Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2015

Les USA demandent à l'Irak de garder secrets leurs renseignements communs

Les USA ont très peur !

En fait, ils demandent à l’Irak de ne pas dire à la Russie que l’EI ce sont eux, autrement depuis plus d’1 an qu’ils sont sur le terrain, l’armée la plus puissante du monde aurait débarrassé l’Irak de leur mercenaires/salariés !

D’où le fait que le Pentagone s’inquiétait de la création de la coalition entre la Russie, la Syrie, l’Iran et l’Irak !  

Comme si la Russie avec ses agents secrets et ses satellites militaires ne savait pas déjà  qu’USA/ISIS/DAESH/AL-Qaïda/Israël/Turquie/Ryad, étaient la même entité !

Du reste Poutine ne s’est pas gêné pour dire qu’il savait ce qui se passait au Moyen Orient et en Afrique ! Il ne lui reste qu’à dire très clairement qui finance tous ces mercenaires.

Poutine: Nous savons ce qui se passe au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Le jouet de l'Empire : ISIS/DAESH/DAECH/EI. Création, financement, armement.

Poutine à l’ONU sur les révolutions « démocratiques » : Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ?

Les USA demandent à l'Irak de garder secrets leurs renseignements communs

 21:36 01.10.2015(mis à jour 21:38 01.10.2015)

Département américain de la Défense

Le ministre irakien de la Défense a assuré aux Etats-Unis que les informations secrètes reçues de leur part ne seraient pas transmises aux militaires russes. Selon Washington, les échanges d'informations avec Bagdad causent un "préjudice catastrophique" aux combattants de Daesh.

Le Pentagone espère que les autorités irakiennes ne transmettront pas à un pays tiers — en l'occurrence la Russie — les renseignements que les Etats-Unis communiquent à Bagdad dans le cadre de l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (Daesh), a déclaré le porte-parole du département américain de la Défense, le colonel Steve Warren.

"Le ministre irakien de la Défense nous a assuré que les informations secrètes que nous leur transmettons seraient protégées", a indiqué le colonel lors d'un point de presse à Washington. Il répondait à la question de savoir s'il existait un risque de voir les militaires irakiens partager ces informations avec les Russes. "Nous procédons à un très bon échange d'informations avec la partie irakienne, ce qui cause un préjudice catastrophique à l'ennemi", a ajouté le porte-parole.

La Russie, l'Iran, l'Irak et la Syrie ont mis en place un centre d'information conjoint à Bagdad afin de coordonner la lutte contre l'Etat islamique. Ce centre est chargé de recueillir, de traiter et d'analyser les informations sur la situation militaire dans la région et de les transmettre aux états-majors de ces pays.

 

Syrie: l'Occident jaloux du succès de la Russie

Nous sommes bien d'accord avec cette analyse.

 
Syrie: l'Occident jaloux du succès de la Russie

 20:44 01.10.2015 (mis à jour 21:34 01.10.2015)

Frappes russes en Syrie

Face aux djihadistes, l'Occident préférerait perdre la Syrie et même d'autres pays de la région plutôt que de soutenir la politique de Moscou, estime un parlementaire russe.

L'attention du monde entier est aujourd'hui portée sur la Syrie et à la Russie, seul pays capable de désamorcer la crise syrienne, a estimé jeudi Konstantin Kossatchev, chef de la commission des Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

"Du moment que l'armée syrienne est la seule structure armée qui mène au sol le combat contre l'Etat islamique, l'unique variante efficace d'utilisation de l'aviation dans cette guerre passe par la concertation d'actions entre "terre" et "ciel", soit par la coordination avec l'armée syrienne", a déclaré M.Kossatchev devant les journalistes à Moscou.

Et d'ajouter que la Russie était le seul pays prêt à une telle coordination et qui la réalisait déjà.

"C'est l'unique chance pour réussir l'opération", a souligné le sénateur, ajoutant cependant que l'Occident avait déjà lancé une véritable guerre de l'information contre la Russie.

Selon le sénateur, tout porte à croire que l'Occident ne peut supporter l'idée même de succès qui soit associé à la Russie.

"Préfère-t-il perdre la Syrie et même d'autres pays de la région face aux islamistes plutôt que de soutenir la Russie, du moins ne pas l'empêcher d'accomplir une tâche commune et très importante pour l'ensemble de l'humanité", s'interroge M.Kossatchev.

L'Armée de l'air russe a entamé mercredi 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustibles appartenant à l'EI.

 

01/10/2015

Efficacité inouïe d'une frappe US en Syrie: deux excavateurs anéantis !

La plus grande et la plus efficace armée du monde, est juste capable d'anéantir 2 excavateurs (engins de terrassement) et s'en est félicité !

Nous avons ainsi la preuve qu'ils  sont sur place pour laisser faire leurs mercenaires pour qu'ils finissent par s'accaparer tout le territoire et ses richesses, au profit du Grand Israël !

Et toute cette mascarade coûte combien au peuple Américain ?

Efficacité inouïe d'une frappe US en Syrie: deux excavateurs anéantis !

19:19 01.10.2015(mis à jour 19:49 01.10.2015)

Frappe US en Syrie. Image d'illustration

La seule frappe effectuée mercredi en Syrie par l'aviation américaine a permis de détruire deux excavateurs.

La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis a effectué mercredi une seule frappe aérienne contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) près de la ville syrienne de Mara, à 30 kilomètres au nord d'Alep, a annoncé jeudi le commandement de la coalition.

Selon le commandement, un drone a détruit deux excavateurs (engins de terrassement) appartenant aux djihadistes.

En Irak, les avions de la coalition ont porté 20 frappes contre l'EI avant de regagner leurs bases.

L'aviation des Etats-Unis et de leurs alliés bombardent les positions de l'EI en Syrie depuis près d'un an sans l’aval du Conseil de sécurité de l'Onu et ni du gouvernement syrien.

"Le territoire contrôlé par l'EI en Syrie ne cesse de s'élargir depuis le début des frappes américaines", a déclaré jeudi l'ambassadeur de Syrie en Russie Riad Haddad.

La Russie a aussi lancé une opération aérienne contre l'EI en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad. Ses avions ont détruit mercredi des postes de commandement, des sites militaires et des dépôts de munitions des djihadistes, notamment un état-major et un dépôt de munitions près d'Idlib, ainsi qu'un poste de commandement renforcé à trois niveaux près de Hama.

Moscou a informé les Etats-Unis et leurs alliés de son opération avant de les appeler à éviter l'espace aérien syrien. Le Pentagone a toutefois déclaré que l'aviation de la coalition poursuivrait ses raids comme prévu.

 

 

Benyamin Netanyahou réalise un discours théâtral à la tribune des Nations-Unies

Encore le psychopathe à l'oeuvre de la calomnie et en pleine crise de paranoïa !

Il ferait mieux d'arrêter les amphétamines ou le LSD, celui-ci !

Ils en ont encore beaucoup comme cela dans les rangs sionistes ?

Entre Porc'ochenko et lui, nous sommes servis ! L'hôpital psychiatrique en plein délire ?

A quand l'internement psychiatrique salutaire pour nous tous ?

Et la Palestine occupée, on en parle quand, très sérieusement ?

Benyamin Netanyahou réalise un discours théâtral à la tribune des Nations-Unies

 

Benyamin Netanyahou à la tribune de l'ONU

Benyamin Netanyahou à la tribune de l'ONU

Le premier ministre israëlien s'est exprimé lors du quatrième jour de Débat à l'Assemblée Générale des Nations unies. Dans un discours enflammé, mais sans surprise, il a évoqué l'accord sur le nucléaire iranien et la situation en Palestine.

Dans un discours solennel et enflammé, le Premier ministre israélien a commencé par revenir sur l'accord sur le nucléaire iranien. 

«Pensez-vous vraiment qu'un tigre féroce va du jour au lendemain devenir un gentil matou ?» a-t-il déclaré en ironisant.

«Pensez vous vraiment qu'une théocratie qui conquiert ses voisins et utilise le terrorisme partout dans le monde et souhaite la mort d'Israël et de l'Amérique va changer sa méthode ?» a-t-il poursuivi, ajoutant à l'adresse de la communauté internationale que «lorsqu'on récompense un mauvais comportement, ce dernier ne fait qu'empirer». 

Pour Benyamin Netanyahou, l'islam militant allié à l'arme nucléaire représente «le danger absolu» et tandis que «beaucoup se réjouissent de cet accord», l'Iran veut en fait «annihiler Israël».

Montrant ensuite un livre qu'il dit être celui du guide suprême d'Iran, l'Ayatollah Khamenei, Netanyahou a cité ce dernier qui aurait assuré dans son ouvrage que «dans 25 ans, Israël n'existera plus». 

70 ans après l'Holocauste, un pays clame haut et fort vouloir détruire mon peuple, mon pays ! Et que dit la communauté internationale ? Rien ! Quelle est sa réaction ? Un silence assourdissant !

En orateur enflammé, Benyamin Netanyahou a ensuite laissé planer un silence complet sur toute l'assemblée durant une minute complête, le regard grave, avant d'enchaîner : «Peut-être que si un pays voulait votre mort et votre destruction, seriez-vous moins enthousiastes !»

Netanyahu at UN: Israel is on frontlines in fight against barbarism, Israel is defending you http://t.co/FZqFRebWuT pic.twitter.com/tZ6vlUqd0g

Netanyahou a affirmé avec assurance que l'Iran disposait bien de missiles pouvant atteindre Israël, mais que son but était aussi «d'atteindre l'Europe» et «detruire tout et n'importe qui».

Le peuple juif a connu ce qu'était le prix du silence et ne se taira pas face à ses ennemis génocidaires, cela est du passé !

Poursuivant sur Israël et le peuple juif, le Premier ministre Netanyahou a affirmé que «Tout le monde a toujours voulu nous détruire, Babylone, Rome, l'inquisition sous le Moyen-Age, l'Holocauste, et aujourd'hui un Etat terroriste extrémiste et génocidaire», ajoutant qu'Israël «n'a que 67 ans, mais que le peuple juif , lui, a 4000 ans et vivra toujours».

En conclusion de son discours plus long que la moyenne, le Premier ministre israélien a rappelé que les Etats-Unis étaient le partenaire principal d'Israël et que leur amitié était «inébranlable».

Puis, évoquant la situation palestinienne, il a affirmé être «prêt à la réouverture des négociations avec la Palestine», assurant qu'Israël voulait «la Paix», avant de déplorer les «mensonges» de son homologue palestinien Mahmoud Abbas, l'invitant à «discuter» avec Israël.

 

 

 

 

USA et prix nobel de la paix.... Vraiment ?

Nous vous laissons juges !

Nouvelle image (3).jpg