Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

Syrie: le Pentagone dément avoir livré des armes aux Kurdes

Eh oui, il ne faut pas frustrer la Turquie, par contre qu'ils entravent les missions militaires russes, en continuant à armer leurs mercenaires, c'est tout à fait normal !

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant prévenu que les armes livrées par les Etats-Unis à l'Armée syrienne libre (ASL) risquaient de tomber encore entre les mains des djihadistes de l'EI.

 

Syrie: le Pentagone dément avoir livré des armes aux Kurdes

18:55 16.10.2015

Rebelles syriens

Les forces de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis ont largué dimanche dernier 50 tonnes de munitions à des rebelles anti-EI dans le nord de la Syrie, la Turquie craint que ces armes ne tombent entre les mains des Kurdes.

Les munitions parachutées dimanche étaient destinées uniquement aux "groupes arabes" soigneusement sélectionnés de l'opposition syrienne modérée combattant les djihadistes de l'Etat islamique (EI) et non aux Kurdes, a précisé le Pentagone, soucieux d'éviter les frictions avec son allié turc. 

"Les munitions larguées depuis des avions cargo C-17 ont été reçues par des groupes arabes, dont les chefs ont été soigneusement vérifiés. Ces groupes font partie de la +Coalition arabe syrienne+ qui mène des combats dans le nord-est de la Syrie où se trouve le bastion de l'EI", a annoncé à RIA Novosti un représentant du service de presse du Pentagone sans mentionner les peshmergas (combattants kurdes). 

Pourtant, le porte-parole du Pentagone Peter Cook avait auparavant supposé qu'une partie des munitions larguées dans la province syrienne d'Hassaké aurait pu tomber entre les mains des Kurdes combattant l'EI, ce qui a provoqué un tollé à Ankara. 

A l'heure actuelle, les Kurdes en Irak et en Syrie mènent une lutte armée contre l'EI. En Irak, ils bénéficient régulièrement d'une assistance militaire des Etats-Unis et de leurs alliés, ainsi que de la Russie qui le fait à la demande officielle de Bagdad. 

Bien que la Turquie où vivent plusieurs millions de Kurdes soit un allié des Etats-Unis dans la lutte contre l'EI dans la région, elle craint que les armes ne tombent entre les mains des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'Ankara qualifie d'organisation terroriste.  

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a prévenu Washington et Moscou de l'inadmissibilité d'une assistance militaire aux Kurdes syriens. La Russie a répondu ne pas accorder de telle assistance.

Le programme de formation et d'équipement, lancé début 2015 et doté de 500 millions de dollars, devait concerner environ 5.000 rebelles syriens. Au final, il n'a permis de former que quelques dizaines de combattants. Les militaires américains ont notamment été forcés de reconnaître que certains de ces combattants avaient remis une partie de leur équipement au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant prévenu que les armes livrées par les Etats-Unis à l'Armée syrienne libre (ASL) risquaient de tomber encore entre les mains des djihadistes de l'EI.

 

 

Sputnik visé par une attaque informatique

Ben oui, il faut bien s'attaquer aux médias russes qui ne diffusent pas la propagande occidentale !

 

Sputnik visé par une attaque informatique

20:39 17.10.2015 (mis à jour 22:10 17.10.2015)

Piratage informatique

 

Les sites et les fils d'actualité de l'agence russe Rossiya Segodnya et notamment ceux de Sputnik ont été samedi soir la cible d'une attaque informatique, ont annoncé les services techniques de l'agence.

Pendant l'attaque par déni de service (DDoS), les informations de l'agence n'étaient pas accessibles en ligne, mais les spécialistes techniques ont réussi à maintenir l'accès au service par abonnement.

Une attaque de type DDoS, généralement lancée pour empêcher l'utilisation d'un service internet, consiste à bombarder le serveur cible de requêtes, de sorte que celui-ci soit submergé par ces dernières.

Le site de RIA Novosti, qui fait partie de Rossiya Segodnya, a déjà été visé par des cyberattaques à plusieurs reprises. En mai 2012, il a été attaqué à partir de 2.500 adresses IP. En juillet 2013, une attaque à 150.000 connexions par seconde a touché le site de RIA Novosti.

Une autre attaque a été enregistrée en août 2014. Des malfaiteurs se sont d'abord pris au site Inosmi.ru avant d'empêcher le fonctionnement du site de RIA Novosti.

Rossiya Segodnia regroupe une radio, des fils d'actualité, des portails d'information en plusieurs langues, des centres de presse et des produits d'information dans les réseaux sociaux, la production et la diffusion de photos et d'infographies ainsi que la production de contenu pour les applications destinées aux téléphones portables.

 

Crise des migrants : l'Union européenne et la Turquie se mettent d'accord sur un "plan d'action commun"

Allez faisons, entrer la Turquie dans l'Europe, levons l'obligation de visas pour les mercenaires de l'EI/CIA/Mossad, en provenance de la Turquie, comme cela nous aurons directement leurs terroristes en Europe !

Ils doivent certainement se préparer à nous fabriquer quelques belles opérations sous fausse bannière en Europe, histoire de nous imposer plus de contrôles et pour nous museler définitivement !

Ils veulent vraiment leurs guerres civiles en Europe !

 

Merkel prête à soutenir la Turquie dans son processus d’adhésion à l’UE
18 oct. 2015

  • Angela Merkel et Ahmet Davutoglu

    Lors de la conférence de presse consécutive aux négociations avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, la chancelière allemande a parlé des relations entre la Turquie et l’UE en se disant prête à soutenir Ankara dans son processus d’adhésion.

Crise des migrants : l'Union européenne et la Turquie se mettent d'accord sur un "plan d'action commun"

Par Francetv info avec AFP
Mis à jour le 16/10/2015 | 01:01 , publié le 16/10/2015 | 00:45

L'Europe a également accepté d'ouvrir de nouveaux chapitres dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.

 

François Hollande, à Bruxelles (Belgique), le 15 octobre 2015.

François Hollande, à Bruxelles (Belgique), le 15 octobre 2015.

L'Union européenne s'est mise d'accord avec la Turquie sur "un plan d'action" destiné à réduire l'afflux de réfugiés en Europe, a annoncé, jeudi 15 octobre, le président du Conseil européen, Donald Tusk, à l'issue d'un sommet des chefs d'Etats à Bruxelles (Belgique). L'Europe a également accepté d'ouvrir de nouveaux chapitres dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE. Elle s'est aussi dite prête à "accélérer" les négociations pour faciliter l'octroi de visas aux ressortissants turcs, en échange d'une meilleure coopération sur la crise des migrants.

Aucune aide décidée pour l'instant

Au même moment, la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué une possible aide de 3 milliards d'euros à la Turquie pour l'aider à faire face à la crise migratoire causée notamment par la guerre civile en Syrie. François Hollande, lui, a assuré qu'aucun montant n'avait été pour l'instant décidé, renvoyant ce sujet à de prochaines négociations. Des pourparlers qui pourraient se tenir "dans les jours qui viennent", selon Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne.

 

18/10/2015

Des étudiants syriens se rendent à l'ambassade de Russie à Téhéran pour témoigner leur gratitude

17/10/2015

COP21 : la propagande climatique continue… pour rien

Nous aimerions bien savoir qui sont ces partenaires associés ?

Les Banksters réchauffistes, promoteurs du Nouvel Ordre Mondial ?

 

COP21 : la propagande climatique continue… pour rien

COP21 : la propagande climatique continue… pour rien

Pour François, le président des Bisous, il reste une carte à jouer pour relancer sa crédibilité, évaporée un beau matin entre son retour « victorieux » de campagne présidentielle en Falcon et son entêtement à voir des courbes qui s’inversent. C’est pourquoi il a tout misé sur la COP21, cette conférence écologiste, évidemment parisienne, déjà froufroutante et qui sera, soyons-en sûrs, époustouflante.

Et pour que cette conférence, qui doit débuter le 30 novembre prochain, se déroule sous les meilleurs auspices, tout est fait, dès à présent, pour galvaniser les troupes.

Par troupes, on entend ici différentes strates de militants de la cause, assumés ou non. Le haut des couches activistes est évidemment occupé par les politiciens qui ont bien compris l’intérêt qu’ils pouvaient retirer à instiller la peur chez leurs électeurs, s’érigeant ainsi en hommes et femmes providentiels détenant une solution opérationnelle et crédible. En dessous, on retrouve sans mal tous ces journalistes qui auront à cœur de relayer les messages pertinents, suivis des militants de l’un ou l’autre parti pour lequel la cause est entendue (et rémunératrice, soit électoralement, soit politiquement). Bien sûr, on trouvera aussi l’indispensable brouettée de scientifiques plus ou moins honnêtes qui auront fait le choix entre gamelle et conscience, cette dernière étant très surfaite lorsqu’il s’agit de rembourser ses traites.

eat-your-vegetables

Moyennant quoi, on ne sera plus du tout étonné de découvrir, plus d’un mois avant le début des  conférences climatiques, de nombreux appels des « zacteurs de la société civile » triés sur le volet, qui auront le bon goût d’aller dans le sens du vent et de donner la parole à ces chantres de la Vertu Verte Avertie, officiellement adoubés par les médias, comme Nicolas Hulot, habitué de ces colonnes et d’autres.

Cette fois-ci, il nous inflige une vidéo se voulant gentiment décalée et à la mode des interwebs, dans laquelle il nous propose de « break the intertubes » ou à peu près. Las. Tentant l’autodérision et résolument tangent à l’humour drôle qui fait rire, il relève avec brio mais sans vraiment le vouloir le défi de noyer son message déjà peu clair dans une clownerie encore plus confuse (et je n’évoquerais même pas l’aspect sirupeux de la niaiserie finale où le vendeur de shampoing douteux tente d’interpeller, par le truchement de blanc-becs gravement conscientisés, des politiciens qui ne savent même pas aller sur Youtube).

Et quand ce n’est pas la taille des poissons ou des élans réduisant à cause du climat, on vous proposera à grands renforts de petites vidéos acidulées l’une ou l’autre application mobile pour, vous aussi, devenir un vrai citoyen de Gaïa en inscrivant votre démarche de tri (devenu « sélectif » parce que le tri seul n’est pas suffisant pour sélectionner, apparemment) ou n’importe quelle autre foutaise écoloïde dans un coach électronique modérément casse-couille.

Bref : à plus d’un mois de la Grande Conférence qui doit sauver notre blob présidentiel d’une cuisante défaite en 2017, c’est l’unanimité et déjà un beau matraquage propagandiste.

Ou presque.

gifa-panda-eats-and-fall

Trop d’écologie gnangnan et de messages culpabilisants finissent par tuer l’envie d’écologie et d’auto-flagellation festive. Le bel ensemble se fissure, même dans le nid douillet que la télévision publique s’était employé à construire pour tous les tenants de la mascarade climatique : on découvre que Philippe Verdier, le monsieur météo de France2, fait de la résistance, en lieu et place d’un alarmisme retentissant pourtant ouvertement commandé par le gouvernement lui-même. Ainsi, plutôt que sombrer dans une dépression lacrymogène à base de koalas morts, notre homme a décidé, dans un livre paru récemment, de faire un bilan raisonné d’un réchauffement climatique annoncé partout, et sa conclusion est à la fois rafraîchissante et hautement toxique : pas de quoi paniquer, il y aurait même d’excellentes nouvelles à voir l’atmosphère s’échauffer.

 

« Petit traité d’anti-écologie à l’usage des lecteurs méchants » de H16

Petit traité d'anti-écologie, par H16 (Crédits : les Belles Lettres, tous droits réservés)

Malheureusement, le front uni des climato-réchauffistes ne peut se contenter de nous seriner que le fond de l’air n’est plus assez frais. Il leur faut instiller la peur du lendemain, celle qui permet d’amener les mains tremblantes à piocher dans les portefeuilles pour donner, donner, et donner encore à la Grande Cause Œcuménique de Sauvegarde de Gaïa. Dans ce tableau, Philippe Verdier jure franchement. Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour qu’il soit « mis en vacances forcées« , et sans que cela ne déclenche aucune réaction de la part de tous ces bobos pourtant si prompts à crier à la censure lorsqu’elle est seulement soupçonnée dans certains organes médiatiques privés ; ne comptez pas sur Fleur Pellerin pour trépigner, là, elle a poney.

(Et tant qu’on est à parler bouquins pas franchement éco-sensibles, je signale au passage que mon Petit Traité d’Anti-Écologie à l’usage des lecteurs méchants est toujours disponible et il vous attend sagement ici)

Et lorsqu’on s’intéresse vraiment à la question climatique, qu’on fait l’effort d’aller regarder les prédictions des uns et des autres et les faits observés, collationnés et recensés, lorsqu’on se penche vraiment sur les modèles mathématiques, les impacts économiques et énergétiques des politiques décidées en aval de ces prédictions, on ne peut que constater le décalage croissant entre ces faits et ce qui était prévu, entre ces théories et la réalité, entre les bénéfices espérés et les déficits effectifs.

Ainsi, l’augmentation des cyclones et autres tornades, conséquence obligatoire d’un dérèglement climatique, n’existe pas. Il n’y a pas plus de tornades, mais moins, n’insistez pas.

US-hurricane-landfalls-tornadoes-and-cyclones

Ainsi, les modèles mathématiques derrière les prévisions catastrophiles de nos écologistes de combat s’avèrent fort fragiles. Le Dr. Evans, mathématicien australien, n’y va pas par quatre chemins : pour lui, il n’y a aucune preuve empirique que l’augmentation des taux de CO2 entraînera l’augmentation des températures terrestres aussi vite que le GIEC le prévoit, notamment parce que l’impact de CO2 a été surestimé d’un facteur 5 à 10 dans leurs calculs. Ce n’est pas le premier scientifique, loin s’en faut, à noter les approximations, exagérations et erreurs manifestes qui entachent les travaux du GIEC. En réalité, il est même plutôt simple de trouver des douzaines d’autres scientifiques de renoms qui mettent à jour les fourvoiements (volontaires ou non) des alarmistes de tous crins, d’Harrold Lewis jusqu’au prix Nobel Ivar Giaever qui, dans une vidéo disponible ci-dessous, détruit un à un leurs arguments fallacieux.

Nobel Laureate Smashes the Global Warming Hoax


Au passage, on ne s’étonnera pas de n’avoir jamais entendu parler des déclarations de ce physicien norvégien en France : un filtre spécial semble exister qui permet aux journalistes scientifiques de ne surtout pas évoquer ces sources anglo-saxonnes de plus en plus nombreuses qui s’élèvent contre le discours dominant pro-réchauffistes. Le filtre est si efficace qu’il fonctionne aussi lorsque la source est bien francophone, comme lorsque la Société de Calcul Mathématique SA propose un colloque et fait paraître un livre blanc sans ambiguïté sur le sujet, intitulé « La lutte contre le Réchauffement Climatique : une croisade absurde, coûteuse et inutile ».

Bref, malgré les preuves qui s’accumulent d’approximations, d’exagérations, d’alarmisme grotesque et de pure propagande basée sur du vent (et pas celui qui ferait tourner des éoliennes, en surcroît), tous les médias français semblent acquis à la cause de la COP21 : on va tous mourir de chaud. Devant cette avalanche de chaleurs médiatiques, faites comme moi, devenez climato-serein, et si vous aimez rire, souhaitez comme moi un sévère épisode neigeux début décembre à Paris.

panda

http://h16free.com/2015/10/16/41962-cop21-la-propagande-climatique-continue-pour-rien