Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2011

Changement des courants dans l'Atlantique : les coraux témoignent

Comme par hasard les coraux témoignent de changements des courants marins depuis 1970, année à partir de laquelle les scientifiques ont constaté que les pôles magnétiques accéléraient leurs mouvements et tendaient à se diriger rapidement vers la Russie.

 
Info rédaction, publiée le 08 janvier 2011

Changement des courants dans l'Atlantique : les coraux témoignent

http://www.lepouvoirmondial.com/media/01/02/121725872.jpg

Changement des courants dans l’Atlantique : les coraux témoignent ...

Depuis les années 1970, les courants océaniques de l’Atlantique ont été victimes d’un changement inquiétant, indiquent des chercheurs. Les coraux qui se nourrissent de particules spécifiques ont permis de tirer ces conclusions alarmantes.

Des équipes de biochimistes et océanographes ont observé les courants de l’Atlantique et ont constaté que le Gulf Stream, qui prend sa source entre la Floride et les Bahamas et se dilue dans l'océan Atlantique, avait pris le pas sur les autres courants marins. L’AFP rapporte le document publié dans le journal de l’Académie Américaine des Sciences (PNAS) qui indique que ce phénomène "est largement unique ces dernières 1800 années". Si pendant 2000 ans le courant froid et en provenance des eaux arctiques du Labrador était plus important que le Gulf Stream et ses courants chauds et ascendants, cela est bel et bien fini.

Il a été possible de tirer ces conclusions grâce à l’observation des coraux qui se nourrissent de particules organiques véhiculées par les différents courants. Or, en analysant le développement de leurs anneaux colorés sur une période de 700 ans, on s’aperçoit que leur composition chimique a changé. En effet, anciennement, le courant froid du Labrador apportait peu de sel et de particules organiques aux récifs coralliens contrairement à celui du Golf Stream, extrêmement riche.

Pour les scientifiques, "il existe un lien direct entre les variations des courants océaniques dans l'Atlantique Nord et le réchauffement climatique causé par les activités humaines". Or ces courants ont une influence sur l’oscillation multidécennale de l’Atlantique (AMO). Cette variation des courants augmente et abaisse de façon cyclique la température de la surface des océans et a des répercussions directes sur la météorologie européenne et américaine.


http://www.maxisciences.com/courant-oc%E9anique/changemen...

 

 

Perturbation du champ magnétique terrestre confirmée ?

La Nasa cherche à rétablir le contact depuis 9 mois avec Rover Spirit qui est sur Mars !

Rappel de ces articles

L’inversion des pôles - Signes de la fin des temps par Bennani Karim Mohamed Tajeddine

L’inversion des pôles
Signes de la fin des temps
Accélération du temps et lever du soleil au couchant
 

2012 : Les signes de la fin des temps selon la culture Islamique
http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/01/05/2012-les-signes-de-la-fin-des-temps-selon-la-culture-islamiq.html

Article original

http://uml.edaama.org/spum/spip.php?article2

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

NASA : Année du Système Solaire d'Octobre 2010 à Août 2012

 

Source et texte intégral : http://solarsystem.jpl.nasa.gov/news/display.cfm?News_ID=...

NASA Checking on Rover Spirit During Martian Spring
4 Jan 2011 - (Source: NASA/JPL)
 


Mars Exploration Rover Mission Status Report
PASADENA, Calif. -- Nine months after last hearing from the Mars rover Spirit, NASA is stepping up efforts to regain communications with the rover before spring ends on southern Mars in mid-March.

Spirit landed on Mars Jan. 4, 2004 (Universal Time; Jan. 3, Pacific Time) for a mission designed to last for three months. After accomplishing its prime-mission goals, Spirit worked for more than five years in bonus-time extended missions. The amount of solar energy available for Spirit is still increasing every day for the next few months," said Mars Exploration Rover Project Manager John Callas of NASA's Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif. "As long as that's the case, we will do all we can to increase the chances of hearing from the rover again." [...] 

Trad. approx.: 

http://translate.google.com/translate?js=n&prev=_t&am...

   


Neuf mois après la dernière réception radio (?) du rover Spirit Mars, la NASA est en train d'intensifier ses efforts pour reprendre les communications avec le rover avant la fin du printemps qui se termine à la mi-mars dans le sud de la planète Mars.


Spirit a atterri sur Mars le 4 janvier 2004 (3 janvier en TU dans le Pacifique) pour une mission qui était prévue durer trois mois. Après avoir atteint les objectifs de sa première mission, Spirit a travaillé pendant encore plus de cinq ans.

 


John Callas, directeur du "Mars Exploration Rover Project" du Laboratory Jet Propulsion de la NASA à Pasadena (Californie) a déclaré que
"la quantité d'énergie solaire disponible pour Spirit ne cessera d'augmenter chaque jour durant les prochains mois" et que "tant que ce sera le cas, nous ferons tout ce que nous pourrons pour augmenter nos chances d'entendre à nouveau le rover."


Guy Webster 818-354-6278
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
Guy.Webster@jpl.nasa.gov

 

http://solarsystem.jpl.nasa.gov/news/display.cfm?News_ID=36164

 

Pluies d'oiseaux : la piste électromagnétique à étudier ? Par Ornithomédia

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/01/3712949365.gif

Pluies d'oiseaux : la piste électromagnétique à étudier ?

Sélection d'actualités ornithologiques à travers le monde. 
 

International - Janvier 2011. 

Ce début d'année 2011 a été marqué par un étrange phénomène qui a été largement relayé par les journaux : des "pluies" de centaines voire de milliers d'oiseaux ont été observées aux États-Unis, en Nouvelle Zélande et en Suède (notamment).

 
Les hypothèses avancées, comme celle de feux d'artifice du Nouvel An dont les explosions auraient effrayées et fait paniquer les oiseaux jusqu'à causer leur mort, sont peu satisfaisantes, notamment parce que ces feux sont organisés chaque année sans que de tels phénomènes ne soient relatés, que les cadavres seraient sûrement concentrés à proximité des lieux où les oiseaux se rassemblent ou près de bâtiments ou d'arbres (d'où un risque de collision plus élevé) et non pas sur des routes en terrain dégagé, et parce que les oiseaux parviennent généralement à voler et à migrer de nuit sans heurter les nombreux obstacles (naturels ou artificiels) qui se dressent sur leur route.


Des sources lumineuses puissantes, comme des phares ou des immeubles, peuvent entraîner des collisions (lire La pollution lumineuse et les oiseaux), mais cela ne semble pas être le cas dans les endroits où ces "pluies" ont été notées.


Une origine virale ou bactérienne est aussi parfois avancée, mais le caractère soudain, simultané et extrêmement localisé du phénomène semble exclure de telles causes.

Carouges à épaulettes morts sur une route de l'Arkansas

Carouges à épaulettes (Agelaius phoeniceus) trouvés morts sur une route de l'Arkansas, janvier 2011
Schéma : Ornithomedia.com

L'hypothèse de courants ascentionnels ou de tornades en altitude est à creuser.
Mais la piste de perturbations électromagnétiques d'origine naturelle (orages ? ) ou artificielle (radars, antennes ?) est peut-être à explorer.

Nous avons déjà abordé dans plusieurs articles sur Ornithomedia.com le rôle du champ magnétique terrestre dans l'orientation des oiseaux. En particulier, nous avions cité les résultats d'une expérience menée en 2004 par Cordula Mora et d'autres chercheurs de l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande démontrant que les pigeons voyageurs pouvaient détecter des anomalies du champ magnétique dans la mandibule supérieure de leur bec (lire Le rôle de l'odorat dans l'orientation de certains oiseaux).


Les conclusions d'une étude menée par des chercheurs allemands publiées en 2010 confirment l'existence dans la mandibule supérieure de tous les oiseaux (et pas seulement des migrateurs) de dendrites (prolongements du corps cellulaire des neurones) possédant des structures riches en fer qui serviraient de magnétomètres. Les données récoltées par ces récepteurs seraient transmises au cerveau qui élaborerait ensuite une carte magnétique (lire Un magnétomètre dans la mandibule supérieure des oiseaux).

En Inde, dans le petit village de Jatinga, entre septembre et novembre, pendant la migration post-nuptiale, des "suicides collectifs" de centaines d'oiseaux sont parfois notés (lire Les mystérieux "suicides collectifs" d'oiseaux de Jatinga). La raison de ces morts collectives est encore méconnue. Les sources lumineuses artificielles peuvent être écartées, car ce phénomène avait déjà été noté au XIXème siècle, à un moment où la pollution lumineuse était inexistante.


Certains spécialistes pensent que les perturbations locales du champ électromagnétique causées par des lignes de failles géologiques actives dans cette zone où se rencontrent les plaques indienne et eurasienne pourraient avoir un effet (lire Le rôle du géomagnétisme dans l'orientation des oiseaux), mais aucune preuve n'a été collectée jusqu'à présent.


L'Arkansas et la Suède, où des "pluies" d'oiseaux ont été notées en ce début d'année, ne constituent pas à priori des zones à forte activité électromagnétique d'origine géologique. Par contre, les éclairs provoquent des perturbations électromagnétiques plus ou moins perceptibles suivant leur proximité. De tels phénomènes météorologiques violents ont-ils été notés dans tous les endroits où les pluies d'oiseaux ont été observées ?

Au niveau des failles terrestres (entre les plaques tectoniques), on constate des anomalies du champ magnétique qui pourraient perturber localement les oiseaux en fonction de leur intensité : sont-elles à l'origine des "pluies d'oiseaux" observées près du village de Jatinga en Inde ?
Schéma : Ornithomedia.com


Des activités humaines pourraient-elles alors avoir causé des perturbations suffisamment violentes pour avoir entraîné une désorientation fatale de milliers d'oiseaux ?
Des études ont montré que les sonars des sous-marins seraient à l'origine d'échouages de cétacés : c'est ce qui a été avancé par exemple pour expliquer les morts de Baleines à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris) en Grande-Bretagne en avril 2008 (lire l'article Navy sonar blamed for death of beaked whales found washed up in the Hebrides).


Barry Nicholls et Paul A. Racey, de l'Université d'Aberdeen en Écosse, ont aussi démontré que l'activité des chauves-souris pouvait être perturbée par les signaux électromagnétiques des radars de contrôle aérien et de surveillance météorologique. Un signal électromagnétique émis par un petit radar équipé d'une antenne fixe suffisait pour réduire l'activité des chauves-souris dans un rayon de 30 m.
Deux chercheurs belges, Joris Everaert et Dirk Bauwens, ont aussi noté un possible effet d'une exposition prolongée aux radiations émises par les antennes-relais pour téléphones mobiles sur le comportement et l'abondance de Moineaux domestiques (Passer domesticus).


D'autres études ont décrit que le rayonnement électromagnétique pouvait influencer le développement, la reproduction et la physiologie des insectes, des mammifères et des oiseaux.
Mais comment expliquer la violence et le caractère soudain du phénomène ? La source de la perturbation électromagnétique devrait être particulièrement puissante. La piste de radars utilisés pour éloigner les oiseaux des aéroports, comme ceux développés par la société LRAD-RX (www.lradx.com), a été avancée, sans preuve. D'autres sources évoquent un mystérieux système d'armement appelé HAARP, mais là également sans éléments concrets ...


Des questions subsistent : comment expliquer la concentration dans le temps de ces pluies d'oiseaux ? Pourquoi ne sont-elles pas notées plus fréquemment dans le monde et à d'autres périodes de l'année ?

Il est intéressant de noter que les espèces touchées, des Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) et des Carouges à épaulettes (Agelaius phoeniceus), sont des espèces apparentées au comportement hautement sociable, connues pour leurs véritables ballets aériens visibles en hiver à proximité des dortoirs (lire Mouvements aériens coordonnés : le cas des étourneaux). Ils volent de façon coordonnée comme s'ils ne formaient qu'un seul être, réagissant tous ensemble de façon quasi-instantanée. Des chercheurs italiens ont suggéré que ces groupes se comportaient comme des "systèmes critiques" (lire Les vols d'étourneaux fonctionnnent comme des systèmes critiques). Les très fortes intéractions entre les inidvidus des vols d'étourneaux et de carouges peuvent-elles contribuer à expliquer ces morts collectives, presque "coordonnées" ?

Esssaim d'Etourneaux sansonnets

Les Etourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) font partie des espèces touchées par le phéomène des "pluies" d'oiseaux. Or ils sont connus pour leur comportement hautement sociable et pour leurs superbes arabesques coordonnées notées en hiver


Image extraite d'une vidéo de Ghislain Bottein
Une autre espèce très sociable, le Choucas des tours (Corvus monedula), a été frappée par ce phénomène.


Sources :
- Nicholls B, Racey PA (2009). The Aversive Effect of Electromagnetic Radiation on Foraging Bats—A Possible Means of Discouraging Bats from Approaching Wind Turbines. PLoS ONE 4(7). www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.po...

- Joris Everaert et Dirk Bauwens (2007). A Possible Effect of Electromagnetic Radiation from Mobile Phone Base Stations on the Number of Breeding House Sparrows (Passer domesticus). Electromagnetic Biology and Medicine.Volume 26. Pages 63–72. http://iddd.de/umtsno/lebewesen/EveraerBauwenssparrows.pdf

http://www.ornithomedia.com/infos/breves/breves_art1_189....

  

Oiseaux et poissons morts dans le monde: c'est l'hécatombe!

Voir les liens ci-dessous :

Alex Jones: Is Mass Bird and Fish Die Off Connected to Government Testing?


Le champ magnétique terrestre est-il influencé par l'océan mondial ?

Après les oiseaux, des millions de poissons périssent mystérieusement ! L'Hécatombe se poursuit !

L'hécatombe des oiseaux et des poissons se poursuit de manière dramatique sur l'ensemble de la planète.

Il doit s'agir de variétés d'oiseaux et de poissons migrateurs qui sont touchés et dont le magnéto-récepteur est perturbé par le changement du champ magnétique terrestre et l'inversion des pôles magnétiques en cours.

Sans compter que les poissons doivent aussi subir les effets de la pollution et des dispersants toxiques qui ont dû se disperser avec les courants marins, vers toutes les mers et les océans après la catastrophe de la marée noire du Golfe du Mexique qui a perturbé aussi, le cours du Gulf Stream qui semble s'être arrêté ou a été largement dévié. Ce qui expliquerait les hivers froids en Europe et que nous pourrions entrer dans une ère glaciaire.


Avec l'inversion des pôles en prime, c'est sûr que le climat doit changer d'un hémisphère à un autre.

Les infos tombent de tous les côtés et il est impossible de toutes les référencer. Informez-vous par vous-mêmes.
Pour suivre les infos au quotidien et vous tenir informés, pensez à mettre des alertes sur Google pour avoir les nouvelles tous les jours.

Pour les alertes Google :
http://www.google.fr/alerts?hl=fr&gl=fr&source=alertsmail&cd=-QEzfqEne8U&cad=CAcQARgAQJ_ylukESAE
Mots clés : poissons morts et oiseaux morts, etc...


Après les oiseaux, des millions de poissons périssent mystérieusement

 
 
 
Des millions de poissons morts ont été découverts mardi sur les côtes de Nouvelle-Zélande, du Brésil et dans la baie de Chesapeake, le plus grand estuaire des Etats-Unis, dans l'Etat du Maryland.

Une découverte qui interpelle après la mort énigmatique de milliers d'oiseaux dans les Etats américains d'Arkansas et de la Louisiane ainsi qu'à Falkoping, une petite ville du sud-ouest de la Suède. D'après le quotidien Baltimore Sun, deux millions de poissons morts ont été dénombrés dans la baie de Chesapeake. Un décès imputé, selon Dawn Stoltzfus, porte-parole du département de l'Environnement de l'Etat du Maryland, à une crise d'hypothermie ("cold-water stress", dans le texte) consécutive à un brutal bouleversement thermique. D'après D. Stoltzfus, des cas similaires furent relevés en 1976 et 1980.

Au Brésil, pas moins d'un quintal de sardines et de poissons-chats jonchait le sol de villes portuaires sans raison apparente, alors que les plages de la péninsule de Coromandel (Nouvelle-Zélande) étaient tout aussi mystérieusement recouvertes de cadavres de poissons, dont la plupart étaient éborgnés.

Ces événements inexpliqués surviennent après la découverte de milliers d'oiseaux morts, en Arkansas, Louisiane et plus récemment en Suède. La jour de l'An, la ville de Beebe (Arkansas) comptait les cadavres d'oiseaux. Une habitante du Kentucky a vu sa maison cernée par des dizaines d'oiseaux morts. Dans le même temps, près de 100 000 poissons sont apparus à la surface d'une rivière de l'Arkansas, 160 km à l'ouest de Beebe.

D'après certaines sources officielles d'Arkansas, la mort des oiseaux auraient été provoquées par des feux d'artifice, alors que les autorités de Louisiane évoquaient la possibilité d'une électrocution au contact de lignes à haute tension. Ces hypothèses, comme celle de la vague de froid mortelle, ont laissé certains observateurs perplexes.

Cela dit, la mort d'oiseaux et de poissons n'est pas rare. Mais la proximité et l'ampleur du problème interpellent bien que les voix officiels préfèrent parler de coïncidence. En août 2010, on a relevé des centaines de poissons morts en deux endroits distants de 320 km sur la côte Est. (7sur7)

 

 
06/01/11 12h00