Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2011

Fortes explosions solaires du 6 septembre 2011 et conséquences sur les radios de basse fréquence

Des orages géomagnétiques et les aurores sont attendus entre le 8  et le 10 septembre. 

 

Sursauts solaires sur les radios : la forte hausse de cette semaine de  l'activité solaire a transformé le soleil en un émetteur radio. Des éclats statiques d'ondes courtes sont en provenance de la canopée magnétique des taches solaires instables 1283. Hier au Nouveau-Mexique, un radio amateur astronome Thomas Ashcraft a enregistré quelques échantillons à 21 MHz: écoutez . Auditeurs de la radio restez vigilants pour ce genre d'activité solaire que des taches solaires 1283 continuent à bouillonner.

FORTE ACTIVITÉ SOLAIRE: Sunspot 1283 crépite aux éruptions solaires. Hier, le 6 septembre, la région active produite une éruption de classe M5.3  0150 UT suivie par une classe X2.1 évènement à 2220 UT. NASA Solar Dynamics Observatory a enregistré ce flash UV extrêmes de la X-flare:

 
 

Flash solaire du 6/09/2011 - x2flash

 

Les fusées éclairantes produisent des ondes d'ionisation dans la haute atmosphère terrestre, ont brièvement altéré la propagation des signaux radio de basse fréquence autour de notre planète. Par ailleurs, les deux éruptions ont lancé des nuages ​​de plasma (CME) dans notre direction. Impacts CME, des orages géomagnétiques et les aurores sont attendus entre le 8 et le 10 septembre. Restez branchés pour les mises à jour. alertes éruption solaire: le texte , la voix .

X-fusées du cycle solaire 24: Il y a eu seulement un petit nombre de X-fusées depuis le début du cycle solaire 24 nouveaux. Voici une liste complète à ce jour: 15 février, 2011 (X2) 9 Mars 2011 (X1), le 9 août, 2011 (X7), 6 septembre 2011 (X2).Avant ces quatre, le précédent X-fusée a eu lieu le Dec.14, 2006, (X1) au cours du cycle solaire 23 anciennes.

http://spaceweather.com/

 
Une nouvelle pompe à fric et un message aux élites pour les obliger à accepter le Nouvel Ordre Mondial sous prétexte du réchauffement climatique dû à l'homme et au CO2.
C'est ça, il n'a qu'à demandé aussi au Soleil de réduire  ses explosions et ses radiations qui vont augmenter selon la NASA durant les années 2011/201/2013.
 
Il serait temps qu'ils arrêtent de se payer la tête de l'humanité.

Sûrement que leurs guerres génocidaires au cours desquelles ils n'ont de cesse que de balancer des tonnes de bombes sur des civiles innocents, l'usage des armes chimiques et exotiques, le réseau Haarp et les armes climatiques, les chemtrails, les forages pour chercher le gaz de schistes, les voyages en avion et spatiaux et les pollutions nucléaires, ne participent pas au réchauffement.
 
Ce sont juste les humains en respirant et qui rejettent du CO2 qui participent y compris à exciter et à réchauffer le Soleil.
 

Explosion solaire du 6 septembre 2011

 

04/09/2011

Le nombre des débris spatiaux atteint un "point critique"

Et là aussi, ce sont les hommes qui polluent l'espace avec plus de 22 000 débris spatiaux ?

Ne vous étonnez donc pas, si un jour le ciel vous tombe sur la tête !

Et toutes ces missions spatiales pour quoi faire et pour qui ?

Le nombre des débris spatiaux atteint un "point critique"


LEMONDE.FR avec AFP | 02.09.11 | 20h07

 

La NASA a comptabilisé 22 000 débris spatiaux et estime à des millions le nombre de ceux trop petits pour être enregistrés.

La NASA a comptabilisé 22 000 débris spatiaux et estime à des millions le nombre de ceux trop petits pour être enregistrés. REUTERS/NASA

Une déchetterie en apesanteur, flottant dans l'espace et enrobant notre chère planète. C'est le bilan écologique désastreux de plusieurs décennies de conquête spatiale. Dans un rapport publié cette semaine, des scientifiques américains tirent la sonnette d'alarme : le nombre des débris qui flottent dans l'espace a atteint un "point critique", ce qui fait peser une menace de plus en plus grande sur les satellites et les astronautes.

"L'espace devient de plus en plus dangereux pour les engins spatiaux et les astronautes", affirme dans ce rapport Donald Kessler, ancien responsable de la NASA et président d'une commission chargée d'étudier la question des débris orbitaux. "La Nasa doit trouver le meilleur moyen de s'attaquer à tous les problèmes que causent les météorites et les débris orbitaux qui font peser des risques sur les hommes et les missions des robots spatiaux", explique-t-il.

INTERDICTION DE RAMASSER LES DÉBRIS D'UN AUTRE PAYS

La NASA a comptabilisé 22 000 débris et estime à des millions le nombre de ceux trop petits pour être enregistrés. Parmi ces débris, au moins 500 000 ont entre 1 et 10 cm de diamètre, et peuvent causer des dégâts. Des projections informatiques montrent que leur nombre a atteint un "point critique" qui fait qu'ils vont entrer en collision et créer de nouveaux débris, augmentant encore les risques d'endommager les engins spatiaux, indique le Conseil de la recherche nationale, un organisme indépendant de recherche qui chapeaute le comité.

En 2007, la Chine avait encore accru le nombre de ces débris en testant des missiles antisatellites qui avaient pulvérisé un satellite météo en 150 000 morceaux. Or faire le ménage n'est pas seulement cher, c'est aussi extrêmement compliqué. Car les Etats-Unis n'ont pas le droit, en vertu des lois internationales, de recueillir dans l'espace les objets appartenant à d'autres pays. "La guerre froide est terminée mais la question de la technologie des satellites reste sensible", affirme le vice-président de la commission, George Gleghorn.

Le rapport de la commission, de 160 pages, recommande que la NASA demande l'aide du département d'Etat pour régler "les problèmes économiques, technologiques, politiques et légaux".

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/09/02/le-nombr...

03/09/2011

2012-Dmitriev-Soho

Un petit rappel du rapport Dmitriev sur les prévisions solaires pour 2012.

 
 
 

Découverte d'une étoile qui "ne devrait pas exister"

Nous sommes toujours interrogatifs face aux certitudes des scientifiques qui nous assènent allègrement leurs chiffres et leurs vérités, notamment sur la manière dont se serait formé notre système solaire et de leur datation par rapport au BIG-BANG qui serait survenu il y a 15 milliards d'années. Ce  qui n'est qu'une théorie scientifique de plus.

Sur quelles bases peuvent-ils nous sortir toutes ces datations ?


Y étaient-ils ? Ou ont-ils des archives secrètes d'anciennes civilisations dans lesquelles ils vont puiser leurs renseignements ?

C'est comme cette étoile dont ils décident qu'elle ne devrait pas être là !

Si elle y est c'est qu'elle doit y être, point !
 

Découverte d'une étoile qui "ne devrait pas exister"

LEMONDE.FR Avec AFP | 31.08.11 | 18h27   -  Mis à jour le 01.09.11 | 12h10

Une image de l'étoile fournie par l'European Southern Observatory

Une image de l'étoile fournie par l'European Southern ObservatoryESO/Digitized Sky Survey 2

 

Des astronomes ont découvert une étoile très primitive, qui n'aurait pas dû exister selon une théorie jusque là largement admise, parce que sa composition la situe dans une "zone interdite", selon une étude publiée mercredi 31 août dans la revue scientifique Nature.

Située dans la constellation du Lion, l'étoile, moins massive que le Soleil, est constituée presque entièrement d'hydrogène et d'hélium, avec la plus faible quantité connue d'éléments chimiques plus lourds que les astronomes appellent des "métaux".

"Une théorie largement admise prédit que des étoiles comme celle-ci, avec une faible masse et des quantités extrêmement faibles de métaux, ne devraient pas exister", explique Elisabetta Caffau (université de Heidelberg, Allemagne, et Observatoire de Paris), principale auteure de l'étude.

"Cela a été une surprise de découvrir, pour la première fois, une étoile dans cette 'zone interdite'", ajoute dans un communiqué Mme Caffau, évoquant la nécessité de "revoir certains modèles de formation des étoiles".

VIEILLE DE TREIZE MILLIARDS D'ANNÉES

Selon les cosmologistes, seuls les éléments chimiques les plus légers "l'hydrogène et l'hélium" ont été créés peu après le Big Bang, ainsi que quelques traces de lithium.

Les autres éléments " y compris l'oxygène, le carbone et le fer " ont été formés plus tard au coeur des étoiles et disséminés lors de leur explosion, chaque génération d'étoiles s'enrichissant des éléments fabriqués par la précédente. La proportion de métaux dans une étoile révèle ainsi son âge. L'étoile qui défie la théorie pourrait avoir plus de treize milliards d'années.

Elle est "très primitive. Il pourrait s'agir d'une des plus vieilles étoiles jamais découvertes", selon Lorenzo Monaco, de l'Observatoire austral européen (ESO) au Chili, où des observations ont été réalisées grâce au VLT (Very Large Telescope).

MULTIPLES INTERROGATIONS

Découverte dans le halo entourant notre galaxie, cette petite étoile ayant seulement 80 % de la masse du Soleil et 20 000 fois moins de métaux n'aurait pas dû pouvoir se former en l'absence de carbone et d'oxygène servant à refroidir le nuage de gaz initial qui s'échauffe à mesure qu'il se comprime. "Plus le gaz est chaud, plus la pression augmente", ce qui peut arrêter l'effondrement du nuage, explique Piercarlo Bonifacio (Observatoire de Paris). Pour qu'il poursuive sa compression, "il faut un mécanisme qui puisse refroidir les gaz", tel celui fourni par l'oxygène et le carbone capables d'évacuer la chaleur sous forme de rayonnement.

Autre surprise : comment cette étoile primitive peut-elle contenir un taux de lithium cinquante fois plus faible que celui de l'Univers à l'époque de sa formation ? Selon les astronomes, pour qu'il disparaisse, la matière de l'étoile a dû être chauffée à 2 millions de degrés.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/08/31/decouver...

 

 

 

 

La comète Garrad, 1ère visite à l'intérieur du système solaire

Si vous voulez la voir, c'est cette nuit !

 
Vendredi 2 septembre 2011

Comme Septembre commence, le vert de la comète Garradd  illumine ​​le champ des étoiles de la Voie lactée dans le ciel en début de soirée.

Ce visiteur glacé du système solaire externe n'est pas encore visible à l'oeil nu mais avec un télescope.

Maximilian Teodorescu envoi cette image de son observatoire  de Comana, en Roumanie.

 

null 

 "J'ai pris la photo  le 1ER septembre utilisant mon télescope de 8 pouces - une exposition sur 34 minutes à ISO 6400," dit Teodorescu. «La comète semble si belle en face de la Voie lactée."

 l'Astrophotographe britannique Pete Lawrence d'Selsey  souligne que la comète se rapproche du cluster Garradd Brocchi - également connu comme "le Cintre".

"La meilleure nuit pour une séance de photos entre Garradd et Le Cintre est le 2 Septembre dans la matinée du 3, lorsque la comète passera très près du crochet du cintre."

Pour l'instant la comète Garradd est un objet télescopique, cependant, elle s'illumine en se rapprochant du soleil .

Des projections récentes indiquent le seuil de la visibilité à l'oeil nu, en Février 2012.

Parce que la comète Garradd visite pour la première fois l'intérieur de notre système solaire, il se pourrait qu'elle se comporte de manière inattendue, peut-être à en dépasser les attentes. A suivre...

David Jarry

Traduction reécrite depuis Spaceweather

pour "2012 un nouveau paradigme"

http://dav2012.over-blog.com/article-la-comete-garrad-1ere-visite-a-l-interieur-du-systeme-solaire-83147482.html