Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2015

Qui frappe où en Syrie ? La réponse en image

Et bien comme cela sur ces cartes nous voyons, combien la coalition US illégale à permis à DAESH de s'étendre en Syrie et en Irak, au lieu de limiter leur progression sur ces deux pays !

Il fallait bien qu'ils aient un intérêt, dont celui de leur voler le pétrole et de le vendre, et de l'acheter au marché noir !

Ils avaient donc intérêt à former leurs mercenaires, les financer et les armer dans leurs propres intérêts et non pas ceux des peuples Irakiens et des Syriens !

Rappelons pour la petite histoire que les USA sont allés attaquer l'Irak depuis 2003, soit depuis 12 ans à présent, qu'ils remplissent leurs caisses avec notamment le pétrole volé !

 

Qui frappe où en Syrie ? La réponse en image

27 nov. 2015, 20:57

Une frappe aérienne près d’Idleb

Une frappe aérienne près d’Idleb

RT France vous présente une infographie illustrant la répartition de frappes des différentes coalitions opérant en Syrie, qui ont pour but d’éradiquer le groupe terroriste Daesh.

 

 

 

 
 
 

Politiques : Ils ont plus peur du peuple que des "terroristes" !

Voilà pourquoi, l'on nous impose la Loi Martiale qui ne porte pas son nom, mais ceux de l'état d'urgence et du renoncement par la France à la Convention européenne des droits de l’homme !

Ils ont plus peur de la révolte du peuple que des terroristes !

Politiques : Ils ont plus peur du peuple que des "terroristes" !

26 novembre 2015


Le 18 novembre dernier, quelques jours après les attentats islamistes de Paris, la Commission européenne s’est réunie afin de renforcer le contrôle des armes à feu au sein de l’UE.

Déjà considérés par tous les amateurs d’armes et les tireurs sportifs comme particulièrement restrictive, la directive de l’Union européenne sur les armes à feu a donc été renforcée de la façon suivante :

  • Des règles plus strictes concernant l’interdiction de détention de certaines armes à feu semi-automatiques par des particuliers, même si elles ont été neutralisées de manière permanente;
  • Des conditions plus strictes pour l’achat en ligne d’armes à feu, afin d’éviter l’acquisition de ces armes, de pièces détachées ou de munitions sur l’internet;
  • Des règles communes pour le marquage des armes à feu dans l’UE afin d’améliorer la traçabilité des armes;
L’amélioration de l’échange d’informations entre les États membres, notamment sur les refus d’autorisation de détention d’armes à feu décidés par une autre autorité nationale et l’obligation d’interconnecter les registres nationaux de détention d’armes;
  • Des critères communs concernant les armes d’alarme (comme les feux de détresse et les pistolets de starter) afin d’empêcher leur transformation en armes à feu complètement opérationnelles;
  • Des conditions plus strictes pour la circulation des armes à feu neutralisées;
Le renforcement des conditions applicables aux collectionneurs, afin de limiter le risque de vente à des terroristes.

Traduction : toutes les armes semi-automatiques, prisées sur les stands de tirs en France (160 000 licenciés à la FFT) ressemblant à des armes de guerre (elles sont très nombreuses, dont la fameuse Kalachnikov) seront désormais prohibées. Les possesseurs d’armes à feu de collection sont également visés par ces restrictions et certaines armes datées pourraient faire les frais de la nouvelle réglementation. Une étude exhaustive de cette directive résume d’ailleurs parfaitement les décisions prises, sur le site de l’Union française des amateurs d’armes (UFA).

Néanmoins, pas de quoi s’affoler, puisque plusieurs étapes sont nécessaires à la mise en œuvre de ce processus : « concrètement aucun changement immédiat. C’est une proposition de modification de la directive qui doit soumise au parlement. Avant elle doit être finalisée, puis soumise aux 30 membres et 27 suppléent du SEDE qui est le commission de Sécurité et de Défense du Parlement. Puis enfin de nouveau soumis au Parlement.» explique Jean-Jacques Buigne, président de l’UFA avant de préciser : « si par malheur le parlement suivait la commission, il faudrait encore que le parlement français transpose dans notre législation. Alors dans l’immédiat personne n’est dans l’illégalité.»

Sur Internet, c’est toutefois la colère qui règne chez les chasseurs comme chez les tireurs sportifs . « Des fonctionnaires de la Commission européenne sont visiblement tentés d’instrumentaliser les dramatiques événements de ces derniers jours et de faire un énième amalgame douteux entre la détention légale d’armes semi-automatiques par des citoyens respectueux des lois et la détention illégale d’armes automatiques par des terroristes. (…) Cette prohibition des armes légales n’a évidemment aucune chance d’avoir le moindre impact sur les risques induits par l’arrivée d’armes illégales au travers des frontières poreuses de l’espace Schengen » écrit l’Union Nationale des Propriétaires d’Armes de Chasse et de Tir (UNPACT). « C’est une déclaration de guerre, il faut une réponse forte et unanime. TOUS les tireurs et armuriers ainsi que les associations doivent s’y mettre. Nous devons nous concerter et leur rentrer dedans, il en va de la survie de notre passion.» écrit un internaute sur un forum spécialisé.

Une pétition , déjà signée par 50 000 personnes, a même été lancée au niveau européen afin de faire faire marche arrière à la Commission Européenne. Elle demande l’abrogation de la directive ainsi que le changement de priorité pour la direction de l’Union Européenne:

« Nous, les citoyens demandons que l’Europe se concentre sur les vrais problèmes:

  • – les frontières extérieures de l’Europe ne sont pas protégées.
  • – certains groupes à l’intérieur de notre population refusent de partager nos valeurs démocratiques et notre culture.
  • – le trafic des armes illégales prospère à l’intérieur de l’Europe.
  • – les criminels et terroristes ont plus facilement accès aux armes illégales, que les possesseurs d’armes légitimes ont accès aux armes légales.»

La France compte 160 000 tireurs et 1,4 million de chasseurs. En Bretagne, nous avions récemment recensé les endroits où il était possible d’apprendre à tirer et à se servir d’une arme en toute légalité. A l’heure actuelle, tous les armuriers s’accordent à dire que les ventes d’armes de défense explosent (certains sites sont même en rupture de stock) . Plusieurs clubs de tirs sont obligés de refuser des inscriptions , victimes de leur succès et de leur rareté à certains endroits.

L’état d’urgence décrété par François Hollande au nom de la lutte contre le terrorisme permet, si l’Etat le décide, la confiscation de toutes les armes à feu, y compris celles détenues en toute légalité par les citoyens.

A l’opposé de cette politique visant à désarmer les citoyens européens, Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle aux USA, n’a pas hésité à déclarer suite aux attentats du 13 novembre : « Regardez Paris, avec les lois sur le port d’armes les plus restrictives du monde, personne n’avait d’armes sauf les méchants. On peut dire ce qu’on veut, s’ils avaient eu des armes, si nos gens étaient armés, s’ils avaient le droit de porter des armes, la situation aurait été très, très différente ».

Faute de lobby aussi puissant que la NRA ( National Rifle Association) aux USA, les citoyens européens risquent donc d’avoir de plus en plus de difficultés à se procurer des armes de défense dans les années à venir. « La France n’est pas les Etats Unis. Il n’y a pas de culture de l’arme. Quand à un rassemblement des associations, je vous rappellerais une phrase de De Gaulle : “comment peut on gouverner un pays qui a 350 fromages différents ? » conclut Jean-Jacques Buigne. .

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.
Source
 
Dans les cités on doit pouffer de rire, n'importe qui peut se procurer une kalash pour 500 à 600€.... De notoriété publique...

France en Hollandie : 42.000 chômeurs de plus en un mois, du jamais vu depuis 2013. 5,74 millions de chômeurs en France entière.

Des attentats, un état d'urgence de 3 mois et un renoncement à la Convention européenne des droits de l’homme qui tombent à pic pour empêcher les citoyens de se révolter contre les crimes de l'état dictatorial et pour masquer la gestion calamiteuse de la France par le gouvernementeur de la Hollandie, notamment à quelques jours des élections régionales pour faire remonter sa popularité !

Il est vrai qu'il était plus urgent en tant que caniche des USA/Sionistes, de vendre des armes, d'instrumentaliser les sanctions contre la Russie, les guerres génocidaires des US/Israël tous azimuts, Syrie, Irak, Mali, etc..., d'armer et de financer les mercenaires de l'EI/Daesch, au profit des promoteurs criminels du Nouvel Ordre Mondial, et d'insister pour le départ d'Assad que de s'occuper essentiellement du bien-être des français !

Le plus important aujourd'hui c'est de s'armer d'un drapeau maçonnique pour rendre un hommage aux victimes des attentats dont les dirigeants sont les seuls responsables, coupables !

France : Forte hausse du chômage en octobre: 42 000 demandeurs d'emploi de catégorie A

Publié le 26-11-2015 à 18h05Mis à jour le 27-11-2015 à 07h40

Après un net repli en septembre, le nombre de demandeurs d'emploi a connu en octobre sa plus forte hausse depuis 2013.

Le chômage a connu une hausse sensible au mois d'octobre. AFP

Une douche froide pour le gouvernement à dix jours des élections régionales: après un net repli en septembre, le chômage a connu en octobre sa plus forte hausse depuis 2013, avec 42.000 demandeurs d'emploi supplémentaires sans aucune activité, pour atteindre le niveau record de 3,59 millions. Le nombre d'inscrits à Pôle emploi, sans aucune activité (catégorie A), a bondi le mois dernier en France métropolitaine (+ 42.000, soit +1,2%). Il faut remonter à avril 2013 pour retrouver une telle montée du nombre de chômeurs dans cette catégorie.

Sur un an, le nombre d'inscrits à Pôle emploi sans activité a augmenté de 3,7%. En incluant l'outre-mer, il s'élève à 3,85 millions. La hausse est plus modérée si on prend en compte les demandeurs d'emploi exerçant une activité réduite (+13.100). Au total, 5,43 millions de personnes (sans aucune activité ou avec une activité réduite) sont inscrites en métropole, et 5,74 millions en France entière. 

"Ces chiffres ne sont pas satisfaisants", a commenté la ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui nuance cependant : "ils doivent être interprétés avec prudence car les résultats de ces derniers mois connaissent de fortes variations". A dix jours du premier tour des régionales, qui s'annoncent difficiles pour la majorité, la pilule est en effet d'autant plus amère pour le gouvernement qu'en septembre, le nombre de chômeurs avait connu un net recul (-23.800)... soit la plus forte baisse depuis la crise financière, fin 2007. "On a des chiffres mensuels d'autant plus volatils qu'on est en période de reprise", commente Bruno Ducoudré, de l'OFCE.

Beaucoup de contrats courts

Il y a donc des créations d'emplois, mais qui sont surtout des contrats courts (CDD, intérim) au terme desquels "on voit un basculement des gens inscrits en catégorie B et C (activité réduite) qui retournent en catégorie A (aucune activité)", explique-t-il. L'économiste souligne que sur l'ensemble de 2015, on assiste à un "ralentissement de la hausse du chômage", avec rythme mensuel du nombre de demandeurs d'emplois supplémentaires de l'ordre de 9.000, contre "15.000 en 2013-2014, et 24.000 en 2012".

Au ministère, on "espère que la baisse s'enclenchera en 2016". "Je ne peux pas vous dire quand nous aurons une baisse durable, mais ce que je peux dire, c'est que pour faire baisser le chômage, il faut deux préalables : la croissance et que l'économie crée de l'emploi. Et les deux préalables, ils sont là", a commenté Myriam El Khomri lors d'un point presse.

Selon Philippe Waechter, de Natixis, l'activité va effectivement "continuer de s'accélérer, l'emploi va continuer de croître et progressivement la courbe des inscrits à Pôle emploi va s'infléchir, en 2016 très probablement". Mais pour l'heure, la reprise de la croissance n'est "pas suffisamment forte pour absorber les gains de productivité et la hausse de la population active et donc, faire baisser le chômage", observe l'OFCE.

Chiffres "encourageants" pour les jeunes 

La ministre a jugé "encourageants" les chiffres concernant les jeunes, dont le nombre d'inscrits en catégorie A est resté stable en octobre. Sur un an, il baisse de 2,9%. En revanche, celui des seniors bondit de 1,5% sur un mois, 9,2% sur un an. En un mois, le nombre de chômeurs de longue durée (plus d'un an), y compris ceux déclarant une activité réduite, a également progressé de 0,4%.

Pour Pierre Gattaz, président du Medef, "c'est une très mauvaise nouvelle, alors que notre pays traverse de graves événements", et "il est plus que jamais nécessaire de redresser notre économie pour faire face aux défis du terrorisme". La CGT réclame de son côté "une autre politique industrielle pour vraiment lutter contre le chômage".

Chez les Républicains, Eric Woerth, délégué général au projet du parti, a fustigé le "grand manque d'efficacité des actions". "La France ne pourra jamais vaincre le chômage de masse à coup d'emplois aidés financés sur de l'argent public", a réagi le député de l'Oise.

Le Front national juge enfin que "cette montée en flèche du chômage confirme l'arnaque des discours fabriqués par le gouvernement sur la prétendue reprise".

(Avec AFP)

 

Poutine toujours au pic de popularité en Russie

Poutine toujours au pic de popularité en Russie

14:18 24.11.2015 (mis à jour 14:31 24.11.2015)

Le président russe Vladimir Poutine

Ces dix-huit derniers mois, la côte d'approbation par les Russes de l'action de leur président Vladimir Poutine n'est jamais descendue au-dessous de 84%, et ces derniers temps, le chef de l'Etat est au pic de popularité (87-88%).

La popularité du président russe Vladimir Poutine n’a jamais été aussi haute dans le pays, et ces temps derniers, le taux d'approbation de son action par les Russes est invariablement élevé, en variant entre 87 et 88%, selon un sondage réalisé par le Centre d'étude de l'opinion publique russe (VTsIOM). 

Mardi, les sociologues du VTsIOM ont publié la côte d'approbation du travail du chef de l'Etat en octobre (87%) et celle d'appui électoral du parti Russie Unie. 

"La croissance de l'approbation du travail du président se produit sur fond d'événements en Crimée au printemps 2014. Quoi qu'il en soit, cette cote se maintient au niveau élevé tout au long de ces 16 dernières années, sa moyenne mensuelle n'est jamais descendue au-dessous de 60% depuis 1999. Ces dix-huit derniers mois, cet indice reste invariablement élevé, dépassant 84%", lit-on dans les matériaux du sondage. 

Le VTsIOM précise que la cote de popularité du chef de l'Etat s'est mise à monter en mars 2014 pour atteindre 86% en mai, alors qu'en février de cette même année, elle était de 64%. 

En octobre dernier, la cote de popularité de Vladimir Poutine a constitué, selon le VTsIOM, 87%, alors qu'à la mi-novembre (21-22 novembre), elle était déjà de 88%. 

Le VTsIOM réalise des sondages à l'échelle nationale depuis 1999. Chaque sondage est effectué auprès de 1.600 personnes vivant dans 130 localités de 46 régions de Russie. La marge d'erreur statistique ne dépasse pas 3,5%.

 

Petite banniere 400x50

 

00:25 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Poutine, Moscou, Russie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

26/11/2015

Irak: L’aviation française bombarde une école primaire, 28 écoliers tués

La énième bavure de l'armée française en Irak !
 
Irak: L’aviation française bombarde une école primaire, 28 écoliers tués
Irak

Le gouvernement irakien est perplexe au sujet des frappes aériennes menées par des avions français dans le cadre de la coalition contre Daech: Il vient d’annoncer qu’un Rafale a ciblé une école primaire sise en zone sous contrôle civil, y causant la mort de 28 enfants.


Des officiels irakiens ne cachent pas leur exaspération en évoquant la coalition menée par Washington supposée combattre Daech en Irak: « s’ils ne larguent pas par inadvertance des munitions ou des vivres à Daech, ils tuent des écoliers innocents » dénonce un militaire irakien.


Des informations affirment que l’unique Porte-Avions français et ses 26 appareils ne disposent pas d’une base de données fiable sur les cibles à bombarder en Irak et en Syrie. En cause, la précipitation de l’Elysée à vouloir utiliser l’outil militaire à des fins politiques en prévisions des prochaines échéances électorales.

Startegika51