Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

Inferno: Le règne des fortunés et des privilégiés est désormais terminé

Et si la peur changeait de camp ?

«L'autocensure de dernière minute».


Gardez vos préjugés, les Dieux c'est nous maintenant, nous somme votre châtiment ! ....
Il est temps de traîner leurs carcasses jusqu'à la maison de la mort.

Inferno: Le règne des fortunés et des privilégiés est désormais terminé

 

 

Syrie: le Pentagone dément avoir livré des armes aux Kurdes

Eh oui, il ne faut pas frustrer la Turquie, par contre qu'ils entravent les missions militaires russes, en continuant à armer leurs mercenaires, c'est tout à fait normal !

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant prévenu que les armes livrées par les Etats-Unis à l'Armée syrienne libre (ASL) risquaient de tomber encore entre les mains des djihadistes de l'EI.

 

Syrie: le Pentagone dément avoir livré des armes aux Kurdes

18:55 16.10.2015

Rebelles syriens

Les forces de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis ont largué dimanche dernier 50 tonnes de munitions à des rebelles anti-EI dans le nord de la Syrie, la Turquie craint que ces armes ne tombent entre les mains des Kurdes.

Les munitions parachutées dimanche étaient destinées uniquement aux "groupes arabes" soigneusement sélectionnés de l'opposition syrienne modérée combattant les djihadistes de l'Etat islamique (EI) et non aux Kurdes, a précisé le Pentagone, soucieux d'éviter les frictions avec son allié turc. 

"Les munitions larguées depuis des avions cargo C-17 ont été reçues par des groupes arabes, dont les chefs ont été soigneusement vérifiés. Ces groupes font partie de la +Coalition arabe syrienne+ qui mène des combats dans le nord-est de la Syrie où se trouve le bastion de l'EI", a annoncé à RIA Novosti un représentant du service de presse du Pentagone sans mentionner les peshmergas (combattants kurdes). 

Pourtant, le porte-parole du Pentagone Peter Cook avait auparavant supposé qu'une partie des munitions larguées dans la province syrienne d'Hassaké aurait pu tomber entre les mains des Kurdes combattant l'EI, ce qui a provoqué un tollé à Ankara. 

A l'heure actuelle, les Kurdes en Irak et en Syrie mènent une lutte armée contre l'EI. En Irak, ils bénéficient régulièrement d'une assistance militaire des Etats-Unis et de leurs alliés, ainsi que de la Russie qui le fait à la demande officielle de Bagdad. 

Bien que la Turquie où vivent plusieurs millions de Kurdes soit un allié des Etats-Unis dans la lutte contre l'EI dans la région, elle craint que les armes ne tombent entre les mains des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'Ankara qualifie d'organisation terroriste.  

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a prévenu Washington et Moscou de l'inadmissibilité d'une assistance militaire aux Kurdes syriens. La Russie a répondu ne pas accorder de telle assistance.

Le programme de formation et d'équipement, lancé début 2015 et doté de 500 millions de dollars, devait concerner environ 5.000 rebelles syriens. Au final, il n'a permis de former que quelques dizaines de combattants. Les militaires américains ont notamment été forcés de reconnaître que certains de ces combattants avaient remis une partie de leur équipement au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant prévenu que les armes livrées par les Etats-Unis à l'Armée syrienne libre (ASL) risquaient de tomber encore entre les mains des djihadistes de l'EI.

 

 

Crise des migrants : l'Union européenne et la Turquie se mettent d'accord sur un "plan d'action commun"

Allez faisons, entrer la Turquie dans l'Europe, levons l'obligation de visas pour les mercenaires de l'EI/CIA/Mossad, en provenance de la Turquie, comme cela nous aurons directement leurs terroristes en Europe !

Ils doivent certainement se préparer à nous fabriquer quelques belles opérations sous fausse bannière en Europe, histoire de nous imposer plus de contrôles et pour nous museler définitivement !

Ils veulent vraiment leurs guerres civiles en Europe !

 

Merkel prête à soutenir la Turquie dans son processus d’adhésion à l’UE
18 oct. 2015

  • Angela Merkel et Ahmet Davutoglu

    Lors de la conférence de presse consécutive aux négociations avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, la chancelière allemande a parlé des relations entre la Turquie et l’UE en se disant prête à soutenir Ankara dans son processus d’adhésion.

Crise des migrants : l'Union européenne et la Turquie se mettent d'accord sur un "plan d'action commun"

Par Francetv info avec AFP
Mis à jour le 16/10/2015 | 01:01 , publié le 16/10/2015 | 00:45

L'Europe a également accepté d'ouvrir de nouveaux chapitres dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.

 

François Hollande, à Bruxelles (Belgique), le 15 octobre 2015.

François Hollande, à Bruxelles (Belgique), le 15 octobre 2015.

L'Union européenne s'est mise d'accord avec la Turquie sur "un plan d'action" destiné à réduire l'afflux de réfugiés en Europe, a annoncé, jeudi 15 octobre, le président du Conseil européen, Donald Tusk, à l'issue d'un sommet des chefs d'Etats à Bruxelles (Belgique). L'Europe a également accepté d'ouvrir de nouveaux chapitres dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE. Elle s'est aussi dite prête à "accélérer" les négociations pour faciliter l'octroi de visas aux ressortissants turcs, en échange d'une meilleure coopération sur la crise des migrants.

Aucune aide décidée pour l'instant

Au même moment, la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué une possible aide de 3 milliards d'euros à la Turquie pour l'aider à faire face à la crise migratoire causée notamment par la guerre civile en Syrie. François Hollande, lui, a assuré qu'aucun montant n'avait été pour l'instant décidé, renvoyant ce sujet à de prochaines négociations. Des pourparlers qui pourraient se tenir "dans les jours qui viennent", selon Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne.

 

18/10/2015

Des étudiants syriens se rendent à l'ambassade de Russie à Téhéran pour témoigner leur gratitude

«Les grands médias au service de leurs gouvernements sont des machines de propagande»

«Les grands médias au service de leurs gouvernements sont des machines de propagande»

Dès que la Turquie a annoncé avoir abattu un drone près de sa frontière avec la Syrie, les médias ont pointé du doigt la Russie. Selon Richard Becker de la coalition anti-guerre, ces informations ne servent qu’à alimenter la machine de propagande.

RT : Quelles sont vos réflexions sur la crédibilité des médias occidentaux qui utilisent des sources sous couvert d’anonymat pour affirmer dans leurs titres qu’il s’agit d’un drone russe que la Turquie a abattu ?

Richard Becker : Je juge cette crédibilité d’extrêmement basse. Etant donné qu’ils ont suivi la guerre en Syrie depuis plus de quatre ans en déformant régulièrement les faits, les grands médias, les médias occidentaux ainsi que ceux de la Turquie ont présenté de manière inexacte ce qui se passait et la nature des partis impliqués dans cette guerre. Ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour tenter de discréditer ceux qui luttent contre les forces réactionnaires qui essaient de convertir la Syrie en un Etat sectaire où seulement certaines personnes auraient le droit de vivre. Et nous savons que le fabricant du drone que la Turquie affirme avoir abattu a indiqué qu’il ne venait pas de chez lui. Cela contribue à saper le peu de crédibilité qu’il leur restait [aux médias occidentaux en question].

RT : Il y a eu une réaction du fabricant russe qui a indiqué que la photo du drone différait clairement des drones produits en Russie. De plus, aucune confirmation de la Turquie n’a été rapportée. Et si le drone a été abattu par un missile, rien ne resterait de lui. Cependant, rien de tout cela ne figure dans les médias, pourquoi ?

Richard Becker : Je crois que dans la période de guerre dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, les différentes puissances sont occupées à différentes tâches. Mais pendant ce temps-là, les grands médias et médias institutionnels agissent comme s’ils formaient une autre branche du gouvernement. Et cela se déroule depuis plusieurs décennies, des siècles en fait. Ils servent les intérêts du Pentagone, de la Maison Blanche, ou du président Erdogan dans le cas de la Turquie. Ils servent de machine de propagande lorsqu’il s’agit de la guerre.

RT : Récemment, les médias occidentaux ont fait références aux vidéos diffusées par les rebelles syriens rapportant le nombre de pertes humaines prétendument causées par les frappes russes. Aucune preuve indépendante n’a été présentée. Quelle est votre opinion sur la façon dont les raids russes sont menés ?

Richard Becker : Pour y répondre il faut noter que le gouvernement russe a entamé son opération à la demande du président Assad. De l’autre côté, nous voyons plusieurs pays soutenant les différentes factions rebelles ; ce sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar, etc. Ainsi l’intervention de la Russie est considérée par ceux qui veulent renverser le gouvernement syrien et détruire l’Etat syrien comme quelque chose de contradictoire à leurs intérêts. Ainsi, on ne prend pas en compte les faits tels qu’ils sont, mais plutôt ce qui peut alimenter la machine de propagande dans la guerre contre le gouvernement syrien légitime.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.