Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2009

Changements cosmiques et réchauffement climatique

Nombre d'impacts du changement climatique seraient déjà "irréversibles"

Contairement à ce qui est indiqué dans cet article nous ne pourrons rien faire pour arrêter le cycle cosmique qui est en cours. Et celà risque d'aller plus vite que prévu par toutes les théories scientifiques et leurs savants calculs, car cela n'a rien à voir avec le CO2 en prime.

"Notre recherche nous persuade que les choix faits actuellement concernant les émissions de CO2 auront des retombées qui changeront irrémédiablement notre planète", déclare Susan Solomon, qui est également membre du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat. "On savait que le CO2 provenant des activités humaines et émis dans l'atmosphère peut y rester pendant des milliers d'années", remarque cette climatologue, qui poursuit : "Mais cette nouvelle étude permet de faire avancer la compréhension de la manière dont ce phénomène affecte le système climatique."

Le réchauffement de la planète est freiné par les océans qui, tel un gigantesque radiateur, absorbent une grande quantité de la chaleur de l'atmosphère, ce qui fait monter leur température et fondre les glaces arctiques et antarctiques. Non seulement cet effet va s'atténuer avec le temps mais les océans contribueront à maintenir des températures plus chaudes en dégageant la chaleur emmagasinée et ce pendant très longtemps, expliquent ces scientifiques.

CHANGEMENT DE LA PLUVIOSITÉ ET MONTÉE DU NIVEAU DES OCÉANS

Cette recherche examine les conséquences de laisser le CO2 s'accumuler dans l'atmosphère selon différents niveaux au-delà de la teneur actuelle moyenne de 385 parties par million (ppm) de CO2 et ce avant un arrêt complet de ces émissions. Avant le début de l'ère industrielle, l'atmosphère contenait seulement 280 parties par million de CO2 .

Les auteurs de ces travaux, basés sur de nombreuses mesures et plusieurs modèles informatiques, ont conclu que les preuves scientifiques étaient suffisamment solides pour d'ores et déjà quantifier certaines conséquences irréversibles du réchauffement, dont le changement de la pluviosité dans plusieurs régions-clés du globe et la montée du niveau des océans.

Laisser le CO2 atteindre de 450 à 600 ppm aurait pour conséquence, selon eux, une diminution persistante des précipitations en été comparable à la sécheresse du "Dust Bowl" en Amérique du Nord dans les années 30, en Europe du Sud, en Afrique du Nord, dans le sud-ouest des Etats-Unis, l'Afrique septentrionale et l'ouest de l'Australie.

Cette diminution des pluies qui persistera plusieurs siècles aura différentes conséquences selon les zones géographiques. Ces chercheurs citent une diminution de l'eau disponible, une plus grande fréquence des incendies, des changements de l'écosystème et une plus importante désertification.

Avec une teneur de 600 ppm de CO2, les océans monteraient de façon irréversible en moyenne de 40 centimètres à un mètre d'ici à l'an 3000 et du double si le CO2 atmosphérique atteignait 1 000 ppm, selon ces scientifiques.

Cette étude est publiée le jour même où le président Barack Obama a annoncé plusieurs décisions inversant la politique de son prédécesseur et qui visent à lutter sérieusement contre le réchauffement. Il a notamment demandé un réexamen immédiat du rejet par l'administration Bush de la décision de la Californie d'imposer des normes plus strictes que celles de l'Etat fédéral pour réduire les émissions de CO2 des automobiles.

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/01/27/nombre-d...

Changements cosmiques et réchauffement climatique

Le rapport du Dr Dimitriev de l'académie des sciences russe :

Commentaires sous la vidéo :

22. Cette transition dans de nouveaux espaces astronomiques et de conscience est connue sous le nom de chevauchement spatio-temporel

23. Il existe neuf mécanismes majeurs de chevauchement entre les différents mondes évolutionnaires.

24. A l'époque de cette ascension, un "Pilier de Lumière" place une "zone de Lumière" autour d'un espace-vie déterminé. Cette zone Lumière sert à préparer un espace-vie d'intelligence, prélevé pour voyager dans un autre monde "maison" d'expérience vie.

25. L'établissement de la zone Lumière précède généralement le début du bombardement de vagues cosmiques - immédiatement avant de pénétrer une zone nulle.

26. Si toutefois la zone nulle fait défaut, elle doit etre produite, car elle est un élément indispensable pour le schéma de l'harmonisation dans les cieux inférieurs.

27. C'est pourquoi les changements électromagnétiques et magnétohydrodynamiques peuvent avoir lieu, car ils engendrent le décalage d'une zone-vie de compression gravitationnelle dans un plus grand spectre graviton.
...
29. Cependant, le pilier de Lumière agit comme revêtement de lumière, prévenant ainsi la désintègration de l'unité de conscience (qui doit continuer son cours) pendant la transition. En effet, sans ce revêtement de Lumière, la fréquence associée à l'image derrière le code génétique serait détruite !

30. Ce voyage est amorcé par modulation des zones temporelles de conscience à travers les "champs lumineux de télémutation" dont l'action induit l'ascension. Cela signifie que lorsque nous entrons dans une zone électromagnétique nulle, à moins d'etre maintenu en équilibre par ces champs lumineux de télémutation, notre esprit en tant qu'ordinateur électromagnétique serait incapable de s'adapter à la nouvelle fréquence de Lumière et serait détruit.
...

Les Clés d'Enoch . JJ Hurtak .
Académie des Sciences du Futur.

Rapport du Dr Dimitriev
http://www.dailymotion.com/video/x89os6_rapport-dmitriev_...

 

 

09/02/2009

Nibiru, Planète X, 2012

Nibiru
 
Son existence a d’ailleurs été confirmée à différentes reprises par la NASA et, depuis quelques mois, il est même désormais possible de l’apercevoir par intermittence à l’aide d’un télescope de taille moyenne, sans que l’on puisse toutefois encore l’identifier avec précision. Car le gigantesque corps découvert en direction d’Orion est si mystérieux que les astronomes ne savent pas encore s'il s'agit d'une planète, d'une comète géante, d'une ''proto-étoile'' (c’est-à-dire d’un corps céleste ne s’étant pas suffisamment réchauffé pour devenir une véritable étoile), ou d’un système formé d’une naine de couleur brunâtre enveloppée de poussière et entraînant une planète dans son orbite. ''Nous savons qu’elle est là, qu’elle se rapproche de nous, mais nous ne savons pas ce qu’elle est.'' a récemment reconnu Gerry Neugebauer, directeur scientifique de l'IRAS.

Nibiru revient donc vers nous. Elle est désormais relativement proche, tout juste au-delà de Pluton.
http://www.jacquesfortier.com/zweb/jf/Lectures/NibiruExplication.html

La planète Nibiru arrive confessions d’un agent secret du vatican
http://area51blog.wordpress.com/2008/03/29/la-planete-nibiru-arrive-confessions-dun-agent-secret-du-vatican/

Archives pour la catégorie NIBIRU LA PLANETE X
http://johndoe2012.unblog.fr/tag/nibiru/
 
Playlist Nibiru 2012

Réchauffement climatique ou réchauffement solaire ?

Espace: le premier tir spatial russe de 2009 programmé pour le 29 janvier (Roskosmos)

16:17 | 12/ 01/ 2009

MOSCOU, 12 janvier - RIA Novosti. Le premier tir spatial russe en 2009 sera effectué le 29 janvier depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, a annoncé lundi à Moscou le porte-parole de l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos).

Il s'agit du lancement d'une fusée-porteuse Tsyklon avec le laboratoire spatial KORONAS-Photon (initiales russes pour Observations spatiales orbitales circumterrestres de l'activité du Soleil), a précisé le porte-parole.

"Ce programme spatial unique prévoit la mise en orbite de trois satellites destinés à étudier le Soleil et le réchauffement climatique sur Terre. KORONAS-Photon est le troisième satellite de la série. [...] Nous avons déjà lancé les satellites KORONAS-I et KORONAS-F", a noté le porte-parole de l'agence.

Koronas-Photon est destiné à réaliser des observations du Soleil dans une gamme de rayonnements X et gamma. Sa mission consiste à étudier les processus d'accumulation de l'énergie et de sa transformation en énergie de particules accélérées lors des éruptions solaires, et la corrélation entre l'activité solaire et les orages magnétiques sur Terre. Les chercheurs comptent notamment établir si le réchauffement climatique sur Terre est provoqué par le rayonnement solaire ou par l'activité de l'homme. Les données de KORONAS-Photon permettront de juger de l'opportunité du protocole de Kyoto.

Le deuxième tir spatial russe est programmé pour le 10 février sur le cosmodrome de Baïkonour. Le vaisseau de transport russe Progress M-66 s'envolera pour la Station Spatiale Internationale (ISS).

Le 11 février, un lanceur russe Proton-M avec deux satellites de télécommunications Express sera tiré depuis Baïkonour.

Le 20 février, la Russie compte lancer un autre Proton avec un satellite militaire russe et le 26 février, un lanceur russe Zenit sera tiré depuis le site de Baïkonour avec un satellite de télécommunications Telstar, a conclu le porte-parole de Roskosmos.

Source : http://fr.rian.ru/science/20090112/119442739.html

30/01/2009

Astronomie : Découvertes scientifiques

Découverte
La voie lactée en excès de vitesse

Notre galaxie tourne environ 160 000 km/h plus vite qu'on ne le pensait, selon une étude réalisée avec le VLBA, un système de dix radiotélescopes couvrant le territoire américain. Cela signifie qu'elle a une masse 50% plus importante que les précédentes évaluations, ce qui la hisse au rang de la galaxie d'Andromède, sa voisine. Plus massive, elle exercerait donc une plus puissante force d'attraction gravitationnelle, et entrerait plus rapidement en collision avec les galaxies voisines. Cette étude montre aussi que la spirale de la Voie lactée compte sans doute quatre et non deux bras de gaz et de poussières, qui sont autant de pépinières d'étoiles.
 

Astrophysique

L'énergie noire contraint les galaxies

Personne ne connaît la nature de l'énergie noire, pourtant des astronomes viennent d'en mesurer pour la première fois les effets sur de grandes structures de l'Univers. A l'aide de l'observatoire spatial en rayons X Chandra, l'équipe d'Alexey Vikhlinin, de l'observatoire Smithsonian d'astrophysique de Harvard (Etats-Unis), a en effet démontré que cette mystérieuse énergie freine la croissance des amas de galaxies.
Mise en évidence en 1998, l'énergie noire représente plus de 70% de la densité totale de l'Univers. Elle est dotée d'une pression négative, agissant ainsi comme une force répulsive. Depuis quatre à cinq milliards d'années, cette force semble surpasser la force gravitationnelle, soumettant l'Univers à une expansion accélérée. De leur côté, les amas de galaxies sont les objets les plus massifs de l'Univers, rassemblant des centaines, voire des milliers, de galaxies.
Alexey Vikhlinin a étudié quatre-vingt-six de ces amas depuis l'époque de leur formation, il y a quelque dix milliards d'années, jusqu'à aujourd'hui. Il a notamment réussi à les «peser» en mesurant les émissions en rayons X du gaz chaud dans lequel ils baignent, émissions directement liées à la masse des amas. Au cours des premiers milliards d'années de leur existence, donc, la force gravitationnelle a permis aux amas d'accroître leur masse régulièrement, par rassemblement de galaxies. Mais ce rythme de croissance a commencé à ralentir il y a environ 5,5 milliards d'années. Selon le chercheur, l'énergie noire a pris alors le dessus et étiré l'espace, freinant ainsi le regroupement des galaxies.

 
 
Le coeur galactique se dévoile

Jamais encore le coeur de la Voie lactée ne s'était dévoilé avec autant d'acuité que sur cette image composite réalisée à partir des données infrarouges des télescopes spatiaux Hubble et Spitzer. Cette région centrale de la Galaxie est en effet obscurcie par d'épais nuages de poussières, qui dissimulent les lumières de ses étoiles, excepté en infrarouge. Cette image a ainsi pu révéler une nouvelle population d'étoiles massives et des détails inédits dans les structures complexes du gaz ionisé qui s'enroule autour de la région centrale, d'un diamètre de 300 années-lumière.

Source : 
http://sciencesetavenirmensuel.nouvelobs.com/hebdo/parution/p744/articles/a392299.html

La recette des planètes

Les grosses planètes gazeuses du type Jupiter se formeraient bien plus rapidement que les planètes rocheuses : 20 à 30 millions d'années pour la Terre contre 2 à 3 millions d'années pour Jupiter. Ce résultat d'une équipe de l'université Harvard (Etats-Unis) est fondé sur des observations du télescope Spitzer de la Nasa qui a scruté l'amas stellaire NGC 2362 âgé de 5 millions d'années : les disques protoplanétaires autour de ces étoiles ne contenaient presque plus de gaz, ce qui lais se supposer que les géantes gazeuses s'étaient déjà formées.

Source :  
http://sciencesetavenirmensuel.nouvelobs.com/hebdo/parution/p744/articles/a392300.html

Radiostronomie

La Chine construit un observatoire géant

Le 26 décembre dernier, les officiels chinois se sont rassemblés près de Dawodang, dans la province du Guizhou, au sud de la Chine, pour poser la première pierre du plus grand radiotélescope au monde, nommé Fast (Five-hundred-meter Aperture Spherical Telescope). Après 14 ans d'études, les Chinois ont choisi la dépression naturelle d'une région karstique peu peuplée, et donc sans pollution électromagnétique, pour installer la coupole de 500 m de diamètre du futur instrument. Cette antenne, vaste comme 30 terrains de football, sera formée de 4600 panneaux.
Lorsqu'il sera mis en service vers 2013, Fast détrônera la coupole d'Arecibo (Porto Rico), l'actuel plus grand radiotélescope avec un diamètre de 305 m. Objectif : traquer les pulsars, les galaxies lointaines et autres sources cosmiques brillant en ondes radio comprises entre 70 mégahertz et 3 gigahertz. Fast servira également l'ambitieux programme spatial de Pékin, puisqu'il permettra de surveiller les satellites en orbite, de détecter les débris spatiaux et de communiquer avec les futures sondes d'exploration chinoises.

Source : http://sciencesetavenirmensuel.nouvelobs.com/hebdo/parution/p744/articles/a392286.html