Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2009

USA : La loi Martiale pour la vaccination forcée des enfants dans les écoles !

La loi martiale aux USA pour la vaccination forcée des enfants dans les écoles

WILL YOU ABLE TO PROTECT YOUR CHILDREN IF THEY ARE IN SCHOOL?

ATTENTION EVERYONE - PLEASE WATCH THIS H1N1 INFORMATION





06/09/2009

Vaccins ? Pour la liberté de choix en santé

Conférence pour la Liberté de Choix en Santé

Pour plus d'informations,  cette vidéo est publiée en simultané sur Internet à l'adresse suivante :

www.tele-sante.com

Conférence le samedi le 12 septembre 2009.

http://www.youtube.com/watch?v=NbMWPTM2yhs


Pour ceux et celles qui désirent voir plus de vidéos sur le Nouvel Ordre Mondial

RDV sur cette playlist

www.youtube.com/toolateproductions

Exceptionnellement les commentaires sont ouverts pour commenter cet article et la vidéo.

 

L'OMS prépare en secret une vaccination de masse forcée

Argumentation de Jane Burgeimester

http://www.dailymotion.com/video/x9z472_loms-prepare-en-s...

L'OMS prepare en secret une vaccination de masse forcée

envoyé par cubalt. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

05/09/2009

Le site eitb.com enregistre le meilleur mois d'août de son histoire grâce à Maître Fortabat-Labatut et à l'association SOS JUSTICE

Infos

Record de visites

Le site eitb.com enregistre le meilleur mois d'août de son histoire

Rédaction - publié 03/09/2009 | eitb.com |
Avec 900.000 visites, et plus d'un demi-million d'internautes recensés, le site eitb.com a recueilli la plus forte affluence de son histoire pour un mois d'août.

surfistak donostia efe

Le site basque eitb.com en passe de devenir une nouvelle destination des 'surfeurs'. Photo : eitb

Un été particulièrement ensoleillé n'a pas porté préjudice à la fréquentation du site internet eitb.com du groupe Euskal Irrati Telebista, avec, pour ce seul mois d'août 2009, un record d'audience pour le site du groupe.

Le portail multilingue d'informations et de divertissements a enregistré 879.842 visites, pour 555.533 internautes (contre 455.000 en août dernier), selon les chiffres communiqués par le cabinet Nielsen Online, selon le système utilisé pour les principaux portails web et mis à la disposition de la grande majorité des sociétés publicitaires.

Tous les secteurs du site bénéficient de cette augmentation de fréquentation : les informations, mais également les pages Télévision, Radio, Multimedia et autres thématiques.

L'offre de visualisation de deux matches de la Champions League, et les joutes européennes de l'Athletic de Bilbao, ont tout particulièrement reçu un très bon écho, via des sessions speciales en streaming (vidéo en direct et en continu).


Les sujets les plus vus sur le portail français d'eitb

Organisé d'une part autour de la page http://www.eitb.com/fr/ consacré tout particulièrement à l'actualité du Pays Basque, et la page http://www.eitb.com/infos/ reprenant l'ensemble de l'actualité traitée, le portail français (géré par deux personnes à Bilbao et deux à Bayonne) voit lui aussi sa consultation renforcée.

Avec près de 280.000 pages vues, au mois d'août, sur la page d'Actualités générales, et 418.273 pages vues sur sa page locale, le site s'affirme comme un media journalistique de plus en plus repéré par les internautes.

Si l'article sur le bilan des fêtes de Bayonne a largement été consulté et reproduit, les sujets les plus lus auront été ceux liés à la polémique autour de la mosquée de Bayonne, le reportage sur la grippe A, ainsi qu'un sujet sur la pastorale en Soule réalisé en partenariat avec l'Institut Culturel Basque.

Les reportages ou analyses sur le thème de l'environnement, de la future usine de méthanisation à Bayonne au réchauffement climatique, mais également les questions d'actualités les plus débattues dans la société basque, de la crise du lait au dossier des Lignes à Grande Vitesse, bénéficient eux aussi d'une attention toute particulière des internautes.

Merci à tous pour votre confiance et votre fidélité...

De la lutte contre la grippe A à la lutte contre l'industrie de la pandémie

Frederik Verbeke - publié 23/08/2009 | eitb.com |
Les campagnes de sensibilisation pour la vaccination contre la grippe A sont-elles au service de la santé publique, des profits des princes de l'industrie pharmaceutique ou d'un complot de génocide? Les controverses autour de la grippe A ne cessent de se multiplier.

gripe_porcina

Les controverses autour de la grippe A ne cessent de se multiplier. Photo:

Les controverses autour de la grippe A/H1N1 et autour des dispositions de lutte à adopter contre l'épidémie ne cessent de se multiplier.

Alors que les uns alimentent la psychose, en décomptant sans cesse le nombre de victimes touchées par le virus, en annonçant une mutation dangereuse à l'automne, en diffusant des messages d'alerte, en établissant des mesures afin de limiter la propagation de la pandémie, d'autres émettent des réserves sur la virulence de la grippe A, critiquent les intérêts économiques de l'industrie pharmaceutique ou avertissent contre les dangers d'une vaccination massive.

En estimant que jusqu'à deux milliards de personnes pourraient être infectées au cours des deux prochaines années, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne cesse de mettre en garde contre les dangers de la grippe A/H1N1. La propagation de la grippe dans le monde va mettre en danger plus de vies au moment de son accélération dans les prochains mois et les gouvernement doivent être en mesure de fournir une réponse rapide à une "explosion" des cas, a mis en garde l'OMS vendredi dernier.

En plus, l'OMS a alerté ce week-end contre une deuxième vague de grippe. "Nous devons nous préparer à toute surprise que nous réserve ce nouveau virus capricieux", a insisté l'OMS, martelant: il faut se "préparer à une seconde voire à une troisième vague comme nous l'avons vu lors des précédentes pandémies".

En vue de "tranquilliser" les citoyens, les gouvernements annoncent l'achat massif de vaccins, créent des sites Internet, comme celui du gouvernement français, et établissent des mesures afin de limiter la propagation du virus.

En juillet, la France a annoncé, par exemple, l'achat de 94 millions de doses de vaccin pour un milliard d'euros. Un mois plus tard, le ministre de l'Education, Luc Chatel, a fait le point sur le dispositif de prévention envisagé pour les établissements scolaires en cas de pandémie de grippe A. En cas d'apparition de cas groupés, soit un minimum de trois élèves dans une même classe en une semaine, le préfet pourra décider ou non de la fermeture de la classe ou de l'établissement.

Toutes ces mesures et tous ces messages plus ou moins alarmistes sont repris tout de suite par les médias. La psychose s'alimente. L'inquiétude ne diminue pas.

Or, peut-on vraiment justifier tout cela? S'il faut en croire Bernard Debré, médecin, député UMP de Paris et membre du comité national d'éthique, la grippe A/H1N1 "reste une grippette" qui "n'est pas dangereuse" et qu'"il faut siffler la fin de la partie".

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas seulement le virus qui fait débat, mais aussi et surtout les moyens de lutter contre la grippe. Les effets indésirables du Tamiflu et les intérêts économiques de l'industrie suscitent des critiques virulentes, alors que la vaccination massive génère même des plaintes pour génocide.


Les effets indésirables du Tamiflu

Selon une étude du British Medical Journal, les enfants atteints de la grippe ne devraient pas être traités au Tamiflu, qui ne leur fait guère d'effet tout en aggravant les vomissements et autres effets secondaires.

Les personnes en bonne santé attrapant la grippe A/H1N1 n'ont pas besoin de prendre de traitement antiviral comme le Tamiflu, sauf s'ils ont une forme sévère de ce virus ou si leurs symptômes s'aggravent, a jugé vendredi dernier l'OMS.

N'empêche que l'organisation onusienne considère qu'il faut prescrire le Tamiflu pour les personnes à risque: les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes, les plus de 65 ans et les personnes ayant des problèmes de santé, cardiaques, VIH ou diabète.

En bref, acheter des actions de Tamiflu peut se révéler plus intéressant que d'en avaler.


Quand les princes de la pharmaceutique s'en mêlent

Si les décisions de l'OMS représentent un enjeu financier gigantesque et "affectent directement les activités (et donc les profits) de nombre de sociétés transcontinentales privées de la chimie, du génie biologique et de la pharmaceutique," comme l'indique Jean Ziegler dans son livre L'empire de la honte (2005), il n'est pas étonnant de voir comment "certains princes de la pharmaceutique dépensent chaque année des trésors d'ingéniosité et des sommes d'argent considérables pour convaincre diplomates et fonctionnaires qui composent les délégations" de l'assemblée de l'OMS.

Les accusations de Jean Ziegler sont toujours d'actualité. Dans une interview au Spiegel, l'épidémiologiste Tom Jefferson accuse l'OMS et les responsables de la santé publique, les virologues et les firmes pharmaceutiques d'avoir lancé une campagne de peur poussée par la recherche du profit.

"Ils ont construit cette machine tout autour d'une pandémie imminente. Et il y a beaucoup d'argent impliqué, et d'influence, et de carrières, et des institutions entières! Et il a juste fallu que l'un de ces virus de la grippe mute pour que la machine commence à grincer," explique-t-il.


Vaccin ou arme de destruction massive?

Parmi les controverses on en retrouve aussi d'autres, plus difficiles à défendre, comme celle de la théorie d'un complot. Plusieurs plaintes de génocide ont été déposées.

En Autriche, par exemple, une journaliste, Jane Burgermeister, a déposé une plainte contre l'OMS, l'ONU et les géants pharmaceutiques les accusant de vouloir commettre un génocide.

Dans son dossier d'inculpation, Burgermeister accuse un groupe de banquiers internationaux de vouloir considérablement réduire la population mondiale sous le prétexte d'une campagne de vaccination. Le virus A/H1N1 aurait été créé en laboratoire puis lâché dans la population. Le vaccin, plus encore que la grippe, est soupçonné de servir d'"arme biologique pour la dépopulation tant souhaitée par ce cartel politique et économique".

En France, l'association SOS-Justice et Droits de l'Homme a saisi le Parquet de Nice en la personne de son Procureur de la République, Monsieur Éric de Montgolfier, en date du 31 juillet 2009, d'une demande d'ouverture d'enquête criminelle au motif de préparation de génocide.

Le meilleur remède: le rire

D'un extrême à l'autre, d'une vaccination pour se protéger contre la grippe à la vaccination au service d'un génocide, en passant par une vaccination pour augmenter les profits de l'industrie, on a de quoi alimenter les polémiques et les controverses mais aussi les inquiétudes et les préoccupations.

Face à toutes ces controverses, le rire est sans doute le meilleur remède. Des dessins humoristiques, des chansons parodiées, beaucoup d'internautes tournent en dérision la grippe. L'Express.fr en offre quelques exemples.

Source : Eitb

03/09/2009

Belgique : Des citoyens interpellent le gouvernement sur la grippe A

03.09.09 - 15:24

Un groupe de citoyens, préoccupé par la problématique actuelle de "pandémie" mondiale de la grippe AH1N1, a adressé dix questions au gouvernement belge sur les différents aspects de la vaccination prévue pour contrer le virus.

Le "double discours" adopté, selon eux, par les autorités et médias pose en effet de nombreuses questions. "Les messages envoyés à la population sont plus qu'alarmants. Un jour on nous dit de ne pas s'inquiéter, qu'il n'y a rien de grave et, le lendemain, on nous dit de faire de la place dans les cimetières pour prévenir les ravages du virus! Les messages sont tellement contradictoires que les citoyens sont perdus et paniquent", explique le Docteur Gaublomme, membre de l'initiative citoyenne.

Les interrogations du groupe de citoyens portent notamment sur l'efficacité du vaccin en cas de mutation du virus, sur la nocivité de ses composants, ainsi que sur sa nécessité et son coût. "Quelle sera la composition exacte des vaccins choisis? Il apparaît en effet que certains vaccins risquent de contenir des adjuvants et conservateurs reconnus comme toxiques. Et pourquoi vouloir mettre en place une loi d'exception sur la vaccination, alors que la pratique médicale est généralement bien acceptée par la population? Pourquoi cette idée de vouloir contraindre la population à se faire vacciner? ", interroge Marie-Rose Cavalier, ex-députée wallonne.

Fiable, un vaccin si rapidemment créé?

"La rapidité avec laquelle le vaccin a été mis au point pose également question. Comment être sûr que des effets secondaires graves ne se manifesteront pas à long terme? Le vaccin est-il fiable? Pourquoi inclure dans la vaccination les groupes à risques, comme les femmes enceintes, alors qu'ils ont été exclus lors de la recherche? Serviront-ils de cobayes? ", demande le Dr. Gaublomme.

Le coût que représente la vaccination suscite par ailleurs d'autres incertitudes. "Plus de 12 millions de doses du vaccin ont été commandées par le gouvernement. Si le vaccin se révélait finalement être inutilisable, qu'adviendra-t-il de l'argent public dépensé? Le gouvernement sera-t-il remboursé? Le gouvernement prévoit-il une indemnisation pour les victimes du vaccin? Parce que, dans tous les cas, il y en aura", indique Sophie Meulemans, victime de vaccins. Et le Dr. Gaublomme de rappeler l'épisode de la vaccination massive de 46 millions d'Américains contre la grippe porcine en 1976, pour une pandémie qui n'a jamais eu lieu; une vaccination qui a généré 500 cas de paralysie de type Guillain-Barré et des milliers de plaintes introduites pour dommages à la santé.

"Nous estimons qu'il est du devoir des autorités d'apporter la preuve à l'ensemble de la population qu'elles ont réellement évalué de façon rigoureuse et contradictoire le rapport bénéfice risque de ces futurs vaccins", estime Marie-Rose Cavalier.

Voie judiciaire

Les membres de l'initiative citoyenne attendent des réponses claires du gouvernement dans les dix jours, faute de quoi, il sera probablement fait appel à la voie judiciaire. "Si d'ici le 15 septembre, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions, certains citoyens décideront peut-être de se tourner vers les tribunaux. Le gouvernement n'ayant pas répondu à notre mise en demeure et n'ayant donc pas rempli sa mission d'information, nous le contraindrons alors à y répondre par la voie d'autres organes", a expliqué Me Georges-Henri Beauthier.

Les personnes souhaitant prendre connaissance des textes et questions envoyés au gouvernement peuvent demander des informations via l'adresse mail initiative.citoyenne@live.be.

(Belga)

Source :  RTBF.be