Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2015

Gaza : Musique de Guerre

Admirables de courage tous ces enfants, dans un contexte de guerre permanente !

Gaza : Musique de Guerre

13 oct. 2015, 13:36

RT va visiter une école de musique à Gaza, au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année.
 
Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet tout de même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prenne fin.Même si Gaza est une zone de conflit, il faut bien que la vie quotidienne de ses habitants continue. Pour de nombreux enfants qui ont grandi dans un climat de violence dès leur plus jeune âge, la musique est devenue une importante source de réconfort.
 
RT va visiter une école de musique à Gaza au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année. Leur expérience de la guerre les unit tout comme leur passion pour la musique. Ils ont survécu aux destructions, enduré l’horreur des bombardements et vu la mort de près. Certains l’ont regardée en face. Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prendra fin.
 

Un deal Merkel-Erdogan: arrêt de mort pour l'Europe?

Encore une preuve que l'UE finance le terrorisme au Moyen-Orient !

Ils n'ont pas été mis au courant de l'avion russe abattu ni que Poutine a dénoncé Erdogan, dans les trafic de pétrole avec l'EI ?

Au lieu de demander une enquête internationale pour voir où sont les vrais faits et les responsabilités, il faut mieux aller remercier Erdogan avec l'argent des contribuables européens !

On va les mettre dehors quand tous ces terroristes que nous avons à la tête de l'UE et dans nos gouvernements ?

Un deal Merkel-Erdogan: arrêt de mort pour l'Europe?

Angela Merkel

Les chefs européens se rendront, ce dimanche, en Turquie pour discuter affaires: des milliards d'euros en échange du règlement de la crise migratoire. Une UE impuissante convoite un règlement rapide et voit en Recep Erdogan un sauveteur. Pourtant, c'est une grande illusion, selon Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Or il semble que les faits concernant la coopération turque avec Daech suffisent largement pour rendre la rencontre des chefs des pays-membres de l'UE avec le président turc Recep Tayyip Erdogan impossible, fait remarquer le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten. Pourtant, la chancelière allemande Angela Merkel montre de plus en plus sa bienveillance à l'égard d'Ankara, bien que cette affaire soit déjà profitable pour M.Erdogan. Outre l'argent du contribuable européen, il aura un énorme bonus: le silence de la chancelière allemande sur tous les thèmes embarrassants. 

Plus de questions embarrassantes

Ainsi, le président pourra éviter les questions sur les raisons des frappes sur l'avion russe, ce qui a exacerbé la colère dans le monde. Il ne sera pas non plus obligé de s'expliquer sur les liens qu'entretient sa famille avec Daech et son financement, ni sur ce qui est arrivé aux journalistes qui avaient découvert la coopération d'Ankara avec Daech. Personne ne se posera plus la question de savoir sur quels fondements la Turquie demande de l'accueillir au sein de l'UE. Et, ce qui est le plus important, personne ne se souciera de savoir si les milliards de l'UE seront bien destinés aux besoins des refugiés, explique l'auteur de l'article. 

Mme Merkel ne peut pas garantir que son deal avec M. Erdogan, compte tenu de toutes ses relations opaques avec les djihadistes, ne transformera pas les citoyens européens l'ignorant en sponsors indirectes de Daech. L'accord avec Ankara, s'il a lieu, signera l'arrêt de mort de toutes ces personnes qui pourraient souffrir d'une nouvelle résurgence du terrorisme, déplore Deutsche Wirtschafts Nachrichten. Voilà pourquoi Angela Merkel doit éviter cette faute avant qu'il ne soit trop tard, conclut l'auteur.

Le 18 octobre, Mme Merkel s'était déjà rendue à Istanbul, où elle s'est entretenue sur la crise migratoire avec Recep Tayyip Erdogan et le premier ministre Ahmet Davutoglu. Selon le plan rendu public après le sommet, la Turquie devrait jouer un des rôles principaux dans la résolution de la crise migratoire.

 

Un éminent avocat pro-kurde abattu dans le sud-est de la Turquie

Après les journalistes incarcérés en Turquie, le tour à un imminent avocat à avoir été abattu ?

Un éminent avocat pro-kurde abattu dans le sud-est de la Turquie

Tahir Elci, président de l’association du barreau © Sertac Kayar Source: Reuters
Tahir Elci, président de l’association du barreau
 

Le président de l’association du barreau du sud-est de la province de Diyarbakır a été tué, atteint par une balle, pris dans un feu croisé entre des insurgés kurdes et la police turque.

Tahir Elci a été atteint de tirs dans la tête, ce qui a causé sa mort, apprend-on des sources de l’hôpital.

Tahir Elci est mort alors qu’il s’exprimait face aux médias. Les extrémistes kurdes ont ouvert le feu, tuant également un policier et blessant trois autres personnes. Parmi les blessés, des correspondants des plus grands médias, des agences Anatolia et Dogan.

«Dès la fin de sa déclaration, les balles ont plu sur la foule», a déclaré à Reuters Omer Tastan, un responsable local du parti pro-kurde HDP. «Une balle a atteint Elci à la tête», a raconté Tastan, en ajoutant que 11 personnes ont été blessées lors de l’incident.


Dans une vidéo diffusée par l’agence Dogan, un groupe de tireurs s’est caché derrière le minaret d’une mosquée proche du lieu où Elci prononçait sa déclaration. Lorsqu’il a fini de parler, les hommes ont ouvert le feu sur l’avocat et ceux qui se trouvaient derrière lui.

«Une personne a couru vers Tahir Elci, lui a tiré dessus et puis s’est échappée», a fait savoir Felat Bozarslan, journaliste à l’agence Dogan.

Le militant pour les droits de Kurdes Tahir Elci a été fortement critiqué pour sa contestation envers la position officielle de la Turquie de qualifier le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d’organisation terroriste.

Après avoir fait des commentaires sur le PKK sur la chaîne CNN Turk au mois d’octobre, le militant a été arrêté. Il a ensuite été relâché et attendait d’être jugé.

En savoir plus : 3 militants kurdes tués dans des affrontements avec la police dans le sud-est de la Turquie

Tahir Elci a fait des études de droit en Europe et a participé à plusieurs importants procès devant les Cours turques. L’avocat faisait partie des membres fondateurs de plusieurs organisations de droit et d’ONG.

«La Turquie plonge dans le chaos»

Le meurtre de Tahir Elci reflète une fois de plus la situation instable de la sécurité dans le pays, a estimé l’analyste du Moyen-Orient Shwan Zulal.

«Tahir était un avocat kurde très éminent qui appelait à la paix et au cessez-le-feu entre le PKK [parti kurde] et les militaires turcs. Il n’a été jamais impliqué dans le côté politique des choses», a raconté l’expert dans une interview à RT. «C’était une personne qui luttait tout simplement en faveur de la justice pour les kurdes et qui n’avait pas peur de s’exprimer à voix haute», a expliqué Shwan Zulal.

Alors que violences et attentats se multiplient en Turquie, c’est son économie qui risque d’en souffrir le plus, d’après l’expert.

En savoir plus : Lors du sommet du G20 à Antalya, Daesh intensifie ses attaques contre la Turquie

«Je crois que la Turquie sombre vraiment dans le chaos et devient un endroit pas du tout sûr. L’économie turque repose largement sur le tourisme, et si cette sécurité n’est plus assurée dans le pays, je ne sais pas où nous nous dirigeons», a regretté Shwan Zulal.

 Des canons à eau dispersent la marche organisée à Istanbul en hommage à l’avocat abattu (VIDEO)

 28 nov. 2015 

  • Alors que des milliers de personnes se sont rassemblées pour protester contre le meurtre de l’avocat kurde Tahir Elci, des échauffourées ont éclaté entre la police et les manifestants.
     
     

     

Poutine refuse de rencontrer Erdogan

 

Nov 27, 2015 15:04 UTC - IRIB – Ayant déjà refusé de parler à son homologue turc au téléphone, le Président russe Vladimir Poutine a cette fois-ci refusé la demande de Recep Tayyip Erdogan pour un entrevue.

Selon la chaîne Al-Arabiya, le Président russe Vladimir Poutine a refusé la demande de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan qui souhaitait un tête-à-tête avec lui à Paris. Erdogan avait déclaré jeudi que M. Poutine avait refusé de lui parler au téléphone.
 
« Aucun dialogue bilatéral ne se fait entre les deux pays », a affirmé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, en allusion aux tensions qui affectent les rapports turco-russes depuis que la Turquie a abattu un chasseur russe dans le ciel syrien. « Huit heures après le crash d’avion Sukhoï-24 frappé par la Turquie, en Syrie, M. Erdogan a essayé de contacter le Président russe », a ajouté Dmitri Peskov. De même, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré jeudi aux journalistes que les dirigeants russe et turc n’avaient au aucun contact téléphonique.

En ce qui concerne la demande d’Ankara pour une rencontre entre les chefs d’Etat russe et turc en marge du sommet mondial sur les changements climatiques prévu la semaine prochaine à Paris, Lavrov s’est référé aux récentes déclarations des responsables russes qui ont exclu la possibilité de cette rencontre. Moscou a également annulé deux réunions des dirigeants et des Ministre des Affaires étrangères des deux pays.
 
Voir aussi :

 

URGENT ! Vladimir Poutine signe le décret mettant en œuvre les mesures économiques contre la Turquie

 

Vladimir Poutine signe le décret mettant en œuvre les mesures économiques contre la Turquie

Ce samedi, le chef d'Etat russe a signé un décret visant à renforcer la sécurité nationale et introduisant des mesures économiques contre la Turquie, après l'attaque du bombardier russe Su-24, rapporte le service de presse du Kremlin.

Après la suspension du régime sans visas annoncée vendredi 27 novembre, et signée aujourd'hui, le président russe a annoncé la mesure la plus douloureuse pour la Turquie. Selon le décret, les opérateurs touristiques ne sont plus autorisés à vendre des séjours en Turquie. 

"Stipuler que les tour-opérateurs et les agents touristiques doivent se garder de vendre aux citoyens russes des produits touristiques prévoyant la visite du territoire de la République turque", lit-on dans le décret.

Les vols charters entre la Russie et la Turquie sont également interdits.

De même, ces mesures du Kremlin "visant à assurer la sécurité nationale et celle des citoyens russes", interdisent aux employeurs russes d'embaucher des citoyens turcs à partir du 1er janvier 2016 et ordonnent d'interdire ou de limiter l'activité des organisations turques en Russie.

De surcroît, Vladimir Poutine a ordonné d'"interdire ou limiter les opérations économiques extérieures, prévoyant l'importation sur le territoire russe de certains produits provenant de la République turque selon la liste définie par le Gouvernement de la Fédération de Russie (à l’exception des produits importés pour la jouissance personnelle dans la quantité autorisée par l'Union économique eurasiatique)", selon le texte du décret publié par le Kremlin.

En attendant une éventuelle rencontre avec le chef d'Etat russe Vladimir Poutine lundi à Paris, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi que la Turquie avait besoin de la Russie et que la Russie avait besoin de la Turquie: "Nous ne pouvons pas ne plus être en contact", a-t-il dit.

Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces allégations tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie.

Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de complicité avec les terroristes dans la région. La Russie a en outre déployé en Syrie des systèmes antiaériens S-400 en vue d'assurer la sécurité de ses forces aériennes combattant les djihadistes de l'EI.