Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2014

En France, offrir des pizzas à des soldats israéliens donne droit à une déduction d'impôts

 

Ecoeurant ! La pleurniche à tous les étages continue !
Aidons ces pauvres criminels à survivre !

Ils ne savent plus où pomper le fric pour s'enrichir et cela s'appelle sans doute faire une bonne action envers l'armée sioniste/terroriste !

Amusez-vous à faire un don pour les brigades de la résistance Palestinenne, et vous serez taxés de financer le terrorisme !

24 Juillet 2014

En France, offrir des pizzas à des soldats israéliens donne droit à une déduction d'impôts

En d'autre termes, les impôts des français servent à financer l'armée d'occupation la plus morale du monde !!!

En France, offrir des pizzas à des soldats israéliens donne droit à une déduction d'impôts

 Une association caritative Juive Tsidkat-Eliaou propose de soutenir les soldats de l’armée israélienne via des dons ; problème, les dons sont déductibles des impôts en France, via ce système nos impôts en France financent les cadeaux fiscaux fait aux donateurs soutenant l’armée israélienne. Depuis le site internet de l’association, il est possible de financer un livre […] 


Une association caritative Juive Tsidkat-Eliaou propose de soutenir les soldats de l’armée israélienne via des dons ; problème, les dons sont déductibles des impôts en France, via ce système nos impôts en France financent les cadeaux fiscaux fait aux donateurs soutenant l’armée israélienne. 

Depuis le site internet de l’association, il est possible de financer un livre de prière à 26 € pour un soldat ou encore une pizza et de la boisson fraiche pour 10 soldats. L’association propose par ailleurs le financement de ventilateurs pour les soldats de Tsahal qui tuent et massacre la population de Gaza. 

Outre, l’outrance de ce type d’opération humanitaire, son montage économique est scandaleux. Sur son site internet, l’association met clairement en avant le remboursement par l’Etat français de 66% de la somme donnée pour soutenir l’armée israélienne. Un remboursement via déduction d’impôts possible via l’obtention d’un reçu CERFA. 

La publicité est consultable sur le site de l’association :
http://www.tsidkat-eliaou.org/tsahal/

http://www.ajib.fr/2014/07/soutien-armee-israelienne/ 

Via :
http://lesmoutonsenrages.fr/2014/07/23/soutenir-larmee-la-plus-morale-du-monde-cest-66-de-deduction-fiscale-en-plus-des-pizzas/

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2014/07/en-france-le-don-dune-pizza-un-soldat.html

http://www.wikistrike.com/2014/07/en-france-offrir-des-pizzas-a-des-soldats-israeliens-donne-droit-a-une-deduction-d-impots.html

Gaza/Palestine : La solution c'est de mettre fin au Sionisme !!!

 

Un avis que nous partageons avec d'autres qui s'expriment dans le monde !

Ce serait rendre service à tout le monde et notamment aux Juifs Orthodoxes eux-mêmes afin qu'ils ne leur servent plus de "boucliers humains" !

 

 

Internationalnews

24 juillet 2014

 

 

 

Interview d'un membre de Neturei Karta (association de juifs orthodoxes antisionistes, basée à New-York), lors de la manifestation pro-palestienne à Paris le mercredi 23 juillet 2014.

"Nous sommes ici aujourd'hui pour montrer notre solidarité envers les enfants de Gaza, qui ont été tués, qui ont été assassinés par les sionistes, qui sont une honte et un poison pour le peuple juif.


"Nous sommes venus pour manifester afin que les gouvernements européens prennent conscience que c'est une catastrophe, que le sionisme est une catastrophe, et que nous pouvons vivre ensemble en paix. La religion n'est pas le problème, nous avons toujours vécu ensemble en paix, et nous voulons dire à tout le monde que le sionisme est à court d'idées s'il pense que le seul moyen de se défendre, c'est d'assassiner, massacrer des innocents, alors il est à court d'idée, et nous voulons dire à tout le monde qu'il est temps de mettre fin au sionisme."

Propos recueillis par Lalo et Adam Mansour, pour le Cercle des Volontaires

 

Interview d'un membre de Neturei Karta

https://www.youtube.com/watch?v=E6f_DjWwJz4

 

Source de la photo

 Sur le même sujet:

Des dizaines de milliers de juifs orthodoxes ont manifesté à new york contre l'etat d'israël


jeudi, 24 juillet 2014 04:52

Comment se débarasser d'Israël? le Guide suprême répond ...

 

IRIB- Le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné que la seule solution aux crimes du régime sioniste c’est son anéantissement.

Selon l’IRNA citant  le service d’information du bureau du Guide suprême de la Révolution islamique,  l’honorable Ayatollah Khamenei, recevant en audience mercredi soir un nombre d’étudiants de différentes universités iraniennes, a fait une rétrospective des soucis, des revendications et des points de vue de la société étudiante. Le Guide suprême a ensuite évoqué les causes et les origines  de la tragédie qui se déroule dans la bande de Gaza.  En évoquant les récents crimes perpétrés par le régime sioniste contre la population de Gazam il a ajouté que ces crimes inimaginables montraient en effet  la réalité intrinsèque de ce régime cruel et infanticide dont la seule solution est son anéantissement, mais en attendant, la ferme résistance armée des Palestiniens et l’élargir vers la Cisjordanie  est  la seule voie de faire front à ce régime barbare. En allusion à la parole de l’imam Khomeiny (que sa demeure soit au paradis), feu fondateur de la RII déclarant qu’ «Israël doit être rayé de la carte»,  le Guide suprême a rappelé que la destruction d’Israël ne voulait pas dire la disparition  du peuple juif de la région, car il existait un mécanisme raisonnable  pour régler ce problème  et la RII a présenté à ce sujet un plan à la communauté internationale. D’après ce mécanisme, a souligné le Guide suprême,  les populations qui vivent  en Palestine et en sont originaires, participeraient à un référendum  pour s’exprimer sur le type de l’Etat qu’ils souhaitaient, mettant fin ainsi à l’existence de ce régime factice et usurpateur. 

 

 

 

Manifestation pro-palestinienne sans heurts à Paris

C'est sûr que lorsque les terroristes de la LDJ et du CRIF sont absents des manifestations, tout se passe bien ! Ce n'était pas la peine de mobiliser toutes ces forces de police et CRS pour rien et pour nous nous faire encore passer pour des voyous !

Et avec des "quenelles" en direct sur la seconde vidéo !

 

France – Publié hier à 21:30 – Mis à jour hier à 21:33

Manifestation pro-palestinienne sans heurts à Paris

Le rassemblement en soutien à la population palestinienne, encadré par les forces de l'ordre, a rassemblé 14.500 personnes mercredi soir à Paris selon la préfecture de police, 25.000 selon les organisateurs. La manifestation qui partait de la Place Denfert-Rochereau pour rejoindre les Invalides était à 21 heures en cours de dispersion et s'est déroulée dans le calme.

 

Taoufiq Tahani : "c'est une manifestation réussie"

Le président de l'association France Palestine Solidarité, organisateur de la manifestation en soutien à la population de Gaza, s'est félicité de la bonne tenue du rassemblement : "les deux seuls manifestations qui ont donné lieu à des débordements, ce sont celles qui ont été interdites : la faute au gouvernement" a-t-il précisé.

 

Manifestations antisionistes dans le monde

Il était temps que l'humanité se réveille !

Qu'attendent les grandes puissances pour envoyer des aides humanitaires en masse en Palestine et pour faire condamner l'état sioniste et Rothschild pour faire tout reconstruire en Palestine ?


mercredi, 23 juillet 2014 17:38

Manifestations antisionistes dans le monde

 

IRIB- Une grande manifestation antisioniste a eu lieu mardi à Boston aux Etats-Unis, pour condamner les crimes de l’armée israélienne contre les habitats de Gaza. Les manifestants ont crié des slogans contre le massacre des civils palestiniens à Gaza par l’armée du régime sioniste.

A Marmaris, dans le sud-ouest de la Turquie, des centaines de personnes ont également dénoncé à travers leurs slogans, les crimes des soldats israéliens contre les Palestiniens de Gaza. Les manifestants ont demandé l’intervention immédiate de l’ONU pour mettre fin à l’offensive israélienne. Ils ont condamné aussi le silence des organisations internationales et des pays occidentaux à l’égard de l’offensive honteuse du régime sioniste contre les civils innocents. Et enfin, lors d’une autre manifestation qui a eu lieu au Caire, capitale de l’Egypte, les protestataires ont exigé du gouvernement du Caire d’ouvrir le passage frontalier de Rafah entre l’Egypte et la bande de Gaza.

 

 

Israël et l’Arabie saoudite : une alliance forgée dans le sang des Palestiniens

Et voici encore ce que l'état sioniste d'Israël nous trame avec l'Arabie Saoudite qui aurait donné le feu vert à Israël pour lancer l'opération sur la Bande de Gaza pour massacrer les Palestiniens et faire sauter le Hamas pour placer encore leurs pions en accord avec les US/UE/Sionistes !

Apparemment, il faut se mettre à plusieurs pour aller voler le gaz et les richesses énergétiques de la Palestine !

Comme par hasard l'état sioniste n'est pas raciste avec tous les arabes surtout quand il s'agit d'aller leur prendre de l'argent et de comploter avec eux !

 

mercredi, 23 juillet 2014 18:37

Israël et l’Arabie saoudite : une alliance forgée dans le sang des Palestiniens

 
IRIB-Cette alliance israélo-saoudienne est forgée dans le sang, le sang palestinien, le sang, ce dimanche, de plus de 100 victimes dans Shejaiya, écrit David Hearst.
JPEG - 34.8 ko
L’Arabie saoudite est dirigée par une clique de vieillards cacochymes, dignes représentants d’une caste qui s’accapare la rente pétrolière et se maintient au pouvoir par tous les moyens...

Il y a beaucoup de mains derrière l’attaque de l’armée israélienne sur la bande de Gaza. L’Amérique n’est pas malheureuse de voir le Hamas devoir supporter tant de coups. Alors que les images des scènes de carnage dans les rues de Shejaiya venaient d’être diffusées, John Kerry a déclaré sur Meet NBC le même jour qu’Israël avait le droit de se défendre, et l’ambassadeur américain Dan Shapiro a déclaré sur la chaîne israélienne Canal 2 que les États-Unis feraient en sorte que les forces modérées soient [après le conflit] dominantes dans la bande de Gaza, ce qui veut dire [qu’Israël amènerait dans ses fourgons] l’Autorité palestinienne.

L’Égypte n’est pas non plus écrasée de douleur. Son ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry a tenu le Hamas pour responsable de la mort des civils, après que le mouvement ait rejeté le cessez le feu [concocté par l’Égypte et Israël et totalement à l’écart du Hamas - NdT].

Un troisième partenaire non déclaré dans cette alliance contre nature a cependant donné un feu-vert à Netanyahu, le couvrant à l’avance pour une opération militaire d’une telle férocité. Nous ne parlons pas d’un allié aussi impuissant que les États-Unis, car cette autorisation ne peut venir que d’un État arabe.

L’attaque sur Gaza a été lancée avec une approbation royale saoudienne.

Ce mandat royal n’est rien de moins qu’un secret de polichinelle en Israël et l’ex-ministre de la défense comme celui qui est en fonction en parlent de façon très ouverte. L’ancien ministre israélien de la Défense Shaul Mofaz a surpris le présentateur sur Canal 10 en disant qu’Israël devait attribuer un rôle à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis dans la démilitarisation du Hamas. Interrogé sur ce qu’il entendait par là, il a ajouté que des fonds de l’Arabie saoudite et des Émirats devraient être utilisés pour reconstruire Gaza une fois le Hamas anéanti.

Amos Gilad, homme-clé au ministère israélien de la défense dans les relations avec l’Égypte de Moubarak et aujourd’hui directeur du département israélien des relations politico-militaires, a déclaré récemment à l’universitaire James Dorsey : « Tout est souterrain, rien n’est public, mais notre coopération sécuritaire avec l’Égypte et les États du Golfe est unique. C’est la meilleure période de sécurité et de relations diplomatiques avec les pays arabes ».

Les félicitations sont réciproques. Le roi Abdallah a fait savoir qu’il avait téléphoné au président Abdel Fattah El-Sisi pour approuver une initiative égyptienne de cessez-qui n’avait même pas soumise au Hamas, ce qui a incité des analystes cités par le Jerusalem Post à se demander si un cessez-le feu avait été sérieusement proposé.

Le Mossad et les responsables saoudiens du renseignement se réunissent régulièrement. Les deux côtés se sont concertés lorsque l’ancien président égyptien Mohamed Morsi était sur le point d’être déposé en Égypte, et ils sont main dans la main en ce qui concerne l’Iran, à la fois dans la préparation d’une attaque israélienne qui traverserait l’espace aérien saoudien, et dans le sabotage du programme nucléaire.

Il y a même été dit de bonne source que les Saoudiens financent l’essentiel de la très coûteuse campagne d’Israël contre l’Iran.

Pourquoi l’Arabie Saoudite et Israël font-ils à ce point bon ménage ? Pendant des décennies, les deux pays éprouvaient une sensation identique quand ils regardaient autour d’eux : la peur. Leur réaction a été similaire. Chacun sentait qu’ils ne pouvaient se prémunir contre ses voisins en les envahissant (Liban, Yémen) ou par le financement de guerres et coups d’État (Syrie, Égypte, Libye). Ils ont des ennemis ou rivaux en commun : l’Iran, la Turquie, le Qatar, le Hamas dans la bande de Gaza, et les Frères musulmans ailleurs. Et ils ont des alliés communs : les lobbys militaro-industriels américains et britanniques, l’homme fort du Fatah et l’atout des États-Unis Mohammed Dahlan qui a essayé autrefois de prendre le contrôle de Gaza et qui serait probablement prêts à le faire à nouveau.

La différence aujourd’hui, c’est que pour la première fois dans l’histoire de leurs deux pays, une coordination militaire a été mise en place. Le prince Turki, neveu du roi Abdallah, est le visage public de ce rapprochement rendu visible par la publication d’un livre sur l’Arabie écrit par un universitaire israélien. Le prince s’est rendu à Bruxelles en mai pour rencontrer le général Amos Yadlin, l’ex-chef du renseignement israélien qui a été inculpé par un tribunal en Turquie pour son rôle dans l’abordage du Mavi Marmara.

On pourrait faire valoir qu’il n’y a rien de sinistre dans l’implication du prince Turki dans le débat israélien et que ses motivations sont à la fois paisibles et louables. Le prince est un fervent partisan d’une initiative de paix proposée par le roi saoudien Abdallah. L’Initiative de paix arabe soutenue par 22 États arabes et 56 pays musulmans aurait effectivement été une base pour la paix si Israël ne l’avait pas ignoré il y a quelques 12 ans.

Le prince Turki est très lyrique sur les perspectives de paix dans un article publié par Haaretz. Il y écrit : « Et quel plaisir ce serait d’être en mesure d’inviter non seulement les Palestiniens mais aussi les Israéliens que j’allais rencontrer de venir me rendre visite à Riyad, où ils pourraient alors visiter ma maison ancestrale dans Dir’iyyah, qui a souffert aux mains de Ibrahim Pacha le même sort qu’a subi Jérusalem aux mains de Nabuchodonosor et des Romains ».

C’est les moyens utilisés, pas la fin en soi qui exposent le véritable coût humain de ces alliances. La promotion par le prince Turki de l’Initiative de paix arabe se fait au prix de l’abandon par le royaume de son soutien historique à la résistance palestinienne.

L’analyste saoudien Jamal Khashogji fait ce même constat quand il parle en langage codé du nombre d’intellectuels qui attaquent la notion de résistance : « Malheureusement, le nombre de ces intellectuels ici en Arabie Saoudite est plus élevé que la moyenne. Si une telle tendance se poursuit, elle va détruire la louable prétention du royaume d’avoir soutenu et défendu la cause palestinienne depuis l’époque de son fondateur, le roi Abd Al-Aziz Al-Saoud ».

La paix serait en effet la bienvenue pour tout le monde, et surtout pour Gaza en ce moment. Mais les moyens par lesquels les alliés d’Israël en Arabie saoudite et l’Égypte veulent y arriver, en encourageant Israël à donner au Hamas un coup fatal, amènent à douter de ce qui se trame vraiment. Le père de Turki, le roi Faisal bin Abdulaziz se retournerait dans sa tombe s’il voyait ce que son fils fait en son nom.

Cette alliance israélo-saoudienne est forgée dans le sang, le sang palestinien, le sang, ce dimanche, de plus de 100 victimes dans Shejaiya.