Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2009

USA : Fabricants de terreur : 1)

Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux

Non, décidément l’occasion est trop belle. Cela fait des mois que je vous parle de la « guerre au terrorisme » si cher à notre ancien dirigeant US. Maintenant que ce mot a été banni officiellement par la nouvelle administration, on s’aperçoit du tort qu’elle a pu faire dans les esprits. Chaque jour, depuis huit ans maintenant on a maintenu les américains dans une espèce de paranoïa assez délirante, en tenant chaque jour devant leurs yeux le chiffon rouge des attentats de Ben Laden, et en profiter pour en fait aller espionner le moindre détail de leur vie privée. Oui, mais, bien entendu, c’était pour leur bien : celui d’aller capturer Ben Laden, présenté comme le grand méchant loup ou le capitaine crochet de la vilaine histoire. On a bercé l’Amérique pendant huit années avec des fables grossières, dont l’une des moindres était les armes de destruction massives détenues par un dictateur, et une autre qu’un troglodyte perdu au milieu du Pakistan arrivait à coordonner des attaques à 10 000 km de distance à l’aide de téléphones Nokia comme celui que vous possédez, ou tout comme. Il est vrai que ces derniers temps on l’avait aussi déguisé en barbe noire, notre reclus invisible, et qu’on lui avait repeint son studio couleur terre de Sienne. Non, décidément, les américains en auront mangé, matin midi et soir du 11 septembre et du Homeland Security. Et comme si ça ne suffisait pas, on était même en train de préparer la génération suivante d’obsédés du 11 septembre. Oui, en les prenant dès la maternelle !

Figurez-vous en effet qu’on vient de retrouver un livre d’enfants, un album de coloriage comme il en est distribué des milliers dans le monde, alors que celui-là est fort particulier.Il a été proposé par la FEMA, l’organisme qui se charge de gérer les catastrophes aux Etats-Unis. L’organisme en propose toujours, à cette adresse par exemple. En résumé, le petit américain ou la petite américaine peut s’amuser avec des images expliquant ce qu’est l’arrivée d’un cyclone comme Katrina. C’est là qu’on s’aperçoit en effet à quel point ça a dû être un traumatisme pour les américains.... Bon, pourquoi pas.... les américains sont tellements BD se dit-on (quand on voit la place dans leurs films des séries nazes de Marvel Comics, il y a de quoi être atterré )... mais non ; il y a eu pire, fort récemment, un des albums à colorier destiné aux trois ans d’âge proposait .... la vision en page 12 de deux tours en feu avec un avion qui se précipitait dedans... oui, vous ne rêvez pas. C’est visible ici. Evidemment, après le barouf fabriqué par des associations de parents, le dessin a été retiré du site internet de la FEMA. On aurait pu craindre pour l’année prochaine le coloriage d’images des tortures des prisonniers d’Abu Graib, à ce stade avancé de l’irresponsabilité. Vu qu’Obama ne souhaite plus en montrer... de photos, va peut-être falloir les dessiner à la place.

Bien entendu, on a interpellé les auteurs. La réponse de la responsable de ce gâchis de communication, Rose Olmsted, est à la taille de sa bêtise : "It was developed to help children make some sense after a disaster," "Ça a été fait pour que les enfants prennent conscience d’un désastre".... à trois ans ? Comme le dit un site, heureusement, le gamin ne doit mettre que de l’orange du jaune et du rouge à l’emplacement des flammes. Les corps des suicidés tombant des étages n’ont pas été dessinés, il est vrai, rassurons les parents. "Thankfully, the book stops short of featuring desperate victims plummeting to their deaths amid the bales of smoke". Passons sur l’idée de base, celle de faire assimiler à un gamin en bas âge ce qu’est une catastrophe majeure, nous laisserons ça aux pédiatres si vous le vouliez bien. Personnellement je trouve ça catastrophique, sans jeu de mots. Car ce n’est pas le fond même du coloriage qui nous titille. Non, la question est plutôt de savoir pourquoi, dans cet ouvrage, Katrina n’est représenté que par un simple tourbillon dans le ciel.... alors que dans la même logique il y a largement de quoi faire plusieurs planches sur le sujet. Pourquoi donc la FEMA (Federal Emergency Management Agency) est-elle obnubilée par ce seul sujet ? Ah ça, mon bon monsieur...pour l’expliquer, il faut faire un peu d’histoire et revenir pas mal d’années en arrière. Rappelons tout d’abord que la FEMA a rassemblé des organismes jusqu’ici aussi épars et aussi divers que la Federal Insurance Administration, le National Fire Prevention and Control Administration, le National Weather Service Community Preparedness Program, la Federal Preparedness Agency ou les General Services Administration et la Federal Disaster Assistance Administration.

Créée en effet par Carter en 1979, la FEMA date d’avant l’ère Nixon, sous une autre forme, celle en particulier du Federal Disaster Assistance Administration, car à l’origine de son idée provient de la classique peur des années cinquante d’une attaque nucléaire sur le sol américain. Pure propagande. Une attaque qui ne pouvait être que russe, évidemment. Bien évidemment aussi, avec la peur panique de ce genre de choses, elle a bénéficié tout de suite de budgets plus que conséquents, y compris d’une bonne part de "black budgets", comme dans l’armée, à savoir l’usage sans contrôle d’une enveloppe globale dont le montant reste inconnu. De matériels sophistiqués également, et de personnels en masse, et surtout, en cas de catastrophe majeure de se substituer juridiquement aux institutions, grâce à un incroyable arsenal d’ordres éxécutifs qu’elle a le droit d’imposer dans tout le pays. Ainsi, elle bénéficie de l’Executive Order N°10990, qui permet au gouvernement de prendre le contrôle de tout mode de transport ou des autoroutes et ses ports, auquel on ajoute le N°11003, qui permet de bloquer aéroports et avions, ou le N°10995, qui permet au gouvernement de saisir et contrôler les médias et tous les moyens de communication en cas d’attaque étrangère. Mais aussi le N°10999 qui permet au gouvernement de saisir les ressources et les stock alimentaires, ou le N°11921 qui s’attaque aux avoirs des banques, ou enfin le N°11310 qui permet d’arrêter tous les étrangers, bref un arsenal qui ne ferait pas pâlir une société dictatoriale calquée sur les lois d’exceptions... hitlériennes. Des nazis qui dès 1933 avaient commencé par bâtir... des camps. Curieux parallèle.

Ne souriez pas : sur le net circulent de biens étranges photos de bien étranges endroits, tous gérés par la FEMA. Ils existent, sont entretenus, et sont bien inquiétants. Notre judicieux confrère John Lloyds vous en avait déjà parlé sur Agoravox en janvier dernier. On en dénombrerait 640 en tout à travers les Etats-Unis. Dans la grande peur de l’invasion des communistes, sous Truman, on avait en effet prévu de créer quelques centres de détention au cas où. "Les premières unités furent établies dans le cadre du plan d’urgence Security Portfolio qui, mis en œuvre, permettait au Président Truman de suspendre la Constitution et au FBI d’arrêter jusqu’à 20.000 personnes destinées à être placées en détention sans passer par la case procès. Le FBI était également en charge d’établir les camps et de dresser des listes de surveillance reprenant les noms d’individus considérés dangereux pour la sécurité intérieure du pays". Depuis, les plans auraient mûri et les listes auraient été mises à jour. Ces camps n’avaient rien à voir avec ceux qui ont servi à enfermer les résidents japonais sur le sol américain pendant la guerre (car il y en a eu, hélas !).

Question organisation, connaissant les progrès de l’informatique, voilà qui n’est pas franchement rassurant. En ce moment également, ce qui inquiète surtout certains c’est le remplissage de certains de ses endroits avec de bien étranges blocs de plastique. En réalité des... caveaux scellables destinées à recevoir les victimes d’une contamination massive ou leurs cercueils. Comme à Madison, en Georgie, ou à Beach Grove, dans l’Indiana. On ne sait qui a donné l’ordre de s’en équiper aussi massivement mais des vidéos montrent des stocks assez hallucinants de "black boxes"... correspondant selon les estimations à environ 500 000 victimes rien que pour le site de Madison ! Leur destination ne fait aucune doute : "caskets" (cercueils), confirme le fils du propriétaire du terrain interrogé sur place par l’enquêteur Dale Bohannon. Vérifications faites chez un constructeur, effectivement : ce ne sont pas exactement des cercueils, mais bien des caveaux, "garantis 100 ans" dit la publicité. Etanches, complètement étanches : "Airseal Vault double-seal concept : "Captured air principal"...as well as the security of a non" biodegradeable permanent plastic sealant." Des tombes, mais façon Tupperware !!! Effrayants endroits. Questionnée la FEMA n’a rien répondu sur ces dépôts et leur étrange contenu. Et tous les jours qui passent on en trouve de nouveaux....... où certains voient aussi passer de longs trains de la FEMA, ou sur des camions, chargés de ces inquiétants caveaux de plastique qui s’accumulent un peu partout dans le pays.

Tout cela ne serait pas si inquiétant s’il n’y en avait pas autant de disséminés... et surtout s"il n’y avait pas un Dick Cheney venu à quatre reprises déjà nous faire le coup de l’attaque bactériologique ou de type bombe sale sur les plateaux télévisés US. Son propos est très clair : une attaque bactériologique ou nucléaire se produira bientôt, pour sûr. "The biggest threat hasn’t changed... that you get a 9/11 type event where the terrorists are armed with something much more dangerous than an airline ticket and a box cutter. They’re equipped with a nuclear weapon or a biological agent of some kind. That’s the ultimate threat. It hasn’t happened yet, obviously, But if I were to sort of categorize worries or concerns that you have when you deal in this area, the potential ability of an al Qaeda organization or an al Qaeda group to get their hands on that kind of weapon and deploy it in the middle of one of our own cities...." Décidément, aux USA, le feuilleton Jericho, qui n’a pas eu le succès médiatique escompté, a eu au moins un fan : le vice-président.

La série avait pourtant fait l’objet de bonnes critiques et avait été nommée meilleure série TV aux Saturn Awards 2007. Les fans déçus avaient envoyé près de 10 tonnes de noix aux responsables de la chaîne CBS, en l’honneur de l’usage de ses noix comme monnaie dans la série...Le scénario qu’il développe était intéressant pourtant : les Etats-Unis victimes d’une attaque nucléaire multiple voient leur gouvernement éclater et des états faire sécession, notamment le... Texas, patrie d’origine de la famille Bush. Dans le trailer, une image surprenante avec une allusion directe... à la FEMA. Une porte, badigeonnée d’une signature en forme de tag : FEMA, 4, ID-25. L’expression d’un répertoire précis (ID) et d’une surveillance individuelle.

Cela est plutôt effrayant, n’augure rien de bon et s’articule autour d"une chose : cet organisme tentaculaire appelé FEMA. IL est donc grand temps de se pencher avec davantage de précisions sur son cas. C’est ce que je vous propose de faire dans les prochains épisodes.

 

Documents joints à cet article

Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux



Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux


Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux



Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux

Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux

Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux

Fabricants de terreur : 1) la prolifération des caveaux

 

Source : Agoravox

 

Humour : Bigard ne nie pas le 11 septembre

Bigard ne nie pas le 11 septembre mais dégomme la V.O.

Bigard ne nie pas le 11 Septembre mais il prend la version officielle avec d'énormes pincettes...nous aussi !!!
Bravo Bigard !


http://www.bigard.com/


A regardez absolument "11 Sep.2001:
l'Amérique découvre laVérité à la TV":

http://www.dailymotion.com/video/x9mgia_bigard-ne-nie-pas...

Bigard ne nie pas le 11 septembre mais dégomme la V.O
envoyé par papou679. - L'actualité du moment en vidéo.


Petite banniere 400x50

 

20:53 Publié dans Attentats, Terrorisme, Humour, Chants, Détente, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

La CIA sème la panique en Iran

Vous avez dit fraude électorale en Iran ?
Voilà qui sème la panique en Iran : La CIA.

De Mossadegh à Ahmadinejad -  La CIA et le laboratoire iranien
par Thierry Meyssan*

La nouvelle d’une possible fraude électorale s’est répandue à Téhéran comme une traînée de poudre et a poussé dans la rue les partisans de l’ayatollah Rafsanjani contre ceux de l’ayatollah Khamenei. Ce chaos est provoqué en sous-main par la CIA qui sème la confusion en inondant les Iraniens de messages SMS contradictoires. Thierry Meyssan relate cette expérience de guerre psychologique.

En mars 2000, la secrétaire d’État Madeleine Albright a admis que l’administration Eisenhower avait organisé un changement de régime, en 1953, en Iran et que cet événement historique explique l’hostilité actuelle des Iraniens face aux États-Unis. La semaine dernière, lors de son discours du Caire adressé aux musulmans, le président Obama a officiellement reconnu qu’« en pleine Guerre froide, les États-Unis ont joué un rôle dans le renversement d’un gouvernement iranien démocratiquement élu » [1].

À l’époque, l’Iran est contrôlée par une monarchie d’opérette dirigée par le chah Mohammad Reza Pahlavi. Il avait été placé sur le trône par les Britanniques, qui avaient forcé son père, l’officier cosaque pro-nazi Reza Pahlavi, à démissionner. Cependant, le chah doit composer avec un Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh. Celui-ci, avec l’aide de l’ayatollah Abou al-Qassem Kachani, nationalise les ressources pétrolières [2]. Furieux, les Britanniques convainquent les États-uniens qu’il faut stopper la dérive iranienne avant que le pays ne sombre dans le communisme. La CIA met alors en place l’Opération Ajax visant à renverser Mossadegh avec l’aide du chah, et à le remplacer par le général nazi Fazlollah Zahedi, jusque là détenu par les Britanniques. Il installera le régime de terreur le plus cruel de l’époque, tandis que le chah servira de couverture à ses exactions en posant pour les magazines people occidentaux.

L’opération Ajax fut dirigée par l’archéologue Donald Wilber, l’historien Kermit Roosevelt (le petit-fils du président Theodore Roosevelt) et le général Norman Schwartzkopf Sr. (dont le fils homonyme a commandé l’opération Tempête du désert). Elle reste un modèle de subversion. La CIA imagine un scénario qui donne l’impression d’un soulèvement populaire alors qu’il s’agit d’une opération secrète. Le clou du spectacle étant une manifestation à Téhéran avec 8 000 figurants payés par l’Agence pour fournir des photos convaincantes à la presse occidentale [3].

L’Histoire se répéterait-elle ? Washington a renoncé à attaquer militairement l’Iran et a dissuadé Israël de prendre une telle initiative. Pour parvenir à « changer le régime », l’administration Obama préfère jouer la carte —moins dangereuse, mais plus aléatoire— de l’action secrète. À l’issue de l’élection présidentielle iranienne, de vastes manifestations opposent dans les rues de Téhéran les partisans du président Mahmoud Ahmadinejad et du guide Ali Khamenei d’un côté, aux partisans du candidat malheureux Mir-Hossein Mousavi et de l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani de l’autre. Elle traduisent un profond clivage dans la société iranienne entre un prolétariat nationaliste et une bourgeoisie qui déplore d’être tenue à l’écart de la globalisation économique [4]. Agissant en sous-main, Washington tente de peser sur les événements pour renverser le président réélu.

Une nouvelle fois, l’Iran est un champ d’expérimentation de méthodes innovantes de subversion. La CIA s’appuie en 2009 sur une arme nouvelle : la maîtrise des téléphones portables.

Depuis la généralisation des téléphones portables, les services secrets anglo-saxons ont multiplié leurs capacités d’interception. Alors que l’écoute des téléphones filaires nécessite la pose de bretelles de dérivation, donc des agents sur place, l’écoute des portables peut se faire à distance grâce au réseau Échelon. Toutefois, ce système ne permet pas d’interception des communications téléphoniques via Skype, d’où le succès des téléphones Skype dans les zones de conflit [5]. La National Security Agency (NSA) vient donc de démarcher les fournisseurs d’accès internet du monde entier pour obtenir leur concours. Ceux qui ont accepté ont été grassement rétribués [6].

Dans les pays qu’ils occupent —Irak, Afghanistan et Pakistan—, les Anglo-Saxons interceptent la totalité des conversations téléphoniques qu’elles soient émises par des portables ou qu’elles soient filaires. Le but n’est pas de disposer de retranscription de telle ou telle conversation, mais d’identifier les « réseaux sociaux ». En d’autres termes, les téléphones sont des mouchards qui permettent de savoir avec qui une personne donnée est en relation. Partant de là, on peut espérer identifier les réseaux de résistance. Dans un second temps, les téléphones permettent de localiser les cibles identifiées, et de les « neutraliser ».

C’est pourquoi, en février 2008, les insurgés afghans ont ordonné aux divers opérateurs de stopper leur activité chaque jour de 17h à 03h, de manière à empêcher les Anglo-Saxons de suivre leurs déplacements. Les antennes-relais de ceux qui ont contrevenu à cet ordre ont été détruites [7].

À l’inverse, —hormis un central téléphonique touché par erreur—, les forces israéliennes se sont bien gardées de bombarder les relais téléphoniques à Gaza, lors de l’opération Plomb durci, en décembre 2008-janvier 2009. Il s’agit là d’un changement complet de stratégie chez les Occidentaux. Depuis la guerre du Golfe prévalait la « théorie des cinq cercles » du colonel John A. Warden : le bombardement des infrastructures de téléphonie était considéré comme un objectif stratégique à la fois pour plonger la population dans la confusion et pour couper les communications entre les centres de commandement et les combattants. Désormais, c’est le contraire, il faut protéger les infrastructures de télécommunications. Durant les bombardements de Gaza, l’opérateur Jawwal [8] a offert du crédit à ses abonnés, officiellement pour leur venir en aide, de facto dans l’intérêt des Israéliens.

Franchissant un pas, les services secrets anglo-saxons et israéliens ont développé des méthodes de guerre psychologique basées sur l’usage extensif des portables. En juillet 2008, après l’échange de prisonniers et dépouilles entre Israël et le Hezbollah, des robots ont lancé des dizaines de milliers d’appel vers des portables libanais. Une voix en arabe mettait en garde contre toute participation à la Résistance et dénigrait le Hezbollah. Le ministre libanais des télécom, Jibran Bassil [9], avait déposé une plainte à l’ONU contre cette flagrante violation de la souveraineté du pays [10].

Sur le même modèle des dizaines de milliers de Libanais et de Syriens ont reçu un appel automatique en octobre 2008 leur proposant 10 millions de dollars contre toute information qui permettrait de localiser et de délivrer des soldats israéliens prisonniers. Les personnes intéressées pour collaborer étaient invitées à joindre un numéro au Royaume-Uni [11].

Cette méthode vient d’être employée en Iran pour intoxiquer la population en répandant des nouvelles choquantes, et pour canaliser le mécontentement qu’elles suscitent.

En premier lieu, il s’est agit de répandre par SMS durant la nuit du dépouillement la nouvelle selon laquelle le Conseil des gardiens de la Constitution (équivalent de la Cour constitutionnelle) avaient informé Mir-Hossein Mousavi de sa victoire. Dès lors, l’annonce, plusieurs heures plus tard des résultats officiels —la réélection de Mahmoud Ahmadinejad avec 64 % des suffrages exprimés— paraissait un gigantesque trucage. Pourtant, trois jours plus tôt, M. Mousavi et ses amis considéraient la victoire massive de M. Ahmadinejad comme certaine et s’efforçaient de l’expliquer par des déséquilibres dans la campagne électorale. Ainsi l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani détaillait ses griefs dans une lettre ouverte. Les instituts de sondage US en Iran pronostiquaient une avance de M. Ahmadinejad de 20 points sur M. Mousavi [12]. À aucun moment, la victoire de M. Mousavi n’a paru possible, même s’il est probable que des trucages ont accentué la marge entre les deux candidats.

Dans un second temps, des citoyens ont été sélectionnés ou se sont fait connaître sur internet pour converser sur Facebook ou s’abonner à des fils de dépêche Twitter. Ils ont alors reçu, toujours par SMS, des informations —vraies ou fausses— sur l’évolution de la crise politique et les manifestations en cours. Ce sont ces dépêches anonymes qui ont répandu les nouvelles de fusillades et de morts nombreux ; nouvelles à ce jour non confirmées. Par un malencontreux hasard de calendrier, la société Twitter devait suspendre son service durant une nuit, le temps nécessaire à la maintenance de ses installations. Mais le département d’État des États-Unis est intervenu pour lui demander de surseoir à cette opération [13]. Selon le New York Times, ces opérations contribuent à semer la défiance dans la population [14].

JPEG - 35.8 ko
Des messages faisant état de menaces de mort,
d’irruptions des forces de l’ordre à domicile,
etc. émis par des auteurs impossibles à identifier ou localiser.

Simultanément, dans un effort nouveau la CIA mobilise les militants anti-iraniens aux USA et au Royaume-Uni pour ajouter au désordre. Un Guide pratique de la révolution en Iran leur a été distribué, il comprend plusieurs conseils pratiques, dont :
- régler les comptes Twitter sur le fuseau horaire de Téhéran ;
- centraliser les messages sur les comptes Twitter @stopAhmadi, #iranelection et #gr88 ;
- Ne pas attaquer les sites internet officiels de l’État iranien. « Laissez faire l’armée » US pour cela (sic).
Mis en application, ces conseils empêchent toute authentification des messages Twitter. On ne peut plus savoir s’ils sont envoyés par des témoins des manifestations à Téhéran ou par des agents de la CIA à Langley, et l’on ne peut plus distinguer le vrai du faux. Le but est de creer toujours plus de confusion et de pousser les Iraniens à se battre entre eux.

Les états-majors, partout dans le monde, suivent avec attention les événements à Téhéran. Chacun tente d’évaluer l’efficacité de cette nouvelle méthode de subversion dans le laboratoire iranien. À l’évidence, le processus de déstabilisation a fonctionné. Mais il n’est pas sûr que la CIA puisse canaliser les manifestants pour qu’ils fassent eux-mêmes ce que le Pentagone a renoncé à faire et qu’ils n’ont aucune envie de faire : changer le régime, clore la révolution islamique.

 Thierry Meyssan

Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire.

 Source : Voltaire net

 

 

17/06/2009

"Le Grand Complot" avec Ben Peri

Une analyse récente et brillante nous expliquant en détails dans ce reportage, la manipulation effectuée par un groupe de néo-conservateurs américains.

Propagande neo-conservateurs américains sur Arte 1/2
http://www.dailymotion.com/video/x9jo0k_propagande-neocon-sur-arte-12_news


Propagande neo-conservateurs américains sur Arte 1/2

envoyé par fermetabush. - L'actualité du moment en vidéo.


Propagande neo-conservateurs américains sur Arte 2/2
http://www.dailymotion.com/video/x9jo66_propagande-neocon...


Propagande neo-conservateurs américains sur Arte 2/2
envoyé par fermetabush. - Regardez les dernières vidéos d'actu.


ERRATUM : Edward Bernays est NEVEU de Sigmund Freud et non COUSIN.

Analyse de la propagande des néo-conservateurs français, membres du Cercle de l'Oratoire et de la revue le Meilleur des Mondes, et des techniques utilisées pour manipuler le spectateur et la réalité.

Le documentaire "Le grand complot" est visible ici :
http://www.dailymotion.com/video/x5i7dh_le-grand-complot-13
http://www.dailymotion.com/video/x5i7p3_le-grand-complot-23
http://www.dailymotion.com/video/x5i8rj_le-grand-complot33

"La fin de l'Etat de Droit", JC Paye :
http://www.dailymotion.com/video/x5fxz7_la-fin-de-lyetat-...

"L’affaire de Tarnac : symptôme d’une société psychotique", JC Paye
:
http://www.voltairenet.org/article159010.html

"The Century of the Self", BBC :
http://video.google.com/videoplay?docid=8953172273825999151
http://video.google.com/videoplay?docid=-678466363224520614
http://video.google.com/videoplay?docid=-6111922724894802...
http://video.google.com/videoplay?docid=1122532358497501036

La vidéo en bonne qualité : http://dl.free.fr/pIHNUpg48

 

 

Cheney "souhaite presque" que les USA soient attaqués

Dick la terreur" fait encore parler de lui... Ne seraient-ils pas encore en train de nous préparer de nouveaux attentats pour nous instaurer définitivement le Nouvel Ordre Mondial ?

WASHINGTON - Les critiques de l'ancien vice-président américain Dick Cheney visant l'administration Obama et en particulier sa gestion des questions de sécurité nationale laissent penser qu'il souhaite "presque" que les Etats-Unis soient attaqués, selon le directeur de la CIA.

M. Cheney, par ses critiques, agit comme le requin "qui renifle du sang dans l'eau sur les questions de sécurité nationale", déclare Leon Panetta, nommé à la tête de la centrale de renseignement américaine par Barack Obama, dans une interview publiée dimanche dans le dernier numéro de l'hebdomadaire The New Yorker.

"C'est un peu une manière macabre de faire de la politique. Si on lit entre les lignes, c'est presque comme s'il souhaitait que le pays soit à nouveau attaqué pour que les événements lui donnent raison. Je pense que c'est une politique dangereuse", estime M. Panetta.

M. Cheney, qui a joué un rôle important dans la mise en place sous l'administration Bush de techniques d'interrogatoire assimilées à de la torture, comme la simulation de noyade, a déclaré à plusieurs reprises récemment que la décision de Barack Obama de renoncer à ces méthodes et de fermer le camp de détention de Guantanamo avait rendu les Etats-Unis "moins sûrs".

Le mois dernier, il a qualifié l'abandon des interrogatoires musclés d'imprudence déguisée en vertu" et le contre-pied pris par l'administration Obama par rapport à celle de Bush quant à la politique antiterroriste d'"extrêmement téméraire".

Le vice-président actuel, Joe Biden, interrogé dimanche sur la chaîne NBC pour savoir s'il était d'accord avec les commentaires de M. Panetta, a refusé de se prononcer sur les motivations de M. Cheney. Mais "le jugement de Dick Cheney sur la manière de rendre l'Amérique plus sûre est erroné. Je pense que c'est notre jugement qui est correct", a-t-il dit.

Sollicité par l'AFP, un porte-parole de la CIA, Paul Gimigliano, a précisé lundi les propos attribués au directeur de l'Agence, largement repris dans les médias.

"Le directeur ne croit pas que l'ancien vice-président souhaite un attentat. Il n'a pas dit cela. Il exprimait seulement un désaccord profond avec l'affirmation selon laquelle les politiques de sécurité du président Obama ont rendu notre pays moins sûr. Il n'a pas non plus mis en doute les intentions de quiconque", a-t-il déclaré.

(©AFP / 16 juin 2009 00h10)


Source : Romandie