Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2015

EN DIRECT : la 70ème session de l’Assemblée générale de l’ONU

Poutine arrive en 6ème position.

 

EN DIRECT : la 70ème session de l’Assemblée générale de l’ONU

28 sept. 2015, 14:43

L’Assemblée générale l’ONU

L’Assemblée générale l’ONU

 

Lors de la 70ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, le 28 septembre, plusieurs dirigeants mondiaux, notamment Vladimir Poutine, prononceront leur discours. De nombreux problèmes internationaux seront évoqués.

lundi 28 septembre 15h09 CET

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, ouvre les débats de la session par son rapport annuel.


14h46 CET

Tout est prêt pour la 70ème session de l’Assemblée générale de l’ONU. Des journalistes se sont rassemblés devant l’entrée en attendant l'arrivée des dirigeants.

ONU : Renoncer au droit de veto? Insensé, selon Moscou

La conception du Droit International de la France/US/Israël/Grande-Bretagne qui considèrent avoir le droit d’aller s’attaquer impunément à tous les pays du monde et des pays voisins de la Palestine occupée ! Comme ils ne commettent pas assez de crimes de guerre et contre l’humanité il faudrait aussi les dédouaner de ces poursuites criminelles !

"Les Etats-Unis s'opposent régulièrement aux résolutions condamnant Israël, tandis que Pékin et Moscou ont bloqué plusieurs résolutions sur la Syrie."

Renoncer au droit de veto? Insensé, selon Moscou

10:18 28.09.2015 (mis à jour 10:27 28.09.2015)

L'Assemblée générale de l'Onu

La proposition française visant à renoncer au droit de veto n'a aucune chance d'être approuvée. Il est peu probable que Washington soutienne une telle initiative, estime Moscou.

Selon l'ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, aucun membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu ne votera pour une initiative qui viserait à supprimer le droit de veto.

"Peut-être que 60 pays soutiennent cette initiative, mais je suis absolument sûr que les Américains, ainsi que les Chinois, n'y adhéreront pas", a déclaré l'ambassadeur russe auprès de l'Onu, en ajoutant que la proposition française pourrait être soutenue seulement par le Royaume-Uni.

"Je suis convaincu que si les Américains rejoignent cette initiative, le Congrès décréterait l'impeachment (destitution, ndlr) des personnes affichant une attitude aussi irresponsable à l'égard d'un instrument aussi crucial de la politique et de la diplomatie américaine que le droit de veto," a-t-il ajouté.

En outre, selon le représentant permanent de la Russie à l'Onu, l'application de cette initiative impliquerait d'amender de la Charte de l'Onu.

"Pour supprimer le droit de veto il est nécessaire de modifier la Charte des Nations unies. Or, le droit de veto, c'est ce qui nous oblige à rechercher chaque jour un compromis sur les documents élaborés au Conseil de sécurité", a déclaré Vitali Tchourkine aux journalistes.

Intervenant en 2013 devant l'Assemblée générale des Nations unies, le président français François Hollande a invité les cinq membres permanents du Conseil de sécurité à renoncer collectivement à leur droit de veto en cas de crimes de masse.

Lors d'une réunion informelle en marge du débat général de l'Assemblée générale de l'Onu, les pays membres du Conseil de sécurité discuteront de la limitation volontaire de l'utilisation du droit de veto.

La Russie et la Chine sont hostiles à toute suppression ou à limitation de l'utilisation du droit de véto au Conseil de sécurité des Nations unies, alors que les Etats-Unis ne se sont toujours pas exprimés explicitement sur ce point. Le Royaume-Uni est l'unique pays parmi les membres permanents du Conseil de sécurité à avoir ouvertement soutenu l'initiative de Paris.

Le Conseil de sécurité est composé de 15 membres, dont cinq permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) qui disposent d'un droit de veto. Si Paris et Londres ne bloquent que très rarement le vote de résolutions, Washington, Pékin et Moscou sont plus enclins à recourir au veto.


Les Etats-Unis s'opposent régulièrement aux résolutions condamnant Israël, tandis que Pékin et Moscou ont bloqué plusieurs résolutions sur la Syrie.

Dossier : 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu (25)

Lire aussi:

Kiev veut restreindre le droit de veto de la Russie à l'Onu

Onu: la proposition de supprimer le droit de veto fait polémique

La Lituanie veut restreindre le droit de veto à l'Onu

 

Poutine à l'Onu: suivez l'intervention historique avec Sputnik à 15 h 30 GMT

C'est une page de l'histoire qui se tourne et nous n'allons sûrement pas manquer cela !

Poutine à l'Onu: suivez l'intervention historique avec Sputnik! 

11:00 28.09.2015 (mis à jour 11:39 28.09.2015)

Le président russe Vladimir Poutine à l'Onu

A ne pas manquer: dix ans plus tard, le président russe sera de nouveau à la tribune de l'Assemblée générale de l'‪Onu.

Vladimir ‪‎Poutine prononcera un discours ce lundi dans le cadre de la 70e session de l'Assemblée générale de l'‪Onu: suivez-le en direct sur Sputnik! Le discours débutera à 15h30 GMT.

Dans l'attente de l'intervention du chef du Kremlin, nous vous proposons de revivre les discours les plus marquants prononcés par Vladimir Poutine en 2000-2015.

 

Le discours de Sergueï Lavrov à l'AG de l'Onu

Qui a déjà bien préparé le terrain en faveur de Poutine !

Le discours de Sergueï Lavrov à l'AG de l'Onu

16:21 27.09.2015(mis à jour 19:13 27.09.2015)

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

 

Aujourd'hui, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a prononcé un discours à la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu, lors du sommet consacré à l'adoption du programme de développement pour l'après-2015.

  La Russie, leader mondial en termes de réduction des gaz à effet de serre

La Russie est le leader mondial en termes de réduction cumulative des émissions de gaz à effet de serre et compense ainsi la hausse des émissions dans d'autres pays et régions du monde.

  18:54

Il faut mettre fin aux actions illégitimes et restrictives

La pratique d'introduire des mesures unilatérales de contrainte et contrevenant à la Charte des Nations Unies contredisent la réalisation des buts du développement durable. Il faut mettre fin à de telles actions illégitimes et restrictives nuisant aux principes de marché dans les domaines du commerce, des finances, des technologies et des investissements. Cela concerne la levée de l'embargo à l'encontre de Cuba et également d'autres sanctions introduites arbitrairement en contournant le Conseil de sécurité de l'Onu.

  18:52

La Russie reste un fidèle partisan du renforcement de l'interaction régionale

La Russie reste un fidèle partisan du renforcement de l'interaction régionale et notamment de l'intégration dans l'espace eurasien. L'Union eurasiatique récemment créée devient un facteur important dans la mise en place de conditions propices destinées à assurer une croissance économique durable de ces pays membres.

  18:52

Nous appelons à des efforts plus constants axés sur une réforme des structures dirigeantes

Nous appelons à des efforts plus constants axés sur une réforme des structures dirigeantes, notamment du FMI et de la Banque mondiale via la consolidation des positions des pays en développement. Nous considérons qu'il est nécessaire d'accroître l'efficacité de l'interaction entre l'Assemblée générale de l'Onu, l'ECOSOC, les institutions de Bretton Woods et l'OMC dans l'intérêt de l'harmonisation de la gestion des systèmes monétaire, financier et commercial mondiaux. Dans ce processus, nous voyons également un rôle important des institutions spécialisées des Nations unies.

John Kerry et Sergueï Lavrov

Syrie: les USA désormais plus réceptifs à la position russe

16:43 23.09.2015

Washington se fait de plus en plus attentif aux arguments de Moscou concernant la nécessité d'aider Bachar el-Assad à combattre Daech.

En savoir plus

  18:51

La Russie prône la création d'un ordre économique mondial plus juste, un développement mondial plus gérable.

En dépit de conditions économiques difficiles, la Russie reste un partenaire fiable des pays en développement dans la lutte contre leurs problèmes les plus graves, dont le sida, la tuberculose et le paludisme. L'octroi de l'aide aux pays en développement représente un investissement dans la stabilité internationale.


La Russie prône la création d'un ordre économique mondial plus juste, un développement mondial plus gérable. Nous appelons à agir en s'appuyant sur les normes universellement reconnues du droit international, dans un esprit de prise de décision collective. Nous renforcerons la coopération avec nos partenaires dans le cadre de formats prometteurs, notamment le G20 et les BRICS. Nous sommes ouverts au dialogue dans le cadre d'autres structures informelles, tout en respectant le rôle central de coordination de l'Onu.

  18:49

Nous ne forçons pas d'autres pays à accepter des modèles et des valeurs politiques

La Russie salue l'agenda dans le domaine du développement-2030, et est prête à contribuer activement à sa réalisation, à tous les niveaux.

La Russie continue à contribuer à la création du potentiel économique, intellectuel, informatique, scientifique des pays-partenaires. Nous allons continuer à les aider à utiliser le plus efficacement possible les opportunités sur les marchés mondiaux des produits et des services, à diversifier les liens économiques, à participer aux processus d'intégration, à utiliser le potentiel des femmes et des jeunes, à créer des possibilités pour l'avenir de nos enfants.


L'aide de la Russie vise à la résolution des problèmes les plus importants des pays pauvres. Dans le même temps, nous ne donnons pas de leçons à ces pays et ne les forçons pas à accepter des modèles et des valeurs politiques. La tâche clé de la politique russe est d'alléger le poids de la dette. Dans le cadre de l'initiative envers les pays les plus endettés, la Russie a annulé la dette des pays africains pour 20 milliards de dollars.

  18:49

Beaucoup de gouvernements ne sont pas toujours capables de surmonter les défis liés au développement

Monsieur le président,
Messieurs les délégués,
Mesdames et messieurs,


La formation d'un partenariat global dans les intérêts du développement a été l'un des plus importants acquis de l'Onu, dont nous pouvons être fiers.

 
La lutte contre la pauvreté et la faim, l'accès aux services de santé et à l'éducation pour des millions de personnes dans le monde entier, la baisse du niveau de mortalité infantile, constituent des succès indéniables de l'Onu. Mais tous ces progrès ne sont pas un prétexte pour nous reposer sur nos lauriers.

 
Beaucoup de gouvernements ne sont pas toujours capables de surmonter les défis liés au développement, vu le contexte d'instabilité politique, des discriminations, et ces pays ont besoin d'un soutien international d'envergure.

  18:28

Le ministre russe a également prévu de tenir des pourparlers avec ses homologues syrien Walid Mouallem, l'Iranien Mohammad Javad Zarif, le Grec Nikos Kotziasom et le Chinois Wang Yi, ainsi qu'avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi.

Cent soixante-dix sujets figurent à l'ordre du jour de la 70e session de l'Assemblée générale, notamment les questions de maintien de la paix et de sécurité, la prévention des conflits armés, la lutte contre le terrorisme, la discrimination raciale et la xénophobie, la protection de l'environnement, la contribution au développement stable des pays, le respect du régime de non-prolifération nucléaire, la protection des droits de l'homme et la garantie de la primauté du droit.

L'Assemblée générale de l'Onu s'annonce chargée pour Lavrov

L'AG de l'Onu s'annonce chargée pour Lavrov

10:48 26.09.2015

Sergueï Lavrov s'est rendu aujourd'hui à New York pour participer à la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu.

En savoir plus

  18:28

M. Lavrov s'est rendu à New York le 26 septembre. L'agenda du chef de la diplomatie russe s'avère particulièrement chargé car il contient plus de 50 rendez-vous.

Aux Etats-Unis, M.Lavrov devrait rencontrer le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini, le secrétaire d'Etat américain John Kerry ainsi que le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

 

 

 



 

Assemblée générale de l'Onu: Poutine conduira la délégation russe

Journée décisive donc pour Poutine, la Russie et pour transformer le monde !

 

Assemblée générale de l'Onu: Poutine conduira la délégation russe

17:33 28.08.2015

Vladimir Poutine

La délégation russe à la 70e session de l'Assemblée générale des Nations unies sera conduite par le président russe Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine conduira la délégation russe à la 70e session anniversaire de l'Assemblée générale des Nations unies qui se déroulera à New York en septembre, rapporte le service de presse du Kremlin. 

"Le calendrier des rencontres éventuelles de Vladimir Poutine en marge de la session est en cours d'étude et sera plutôt bref", a indiqué Iouri Ouchakov, assistant du président russe. 

Forte de dix personnes, la délégation russe comprendra, à part le chef de l'Etat, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et son adjoint, Guennadi Gatilov; l'assistant du président russe, Iouri Ouchakov; le chef de la commission pour les Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev; le chef de la commission pour les Affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe), Alexeï Pouchkov; l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak; le délégué permanent russe auprès de l'Onu, Vitali Tchourkine; le directeur du Département des organisations internationales du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Pankine, et le directeur du Département des questions de la non-prolifération et du contrôle des armements du ministère des Affaires étrangères, Mikhaï Oulianov. 

Vladimir Poutine était déjà intervenu devant l'Assemblée générale des Nations unies en 2000 (Sommet du Millénaire), en 2003 (58e session) et en 2005 (60e session). En 2009, Dmitri Medvedev, alors président de Russie, s'était rendu à la session de l'Assemblée générale de l'Onu.