Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2016

Isis, Daesh et Cie, ce sont les USA et tous leurs valets

https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/12246949_10205085434557713_7546447988841716281_n.jpg?oh=617659bd2a44b17d5fe75269ac4a7b64&oe=56B0485E

17/10/2016

«J'ai peut-être dit quelques chose de mal ?», s'amuse Vladimir Poutine après une coupure de courant

 

«J’ai peut-être dit quelques chose de mal ?», s’amuse Vladimir Poutine après une coupure de courant

17 oct. 2016, 17:19

https://fr.rt.com/french/images/2016.10/article/5804d665c36188f1348b461a.jpg

Lors de la conférence de presse du sommet des BRICS, Poutine a averti les journalistes de son pool qu’ils pourraient être surveillés par les Américains. Quelques secondes après, les lumières se sont éteintes, provoquant la boutade du président.

En répondant à la question d’un journaliste russe sur la menace d’attaque informatique contre la Russie proférée par le vice-président américain, Joe Biden, lors de la conférence de presse du sommet des BRICS à Goa (Inde), le président russe a déclaré que les institutions américaines «espionnaient et écoutaient tout le monde». Il a aussi prévenu les journalistes qu'ils pouvaient attirer l’attention de l’Agence de sécurité nationale (NSA) américaine.

«Vous êtes tous et toutes l’objet d'enquêtes des services [de renseignement]. Vous portez certaines informations, vous entendez quelque chose, vous parlez à quelqu’un. Tout cela est systématisé, stocké et analysé. Voilà ce que fait la NSA», a-t-il précisé. Tout de suite après qu'il eut prononcé ces mots, l'éclairage de la salle a vacillé, avant de s'éteindre pendant une fraction de seconde.

«J’ai peut-être dit quelque chose de mal ?», a ironisé Vladimir Poutine.


 

Lire aussi : «On peut attendre n’importe quoi» de la part de Washington : Poutine sur la cyberattaque américaine

 

Résolution française sur la Syrie : la réponse du Venezuela (8 octobre 2016)

Résolution française sur la Syrie : la réponse du Venezuela (8 octobre 2016) 

Le 8 octobre 2016, alors que l'Armée syrienne, aidée par les troupes russes, est sur le point de gagner la bataille d'Alep, la France a soumis au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution visant à établir un cessez-le-feu à Alep-Est, afin que «la Russie et le régime syrien (...) cessent de frapper les hôpitaux, les infrastructures médicales, les femmes et les enfants» (Jean-Marc Ayrault). En réponse, l'ambassadeur du Venezuela à l'ONU a pris la parole pour rétablir quelques vérités sur l'action des forces russes et syriennes et la prétendue lutte contre le terrorisme des États-Unis et de leur vassal, la France.


 

 

L’État-major russe annonce une pause humanitaire à Alep - Alep: la "suprise" d'Assad pour Al Nosra

Enfin une bonne nouvelle dans le conflit Syrien qui prouve que la Russie mène le jeu en Syrie main dans la main avec Bachar Al-Assad, l’armée syrienne et leurs alliés !

Une pause humanitaire a été annoncée par l’Etat Major Russe pour le 20 octobre 2016 de 8 h à 16 h, qui permettra non seulement aux civils syriens d’avoir un peu de réconfort et aux malades d’être évacués, mais aussi aux mercenaires de se rendre après s’être rasé la barbe !!!!

En effet, Bachar Al-Assad a fait une surprises aux mercenaires. Alep: la"suprise" d'Assad pour Al Nosra L’armée syrienne envoie des rasoirs aux terroristes!!

Dans un acte teinté d'humour, l’armée syrienne a largué des " surprises" aux terroristes à Alep. Selon Shaamtimes, les internautes ont publié des images sur les réseaux sociaux montrant les paquets largués par l'armée syrienne contenant le drapeau officiel syrien, des vêtements blancs, des rasoirs,  du savon et un message écrit sur le papier. Le message demande aux terroristes de déposer leurs armes et de libérer les civils qu'ils utilisent comme bouclier humain à l’est d’Alep. Les internautes disent que le but de déposer des rasoirs dans des paquets est de faciliter la défection de ceux des éléments armés qui veulent quitter les rangs de Daech et d'Al Nosra.

Pour d'aucuns, un message plus profond est contenu dans cet acte : «avant de se rendre, abandonnez votre vision confessionnaliste ». "L’armée demande que les takfiristes se rasent la barbe qui est le signe de l’extrémisme religieux, puisque les terroristes croient que plus leur barbe est longue, plus grande est leur foi. Les hommes armés qui se rendront pourront quitter Alep via les couloirs sécurisés par l’armée. 

Poutine avait demandé plus de coopération internationale en Syrie Poutine veut plus de coopération en Syrie  et plus largement une meilleure coopération entre les pays arabes au Moyen Orient.  L’Egypte semble avoir compris qu’il fallait lâcher Ryad : Syrie: Sissi s'éloigne encore de Riyad ; et se rapproche de la Syrie  Coopération Damas/Le Caire contre Daech 


Le Roi du Maroc s’est aussi rapproché après 7 ans de bouderies de l’Iran avec la nomination d’un ambassadeur :  Iran/Maroc: les retrouvailles

 

Il ne reste plus qu’Erdogan à domestiquer pour que la Syrie ait enfin une paix relative : Alep: Ankara se retire!, Vers un face-à-face Turquie-Syrie?

Un sénateur US lucide : Sénateur américain : «Les habitants d’Alep sont otages des terroristes et de leurs sponsors» Tandis que les Etats-Unis accusent la Russie et Assad de «crimes de guerre», le sénateur américain Richard Black a confié à RT que Riyad, Ankara, l’OTAN et Doha finançaient des terroristes qui ne laissaient pas les civils sortir d’Alep.

L’armée russe a annoncé lundi une pause humanitaire à partir de 20 octobre La guerre en Syrie déclenchée en mars 2011 a fait plus 400.000 morts parmi les Syriens, selon l’ONU.


L’État-major russe annonce une pause humanitaire à Alep

21:04 17.10.2016

Le camp de réfugiés de Handarat, au nord d'Alep

L’État-major général des Forces armées russes a annoncé le début d’une pause humanitaire à Alep le 20 octobre prochain.

 
Une pause humanitaire sera mise en place le 20 octobre, de 8 à 16 heures (heure locale), dans la ville syrienne d'Alep, dévastée par des raids aériens et de violents combats, a annoncé lundi Sergueï Roudskoï, chef du commandement opérationnel principal de l'État-major général des Forces armées russes.


« La Russie mène des discussions avec l'Onu et les pays qui peuvent influer sur le Front al-Nosra pour que les unités de ce groupe armé quittent Alep conformément à l'initiative de Staffan de Mistura, envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu. Nous avons décidé de ne pas perdre de temps et de mettre en œuvre des "pauses humanitaires" pour garantir le passage des civils, évacuer les malades et les blessés et assurer le départ des terroristes », a indiqué le général Roudskoï.

Pendant la pause humanitaire du 20 octobre, les Troupes aérospatiales russes et l'armée gouvernementale syrienne ne porteront aucune frappe contre les positions des terroristes à Alep, assure-t-il.


« Nous avons appris que des terroristes essaient de se cacher parmi les civils, ils jettent les armes et rasent leurs barbes. Nous appelons les chefs des formations armées illégales et leurs sponsors : vous pourrez quitter sans problèmes les quartiers est d'Alep par deux couloirs à partir du 20 octobre à 8 heures », a ajouté le général.


Une rencontre consacrée au règlement de la crise syrienne s'est déroulée samedi dernier à Lausanne, en Suisse. Elle a réuni le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le secrétaire d'État américain John Kerry, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura, ainsi que les ministres des Affaires étrangères turc, saoudien, iranien, qatari, jordanien, égyptien et irakien. Les discussions ont duré plus de 4 heures sans aboutir à des ententes. Les participants n'ont pas fait de déclarations conjointes.

 


Alep: la"suprise" d'Assad pour Al Nosra  

L’armée syrienne envoie des rasoirs aux terroristes!!

Mon Oct 17, 2016 6:38AM

l’armée syrienne demande aux terroristes de se rasent la barbe extrémiste et sortir des couloirs sécurisés par l’armée.

l’armée syrienne demande aux terroristes de se raser la barbe extrémiste et sortir des couloirs sécurisés par l’armée.

Dans un acte teinté d'humour, l’armée syrienne a largué des " surprises" aux terroristes à Alep.

Selon Shaamtimes, les internautes ont publié des images sur les réseaux sociaux montrant les paquets largués par l'armée syrienne contenant le drapeau officiel syrien, des vêtements blancs, des rasoirs,  du savon et un message écrit sur le papier. Le message demande aux terroristes de déposer leurs armes et de libérer les civils qu'ils utilisent comme bouclier humain à l’est d’Alep.

http://217.218.67.233/photo/20161017/8d355355-8fe7-4fbc-ba20-39cbe62c2c05.jpg

Les paquets largués par l'armée syrienne aux terroristes d'Alep©Al Alam

Les internautes disent que le but de déposer des rasoirs dans des paquets est de faciliter la défection de ceux des éléments armés qui veulent quitter les rangs de Daech et d'Al Nosra.

Pour d'aucuns, un message plus profond est contenu dans cet acte : «avant de se rendre, abandonnez votre vision confessionnaliste ». "L’armée demande que les takfiristes se rasent la barbe qui est le signe de l’extrémisme religieux, puisque les terroristes croient que plus leur barbe est longue, plus grande est leur foi. Les hommes armés qui se rendront pourront quitter Alep via les couloirs sécurisés par l’armée. 

 

«Qu'ils ne comptent pas là-dessus!»: Poutine n'entend pas annuler les contre-sanctions

«Qu’ils ne comptent pas là-dessus!»: Poutine n’entend pas annuler les contre-sanctions
17:38 16.10.2016

Poutine n’entend pas annuler les contre-sanctions

 

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’issue du sommet des BRICS à Goa, à la question de savoir si les contre-mesures économiques russes seraient assouplies au moins partiellement, le président russe Vladimir Poutine a répondu que l’Occident pouvait toujours courir.

 
Poutine a fait remarquer que même si la Russie avait introduit les restrictions économiques « consciemment » et qu'il s'agissait d'une « réponse asymétrique », elles n'avaient pas été introduites uniquement en réponse aux sanctions occidentales et seulement dans les domaines où c'était bénéfique pour la Russie.

A la question de savoir si l'assouplissement des contre-mesures de la part de la Russie était possible, le leader russe a répondu de manière très claire:

« qu'ils ne comptent pas là-dessus ».

Et de poursuivre :

« Je vais essayer de développer mon idée. Je ne considère pas que nos contre-mesures soient des sanctions, ce sont des contre-mesures introduites afin de protéger notre marché, » a expliqué M. Poutine.

En outre, le chef de l'État russe a fait savoir que la Russie n'envisageait pas de prendre de nouvelles mesures à l'égard des pays de l'Occident en réponse aux sanctions :

« Nous ne projetons rien pour l'instant, aucune contre-mesure. Il faut voir comment nos partenaires agiront, nous prendrons la décision après », a-t-il souligné.

Le président russe a expliqué que suite aux sanctions qui touchent le domaine de la production industrielle, de la production à double usage et des financements, la Russie a choisi de ne pas

« faire la même chose en réponse » :


« Donc, nous l'avons fait dans un domaine qui leur pose des problèmes, ils perdent des milliards, vous le voyez. Ce n'est pas nous qui le disons, ce sont des experts occidentaux, les représentants des domaines respectifs de la production. » Et de conclure qu'aucune mesure ne serait prise dans le but de « punir quelqu'un pour se punir en retour ».