Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2009

Grippe A : Les vaccinés pourraient devenir vecteurs de la mutation du virus

« L’histoire du virus H1N1 lié à la pandémie 2009 continue et c’est un descendant de quatrième génération du virus 1918 ». La généalogie du virus porcin n’a jamais été rompue depuis la pandémie de 1918 : c’est ce qui ressort d’une étude du « New England Journal of Medecine », étude pour laquelle la pandémie actuelle est issue de la combinaison de deux virus dont l’un (Source : Science Mai 2009) est un descendant de la souche H1N1 de 1918, tristement célèbre pour avoir fait plus de mort que la première guerre mondiale.

 
Cette étude dit la chose suivante : « Une fois que les nouveaux virus de grippe humains apparaissent et causent des pandémies, l’immunité des populations contre leurs protéines d’ha et de Na augmente rapidement. La contre performance offensive de l’immunité des populations est contrée par la capacité remarquable du virus de grippe, d’évoluer au moyen de mutation ou par l’acquisition de réassortiment de différents sous-types […] Ce processus dirigent des descendants “causé par le virus de 1918 […] ils ont également causé “la pandémie-comme l’events”, lié au réassortiment intra subtypiques en 1947 (H1N1), 1951 (H1N1) … ».
 
 
Or que s’est-il passé en 1947 ? Une pandémie H1N1 : « D’abord détectée dans les bases militaires américaines (ndlr : tiens donc !?) au Japon en 1946, elle s’est rapidement propagée dans le monde entier [….] Alors qu’il s’agissait encore du H1N1, il y a eu un changement antigénique soudain et significatif, créant un échec complet du vaccin cette année-là ».
 
Que s’est-il donc passé ? Une mutation du virus H1N1 est apparue après une campagne de vaccination.
 
 
En 1951, une autre pandémie, plus virulente encore, s’étend de l’Angleterre au Canada, puis aux Etats-Unis, pour laquelle on constate que le « taux de mortalité hebdomadaire a même surpassé celui de la pandémie de grippe de 1918 ». Le vaccin est-il là-aussi en cause ? Selon une étude, ces deux proches parents H1N1, celui de 1947 et celui de 1951, auraient pu procéder à un échange de matériel génétique.
 
L’auteur de l’étude pointe du doigt les vaccins en insistant sur la vigilance à apporter aux observations pour prévenir toute mutation : « Si nous voulons vacciner tous les ans, notre surveillance ne doit pas seulement se focaliser sur l’évolution d’une seule lignée de virus […] Il y a de multiples chaînes co-circulant et échangeant du matériel génétique. Par exemple les chaînes H1N1 et H3N2 génèrent occasionnellement des hybrides H1N2 ».
 
Les vaccins interfèrent-ils dans la possible mutation d’un virus, voire même la favorisent-ils ? C’est ce qu’il ressort d’une étude de l’université japonaise de Shizuoka : « Bien que la vaccination puisse être un outil utile pour le contrôle des épidémies de grippe aviaire, cela peut entraîner l’émergence d’une chaîne résistante au vaccin. Des études expérimentales et de terrain démontrent que des chaînes de grippes aviaires acquièrent une capacité de résistance contre la vaccination ».
 
Les auteurs poursuivent : « Le vaccin peut faciliter le fait que la maladie se répande : Une diffusion considérable de la résistance de la chaîne peut partiellement compromettre les bénéfices du programme de vaccination. Par exemple, même si on exécute complètement le programme de vaccination, la taille finale de la pandémie peut devenir plus importante qu’avant la pandémie. Cela implique que la vaccination, au lieu d’enrayer la diffusion de la pandémie, aide à sa propagation ».
 
Les auteurs insistent sur le fait que la vaccination ne doit pas être le seul facteur de soin, mais être cumulé à d’autres mesures, comme la quarantaine et une « biosécurité » accrue. Selon leurs conclusions, la course à la résistance doit se suivre sur une période de 500 jours, l’apparition de la résistance pouvant commencer à apparaître entre 250 et 300 jours après vaccination, pour culminer et rester stable à partir de 400 jours.
 
Malheureusement, peu d’études scientifiques ont été entreprises sur le sujet, et on peut s’étonner du peu de voix, issues du « milieu médical autorisé », qui évoquent l’éventualité qu’un vaccin pouvant favoriser les mutations. Mais dans la dictature médicale qui est la nôtre, on sait qu’il ne faut rien attendre des laboratoires, rien des gouvernements qui sont leurs suppôts, rien des médecins libéraux qui sont leurs pions, médecins avec, au-dessus de leurs têtes, l’épée de Damoclès de l’ordre qui a droit de vie et de mort sur leur cabinet s’il advenait que l’un d’eux dévie sa trajectoire d’un seul degré par rapport aux attendus conventionnels.
 
Et Dieu sait si la vaccination est une source de jouvence financière, aussi bien pour l’industrie pharmaceutique que pour les médecins eux-mêmes. Ceux-ci, mêmes réquisitionnés, toucheront quand-même 66€ de l’heure et n’hésiteront pas injecter un vaccin très suspect, qu’eux-mêmes, en majorité, n’ont pas pris. L’obéissance et la servitude avant l’éthique et la recherche objective, comment attendre de qui que ce soit du milieu médical qu’il mette en doute la mécanique de la poule aux œufs d’or ?
 
La séquence vaccination-mutation est une chaîne sans fin que l’on constate dans la grippe saisonnière depuis l’invention du vaccin correspondant en 1944 suite au financement de l’armée américaine (encore elle). La grippe saisonnière n’a jamais été guérie par la vaccination, au contraire elle s’est adaptée par mutations successives depuis 60 ans : « Pour tenir compte des glissements antigéniques, les vaccins grippaux sont donc préparés chaque année à partir des souches virales ayant circulé l’année précédente. En février de chaque nouvelle année, l’Organisation mondiale de la santé fixe les souches virales qui composeront le vaccin antigrippal de l’année suivante, en fonction des données épidémiologiques résultant de la surveillance des virus influenza circulants » (source Wikipedia). Quelle manne astronomique pour toute la chaîne médicale, médecins compris !
 
Pourquoi devrait-il en être autrement pour le virus H1N1 qui nous hante depuis 91 ans, et pour lequel la première vaccination de 1947 a été un fiasco la même année, et est suspectée d’avoir muté par échange de matériel génétique pour mener au désastre de la pandémie de 1951 ? L’histoire ne va-t-elle pas se répéter, dans un intervalle de temps beaucoup plus court, vue la masse vaccinée ?
 
Personne ne doit attendre une étude diligentée par le milieu médical, qui se tirerait une balle dans le pied. Ne restent que les médecins mis au banc pour oser mettre en cause le Graal. Comme Vercoutère ou d’autres initiatives, comme Crèvecoeur, pour qui la vaccination pourrait générer une souche mutante :
 
« dès l’injection du vaccin, le cocktail préparé soigneusement par les laboratoires entraîne la mutation et la combinaison des différentes souches dans le corps du patient, rendant les virus extrêmement mortels »
 
 Si cette éventualité s’avérait exacte, les vaccinés pourraient devenir les bouillons de culture vivants permettant l’essor d’une nouvelle souche mutante. Ce qui expliquerait la démesure du plan actuel de vaccination massive pour une ridicule grippette : une mutation attendue avec une infrastructure déjà en place.

Grippe A/H1N1 : un cas de troubles neurologiques lié au vaccin ?

Boycottons la vaccination et le Gouvernement par la même occasion !

Démission Sarkozy !

Ne vous faites pas vacciner et gardez vos enfants à la maison !

Quant à la Bachelot qui se serait faite soi-disant vacciner !
Faudrait peut-être lui demander si c'est avec du sérum physiologique !
On se moque de qui ? 
On ne voit pas où mène cette manipulation mentale des français, pour nécessiter le besoin de nous montrer soi-disant qu'elle s'est faite vacciner en public !
Nous ne sommes plus à la maternelle Mme BACHELOT !
Démission !

Par TF1 News, le 12 novembre 2009 à 23h17, mis à jour le le 12 novembre 2009 à 23:40

Un cas "probable" de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, a été signalé mardi après vaccination contre la grippe H1N1.

grippe A/H1N1

En pleine campagne gouvernementale de promotion de la vaccination contre la grippe A/H1N1, la nouvelle tombe mal. Un cas "probable" de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, a été signalé mardi après vaccination contre la grippe H1N1, sous une forme modérée qui a "évolué favorablement", a indiqué jeudi le ministère de la Santé dans un communiqué.


 
Ce cas a été signalé dans le cadre du dispositif de pharmacovigilance de la vaccination, précise le ministère. "L'origine n'a pas été établie". Chaque année en France, 1700 à 1800 cas de syndrome de Guillain-Barré donnent lieu à une hospitalisation, soit 5 par jour, note le ministère, qui précise que "dans la plupart des cas, la survenue d'un syndrome de Guillain-Barré est liée à un épisode infectieux, bactérien ou viral, dont la grippe". Le ministère fait valoir que "l'attribution d'un syndrome de Guillain-Barré à une vaccination nécessite une expertise approfondie", qui sera conduite par l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).
 
La ministre de la Santé Roselyne Bachelot s'est engagée "à la transparence sur les effets secondaires de la vaccination contre la grippe A(H1N1)", souligne le ministère, qui précise que l'Afssaps publiera vendredi un bulletin de pharmacovigilance.

10/11/2009

GRIPPE A - CHU de Nice : Lettre adressée aux médecins et protocole de vaccination



Mesdames Messieurs les Professeurs, Docteurs,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint une note adressée ce jour par le Directeur Général du CHU au sujet de la Grippe A.

Je vous invite à la lire attentivement, cette dernière vous éclairant précisément sur les modalités opérationnelles de la campagne de vaccination.

Vous remerciant par avance, je vous prie de croire en l'expression de mes salutations sincères.

Loïc MONDOLONI
Directeur des Affaires Médicales, de la Recherche Clinique et de l'Innovation
CHU de Nice
Hôpital de Cimiez
4, Avenue Reine Victoria
BP 1179
06 003 Nice Cedex 01
tél : 04 92 03 40 11



GRIPPE A - 06.11.09.pdf

Vaccination H1N1 PROTOCOLE - Protocole de vaccination CHU de Nice


VOILA OU NOUS EN SOMMES.....

Mail adressé aux médecins du CHU DE NICE avec les conseils et les documents joints.

Lisez attentivement la notice d'information portant sur le vaccin Pandemrix !

Comme si les patients étaient formés à la médecine pour connaître les effets dévastateurs des composants des vaccins !

Ils vont tuer nos enfants avec ces poisons, et tous ceux qui se feront vacciner !

Soyez attentifs à la notice d'information que devront signer les personnes avant de se faire vacciner !
C'est un moyen de dégager leur responsabilité en cas d'effets secondaires graves du vaccin !

Sur la traçabilité de la vaccination, méfiez-vous de la présence de la puce Rfid dans les vaccins, si chère aux élites mondiales pour vous contrôler !

Ne vous faites pas vacciner !
Ne vous fiez pas aux belles paroles de nos dirigeants !

GARDEZ VOS ENFANTS A LA MAISON !




Pour ceux d'entre-vous qui ont été désignés médecins responsables de la vaccination contre le virus grippal H1N1, je vous prie de trouver les documents nécessaires aux bonnes pratiques de réalisation de cette vaccination.
Vous trouverez donc :
  1. Une notice d'information sur la vaccination ;
  2. La Procédure  de vaccination devant être scrupuleusement suivie et concernant notamment les mesures liées à l'injection et à l'hygiène
  3. Le questionnaire de santé préalable à la réalisation de la vaccination ;
  4. Le certificat de vaccination devant être rédigé à l'issue de la vaccination ;
  5. La notice d'information à remettre à l'agent avec le questionnaire de santé afin qu'il puisse cocher la case "Je reconnais avoir reçu les informations, compris les termes de ce questionnaire et y avoir répondu en toute sincérité (cochez la case si votre réponse est oui)" et la case "Je souhaite être vacciné(e) (cochez la case si votre réponse est oui)" avant de dater et de signer le questionnaire médical et ceci avant la réalisation de l'injection vaccinale.
Je vous rappelle qu'il est fondamental, pour que la traçabilité soit correcte, que tous les jours et avant 20h00 le service de médecine du travail de chaque site, dispose des questionnaires médicaux afin de renseigner en temps réel le site AMELI (tutelle) afin d'éditer des coupons de vaccination devant être adressés à la tutelle chaque jour.

Merci d'apporter un soin particulier à cette traçabilité, suivie très attentivement par les autorités de santé au niveau national.
Pour finir, je vous précise à nouveau qu'il est nécessaire que le code postal de la commune de résidence soit inscrit sur le questionnaire médical qui nous sera retourné, de même que le rang de l'agent dans la fratrie.
Merci encore pour votre aide dans ce domaine.



Vaccination H1N1 - Certificat de vaccination.pdf

20091013 vaccination H1N1 ES2.pdf

Pandemrix - Notice d'information.pdf

Procedure vaccination A_H1N1_v-20-10-09.pdf

Questionnaire pr


08/11/2009

GrippeA/H1N1 l La dernière poussée du Nouvel Ordre Mondial !

Que se passe-t-il aux USA que la presse Française nous cache ?

Nous vaincrons le NOM ! L'humanité est libre, ce sera l'ère de la vérité et l'ère de l'humanité !
Réveillez-vous et dites NON au Nouvel Ordre Mondial et à la vaccination criminelle !


GrippeA/H1N1 l La dernière poussée du
Nouvel Ordre Mondial !

http://www.dailymotion.com/video/xb2ur0_grippeah1n1-l-la-...


GrippeA/H1N1 l La dernière poussée du Nouvel Ordre Mondial !
envoyé par sos-justice. - L'actualité du moment en vidéo.