Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

«Poutine redevient le maître du jeu dans les affaires du monde», assure Frédéric Pons

Enfin un journaliste français, juste et objectif.

L’article de Frédéric Pons, de Valeurs actuelles repris par RT France.

«Poutine redevient le maître du jeu dans les affaires du monde», assure Frédéric Pons

9 oct. 2015

L'armée syrienne bombarde les positions de Daesh au sol

L'armée syrienne bombarde les positions de Daesh au sol

Le rédacteur en chef Monde à Valeurs Actuelles Frédéric Pons a décrypté dans son article intitulé «Poutine, qu’on le veuille ou non» la stratégie du président russe en Syrie, en soulignant qu’il redevenait le maître du jeu.

En dénonçant la politique de l’Occident au Moyen-Orient, Monsieur Pons a noté dans son blog que les résultats incertains de l’opération internationale contre l’État islamique donnent du crédit aux propositions russes.

En faisant référence à François Hollande, le journaliste pose la question de savoir si le président français «est dans la réalité quand il demande à son homologue russe d’épargner le Front al-Nosra et les autres groupes radicaux, ceux que les Occidentaux s’obstinent à croire «islamistes modérés», qu’ils arment, au risque de produire les mêmes catastrophes qu’en Irak ou en Libye».

Il a également fait savoir que le combat de l’Occident contre le président syrien Bachar el-Assad ne fait pas de ces «groupes galvanisés par leur religion totalitaire et leur mépris de la mort des amis de l’Occident».

Après avoir souligné la phrase de Poutine «ne pas se tromper d’ennemi», Pons prévient qu’en fait «la priorité n’est pas d’éliminer Assad mais d’anéantir l’armée islamiste».

Finalement pour assurer l’efficacité de l’opération antiterroriste, le journaliste de Valeurs Actuelles estime nécessaire «de stabiliser l’Etat syrien et de mobiliser toutes les forces de la région, dont l’Iran et l’armée syrienne». Ainsi, l’initiative appartient aujourd’hui à la Russie, «à la faveur des erreurs de Barack Obama, des illusions naïves de l’Europe, de la duplicité inquiétante de la Turquie et des pays du Golfe».

01/10/2015

New York Post: Poutine prend le relais de la superpuissance mondiale

Quand on vous disait que la météorite qui devait tomber sur les USA, le 28 septembre, à la lune de sang des 27/28 septembre, qui a provoqué un tsunami mondial, se nommait Poutine ?

Obama est désavoué par sa presse et par son concurrent aux élections Donal Trump !

Le monde a changé depuis le 28 septembre 2015, grâce à Poutine et nous espérons qu’il ne s’arrêtera pas là pour le bien de l’humanité !

Donald Trump loue le leadership de Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine mérite les "meilleures notes" en termes de leadership, a déclaré le candidat à la présidentielle américaine Donald Trump au cours de l’émission O'Reilly Factor (Le facteur d’O'Reilly) à la chaîne Fox News.

New York Post: Poutine prend le relais de la superpuissance mondiale

16:54 30.09.2015 (mis à jour 19:34 30.09.2015)

Barack Obama et Vladimir Poutine à New York, le 28 septembre 2015

Lundi, le relais de l’unique superpuissance mondiale a été remis à Vladimir Poutine, qui l'a volontiers accepté, note le New York Post.

Le New York Post, l'un des plus anciens journaux américains, a qualifié la Russie d'unique superpuissance mondiale. Lundi, note-t-il, le relais a été remis à l'unique superpuissance mondiale, et Vladimir Poutine l'a volontiers accepté.

"Le président Obama (vous souvenez-vous de lui?) a décidé que les idéaux chantés par les fondateurs de l'Onu seront valables pendant encore longtemps alors que la puissance et la force perdront. Poutine a lui aussi a fait appel aux lois de l'Onu (comme il les comprend) et a utilisé son discours pour annoncer la formation d'une "large coalition internationale" pour lutter contre l'EI en Irak et en Syrie".

"Mais qui conduira cette nouvelle coalition?

Indice: Moscou a toujours célébré la victoire des Alliés dans la Seconde Guerre mondiale comme une victoire menée par la Russie", poursuit le journal.

Le New York Post estime que l'intervention d'Obama n'était que des paroles en l'air, alors que Poutine a tout de suite confirmé son discours par des actes, en accordant une aide militaire à la Syrie en y envoyant ses forces aériennes.

Le discours d'Obama est "comme d'habitude" plein de promesses mais ne garantit pas de résultats positifs. "Au contraire, le déploiement des forces armées par Poutine en Syrie et le fait d'armer Assad "crée des faits sur le terrain". Ceux-ci l'ont propulsé vers le sommet, car Poutine a pris l'initiative du règlement du problème mondial actuel le plus aigu, note le NYP.

Lors de son intervention, Obama a reçu moins d'applaudissements que lors de ses discours précédents, mais il est toujours aimé. Cependant ceux qu'il a critiqués, à savoir Poutine, Assad, Xi Jinping et l'Iranien Hassan Rohani étaient à ce moment-là absents et ne l'ont pas entendu. Parce que ses paroles, aussi énergiques soient-elles, sont rarement appuyées par des actions.

 Poutine, lui, n'a pas été applaudi du tout. Il est plus intéressé à être craint qu'à plaire. Mais ses paroles visent à expliquer ses actes énergiques. Voilà comment Poutine a retiré à l'Amérique son leadership.

"Et c'est mauvais pour l'Amérique. Car tôt ou tard, après des effusions de sang et dans des conditions encore pires qu'aujourd'hui, notre prochain président sera appelé à retirer le bâton du relais à Poutine. Et cela pourrait être difficile", conclut le journal.

 

19/09/2015

La guerre contre les sites de la Réinformation est ouverte

Les médias alternatifs dérangent les merdias aux ordres du système et des Banskters !

C'est sûr qu'à force de mensonges, de propagande et de manipulations de l'information, en ayant perdu leur crédibilité ils perdent leur pouvoir de contrôle sur les peuples et de l'argent quand les citoyens recherchent la vérité auprès des médias alternatifs.

 

Déjà en 2014, Google effaçait la recherche sur les blogs !

 

Eclairage UW – La guerre contre les sites de la Réinformation est ouverte – 14.09.2015

Uli Windisch

Rédacteur responsable
 
 
 

Ecoutez l'éclairage qui nous est donné par Uli Windisch, dans le média sous l'image

EclUW


podcast

 

Aspects traités par Uli Windisch:

* - Le concert stratégique des médias dominants contre les sites de la Réinformation, et son évolution

* - La guerre symbolique par la diffamation, le dénigrement et les accusations infondées contre les sites qui proposent un autre regard sur l'actualité*

* - Le problème de la ré-utilisation des images pour souligner la disproportion dans les moyens à disposition et pour mettre en lumière le succès inversement proportionnel des sites dits de la  Réinformation"

* - Des exemples flagrants de manipulation médiatiques et les possibilités de caricature qui sont disponibles pour les adversaires du Système, en particulier au regard de la bien-pensance de gauche qui sévit en sous-main dans les médias dominants

propos recueillis le 14 septembre 2015

*notamment pour faire suite aux attaques de la Radio-Télévision Belge (RTBF), qui a cité lesobservateurs.ch dans un reportage calomnieux sur les médias "alternatifs".

 

16/09/2015

Mensonge & Vérité Poutine

 

Mensonge & Vérité Poutine


16/04/2015

Suivez en direct la session annuelle des questions-réponses à Vladimir Poutine

 D'autres réponses de Poutine ICI :


Le président russe Vladimir Poutine se pliera au jeu des questions-réponses cette année encore, où il répondra aux questions de la population de Russie. La session débutera à 09h00 GMT (12h00 heure locale de Moscou).

C’est un rendez-vous qui a lieu à Moscou chaque année. Des habitants de tout le pays poseront leurs questions en direct au président russe depuis des studios de télévision mobiles ainsi que par email, par téléphone et par message vidéo. Vladimir Poutine répondra aux questions les plus actuelles et populaires mais aussi à des interrogations plus graves. Vous pourrez suivre la retransmission en direct sur notre site.

«C’est l’occasion parfaite de se détacher des chiffres et ainsi de comprendre ce qui se passe réellement», a dit le porte-parole du président Dmitri Peskov.

Les organisateurs ont commencé à recevoir des questions depuis le 9 avril. Plus de deux millions de questions de toute sorte – économiques, politiques et sociales ont déjà été envoyées, et la production continuera à en recevoir jusqu’à la fin de l’émission. 

En savoir plus : les 10 moments les plus marquants des sessions annuelles de questions-réponses à Poutine

On ne donne pas de prévisions sur la durée de l’exercice, mais, selon Dmitri Peskov, «chacun peut être jaloux de la capacité de travail du président». La session la plus longue a eu lieu en 2013 quand Vladimir Poutine a répondu aux questions pendant 4 heures 48 minutes. La session de l’année dernière a duré 3 heures 56 minutes.