Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

Spiegel: la Russie a mis fin à l'hégémonie mondiale des USA

Bravo ! Hourra Poutine !

Spiegel: la Russie a mis fin à l'hégémonie mondiale des USA

08:44 12.10.2015(mis à jour 11:04 12.10.2015)

Moscou. Place Rouge

L'ancien ordre du monde, où les Etats-Unis jouaient un rôle dominant, a désormais touché à sa fin.

Les derniers événements survenus dans l'arène politique internationale, ont marqué un tournant majeur et également le début d'une nouvelle ère où les rapports de force ont définitivement changé, a écrit le magazine allemand Der Spiegel.

L'époque de la domination occidentale n'est aujourd'hui que du passé et l'Amérique n'a plus d'incidence déterminante sur l'ordre mondial, a souligné l'édition. Pendant plusieurs mois, l'Occident n'a eu de cesse de répéter que la Russie se trouvait isolée du monde entier. Pourtant, la politique internationale ne tourne plus en rond autour de l'Europe, et Washington, lui aussi, a considérablement perdu en pouvoir.

 De plus en plus de pays tendent actuellement à considérer la Russie comme un allié important, estime Der Spiegel. 

Ainsi, Vladimir Poutine, président russe, a assisté, avec son homologue chinois Xi Jinping, à deux défilés militaires – à Moscou et à Pékin. 

Le premier ministre indien Narenda Modi a également posté un tweet à l'occasion de 63e anniversaire du numéro un russe où l'on peut lire: "Je prie Dieu qu'il vous apporte santé, joie et longue vie".

Le ministre de la Défense de l'Arabie saoudite, allié dévoué des Etats-Unis, s'est rendu à deux reprises ces derniers temps à Moscou afin de conclure des accords, a indiqué le média allemand.

Quoi qu'il en soit, les structures anciennes de la sécurité mondiale sont désormais hors usage, ce qui peut expliquer la guerre en Ukraine et la crise syrienne. Cependant, il serait plus raisonnable de ne pas chercher de coupables, mais de regarder vers l'avenir.

Selon Der Spiegel, l'Europe a besoin de nouveaux accords portant sur la sécurité et sur la coopération ainsi qu'un nouvel accord d'Helsinki.

 

 

10/10/2015

Le cœur de l’affaire Etats-Unis/EIIL exposé au grand jour par Poutine !

Quelques bonnes vérités à lire qui émanent du site Veterans Today

Torpillage des mensonges de l’empire: Comment la Russie expose la collusion EIIL-USA et au-delà le terrorisme synthétique culminant avec l’attaque d’Israël sur les Etats-Unis le 11 Septembre 2001 !…

 

Note de R71: Cet artice fait suite à celui du même auteur que nous avons récemment traduit: “Échec et mat !” où James expliquait comment Poutine a piégé les Etats-Unis et leur jeu du mensonge organisé pour le compte de la Mafia Khazare Rothschild (MKR).

 

truth_vs_lies.jpg

Bien tristement, dans le monde secret du renseignement, les gouvernements utilisent souvent des opérations de couverture pour faire leur sale boulot, qui n’est pas seulement illégal et dégueulasse au delà des mots, mais qui en fait constitue des actes de guerres et des crimes contre l’humanité.

 

Oui, ces opérations secrètes sont habituellement des crimes abjects contre l’humanité et impliquent très souvent des attaques sous faux-drapeau du style de celles utilisées par le réseau Gladio en Europe (durant les années de plomb), incluant le meurtre de masse et des actes de destruction contre des innocents et leur propriété.

 

Ces opérations secrètes, souvent appelées dans le jargon “black ops” ou “opérations en eaux troubles” par les gens du renseignement parce qu’elles sont pratiquées dans le plus grand secret en utilisant des personnels malfaisants du monde du crime et du terrorisme, du véritable côté le plus sombre de l’humanité.

 

Les gens qui créent et déploient une telle malfaisance, des actes anti-humains de terreur sous fausse-bannière de style Gladio possèdent deux visages au-delà de toute imagination (NdT: le mythe de Janus) et ne montrent aucune évidence qu’ils soient humains en quelque façon que ce soit. Ils sont les mange-merde de la société et ont vendu leurs âmes pour le pouvoir, la richesse et la célébrité. Ils ne SONT PAS le genre de personnes que vous voudriez avoir à dîner à la maison ou avoir quoi que ce soit à faire avec eux, si vous pouviez discerner et voir leur véritable nature intérieure et ce qu’ils ont fait pour arriver à leurs hautes positions de pouvoir.

 

Lorsqu’on questionne ces individus au sujet de leurs motivations pour faire ces choses, la réponse typique est de dire que nous vivons dans un monde désespéré et que les objectifs que nous avons pour protéger notre sécurité nationale demandent et justifient les moyens nécessaires qui sont et doivent être utilisés. Les gens du renseignement qui questionnent ceci de manière privée avec leurs supérieurs hiérarchiques reçoivent généralement ce type de discours ringard supposément motivant: “vous êtes un grand garçon (une grande fille) maintenant et ceci est juste la manière dont les choses sont faites et ont été faites depuis bien des années. Nous ne pouvons pas changer le système, nous devons travailler avec.

 

Toute cette fange secrète arrive maintenant à sa fin et ceci en soi crée une énorme exposition des saloperies de terrorisme secret opéré par le gouvernement des États-Unis et des black ops utilisées pour fabriquer et justifier des guerres impérialistes d’agression illégales et anticonstitutionnelles.

 

Parce que ces immondes créatures sans âme invoquent toujours la soi-disant “sécurité nationale” pour maintenir dans un secret abject toutes les opérations tordues pour fomenter un terrorisme synthétique, ont-il toujours historiquement été protégés de toute exposition publique. Jusque maintenant…

 

Bien sûr, toutes ces opérations secrètes sont faites pour accroître le pouvoir et la portée du gouvernement des États-Unis et de ceux qui l’ont détourné. Elles sont perpétrées pour servir d’excuses pour toujours plus d’impôts à soutirer du contribuable, toujours plus de dépenses pour le secteur de l’industrie de la défense et tous les sbires qui touchent leurs commissions et pots-de-vin sur des comptes en banque offshore des paradis fiscaux, ainsi que servir de justification pour des manœuvres géopolitiques et la fabrication de guerres d’agression mises en scène qui font engranger de vastes profits à bien des entités impliquées.

 

Mais, comme bien des analystes politiques le comprennent, ces préparations et provocations qui “justifient” toutes ces guerres impérialistes illégales, sont toutes anticonstitutionnelles, non-provoquées, non déclarées et ingagnables afin de pouvoir générer d’énormes bénéfices. Elles mènent aussi à plus de pouvoir pour les gouvernements centralisés comme les États-Unis, Israël, la GB, la France et l’Arabie Saoudite, qui financent ces entreprises et participent à la création et à l’entraînement des groupes terroristes. Ces groupes terroristes sont connus pour leur brutalité contre les civils et quiconque se trouve sur leur chemin.

 

2-303x3201.20151009jpg

La fabrication et l’utilisation secrètes d’un terrorisme synthétique a permis à la Mafia Khazare Rothschild (MKR)* et ses hommes de paille du gouvernement des Etats-Unis, de créer et de mettre en scène des guerres qui rapportent des bénéfices juteux pour les banksters de la MKR et permettent l’acquisition à très bon marché des ressources naturelles pour ces grandes entreprises transnationales qui contrôlent le gouvernement des Etats-Unis (GEU), les gens pour qui ils créent ces guerres de toutes pièces.

 

Cette réalité intégrale est bien sûr un des secrets les plus profonds gardé par le GEU et les entités qui l’ont détournée en 1913 (NdT: avec la loi de création du cartel banquier privé de la banque de la réserve fédérale américaine): la City de Londres de la MKR et son cartel de faussaires privés que sont les banksters. En prenant en main la production et la distribution de la masse monétaire des Etats-Unis sans être redevable à quiconque et encore moins au peuple, les banksters de la MKR ont pu nous dépouiller, nous, le peuple et nous entraîner dans leurs guerres illégales et anticonstitutionnelles depuis 1917, utilisant la masse du peuple américain sous contrôle psychologique comme chair à canon.

 

Oui, les Etats-Uniens ont été profondément psychologiquememt contrôlés par le cartel des médias de masse ou CMM, qui est en la possession de six nababs des médias qui répondent à une grande entreprise d’investissement ayant des liens à l’étranger.

 

Le CMM a fonctionné comme un monopole illégal sur l’information, un véritable cartel de l’info. Celui-ci est capable d’étouffer la vérité et de maintenir un flot continue de gros mensonges en provenance du GEU, des faux narratifs et une propagande du GEU dispensée à tout va aux masses américaines. Ce cartel a fait un incroyable boulot pour maintenir la vérité hors de portée des masses états-uniennes et même du monde dans les grandes largeurs.

 

La plus grande victoire du CMM jusqu’ici a été de créer la justification dans les esprits des familles américaines que cela est une grande et noble chose pour elles “d’offrir” leurs fils et leurs filles pour “servir” dans l’armée des Etats-Unis. Bien tristement, cela a souvent pour résultat de voir leurs enfants mourir de morts atroces et violentes, d’être sérieusement blessés et estropiés dans ces guerres impérialistes illégales et anticonstitutionnelles perpétrés pour les banksters de la MKR et leurs hommes de paille afin qu’ils en dégagent toujours plus de profit et toujours plus de pouvoir.

 

Aucun gouvernement utilisant des agences de couverture, des hommes de paille ou des mercenaires ne veut que tout ceci ne soit exposé au grand jour à la face du monde. Donc la réfutation est toujours une des priorités les plus importantes pour tout gouvernement lorsqu’ils utilisent ces actions criminelles à leur profit.

 

Russian-fighter_rockers1-320x131

Mais maintenant, en résultat direct de la plus brillante manœuvre géopolitique de l’histoire, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a créé une situation d’échec et mat complet en Syrie. Cet échec et mat a complètement mis au grand jour les Etats-Unis, la CIA, Israël, l’Arabie Saoudite et la Turquie pour avoir créé, entraîné, financé et soutenu l’EIIL/ISIS/EI/Daesh/Al Qaïda et le reste de ces groupes terroristes du Moyen-Orient.

 

Non seulement tout ceci est remarquablement embarrassant, mais cette exposition totale de l’affaire a été suivie par des admissions faites par le GEU disant que l’EIIL et consorts était une création du GEU et que cela avait pour conséquence d’avoir retourné la vaste majorité du monde contre le GEU et de faire voir les Etats-Unis comme un agresseur qui utilise et fomente le terrorisme mondial.

 

Non seulement l’utilisation du terrorisme est une grave infraction à la loi états-unienne, à la constitution des Etats-Unis et aux lois internationales ainsi que la Convention de Genève, mais ceci est un anathème à tout ce que les Etats-Unis sont supposés représenter et défendre (en théorie du moins).

 

Mais il y a pire. Non seulement le GEU utilise des factions criminelles dans le renseignement et l’armée pour fomenter le terrorisme mondial, spécifiquement au Moyen-Orient et à New York et DC le 11 Septembre 2001, mais il a travaillé d’arrache-pied en utilisant son Cartel de Contrôle des Médias de Masse (CCMM) à projeter la responsabilité sur deux nations moyen-orientales.

 

Le GEU voulait attaquer ces deux nations l’Afghanistan et l’Irak pour les banksters de la MKR et a utilisé le CCMM et ses faux-narratifs inventés, ces gros mensonges du GEU et la propagande afin de justifier une invasion illégale et complètement anticonstitutionnelle menant à la destruction de ces deux pays: l’Afghanistan et l’Irak.

 

L’armée américaine et les services de renseignement ne permettent aucune contestation publique en travaillant avec ces entités. Nous savons qu’il y a eu pour sûr pas mal de contestation dès lors que des personnes comme Alan Sabrovsky et Steve Pieczenik, tous deux Ph.Ds rendirent public le fait qu’une faction criminelle gérait le GEU. Ils en informèrent également pas mal de monde au sein de l’Etat-Major des Armées des Etats-Unis, dénonçant ces factions de l’armée et du renseignement pour avoir utilisé Israël pour attaquer les Etats-Unis le 11 Septembre 2001.

 

En fait, il n’y a jamais eu autant de contestation et de mécontentement au sein du haut commandement militaire et du renseignement de l’histoire des Etats-Unis que maintenant et ce au sujet de ces opérations secrètes découvertes et admises par les Etats-Unis, opérations qui ne sont pas seulement parties en sucette, mais devienne de plus en plus exposées au grand public.

 

Les gens au sein du haut commandement militaire et du renseignement ne peuvent pas vraiment contester ouvertement, le système est bien trop étroitement ficelé pour cela. Au lieu de cela, certaines personnes ont fuité des informations et de plus en plus, informations qui n’ont pas seulement été diffusées et publiés sur les médias alternatifs de la toile, mais aussi ont commencé à trouver droit de cité dans les médias de masse, ceci est une première. Aussi, de plus en plus d’espions en retraite commencent à parler ouvertement contre ces crimes du GEU et du renseignement, ce qui suggère qu’il y a vraisemblablement un très gros virage amorcé au sein même du haut commandement militaire et du renseignement des Etats-Unis.

 

Une preuve de cela est le fait que jusqu’ici les Etats-Unis n’ont pas déployé de forces aériennes ni terrestres majeures contre la Syrie, l’Iran, comme le veulent désespérément ka MKR et Israël. Au lieu de cela, les éléments criminels variés dans la CIA et l’armée états-unienne ont continué d’utiliser les mercenaires psychologiquement contrôlés et des facilités aériennes de la CIA pour commettre leurs actes de guerre et leurs crimes contre l’humanité.

 

L’armée américaine garde la production d’opium afghane et se fait piquer.

 

Grâce à ce “rebelle dans l’âme” qu’est Geraldo Rivera, qui fut capable de faire passer une bribe d’information essentielle au travers des fissures de la censure du CMM, info qui étalait au grand jour le fait que l’armée des Etats-Unis protégeait en fait les plantations d’opium afghan. C’est une certitude aujourd’hui que de dire que l’armée américaine a récolté et trafiqué cet opium (et son produit dérivé l’héroïne) aux Etats-Unis même utilisant des appareils radio-guidées (remote controlled global hawks) et a utilisé ce fric sale pour financer ses black ops au Moyen-Orient. (NdT: ceci n’est pas nouveau. La CIA a trafiqué l’opium et l’héroïne depuis le Laos durant la guerre du Vietnam au travers de son réseau aérien de la CIA “Air America”, ce réseau a été depuis recyclé en Colombie… En fait la CIA au Laos n’a fait que reprendre les réseaux créés 20 ans auparavant par le 2ème Bureau français, grand-père de la DGSE, qui trafiquait déjà opium et héroïne… Lire les ouvrages de recherche du canadien Peter Dale Scott à ce sujet…)


Ce ne furent jamais les Talibans qui exécutaient des gens pour cultiver de l’opium, car ce furent toujours la CIA et leurs sbires de l’armée qui gardaient les champs, récoltaient et trafiquaient opium et héroïne pour générer toujours plus de grosses sommes pour financer les black ops. Et il y a encore des gens qui se demandent pourquoi l’offre en héroïne aux Etats-Unis et autres pays n’a jamais été si abondante et aussi bon marché.


Lorsqu’Israël a attaqué les Etats-Unis le 11 Septembre 2001 pour obtenir une mise en application de leur plan pour un “Grand Israël du Nil à l’Euphrate”, ils y allaient à fond, créant un “nouveau Pearl Harbor”, mais ils ne pensèrent jamais que tout ceci soit exposé au grand jour. Mais un grand merci aux docteurs Alan Sabrovsky et Steve Pieczenik qui ont exposé le 11 Septembre, ceci fut la fissure qui brisa leur digue protectrice de réfutation et de mensonges concernant les attentats du 11 Septembre 2001.

La vérité au sujet de qui a perpétré les attentats du 11 Septembre 2001 et pourquoi cela s’étend maintenant à d’autres nations étrangères

En fait, il y a maintenant un commencement de narratifs dans la presse étrangère au sujet du 11 Septembre et comment ces attentats furent perpétrés par les Israéliens et leurs complices du PNAC (think-tank Project for a New American Century) et les top néo-conservateurs au sein des institutions américaines. Ceci est le signe qu’une telle connaissance va maintenant commencer à être divulguée au commun des Américains, à nous le peuple.

Il est de plus en plus généralement reconnu que le CMM perd chaque jour qui passe toujours plus de lecteurs et d’audience, tandis que les médias alternatifs et l’internet sont en croissance exponentielle. L’internet est simplement devenu l’équivalent de la presse de Gütemberg, il est la presse de Gütemberg du monde et ceci est véritablement révolutionnaire.

Restez parfaitement assurés que la nouvelle et forte faction des nouveaux promus dans le haut commandement militaire et du renseignement des Etats-Unis, sait parfaitement qu’Israël et des traîtres au sein de l’État et leurs hommes de paille ont perpétré les attaques du 11 Septembre 2001 et qu’ils ont été la force sinistre qui a manipulé le GEU pour soutenir le terrorisme afin de créer une provocation fabriquée, synthétique pour attaquer et détruire l’Afghanistan et l’Irak.

Conclusion:

Une forme synthétique de terrorisme créée secrètement dans un style Gladio, (NdT: armée secrète de l’OTAN, selon l’expression de l’excellent historien suisse Daniele Ganser) a été la raison de vivre des banksters de la MKR et de leurs hommes de paille ; ils ont détourné des gouvernements comme celui des Etats-Unis. Ils sont maintenant exposés au grand jour et cette information se propage à travers les Etats-Unis et le monde toujours plus de jour en jour.

Pendant des années, le GEU a travaillé avec d’autres gouvernements en partenariat criminel pour créer, soutenir, entraîner, financer le terrorisme mondial, spécifiquement au Moyen-Orient. Commencer des guerres majeures est un boulot difficile, demande des années de préparation et coûte des milliards de dollars.

Et maintenant, grâce aux efforts du président Vladimir Poutine, homme d’état extraordinaire, la machine terroriste criminelle de la MKR qui utilise le GEU et le renseignement américain pour perpétrer son sale boulot, a été totalement mise en échec et mat et a été exposée au grand jour en Syrie. Restez à l’écoute, parce que cette exposition ne peut plus être étouffée, elle ne peut plus que s’amplifier. La Russie a même demandé à la coalition des Etats-Unis qui est supposée combattre l’EIIL (mais n’a eu absolument aucun succès bien sûr…), si elle voulait partager ses cibles de l’EIIL et prendre part à leur destruction, il n’y a eu aucune réponse jusqu’ici…

La MKR et ses sbires, serfs et hommes de paille au sein du GEU est-elle suffisamment désespérée pour faire tout ce qu’elle peut pour déclencher la 3ème guerre mondiale nucléaire ou se limitent-ils à torpiller l’économie mondiale et les systèmes financiers, choses auxquelles la Russie et la Chine se sont préparées depuis un bon moment déjà ? Nous verrons bien alors que se déroule la situation qui a enregistré un mouvement majeur.

(*) MKR est donc une abréviation représentant la Mafia Khazare Rothschild, un terme qui fut inventé par l’éditeur de la section financière de Veterans Today (VT) Mike Harris après avoir mené une recherche extensive sur la véritable histoire cachée de la nation khazare et sa connexion avec le sionisme mondialiste Rothschild maintenant centralisé à la City de Londres (NdT: la famille Rothschild contrôle entre autre la Banque d’Angleterre et est la gérante de la fortune incommensurable du Vatican). La MKR opère depuis la City de Londres (NdT: le km2 le plus riche de la planète, là où François Hollande est allé se prosterner avant son élection…), une nation séparée du Royaume-Uni, qui possède sa propre police, ses propres diplomates, et qui ne paie absolument aucun impôt sur quoi que ce soit à qui que ce soit, tout comme le Vatican. La MKR a profondément infiltré les Etats-Unis et le gouvernement et administration du pays et les a détournés pour mener des guerres à son profit. L’état moderne d’Israël est une création de la MKR comme havre de paix des agents sionistes globalistes et qui sert d’entité de paille, tous comme les Etats-Unis et la plupart des nations européennes, dont la majorité essaie maintenant de se dépêtrer de l’emprise de cette mafia et de sa toile gluante de dette et de mensonges. La banque de la réserve fédérale américaine est une succursale , une franchise de la City de Londres et de ses banksters de la MKR et est leur principale source d’argent frais, utilisant le pétrodollar comme monnaie de réserve mondiale. Une grande partie du monde est maintenant en train de se réorganiser pour créer un système de pare-feu pour protéger une coalition contre l’hégémonie du pétrodollar et est en chemin pour réussir à l’éliminer de la face du monde. Dès maintenant, le président Poutine a pris la tête d’une coalition qui vise à mettre définitivement en échec l’hégémonie mondiale de cette Mafia Khazare Rothschild.

Horreur des horreurs, ils sont maintenant complètement exposés au grand jour, en terrain découvert et ce à cause de leur propre malfaisance, de leur j’men foutisme et leur extrême arrogance tout à la fois à cause de la capacité des médias alternatifs et de l’information circulant sur la toile de communiquer ces informations très rapidement et jusqu’aux confins du monde. Le mal que cette MKR incarne est si extrême qu’il est difficile de se l’imaginer. Ceci dit et malgré la difficulté pour l’Américain moyen de comprendre que cette figure parentale que représente le GEU, est leur cauchemar, l’idée que le GEU a travaillé dur pour leur voler leurs revenus durement gagnés et qu’il les utilise eux et leurs enfants comme chair à canon pour les guerres d’Israël, commence à poindre à l’horizon.

Preston James

url de l’article original: http://www.veteranstoday.com/2015/10/07/exposed/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Via Réseau International

 

09/10/2015

La Russie en Syrie, Israël en enfer…

Il fait moins le cake avec Poutine !

Il n'est pas sans savoir que Poutine a de bonnes relations avec l'Iran qui est aussi son partenaire en Syrie  et qu'il va bénéficier aussi du soutien du Hezbollah libanais.

Alors, il va faire quoi le nazisioniste qui se venge sur les pauvres Palestiniens ?

12143073_10153195852486476_119724230177625926_n.jpg

La Russie en Syrie, Israël en enfer…

Oct 09, 2015 18:10 UTC

 

IRIB- Il est vrai que les relations russo-israéliennes ont connu des progrès considérables, depuis les années 60 et 70, à l'époque où l’ex-URSS fournissait des armes au monde arabe et voyait en le conflit israélo-arabe, un autre front de la guerre froide ; Israël regarde toutefois d’un œil dubitatif les objectifs de Moscou dans la région…

Pourtant, les deux parties ont d’importantes questions à discuter : parmi d’autres l’intervention russe dans le monde arabe, en utilisant des dizaines de chasseurs Soukhoï dans le nord de la Syrie, sans oublier des systèmes anti-aériens et des centaines de soldats, ce qui a déjà fait basculer les équations.
 
Les frappes aériennes russes contre les rebelles peuvent mettre en danger les priorités stratégiques d’Israël en Syrie et adoucir les lignes rouges tracées par Israël pour plusieurs acteurs des conflits en Syrie. En tout cas, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu ne s’est pas encore exprimé sur l’intervention russe en Syrie ; il s’est même gardé de prendre une position critique semblable à celle des Etats-Unis ou de l’OTAN vis-à-vis des démarches militaires russes en Syrie.
 
Netanyahu a laissé suggérer qu’il ne souhaitait pas voir les deux parties revenir à l’époque d’hostilité et de confrontation !!
 
Il n’a pas toutefois oublié d’indiquer qu’Israël agirait « si quelqu’un veut utiliser le sol syrien pour faire parvenir des armes atomiques au Hezbollah ».

Tout cela ne signifie pas, néanmoins, qu’Israël a opté pour une position ambivalente envers l’intervention russe en Syrie. Tel-Aviv a annoncé que deux facteurs pourraient inciter ce régime à intervenir dans la guerre en Syrie : si la souveraineté de ce régime était mise en danger en raison des attaques menées depuis l’intérieur de la Syrie, d’une part et de l’autre, s’il constate des agissements dans le sens de la livraison des armes sophistiqués au Hezbollah libanais.

Il ne semble pas pourtant qu’Israël procède à une intervention en Syrie car il craint que les forces du Hezbollah ou les forces d’Assad soient mises par les Ruses au courant de leur intention avant même qu’il ne lance une attaque.
 
Or, le meilleur scénario est, pour Netanyahu, la poursuite de la guerre d’usure qui occupe, d’ailleurs, les ennemis d’Israël dans une confrontation les uns contre les autres.
 
Nombreux sont les analystes militaires israéliens qui estiment que les frappes aériennes russes sont beaucoup plus audacieuses par rapport aux raids aériens de la coalition dirigée par les Etats-Unis.
 
En tout état de cause, Israël ne semble pas s’inquiéter dans la mesure où les Russes aident seulement Assad à stabiliser ses lignes militaires. Mais si la coopération Russie/Iran se renforce, se transformant en une contre-attaque qui permettrait au gouvernement Assad de reprendre le contrôle d’importantes zones occupées par les terroristes, une évolution surgira, une évolution qu’Israël ne pourrait pas négliger si simplement.
 
 

03/10/2015

Danger de paix en Syrie : Adieu le Nouvel Ordre Mondial !

Bien évidemment, sans les guerres de destructions massives, d'invasion et de colonisation, sans coups d'états pour remplacer les dirigeants pour y placer leurs pions, les crimes commis contre l'humanité en bandes organisées par le réseau mondial du crime : point de Nouvel Ordre Mondial pour les élites, Illuminati/sionistes/reptiliennes/sataniques !

Compris ?

Danger de paix en Syrie

Nouvelle image (3).jpg

La presse-Système bobo atlantiste peut à nouveau se lâcher. Pensez-donc, après avoir sauvagement attaqué et envahi l’Ukraine puis arraché la Crimée (1), voilà que le très très méchant Poutine vient encore de jouer l’un de ses sales tours contre la paix mondiale, la démocratie universelle, la liberté cosmique et la défense de la baudroie des abysses. Depuis mercredi en effet, la Russie s’emploie à écraser les gangs de tueurs qui plongent la Syrie dans l’enfer depuis quatre ans et demi maintenant. Plutôt positif à première vue non? Sauf que comme l’a déclaré sans sourciller le néocon américain McCain, Moscou aurait «frappé des groupes armés et entraînés par la CIA» (SIC) (2). Il est vrai que contrairement à la fumeuse coalition atlantiste Obama-Hollande, la Russie n’entend faire aucune différence entre les bouchers d’al-Nosra (copains de Fabius), d’al-Qaïda (copains de la CIA) ou de Daesh (copains de plus personne). Pour la première fois depuis le début du chaos initié par les puissances occidentales dans le pays (3), la Syrie a donc une vraie chance de commencer à voir le bout du tunnel, si toutefois on laisse faire Moscou.

L’Empire et son inculpabilité

C’est quand même du caviar : entendre le sénateur John McCain reconnaître publiquement que la CIA arme et forme des combattants en Syrie est tout simplement savoureux. Il est vrai que la formation de «contras» pour alimenter les charniers mondiaux est une tradition de la machine de guerre qu’est l’Empire US. Mais tout de même, que des officiels trouvent tout à coup naturel de le reconnaître publiquement témoigne une fois de plus, s’il en était besoin, de cette arrogance, de cette inculpabilité propre à un Empire qui s’estime par nature au-dessus du droit et qui constitue, à cet égard, la principale menace pour la paix mondiale.

Le plus fantastique est que la presse bobo-atlantiste ne s’est absolument pas émue de la chose, trop occupée qu’elle était à propager la bonne parole russophobe que le Système exigeait d’elle. Des fonctionnaires aguerris de la propagande atlantiste aux jeunes plumitifs en formation rêvant de leur Guerre d’Espagne, chacun a donc pu s’offrir son petit supplément d’âme du jour en prêtant comme de coutume à Poutine les pires intentions hégémoniques qui soient.

Réalisme russe

Sauf qu’en termes d’hégémonie, Poutine cherche surtout dans ce dossier à préserver son accès actuel à la Mer Méditerranée (Tartous) et, d’entente avec la Chine, à éviter de voir sombrer la région plus avant encore dans le chaos généralisé provoqué par Washington et Paris. Au plan sécuritaire, Vladimir Poutine estime par ailleurs très logiquement qu’il vaut mieux écraser les punaises islamistes en Syrie et arrêter une fois pour toute la contamination, plutôt que de voir une armée de bandits (notamment les groupes tchétchènes engagés aux côtés de Daesh), revenir tôt ou tard semer le chaos à Moscou ou Grozny.

Côté stratégie, le principe de base de l’engagement russe est simple et solide: aucune guerre ne se gagnant depuis les airs, il faut des bottes. Or les seules bottes disponibles en Syrie sont ceux de l’armée légale syrienne de Bachar al-Assad, appuyées par celles du Hezbollah libanais et probablement de quelques unités iraniennes.

Contrairement aux interventions US et françaises, l’intervention russe est d’abord formellement légale puisqu’elle a été précédée d’une demande officielle de la présidence syrienne. Ensuite, la stratégie arrêtée est surtout réaliste puisqu’il s’agit d’appuyer l’armée syrienne et de coordonner, avec ses soutiens libanais et iraniens, la reconquête du territoire . Ensuite seulement, comme ne cessent de le répéter Vladimir Poutine et l’immense Sergueï Lavrov, on pourra toujours asseoir à la table des négociations le régime et les représentants de l’opposition réellement modérée, c’est-à-dire celle qui n’a pas participé au massacre des populations.


Il existe donc désormais un réel danger de paix en Syrie, au grand dam du Bloc occidental qui continue à miser sur le chaos régional pour prospérer.

Le compromis ou la guerre.

La donne a donc changé du tout au tout. Après le bras de fer ukrainien, l’engagement de la Russie en Syrie montre que le monde unipolaire rêvé des USA et de leurs cerfs a fait son temps.Russie en tête et Chine en embuscade, les pays du BRICs rejettent désormais activement le principe US de domination par le chaos.

A termes de deux choses l’une: soit le Bloc occidental acceptera de réduire sa voilure, soit ce sera la guerre.


Le théâtre syrien est à cet égard le lieu de tous les dangers désormais. Les Rafales français, qui épargnent soigneusement al-Nosra, et les FA/18 américains, qui épargnent al-Qaïda et al-Nosra (et manifestement dans une large mesure Daesh comme l’atteste le fait qu’un an de frappes n’auront donné aucun résultats tangibles), y croisent les Sukhoi russes qui n’épargnent personne avec sans doute, très bientôt, l’entrée en scène d’autre FA/18, israéliens ceux-ci, qui voudront pour leur part défendre leurs alliés d’al-Nosra à qui ils ont confié le contrôle d’une zone tampon entre les frontières mouvantes de l’entité sioniste et l’enfer syrien.

Et puis il y a encore les pays du Golfe qui alimentent en bloc tous les coupe-jarrets djihadistes, et qui ne veulent pas entendre parler d’un maintien au pouvoir de Bachar al-Assad, craignant le risque d’un renforcement à terme de l’axe chiite Iran-Syrie-Hezbollah.

Bref, un tel enchevêtrement d’intérêts contradictoires dans un pays déjà en guerre recèle un potentiel explosif rarement atteint. Et l’on sera donc vite fixé sur la question du compromis ou de la guerre justement.

Un discours magistral, doublé d’un avertissement

Il est intéressant de noter que l’intervention russe en Syrie a été déclenchée quelques jours après le discours magistral de Vladimir Poutine (4) à l’occasion du 70e anniversaire de l’ONU. Discours où tout a été dit sur la vérité des situations de notre monde.

Le Président russe est ainsi revenu à chaque fois sur les fondamentaux des crises évoquées pour en rappeler les causes véritables et pointer les responsabilités.

Sur l’Ukraine, il a tout résumé en trois phrases:

«Certains de nos collègues [Américains et Européens donc] continuent à raisonner en termes de blocs, comme c’était le cas du temps de la Guerre Froide. Premièrement, il s’agit de l’expansion de l’OTAN, mais on se demande, pour quelle raison? Le Bloc de Varsovie a cessé d’exister, l’Union Soviétique n’est plus, néanmoins l’OTAN a non seulement survécu, mais continue son expansion. Au bout du compte, cette logique devait se conclure par une crise géopolitique – et elle a eu lieu en Ukraine».

Sur la Syrie et l’Etat Islamique, il a fait de même:

«Daesh n’est pas venu de nulle part, c’était tout d’abord un moyen [pour les Américains donc…] de lutter contre des régions profanes indésirables. Au début, ils étaient circonscrits à l’Irak et la Syrie, mais maintenant ils essaient de dominer l’intégralité du monde islamique. Il est hypocrite de parler de menace terroriste internationale en fermant les yeux sur la manière dont ces terroristes reçoivent de l’aide [entre autres soutien politique français, militaire US et financier saoudien donc]. Il est tout aussi mauvais d’essayer de recruter ces groupes dans un but politique, pour ensuite se débarrasser d’eux [là, Obama a dû se tortiller sur sa chaise…]. (…) Si vous agissez de cette manière, je voudrais vous dire: Messieurs, vous traitez avec des gens cruels. Mais ils ne sont pas primitifs ou stupides – ils sont aussi intelligents que vous. Qui manipule qui?»

Enfin, il a replacé le tout dans le contexte de la guerre économique perpétuel que conduit le Système atlantiste pour préserver son hégémonie:

«Aujourd’hui, les sanctions unilatérales prises en contournant la Charte de l’ONU sont presque devenues la norme. Elles sont prises non seulement en faveur d’objectifs politiques, mais aussi dans le but d’éliminer des concurrents du marché. Un des syndromes de l’égoïsme économique croissant est le fait que certains pays ont choisi la voie de réunions exclusives. Les négociations sont menées dans des couloirs, non seulement dissimulées aux yeux de leurs propres citoyens mais aussi aux yeux des autres pays [Poutine pointe ici le TTIP-TAFTA, le vénéneux accord de libre-échange UE-US qui signera l’entrée définitive en esclavage de l’Europe et de ses citoyens]».

L’ampleur même du discours de Vladimir Poutine semblait ainsi porteuse d’une sorte d’avertissement au monde. Un avertissement solennel et inquiet sur le très mauvais tour pris par les relations internationales ces dernières décennies, et cela à l’évidence du fait de la voracité et de l’agressivité du Bloc atlantiste sous contrôle US.


Alors pour conclure ce billet, nous reprendrons la question essentielle, la question vertigineuse que Vladimir Poutine a adressée ce jour-là à tous ces faiseurs de guerres, à tous ces architectes de la misère mondiale, à tous ces industriels du chaos au sein du Bloc atlantiste lorsqu’il a dénoncé le résultat catastrophique de «l’exportation des soi-disant révolutions «démocratiques» au Moyen-Orient et en Afrique du Nord».

Vladimir Poutine au Bloc atlantiste donc: «Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait?»
A l’évidence non, pour notre malheur à tous.

Mis en ligne par entrefilets.com, le 2 octobre 2015

1 Enfumage ukrainien : contre-propagande

2 John McCain accuse les Russes d’avoir ciblé des groupes formés par la CIA

3 Comment le bloc atlantiste a construit la guerre en Syrie

4 Discours de Vladimir Poutine dans sa version vidéo, et dont voici une transcription complète

http://www.entrefilets.com/Danger_de_paix_en_Syrie.html#sthash.RgA70jU4.dpuf

 

02/10/2015

Washington blâme Poutine pour les frappes russes sur « les rebelles soutenus par la CIA » en Syrie !!!!

Ce sont eux les civils touchés par les frappes russes en Syrie ? 

Les rebelles soutenus par la CIA pour renverser Assad !

Même combat qu'en Ukraine et mêmes pratiques !

Ne sommes-nous pas dans la période de l'Apocalyse qui veut dire la Grande Révélation qui sera faite à l'humanité ?

Toute cette excitation et ces manoeuvres organisées à l'encontre de Poutine ont bien un but précis : celui de l'empêcher de dévoiler toutes les vérités au Monde !

Et voilà qui est fait en partie, dévoilant que les objectifs de Washington et de ses alliés étaient bien ceux de renverser Assad, grâce aux mercenaires financés par la CIA et Cie, et ce, bien sûr, au détriment du peuple Syrien qu'ils massacrent depuis 4 ans, afin de s'accaparer ce pays pour le rattacher à Israël et créer le Grand Israël !

BANDES DE CRIMINELS !

BRAVO POUTINE !

Washington blâme Poutine pour les frappes russes sur « les rebelles soutenus par la CIA » en Syrie !!!!

Incroyable, lisez ça, nous sommes sur une autre planète :

Selon le sénateur américain John McCain, les bombardements russes en Syrie ont visé, aujourd’hui, des rebelles entraînés et financés par la CIA notamment pour combattre le groupe Etat islamique. « Je peux absolument confirmer que ces frappes visaient l’Armée syrienne libre ou des groupes qui ont été armés et entraînés par la CIA ».

« C’est une incroyable illustration de (…) ce qu’est la première priorité du (président russe Vladimir) Poutine », a ajouté M. McCain, président de la Commission des forces armées du Sénat. « C’est bien sûr pour soutenir » le président syrien Bachar al-Assad.

Un groupe de rebelles soutenu par les Etats-Unis a indiqué avoir été la cible de frappes russes menées aujourd’hui. Américains et Russes doivent se réunir d’urgence pour mettre en place un minimum de coordination et de dialogue pour éviter des incidents entre avions de chasse. Il s’agit d’éviter un incident militaire entre les avions russes et ceux de la coalition pilotée par les Etats-Unis en action depuis un an.

Selon le ministère de la Défense, l’armée russe a déployé plus de 50 avions et hélicoptères ainsi que des troupes d’infanterie de marine, des parachutistes et des unités de forces spéciales pour son dispositif militaire en Syrie

Lisez ce qu’écrit Zero Hedge, c’est complètement fou, on est dans le burlesque total :

Le mercredi, nous avons dit que même si nous avions été surpris de la rapidité avec laquelle la machine de propagande occidentale avait été mise en mouvement dans le sillage des premières frappes aériennes de la Russie en Syrie, il n’est pas du tout surprenant de voir des rapports faire surface disant que Moscou ciblait des forces soutenues par les USA plutôt que ISIS. 

Suite au mouvement qui a suivi la décision des législateurs russes de sanctionner officiellement les frappes aériennes en Syrie, Moscou n’a pas perdu de temps dans le lancement de son premier tour de raids aériens. De l’autre coté, l’Occident n’a pas perdu de temps en affirmant que la Russie ciblait  les zones qui ne sont pas connues pour être stratégiquement importantes pour ISIS.

Voici un regard sur deux titres qui résument bien l’ensemble de la rhétorique que vous êtes sur le  point d’entendre sans cesse émanant de tous les coins du monde occidental dans les jours et semaines à venir :

  • Les US sont préoccupés par L’INTENTION DE LA RUSSIE de protéger ASSAD : KERRY
  • Nous avons « de graves préoccupations» Si la Russie frappe des ZONES en DEHORS D’ISIS

Et voici le WSJ qui entre en jeu avec un aperçu du nouveau récit sur lequel Washington travaille dur, pour l’affiner :

Le président russe Vladimir Poutine a entrainé son pays directement dans la guerre en Syrie mercredi alors que les forces russes ont lancé leurs premières frappes aériennes contre ce que Moscou a dit être des objectifs de l’ État islamique au Moyen-Orient.

Mais les dirigeants occidentaux ont émis des doutes quant à savoir si la Russie avait vraiment l’intention de prendre part à la lutte contre l’Etat islamique, ou simplement d’élargir l’offensive du régime syrien contre un large éventail d’autres adversaires.

Mais à l’exception de la zone qu’est de la ville de Salamiyah dans la province de Hama, aucun des domaines énumérés par le régime syrien n’a de présence connue de combattants de l’état ​​islamique. Ils sont largement dominées par des factions rebelles relativement modérées et de groupes islamistes comme Ahrar al-Sham et la filiale d’Al-Qaïda le Front Al Nusra.

Et puis Reuters a sauté dans le train, en disant sur la base d’un entretien avec les commandants rebelles sur Skype, qu’ il était clair que des avions de combat russes ont délibérément visé des forces anti-régime autres que ISIS

Le point ici n’est pas de ne pas penser que Moscou ne vise pas les autres factions rebelles opérant en Syrie, il est de dire que 1) La Russie n’a jamais fait mystère de ses intentions de renforcer Assad par l’annihilation des éléments extrémistes visant à renverser le gouvernement de Damas, et 2) l’idée que les Etats-Unis et ses alliés régionaux sommes un bon juge de qui est un rebelle « modéré » et qui est, ou finira par être un terroriste, est risible.

En effet, grâce à la brutalité de l’ISIS, l’étiquette «modérée» est désormais ouvertement appliquée à Al-Qaïda (voir l’article du WSJ cité ci-dessus) qui semble suggérer que Washington préférerait une Syrie dirigée par Ayman al-Zawahiri, plutôt que Assad.

Eh bien, le jeudi de la machine de propagande des médias a passé la vitesse supérieure,  le  WSJ réprimandait maintenant efficacement la Russie pour frapper des zones contrôlées en partie par des « rebelles soutenus par la CIA ».

Voici plus :

La Russie a lancé des frappes aériennes en Syrie mercredi, prenant des responsables américains et occidentaux au dépourvu et provoquant de nouvelles condamnations suggérant que c’était la preuve que Moscou ne visait pas le groupe extrémiste Etat islamique, mais plutôt d’autres opposants au régime de Bachar al-Assad.

Une des frappes aériennes avaient touché une zone principalement tenue par les rebelles soutenus par l’Agence centrale de renseignement et les services d’espionnage alliés, selon des responsables américains, catapultant la crise syrienne à un nouveau niveau de danger et d’incertitude.

L’entrée de Moscou signifie que les militaires les plus puissants du monde, y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, sont maintenant dans des missions de combat non coordonnées, ce qui accroît le risque de conflit dans le ciel de la Syrie. (sans compter la Chine qui est entrée carrément avec son porte avion dans le port de Tartous il y a quelques jours, pour prêter main forte aux russes ! ndlr)

Le Secrétaire américain à la Défense Ash Carter a déclaré que l’approche de la Russie de la guerre pour la défense de M. Assad, tout en ciblant ostensiblement les extrémistes, équivalait à « verser de l’essence sur le feu. »

«J’ai fait affaire avec eux pendant une longue période. Et ce ne sont pas le genre de comportement que nous devons attendre des professionnels de l’armée russe, « M.Carter a déclaré lors d’une conférence au Pentagone.

Les États-Unis et ses alliés étaient en colère contre les Russes sur de nombreux niveaux : qu’ils soutiennent M. Assad; qu’ils ne coordonnent pas leurs actions avec la coalition anti état islamique menée par les USA existante ; qu’ils ont fourni une dépêche laconique seulement une heure avant leurs opérations; ils ont exigé que  la coalition des Etats-Unis reste hors de l’espace aérien syrien ; et qu’ils ont frappé dans les zones où les rebelles anti-Assad de l’Etat islamique opèrent.

« Il semble qu’ils étaient dans des zones où il n’y avait probablement pas de forces d’ISIS , et c’est précisément l’un des problèmes avec cette approche globale», a déclaré M. Carter, le chef de la défense américaine.

Il y aurait un « problème avec l’approche » si l’objectif était de ne pas rétablir le régime d’Assad, mais parce que c’est l'objectif explicite (pas un secret, et non  un « mystère », alors que Washington insiste sur ça) de la Russie, il n’y a pas de « problème » du tout avec ça.

Retour au WSJ pour des comparaisons inévitables avec la Crimée et l’Ukraine :

L’agence d’espionnage des États-Unis a armé et entraîné des rebelles en Syrie depuis 2013 pour lutter contre le régime Assad. Les rebelles qui reçoivent un soutien en vertu d’un programme d’armement et d’entraînement séparé, géré par le Pentagone n’étaient pas dans les zones ciblées par la Russie dans ses frappes initiales, ont indiqué les responsables.

La combinaison de l’action imprévisible et unilatérale qui a bafoué les exhortations que les occidentaux avaient posées montre une ressemblance incontestable avec l’Ukraine, où M. Poutine a annexé la région de Crimée et a défié les exigences internationales de mettre fin à son soutien aux séparatistes.

La prise de décision de M. Poutine en Syrie reflète la façon dont il a abordé la question en Ukraine, a déclaré Andrew Weiss, vice-président des études au Carnegie Endowment for International Peace.

« Il essaie délibérément de faire les choses pour déstabiliser ses adversaires et il essaie toujours d’obtenir une sorte d’élément de surprise et un avantage tactique sur les gens, et en quelque sorte il joue avec ce qui maintient un effet de surprise constant pour retourner les événements  en sa faveur, » a déclaré M. Weiss, qui a travaillé sur la politique russe dans les administrations de George HW Bush et Bill Clinton.

Oui, une «ressemblance incontestable avec l’Ukraine », tout comme l’approche de Washington pour évincer Assad par la formation et l’armement des éléments extrémistes marque une « ressemblance incontestable » d’innombrables bévues de la politique étrangère US au Moyen-Orient où les résultats de l’ingérence de Washington finissent par être bien pire que la « problème » que les Etats-Unis essayent de trouver une «solution».

Zero Hedge – Wall Street Journal – resistanceauthentique – RT