Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2014

Dossier Ukraine/Crimée : Les médias censurent Poutine. La trouille ? - Armand Lafevre

Quand Poutine a purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident et que les merdias aux ordres du lobby sioniste nous le cache !

 

Les médias censurent Poutine. La trouille ? - Armand Lafevre

21 mars 2014

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

iTélé, BFM TV ou France 24 étaient bien préparés avec chacun un traducteur « live » du discours...

 
 
Ce sont des tweets commentant le discours de Vladimir Poutine en direct qui me donnèrent envie de le regarder, certes un peu sur le tard. J’allume la télévision en pensant qu’il allait falloir faire du zapping afin de trouver la retransmission en direct. A vrai dire, je n’ai pas eu à chercher très loin : iTélé, BFM TV ou France 24 étaient bien préparés avec chacun un traducteur live du discours. Je n’ai pu assister qu’au dernier ¼ d’heure du discours qui me fit hérisser les poils tant son contenu était anti-occidental tout en étant empreint de non-violence. Les spectateurs, représentants du milieu politique (la douma + représentants des provinces Russes) et religieux (Orthodoxes, Juifs, Musulmans) ont tous fait une standing ovation à la fin du discours.

Cherchant à revoir le début du discours, je laissais passer quelques heures en pensant qu’un internaute allait bien mettre à disposition ce discours sur YouTube ou Dailymotion. A mon grand étonnement, rien jusqu'à la fin de la journée. Sur les sites replay des grands medias (qui l’ont retransmis en direct) rien non plus, si ce n’est une vidéo résumé d’1 à 2 min. max.
 
Captures-3jp1cf0-62eda.jpg
 
 

Le soir, seule l’image (ou presque) de Vladimir Poutine signant le traité rattachant la Crimée à la Russie est diffusée.

Le soir même, je scrute les mass medias (France 2, CANAL+ et M6) et je suis stupéfait de voir que l’on diffuse seulement l’image de Vladimir Poutine signant le traité rattachant la Crimée à la Russie plus une allusion au fait qu’il ne s’attaquera pas au reste de l’Ukraine. Evidemment, je ne m’attendais pas à ce qu’il passe l’intégralité du discours à 20h mais ils sont allés très vite, trop vite à mon goût sachant que la veille (17 mars) David Pujadas était en Crimée pour une édition Spéciale pendant le JT de 20h, et là plus rien. Stop on remballe, circulez y a plus rien à voir.

Poutine a purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident.

Le lendemain matin, je continue mes recherches, et enfin un internaute avait pu mettre l’intégralité du discours sur YouTube. Je lance la page et, étant donné la longueur (49 min), je laisse l’onglet de côté et n’y pense plus jusqu’au déjeuner ou je décide de la regarder sur mon téléphone. Etrange, plus rien du tout. Je file sur mon PC de bureau, la vidéo est toujours là, mais je lance l’url sur un autre onglet et là : « l’utilisateur a supprimé cette vidéo ».
 
 

Cette vidéo n’aura eu pour durée de vie sur YouTube que quelques heures qu’il ne fallait pas rater. En revenant sur le premier onglet, je vois que la barre de chargement s’est arrêtée au 1/3. Tant pis, j’appuie sur le bouton, je verrai ce ce que je verrai. Mais grâce au cache de l’ordinateur, j’ai pu voir l’intégralité du discours. Et c’est là que j’ai compris que Vladimir Poutine avait purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident et ses pratiques « grossières » pendant les événements de Maidan tout en les renvoyant au droit international . Il m’apparut donc évident que la presse occidentale n’allait pas s’étaler dessus (même s’ils s’étaient tous empressés de diffuser le direct). C’est juste que, pour la France en tout cas, ce discours, à l’heure où j’écris cet article, n’est pas/plus disponible. Pourquoi ? Nos chers dirigeants éprouveraient-ils un quelconque sentiment honte à l’approche d’échéances électorales faisant office de test d’opinion ? 

Il apparait donc clairement que quand un Capitaine a de grosses faiblesses, les rendre publiques au reste de l’équipage risquerait de susciter une mutinerie. Hier ce Capitaine, c’était l’U(E)SA. 

Discours entier disponible ici (Capturer sur BFM TV) :

 
 
 

19/03/2014

Alexeï Pouchkov, président de la Commission des Affaires Étrangères de la Douma

Pour faire cesser la propagande sioniste et atlantiste contre la Russie.

 

Durée : 24min 51sec | Postée : Il y a 4 jours | Chaîne : Paroles d'élus

Paroles d'élus :

Alexeï Pouchkov :

  • Président de la Commission des Affaires Étrangères de la Douma
  • Journaliste, politologue, historien
  • Prix Bounine 2009, membre du Comité éditorial de la revue Foreign Policy
  • Membre de l'Institut International de Recherche Stratégique de Londres

http://www.prorussia.tv/Alexei-Pouchkov-president-de-la-Commission-des-Affaires-Etrangeres-de-la-Douma_v815.html

18/03/2014

Kosovo-Crimée : deux poids, deux mesures ?

Kosovo-Crimée : deux poids, deux mesures ?

La place Lénine à Simferopol, en Crimée, le 16 mars 2014.

VOX-HUMEUR- L'écrivain et journaliste au Figaro Magazine Jean-Christophe Buisson compare les réactions des pays occidentaux aux deux référendums qui ont eu lieu en 2008 au Kosovo et dimanche en Crimée. Il pointe quelques pertes de mémoire médiatique.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/03/17/PHO644ff5de-ada8-11e3-b601-d8522e57f5f4-100x100.jpg

J ean-Christophe Buisson est journaliste et écrivain. Il dirige les pages culture et art de vivre du Figaro Magazine. Il est notamment l'auteur d'Assassinés (Perrin, 2013).


C'était hier mais tout le monde semble l'avoir oublié. Le 17 février 2008, les parlementaires kosovars albanais votent par proclamation une déclaration d'indépendance du Kosovo, province méridionale d'un État souverain reconnu par l'ONU: la Serbie. Une décision unilatérale approuvée par certains membres de l'Union européenne, rejetée par d'autres comme l'Espagne, la Slovaquie, la Grèce, la Roumanie et Chypre - c'est encore le cas en 2014. Sur place, ce jour-là, des journalistes du monde entier multiplient les reportages sur une population qui «pleure d'émotion dans la liesse de l'indépendance proclamée». Partout, ce sont des visages d'hommes, de femmes et d'enfants heureux, soulagés, bonhommes, affables: la liberté en marche. Qui, alors, songe à interroger les quelques milliers de Serbes retranchés depuis 1999 dans des villages entourés de barbelés et de véhicules blindés de la force de protection internationale, la KFOR? Personne ou presque. Qui donne la parole aux moines et aux moniales des églises et des monastères orthodoxes locaux qui n'ont pas encore été attaqués ou brûlés par les extrémistes albanais rêvant de purification ethnique et religieuse? Personne ou presque. Qui s'intéresse à cette population minoritaire du Kosovo albanais? Personne ou presque.

Cette fois, il est décrété que le droit du peuple de Crimée à disposer de lui-même (en l'espèce : de demander son rattachement à la Russie) est « illégal » (Laurent Fabius) et qu'il ne saurait être identique à celui du peuple kosovar

Six ans plus tard, la Crimée, province méridionale de l'Ukraine, proclame, à l'issue d'un référendum populaire, son vœu de se détacher de la mère patrie, comme le Kosovo d'avec la Serbie. Va-t-on, dans les Chancelleries occidentales, saluer cette sympathique démarche démocratique approuvée par 96,6 % des électeurs? Va-t-on, sur les chaînes de télévision, montrer les mêmes images d'effusion de joie à Sébastopol et Simferopol comme naguère à Pristina et Prizren? Pas exactement. Cette fois, il est décrété que le droit du peuple de Crimée à disposer de lui-même (en l'espèce: de demander son rattachement à la Russie) est «illégal» (Laurent Fabius) et qu'il ne saurait être identique à celui du peuple kosovar (pas plus qu'à celui des peuples slovène et croate en 1991, bosniaque en 1992 et écossais, sans doute, en septembre prochain). Jamais évoqué en 2008, rejaillit même dans la bouche de certains commentateurs le principe d'intangibilité des frontières héritées de 1945 - comme si, depuis 1989, ce principe n'avait pas perdu toute pertinence avec la désintégration de l'empire soviétique et la naissance de dizaines de nouvelles nations sur ses décombres! Quant aux reporters dépêchés en Crimée ce funeste 16 mars 2014, entre deux interviews de babouchkas caricaturales se réjouissant de voir leur région revenir sous la protection de «saint Poutine», ils n'ont de cesse d'interroger ceux qu'ils considèrent comme les plus purs des Criméens: les Tatars. Ah, les opportuns Tatars! Si présentables, si attachants, si éloignés des horribles Serbes du Kosovo! Ils sont minoritaires dans la péninsule depuis son repeuplement russe au XIXe siècle puis leur déportation massive en Asie centrale sur ordre de Staline en 1944 ; on les plaint d'avance, on leur prédit un destin à l'abkhaze, on les suppose destinés demain aux pires pogroms. Et si on rappelle à l'envi qu'ils furent les premiers à habiter la Crimée (ce qu'on se gardait de souligner à propos des Serbes, qui avaient pourtant fait du Kosovo le cœur de leur empire médiéval dès le XIIIe siècle quand aucun chroniqueur byzantin ne mentionne la présence d'Albanais dans la région à cette époque), on oublie volontiers de noter combien ces musulmans sunnites aux mœurs aussi sauvages que violentes étaient considérés, jusqu'au XVIIIe siècle, comme des monstres absolus: pillards de villages chrétiens, marchands d'esclaves, ils avaient même brûlé Moscou en 1571. Seuls les Cosaques parvenaient alors à leur tenir tête - et encore.

Ainsi va la mémoire médiatique occidentale: à circulation alternée.

Dernier détail: l'Ukraine n'a jamais reconnu l'indépendance du Kosovo, donnant à son hostilité de principe à l'initiative unilatérale du Parlement de Crimée une certaine cohérence. Ce n'est pas le cas de la France et des États-Unis, qui, eux, furent les premiers pays à reconnaître le Kosovo comme un nouvel État dès février 2008. En même temps que l'Albanie, la Turquie et l'Afghanistan…

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/03/17/31002-20140317ARTFIG00067-kosovo-crimee-deux-poids-deux-mesures.php

 

 

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

La démocratie à géométrie variable selon les US/UE/Sionistes !

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

par Floréal

Jusqu’ici, quand un million de personnes manifestait à Paris pour défendre les retraites, notre libre presse et nos médias hyper-démocratiques déclaraient le lendemain « mobilisation en demi-teinte »… C’est fini, désormais, de TF1 à France Inter et de Libé au Figaro, on nous explique que 50 000 personnes à Kiev, encadrées par des paramilitaires, arborant les drapeaux européens et chantant des chants nazis, cela représente l’ « espoir de tout un peuple ». Bon à rappeler en temps utiles quand nous tenterons ici de manifester sur les Champs-Elysées, interdits depuis toujours aux manifs de prolos (faut pas rire, quand même !)…

Jusqu’ici, quand vous étiez chargés par les CRS à l’issue d’une manif de défense de l’emploi ou de la Sécu, ou quand vous affrontiez les flics dans les rues de Nantes parce que vous contestez l’Ayrault-port, vous étiez de la graine d’émeutier pratiquant la « violence urbaine ». C’est fini. Désormais, pourvu que votre but soit de frapper des communistes ou de réclamer – en anglais comme il se doit – « plus d’Europe ! », vous aurez le droit d’occuper des préfectures, de tirer sur les policiers, de renverser le gouvernement légal, d’incendier le mobilier urbain, d’abattre les statues qui vous déplaisent, d’interdire les partis que vous désapprouvez (en Ukraine, les « démocrates européens » ont interdit le PC ukrainien et le « parti des régions »). Si vous procédez ainsi, non seulement vous serez encensés par nos médias rose pâle et bleu-marial, mais vous recevrez la visite de Kerry, le soutien enthousiaste de Fabius, les déclarations urbi et orbi de BHL, l’homme qui à lui seul (ou presque…) a semé le chaos en Libye et en Afrique occidentale ; et tous ces hérauts de la Liberté trouveront tout naturel que vous disposiez de kalachs et que vous pilliez des dépôts d’armes puisque vous agissez « pour l’Europe » et pour l’ « Union transatlantique ». « Lebensraum », disait quelqu’un dans les années 30, « besoin d’aire » répond en écho le MEDEF, « élargissement de l’UE », pense en sourdine la Commission de Bruxelles… Car, voyez-vous, quand le sang coule pour l’U.E. atlantique, que ce soit à Belgrade, à Tbilissi ou à Kiev, demain à Minsk, cela s’appelle la  PAIX.

Les militants franchement communistes que nous sommes appelleront-ils pour autant à l’insurrection populaire immédiate en France contre cette « construction » européenne qui tue notre pays à petit feu avec la Kollaboration zélée du Parti Maastrichtien Unique ? Certes non ! car nous irions aussitôt en taule : l’appel à l’insurrection est en effet interdit par notre belle loi « républicaine » qui a oublié l’article 35 de la Constitution française de l’An I, inspirée par le « tyran » Robespierre : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Pour nos médias, cette phrase ne vaut que si on peut s’y référer pour faire tomber le Venezuela bolivarien, renforcer la tenaille militaro-politique contre la Russie, créer des troubles à Cuba, déstabiliser la Syrie, diviser la Bolivie et, prochainement sans doute, s’attaquer à la Biélorussie : qu’importent alors les « formes » démocratiques, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, que diable !

En réalité, s’agissant de la Franceurope, vous l’aurez compris, il faut inverser la phrase de Robespierre et la réécrire ainsi :

« quand le peuple conteste le gouvernement, la censure la plus totale et la répression la plus brutale sont, pour les eurogouvernants, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »…

http://www.initiative-communiste.fr/billet-rouge-2/vive-les-meutiers-racs-lest-mais-bas-les-manifs-populaires-chez-nous/

 

16/03/2014

Crimée: la requête d'adhésion présentée lundi (officiel)

Une belle gifle pour les nazis qui mènent le monde à sa ruine !

 

Dossier: L’avenir de la Crimée

Crimée: la requête d'adhésion présentée lundi (officiel)
23:19 16/03/2014
SIMFEROPOL, 16 mars - RIA Novosti
La requête officielle d'adhésion à la Russie sera présentée lundi après l'énoncé des résultats officiels du référendum sur le statut de la Crimée, a fait savoir dimanche le vice-premier ministre criméen Roustam Temirgaliëv, cité par l'agence Kryminfo. 

"Demain à 10h00 (08h00 UTC), débutera une session du Conseil suprême de Crimée (parlement), lors de laquelle sera annoncé le résultat du référendum et adressé une demande d'adhésion à la Russie", a indiqué le responsable. 

Selon les sondages effectués à la sortie des urnes, près de 93% des électeurs ont voté pour l'adhésion de la Crimée à la Russie.  L'étude a été menée dans 150 bureaux de vote de la Crimée et dans 50 bureaux de Sébastopol auprès de 59.111 personnes.  

D'après le premier ministre criméen, Sergueï Aksenov, 85% des électeurs ont participé au référendum.

© REUTERS/ Vasily Fedosenko

Les Criméens ont été invités à répondre à deux questions: "Souhaitez-vous le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en qualité de sujet fédéral?" et "Etes-vous pour le rétablissement de la Constitution de la République de Crimée de 1992 et du statut de la Crimée au sein de l'Ukraine?". 

Peuplée principalement de russophones, la Crimée a été rattachée en 1954 à l'Ukraine qui faisait alors partie de l'Union soviétique. Il s'agissait d'une décision purement formelle, car le transfert de ce territoire a été effectué à l'intérieur du même Etat. Après la chute de l'URSS en 1991, la Crimée est restée au sein de l'Ukraine, mais a reçu le statut de république autonome. Conformément à sa première Constitution de 1992, la Crimée définissait ses relations avec l'Etat ukrainien sur la base d'accords bilatéraux .

http://fr.ria.ru/world/20140316/200735798.html