Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2014

Comment le peuple juif et la terre d'Israël furent inventés par Shlomo Sand

Passionnant ! A écouter absolument !

Pour éclairer la lanterne de tous ceux qui croient encore que le peuple juif existe et qu'il est une race à part, et pour ceux qui pourraient être étonnés d'apprendre que les véritables juifs/hébreux ont été et sont toujours les Palestiniens.

Rencontre exceptionnelle avec Shlomo Sand

Professeur à l'université de Tel-Aviv, Shlomo Sand s'est engagé dans une déconstruction des mythes de l'historiographie israélienne. Avec Comment le peuple juif fut inventé (Fayard, 2008), il s'était attaqué à la thèse selon laquelle les juifs formeraient un peuple au sens ethnique du terme. Il poursuit sa recherche en questionnant leur lien avec "Eretz Israël" dans Comment la Terre d'Israël fut inventée (Flammarion, 2012). Comme le premier, ce second livre a susicté un vaste débat en Israël même : il en ira sans doute de même en France...

Comment le peuple juif fut inventé
https://www.youtube.com/watch?v=0yjxkHXfJUs


Shlomo Sand - « Comment la terre d'Israël fut inventée »

Rencontre à l'IREMMO

https://www.youtube.com/watch?v=taAUXOTx8Qg

Vendredi 28 septembre 2012

Animation : Jean-Paul Chagnollaud, Universitaire, directeur de l'iReMMO.

Plus d'informations sur
http://www.iremmo.org/spip/spip.php?article208

Shlomo Sand : « L'idée de terre promise n'existe pas dans l'histoire du judaïsme »

 https://www.youtube.com/watch?v=ovB9UA7uw_k

 

Shlomo Sand - « Comment j'ai cessé d'être juif » - Rencontre à l'iReMMO
https://www.youtube.com/watch?v=BjGMgnXg_oo

 

 

 

06/08/2014

La CPI rejette la plainte de la Palestine contre Israël !

SCANDALEUX ET CRIMINEL !

Et voilà, nous avons encore une preuve de l'impunité totale de l'état sioniste, terroriste, criminel d'Israël ! Un crime de corruption et de haute trahison, non seulement pour le Peuple Palestinien mais pour l'humanité entière !

Les réseaux internationaux des lobbies sionistes  fonctionnent parfaitement bien et la Palestine n'en est pas à sa première plainte déposée auprès de la CPI qui a été rejetée par cette organisation infâme, mafieuse, criminelle et partiale rongée par la corruption !

C'est facile à comprendre si nous cherchons par qui ont été créées l'ONU et la CPI, et surtout pas qui sont financées ces structures ainsi que les organismes internationaux satellitaires qui leur gravitent autour !

 

CPI: Mme Fatou Bensouda refuse de poursuivre Israël

Posted on août 6, 2014 @ 11:42

 

Fatou Bensouda

Fatou Bensouda

LA HAYE, Pays-Bas - Les compétences de la CPI ne concerneraient donc pas Israël ? Alors que tout est comme dirait l’autre "nickel chrome" pour faire condamner Netanyahu et ses sbires, voici que la négresse de Maison Fatou Bensouda dit que la Cour pénale internationale ne peut prendre en compte la plainte palestinienne. Une falsification ou un deux poids deux mesures incontestable.

Fatou Bensouda, le procureur de la CPI, qui détient actuellement le président Laurent Gbagbo a oublié semble-t-il qu’au moment de l’enlèvement de ce monsieur, son pays, la Côte d’Ivoire, n’avait pas ratifié le Statut de Rome. Comment alors peut-elle affirmer dans un communiqué ne pas être compétente concernant les crimes présumés commis par Israël car l’Autorité palestinienne n’est pas Etat partie au Statut de Rome ? Mystère et boule de gomme avec le cas Laurent Gbagbo…

Elle a en outre assuré n’avoir reçu, à la suite de la reconnaissance de la Palestine en tant qu’Etat observateur, "aucun document officiel de la Palestine indiquant qu’elle accepte la juridiction de la CPI ou requérant que le procureur ouvre une enquête". Cette femme prend des vessies pour des lanternes.

Puisqu’il est établi qu’Israël a commis un massacre à Gaza, puisque les faits sont visibles et pire, en mondovision d’autant plus que l’ONU a été touchée au coeur, les salmigondis de Bensouda ne tiennent pas la route. Pourquoi Fatou Bensouda, qui plus est procureur de la CPI, ne diligente-elle pas une enquête permettant de poursuivre, pas de son propre chef mais au nom de la CPI, Israël ?

Cette fuite en avant de Fatou Bensouda prouve bien que ce tribunal a été créé pour et contre les Africains. Il s’agit d’embastiller tous les fils dignes d’Afrique, mais aussi ses criminels. Pourquoi les autres sont épargnés ? Je vous laisse deviner… Israël n’est visiblement pas la Libye, la Côte d’Ivoire, le Congo ou le Soudan car, c’est la CPI elle-même qui a décidé de poursuivre les Kadhafi, et les autres…

Quel monde pourri !

--------------------------------------------------

La CPI rejette la plainte de la Palestine contre Israël ! Agence Info Libre

  • 6 août 2014

 

10577577_10154403064885253_790226788_o

Dernier crime à Gaza : le crime de haute trahison

Aujourd’hui est un jour de deuil supplémentaire pour les Palestiniens.

Hier 5 août 2014 Mr Riad Al MALIKI,  ministre des Affaires Etrangères de Palestine a obtenu de Mme Fatou BENSOUDA procureure de la Cour Pénale Internationale l’annulation de la plainte déposées le 25 juillet 2014 par Mr Saleem Al SAQQA ministre palestinien de la Justice et Mr Ismaeel JABER procureur général de Gaza pour les crimes de guerre commis à Gaza par l’armée israélienne.

Cette plainte, élaborée par les meilleurs spécialistes du Droit International, avait reçu l’appui de 130 professeurs de Droit de par le monde qui avaient affirmé sa complète recevabilité au regard des statuts de la Cour Pénale Internationale. Dès la publication de la plainte, le président palestinien Mahmoud ABBAS, le représentant de la Palestine à l’ONU et Mme Leila CHAHID ambassadrice de Palestine auprès de l’Union Européenne ont développé une stratégie en vue de l’annulation de la plainte. Le représentant à l’ONU a prétendu,  à l’unisson avec la partie israélienne, que le dépôt de plainte risquait de se retourner contre la résistance palestinienne, ce qui est juridiquement faux (article 31D du statut de la Cour Pénale internationale). Mme Leila CHAHID est allée dans le même sens, provoquant le 4 aout une réaction officielle du Hamas par l’intermédiaire de son porte-Parole Sami Abu ZOUHRI :

«  N’écoutez aucune voix qui suggérerait que nous serions opposés à une action auprès de la Cour Pénale Internationale. Certaines personnes disent que le Hamas ou d’autres personnes résistantes pourraient être victimes d’une telle démarche, mais ce n’est pas vrai. Ce n’est que de la propagande. Rien de ce que nous faisons ne nous fait peur. Nous sommes sous occupation et c’est notre droit, selon la loi, de résister. Et c’est aussi le droit de notre population d’être défendue. »

Ces pressions sur la Cour Pénale Internationale aboutissant à l’annulation de la plainte, étaient malheureusement prévisibles. Déjà à la suite de guerre de l’hiver 2008-2009, Mr ABBAS avait dépêché Mr Al MALIKI auprès du procureur de la Cour, aboutissant à l’annulation de la procédure de plainte en cours. Ce sont les mêmes acteurs aujourd’hui qui  sont à la manœuvre.

Il faut dire que la plainte déposée le 25 juillet 2014, outre les crimes de guerre, mentionnait le crime de colonialisme, faisant ainsi peser une lourde menace sur Israël : dès la plainte transmise à la chambre intermédiaire, les entreprises étrangères travaillant dans les territoires occupés devenaient susceptibles de poursuites pour complicité. Les conséquences économiques pour Israël auraient pu être rapides, bien avant que n’advienne  le jugement des commanditaires des crimes de guerre. Avant même que la bataille des armes ne soit terminée, Mr NETANYAHU a remporté grâce à Mr ABBAS et Mme CHAHID une victoire politique déterminante : la menace économique est éloignée.

Comme toujours en pareil circonstances, la communication palestinienne et en particulier Mme CHAHID, prétend avoir une autre stratégie : celle d’adhésion à la Cour Pénale Internationale. Pourquoi ne  l’avoir pas fait plus tôt ? La supposée nécessité de reconnaissance  préalable de l’état palestinien à l’ONU est un mensonge juridique. Mr ABBAS et Mme CHAHID auraient pu saisir la Cour depuis près de dix ans. Trois massacres à Gaza auraient peut-être pu être évité.

La décision de faire taire le Droit met à nouveau en lumière le jeu meurtrier et la nature réelle de l’Autorité Palestinienne.

Sert-elle les Palestiniens en 2006 lorsqu’après avoir perdu les élections elle tente de reprendre le pouvoir par les armes ?

Sert-elle les Palestiniens en 2006  lorsqu’elle condamne la capture d’un soldat israélien au poste de combat ?

Sert-elle les Palestiniens en 2009 quand elle contribue à enterrer le rapport GOLDSTONE sur les crimes commis à Gaza ?

Sert-elle les Palestiniens quand elle soutient officiellement le nouveau dictateur égyptien qui est à l’origine de la fermeture du seul point de passage de GAZA avec le Monde ?

Sert-elle les Palestiniens lorsque son président déclare quelques jours avant l’attaque israélienne : « Les tunnels entre Gaza et  l‘Egypte sont illégaux. Nous (sic) avons essayé de les détruire, nous (sic) avons construit un mur d’acier souterrain, « nous (sic) avons essayé de les noyer ».

Toutes ces attaques ont en fait pour  but de détruire un parti politique à référence culturelle musulmane, le HAMAS, et quel qu’en soit le prix pour la population palestinienne.

Le droit international étant bafoué, force est d’observer à nouveau le droit national palestinien, bafoué lui aussi. Le président ABBAS, selon des lois fondamentales palestiniennes, a terminé son mandat  en janvier 2009. Des élections ne pouvant avoir lieu, c’est le président du parlement Aziz DUWAIK qui aurait dû le remplacer. Mr DUWAIK est en prison.  Alors que le parlement aurait dû légalement voir son mandat prolongé, nombre de parlementaires ont été emprisonnés, parfois avec l’appui de la police palestinienne, et le parlement est empêché de fonctionner.

Ainsi, on se bouscule aujourd’hui, parmi les dictatures arabes, pour être « le meilleur ennemi d’Israël ».

Le président actuel est donc illégal autant qu’illégitime. Mr ABBAS et Mme CHAHID  règnent sur un champ de ruines physique, politique et moral. Ils  servent l’intérêt de l’ennemi. La Palestine a son gouvernement de VICHY qui ne représente pas les Palestiniens, pas plus que VICHY ne représentait la France.

Que ceux qui le contestent osent organiser des élections libres et non faussées  à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Christophe OBERLIN

2014 08 06

L'Agence Info Libre avait filmé la conférence de presse de l'annonce du dépôt de la plainte.


Israël bientôt poursuivi par la CPI pour crimes... par agenceinfolibre

http://www.agenceinfolibre.fr/info/cpi-rejette-plainte-contre-israel/

28/07/2014

Prévision Sheikh Imran Hosein (2003) - Israël passera à l'attaque...

Mise en ligne le 30 déc. 2011 - Sheikh Imran Hosein - Israël passera à l'attaque...

Regardez et écoutez bien !

Sheikh Imran Hosein annonce en 2003 après le 11/09 ce qui se passe aujourd'hui.
Les gouvernements musulmans qui sombreront l'un derrière l'autre.
Le musulman ne doit pas voir ce qui se passe autour de lui d'un seul oeil !

Allah dit : " Et ils [les autres] se mirent à comploter. Allah a fait échouer leur complot. Et c'est Allah qui sait le mieux leur machination ! " (Coran 3.54)


Prévision Sheikh Imran Hosein (2003)

 

https://www.youtube.com/watch?v=c3nz9u7ClHo

Le petit coq du Rabbin Ron Chaya

Comment arrivera la victoire juive- Rabbin Ron Chaya- Israel,legion de sionisme,sioniste,rav,zog,illuminati 1988,racisme juif


https://www.youtube.com/watch?v=Y7DHbydFfWk

15/07/2014

Rothschild veut s'emparer de la banque iranienne ! Poutine efface la dette de Cuba !

Bientôt le tour de l'Iran ?

Soyez attentifs à ce qui se passe entre les USRAËL et le QATAR !

Voir la vidéo en bas de l'article.

Lundi, 14 juillet 2014 18:38

Le Qatar va acheter des missiles Patriot pour 11 milliards de dollars

 
 
 
IRIB-L'émirat du Qatar va acquérir pour 11 milliards de dollars de missiles Patriot et d'hélicoptères d'attaque Apache auprès des Etats-Unis, ont annoncé des responsables du Pentagone à l'AFP lundi.

Le ministre de la Défense du Qatar, Hamid ben Ali Al-Attiyah, a signé le contrat à l'issue d'entretiens avec son homologue américain Chuck Hagel à Washington, ont précisé ces responsables qui s'exprimaient sous le couvert de l'anonymat.

Le Qatar entend ainsi s'équiper pour contenir la menace qu'il voit dans l'Iran voisin (ndlr : et non pas en Israël!!), expliquent-ils.

Dans le détail, l'émirat acquiert une dizaine de radars et 34 lanceurs de missiles Patriot destinés à la défense anti-missile. En outre, Doha achète 24 hélicoptères d'attaque Apache et des missiles anti-char Javelin, selon les mêmes sources.

Il s'agit du plus gros contrat d'armement passé cette année par les Etats-Unis.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/332866-le-qa...

Rothschild veut s'emparer de la banque iranienne !

La Banque Rothschild  qui contrôle toutes les banques centrales mondiales, asservissent les gouvernements et leurs peuples grâce à la dette. 

 Trois nations résistent à l’hégémonie de la Banque Rothschild, Cuba, La Corée du Nord et l’Iran.

 Jusqu’à quand pourront-ils résister? Difficile à dire, toujours est-il que tous les conflits, toutes les oppositions entre grandes nations contribuent à la main mise de La Banque Rothschild sur la destinée de notre planète.

 

http://www.youtube.com/watch?v=wpavWRvF8Mo

Vladimir Poutine le sait, c'est la raison pour laquelle, il a effacé la dette de Cuba envers la Russie pour ne pas accabler ce pays et trouver des moyens de coopération pétrolière et pourl'éducation. Poutine a-t-il l'intention de créer une base militaire à Cuba ?

Vladimir Poutine efface la dette de Cuba envers Moscou

http://www.youtube.com/watch?v=iCec3q0C7bs

Vladimir Poutine, en visite à Cuba, a rencontré l’ancien président Fidel Castro. Ce voyage officiel vise à marquer un resserrement des liens politiques et économiques entre Moscou et La Havane, son plus ancien allié en Amérique Latine.

Juste avant son départ de Moscou, le président russe a promulgué un accord annulant 90% de la dette contractée par Cuba auprès de l’ex-URSS : un geste fort destiné à relancer la coopération avec Cuba.

“Je veux insister sur le fait que nous créons de nouvelles conditions pour développer les relations entre nos deux pays, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’effacer l’ancienne dette de Cuba envers l’Union Soviétique qui s‘élève à 35 milliards de dollars. Nous allons effacer 90% du total, et les 10% qui restent seront investis dans des projets d‘éducation” a-t-il annoncé.

Raul Castro et Vladimir Poutine ont ensuite signé une série de dix accords destinés à accroître la coopération entre les deux pays dans le domaine de l’exploitation pétrolière.

Le président russe s’est ensuite envolé au Nicaragua. Il entame une tournée en Amérique Latine, qui l’emmènera en Argentine puis au Brésil où il participera au sommet des BRICS.

http://fr.euronews.com/2014/07/12/vladimir-poutine-efface-la-dette-de-cuba-envers-moscou/

 

12/07 06:05 CET

08/07/2014

La partition de l'Irak et la prise de la Palestine occidentale sont la réalisation d'un complot sioniste datant des années 80

On comprend mieux le false-flag organisé par les sionistes lors des attentats du 11 septembre 2001 aux USA ? Il fallait aussi un prétexte pour aller attaquer l'Irak et lui enlever toutes ses richesses y compris toutes les traces de la civilisation sumérienne qui aurait pu compromettre l'origine véritable des reptiliens-sionistes, tant il est vrai que les musées et les sites archéologiques ont été détruits durant la période d'occupation.

 

Voir le précédent article ci-dessous :

Uruad : les Américains ont-ils envahi l'Irak pour protéger un secret ? Annunakis l Illuminati-Reptiliens l Irak

Lundi 30 juin 2014

La partition de l'Irak est la réalisation d'un complot sioniste datant des années 80

Qui a dit que les complots n'existaient pas ? Voici un texte paru en 1982 dans la revue sioniste Kivounim sous le titre " Une stratégie persévérante de dislocation du monde arabe ". Il appelle à une balkanisation totale de cette région du monde. L’Irak, le Liban,  l’Égypte, le Soudan, la Libye et toute la péninsule arabique sont nommément cités.

Son auteur, Oded Yinon travailla au ministère des Affaires étrangères d'Israël. Le texte fut révélé au monde par Israel Shahak qui fut le président de la ligue israélienne des droits de l’homme.
Toute ressemblance avec des événements actuels est donc tout sauf fortuite.
 

Le texte entier par ce lien en Anglais : http://cosmos.ucc.ie/cs1064/jabowen/IPSC/articles/article0005345.html et ICI http://antiisgood.wordpress.com/tag/syria/

Extrait : "Je me souviens très bien (avant j'étais «en opposition»), la nécessité de la guerre que l'on m'avait expliquée à moi et à d'autres, un an avant la guerre de 1956, et la nécessité de conquérir "le reste de la Palestine occidentale quand nous en aurons l'occasion" cela a été expliqué dans les années 1965-1967."

« La reconquête du Sinaï, avec ses ressources actuelles, est un objectif prioritaire que les accords de Camp David et les accords de paix empêchaient jusqu’ici d’atteindre (…) Privés de pétrole et des revenus qui en découlent, condamnés à d’énormes dépenses en ce domaine, il nous faut impérativement agir pour retrouver la situation qui prévalait dans le Sinaï avant la visite de Sadate et le malheureux accord signé avec lui en 1979.

La situation économique de l’Égypte, la nature de son régime, et sa politique panarabe, vont déboucher sur une conjoncture telle qu’Israël devra intervenir…

L’Égypte, du fait de ses conflits internes, ne représente plus pour nous un problème stratégique, et il serait possible, en moins de 24 heures, de la faire revenir à l’état où elle se trouvait après la guerre de juin 1967. Le mythe de l’Égypte « leader du monde arabe » est bien mort (…) et, face à Israël et au reste du monde arabe, elle a perdu 50% de sa puissance. À court terme, elle pourra tirer avantage de la restitution du Sinaï, mais cela ne changera pas fondamentalement le rapport de force. En tant que corps centralisé, l’Égypte est déjà un cadavre, surtout si l’on tient compte de l’affrontement de plus en plus dur entre musulmans et chrétiens. Sa division en provinces géographiques distinctes doit être notre objectif politique pour les années 1990, sur le front occidental.

Une fois l’Égypte ainsi disloquée et privée de pouvoir central, des pays comme la Libye, le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront la même dissolution. La formation d’un État copte en Haute-Égypte, et celle de petites entités régionales de faible importance, est la clef d’un développement historique actuellement retardé par l’accord de paix, mais inéluctable à long terme.

En dépit des apparences, le front Ouest présente moins de problèmes que celui de l’Est. La partition du Liban en cinq provinces (…) préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États.

Les structures ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un État chiite le long de la côte, d’un État sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre État —peut-être sur notre Golan— en tout cas avec l’Houran et le Nord de la Jordanie. (…) Un tel État serait, à long terme, une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre portée.

Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. Une guerre syro-irakienne favoriserait son effondrement de l’intérieur, avant qu’il ne soit en mesure de se lancer dans un conflit d’envergure contre nous. Toute forme de confrontations inter-arabe nous sera utile et hâtera l’heure de cet éclatement. (…) Il est possible que la guerre actuelle contre l’Iran précipite ce phénomène de polarisation.

« La reconquête du Sinaï, avec ses ressources actuelles, est un objectif prioritaire que les accords de Camp David et les accords de paix empêchaient jusqu’ici d’atteindre (…) Privés de pétrole et des revenus qui en découlent, condamnés à d’énormes dépenses en ce domaine, il nous faut impérativement agir pour retrouver la situation qui prévalait dans le Sinaï avant la visite de Sadate et le malheureux accord signé avec lui en 1979.

La situation économique de l’Égypte, la nature de son régime, et sa politique panarabe, vont déboucher sur une conjoncture telle qu’Israël devra intervenir…

L’Égypte, du fait de ses conflits internes, ne représente plus pour nous un problème stratégique, et il serait possible, en moins de 24 heures, de la faire revenir à l’état où elle se trouvait après la guerre de juin 1967. Le mythe de l’Égypte « leader du monde arabe » est bien mort (…) et, face à Israël et au reste du monde arabe, elle a perdu 50% de sa puissance. À court terme, elle pourra tirer avantage de la restitution du Sinaï, mais cela ne changera pas fondamentalement le rapport de force. En tant que corps centralisé, l’Égypte est déjà un cadavre, surtout si l’on tient compte de l’affrontement de plus en plus dur entre musulmans et chrétiens. Sa division en provinces géographiques distinctes doit être notre objectif politique pour les années 1990, sur le front occidental.

Une fois l’Égypte ainsi disloquée et privée de pouvoir central, des pays comme la Libye, le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront la même dissolution. La formation d’un État copte en Haute-Égypte, et celle de petites entités régionales de faible importance, est la clef d’un développement historique actuellement retardé par l’accord de paix, mais inéluctable à long terme.

En dépit des apparences, le front Ouest présente moins de problèmes que celui de l’Est. La partition du Liban en cinq provinces (…) préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États.

Les structures ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un État chiite le long de la côte, d’un État sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre État —peut-être sur notre Golan— en tout cas avec l’Houran et le Nord de la Jordanie. (…) Un tel État serait, à long terme, une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre portée.

Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. Une guerre syro-irakienne favoriserait son effondrement de l’intérieur, avant qu’il ne soit en mesure de se lancer dans un conflit d’envergure contre nous. Toute forme de confrontations inter-arabe nous sera utile et hâtera l’heure de cet éclatement. (…) Il est possible que la guerre actuelle contre l’Iran précipite ce phénomène de polarisation.

La Péninsule arabique toute entière est vouée à une dissolution du même genre, sous des pressions internes. C’est le cas en particulier de l’Arabie saoudite : l’aggravation des conflits intérieurs et la chute du régime sont dans la logique de ses structures politiques actuelles.

La Jordanie est un objectif stratégique dans l’immédiat. À long terme, elle ne constituera plus une menace pour nous après sa dissolution, la fin du règne de Hussein, et le transfert du pouvoir aux mains de la majorité palestinienne.

C’est à quoi doit tendre la politique israélienne. Ce changement signifiera la solution du problème de la rive occidentale, à forte densité de population arabe.

L’émigration de ces Arabes à l’Est —dans des conditions pacifiques ou à la suite d’une guerre— et le gel de leur croissance économique et démographique, sont les garanties des transformations à venir. Nous devons tout faire pour hâter ce processus. Il faut rejeter le plan d’autonomie, et tout autre qui impliquerait un compromis ou une participation des territoires, et ferait obstacle à la séparation des deux nations : conditions indispensables d’une véritable coexistence pacifique.

Les Arabes israéliens doivent comprendre qu’ils ne pourront avoir de patrie qu’en Jordanie (…) et ne connaîtront de sécurité qu’en reconnaissant la souveraineté juive entre la mer et le Jourdain. (…) Il n’est plus possible, en cette entrée dans l’ère nucléaire, d’accepter que les trois quarts de la population juive se trouve concentrée sur un littoral surpeuplé et naturellement exposé ; la dispersion de cette population est un impératif majeur de notre politique intérieure. La Judée, la Samarie, et la Galilée, sont les seules garanties de notre survie nationale. Si nous ne devenons pas majoritaires dans les régions montagneuses, nous risquons de connaître le sort des Croisés, qui ont perdu ce pays.

Rééquilibrer la région sur le plan démographique, stratégique et économique, doit être notre principale ambition ; ceci comporte le contrôle des ressources en eau de la région qui va de Beer Sheba à la Haute-Galilée et qui est pratiquement vide de juifs aujourd’hui. »


Références  :
 « This essay originally appeared in hebrew in KIVUNIM (Directions), A journal for Judaism and Zionism ; Issue N°14 – Winter, 5742, February 1982. Editor : Yoram Beck. Editorial Committee : Eli Eyal, Yoram Beck, Amnon Hadari, Yohanan Manor, Elieser Schweid. Published by the Department of Publicity/The World Zionist Organization, Jerusalem. »

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2014/06/la-pa...