de la Commission a accusé les médias de «propager délibérément des rumeurs» sur des frappes aériennes russes qui tuent la population civile en Syrie. Les mêmes «rumeurs» étant aussi propagées sur les réseaux sociaux.

«C’est juste une guerre de l’information contre la Russie et rien de plus», a-t-il confié à RT.

Konstantin Kosachev a appelé toutes les nations à rejoindre la coalition contre Daesh en Syrie que dirige la Russie «dans le respect du droit international».

«Nous n’avons aucune intention de rejoindre aucune autre coalition pour la simple raison qu’elles ne conforment pas au droit international», a-t-il indiqué.

«Toutes les opérations, soit aériennes, soit au sol, en Syrie par les forces américaines seront illégales», a encore confié à RT Konstantin Kosachev à propos de l’engagement potentiel des troupes américaines au sol en Irak et en Syrie. Le parlementaire russe a justifié sa position en ajoutant que Damas n’avait pas invité Washington à prendre part à une opération militaire sur son territoire.

En savoir plus : La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

«Ils seront piégés ils seront impliqués dans une guerre et les conséquences seront absolument imprévisibles», a mis en garde l’homme politique russe en ajoutant que l’envoi de militaires américains en Syrie serait «une faute grave».

En même temps, Konstantin Kosachev a souligné que la Russie n’enverrait pas de troupes au sol en Syrie. «Aucune opération au sol n’est possible, parce que cela impliquera la Russie dans une guerre ouverte», a reconnu Konstantin Kosachev. Au lieu de cela, Moscou essaie de trouver une solution politique en Syrie. «Nous essayons de ne pas intervenir mais de promouvoir un dialogue politique à l’intérieur du pays», a-t-il conclu.

 

EXCLUSIF : en plein désert, une équipe de RT s'est approchée de Palmyre contrôlée par Daesh ( Vidéo)

EXCLUSIF : en plein désert, une équipe de RT s’est approchée de Palmyre contrôlée par Daesh

28 oct. 2015, 17:08

Lizzie Phelan à Palmyre

La correspondante de RT, Lizzie Phelan, est le premier correspondant international à s’être rendue à Palmyre toujours sous le contrôle des terroristes de Daesh depuis mai dernier. Sous les obus, la journaliste fait le point de la situation.