Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2015

Poutine : on ne sait pas qui est à la tête de l'Armée syrienne libre

Le culot d’Hollandouille, toujours dans la même perspective de faire remplacer Assad, d’avoir osé proposer à Poutine lors de sa venue à Paris, de faire s’associer l’armée d’el-Assad et la soi-disant Armée syrienne libre, constituée soi-disant par l’opposition modérée à Assad !

Elle est tellement modérée qu’elle est appelée « Armée Libre » donc une aile des mercenaires armés et financés par les USA et leurs alliés criminels !

Désolés, mais nous, nous ne connaissons pas de "terroristes modérés" !

 Poutine : on ne sait pas qui est à la tête de l’Armée syrienne libre

7 oct. 2015, 13:21

Vladimir Poutine et Sergueï Choïgou

Source: RIA NOVOSTI

Vladimir Poutine et Sergueï Choïgou

Le président français a proposé de réunir les forces du président el-Assad et de l’Armée syrienne libre pour lutter contre l’Etat islamique, a révélé Vladimir Poutine, pour qui cette structure reste fantôme.

«Lors de ma dernière visite à Paris, le président français François Hollande a exprimé une idée intéressante en disant qu’il fallait réunir les efforts de l’armée d’el-Assad et de la soi-disant Armée syrienne libre», a déclaré Vladimir Poutine alors qu'il rencontrait Sergueï Choïgou, son ministre de la Défense, le 7 octobre.

Cependant, le président russe a ajouté que la Russie ne savait pas exactement où cette Armée syrienne libre se trouvait et qui était à sa tête.

«Si nous considérons que l’Armée syrienne libre est une aile militaire de la soi-disant partie saine de l’opposition, l’unification de leurs forces contre l’ennemi commun, Daesh, le Front al-Nosra et les autres organisations terroristes, pourrait créer une bonne condition pour un règlement politique en Syrie», a ajouté le président russe.

D’après lui, c’est une solution politique qui doit mettre fin aux conflits comme celui qui se déroule en Syrie. «Des conflits de ce genre doivent être réglés par des solutions politiques», a martelé Vladimir Poutine.

De plus, le président russe s'est félicité de l'efficacité des missiles russes qui ont atteint des cibles de Daesh à 1 500 km de distance.

«Le fait que nous ayons lancé des missiles depuis la mer Caspienne à une distance de 1 500 kilomètres et ayons atteint toutes nos cibles, cela témoigne de la bonne préparation des entreprises du complexe militaro-industriel et de leurs personnels», a déclaré Vladimir Poutine.

Dans ce contexte, le président russe a loué l’action pilotes russes engagés dans l’opération militaire en Syrie. «Bien sûr, les pilotes qui travaillent en Syrie méritent une reconnaissance particulière, ainsi que les marins de la flotte de la Caspienne, comme l’a montré l’utilisation des armes de précision», s’est félicité le maître du Kremlin.

Depuis une semaine, l’aviation russe bombarde les positions des terroristes en Syrie et a réalisé à ce jour plus de 120 sorties. Maintenant, les forces navales se sont jointes aux forces aériennes pour mener à bien l’opération anti-terroriste.

 

Syrie : les pilotes américains et alliés ont reçu l'ordre de ne jamais bombarder les djihadistes d' Al-nosra

Selon Le Canard Enchainé du 6/10/2015

Ensuite les traîtres viendront nous dire comme Merkel: la paix en Syrie se fait attendre malgré les efforts de l'Occident, et Holl’andouille : Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

Merkel: la paix en Syrie se fait attendre malgré les efforts de l'Occident
Les efforts politiques et diplomatiques déployés par l'Occident n'ont toujours pas apporté la paix en Syrie, déplore la chancelière allemande.

La paix ne revient toujours pas en Syrie en dépit de tous les efforts que déploie l'Occident, alors que les groupes terroristes gagnent en puissance, a reconnu mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, intervenant devant le Parlement européen à Strasbourg

Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

«Débarrasser la Syrie de Daesh et de Bachar el-Assad»

Réitérant son credo, le président de la République a déclaré que les terroristes de l'Etat islamique (Daesh) «en veulent à nos valeurs démocratiques, à ce que nous représentons», appelant les pays européens à être «solidaires, responsables et fermes» face à l'islamisme radical.

Néanmoins, François Hollande estime que le régime du président el-Assad «continue à nourrir ce désastre», et le président français d'affirmer, à propos de la rébellion syrienne, qu'il est «impossible de réunir l'opposition modérée pacifique, démocratique et le bourreau du peuple syrien». 

Syrie : les pilotes américains et alliés ont reçu l’ordre de ne jamais bombarder les djihadistes d’ Al-nosra

19h22
Le Canard Enchainé – 6/10/15

Nouvelle image (1).jpg

 

 

 

 

Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

L’agent sioniste qui mène la politique d’Israël en France a encore trop parlé !

C'est la faute d'Assad et de Poutine qu'il faut sanctionner !

Le criminel qui a fait massacrer des enfants en Syrie en violation du Droit international sans l'accord d'Assad, continue d’avoir la prétention d’exiger le départ de celui-ci de la présidence; le rendant responsable de la crise humanitaire qui sévit en Europe, grâce, entre autres, à ses bons soins de traître à la nation Française et pour participer à des actions militaires illégales et il se félicite d'avoir pris avec les pays nazis européens des sanctions contre la Russie !

Nous, on ne veut pas qu’Assad s’en aille, car c’est à son peuple de le décider, par contre plus de 90 % des Français,  demandent à Holl'andouille de dégager !

Mais que fait l’armée Française pour organiser un coup d’état militaire ?

Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

7 oct. 2015, 15:47

François Hollande à la tribune du Parlement Européen de Strasbourg.

© Capture d'écran.

François Hollande à la tribune du Parlement Européen de Strasbourg.

François Hollande s'est exprimé devant le parlement européen de Strasbourg en évoquant notamment les questions de la Syrie et de l'Ukraine avec des propos plus alarmistes que lors du sommet au format Normandie de la semaine dernière.

«Alors que l'Europe doit déjà affronter une crise financière et sociale, désormais elle doit également faire face à une crise humanitaire sans précédent avec cet afflux de réfugiés provoqué par la déstabilisation de régions au Moyen-Orient et en Afrique où sévissent la violence et la haine religieuse», a déclaré le président de la République.

Tout au long de son discours, François Hollande s'est appuyé sur trois termes principaux rassemblés en un seule et même slogan : «Solidarité, responsabilité, fermeté».

Ce credo est valable d'une part pour la lutte contre le terrorisme «qui vise notre mode vie, nos idéaux, notre culture, l'âme de nos pays».

D'autre part, ce même credo est valable pour la question des réfugiés car il est «du devoir de l'Europe d'aider les populations en détresse, mais également les Etats frontaliers européens qui subissent les pressions de l'afflux de réfugiés et doivent faire face à une situation extrêmement complexe».

Ukraine : un discours plus alarmiste qu'au format Normandie

Evoquant la situation en Ukraine, François Hollande s'est montré bien moins optimiste que lors du sommet au format Normandie, lors duquel il avait salué le «bon respect des accords de Minsk» qui donnait grand espoir pour l'accomplissement du processus de Paix «d'ici le début de l'année 2016».

En effet, à la tribune du Parlement européen, le président de la République, omettant les aspects positifs évoqués lors du sommet, a préféré rappeler que l'Europe avait dû faire face à «une violation brutale du droit international» et qu'elle devait maintenant «tout faire pour empêcher une guerre aux portes de notre continent», ajoutant que l'UE des 28 avait pris une décision «exemplaire» en infligeant des sanctions économiques à la Russie.

En savoir plus : Crise du Donbass : le «Format Normandie» en direct

Pourtant, même le président ukrainien Petro Porochenko avait salué ce matin «une véritable trêve» dans l'Est de l'Ukraine. 

«Débarrasser la Syrie de Daesh et de Bachar el-Assad»

Réitérant son credo, le président de la République a déclaré que les terroristes de l'Etat islamique (Daesh) «en veulent à nos valeurs démocratiques, à ce que nous représentons», appelant les pays européens à être «solidaires, responsables et fermes» face à l'islamisme radical.

Néanmoins, François Hollande estime que le régime du président el-Assad «continue à nourrir ce désastre», et le président français d'affirmer, à propos de la rébellion syrienne, qu'il est «impossible de réunir l'opposition modérée pacifique, démocratique et le bourreau du peuple syrien». 

Pour le chef de l'Etat, la situation en Syrie concerne l'Europe toute entière et les actions qu'elle devra entreprendre détermineront pour longtemps la stabilité dans la région.

 

 

07/10/2015

Washington refuse de partager avec Moscou les coordonnées de l'EI

Voilà comment Poutine a piégé les criminels US et de l’OTAN et pour tester leur réelle volonté de s’allier à la lutte contre leurs propres mercenaires en leur demandant de leur communiquer les coordonnées des bases de l'EI qu'ils refusent de communiquer.

Ils font ainsi la démonstration mondiale qu’ils soutiennent leurs mercenaires en Syrie et qu’ils n’ont aucune intention de s’allier avec Poutine dans la lutte contre les mercenaires criminels en refusant de communiquer leurs positions.

C’est sûr qu’ils ne vont pas donner les coordonnées de ceux qu’ils protègent !

 

Washington refuse de partager avec Moscou les coordonnées de l’EI

14:26 07.10.2015(mis à jour 14:38 07.10.2015)

La Maison Blanche

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant demandé à la coalition menée par les Etats-Unis de fournir les coordonnées des terroristes de l’Etat islamique en Syrie.

L’Otan ne partagera pas ses données de renseignement avec Moscou tant que la Russie soutiendra le régime du président Bachar al-Assad, a déclaré le représentant permanent des Etats-Unis auprès de l’Otan Douglas Lute.

"Nous avons peut-être un intérêt commun, vaincre l’EI. Cependant, nous n’avons pas d’objectif commun concernant le soutien au régime d’Assad. De façon évidente, les forces russes agissent pour soutenir Assad, cependant les membres de la coalition internationale estiment qu’Assad doit partir. Tant que nous n’avons pas une coïncidence de buts dans ce domaine (…) nous ne partagerons pas les informations de notre renseignement", a-t-il déclaré lors d’un briefing téléphonique.

 

Urgent: Poutine à la coalition US: donnez-nous les coordonnées des bases de l'EI

Comme vous le savez depuis le début des opérations militaires russes, les USA et autres mafieux du genre, tentent de mettre des entraves aux actions menées par la Russie en Syrie, en essayant de soudoyer Poutine pour le faire rentrer dans la coalition internationale illégale !

Donc, Poutine les a piégés en leur demandant de lui donner les coordonnées des bases militaires de l'EI en Syrie pour faire ressortir que bien qu'ils sachent où se trouvent leurs mercenaires depuis plus d'1an, que ces derniers les couvrent et les soutiennent.

Ce dont Poutine n'a pas besoin ayant créé une coalition entre les armées Syrienne, Irakienne et Iranienne, plus les satellites militaires russes qui couvrent le monde entier, suffisent à leur permettre d'avoir déjà étayé leur cartographie ! 

 

Poutine à la coalition US: donnez-nous les coordonnées des bases de l'EI

13:29 07.10.2015(mis à jour 14:38 07.10.2015)

Russian President Vladimir Putin

 

Le ministère russe de la Défense est prêt à conclure avec les Etats-Unis un accord visant à coordonner les actions des deux pays en Syrie, a de son côté annoncé le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

"S’ils confirment qu’ils connaissent la situation mieux que nous, car ils travaillent depuis plus d’un an sur le territoire syrien… soit dit en passant illégalement — et je ne me suis pas privé de le leur dire… Donc s’ils travaillent et connaissent la situation de façon plus approfondie, qu’ils nous donnent les cibles qu’ils ont détectées sur cette période, et nous allons y travailler", a souligné le président russe lors d'une rencontre avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 Evoquant les actions ultérieures de l’aviation russe en Syrie, M.Poutine a indiqué qu’elles seraient "coordonnées avec les actions de l’armée syrienne au sol".

"Les actions de nos forces aériennes soutiendront ainsi efficacement les opérations offensives de l’armée syrienne", a-t-il poursuivi.

Le ministère russe de la Défense est prêt à conclure avec les Etats-Unis un accord visant à coordonner les actions des deux pays en Syrie, a annoncé de son côté M.Choïgou.

"Nous avons réalisé une vidéoconférence avec nos collègues américains et commencé à évoquer les questions liées au travail conjoint, à la sécurité sur ce territoire. Nous avons achevé l’examen d’un document, fourni par le Pentagone, et aujourd’hui nous allons indiquer que nous sommes prêts à harmoniser ce document et à lancer le travail le concernant", a poursuivi le ministre.