Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2016

Londres censure la presse russe : Rédactrice en chef de RT : les comptes bancaires de la chaîne bloqués au Royaume-Uni

Les sanctions promises par Londres et Washington après l’échec des négociations à Lausanne, alors que la Russie s’est opposée au départ d’Assad et à la mise en place de trêves pour permettre aux pays du Golfe et aux pays occidentaux d’armer leurs mercenaires, au détriment de la livraison de l’aide humanitaire apportée aux civils syriens, commencent par la censure des médias russes à Londres et au blocage des comptes de RT (Russia Today).

 

En lien avec ces articles ci-dessous :

Syrie négociations à Lausanne. Sommet des BRICS en Inde à Doa

Syrie : Washington et Londres menacent la Russie de nouvelles sanctions

Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc

Interview intégrale du Président Poutine par TF1

 

Rédactrice en chef de RT : les comptes bancaires de la chaîne bloqués au Royaume-Uni

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, a annoncé que tous les comptes bancaires de la chaîne RT avaient été bloqués au Royaume-Uni. La porte-parole de la diplomatie russe a qualifié cette démarche d’abandon de la liberté d’expression.

«Tous nos comptes bancaires ont été bloqués au Royaume-Uni. Tous. "La décision est unilatérale". Vive la liberté d’expression !», a twitté la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan.

 

 

«Nous avons réexaminé notre arrangement avec vous et avons pris la décision de ne plus vous fournir ces services», a fait savoir à RT UK la banque NatWest dans le courrier officiel qu’elle lui a adressé.

Il est également précisé que toutes les entités de Royal Bank of Scotland, dont NatWest fait partie, refuserait à l’avenir de coopérer avec RT. Selon le document, cette décision est «définitive» et «n’est pas sujette à discussion».

https://fr.rt.com/french/images/2016.10/original/5804c098c46188f6018b463e.jpg

«Nous n’avons aucune idée de la raison pour laquelle cela s’est passé parce que ni hier, ni avant-hier, ni le mois dernier, rien d’extraordinaire ne nous est arrivé, personne ne nous a menacés. Théoriquement, cela pourrait être lié à de nouvelles sanctions antirusses britanniques et américaines qui pourraient être publiées très prochainement. Peut-être que ces deux évènements ne sont pas liés. Notre département juridique étudie maintenant cette situation», a précisé Margarita Simonyan.

Concernant le blocage de la chaîne russe à vocation internationale, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a précisé qu’en quittant l’UE le Royaume-Uni a «abandonné toutes ses obligations liés à la défense de la liberté d’expression».

«Comme on dit : on entame une nouvelle vie sans mauvaises habitudes», a-t-elle ironisé.

 

«On dirait que c’est plus qu’une coïncidence que cela soit arrivé au moment où la propagande antirusse a atteint un niveau sans précédent», a déclaré l’écrivain John Wight à RT.

«Cela reflète l’ampleur avec laquelle l’Occident perd la guerre de l’information. RT joue un rôle clé en défiant les récits de l’Occident et des médias occidentaux quand il s’agit des évènements en Ukraine, en Syrie et au Moyen-Orient», a-t-il poursuivi.

 

 

 

Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc

Les États-Unis et l’Union européenne ont lancé une guerre qui ne dit pas son nom contre la Syrie, l’Iran et la Russie, celle des « sanctions économiques ». Cette tactique redoutable a tué plus d’un million d’Irakiens dans les années 90, sans éveiller les soupçons des opinions publiques occidentales. Elle est aujourd’hui patiemment mise en place contre les États qui refusent d’être dominés par l’Ordre mondial unipolaire.

 

JPEG - 50.1 ko

Par le passé, la stratégie des guerres conventionnelles comprenait le siège d’une ville ou d’un État. Il s’agissait d’isoler l’ennemi, de l’empêcher d’utiliser ses ressources, de le soumettre à la famine, et en définitive de le vaincre. En Europe, l’Église catholique a fermement condamné cette tactique comme criminelle en ce qu’elle tue d’abord les civils, et seulement ensuite les belligérants.

Aujourd’hui, les guerres conventionnelles comprennent les « sanctions économiques », qui visent aux mêmes buts. De 1990 à 2003, les sanctions décrétées contre l’Irak par le Conseil de sécurité des Nations unies tuèrent plus d’un million de civils. De fait, il s’agissait bien d’une guerre menée par des banquiers au nom de l’institution chargée de promouvoir la paix.

Il est probable que plusieurs États qui votèrent pour ces sanctions n’en avaient perçu ni l’ampleur, ni les conséquences. Il est certains que lorsque certains membres du Conseil de sécurité en demandèrent la levée, les États-Unis et le Royaume-Uni s’y opposèrent, portant en cela la responsabilité du million de morts civils.

Après que de nombreux hauts-fonctionnaires internationaux ont été renvoyés pour leur participation au massacre du million de civils irakiens, les Nations unies réfléchirent à la manière de rendre des sanctions plus performante par rapport aux objectifs annoncés. C’est-à-dire de s’assurer qu’elles ne toucheraient que les responsables politiques et militaires et pas les civils. On parla donc de « sanctions ciblées ». Cependant, malgré les nombreuses recherches en la matière, on n’a jamais pratiqué de sanctions contre un État qui ne touchent que ses dirigeants et pas sa population.

L’effet de ces sanctions est lié à l’interprétation que les gouvernements font des textes qui les définissent. Par exemple, la plupart des textes évoquent des sanctions sur les produits à double usage civile et militaire, ce qui laisse une grande marge d’interprétation. Une carabine peut-être interdite à l’exportation vers un État déterminé car elle peut servir aussi bien à la chasse qu’à la guerre. Mais une bouteille d’eau peut être bue aussi bien par une mère de famille que par un soldat. En conséquence, les mêmes textes peuvent aboutir —selon les circonstances politiques et l’évolution de la volonté des gouvernements— à des résultats extrêmement différents.

La situation est d’autant plus compliquée qu’aux sanctions légales du Conseil de sécurité s’ajoutent les sanctions illégales des États-Unis et de l’Union européenne. En effet, si des États ou des institutions intergouvernementales peuvent légalement refuser de commercer avec d’autres, ils ne peuvent établir de sanctions unilatéralement sans entrer en guerre.

Le terme de « sanction » laisse à penser que l’État qui en est l’objet a commis un crime et qu’il a été jugé avant d’être condamné. C’est exact pour les sanctions décrétées par le Conseil de sécurité, mais pas pour celles unilatéralement décidées par les États-Unis et l’Union européenne. Il s’agit purement et simplement d’actes de guerre.

Depuis la guerre contre les Britanniques, en 1812, Washington s’est doté d’un Bureau, l’Office of Foreign Assets Control, qui est chargé de mener cette guerre en cols blancs.

Actuellement les principaux États victimes de sanctions, ne le sont pas du fait des Nations unies, mais exclusivement des États-Unis et de l’Union européenne. Ce sont la Syrie, l’Iran et la Russie. C’est-à-dire les trois États qui se battent contre les jihadistes soutenus par les Occidentaux.

La plupart de ces sanctions ont été prises sans lien direct avec la guerre contemporaine contre la Syrie. Les sanctions contre Damas sont principalement liées à son soutien au Hezbollah libanais et à l’asile qu’il avait accordé au Hamas palestinien (qui a depuis rejoint les Frères musulmans et se bat contre lui). Les sanctions contre l’Iran ont été prétendument prises contre son programme nucléaire militaire, même si celui-ci a été clôturé par l’ayatollah Khomeiny, il y a trente ans. Elles se poursuivent malgré la signature de l’accord 5+1 censé résoudre ce problème qui n’existe pas. Celles contre la Russie sanctionnent le rattachement de la Crimée après que celle-ci a refusé le coup d’État nazi de Kiev, qualifié de « révolution démocratique » par l’Otan.

Documents joints

 

Les députés européens ont « débloqué » la Crimée

Les députés européens ont « débloqué » la Crimée

Europe

5 régions italiennes ont envoyé leurs émissaires, à savoir : Veneto, Ligurie, Lombardie, Toscane, Emilie-Romagne.

http://pravda-team.ru/france/image/preview/article/7/3/1/1303731_five.jpeg

 

Le président de la commission de la Douma de Russie Léonid Sloutski estime que les visites en Crimée des députés européens - d'abord français, puis italiens - sont significatives et détruisent la logique des sanctions anti-russes.

« Hormis les députés, la Péninsule est visitée par les hommes d'affaires italiens menant des négociations concrètes sur la coopération dans le domaine d'industrie etd e commerce, aussi bien que dans les sphères technologiques et culturelle. C'est une digne réponse aux idéologues des sanctions anti-russes, désireux de griller les fusibles de notre économie et provoquer l'isolation de la Fédération de Russie. Nous attachons une grande importance à cette visite et espérons qu'elle jetterait les bases pour une coopération commerciale et industrielle entre la Crimée et les régions italiennes », a déclaré le politicien.

Récemment le député de Ligurie, membre du parti de la droite « La Ligue du Nord » Edoardo Rixi a raconté à RT que les parlementaires allaient discuter avec le président de la république de l'éventuel développement des relations commerciales pour contourner les restrictions imposées. « Nous estimons que c'est aux Ukrainiens qu'il incombe de décider dans quel pays ils veulent vivre : ils ont mené à bien un référendum en bonne et due forme. Le problème est qu'à Rome ils ont une autre optique. Les intentions réelles de notre premier-ministre quant à la levée des sanctions demeurent toujours hermétiques pour nous », a laissé entendre Edoardo Roxi.

Ensemble avec ses collègues, le politicien va s'évertuer à inclure la question sur l'abrogation de l'embargo anti-russe dans l'agenda de la Chambre basse de l'Italie, à Rome, aussi bien qu'au niveau du Parlement Européen. Selon M. Rixi, il fera l'impossible pour restaurer de bonnes relations avec toute la Fédération de Russie.

« L'Europe sans Russie n'en est pas une ! On nepeut couper le contact avec un si gros joueur du continent », croit le député.

Il est à rappeler que les relations entre la Russie et l'Occident se sont gâtés à cause de la conjoncture politique en Ukraine. La Crimée est devenue une région russe à la suite d'un référendum d'initiative populaire menée en Crimée en mars 2014 : 96,77 % d'électeurs de la République de la Crimée et 95;6 % des habitants de Sébastopol ont voté l'entrée dans la Fédération de Russie.

 

Très bientôt la Russie possédera des armes hypersoniques

 

Très bientôt la Russie possédera des armes hypersoniques

Défense

L'information a été livrée par Boris Obnosov, directeur général de la corporation « Missiles tactiques ».

http://pravda-team.ru/france/image/preview/article/6/7/6/1303676_five.jpeg

 

Il a déclaré que le travail sur ce type d'armements est mené d'arrache-pied et avec un zèle que l'on devine. Les projets hypersoniques sont, pour une large part, tributaires d'études soviétiques. Ces recherches reçurent jadis pour nom de code « Kholod » (Froid) et « Kholod-2 ». La récupération du patrimoine scientifique est parfaitement logique, car « il n'y a aucune raison pour faire repartir les recherches de la case zéro. Nos technologies sont maintenant au niveau requis pou réussir dans ce domaine », a confié le directeur.

Obnosov a également fait valoir que la Chine et les Etats-Unis sont au coude à coude avec la Russie dans ce domaine, mais qu'il n'y existe aucun autre concurrent.

« Il faut encore investir beaucoup de moyens dans les recherches et les expériences grandeur nature à mener dans les polygones. Mais les résultats escomptés en valent bien les chandelles », a conclu Boris Obnosov.

Il est fort bien connu que d'aucuns experts militaires américains croient la Russie déjà en possession de tels armements. En mai dernier, Mike Billington de l'Executive Intelligence Review, a déclaré que, stratégiquement, Vladimir Poutine devance Barak Obama d'un pas parce que les Russes seraient déjà en mesure de tromper tous les systèmes américains de défense aérienne.

 

 

[Vidéo] États-Unis-Russie : Tensions Géopolitiques et Terrorisme, par Thinkerview

 

[Vidéo] États-Unis-Russie : Tensions Géopolitiques et Terrorisme, par Thinkerview

 

capture-decran-2016-10-10-a-23-19-37

Entretien avec Artem Studennikov (Ministre Conseiller de l’Ambassade de Russie).
Vidéo enregistrée le 7 octobre 2016.

SUJETS :
Conflit Nucléaire, Ministre Conseiller, Russie, USA, Iran, Arabie Saoudite, Syrie, Libye, France, Liban, Yémen, OTAN, Guerre froide, Moyen-Orient, Afghanistan, Cameroun, Tchad, Mali, Nigeria, Tchétchénie, Terrorisme, Déstabilisation extrémiste, opposition modérée, Etat Islamique, Égypte, Bavures, Alep.