Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2014

Poutine en Crimée jeudi pour un discours devant les députés russes

Le voyage de Poutine en Crimée a été annoncé par la presse le 11 août 2014, et comme par hasard Kiev proclame la Crimée zone de libre-échange en date du 12 août 2014 !

Ils préparent un attentat contre Poutine ou quoi ?

Poutine en Crimée jeudi pour un discours devant les députés russes

AFP Publié le lundi 11 août 2014 à 15h28 - Mis à jour le lundi 11 août 2014 à 15h40

 

 

Le président russe Vladimir Poutine se rendra jeudi en Crimée, la péninsule ukrainienne rattachée en mars par la Russie, où il prononcera un discours lors d'une réunion avec des députés du parlement russe, a indiqué lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "M. Poutine va prononcer un discours intense" qui reflètera "l'agenda avec lequel nous vivons tous", a indiqué M. Peskov, cité par l'agence de presse publique Ria-Novosti, sans plus de précisions.

Les députés de "presque tous les partis représentés" à la Douma (chambre basse du parlement) vont assister à cette réunion, a-t-il ajouté, cité par l'agence officielle Itar-Tass.

Il s'agit de la deuxième visite de Vladimir Poutine en Crimée depuis son rattachement à la Russie en mars.

Le président russe s'était déjà rendu dans cette péninsule où est située notamment la ville de Sébastopol, port d'attache de la Flotte russe de la mer Noire, pour des célébrations de la victoire de 1945 sur les nazis, fêtée le 9 mai en ex-URSS. Sa visite avait alors été qualifiée de "violation flagrante de la souveraineté ukrainienne" par Kiev.

Le rattachement de la Crimée à la Russie, survenu après l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes à Kiev, est à l'origine de la pire crise entre Russes et Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide, qui n'a depuis cessé de dégénérer.

Embargo russe: l'UE prend des mesures exceptionnelles pour soutenir le secteur des fruits

La Commission européenne va prendre des mesures exceptionnelles pour soutenir le secteur des pêches et des nectarines, au coeur d'une âpre bataille de concurrence entre la France, l'Italie et l'Espagne, et qui a été affecté par une météo défavorable et l'embargo imposé par Moscou aux produits agroalimentaires européens.

 "Suite à la récente baisse des prix sur les marchés des pêches et des nectarines, une action urgente est nécessaire (...) Je propose aujourd'hui que la Commission européenne prenne des mesures rétroactives immédiates visant à réduire l'offre et à favoriser la demande", a affirmé dans un communiqué le commissaire européen en charge de l'Agriculture, Dacian Ciolos. Il s'agit notamment d'accroître les volumes des fruits autorisés à être retirés du marché ou à être distribués gratuitement.

 

ALERTE ! Kiev proclame la Crimée zone de libre-échange ! Encore une provocation contre la Russie !

La prochaine guerre c'est d'aller attaquer la Crimée !

Surtout que tout semble prêt pour cela, l'UE a levé l'embargo sur la livraison de matériel militaire en faveur de l'Ukraine, et la Russie a repoussé un sous-marin US de la classe Virginia (de sous-marins nucléaires d'attaque) de ses eaux territoriales et des navires de l'Otan sont présents en mer noire..

Selon Mikhaïl Nenachev, président du Mouvement public de soutien à la flotte russe, le déploiement de navires de l'Otan en mer Noire est ...

 

L'oligarque Juif/Sioniste Porochenko y tient à reprendre non seulement l'Est de l'Ukraine, la partie la plus industrialisée de l'Ukraine où se trouvaient les entreprises de fabrication de l'armement qui alimentaient la Russie, ainsi que la Crimée où se trouvent les bases navales Russes qui donne accès au Sud par la mer noire. Il ne manque plus qu'à attaquer la Russie par l'Arctique où les oligarques sionistes se disputent les richesses énergétiques.

N'oublions pas que le conflit en Ukraine a été instrumentalisé contre la Russie et Poutine par les Rothschild et Rockefeller

Tous ces Sion/istes/nazis ont apparemment la nostalgie de la révolution bolchévique dans laquelle les sionistes ont joué un très grand rôle.

Ils n'ont pas avalé que la Russie se soit débarrassée de l'ex URSS qui était menée par les oligarques sionistes et que ce soit un Russe, comme Poutine qui en ait repris le contrôle.


Donc leur objectif comme en Irak avant-hier, où il s'agissait de virer
Al-Maliki qui a dénoncé à plusieurs reprises le vol du pétrole du Kurdistan Irakien, c'est de provoquer un coup d'état en Russie pour faire tomber Poutine et le remplacer par l'un de leurs pions sionistes !

 

 

Et la presse se plaint d'avoir été muselée par KIEV

 

Kiev proclame la Crimée zone de libre-échange

Dossier: L’avenir de la Crimée

Kiev proclame la Crimée zone de libre-échange
21:22 12/08/2014
KIEV, 12 août - RIA Novosti

La Rada suprême (parlement ukrainien) a adopté mardi une loi sur la création d'une zone de libre-échange sur la péninsule de Crimée qui avait adhéré à la Fédération de Russie en mars dernier suite à un référendum.

Adoptée par 227 voix (pour 226 voix requises), la loi propose de mettre en place d'une zone de libre-échange en Crimée et dans la ville de Sébastopol pour une période de dix ans.

Peuplée en majorité de russophones, la Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et sa réunification avec la Russie suite à un référendum organisé après le coup d'Etat ukrainien du 22 février. Plus de 96% des participants au scrutin ont voté le 16 mars pour que la Crimée rattachée en 1954 à l'Ukraine soviétique sur décision de Nikita Khrouchtchev, adhère à la Fédération de Russie.

Kiev et les pays occidentaux ne reconnaissent pas le référendum du 16 mars et dénoncent l'annexion de la péninsule de Crimée par Moscou.

 

06/08/2014

Israël a bloqué la possibilité de fournir des drones en Russie

L'hôpital qui se fiche de la charité !

Comme tout le monde sait que les USA ont été envahi par les Francs-maçons sionistes, idem pour l'UE ainsi que tous les pays où leurs banskers sont installés, et que ce sont les sionistes qui ont fomenté le coup d'état en Ukraine pour aller déstabiliser la Russie pour obtenir la chute de Poutine, on rigole quand les criminels qui cancérisent toute la planète, se permettent de porter un jugement de valeur sur Poutine et la Russie !

Du reste qui finance les "recherches scientifiques" de l'état terroriste d'Israël ?
Devinez ?

Qu’est-ce que ça veut dire coopération scientifique ?

Faites des essais d’armes chimiques sur les Palestiniens ?
Participer au clonage humain ?

Poutine ira acheter ses drones en Iran ou les fera fabriquer par ses propres scientifiques !


Israël a bloqué la possibilité de fournir des drones en Russie

 Hier, 22:19

Israël a bloqué la possibilité de fournir des drones en Russie

 

Par La Voix de la Russie | Le ministère israélien de la Défense a demandé à toutes les sociétés israéliennes qui participent à la fabrication des drones de ne pas commencer ou continuer les pourparlers sur d’éventuels contrats avec la Russie dans ce domaine, rapporte l’hebdomadaire britannique Flight International en faisant référence à une série de sources.

Selon le ministère, un rôle important dans cette décision a été joué par Washington suite à la situation en Ukraine.

Deux sociétés israéliennes travaillaient avec les contrats russes. Moscou a déjà reçu une partie des drones commandés.

La nouvelle directive concerne uniquement la conclusion des nouveaux contrats.

La poursuite de la coopération sur les contrats qui sont en cours n’est pas interdite, notamment en ce qui concerne la livraison des pièces de rechange et la modernisation du matériel fourni précédemment.

Source !  http://french.ruvr.ru/news/2014_08_05/Israel-a-bloque-la-...

 

04/08/2014

Gaza : nouveau bain de sang malgré un début de "faux' retrait israélien

Comment l'état sioniste/terroriste/criminel manoeuvre encore une fois pour ne pas donner satisfaction aux Palestiniens représentés légitimement par le Hamas. 

1 - depuis le début de l'opération "Bordure Protectrice" il n'a accepté aucune proposition du Hamas, le cessez-le-feu proposé celui-ci ne devait se faire que de manière unilatérale, sans qu'il ne demande rien en faveur des Gazaouis tout en les laissant dans un univers de totale désolation et de désespérance de voir un jour leurs causes défendues et demandes entendues, et de pouvoir vivre enfin en paix "CHEZ EUX",

2 - le Hamas et les Brigades Al-Qassam ayant été très clairs dans leurs conditions de cessez-le-feu et l'état sioniste a cru bon devoir ne pas participer aux négociations qui se tenaient avant-hier et hier au Caire, laissant pourrir la situation, en se disant qu'après avoir crée le chaos à GAZA et en Palestine, le Hamas pour des raisons humanitaires se verrait obligé de cesser sa défense des Gazaouis, sans ne plus rien réclamer au risque de s'attirer les foudres de l'opinion internationale pour laisser mourir le Peuple Palestinien !
Depuis 2 jours, l'état sioniste/terroriste/criminel, fait croire que TSAHAL se retire de Gaza, alors qu'il n'en est rien, puisque le projet est celui de maintenir des forces militaires dans la bande de Gaza pour continuer soi-disant à assurer la sécurité d'Israhell et continuer à détruire tous les tunnels souterrains de GAZA, selon le faux prétexte invoqué.

Bien sûr comme nous l'avons compris depuis le début, l'état terroriste sioniste a l'intention de ne faire aucune concession sur la Bande de Gaza qu'il entend s'annexer afin d'en exploiter le Gaz. Dans cet objectif, l'état criminel n'a pas intérêt à négocier mais en revanche il s'autorise à continuer à faire régner la terreur sur Gaza le temps qu'il lui faudra pour que les Gazaouis puissent crever à petit feu, dans un désert de désolation, sans électricité, sans eau, sans nourriture et sans soins médicaux.

Afin de poursuivre ses opérations de nettoyage ethnique, l'état criminel s'en encore attaché hier à détruire une autre école de l'ONU à Rafah faisant encore 10 morts en majorité des enfants et 200 blessés.

Voici comment l'état sioniste a l'intention de continuer à perpétrer ses crimes à Gaza et en Palestine, en toute impunité !

 

Gaza : nouveau bain de sang malgré un début de retrait israélien

Publié le 03/08/2014 à 22:39

 

Israël faisait à nouveau face à l'indignation internationale dimanche après une frappe qui a tué au moins dix Palestiniens dans une école de l'ONU alors même qu'il opérait un début de retrait de ses troupes au sol dans la bande de Gaza.

La responsabilité de ce tir n'est pas formellement établie. Mais l'armée israélienne a reconnu elle-même avoir "pris pour cible trois terroristes du Jihad islamique montés sur une moto à proximité d'une école de l'UNRWA à Rafah", la ville du Sud du territoire soumise depuis vendredi à un pilonnage intensif, et "(examiner) les conséquences qu'a eues cette frappe".

Au 27ème jour de la guerre, 71 personnes ont encore péri dans le seul secteur de Rafah, selon les secours locaux.

Par ailleurs, les services de secours palestiniens ont fait état de la mort dimanche soir d'au moins sept personnes dans un raid aérien israélien dans le nord de la bande de Gaza.

Mais c'est la frappe contre l'école gérée par l'agence onusienne pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) transformée en centre d'accueil pour environ 3.000 réfugiés qui a soulevé la plus vive émotion.

C'est la troisième fois en dix jours qu'une école de l'ONU est atteinte. Une trentaine de Palestiniens ont déjà été tués dans des frappes sur des écoles à Beit Hanoun le 24 juillet et à Jabaliya le 31 juillet.

"C'est un scandale du point de vue moral et un acte criminel", ainsi qu'une "nouvelle violation flagrante du droit humanitaire international", s'est indigné le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Les Etats-Unis, principaux alliés d'Israël, se sont dits "consternés" par un "bombardement honteux".

M. Ban et Washington n'ont pas désigné expressément Israël comme responsable. Mais ils ont également souligné que l'armée israélienne était très bien informée de la localisation des refuges de l'ONU.

Pour sa part le président français, François Hollande, a jugé "inadmissible" le bombardement de cette école et demandé que les responsables de cette action, qu'il n'a pas désignés, "répondent de leurs actes".

Un correspondant de l'AFP a rapporté des scènes de chaos, les secouristes se démenant comme ils pouvaient pour évacuer les blessés, au milieu de Gazaouis courant hors d'haleine dans les mares de sang avec des enfants dans les bras.

Prises par les photographes de l'AFP à la morgue, les images de bébés morts ou de proches pleurant les neuf membres de la famille al-Ghul décimée par une frappe sur leur maison rendent compte du sort subi depuis vendredi par la population de Rafah.

Les Palestiniens accusent les Israéliens. Le tir de Jabaliya a déjà été présenté par les Nations unies et les Etats-Unis comme le fait probable des Israéliens. Ces derniers accusent le Hamas de se servir des civils comme boucliers humains et des hôpitaux et des écoles pour tirer des roquettes sur Israël.

 

- "Cette folie doit cesser" -

Mais même cela "ne justifie pas des raids qui mettent en danger autant de vies de civils innocents", a dit le département d'Etat américain.

Rafah, cité étendue débordant sur l'Egypte dans le sud de l'enclave palestinienne, subit un pilonnage intensif depuis que trois soldats israéliens y ont été tués vendredi au cours de combats qui ont fait voler en éclats le seul cessez-le-feu accepté à la fois par Israël et le Hamas. Deux cents personnes au moins y ont péri sous les bombes.

Selon des sources médicales, la guerre a tué environ 1.800 Palestiniens. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont été tués.

"Cette folie doit cesser", a dit le secrétaire général de l'ONU tandis que les appels au cessez-le-feu d'une communauté internationale jusqu'alors impuissante se faisaient à nouveau plus pressants.

Israël poursuit cependant l'opération "Bordure protectrice", déclenchée le 8 juillet pour tenter de faire cesser les tirs de roquettes et détruire les tunnels permettant au Hamas d'intervenir sur le sol israélien.

Mais l'armée israélienne a confirmé pour la première fois officiellement dimanche avoir entrepris de retirer un certain nombre de soldats, sans préciser combien, tandis qu'elle en redéployait d'autres à l'intérieur de la bande de Gaza.

"Nous en retirons certains, nous en changeons certains (de position) à l'intérieur (du territoire), cette mission est en cours", a dit à l'AFP le porte-parole de l'armée, Peter Lerner.

Une centaine de chars auprès desquels des soldats s'affairaient ou prenaient du repos stationnaient dimanche après-midi côté israélien après avoir franchi la frontière de Gaza qu'ils avaient passée dans l'autre sens le 17 juillet, quand l'armée avait mis en oeuvre la phase terrestre de "Bordure protectrice".

Sans parler de début de retrait, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait laissé entendre samedi soir que "Bordure protectrice" allait entrer dans une nouvelle phase, maintenant que l'armée avait presque achevé son entreprise de démolition des tunnels.

 

- "Changement de braquet" -

Cette partie de l'opération sera terminée "probablement au cours des prochaines 24 heures", a assuré M. Lerner. Mais "la mission se poursuit, elle n'est pas terminée", a-t-il répété, précisant juste: "On change de braquet".

Samedi soir, M. Netanyahu et le Hamas ont affirmé leur détermination à poursuivre le combat.

Une "catastrophe sanitaire de grande ampleur" est pourtant en train de se produire dans la bande de Gaza, dont les 1,8 million d'habitants sont pris au piège des combats sur un tout petit territoire, s'est alarmée l'ONU.

La situation à Gaza est devenue "intolérable" pour la population civile, a abondé le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond. M. Hammond, mais aussi l'Union européenne et la Chine ont demandé aux deux belligérants un arrêt immédiat des combats.

Mais, après l'échec d'un cessez-le-feu vendredi, Israël a délivré le message de la plus grande fermeté pour signifier que le conflit s'achèverait selon les termes qu'il déciderait, et qu'il n'y aurait aucune concession faite à une organisation, selon lui, aussi peu digne de confiance que le Hamas.

Israël a ainsi décidé de ne pas envoyer de représentants au Caire où une délégation palestinienne incluant des membres du Hamas a remis dimanche au médiateur égyptien un ensemble de demandes, dont la fin du blocus de Gaza, en vue d'un cessez-le-feu.

https://scontent-a-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xap1/v/t1.0-9/10509579_999712293377764_4025560394379569226_n.jpg?oh=34d5fd1c8a2ba016767aad5ea46d3c23&oe=54412797

Dead bodies stacked in cold-store

Children's bodies in icecream freezer

http://www.lepoint.fr/monde/gaza-nouveau-bain-de-sang-malgre-un-debut-de-retrait-israelien-03-08-2014-1851243_24.php

 

 

03/08/2014

Alerte GAZA ! Nouvelles manoeuvres d'Israël mais le Hamas répond qu'il "poursuivra le combat contre Israël»

Allez encore de nouvelles manipulations et manoeuvres organisées par l'état sioniste qui considère qu'il doit se retirer de Gaza, sans aucune négociation ni compensation pour tous les crimes qu'il aura commis et après avoir brisé la vie et les espoirs des Gazaouis.

En effet, selon le quotidien juif, Haaretz, l'état sioniste :

  1. n'aurait pas participé aux négociations au Caire, sous le faux prétexte de l'enlèvement d'un officier de Tsahal par le Hamas,  ce qui a été démenti tant par le Hamas que par les Brigades Al-Qassam,
  2.  entendrait effectuer un retrait unilatéral sans négociations préalables, alors qu'il entend malgré tout continuer les opérations de destruction des tunnels avec le renfort des USA.

La destruction des tunnels n'étant que le prétexte pour l'état sioniste qui ne peut pas avouer que son but principal est celui de raser la partie de Gaza qui l'intéresse qui se trouve en bord de mer pour aller exploiter le Gaz de Gaza. Ce, après s'être annexé 44 % de Gaza pour ensuite poursuivre l'annexion de la Cisjordanie et consolider le système d'apartheid.

Ainsi TSAHAL "l'entreprise de démolition" travaillant aux intérêts de l'état sioniste aura rempli ses objectifs :

1 - faire fuir les palestiniens de leurs maisons en faisant régner la terreur durant près d'1 mois à Gaza, Ce qui est plus facile à obtenir tant ils savent qu'il leur aurait été difficile d'obtenir les expulsions des habitants de Gaza.

2 - économiser les frais et honoraires des entreprises de démolition, ce qui leur aurait coûté un pont d'or. Il est préférable ainsi que le travail de démolition ait été payé par les USA et l'UE afin qu'il ne leur reste plus qu'à déblayer tous les gravats pour finir par s'installer,

3 - faire supporter au Hamas le produit de tous les crimes sionistes pour discréditer ce parti, pousser les Palestiniens à le rejeter et la communauté internationale à remettre en cause sa légitimé pour finalement obtenir ce que l'état sioniste souhaite depuis 2006 :  remplacer ce parti par celui qui acceptera de vendre Gaza aux Sionistes en plaçant leur pion sioniste, comme ils ont si bien su le faire en Egypte et comme ils entendaient le faire aussi en Syrie !

Le Hamas entend donc faire valoir ses droits et n'entend pas abandonner le combat sans négociations officielles préalables qui devraient bénéficier au Peuple Palestinien et ce qui est confirmé par les Brigades Al-Qassam sur leur compte Twitter : ICI 

Ce serait trop facile de se retirer sans négociations, de continuer à démolir Gaza, sans que le Peuple Palestinien qui a encore été touché dans sa chair et dans sa vie après d'immenses douleurs, tortures et démolitions, n'y trouve pas des compensations, qui ne remplaceront jamais, certes, la perte de leurs proches et de leurs maisons.

Article sur payant sur Haaretz :
Israel seeks to end Gaza operation unilaterally

Les évènements en live sur Haaretz en Traduction Google : ICI

Gaza : « Le Hamas poursuivra le combat contre Israël »

 

L’armée israélienne retiré samedi partie soldats

 Le 02/08 à 10:38, mis à jour à 22:01

Le Hamas poursuivra le combat contre Israël dans la bande de Gaza jusqu’à ce que ses « objectifs soient atteints », selon un porte-parole du mouvement islamiste dans l’enclave palestinienne, Fawzi Barhum. Les Forces israéliennes de défense avaient préalablement informé les populations palestiniennes qu’elles pouvaient regagner leurs foyers.

« Nous poursuivrons notre résistance jusqu’à ce que nos objectifs soient atteints. Netanyahu veut faussement revendiquer une victoire de son gouvernement et de son armée », a jugé Fawzi Barhum qui s’exprimait après l’annonce par le Premier ministre israélien de la poursuite des opérations « aussi longtemps que nécessaire »

L’armée israélienne a retiré samedi une partie de ses soldats déployés dans la bande de Gaza, rapportent deux chaînes de télévision israéliennes.

L’armée avait auparavant déclaré qu’elle était sur le point d’achever son but principal, à savoir la destruction des tunnels souterrains creusés dans l’enclave palestinienne par les islamistes armés.

Les Forces israéliennes de défense ont préalablement informé les populations palestiniennes ayant fui les combats dans Beit Lahiya, dans le nord du territoire, qu’elles pouvaient regagner leurs foyers.

En début d’après-midi, Israël avait annoncé de pas vouloir envoyer de négociateurs samedi au Caire pour discuter d’une trêve dans la bande de Gaza. « Le Hamas ne s’intéresse pas à un arrangement », a déclaré un responsable sous couvert d’anonymat.

Une délégation palestinienne composée de représentants de l’OLP mais aussi de membres en exil du Hamas est attendue dans la journée au Caire, selon un responsable palestinien à Ramallah, en Cijsordanie.

L’Egypte sert traditionnellement de médiateur entre Israël et les islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza depuis 2007.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a estimé samedi que le plan égyptien représentait une « réelle chance » pour mettre fin au conflit dans la bande de Gaza, dévastée par 26 jours de guerre.

«  L’initiative égyptienne est une réelle chance pour mettre fin à la crise et au bain de sang à Gaza », a dit Abdel Fattah al-Sissi alors qu’une délégation palestinienne est attendue ce samedi au Caire pour de nouvelles discussions en vue d’une trêve entre le Hamas et Israël.

Abdel Fattah al-Sissi, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre italien Matteo Renzi, a souligné que « le temps pressait ». Le conflit à Gaza a déjà fait plus de 1.600 morts parmi les Palestiniens depuis le début de l’offensive israélienne le 8 juillet.

L’initiative égyptienne, présentée quelques jours après le début de l’offensive israélienne, prévoyait un cessez-le-feu puis des négociations indirectes. Elle a été acceptée par Israël, mais rejetée par le Hamas qui exigeait au préalable la levée du blocus en place depuis 2006, l’ouverture de la frontière avec l’Egypte et la libération par Israël de prisonniers.

le Congrès américain approuve de nouveaux financements pour le système Iron Dome en Israël

Le Congrès américain a adopté tard vendredi soir le principe d’une aide de 225 millions de dollars pour le système de défense antimissile Iron Dome, utilisé actuellement par Israël pour intercepter les roquettes tirées à partir de la bande de Gaza.

La Chambre des représentants a adopté la mesure à une écrasante majorité, 395 votes pour et 8 contre, alors que le Sénat avait auparavant voté le texte à l’unanimité, juste avant de partir en vacances.

Il ne manque plus à présent que la signature de Barack Obama pour valider cette aide.

Les Etats-Unis ont dépensé au total depuis 2011, date de sa mise en service, 700 millions de dollars pour soutenir le développement du « Dôme de fer », destiné à contrer les projectiles de courte et moyenne portée (roquettes, obus d’artillerie) visant des zones habitées.


Au total, les Etats-Unis ont prévu de consacrer 30 milliards de dollars à l’aide militaire à Israël entre 2009 et 2018. En 2014, Israël a reçu 3,1 milliards de dollars d’aide militaire.

Disparition d’un sous-lieutenant

Israël a annoncé vendredi la disparition du sous-lieutenant Hadar Goldin, 23 ans, et accusé le mouvement palestinien d’enlèvement et de violation d’une trêve humanitaire de 72 heures entrée en vigueur dans la matinée. Si le soldat israélien a été capturé, il pourrait avoir été tué durant l’offensive israélienne qui a suivi l’embuscade, a déclaré le Hamas.

Le cessez-le-feu n’a duré que 90 minutes. L’Etat hébreu a repris ensuite ses bombardements sur le territoire, tuant au moins 150 Palestiniens et en blessant des centaines d’autres.

Au lever du jour samedi, le système antimissiles Dôme de fer a intercepté deux roquettes tirées par les groupes palestiniens sur le secteur de Tel Aviv, et une troisième au-dessus de Beersheba.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a convoqué samedi son cabinet restreint en réunion extraordinaire et averti les factions palestiniennes qu’elles subiraient « les conséquences de leurs actes ».

Dans un communiqué, les brigades Kassam expliquent rencontrer des difficultés de communication avec les activistes qui opéraient dans le secteur du sud de la bande de Gaza où le sous-lieutenant a été porté disparu par Tsahal.

« Nous avons perdu le contact avec le groupe de combattants qui a participé à l’embuscade et nous pensons qu’ils ont tous été tués dans le bombardement (israélien). En supposant qu’ils avaient réussi à capturer le soldat pendant les combats, nous estimons que (le soldat) a également été tué dans l’incident », dit ce texte.

L’embuscade aurait eu lieu à 7h00 GMT, a précisé selon le Hamas, ajoutant que « les brigades Kassam ne détiennent actuellement aucune information sur le soldat disparu ni sur les circonstances de sa disparition ».

Entré en vigueur à 08h00 (05h00 GMT), au 25e jour du conflit, le cessez-le-feu de trois jours, annoncé jeudi soir par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et le secrétaire d’Etat américain John Kerry, devait permettre l’ouverture au Caire de négociations entre Israéliens et Palestiniens sur une solution de long terme.

«  Nous informons les médiateurs qui ont participé à la mise en place du cessez-le-feu humanitaire de notre accord pour effectuer une trêve dans les villes sionistes et les colonies mais nous ne pouvons pas cessez de combattre contre les troupes (israéliennes) qui poursuivent des opérations et se déplacent continuellement dans la bande de Gaza », a déclaré la branche armée du Hamas.

Au Caire, un haut responsable du ministère des Affaires étrangères a assuré que les discussions seraient malgré tout lancées dimanche, l’Egypte espérant que les deux parties cesseront les hostilités avant le début des négociations.

Au total, 1.592 Palestiniens, pour la plupart des civils, ont été tués et 7.000 blessés depuis le 8 juillet, début de l’opération « Bordure protectrice », qui a débuté par une campagne de bombardements avant d’entrer le 17 juillet dans une phase terrestre.

Soixante-trois militaires israéliens ont été tués et plus de 400 blessés. Trois civils ont été tués en Israël par les roquettes palestiniennes. Le nombre de morts palestiniens est désormais supérieur à ce qu’il était lors du dernier grand conflit entre Israéliens et Palestiniens qui a fait plus de 1.400 morts en 2008-2009.

Condamnations

Barack Obama a appelé à la libération sans condition du soldat israélien et estimé que le rétablissement de la trêve allait être « très difficile » à réaliser après les événements du jour. Ban Ki-moon a également condamné la violation de la trêve imputée aux islamistes et demandé la libération du soldat.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a dit avoir demandé l’intervention du Qatar, qui est proche du Hamas, et de la Turquie pour aider à retrouver le militaire.

A Washington, la Chambre des représentants a approuvé à une quasi-unanimité le déblocage de 225 millions de dollars en urgence pour financer le système Dôme de fer.

Selon le récit de l’armée israélienne, une heure et demie après le début de la trêve, des soldats de Tsahal qui cherchaient à localiser des tunnels ont été attaqués dans le sud du territoire palestinien.

«  Des terroristes ont surgi de dessous la terre. L’un au moins était un kamikaze qui a fait sauter la charge qu’il transportait. Il y a eu un échange de tirs », a déclaré le lieutenant-colonel Peter Lerner, un porte-parole de l’armée. Il a fait état de deux soldats israéliens tués. « Selon les premières informations, un soldat a été enlevé par les terroristes », a-t-il ajouté. Mark Regev, porte-parole de Benjamin Netanyahu, a par la suite accusé le Hamas d’enlèvement.

John Kerry a demandé à la communauté internationale de « redoubler d’efforts pour que disparaissent les tunnels (entre Gaza et Israël) et que cessent les attaques de roquettes des terroristes du Hamas contre le territoire israélien, les souffrances et la mort de civils. »

Source AFP