Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

Échec épique : pourquoi l’armée russe a-t-elle surclassé l’armée Potemkine US

Ceci expliquant, cela :

Échec épique : pourquoi l’armée russe a-t-elle surclassé l’armée Potemkine US


Pour trois raisons : une trop grande complexité, trop d’argent et beaucoup de corruption 

plus une : l’arrogance suprématiste


Jacob Dreizin

Par Jacob Dreizin – Le 12 novembre 2015 – source Russia Insider

Dans cette analyse passionnante, notre contributeur explique pourquoi l’armée américaine est confrontée à de sérieuses difficultés, incapable de rivaliser avec la Russie et peu susceptible de changer dans le futur. Il a de l’expérience dans le service armé et civil, au Congrès et dans les secteurs du lobbying et de la conclusion de contrats. Il vit dans la région de Washington DC.

Le F-35: démentiellement cher, son coût continue à flamber, il est plus mauvais que les avions russes qui coûtent  20 fois moins et même que le vieux F16.

Nous avons lu dernièrement une bonne analyse des limites et des vulnérabilités de l’armée américaine à la lumière des événements dans l’ancienne Ukraine et en particulier de la compétence dont a fait preuve la Russie en Syrie.

Nous avons donc la réponse au quoi de la question, mais qu’en est-il du pourquoi ?

En tant que vétéran de l’armée américaine et longtemps résident au cœur de Washington – y compris quatre ans et demi passés à Crystal Drive à Arlington, Virginie, où l’on trouve probablement la plus forte concentration d’entrepreneurs en matière de défense de toute l’Amérique – je pense comprendre ce qui ne va fondamentalement pas avec le complexe militaro-industriel (CMI) des États-Unis.

Tout d’abord, le CMI a longtemps été incapable de produire des armes durables, efficaces, et polyvalentes.

Nous n’avons même pas besoin de prendre le F35 en exemple de cela. (Le dernier avion de combat US, qui s’est transformé en un échec technique spectaculaire et d’énormes dépenses ($1.5 trillion !) – lire notre article extrêmement populaire pour savoir comment cet avion se classe face à la concurrence des Russes.)

Regardez seulement l’arme la plus basique, le M-16.

Le fusil d’assaut M-16

Mon expérience de terrain avec ce morceau de ferraille est qu’il rencontre des problèmes même en présence d’une toute petite quantité de sable. Quand suffisamment de sable pénètre dans la chambre et se mélange à l’huile de lubrification sur la culasse, le cambouis  ainsi formé bloque le chargement d’une balle sur deux.

Priez Dieu de ne jamais avoir à nettoyer cette crasse huileuse avec une brosse devant le trou où s’est terré l’ennemi – vous êtes cuit. En l’absence de soutien de l’aviation ou de l’artillerie ou d’une supériorité numérique écrasante, vous êtes de la viande hachée face à quiconque possède un fusil qui fonctionne dans un environnement ensablé. Et pourquoi ? Parce que, comme on me l’a dit dans un camp d’entraînement – que ce soit vrai ou non – cette chose est parfaitement construite pour avoir une tolérance zéro aux pannes.

Il paraît que chaque composant métallique du M-16 est moulé ou usiné à la perfection plutôt qu’embouti. Contrairement aux armes russes ou chinoises, dont on dit qu’elles sont construites comme des ouvre-boîtes pour balancer de la grenaille dans toutes les conditions. Autrement dit, le M-16 est tellement parfait qu’il ne fonctionne pas correctement.

Il est aujourd’hui reconnu que le M-16, avec ses munitions de 5.56 mm, est insuffisamment meurtrier au-delà de quelques centaines de mètres, ce qui fait qu’il est mal adapté à des échanges de tirs à longue distance en terrain ouvert (de nouveau ces déserts, ou peut-être des fusillades entre crêtes montagneuses).

Le char Abrams M-1

Un autre bon exemple – un exemple canon, si je puis dire. Le moteur du char est une turbine à gaz, comme pour un avion, sauf qu’il est conduit à travers des déserts et même des tempêtes de sables, ce qui le rend extrêmement capricieux et nécessite une maintenance élevée. (Feriez-vous voler votre Boeing dans une tempête de sable ?) Bien sûr, l’Abrams a été conçu pour combattre en Allemagne où le sable n’est pas un problème. Mais pendant l’aventure irakienne, le sable a tellement déchiqueté les ventilateurs à turbine (ou n’importe quoi d’autre) que plus de 1 000 de ces composants à un million de dollars pièce ont dû être retirés et envoyés au dépôt pour maintenance ou aux États-Unis pour réparation .

Oui, c’est vrai, ces choses ne peuvent même pas être réparées sur le terrain. Tout ce que vous pouvez faire est de les extraire avec une grue et les renvoyer à grands frais aux civils. Au plus fort de l’aventure en Irak, vers 2007, le retard dans la maintenance était si grave que même les médias nationaux en ont eu vent.

Bien sûr, quand vous avez la monnaie de réserve mondiale, vous pouvez vous permettre tout cela et même plus – le monde entier paie pour vos guerres.

Mais le gaspillage et l’inefficacité sont un fait.

Le problème fondamental : une complexité excessive

Je pense que le problème ici est que les planificateurs et les logisticiens américains préfèrent l’originalité, la complexité et/ou la dépense pour le plaisir [de qui ? NdT] à l’adaptabilité et à la facilité d’usage et d’entretien. Ce n’est pas surprenant vu la richesse de l’Amérique et le financement longtemps généreux de ses forces armées [et la corruption endémique des lobbies à tous les étages, NdT]. Après tout, une armée reflète sa propre société.

Malheureusement pour Oncle Sam, ce qu’il obtient est un équipement qui peut très bien fonctionner dans un certain environnement mais pas dans un autre.

Mais nous avons assez parlé de l’équipement américain en soi. Parlons maintenant de Crystal Drive (un quartier de la banlieue de Washington où de nombreux entrepreneurs privés de la défense ont leurs bureaux, Ndlr) – ou, plus largement, du CMI.

Le complexe militaro-industriel (CMI) échoue dans les grandes largeurs

Il est maintenant évident que le CMI ne peut rien construire pour moins du double du budget prévu à l’origine (et c’est une appréciation très prudente). Aujourd’hui, il ne peut pas non plus développer quelque chose qui corresponde aux attentes de qualité et aux impératifs de survie. Outre l’interminable catastrophe supersonique connue sous le nom de F35, nous connaissons d’autres échecs et cafouillages, comme le Littoral Combat Ship [programme développé depuis la fin des années 1990 visant à produire une classe de frégates légères furtives modulaires destinées au combat en zone littorale, NdT], qui, de toute évidence, est moins capable et plus vulnérable que les navires vieux de 20 ou 30 ans qu’il était censé remplacer.

En savoir plus  Pas prêt pour le Prime Time : La Saga du F35 pour les nuls…

Ou, pour remonter à quelques années, voyez le Comanche, l’hélicoptère de l’armée de terre destiné à remplacer l’Apache, qui a gaspillé autour de $6.9 Mds de dollars – valeur du $ entre 1983 et 2004 – et probablement plus de $10 Mds aujourd’hui – avant que tout le programme ne soit abandonné. C’est vrai, tout cet argent pour rien – pas un seul Comanche n’a jamais été livré pour un usage permanent à une unité opérationnelle de l’armée !

Où est passé l’argent s’ils ne fabriquent effectivement rien à part quelques prototypes ? Ont-ils dépensé $10 Mds en présentations PowerPoint ?

Je n’arrive pas du tout à comprendre. Pouvez-vous imaginer ce que la Russie ou la Chine pourraient faire avec une telle somme ?

 2015-11-28_11h52_59

Cependant, même cela pâlit devant le programme annulé des systèmes de combat futurs (Future Combat Systems) de l’armée, qui a dilapidé un montant estimé (personne ne le sait exactement) à $20 Mds, de 2003 jusqu’à quelque part entre 2012 et 2014 (cela dépend de l’année où vous placez la date d’annulation),avec pratiquement rien à montrer à part quelques prototypes, beaucoup d’art conceptuel et un robot jouet de 29 livres [environ 15 kg, NdT] fabriqué par iRobot de Roomba, le roi de l’aspirateur. En fait, je ne peux penser à aucun important nouveau système d’armement étasunien qui ait réussi ces 25 dernières années, sinon peut-être le véhicule blindé Stryker (même si certains ont défendu cet argument, mais je n’en sais pas assez à son propos).

Comme de nombreux autres observateurs l’ont souligné, une partie de la faute incombe à notre système politique, où les sociétés du CMI achètent des politiciens puis bénéficient de faveurs sous la forme de contrats, que ces contrats aient du sens ou non. Je pense toutefois que ce n’est pas le seul problème ni même nécessairement le plus important.

Fondamentalement, je pense que nous avons est une hyper-complexité du système qui a pour résultat que rien ne se fait ou alors ce n’est pas bien fait.

Les agences américaines de renseignement ont le même problème

Cela ressemble à la profonde crise systémique qui frappe les services de renseignement de l’Oncle Sam qui, du 9/11 au Printemps arabe, à la Crimée, à la conquête de Mossoul par État islamique, à la Russie en Syrie, disent toujours : «Nous ne nous attendions pas à cela…», alors que nous avons de nombreuses agences [en concurrence pour les budgets, NdT] – certaines d’entre elles avec des fonctions qui se recoupent – noyées dans la paperasse, les données inutiles (ou trop de données) et presque totalement inefficaces.

Comme certains lecteurs s’en souviendront, ça allait si mal qu’en avril 2014, le département d’État a publié un photo montage visant à prouver (entre autres choses) qu’un commandant de bataillon tchétchène barbu appelé Hamza, qui était apparu sur des images de la guerre de 2008 en Géorgie prises par la télévision russe, n’était autre que le milicien obèse barbu de Slaviansk, répondant au surnom de Babai – autrement dit, que les forces spéciales russes avaient envahi le Donbass. (Le New York Times l’a publié et se l’est vu ensuite très vaguement et très gentiment reprocher par son propre médiateur).

Cette affreuse plaisanterie n’aurait-elle pas dû être empêchée par le Bureau du directeur du renseignement national, qui est supposé promouvoir l’échange d’informations entre les agences et contrôler, de façon centralisée, toutes les déclarations et les conclusions – en particulier celles claironnées sur le site du département d’État et dans ses séances d’informations ? Apparemment pas !

Enflure bureaucratique [et profusion d’acronymes, NdT]

En revanche, ce en quoi les services de non-renseignement US excellent  – outre leur habitude d’embaucher trop de belles filles, jeunes et sveltes fraîchement sorties de l’université et totalement dénuées de compétences linguistiques ou d’une quelconque autre expérience (la DIA, l’Agence de renseignement de la Défense, et la NGA, la National Geospatial-Intelligence Agency, vous savez bien que nos anciens chefs militaires aiment à embellir leurs bureaux avec des potiches) – et outre le fait qu’il assure un job aux dizaines de milliers d’employés de son personnel ainsi qu’à des dizaines de milliers d’entrepreneurs grotesquement surpayés, y compris ceux qui construisent et gèrent des centres d’écoutes illégales ayant coûté des milliards de dollars, et qui se sont révélés incapables de rien récolter d’utile, peut-être parce que si vous essayez de tout écouter, vous finissez pas ne plus rien entendre du tout.

La leçon de tout cela est que plus il y a de bureaux et d’agences, plus il y a de directeurs et d’élus politiques qui chercheront à justifier et à étendre leur influence et leurs budgets en ramassant autant d’argent et autant de contrats que possible, aussi rapidement que possible, en payant même, dans de nombreux cas, les industriels pour faire un tout petit peu plus que rester assis (parfois chez eux) en attendant le prochain contrat. (Je l’ai vu à de nombreuses reprises à Washington).

Ensuite vous devenez si gros que les gens se marchent les uns sur les autres et que la main gauche ne sait pas ce que fait la main droite.

Le CMI américain fonctionnait très bien il y a 50 ans parce qu’il y avait moins d’argent et que les gens étaient impliqués

Donc je pense que c’est ce qui se passe non seulement dans l’appareil du renseignement mais dans le CMI comme un tout. Nous avons des centaines de milliers d’employés et d’entrepreneurs privés ainsi que d’officiers de l’armée chargés d’assurer la liaison avec eux, toutes sortes de gestionnaires de projet et de ceintures noires Six Sigma [on ne rit pas, SVP, c’est une méthode de management visant à une amélioration de la qualité et de l’efficacité des processus, NdT] et autres mots ou acronymes à la mode, qui jonglent avec des millions de l’autre côté du Potomac et dans tout le pays, et ils ne peuvent pas aligner un hélicoptère après avoir dépensé $10 Mds pour lui.

Vraiment? Comment ce grand pays a-t-il pu vaincre l’Empire du Japon ? 1

Allez au Musée national de l’air et de l’espace à Washington ; vous y verrez les choses les plus surprenantes – par exemple des générateurs conçus pour fonctionner à la surface de la lune, tirant du courant électrique de la chaleur de la désintégration du plutonium – qui ont été développés lorsqu’il n’y avait pas de Crystal Drive, par de Tysons Corner, etc.

Ensuite allez à l’annexe du musée près de l’aéroport de Dulles et regardez le SR-71 Blackbird, l’avion le plus rapide et volant le plus haut jamais construit (c’était il y a à peu près 50 ans).

Comment faisaient-ils ?

Bien qu’il y ait eu davantage d’hommes en uniforme à l’époque, le CMI lui-même (ou peut-être devrais-je dire le complexe militaro-industrialo-informatif pour l’Insécurité du pays, CMIIIP) ne disposait que d’une infime partie des effectifs civils actuels. Heureusement, la plupart de ces intégrateurs système gratte-papier et autres commandos de PowerPoint n’existaient pas. Les plans étaient rédigés avec un crayon et du papier.

Aujourd’hui, Oncle Sam ne peut même pas construire un moteur de fusée lourd, sans parler d’un bon casque ou d’un siège éjectable pour son F35.

Aucun d’espoir de changement en perspective

Il semble donc qu’en tant que civilisation technique, nous soyons en train de dégénérer.

Bien sûr, il y a des avancées constantes dans la microélectronique (c’est-à-dire les circuits intégrés) et les programmes que cela permet, mais en termes d’ingénierie lourde – dans laquelle le CMIIIP et d’autres initiatives gouvernementales comme le programme spatial étaient à l’avant-garde depuis la Seconde Guerre mondiale – il semble que les États-Unis soient au bout de leurs ressources.

Et vous savez quoi ? Mettre plus d’argent va seulement faire empirer les choses.

Les organisations, avec leurs budgets et leurs arguments qui semblent parfaitement raisonnables pour obtenir des financements toujours plus importants, vont croître, leur personnel va augmenter, le secteur des marchés aussi, le nombre des immeubles de bureaux rutilants va exploser, mais le résultat sera un rendement marginal toujours plus faible.

John McCain et tous les perroquets-disques-rayés dans et hors du Pentagone diront que nous n’avons toujours pas assez de fonds pour contrer une inutile invasion russe de la Lituanie, pays parasite et inconséquent actuellement dirigé par un communiste de longue date, ou tout autre scénario d’entrainement à une guerre hypothétique datant des années 1990 qui a été instillé dans la conscience de la population et s’est transformé en Plus Grande Menace Pour la Paix Mondiale.

Bien sûr, tant que les États-Unis ont l’argent pour envoyer des armées et des armadas pour des tonnes de dollars contre des indigènes illettrés armés de bâtons pointus et de noix de coco, cela ne menace pas visiblement leur hégémonie. Presque chaque problème ou erreur peut-être dissimulé par de l’argent, en tout cas pendant longtemps.

Mais à la fin, même si le robinet à fric ne se ferme pas, nous arriverons au point où l’armée ne peut réellement pas être utilisée à quelque chose de plus qu’une façade ou une exposition itinérante de canonnières, en espérant que personne ne dise que c’est du bluff, parce que le truc ne marche justement pas comme il est supposé le faire ou bien il est trop vulnérable (témoin la retraite du porte-avion américain, voilà deux mois, du golfe Persique après qu’Oncle Sam a découvert que la Russie a des missiles de croisière avec une portée d’au moins 1500 km, ou la navigation ridicule d’une escadre autour des petites îles chinoises qui avait seulement pour but d’enfreindre très légèrement et brièvement les eaux territoriales imaginaires de la Chine), ou alors les autochtones menacés peuvent déployer leurs propres contre-mesures.

En fait, je dirais que nous sommes déjà arrivés à ce point. Sans oublier que l’Armée américaine et le ministère des Anciens combattants sont déjà tellement épuisés après l’Irak et l’Afghanistan qu’une nouvelle opération terrestre importante est impensable. (A l’heure actuelle, Washington est plus susceptible de lancer des bombes nucléaires sur quelqu’un que de risquer une autre guerre terrestre).

Donc vous pouvez vous attendre à ce qu’il y ait beaucoup de lamentations et encore plus d’argent déversé dans la brèche. C’est simplement ce que fait la machine : il n’y a aucune chance de la réformer, ni que l’hégémonie diminue volontairement (bien que dernièrement, elle ait fait du bon travail pour se ruiner elle-même).

Mais tout cet argent pourrait tout aussi bien être jeté dans les toilettes.

Le seuil a été atteint et tout va aller de mal en pis à partir de là.

Jacob Dreizin est russophone d’origine. Il est titulaire d’un MBA et d’un master en relations internationales et a vécu dans au moins dans six pays différents. Il a contribué au célèbre blog économique américain Mish’s Global Economic Trend Analysis.

Traduit par Diane, édité par jj, relu par Literato pour le Saker Francophone

 
  1. Bonne question, que l’on ne pose jamais pour ne pas avoir à y répondre. Je vous suggère d’étudier le rôle du second front de l’Armée Rouge en Mandchourie en 1945 qui a détruit l’Armée japonaise du Guandong, la plus importante de l’empire du Japon, NdT

 

L’OTAN cheval de Troie de l’Etat islamique

« Le problème au Moyen-Orient tient aux origines de l’État d’Israël »

Des révoltes arabes aux risques et enjeux des troubles qui secouent la Syrie, l’enrôlement du Canada dans la politique hégémonique américaine, les jeux russe et onusien, sans pour autant oublier la place de l’Afrique dans ce nouvel échiquier, des questions brûlantes que La Nouvelle République a abordées avec Richard Le Hir, ex-député du Parti québécois d’Iberville en 1994 et ministre délégué à la Restructuration dans le cabinet Parizeau du 26 septembre 1994 au 9 novembre 1995.

***

La Nouvelle République : Révoltes ou révolutions, spontanéité des masses ou complot de l’Occident, décidément, les avis sont partagés pour qualifier ce qui se passe dans le monde arabe. Quelle est votre opinion à ce propos ?

Richard Le Hir : N’étant pas sur le terrain, je suis entièrement dépendant des médias pour mon information, tant les médias traditionnels que les sites alternatifs. La vision qu’un observateur étranger peut donc dégager de ce qui se passe dans le monde arabe est nécessairement partielle, et le risque existe qu’elle soit de ce fait partiale. Voilà de quoi inciter à la plus grande prudence. Si les avis sont si partagés, c’est sans doute qu’il n’est pas possible de traiter toutes les situations sur le même pied. Pour peu qu’on fasse l’effort de s’informer, on voit bien qu’entre ce qui s’est passé en Egypte, en Tunisie, en Libye et au Yémen ou ce qui est en train de se passer en Syrie, il y a un monde de différences.

Si une mauvaise conjoncture économique constitue toujours un terreau fertile pour l’expression d’un sentiment de révolte, les excès d’un pouvoir corrompu et loin du peuple pourront jouer un rôle important d’accélérant, comme l’huile jetée sur le feu. Et il y aura toujours des opportunistes à l’intérieur ou à l’étranger pour chercher à profiter de la situation à des fins d’enrichissement personnel ou à des fins politiques.

Cela dit, il ne fait aucun doute dans mon esprit que des intérêts étrangers au monde arabe sont en train d’exploiter à des fins politiques l’instabilité qui y règne, soit pour consolider des positions existantes, soit pour modifier durablement en leur faveur l’équilibre des forces. Ces intérêts étrangers sont assez faciles à identifier, il s’agit essentiellement des Etats-Unis et d’Israël qui traînent dans leur sillage les vassaux européens de l’Amérique, à commencer par la France et le Royaume-Uni.

Vu leur vulnérabilité économique et politique, les pays arabes sont des proies toutes désignées, et le risque qu’ils soient récupérés est très élevé. Mais comme l’Amérique n’a désormais plus les moyens de ses ambitions hégémoniques, le désenchantement chez les récupérés sera très rapide et l’instabilité n’y fera que s’amplifier.

Quelle analyse faites-vous de la crise que traverse la Syrie ?

Ce qui est particulièrement frappant, c’est le fossé entre ce que rapportent les médias officiels étrangers et les comptes-rendus des sources d’information non alignées sur le terrain. Le fait que Bachar Al-Assad tienne encore solidement les rênes du pouvoir constitue pour moi une indication très claire que la menace vient davantage de l’extérieur que de l’intérieur et qu’elle est téléguidée comme l’était la tentative de renversement du régime iranien en 2009 lors de la pseudo Révolution verte.

Il ne faut donc pas se surprendre de retrouver dans le camp de la révolution syrienne l’intellectuel français et de moins en moins philosophe Bernard-Henri Lévy, qui n’avait pas hésité à jeter tout son poids médiatique derrière la révolution avortée en Iran et qu’on a vu se démener avec toute la force de son impressionnant carnet de contacts en Libye récemment. On sait maintenant grâce à Bernard-Henri Lévy lui-même que « c’est en tant que juif » qu’il a « participé à l’aventure politique en Libye ». Lors de la première Convention nationale organisé par le Conseil représentation des organisations juives de France (CRIF), il a en effet précisé : « Je ne l’aurais pas fait si je n’étais pas juif. J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël ». La question se pose maintenant de savoir si la fidélité de Lévy au sionisme et à Israël l’emporte sur la fidélité qu’il doit à la France en tant que citoyen français. C’est une question que les Français devraient se poser, et je suis surpris de voir qu’ils ne soient pas nombreux à le faire. La facilité avec laquelle il est parvenu à entraîner la France dans le renversement de Kadhafi par la force est un témoignage éloquent du délitement de la diplomatie française sous Sarkozy et de sa mise au service des intérêts des Etats-Unis, d’Israël et, accessoirement, de certains oligarques du pétrole proches de Sarkozy, notamment le Canadien Paul Desmarais.

L’effondrement diplomatique de la France est une mauvaise nouvelle pour Bachar Al-Assad qui ne peut plus compter désormais que sur le soutien de l’Iran, de la Russie et de la Chine. Quant aux Syriens eux-mêmes, il ne fait pas de doute qu’une certaine faction aspire à un renversement du pouvoir en place, mais cette faction n’a ni l’importance numérique que lui attribuent les médias occidentaux, ni une large base de soutien populaire, ni le degré de radicalisme requis pour faire une révolution, et elle ne voit pas que ses espoirs sont alimentés par une force en déclin qui, le moment venu, ne serait pas capable de tenir ses promesses en raison de la précarité de sa situation économique et ses propres problèmes.

Autrement dit, il y a en Syrie à l’heure actuelle des tas de gens qui sont manipulés et qui meurent pour rien d’autre que la promotion d’intérêts étrangers.

En tant que Canadien, comment expliquez-vous la participation de votre pays à ces guerres dites « humanitaires », notamment en Libye, alors que vous dites : « Il fut un temps où le Canada était perçu comme une force de paix dans le monde » ?

Les étrangers doivent comprendre que la politique qui est actuellement celle du gouvernement canadien va à l’encontre de sa propre tradition depuis la Seconde Guerre Mondiale et qu’elle ne constitue en rien un reflet de la volonté populaire. Pour dire le vrai, l’opinion publique canadienne était beaucoup plus à l’aise avec l’image de son armée en contingent important des forces de maintien de la paix de l’ONU, les Casques bleus, qu’avec celle de baroudeurs en Afghanistan et plus récemment au commandement des forces de l’OTAN en Libye. Le parti actuellement au pouvoir n’a remporté que 37,5 % des voix aux élections générales du 2 mai dernier. Il représente surtout l’ouest du pays et la province de l’Alberta où les intérêts pétroliers américains sont très présents et très influents. C’est cette influence qui explique en grande partie l’alignement de la politique étrangère canadienne sur celle des Etats-Unis, alors qu’en 2002, le Canada, alors dirigé par un autre parti aux assises dans l’est du pays, avait, comme la France de Chirac, refusé de s’engager aux côtés des Etats-Unis dans la guerre en Irak.

Le gouvernement canadien s’apprête à signer un traité de coopération militaire avec Israël, dans quel intérêt stratégique peut-on placer cet accord ?

Depuis l’annonce de la conclusion imminente de cet accord à la mi-novembre par les ministres de la Défense des deux pays à Ottawa, aucune autre nouvelle n’a filtré, sans doute parce que le gouvernement en place au Canada est très conscient de la surprise et de la réaction défavorable qu’elle a causées. Le nouveau gouvernement n’ayant tenu aucun débat sur ses orientations en matière de politique étrangère depuis sa première élection comme gouvernement minoritaire en 2006, les Canadiens n’ont guère d’autre choix que de voir dans la conclusion de cet accord avec Israël un autre signe de sa soumission totale aux objectifs américains. Il n’existe, en effet, pour le Canada aucune autre justification stratégique au soutien d’Israël que celle de l’alignement avec les politiques américaines, et cet alignement est d’autant plus surprenant et incompréhensible qu’il coïncide avec le commencement de la fin de l’hégémonie américaine.

Certains observateurs avancent qu’en cas d’escalade américaine et européenne contre Damas, la région risque un embrasement, voire même une troisième guerre mondiale. Etes-vous de cet avis ?

Le risque d’une troisième guerre mondiale est réel. Quant à savoir si la situation en Syrie en sera l’élément déclencheur, c’est une autre affaire. Il n’y a pas de doute que cette hypothèse ne peut être exclue, mais une « provocation » iranienne pourrait tout aussi bien servir de prétexte. L’Amérique ne sait que trop bien que la crise économique mondiale engendrée par ses excès menace au premier chef son hégémonie, et c’est au principal conseiller économique du président Obama pendant la première partie de son mandat Larry Summers, également ancien recteur de Harvard et secrétaire au Trésor sous le président Clinton, que revient le mérite d’avoir le premier évoqué la perspective du déclin de l’influence américaine en posant la question dans des termes on ne peut plus clairs : « Pendant combien de temps le plus gros emprunteur au monde peut-il demeurer la première puissance mondiale ? » Et la réponse est évidemment : pas très longtemps.

Alors, le danger devant l’imminence de ce déclin est que l’Amérique soit tentée par une dernière démonstration de puissance pour infléchir durablement la situation au Moyen-Orient dans le sens de ses intérêts et de ceux d’Israël, dans une sorte de fuite en avant pendant qu’elle dispose encore des moyens d’agir. Cette perspective soulève des inquiétudes jusque dans les milieux américains du renseignement. Encore ces jours-ci, un ancien analyste de la CIA, Ray McGovern, mettait ses compatriotes en garde contre l’idée d’ouvrir les hostilités contre l’Iran dans l’espoir de sécuriser Israël, en les prévenant qu’il pourrait s’agir de « la plus grosse erreur du siècle ».

Ce commentaire rejoint un autre que je faisais moi-même il y a un peu plus d’un an dans le cadre d’un article pour la tribune libre du site d’information Vigile.net au Québec :

« Le problème [au Moyen-Orient] tient aux origines de l’Etat d’Israël. Et je prends bien soin de faire une distinction entre Israël et l’Etat d’Israël. Si les origines du premier remontent avant Jésus-Christ, les origines du second remontent à 1948. Le premier a un fondement religieux et historique et le second un fondement strictement politique. Or les juifs agissent comme si tout cela était confondu et ne veulent pas accepter que la distinction réelle qui existe entre les deux, comporte en elle les germes de la précarité. Refusant de reconnaître et d’accepter cette précarité, ils souhaitent la transformer en sécurité. Je les comprends. Mais plus ils cherchent à gagner de la sécurité, plus ils augmentent leur précarité ».

Après avoir augmenté la pression, notamment à travers les déclarations de Medvedev et en positionnant leur porte-avions Amiral Kouznetsov au large des côtes syriennes, les Russes viennent de proposer une nouvelle mouture pour une éventuelle résolution du Conseil de sécurité. Doit-on considérer cela comme une concession, un fléchissement de la position russe ou une simple manœuvre pour tromper l’Occident, sans toutefois concéder aux Occidentaux une résolution à même de servir de tremplin à une agression militaire ?

Il y a dans toutes ces manœuvres de la Russie, outre le souci de laisser savoir aux Etats-Unis, à l’Europe et à Israël qu’elle ne laissera pas cette question se régler « à la libyenne », le désir manifeste de gagner du temps dans l’espoir que ce temps permettra aux parties impliquées de prendre pleinement conscience des enjeux et des risques qui seraient associés au renversement du régime syrien. Je constate que lors des manœuvres militaires que les Iraniens ont récemment tenues dans le golfe d’Ormuz, la presse iranienne a pris la peine de souligner la présence d’une délégation militaire syrienne de haut niveau aux côtés des délégations russe et chinoise. Le message est on ne peut plus limpide : « Touche pas à mon pote ! »

Est-ce que la Russie a les moyens d’aider la Syrie à faire face, dans les prochains mois, aux embargos technologiques et économiques dont les Euro-Américains veulent accabler le pays ?

Les embargos annoncés par le président Obama sont surtout d’ordre financier et visent à nuire essentiellement à l’économie iranienne. Mais en même temps qu’ils cherchent à nuire à l’économie iranienne, les Américains doivent faire attention à ne pas se pénaliser eux-mêmes, et comme la principale source de revenus de l’Iran est le pétrole et que le pétrole iranien se négocie ouvertement sur le marché mondial, les Américains sont limités dans leur action. La dernière chose dont ils auraient besoin en ce moment compte tenu de l’état de leur économie est une flambée des cours du pétrole. Il faut aussi garder à l’esprit que ce sont les Etats-Unis et ses alliés qui mettent en place cet embargo et non la communauté internationale par le truchement de l’ONU, ce qui va en limiter singulièrement la portée, même si la propagande prétendra le contraire.

Certaines parties accusent Israël de jouer un rôle dans les événements en Syrie dans le cadre d’un agenda étranger bien défini. Serait-il dans l’intérêt d’Israël que la Syrie soit déstabilisée avec un changement de régime ou au contraire cela risque de constituer une nouvelle menace comme tiennent à l’affirmer certains observateurs ?

Pour répondre à cette question, certaines distinctions s’imposent. Pour des raisons dont j’ai parlé plus haut, il existe une confusion entre les ambitions sionistes et les intérêts de l’Etat d’Israël. A l’heure actuelle, les ambitions sionistes menacent les intérêts de l’Etat d’Israël et compromettent même ses chances de survie. Si les sionistes veulent effectivement déstabiliser la Syrie, cela ne correspond aux intérêts de l’Etat d’Israël, et c’est celui-ci qui risque d’en pâtir, car l’instabilité qui s’installerait en Syrie serait à moyen et long terme plus dangereuse pour la survie de l’Etat d’Israël que le maintien du régime actuel, si tant est que des gains à court terme pourraient même être possibles, ce qui n’est pas du tout évident.

Récemment, Ban Ki-moon a déclaré à propos de la situation en Syrie : « Cela ne peut plus durer. Au nom de l’humanité, il est temps pour la communauté internationale d’agir ! » Serait-ce là un feu vert pour une intervention militaire comme en Libye ?

Le secrétaire général Ban Ki-moon a une conception bien étriquée de l’humanité pour croire qu’il s’exprime ainsi en son nom. En premier lieu, il est loin d’être acquis que la communauté internationale partage son point de vue qui est essentiellement celui des Etats-Unis et de ses alliés. Et les conditions politiques actuelles ne sont pas du tout réunies pour une mission « humanitaire » de l’ONU. En fait, nous assistons plutôt en ce moment à une ré-émergence de la politique des blocs, comme au temps de la guerre froide entre les années 1950 et 1990. Si une intervention militaire devait avoir lieu — et je la perçois de moins en moins comme une possibilité —, il faudrait qu’elle soit lancée à l’initiative de l’OTAN, une hypothèse peu vraisemblable dans la foulée immédiate de l’opération en Libye qui commence à soulever bien des interrogations dans les pays participants.

Ne serait-ce qu’au Canada, certains critiques sont même allés jusqu’à accuser le commandant en chef des forces de l’OTAN dans l’opération libyenne, le lieutenant-général Charles Bouchard, un de nos compatriotes, de crimes de guerre ! Dans les événements qui secouent l’Afrique et le monde arabe, on assiste à un grand jeu des puissances occidentales et des affrontements feutrés entre elles ; quels seraient d’après-vous les logiques stratégiques qui visent à remodeler l’Afrique, le Proche et le Moyen-Orient ?

Si encore il ne s’agissait que des puissances occidentales, la situation répondrait à des modèles connus comme l’impérialisme, le colonialisme, le postcolonialisme ou le clientélisme. Mais avec l’émergence de la Chine comme puissance mondiale, la situation s’est singulièrement compliquée. Et si, par surcroît, ma théorie de la ré-émergence des blocs se confirme, l’Afrique va se retrouver au cœur d’une partie d’échecs à trois dimensions, mais il est encore trop tôt pour prévoir comment cette partie va se jouer.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël ont décidé d’étendre leurs aires d’influence sur le continent africain. L’Afrique ne serait-elle pas en passe de devenir l’un des principaux terrains du « choc des civilisations » ? Quel avenir pour l’Afrique dans ces conditions ?

Quelles que soient les visées de ces pays en Afrique, ils risquent d’avoir de grandes surprises. Si leur perception de l’Afrique n’a pas beaucoup évolué, ils vont découvrir assez rapidement que la perception que les Africains ont de l’Afrique a grandement évolué et qu’ils n’accepteront plus encore très longtemps de la voir servir de ballon de football pour qui que ce soit.

Entretien réalisé par Chérif Abdedaïm

Source: http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=8837

source: http://vigile.net/Le-probleme-au-Moyen-Orient-tient

Trouble-fête: le S-400 russe bouscule les plans américains en Syrie

Poutine aurait-il bloqué tout le monde en Syrie y compris les avions militaires français ? 

Encore une preuve que l'alliance Franco/Russe en Syrie ne pourrait être que du pipeau car tous les avions de la coalition US seraient bloqués par le S-400.

A moins que la France dont le matériel militaire est vétuste n'ait des aéronefs équipés d'un système de contre-mesure électronique pour accompagner ses avions militaires lors de leurs opérations, et ce dont nous doutons fortement.

"Si les systèmes russes sont activés, les avions militaires américains seront accompagnés  par des aéronefs dotés d'un système de contre-mesure électronique et pourraient même devoir arrêter leurs frappes."

Trouble-fête: le S-400 russe bouscule les plans américains en Syrie

Россия развернула в Сирии ЗРК С-400

Les autorités américaines sont préoccupées par la décision russe de déployer en Syrie des systèmes antiaériens S-400. Désormais, le Pentagone est contraint d'accompagner les bombardiers américains d'un aéronef équipé d'un système de contre-mesure électronique et pourrait même cesser ses frappes, rapporte la CNN.

Le président russe Vladimir Poutine a expliqué que la Russie était obligée d'assurer la sécurité de son aviation après l'incident aérien avec la Turquie, raison pour laquelle elle a déployé le système S-400.

Le radar du système S-400 est capable de viser simultanément 300 cibles, et possède une capacité antimissile. 72 missiles peuvent y être chargés simultanément.

Le déploiement de ces batteries antimissile de dernière génération complète les mesures annoncées mardi soir par l'état-major de l'armée russe: envoi près de la province de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, du croiseur lance-missiles Moskva de la flotte russe, équipé de systèmes antiaériens, et le fait que les bombardiers russes voleront désormais sous la protection de chasseurs.

Le Pentagone ne croit pas que système soit déjà en alerte opérationnelle. Pourtant, un militaire américain a confié à la chaîne américaine CNN qu'ils suivaient attentivement l'évolution la situation.

Le lieutenant général à la retraite Mark Hertling, analyste militaire de CNN, a expliqué que beaucoup de conversations se passaient au niveau tactique ou opérationnel alors que les chefs de l'Etat conservent un ton belliqueux. Cela revient à augmenter la mise dans le "grand jeu syrien", mais on ne sait jamais à quoi ça peut mener.

Si les systèmes russes sont activés, les avions militaires américains seront accompagnés  par des aéronefs dotés d'un système de contre-mesure électronique et pourraient même devoir arrêter leurs frappes.

En attendant, l'administration Obama  a fait également face à d'autres difficultés. Dans un entretien, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a déclaré qu'il était peut-être temps de coopérer avec  l'armée syrienne dirigée par le président Bachar el-Assad dans la lutte contre l'EI.

Barbara Starr, correspondante de la CNN au Pentagone, a fait remarquer que la situation serait encore plus compliquée pour l'administration Obama. Environ 50 combattants des forces spéciales américaines seront déployés dans la Syrie du Nord dans les prochains jours. Ils seront là pour la première fois. Le chef du Pentagone Ashton Carter sera sans doute contraint d'en parler lors de son entretien devant le Congrès la semaine prochaine, a conclu la correspondante.

28/11/2015

Gaza : Musique de Guerre

Admirables de courage tous ces enfants, dans un contexte de guerre permanente !

Gaza : Musique de Guerre

13 oct. 2015, 13:36

RT va visiter une école de musique à Gaza, au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année.
 
Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet tout de même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prenne fin.Même si Gaza est une zone de conflit, il faut bien que la vie quotidienne de ses habitants continue. Pour de nombreux enfants qui ont grandi dans un climat de violence dès leur plus jeune âge, la musique est devenue une importante source de réconfort.
 
RT va visiter une école de musique à Gaza au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année. Leur expérience de la guerre les unit tout comme leur passion pour la musique. Ils ont survécu aux destructions, enduré l’horreur des bombardements et vu la mort de près. Certains l’ont regardée en face. Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prendra fin.