Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2015

Poutine est à prendre au sérieux

Poutine est à prendre au sérieux

Poutine est à prendre au sérieux

« SI LA BAGARRE EST INÉVITABLE, IL FAUT FRAPPER LE PREMIER »

Ce serait une grave erreur pour l’Occident et ses dirigeants de ne pas prendre au sérieux ce que dit Poutine. Il n’est pas du genre à parler pour ne rien dire. Ce qu’il a à dire, il le dit sans élever le ton et sans effet oratoire. Les mots sont pesés, les pensées sont claires et ses intentions sont sans équivoque. On se souviendra de son intervention, l’an dernier, à la rencontre de Valdaï, où il avait précisé les défis à relever de la part des puissances qui conditionnent les destinées de ce monde.

« …le monde s’est engagé dans une époque de changements et de mutations profondes, époque où nous devons tous faire preuve d’un degré élevé de prudence et d’une capacité à éviter les démarches irréfléchies ».

Cette année, à l’occasion de sa rencontre avec les experts internationaux, réunis à Sotchi pour la XIIe édition du club de discussion de Valdaï, il a de nouveau pris la parole dans un contexte où les problèmes semblent s’accentuer plutôt que diminuer. Le conflit en Ukraine n’est toujours pas résolu. En Syrie, le droit international de l’État syrien est toujours bafoué par la coalition occidentale qui ignore la souveraineté et l’indépendance du peuple syrien. Elle recrute, forme, arme et finance une soi-disant armée de libération syrienne (ALS) pour lutter contre l’armée syrienne et le gouvernement de Bachar Al-Assad. Pendant ce temps, les terroristes de l’État islamique étendent leur influence et leur domination sur le territoire syrien et, au lieu de disparaître sous les frappes de la coalition occidentale, ils se sont renforcés. Ce fut à tout le moins le cas jusqu’à ce que la Russie intervienne en réponse à l’appel du président Bachar Al-Assad.

« Les États-Unis possèdent un grand potentiel militaire, mais il est toujours difficile de mener un double jeu : lutter contre les terroristes et en même temps en utiliser certains pour poser des pions sur le damier du Moyen-Orient dans leur propre intérêt. Il est impossible de vaincre le terrorisme si l’on utilise une partie des terroristes comme un bélier pour renverser des régimes que l’on n’aime pas. On ne peut pas ensuite se débarrasser de ces terroristes. C’est une illusion de croire qu’on pourra les chasser du pouvoir. Le meilleur exemple nous est donné par la situation en Libye. On espère que le nouveau gouvernement pourra stabiliser la situation, mais ce n’est pas le cas pour l’instant ».

Ce double jeu des États-Unis et de ses alliés agace d’autant plus Vladimir Poutine qu’il rend pratiquement impossible toute action concertée pour se libérer de l’État islamique et du terrorisme, quelle que soit la forme qu’il prend. Il n’y a pas, comme il le dit dans une autre partie de son intervention, un terrorisme modéré et un terrorisme cruel. Dans les deux cas on tue et l’on assassine, faisant fi de tout droit et de toute loi.

« «Il ne faut pas diviser les terroristes entre modérés et non-modérés. On voudrait savoir la différence. Les experts disent que les terroristes «modérés» décapitent les gens de façon modérée ou tendre»

Deux conflits majeurs permettent de cerner avec précision ce qui sépare l’approche de la Russie de celle des États-Unis et de L’Europe.

En Ukraine, la Russie a toujours soutenu que le conflit en est un entre le Donbass et le gouvernement central de Kiev. Il appartient donc au gouvernement de Kiev de reconfigurer la constitution en concertation avec les gouvernements du Donbass (Donetsk et Lougansk) de manière à respecter leurs particularités culturelles et leur autonomie comme peuples. C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle en est arrivé Minks2. À ce jour Kiev se résiste à cette concertation assurant un statut particulier pour cette région du sud-est de l’Ukraine.

Les États-Unis, n’ayant pas participé directement à ces négociations de Mink2 n’en continue pas moins à apporter leur soutien au gouvernement central de Kiev en lui fournissant des armes et en formant des soldats pour lutter contre les populations du Donbass.

En Syrie, la Russie reconnaît la légitimité de l’État syrien ainsi que celle de son président, Bachar Al-Assad. C’est d’ailleurs à l’invitation de ce dernier que la qu’elle intervient pour lutter contre les terroristes de l’État islamique qui n’ont rien à voir, comme tel, avec le peuple syrien. Par contre, les groupes armés, d’une soi-disant opposition syrienne, profitent de la présence de l’État islamique pour accentuer leurs actions contre l’armée régulière et le gouvernement de Bachar Al-Assad. À plusieurs reprises, la Russie a demandé aux États-Unis qui l’accusent de bombarder cette armée de l’opposition qu’ils soutiennent en armements, en formation et en argent de leur fournir la liste des positions de l’ALS. Tout ceci pour éviter de les prendre pour cibles. Cette requête est demeurée sans réponse. Pour la Russie, Il appartiendra à l’armée régulière syrienne de les combattre ou aux responsables politiques des deux groupes en litige de résoudre entre eux, leurs différents. Pour Moscou, ce sera toujours le peuple syrien qui devra avoir le dernier mot concernant le choix de ses dirigeants et le régime politique de l’État.

Quant aux États-Unis et ses alliés, ils ne reconnaissent pas la légitimité du gouvernement dirigé par Bachar Al-Assad et n’en tiennent aucunement compte dans leurs interventions en Syrie. Ils recrutent des mercenaires d’un peu partout à travers le monde pour grossir les rangs de l’ASL. Cette opposition armée n’est en rien comparable avec les combattants du Donbass, en Ukraine. Dans ce dernier cas, ce sont les populations locales, soutenues par leurs gouvernements régionaux, qui réclament un statut spécial qui respecte leur particularité culturelle et ethnique.

Il est évident que les approches ne sont pas du tout les mêmes et que les fondements qui les soutiennent ne répondent pas aux mêmes principes.

Pour la Russie, il est prioritaire de respecter le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de celui des États à jouir pleinement de leur indépendance et souveraineté.

Pour les États-Unis et ses alliés européens, le principe qui sous-tend tous les autres est celui de la subordination des régimes politiques et économiques à leurs intérêts. La gouvernance mondiale recherchée nivelle le principe des nations et, avec ce dernier, celui de leurs droits.

La rencontre de Vienne

Lavrof et Kerry34

Cette rencontre sur trois jours des principaux acteurs concernés dans cette guerre en Syrie n’a malheureusement pas donné les résultats escomptés. Les États-Unis ont décidé d’envoyer des militaires en Syrie pour soutenir l’armée d’opposition syrienne et poursuivre ainsi leurs actions contre le gouvernement syrien. Cette décision prend la forme d’une véritable provocation contre l’intervention russe en Russie. Sous des dehors de promoteur de la paix en Syrie, John Kerry se moque éperdument de la Russie et de son ministre des relations internationales, Serguei Lavrov. Il parle et agit comme si les États-Unis avaient toujours bien en main le leadership de la lutte contre le terrorisme et des voies à suivre pour rétablir la paix en Syrie.

Cette intervention du secrétaire d’État, John Kerry, ne prend aucunement en compte l’approche russe de la lutte contre l’État islamique pas plus d’ailleurs que celle de la reconnaissance légitime du Gouvernement syrien. Plus tôt, le chef de la diplomatie russe s’était prononcé pour un règlement politique du conflit syrien impliquant la participation du président Bachar Al-Assad et la participation de l’ensemble de l’opposition syrienne non armée.

Il faut dire que les provocations des États-Unis contre la Russie ne manquent pas. Tout est mis en œuvre pour discréditer ses interventions en Syrie et minimiser ses succès. Sur la scène européenne, l’étau se resserre autour de la Russie. Sur ce dernier point, la Russie a servi un sérieux avertissement à l’OTAN.

« Il s’agit du rapprochement de l’OTAN et de ses infrastructures militaires vers nos frontières, ce qui constitue un phénomène que nous considérons comme indésirable et dont nous expliquons depuis longtemps les potentielles conséquences dangereuses », a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à la question de commenter les informations parues dans le WSJ.

Que va conclure Vladimir Poutine de tout cela?

Il est certain qu’il a décodé depuis un bon bout de temps la stratégie et les objectifs des États-Unis. Les comportements de ses « partenaires » occidentaux, comme il les appelle, lui confirment le fait qu’ils ne démordent pas de leur grand projet de s’asservir les nations et les peuples. La confrontation est de plus en plus plausible. Sur ce dernier point, John Kerry qui se dit optimiste quant à la non intervention de la Russie peut très bien se tromper. Il devrait plutôt prendre très au sérieux ces propos tenus par Vladimir Poutine à la tribune de Valdaï.

“Il y a 50 ans, à Saint-Pétersbourg, la rue m’a appris une règle : si la bagarre est inévitable, il faut frapper le premier.”

 L’Occident risque beaucoup à ne pas prendre au sérieux Vladimir Poutine. 

Oscar Fortin

http://humanisme.blogspot.com

De hauts fonctionnaires russes dénoncent une manipulation grossière de l’opinion publique

De hauts fonctionnaires russes dénoncent une manipulation grossière de l’opinion publique

De hauts fonctionnaires russes dénoncent une manipulation grossière de l’opinion publique

La Russie a augmenté sa cadence quotidienne de frappes aériennes en Syrie, en raison de la réduction du temps mis entre la détection et la frappe des cibles islamistes. Outre l’optimisation de la reconnaissance aérienne, les Russes ont bénéficié de l’intensification des actions dans le domaine HUMINT, en utilisant des canaux et des sources d’information de l’armée syrienne.

La Russie change radicalement sa tactique de bombardement en Syrie

Et cela a été constaté dans tous les canaux médiatiques occidentaux qui ont accepté l’invitation du ministère russe de la Défense et ont fait des reportages sur la base militaire russe de Hmeymim en Syrie.

http://www.france24.com/fr/20151022-exclusif-video-lattaquie-armee-russe-prend-quartiers-syrie-poutine-frappes-assad

Les journalistes russes aussi font leur travail sur le terrain, disposant d’un matériel dernier cri pour obtenir des images et faire des reportages « à chaud » sur la ligne de front.


Les membres de la délégation du Parlement russe: Sergei Gavrilov, Alexander Iouchtchenko et Dmitri Sabline, qui ont visité Damas cette semaine, ont mis en garde contre le risque sérieux représenté par la manipulation pratiquée par les médias occidentaux à propos des opérations militaires de la Russie en Syrie.

delegatie-Parlamentul-Rusiei

Faisant fi de la réalité, illustrée par les images émanant du front, Antony Blinken, secrétaire d’Etat adjoint de John Kerry, a déclaré que l’intervention russe en Syrie ne se déroule pas bien, car il y a eu très peu de progrès. Sa conclusion est que les Russes ne peuvent pas vaincre en Syrie, ils ne pourront qu’empêcher la défaite de Bachar Al-Assad.

syrie 20151031

La théorie de la désinformation qui guide Washington se réfère à toute intervention sur les éléments de base de la communication afin de cultiver un type de réactions, attitudes et actions chez les récepteurs (consommateurs de médias). Cette intervention est voulue et même dictée par le bénéficiaire, c’est à dire le Département d’État (ministère des Affaires étrangères). Les parlementaires russes qui étaient à Damas ont invoqué « un consensus sur un agenda » de la part des médias occidentaux, qui leur fait faire des variations sur le thème imposé par le Département d’Etat américain.

Le plan américain pour anéantir la Russie en Syrie

De leurs bureaux confortables, les journalistes britanniques de la prestigieuse IHS Jane’s Defense ont commencé à calculer les coûts des opérations aériennes de la Russie en Syrie, pour les faire relayer immédiatement pour toute la grande presse occidentales (This is how much Russia’s ‘war’ in Syria costs). Ils y énumèrent les coûts de l’alimentation, de l’équipement et de cantonnement du personnel militaire, ainsi que les coûts de la logistique, de renseignement et de la communication. IHS Jane’s Defense nous apprend également le coût de l’heure de vol d’un avion occidental de 4ème génération et celui d’un hélicoptère russe, en tenant compte du prix des munitions utilisées quotidiennement par la Russie en Syrie.

L’exactitude de ces calculs ne peut être vérifiée par les lecteurs ordinaires auxquelles ils sont adressés. Donc, la seule conclusion qui en sera tirée sera dictée par le Département d’Etat américain, à savoir, pointer du doigt le gaspillage des ressources de la Russie qui dépense 2,4 millions USD chaque jour dans opérations aériennes en Syrie. Cela lui permet ensuite de faire des prévisions sur le futur effondrement de l’économie russe raison de la baisse du prix d’un baril de pétrole, des sanctions européennes et des dépenses occasionnées par les frappes contre l’EI en Syrie.

Mi-24-Syria

Un autre média zélé dans le domaine de la manipulation imposée par le Département d’État américain est, selon les trois députés Russes mentionnés précédemment, le quotidien allemand Die Welt qui est repris par la plupart des médias de masse européens. Die Welt affirme que le résultat des bombardements russes durant les trois dernières semaines aurait dû se matérialiser par la destruction de la plupart des cibles de l’EI, ce qui n’a pas été le cas. Par conséquent, selon Die Welt, les bombardements russes ont conduit à « 50 centimètres de territoire acquis par l’armée syrienne, au prix de la destruction de 24 chars et la mort de 250 soldats syriens. »

Rusia-Siria-atack

Toute la rédaction de Die Welt s’est essayée à ridiculiser l’utilisation des 26 missiles de croisière russes lancées à partir de la mer Caspienne, disant que c’était une action de propagande dédiée à l’anniversaire du président Vladimir Poutine. En réponse à ces allégations, les parlementaires russes on déclaré que, quand bien même ces missiles auraient été lancés le jour de la fête nationale de l’Allemagne ou des Etats-Unis, leur message n’en auraient pas été moins clair pour tous les pays fournissant aux rebelles islamistes en Syrie des armes qui mettraient en péril la force aérienne russe. Les objectifs militaires de ces pays en Europe et au Moyen-Orient sont tous à portée des missiles de croisière de la flotte russe de la Baltique, la mer Noire , la mer Caspienne, et des missiles de croisière des 100 bombardiers russes à grand rayon d’action de type Tu-22 M3, Tu-95 et Tu-160.

Quels secrets Poutine a-t-il divulgué à Bachar al-Assad à Moscou ?

Ce que Die Welt omet de dire, c’est que depuis plus d’un an, le Pentagone a dépensé environ 14 milliards de dollars pour le bombardement de l’État islamique, mobilisant à cet effet plus d’une centaines d’avions et un porte-avions dans le golfe Persique. Et par les résultats obtenus dans cette opération, au niveau de l’’efficacité, l’US Air Force se classe à égalité avec l’armée du Burundi. Die Welt manque cruellement d’inspiration pour cacher ses véritables objectifs, qui sont d’orienter la perception du public pour le rendre réceptif aux conclusions imposées par le département d’Etat. Die Welt nous suggère l’une de ces conclusions en affirmant que Poutine devra renoncer à ses prétentions au leadership en Syrie et au Moyen-Orient, et qu’il restera un joueur insignifiant, comme beaucoup d’autres dans la région.

Valentin Vasilescu

 

Traduction Avic – Réseau International

 

01/11/2015

Selon Ashton Carter, la Russie subira prochainement des «pertes» humaines en Syrie

Petit rappel des menaces proférées contre la Russie par Ashton Carter, début octobre 2015

A rapprocher de cet article où il est justement question d'avion (en lien avec le crash en Égypte ?)

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis. Le complot US/Ukrainien contre la Russie

Selon Ashton Carter, la Russie subira prochainement des «pertes» humaines en Syrie

Pour le secrétaire américain à la Défense, la Russie doit s'attendre à des pertes humaines dans les prochains jours.

La Russie, engagée en Syrie aux côtés du président syrien Bachar el-Assad, va bientôt subir des «pertes», a déclaré jeudi à Bruxelles le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter. «Je m'attends à ce que, dans les prochains jours, la Russie commence à subir des pertes» humaines, a affirmé M. Carter lors d'une conférence de presse au siège de l'Otan à Bruxelles.

En savoir plus : Pour le Pentagone, les avions russes ne sont pas une menace pour les drones américains en Syrie

Difficile de savoir ce que sous-entend ainsi Ashton Carter, d'autant que la Russie se contente pour le moment, comme la coalition dirigée par les Etats-Unis, de frappes aériennes sur la Syrie. Seule certitude pour Ashton Carter, Moscou «s'enterre dans son isolement».

Le responsable américain a ainsi exhorté Vladimir Poutine à s'aligner sur la stratégie américaine d'aides à certaines factions en Syrie. Sergueï Lavrov avait déjà répondu à ces accusations, en affirmant que «l'Armée syrienne libre est une structure fantôme. On ne sait rien sur elle. Où se trouve cette Armée syrienne libre ? Qui est son chef ?». 

En savoir plus : Moscou et Washington travaillent à la coordination des opérations aériennes en Syrie

Ashton Carter a aussi affirmé, suite à la réunion des ministre de la Défense des 29 états membre de l'Otan que Moscou aurait agi d'une manière irresponsable, risquant la confrontation avec des avions de la coalition dirigée par les Etats-Unis contre l'organisation Etat islamique. «Ils (les Russes) ont tiré des missiles de croisière d'un navire depuis la mer Caspienne sans avertissement, et ils se sont approchés à quelques kilomètres d'un de nos drones», a affirmé le chef du Pentagone.

La Russie, de son côté, a déploré précédemment que les États-Unis réduisent «la coordination seulement aux aspects techniques». Washington refuserait en effet toujours de partager avec la Russie ses informations sur Daesh en utilisant, d’après les responsables russes, «toute excuse possible pour éviter de coopérer».

 

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis. Le complot US/Ukrainien contre la Russie

Voir l'article en anglais sur le site de Veterans Today : Ukrainian Wikileaks: McCain and Saakashvili are plotting to shoot down American plane in Syria to blame Russia [transcript]

Traduction Google : Wikileaks Ukrainien: McCain et Saakachvili complotent pour abattre un avion américain en Syrie pour en blâmer la Russie [transcription]

Bientôt privé de nationalité géorgienne, Saakachvili accuse Moscou

 

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis

La Russie et la Syrie: ultima ratio regis

 

Du jamais vu dans le domaine des révélations politico-militaires! La première chaîne de télévision russe vient de mettre en images les révélations fournies par le pendant exact du Wikileaks en Ukraine: les Américains auraient planifié de lancer une diversion contre les troupes russes en Syrie en se servant… des Géorgiens et des Ukrainiens!

Le scoop a été décroché par les hakers qui ont dépisté une conversation qui a eu lieu à huis clos, bien entendu, entre l’ancien président de Géorgie Saakachvili, nommé par le Président ukranien Porochenko nouveau gouverneur d’Odessa, et de son collègue, ancien ministre de la Défense de Géorgie. Le redoutable Michiko (sobriquet gentil dont ses proches affublent Saakachvili) serait le cerveau de cette cabale diabolique qui prévoyait d’envoyer les lance-missiles de fabrication soviétique de type Stinger en Syrie pour détruire plusieurs villages kurdes et semer la pagaille dans les rangs de l’Armée syrienne. Les vétérans des paras géorgiens – retraités, cela s’entend, et en fuite de leur propre pays depuis belle lurette – devaient organiser le tout. Dans la conversation dactylographiée « de source sure » Saakachvili se renseigne sur les détails de la manipulation en expliquant que le commanditaire serait le sénateur américain Mac Kain. Ce dernier voudrait coûte que coûte « botter le cul des Russes », histoire de faire bouger ce bon vieux Obama, toujours en retard d’une guerre.

La bande de la conversation n’a pas été encore rendue publique, mais le gouverneur d’Odessa clame haut et fort son innocence. Selon lui, il s’agirait d’une provocation des barbouzes moscovites.

Provocation ou pas, on ne se souvient que trop bien de cette lugubre prophétie lancée devant le grand public par Ashton Carter, ministre de la Défense des Etats-Unis. Il prétendait que les Russes seraient bientôt victimes d’une attaque en Syrie, et « auront de nombreux morts à déplorer». Ensuite les Américains et leurs acolytes se sont arrangés pour publier des drôles d’informations sur les soi-disant pertes du contingent russe, aussitôt démenties par la Défense russe.

Quoi qu’il en soit, l’idée de Saakachvili – s’il y en a une – a tout du doigté d’un maître-aventurier. Si l’on applique les règles du « Grand Echiquier » de Zbiegniew Brzezinski, on aura vite fait d’appréhender la conjoncture: il n’y a que la Syrie qui fait barrage au plan « Nabucco », charpenté par Washington pour pomper le pétrole centre-asiatique en transit via les ports de Syrie. Si Damas succombe à DAESH, le pipe-line serait mis en place, et priverait la Russie de sa position de monopole sur le marché occidental. Le pétrole pas cher inonderait l’Europe et ferait chuter le rouble rattaché au pétro-dollar. Une telle perspective referait le scénario de 1991 pour faire éclater la Russie qui se retrouverait sans budget et ferait vite faillite. Ensuite les hordes de DAESH attaqueront le Caucase pour déferler sur la plaine méridionale russe et drainer le flux des immigrés du Proche-Orient et de l’Afrique en direction de la Russie – chose positive pour les alliés européens de Washington. L’Europe s’en retrouverait sauve et pourrait encore festoyer un siècle sur les débris de l’immense Empire de Moscou.

Vladimir Poutine cherche à contrecarrer cette Bérézina – raison suprême pour laquelle il a dépêché ses forces navales et aériennes en Russie. En fait, il défend davantage les intérêts de la Russie que ceux de Bashar Assad. Il fait preuve d’un pragmatisme parfaitement régalien et… gaullien. Mais s’il lâchait prise, le plan américain retrouverait de l’allant. C’est pour cela donc que le Président russe se montre si intransigeant. Il n’a aucun choix et, de ce point de vue, le Pape François a parfaitement raison: la Troisième Guerre Mondiale a bel et bien commencé. En bon stratège, Poutine cherche à étouffer le danger dans son berceau, loin des frontières russes. Les Américains, eux, tentent d’organiser une sorte de guerre subversive en utilisant des pions du rang de Saakachvili.

 

En même temps percevant clairement que le véritable enjeu est le budget de la Russie, Vladimir Poutine fait de son mieux pour détacher le rouble de la cote du pétro-dollar en brisant ce duo infernal. Autrement dit, en organisant le deal fantastique avec la Chine pour des livraisons de gaz et de pétrole, le Président de Russie a démontré que l’on peut très bien comptabiliser en yuan sans passer par le dollar. Si le plan de Poutine marche, le retournement de la situation serait de 180 degrés. Privés de leur pouvoir financier, les Américains s’en trouveraient déficitaires et sans argument militaire, face à une Russie qui sait très bien se défendre.

Comme toujours, lorsque les enjeux sont tellement cruciaux, les canons commencent à tonner. Et c’est bien ce qui est en train de se passer sans que l’on puisse arrêter le train parce que le frein est actionné depuis longtemps – l’ennui c’est seulement qu’il ne marche plus.

 

Alexandre Artamonov

 

source: http://novorossia.today/la-russie-et-la-syrie-ultima-ratio-regis/

Le FMI appelle la France à réduire drastiquement ses dépenses publiques

La mise en esclavage des peuples pendant que les oligarques se gavent sur leur dos !

Le FMI appelle la France à réduire drastiquement ses dépenses publiques

30 oct. 2015, 21:55 - Avec AFP

https://cdn.rt.com/french/images/2015.10/article/5633d928c361889e348b45a9.jpg

Le Fond monétaire internationale (FMI) a appelé la France à une réforme «fondamentale» de ses dépenses publiques, en freinant les embauches de fonctionnaires ou en relevant l'âge de départ à la retraite.

S'agissant de la France, «une réforme fondamentale est requise pour garantir une réduction durable de la dépense publique», lit-on dans le rapport du FMI consacré à l'ensemble des pays du G20.

Selon les estimations de l’institution, «l'actuelle stratégie gouvernementale» ne permettra d'atteindre que de «justesse» l'objectif européen d'un déficit public inférieur à 3% du PIB en 2017, laissant «peu de marge» en cas d'imprévu.

Le FMI exhorte en outre Paris à «mettre un terme à la croissance de l'emploi public», et cela, en menant un examen à tous les niveaux de l'administration». L'institution financière issue des accords de Bretton Woods plaide enfin pour un relèvement effectif de l'âge de départ à la retraite», de façon à alléger les coûts de l'assurance-vieillesse.

Le FMI est persuadé que de «nouvelles coupes» doivent être menées dans les «transferts sociaux» assurés par les collectivités locales, dont les capacités d'endettement doivent être davantage réduites.

L'institution alerte la France sur les risques que comporterait une «longue période de faible croissance» et attribue partiellement la faible productivité du pays à un manque de concurrence et à une  «régulation excessive».

Le FMI appelle dès lors le gouvernement à «libéraliser les professions régulées» qui n'ont pas été ouvertes à la concurrence par la controversée loi Macron.

Lire aussi

Yanis Varoufakis affirme que la troïka veut imposer l'austérité en France.

Pour Yanis Varoufakis, imposer l'austérité en France est l'objectif final de la troïka