Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2015

Vidéo : Entrée en Antimatière: l'annihilation des positrons galactiques

Une vidéo pour comprendre ce qui se passe actuellement sur Terre avec l’apparition de particules d’antimatière qui déroute les scientifiques et qui est sans doute, le simple résultat de notre ascension vers le Grand Attracteur.

Encore une preuve que l'Univers est électrique composé de charges électriques positives ou négatives, comme dans le courant électrique.

Qu'est-ce que le positon ou le positron ?

En physique des particules, le positron ou positon1, encore appelé antiélectron, est l'antiparticule associée à l'électron. Il possède une charge électrique de +1 charge élémentaire (contre -1 pour l'électron), le même spin et la même masse que l'électron. C'est la première antiparticule découverte, ce qui explique qu'elle n'ait pas le nom composite d'« anti-électron ».

 

Est-ce que l'Annihilation des électrons par les positons représente la destruction de la matière ?

Sûrement pas ! La disparition de l'une ou l'autre des particules donne naissance à une libération d'énergie ou à un rayonnement de lumière de haute énergie ou rayons gamma.

La mort n’existant pas dans l’Univers, il ne peut s’agir que de transformations.

Annihilation (Positron - Electron) un rayonnement se produit quand un électron (de charge négative) entre en collision avec un positron (positivement changé et anti-particule de l'électron). Le résultat habituel est l'émission de deux photons de rayons gamma - chaque voyageur à une distance l'une de l'autre de511 KeV. L'exemple dans ce glossaire montre la décroissance de F-18 par émission de positons suivie par le rayonnement d'annihilation résultant. Ce processus a des applications dans la tomographie par émission de positons (TEP).

* - l'annihilation ou l'anéantissement entre une particule et son antiparticule consiste en la disparition de l'une et de l'autre, donnant lieu à libération d'énergie.

* - On peut avoir production de photons d'annihilation lors de la désintégration  β+.

* - la période d'annihilation électrons-positrons est un nom donné à un stade du Big Bang.



Entrée en Antimatière: l'annihilation des positrons galactiques ( 25 avril 2007)

Conférence donnée le 25 avril 2007 par Peter Von Ballmoos dans le cadre des Grands Séminaires de l'Observatoire Midi-Pyrénées.

Qu'est-ce que l'antimatière ? A quoi ressemble-t-elle? Où peut-on l'observer ? Peut-on la fabriquer sur Terre ? A quoi sert-elle ? Ce sujet donne matière à toutes ces questions et nous amènera à discuter de l'annihilation de vastes quantités d'antimatière au centre d¬e notre Voie Lactée. Comme nous le verrons, l'antimatière n'est pas que du domaine de la Science-Fiction : notre propre monde de matière produit parfois des particules d'antimatière. Par exemple : lors de la décroissance de certains éléments radioactifs des positrons - les électrons d'antimatière - sont émis de façon naturelle, et lorsqu'un positron rencontre un électron il s'annihile dans un flash de lumière. La masse de ces deux particules se transforme alors en rayonnement, selon la célèbre relation E=mc2 d'Einstein. Le satellite INTEGRAL observe actuellement ce rayonnement et fait apparaître notre ciel sous une lumière singulière : une émission d'annihilation électrons-positrons qui semble provenir d'une seule région étendue - la partie centrale de notre Voie Lactée - et qui correspond à l'annihilation de 15 milliards de tonnes de positrons par seconde !

 

Pour en savoir plus sur le site du CERN

Où est passée l'antimatière ? ICI 

 

 

Vous êtes ici : super-continent de galaxies Laniakea et le Grand Attracteur

Apprenez à découvrir notre nouvelle adresse cosmique : Laniakea et ce qui s'y passe en son sein avec le Grand Attracteur qui attire actuellement à lui, tout ce qui est contenu dans l'espace de Laniakea, soit des milliards de galaxies dont la nôtre et phénomène cosmique qui doit transformer la matière en profondeur et y compris à activer notre ADN sous l'influence des puissantes énergies que nous traversons au cours de notre ascension.

Des scientifiques ont découvert que la Terre recevait des quantités énormes d'énergies et des particules d'antimatière, dont les positons ou positrons, ce dont ils s'étonnent, n'en comprenant pas l'origine et les qualifiant d'anomalies !

Il ne s'agit pas d'anomalies mais d'une réaction électrique qui engendre la libération d'énergie ou de Lumière Cosmique !

 

Article précédent :

* - Vidéo : Oubliez le Réchauffement climatique. Ascension et déménagement de la Galaxie vers le Grand Attracteur de Laniakea !

 

Notre nouvelle adresse cosmique

Nouvelle image.jpg


 

Vous êtes ici : super-continent de galaxies Laniakea

  Une tranche du Superamas Laniakea dans le plan équatorial supergalactique © Cosmic Flows

Avec une équipe internationale, l’astrophysicienne-cosmographe Hélène Courtois a découvert le super continent de galaxies dans lequel nous vivons: Laniakea.

Parmi les nombreux obstacles qu’ont rencontrés Christophe Colomb et les explorateurs de l’Amérique, dessiner des cartes précises ne fut pas le plus facile à contourner. A l’époque des grands navigateurs (XVe et XVIe siècles), la cartographie s’appuyait sur l’exploration : longer les côtes pour dessiner les contours du continent, suivre les cours d’eau pour représenter les terres.

Quelques centaines d’années plus tard, c’est avec une méthode finalement assez proche que la cosmographe Hélène Courtois, de l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (Université Claude Bernard Lyon 1 / CNRS), et trois confrères d’universités internationales* ont cartographié une vaste zone de notre univers observable. Mais leurs cartes à eux sont en quatre dimensions, et cette quatrième dimension vient bouleverser notre représentation de l’Univers.

Une nouvelle image de l’Univers

Dans l’Univers tel que le font apparaître les travaux d’Hélène Courtois et ses confrères, des bateaux (les galaxies) suivent les courants d’une rivière (la matière). Les galaxies sont regroupées en amas ou en superamas et se déplacent en évitant de grandes régions appelées “vides”. Leurs déplacements, provoqués par les concentrations de matière visible ou invisible, les amènent à se séparer ou se rassembler comme en suivant l’eau de la rivière de part et d’autre d’une ligne de partage.

L’équipe internationale assemblée par Hélène Courtois (une vingtaine de chercheurs en plus des quatre co-auteurs de l’article) ont créé des cartes de l’Univers dont le “champ de vitesse” des galaxies constitue la quatrième dimension. Plutôt que produire un instantané de leur position à un instant donné, les cartes montrent la dynamique de leurs déplacements :

Leur mouvement nous fournit de précieuses indications de cosmologie, par exemple sur la localisation de la matière noire : les mouvements dépendent de sa masse, or nous savons que la matière noire est la masse la plus importante dans l’Univers. Ils nous permettent aussi de mieux comprendre les lois fondamentales de l’univers comme la gravitation.

Nos horizons célestes

Les scientifiques ont connecté patiemment la surface joignant toutes les lignes de partage des flux de galaxies qui nous entourent. Notre continent de galaxies, le superamas dans lequel nous vivons, apparaît en creux : c’est le volume englobé, qui se sépare nettement des autres continents voisins. Notre « continent » mesure 500 millions d’années-lumière de diamètre et contient une masse d’environ 100 millions de milliards de fois celle du Soleil. Les chercheurs lui ont donné le nom hawaiien Laniakea, qui signifie “horizons célestes immenses”. Accepté par l’Union Astronomique Internationale, c’est un hommage à ce pays de navigateurs aux étoiles qui abrite désormais quelques-uns des plus grands télescopes du monde, utilisés pour cette découverte et celles qui suivront.

Une tranche du Superamas Laniakea dans le plan équatorial supergalactique. Les nuances de couleur représentent des valeurs de densité de matière avec en rouge la haute densité et en bleu les vides. Les galaxies individuelles sont montrées comme des points blancs. On observe en blanc des courants de galaxies se déversant dans le bassin d’attraction du Laniakea, tandis que des courants en bleu foncé s’éloignent de ce bassin local et permettent de séparer notre continent de ceux voisins. Le contour orange inclut les limites extérieures de ces courants. Ce domaine a une mesure de 500 Millions d’années lumière de diamètre et inclut ~1017 M⊙ (100 millions de millards de masses solaires). © Cosmic Flows

Regarder à travers plusieurs lunettes

Pour arriver à ces résultats, Hélène Courtois et ses partenaires ont mis au point une nouvelle méthode pour définir les structures à grande échelle à l’aide des courants de galaxies. Ces calculs sont basés sur les observations conduites par Hélène Courtois et les méthodes de visualisation de Daniel Pomarède, chercheur à l’Institut de Recherche sur les Lois Fondamentales de l’Univers, CEA/Saclay.

Ils ont concentré leurs observations sur un cube de 1,5 milliards d’années-lumière de côté, soit environ 2% de l’Univers observable. Ils ont réussi le tour de force de cartographier intégralement 8 000 des galaxies présentes dans cette zone avec une précision de 10-15% : On mesure des vitesses de l’ordre de 1000 à 15000 kilomètres par seconde. Puis nous enlevons de cette mesure la part due à l’expansion de l’Univers : on parle de coordonnées co-mobiles. Il ne reste plus que la vitesse due uniquement à la masse de la galaxie et la gravité environnante, elle de l’ordre de 400 à 600 kilomètres par seconde ”, précise Hélène Courtois. Pour arriver à une précision aussi fine, il est indispensable de croiser les résultats obtenus par plusieurs techniques d’observation : analyse des supernovae et des “raies d’hydrogène neutre”, par exemple (voir encadré).

Hydrogène neutre : Cette méthode a été co-inventée en 1977 par R. Brent Tully, qui signe l’article avec Hélène Courtois. Elle consiste à observer les traînées d’hydrogène neutre (H pur) des galaxies à l’aide de radiotélescopes : les photons qu’elles émettent sont toujours à 21 cm de longueur d’onde. En vertu de l’effet Doppler, les raies s’élargissent en fonction de la vitesse de rotation de la galaxie. Et la vitesse de rotation est proportionnelle à la masse. Lumineux !

Et le Grand Attracteur ?

Plus important encore, les scientifiques posent les premiers jalons vers la résolution d’un des grands mystères de l’astrophysique moderne. On sait depuis 1986 que notre galaxie et ses voisines se déplacent dans la même direction à la vitesse de 630 kilomètres par seconde, 630 Km/s X 3600s/h = 22 680km/h. Mais on ignorait jusqu’à présent quelle est la nature de ce “Grand Attracteur” dont on observait les effets sans voir suffisamment de masse dans sa région. Hélène Courtois a d’ailleurs fait sa thèse de doctorat sur le sujet en 1995. Les chercheurs montrent que cette région est en réalité un large vallon où se déverse la matière, un peu comme le point le plus bas d’une baignoire plate, et qui englobe une région 100 fois plus grande qu’on ne le pensait depuis cinquante ans. Qui sait quelles surprises nous réservent à présent les prochains horizons célestes ?

* R. Brent Tully (University of Hawaii), Yehuda Hoffman (Hebrew University Jerusalem), Daniel Pomarède (CEA/Saclay)

 


Cette découverte fait la Une de la prestigieuse revue internationale Nature datée du 4 septembre 2014.

 

The Laniakea Supercluster of Galaxies, Nature, volume 513, number 7516, p.71 (4 September 2014) par R.Brent Tully, Hélène Courtois, Yehuda Hoffman and Daniel Pomarede.

 L’Institut de Physique Nucléaire de Lyon (IPNL) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5822) agissant sous la double tutelle de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de l’Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3) du CNRS. Les activités de l’IPNL visent à étudier les propriétés des composants subatomiques de la matière ainsi que leurs interactions. Laboratoire essentiellement de physique expérimentale, ses thématiques de recherche sont variées puisqu’elles concernent la physique des particules et des astroparticules, la matière nucléaire et les interactions ions/agrégats-matière.

http://sciencespourtous.univ-lyon1.fr/vous-etes-ici-super...

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo : Oubliez le Réchauffement climatique. Ascension et déménagement de la Galaxie vers le Grand Attracteur de Laniakea !

Fig21.jpgSi vous aviez encore des doutes sur le fait que nous soyons en voie d’ascensionner et pas seulement la Terre ni notre système solaire, mais l’ensemble de la Galaxie et toutes les galaxies contenues dans Laniakea vers le Grand Attracteur découvert au sein de Laniakea, notre nouvelle adresse cosmique qui marque les frontières du continent de galaxies dans lequel nous vivons. Vous avez la preuve scientifique que nous sommes tous condamnés à ascensionner et à évoluer grâce aux nouvelles énergies cosmiques que nous traversons tout au long de notre parcours d’évolution et qui nous entraînent irrévocablement vers le Grand Attracteur, et ce, à une vitesse de 22 680 km/h.

 

Si nous rajoutons la vitesse à laquelle extrêmement rapide de 828 000 km/h à laquelle se déplace le soleil qui n’est pas stationnaire. L'ensemble de notre système solaire ascensionnant en spirale vers le centre de la galaxie, il se pourrait bien que nous soyons en train d’ascensionner à la vitesse de : 22 680 km/h +  828 000 km/h = 850 680 k/h.

 

Au cours de notre ascension il est donc normal que les puissants rayonnements cosmiques changent en fonction du nouvel environnement cosmique que nous traversons et plus nous nous rapprochons du Grand Attracteur, et plus les rayonnements cosmiques sont puissants et lumineux, et transforment donc la matière en profondeur, activant ainsi tout naturellement notre ADN.

 

Nous sommes donc tous en cours de Grand déménagement vers le Grand Attracteur qui se trouve au sein de Laniakae !


Quel plus beau cadeau l’Univers créateur pouvait-il nous faire ?

 

Petits rappels d’articles précédents :

* La Terre ne tourne pas autour du Soleil, elle ascensionne en spirale avec l'ensemble de notre système solaire.

* Nassim Haramein : Notre modèle du système solaire tel qu'on nous l'enseigne depuis le début est faux!

* la nature cyclique de l'univers

Ballade dans l’univers : à la découverte de Laniakea | Hélène Courtois | TEDxLyon

Nouvelle image (1).jpg

Une ballade et une aventure exceptionnelles dans l'infiniment grand et ses secrets.

Astrophysicienne-cosmologue lyonnaise, Hélène Courtois a découvert les frontières du continent de galaxies dans lequel nous vivons : "Laniakea".

Ce travail de longue haleine a fait la Une de Nature. La vidéo publiée sur ce thème par la prestigieuse revue a comptabilisé plus de 2,5 millions de vues lors du premier mois de sa diffusion (novembre 2014). http://ted.com/tedx

 

 

Nouvelle adresse cosmique

Nouvelle image.jpg

 

 

 

24/08/2015

Nibiru, 2ème signe de son arrivée : Les morts massives d'animaux dans le monde !

On ouvre les yeux ou on continue à dormir ?

 

Les animaux ne devraient-ils pas nous servir de baromètres pour nous alerter de certains dangers que nous pourrions encourir ?

 

 
 
Quand les morts massives d'animaux dans le monde, la disparition d'espèces animales et végétales, nous alertent depuis plus de 5 ans, sur des phénomènes cosmiques, des réactions chimiques qui se produisent dans l'air et dans l'eau, et des impulsions électromagnétiques qui se produisent entre le Cosmos et la Terre et que l'on nous cache savamment et que l'on impute systématiquement à l'homme, sans que jamais les élites criminelles ne tiennent compte dans le réchauffement global, du gaz méthane libéré par le dégel du pergélisol, ni de la déforestation intempestive des forêts tropicales et autres, ni de leurs bombes au phosphore blanc et autres armes chimiques, électromagnétiques ou climatiques et nucléaires, ni des chemtrails, et ni de l'arrivée de Nibiru dans notre système solaire, etc..
 
Et ce, sans jamais tenir compte de l'arrivée de météorites sur Terre ni d'un astre étranger causant à chaque fois qu'il revient dans notre système solaire, d'importantes perturbations électromagnétiques et destructrices, une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismestsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines.
 
Bien sûr l'homme qui subit de la part des élites divers empoissonnements de son environnement naturel, ne peut qu'être responsable que du fait de ne les avoir jamais arrêtées !

 
Voici de quoi nous sommes accablés !

La sixième extinction de masse menace un quart des mammifères

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/4270826060.jpg

 

* - Est-ce que c'est le CO2 qui affecte grandement l'ensemble de notre système solaire, notre Soleil compris ?

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à l'inversion des pôles magnétiques terrestres , confirmée par la NASA en novembre 2011?

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à faire augmenter la Résonance de Schuman ou les battements ou signaux rythmiques de la Terre dont la fréquence serait passée de 7,8 Htz à 12, 9 Htz ? Résonance de Schumann et signaux rythmiques de la Terre. Les effets de la résonance magnétique de la Terre sur notre ADN et sur nos ondes cérébrales.


La résonance Schuman aurait augmentée de 7,8 Htz à 12,9 Htz en sachant que la fréquence de 13 Htz, est appelée le point zéro de la résonance, et que cette fréquence peut correspondre à l'arrêt de la rotation de la Terre durant 3 jours (les 3 nuits jours d'obscurité) et à l'inversion des pôles magnétiques terrestres. La Terre reprenant sa rotation à l'envers après les 3 jours de stase et le soleil se lèverait à l'Ouest au lieu de l'Est.

 

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à faire faiblir le champ magnétique terrestre ?


« Gregg Braden a trouvé des données recueillies par des chercheurs norvégiens et Russes à ce sujet, une information qui n’'est pas diffusée largement aux Etats Unis. (La seule référence à la RS trouvée dans la Bibliothèque de Seattle est liée à la météo ». Nous pouvons donc en venir au fait que la force magnétique diminue grâce au phénomène suivant : l'’opposition entre la diminution du champ magnétique terrestre et l’'augmentation en vitesse des pulsations Terrestres. Le professeur BanerJee de l’'Université du Nouveau Mexique :  « le champ aurait perdu la moitié de son intensité durant les 4000 dernières années. » Selon lui, il faut s'’attendre à un autre renversement polaire magnétique comme il y en a déjà eu dans le passé.

…

Nous pourrions imputer ces morts massives d'animaux dans le monde à plusieurs facteurs :
 
3 - Les Eruptions volcaniques y compris sous-marines qui peuvent aussi libérer des gaz toxiques et des éléments chimiques qui en grosse quantité peuvent devenir toxiques aussi bien pour les humains que pour les animaux,
4 - les océans qui se réchauffent suite à la libération de méthane et d'éléments chimiques voire toxiques en quantité importante - des produits chimiques libérés dans les airs et les eaux,  
7 - Les chemtrails ou le réseau Haarp,
8 - L'arrivée dans notre système solaire d'un astre causant à chaque fois qu'il revient dans notre système solaire, d'importantes perturbations électromagnétiques et destructrices, une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismestsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines. Une espèce animale ou de plante disparaît toutes les 20 minutes soit 26280 espèces disparues chaque année. Près d'un quart des espèces animales et végétales pourrait disparaître d'ici le milieu du siècle.
 
En effet, vous remarquerez dans certains articles ci-dessous, que des poissons sont morts parce que les eaux ou les rivières devenaient soit oranges, soit rouges, soit vertes, etc... La neige ayant pris certains endroits de la planète diverses couleurs ces dernières années.
 
 
Rappelons-nous ce qu'écrivait Immanuel Velikosky dans son livre Les Mondes en Collision : Nibiru, l'un des signes de son arrivée : Le monde et les eaux rouges
 


Les impressionnantes listes de morts massives d'animaux dans le monde depuis décembre 2010 à nos jours:

 

2010/2011 : Morts massives d'animaux dans le monde - Décembre 2010 - Février 2011

2011 : Morts massives d'animaux dans le monde

2012 : Morts massives d'animaux dans le monde

2013 : Morts massives d'animaux dans le monde

2014 : Morts massives d'animaux dans le monde

2015 (1) : Morts massives d'animaux dans le monde

2015 (2) : Morts massives d'animaux dans le monde

 

Source des listes des animaux morts en masse dans le monde :

 

12/08/2015

Quelque chose affecte grandement tout notre système solaire

Rappel : Depuis 1962 et notamment depuis 2011 quittant l'ère du Poisson, l'ère de la foi et des fausses croyances, pour entrer dans l'ère du Verseau, l'ère de la télécommunication télépathique et de la véritable spiritualité,  notre système solaire a commencé à traverser la bande photonique ou l'anneau des Pléïades ou se trouve Alcyone le grand soleil central de la Galaxie afin de lui permettre d'ascensionner dans sa globalité vers le centre de la Galaxie et que la Terre puisse passer à la 5ème dimension.

 

Voici ce que les effets des intenses vibrations générées par l'Anneau d'Alcyone produisent sur l'ensemble de notre système solaire et sur toute la matière :  Anneau de Lumière d'Alcyone et l'ascension . Nous devons devenir la 6ème race habitant la Terre avec les toutes les transformations de notre ADN que cela comporte et tous les dons et les nouvelles capacités neurologiques et spirituelles que nous recevrons à cette occasion.
 
Il est donc normal que les intenses vibrations libérées par l'Anneau de lumière d'Alcyone perturbent l'ensemble de notre système solaire, que la banquise fonde et provoque la montée des mers et des océans qui est facteur d'inversion des pôles magnétiques de la Terre.
 
 
Mais chose positive notre ADN et celui de tout ce qui vit dans notre système solaire est activé nous rendant plus sensibles et télépathes.

Les nouvelles races arrivent ou mutent leur ADN pour se transformer et s'adapter aux nouvelles vibrations et énergies.
 
Il faut rajouter à tous ces changements, la présence de Nibiru et de son cortège d'astéroïdes qui perturbent l'équilibre électromagnétique de la Terre et participent à l'inversion des pôles magnétiques.
 
La chute d'une comète ou d'un astéroïde pourrait aussi accélérer l'inversion des pôles magnétiques terrestres.

Quelque chose affecte grandement tout notre système solaire

Porté à votre conscience par Arcturius,
le 10 août 2015
 

systemesolaire

Sur Facebook, Corey a publié un lien de You Tube et c’est vraiment très intéressant.

C’est en corrélation avec ce que disent Wilcock, Cobra et Les Êtres Bleus, concernant les nouvelles énergies se trouvant dans le secteur de la galaxie où se dirige le système solaire présentement.

Voici la traduction du texte de la vidéo :


Des choses étranges arrivent, autant dans l’espace extérieur qu’intérieur.

Des chercheurs scientifiques ont découvert que le système solaire, le soleil et la vie elle-même sont en mutation et cela est sans précédent.

Des études démontrent que le soleil, et les planètes elles-mêmes, changent physiquement et à un rythme accéléré. Le changement majeur a lieu, de façon notable, dans leurs atmosphères.

Commençons par le soleil.

Il est au centre de notre système solaire et toute la vie sur Terre provient du soleil.

S’il n’y avait pas de soleil, nous ne serions pas vivants. C’est un fait scientifique. Alors, tout changement dans ou sur le soleil aura éventuellement un effet sur chaque être vivant.

Nous savons que le champ magnétique du soleil a changé depuis les 100 dernières années.

Le Dr. Mike Lockwood, de Rutherford Appleton National Laboratories, en Californie a étudié le soleil et il rapporte que, depuis 1901, le champ magnétique général du soleil a augmenté de 230 % en force.

La Lune : Il y a une atmosphère qui se crée autour de la Lune. Il y a, autour de la Lune, une épaisseur de 6,000 km. de sodium qui n’était pas là auparavant.

Mercure : Découverte inattendue de glace polaire, de même qu’un champ magnétique intrinsèque, étonnamment fort.

Vénus : Augmentation de 2,000 % de la luminosité aurorale et changements atmosphériques globaux considérables, en moins de 40 ans.

Mars : « Réchauffement planétaire », énormes tempêtes, disparition des calottes polaires.

Jupiter : Plus de 200 % d’accroissement dans la luminosité des nuages plasmatiques qui entourent la planète.

Les énormes ceintures de l’atmosphère de la planète géante ont changé de couleur, les points chauds de radiation diminuent puis reprennent vie, les nuages s’épaississent et se dissolvent ensuite, pendant que des rochers de l’espace percutent la géante gazeuse.

Saturne : Décroissement majeur de la vitesse du courant-jet équatorial, en plus ou moins 30 ans, accompagné d’étonnantes poussées de rayons X de l’équateur.

Uranus : Grand changement de luminosité, accroissement de l’activité globale des nuages. Cette planète avait une atmosphère très calme.

Neptune : 40 % d’accroissement dans la luminosité atmosphérique.

Pluton : Accroissement de 300 % de la pression atmosphérique, malgré le fait que Pluton s’éloigne du soleil.

Terre : Des changements considérables et évidents dans le climat global et des changements géophysiques.

L’axe de la Terre s'est déplacé.

 

Événements climatiques extrêmes. Accroissement important du nombre de tremblements de terre. Les éruptions volcaniques arrivent plus fréquemment.

Glissements de terrain. Inondations.

En comparant les années 1963 et 1993, le nombre général de désastres naturels, ouragans, typhons, coulées de boue, raz-de-marée etc. s’est accru de 410 %.

Le champ magnétique de la Terre a décru.

* - Le champ magnétique terrestre s'affaiblit

Cette décroissance a, en fait, débuté il y a 2,000 ans, mais la vitesse de décroissance est soudainement devenue plus rapide il y a 500 ans.

Depuis les 20 dernières années environ, le champ magnétique est devenu irrégulier.

* - Inversion du champ magnétique terrestre: de nouvelles preuves émergent

Le plasma lumineux se trouvant à l’extrême limite du système solaire s’est récemment accru de 1,000 %.

Les chercheurs scientifiques en sont venus à la conclusion que nous sommes arrivés dans une région qui est très différente et qui a un niveau d’énergie beaucoup plus élevé. Ils rapportent des changements dans l’espace, qui n’ont jamais été vus auparavant.

Tous ces changements se passent sur tous les niveaux (physique, mental et spirituel), en même temps.

L’accroissement de l’émission d’énergie changera la nature de base de toute matière du système solaire.

http://lasphrebleue.blogspot.ca

http://www.arcturius.org/chroniques/quelque-chose-affecte...