Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2014

Nouvelles sanctions US: Moscou ne tolérera aucune ingérence dans ses affaires

La réponse de Moscou au projet de Loi validé par le Sénat/Nazisioniste !

Nouvelles sanctions US: Moscou ne tolérera aucune ingérence dans ses affaires

 

Dossier: Sanctions contre la Russie

Kremlin de Moscou

21:58 12/12/2014

MOSCOU, 12 décembre - RIA Novosti

La Russie ne tolérera aucune ingérence dans ses affaires intérieures, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch en commentant une loi américaine permettant au président d'adopter de nouvelles sanctions contre Moscou.

"Les membres du Congrès des Etats-Unis feraient mieux d'abandonner leurs illusions concernant l'efficacité des sanctions antirusses qu'ils encouragent. Nous ne cèderons pas au chantage, nous ne renoncerons pas à nos intérêts nationaux et ne permettrons aucune ingérence dans nos affaires intérieures", lit-on dans le communiqué de M.Loukachevitch.

Selon le diplomate, "il semblerait que face aux graves défis à la sécurité internationale, la Russie et les Etats-Unis devraient conjuguer leurs efforts".

"Or, les législateurs américains s'acharnent, après l'administration de Barack Obama, à détruire la carcasse de la coopération bilatérale", a souligné le porte-parole.

Le document approuvé par le Congrès américain et intitulé "Loi de 2014 sur le soutien à la liberté de l'Ukraine" autorise le président américain à décréter de nouvelles sanctions contre les sociétés russes et à octroyer au gouvernement ukrainien une aide de 350 millions de dollars sous forme d'armements et de conseillers militaires.

Sur le même sujet

Multimédia

 

Le sénat américain approuve le durcissement des sanctions contre Moscou

Les reptiliens/sionistes, veulent la 3ème guerre mondiale contre la Russie avec la complicité de la France, l'Allemagne, la Pologne et leurs banskters qui siègent à l'Europe !

Il leur faut bien ce prétexte pour nous instaurer leur Nouvel Ordre Mondial, non ?

Quand allons-nous nous débarrasser de tous ces vampires assoiffés de sang qui ne rêvent que de nous éliminer et de nous réduire encore plus à l'esclavage ?

Quand allons-nous nous décider à les forcer de nous sortir de l'Europe ?

Le sénat américain approuve le durcissement des sanctions contre Moscou

Dossier: Sanctions contre la Russie

Rossiïskaïa gazeta

15:00 12/12/2014

MOSCOU, 12 décembre - RIA Novosti

Le sénat américain a voté jeudi en faveur d'un projet de loi autorisant le président Barack Obama à fournir au gouvernement ukrainien des armes et du matériel militaire, y compris des armements antichars, perforants et d'infanterie avec des munitions, et à allouer à cet effet jusqu'à 350 millions de dollars en 2015, écrit vendredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

De plus, le texte réaffirme les sanctions contre l'agence russe d'exportation d'armements Rosoboronexport et donne au président américain le droit de décréter des restrictions à l'égard d'autres grandes compagnies russes, dont Gazprom.

Il est également prévu d'octroyer à la Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine le statut d'allié majeur des USA hors Otan, d'élargir "considérablement et immédiatement" l'ampleur de la propagande dans les pays de l'ex-URSS en accordant à ces fins jusqu'à 10 millions de dollars l'an prochain. Comme pour confirmer les récents propos du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov disant que les sanctions occidentales visaient à changer le pouvoir en Russie, les sénateurs américains ont inscrit dans le projet de loi la proposition d'allouer 20 millions de dollars pour "renforcer les institutions démocratiques en Russie" ces trois prochaines années. On pense immédiatement aux sommets de la démocratie en Ukraine, dans laquelle Washington a investi plus de 5 milliards de dollars en vingt ans, comme l'a déclaré la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland.

Toutefois, le document pourrait être mal accueilli par la Maison blanche. En particulier, le président Obama avait rejeté à plusieurs reprises l'idée de fournir des armes à Kiev pour se limiter à une assistance non létale – des radars pour détecter des mortiers, des tentes, des gilets pare-balles, des casques, des médicaments et des rations. Et lors de sa visite en septembre à Washington, le président ukrainien Piotr Porochenko s'était vu refuser le statut d'allié majeur hors Otan.

Mais le ton de la Maison blanche a changé récemment. Le conseiller adjoint du président pour la sécurité nationale Tony Blinken a ainsi déclaré que même si la décision de fournir des armes létales n'a pas été prise, cette question "n'a jamais été retirée de l'ordre du jour".

L'administration n'a pas non plus bien accueilli l'idée d'adopter des sanctions par le biais de la loi. Celeste Wallander, directrice senior et assistante spéciale du président des États-Unis pour la Russie et l'Asie centrale au Conseil de Sécurité nationale, a récemment noté: "La Maison blanche n'aime pas quand le sénat lui lie les mains en politique étrangère. Le but n'est pas de maintenir les sanctions mais d'arriver à une situation permettant de parvenir au règlement politique de la crise en Ukraine".

Selon la législation américaine, le président est en droit d'apposer son veto sur un projet de loi approuvé par le parlement. Néanmoins, les congressistes peuvent surmonter le veto présidentiel si plus des deux tiers des voix des deux chambres étaient favorables au projet. Au cours de sa présidence, Obama a utilisé son veto à deux reprises et le congrès n'a jamais appliqué la procédure pour le contourner. Son prédécesseur George W. Bush avait apposé son veto 12 fois, dont quatre avaient été annulés par le congrès.

Sur le même sujet

© RIA Novosti.

 

 

06/12/2014

Projet Echelon : Le Pouvoir Secret, NSA

 Voici, comment les USA, l'Angleterre et les autres espionnent leurs partenaires ou alliés !

Voir aussi :

02/12/2014

Vote de la France pour la Palestine ! Les remerciements de GAZA et de la Palestine aux Français !

Nous avons communiqué à Ziad Medoukh, à GAZA,  le résultat du vote de l'assemblée qui s'est prononcée symboliquement, aujourd'hui, pour la reconnaissance d'un Etat Palestinien. Voici les remerciements qu'il nous a adressés pour la France et les Français qui se sont mobilisés cet été, pour cette cause juste et louable, dans le but de libérer la Palestine et ses habitants qui se trouvent encore malheureusement, depuis plus de 3 mois, toujours dans la même situation critique que celle qu'ils connaissaient à la fin des combats.

gaza1.jpg

Merci la France

 

Tous les Palestiniens ont salué le vote historique de l’Assemblée nationale en France pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine. C'est une victoire pour la Palestine certes, mais c'est une victoire de la paix et de la justice. Merci à tous les députés français de bonne volonté qui ont voté pour cette reconnaissance, mais surtout un grand merci à tous les solidaires de notre cause noble en France, à toutes les associations de solidarité, aux partis politique, à la société civile pour leur mobilisation, leurs manifestations et leurs actions pour rendre ce vote possible ce mardi 2 décembre 2014. Une joie énorme à Gaza et en Cisjordanie ce soir.

C'est vrai ce vote est symbolique, car sur le terrain en Palestine, rien ne semble différent avec la poursuite de l'occupation et de la colonisation, mais c'est un message de solidarité du peuple français au peuple palestinien.

Vive les relations franco-palestiniennes
Merci au peuple français et ses députés 
Merci les solidaires
Vive la solidarité francophone avec la Palestine 
Vive la paix
Vive la justice

Amitiés de Gaza la vie, Gaza l'espoir, et Gaza la partie intégrante du futur Etat palestinien libre et indépendant.

Ziad

France : L'Assemblée adopte la résolution sur la reconnaissance de l'Etat palestinien

L'Assemblée nationale a adopté la résolution invitant le gouvernement à reconnaître l'Etat de Palestine, mardi 2 décembre.  

L'Assemblée nationale a adopté la résolution invitant le gouvernement à reconnaître l'Etat de Palestine, mardi 2 décembre. - © Eric Feferberg - AFP

Les députés français ont adopté, ce mardi, la résolution socialiste invitant le gouvernement français à reconnaître officiellement l'Etat palestinien.

L'Assemblée nationale a adopté ce mardi, par 339 voix contre 151, une résolution du groupe socialiste invitant le gouvernement à reconnaître l'Etat palestinien.

68 députés n'ont pas pris part au vote et 16 se sont abstenus. La quasi-totalité des socialistes, les écologistes, le Front de gauche, une partie des radicaux de gauche, neuf députés UMP et quatre députés UDI ont voté pour le texte, tandis que la grande majorité de l'UMP et de l'UDI a voté contre.

Pas de valeur contraignante pour le gouvernement

Le texte "invite le gouvernement à reconnaître l'État de Palestine en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit" et juge que "la solution des deux États, promue avec constance par la France et l'Union européenne, suppose la reconnaissance de l'État de Palestine aux côtés de celui d'Israël". 

La résolution constate "l'échec des tentatives de relance du processus de paix" depuis 1991 entre Israéliens et Palestiniens, et pointe "la poursuite illégale de la colonisation dans les territoires palestiniens". Elle affirme "l'urgente nécessité d'aboutir à un règlement définitif du conflit" pour l'établissement d'un Etat palestinien au côté d'Israël, "sur la base des lignes de 1967, avec Jérusalem pour capitale de ces deux Etats".

Le texte n'a aucune valeur contraignante pour le gouvernement, mais revêt une lourde portée symbolique. D'autant plus qu'il s'inscrit dans un cadre européen, puisque plusieurs pays se sont d'ores et déjà exprimés sur ce dossier sensible ces dernières semaines, et que le Parlement européen votera à son tour, le 17 décembre prochain. Le 11 décembre prochain, le Sénat se prononcera à son tour sur cette question.

Un "message erroné", pour Israël

Le vote des députés français en faveur de la reconnaissance de l'Etat palestinien "va éloigner les possibilités d'arriver à un accord" de paix, a aussitôt réagi, dans un communiqué, l'ambassade d'Israël en France.


Ce vote "envoie un message erroné aux leaders et aux peuples de la région", a ajouté l'ambassade dans ce communiqué.

Sur le même sujet :

http://www.bfmtv.com/politique/l-assemblee-nationale-adop...