Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2015

Crise du Donbass : le «Format Normandie»

Quelle Patience a Poutine pour supporter tous ces guignols ignares, criminels !

Il mérite notre admiration pour devoir les supporter !

En attendant en Ukraine des militaires rejoignent l’opposition.

 Ukraine: des militaires ukrainiens rejoignent l'opposition

Poutine, Hollande, Merkel et Porochenko réunis à huis clos

Crise du Donbass : le «Format Normandie» en direct

2 oct. 2015, 15:24

 Le Format Normandie en février 2015

La France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine se réunissent au «Format Normandie» à Paris vendredi 2 octobre afin de tenter de trouver une solution au conflit qui ravage l'Est de l'Ukraine depuis 18 mois. Suivez la conférence de presse en direct.

  • vendredi 2 octobre

17h14 CET


16h02 CET



  • 15h36 CET

«Je garantis que nous n’allons pas y passer la nuit» lance François Hollande au dirigeant ukrainien au début de leur entretien bilatéral

  • 15h32 CET

Hollande a accepté l'invitation de Porochenko de venir en Ukraine pour une visite officielle

Le Président français reçoit à l'Elysée ses homologues russe et ukrainien ainsi que la chancelière allemande afin de discuter en «Format Normandie» de la pleine application des accords de Minsk, devant rétablir la paix dans l'Est de l'Ukraine.

En effet, ces accords conclus entre les mêmes protagonistes le 12 février dernier dans la capitale bélarusse à l'issue d'une nuit d'âpres négociations n'ont pas encore été totalement appliqués.  

Si ces dernières semaines, les forces ukrainiennes et les rebelles du Donbass sont parvenus à établir un cessez-le-feu relatif, le retrait de armes lourdes le long de la ligne de front n'est toujours pas effectif, tout comme le processus de décentralisation, prévu également dans les accords de Minsk.

Le conflit a déjà fait plus de 8000 morts depuis avril 2014. 

Aller plus loin: Ukraine : négociations à Berlin pour une résolution de crise avant l'hiver

 

Fin du sommet "format Normandie". Suivez le bilan de la rencontre en direct

Toujours la même attitude dominante et la pratique de la punition de Poutine avec lequel on se comporte comme avec un enfant puni, auquel on promet une sucrerie dans quelques mois, s'il est bien sage !

Hollande oublie que c'est lui avec l'Allemagne, et la Pologne sous la houlette des US/Israël qui ont organisé le coup d'état à Kiev, dont la Russie doit en supporter les conséquences.

Les résultats sont donc, si vous l'avez compris comme nous : levée des sanctions si Porc'ochenko applique le Traité de Minsk 2 !

Porc'ochenko boit et c'est Poutine qui trinque !

Et il a à voir quoi, là-dedans Poutine ?

Il ne faudrait surtout pas prendre Poutine pour un imbécile, et nous non plus du reste !

Ils ne perdent rien pour attendre les quelques surprises qui leur pendent au nez dans quelques semaines !

Fin du sommet "format Normandie". Suivez le bilan de la rencontre en direct

19:25 02.10.2015(mis à jour 19:27 02.10.2015)

Les dirigeants français, russe, allemand et ukrainien se sont rencontrés vendredi à Paris pour discuter de la situation en Ukraine. Au menu, une possible levée des sanctions contre la Russie dans les mois qui viennent. Suivez les conclusions en direct.

 

 

 

Poutine à l'Elysée : Un regard qui en dit long sur ce qu'il pense de Hollandouille ! Photo

Tout le monde est sérieux quand Holland’ouille parle, sauf Poutine qui le regarde avec un petit sourire narquois !

Du genre arrête de te prendre au sérieux : Bouffon des US, je t' ai compris !

Sommet format Normandie à l’Elysée

 

6303b3c992cdf254ad66c2425ad51af271956935.jpeg

Poutine à l'Elysée : Un regard qui en dit long sur ce qu'il pense de Hollandouille ! Photo

Pour la coalition, les raids aériens russes vont entraîner une escalade du conflit

Non, la vérité est celle que Poutine leur met tous leurs plans et projets en l’air, sur le devenir du Moyen Orient !

Pour la petite histoire concernant le Bibisioniste, Poutine lui avait lancé un avertissement d'éviter d'aller bombarder la Syrie !

Poutine lance un avertissement à Israël en cas d'intervention sur le sol Syrien

Pour la coalition, les raids aériens russes vont entraîner une escalade du conflit

2 oct. 2015, 13:27

Les Sukhoï russes ont bombardé un camp d'entraînement de Daesh, jeudi soir. Mais la coalition affirme que ces bombardements risquent d'entraîner une «escalade du conflit».

Malgré un premier bombardement réussi sur un camp d'entraînement de Daesh, sept pays de la coalition affirment dans un communiqué que les raids russes vont «nourrir l'extrémisme et la radicalisation».

Visiblement, l'aide russe dans la lutte contre Daesh ne satisfait pas la coalition dirigée par les États-Unis. Et cela même si, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), «au moins 12 djihadistes» ont été tués par les forces russes lors d'un bombardement sur la province de Raqa, fief de l'Etat islamique.


Sept pays de la coalition, dont la Turquie, les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ont en effet affirmé, dans un communiqué publié sur le site internet du ministère turc des Affaires étrangères, que «ces opérations militaires constituent une nouvelle escalade et ne feront que nourrir l'extrémisme et la radicalisation.»

Ils ont ainsi exhorté la Russie à stopper immédiatement de viser les forces de l'opposition, malgré les démentis de Moscou sur des frappes qui n'auraient pas visé Daesh.

D'après le communiqué du ministère russe, des bombardiers tactiques Soukhoï-34 ont visé notamment «un poste de commandement qui était camouflé à Kasrat Faraj», au sud-ouest de la ville de Raqa. Ils ont également bombardé un "camp d'entraînement" du groupe près du village de Maadane Jadid, à 70 km plus à l'est.

 

 

 

 

Washington blâme Poutine pour les frappes russes sur « les rebelles soutenus par la CIA » en Syrie !!!!

Ce sont eux les civils touchés par les frappes russes en Syrie ? 

Les rebelles soutenus par la CIA pour renverser Assad !

Même combat qu'en Ukraine et mêmes pratiques !

Ne sommes-nous pas dans la période de l'Apocalyse qui veut dire la Grande Révélation qui sera faite à l'humanité ?

Toute cette excitation et ces manoeuvres organisées à l'encontre de Poutine ont bien un but précis : celui de l'empêcher de dévoiler toutes les vérités au Monde !

Et voilà qui est fait en partie, dévoilant que les objectifs de Washington et de ses alliés étaient bien ceux de renverser Assad, grâce aux mercenaires financés par la CIA et Cie, et ce, bien sûr, au détriment du peuple Syrien qu'ils massacrent depuis 4 ans, afin de s'accaparer ce pays pour le rattacher à Israël et créer le Grand Israël !

BANDES DE CRIMINELS !

BRAVO POUTINE !

Washington blâme Poutine pour les frappes russes sur « les rebelles soutenus par la CIA » en Syrie !!!!

Incroyable, lisez ça, nous sommes sur une autre planète :

Selon le sénateur américain John McCain, les bombardements russes en Syrie ont visé, aujourd’hui, des rebelles entraînés et financés par la CIA notamment pour combattre le groupe Etat islamique. « Je peux absolument confirmer que ces frappes visaient l’Armée syrienne libre ou des groupes qui ont été armés et entraînés par la CIA ».

« C’est une incroyable illustration de (…) ce qu’est la première priorité du (président russe Vladimir) Poutine », a ajouté M. McCain, président de la Commission des forces armées du Sénat. « C’est bien sûr pour soutenir » le président syrien Bachar al-Assad.

Un groupe de rebelles soutenu par les Etats-Unis a indiqué avoir été la cible de frappes russes menées aujourd’hui. Américains et Russes doivent se réunir d’urgence pour mettre en place un minimum de coordination et de dialogue pour éviter des incidents entre avions de chasse. Il s’agit d’éviter un incident militaire entre les avions russes et ceux de la coalition pilotée par les Etats-Unis en action depuis un an.

Selon le ministère de la Défense, l’armée russe a déployé plus de 50 avions et hélicoptères ainsi que des troupes d’infanterie de marine, des parachutistes et des unités de forces spéciales pour son dispositif militaire en Syrie

Lisez ce qu’écrit Zero Hedge, c’est complètement fou, on est dans le burlesque total :

Le mercredi, nous avons dit que même si nous avions été surpris de la rapidité avec laquelle la machine de propagande occidentale avait été mise en mouvement dans le sillage des premières frappes aériennes de la Russie en Syrie, il n’est pas du tout surprenant de voir des rapports faire surface disant que Moscou ciblait des forces soutenues par les USA plutôt que ISIS. 

Suite au mouvement qui a suivi la décision des législateurs russes de sanctionner officiellement les frappes aériennes en Syrie, Moscou n’a pas perdu de temps dans le lancement de son premier tour de raids aériens. De l’autre coté, l’Occident n’a pas perdu de temps en affirmant que la Russie ciblait  les zones qui ne sont pas connues pour être stratégiquement importantes pour ISIS.

Voici un regard sur deux titres qui résument bien l’ensemble de la rhétorique que vous êtes sur le  point d’entendre sans cesse émanant de tous les coins du monde occidental dans les jours et semaines à venir :

  • Les US sont préoccupés par L’INTENTION DE LA RUSSIE de protéger ASSAD : KERRY
  • Nous avons « de graves préoccupations» Si la Russie frappe des ZONES en DEHORS D’ISIS

Et voici le WSJ qui entre en jeu avec un aperçu du nouveau récit sur lequel Washington travaille dur, pour l’affiner :

Le président russe Vladimir Poutine a entrainé son pays directement dans la guerre en Syrie mercredi alors que les forces russes ont lancé leurs premières frappes aériennes contre ce que Moscou a dit être des objectifs de l’ État islamique au Moyen-Orient.

Mais les dirigeants occidentaux ont émis des doutes quant à savoir si la Russie avait vraiment l’intention de prendre part à la lutte contre l’Etat islamique, ou simplement d’élargir l’offensive du régime syrien contre un large éventail d’autres adversaires.

Mais à l’exception de la zone qu’est de la ville de Salamiyah dans la province de Hama, aucun des domaines énumérés par le régime syrien n’a de présence connue de combattants de l’état ​​islamique. Ils sont largement dominées par des factions rebelles relativement modérées et de groupes islamistes comme Ahrar al-Sham et la filiale d’Al-Qaïda le Front Al Nusra.

Et puis Reuters a sauté dans le train, en disant sur la base d’un entretien avec les commandants rebelles sur Skype, qu’ il était clair que des avions de combat russes ont délibérément visé des forces anti-régime autres que ISIS

Le point ici n’est pas de ne pas penser que Moscou ne vise pas les autres factions rebelles opérant en Syrie, il est de dire que 1) La Russie n’a jamais fait mystère de ses intentions de renforcer Assad par l’annihilation des éléments extrémistes visant à renverser le gouvernement de Damas, et 2) l’idée que les Etats-Unis et ses alliés régionaux sommes un bon juge de qui est un rebelle « modéré » et qui est, ou finira par être un terroriste, est risible.

En effet, grâce à la brutalité de l’ISIS, l’étiquette «modérée» est désormais ouvertement appliquée à Al-Qaïda (voir l’article du WSJ cité ci-dessus) qui semble suggérer que Washington préférerait une Syrie dirigée par Ayman al-Zawahiri, plutôt que Assad.

Eh bien, le jeudi de la machine de propagande des médias a passé la vitesse supérieure,  le  WSJ réprimandait maintenant efficacement la Russie pour frapper des zones contrôlées en partie par des « rebelles soutenus par la CIA ».

Voici plus :

La Russie a lancé des frappes aériennes en Syrie mercredi, prenant des responsables américains et occidentaux au dépourvu et provoquant de nouvelles condamnations suggérant que c’était la preuve que Moscou ne visait pas le groupe extrémiste Etat islamique, mais plutôt d’autres opposants au régime de Bachar al-Assad.

Une des frappes aériennes avaient touché une zone principalement tenue par les rebelles soutenus par l’Agence centrale de renseignement et les services d’espionnage alliés, selon des responsables américains, catapultant la crise syrienne à un nouveau niveau de danger et d’incertitude.

L’entrée de Moscou signifie que les militaires les plus puissants du monde, y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, sont maintenant dans des missions de combat non coordonnées, ce qui accroît le risque de conflit dans le ciel de la Syrie. (sans compter la Chine qui est entrée carrément avec son porte avion dans le port de Tartous il y a quelques jours, pour prêter main forte aux russes ! ndlr)

Le Secrétaire américain à la Défense Ash Carter a déclaré que l’approche de la Russie de la guerre pour la défense de M. Assad, tout en ciblant ostensiblement les extrémistes, équivalait à « verser de l’essence sur le feu. »

«J’ai fait affaire avec eux pendant une longue période. Et ce ne sont pas le genre de comportement que nous devons attendre des professionnels de l’armée russe, « M.Carter a déclaré lors d’une conférence au Pentagone.

Les États-Unis et ses alliés étaient en colère contre les Russes sur de nombreux niveaux : qu’ils soutiennent M. Assad; qu’ils ne coordonnent pas leurs actions avec la coalition anti état islamique menée par les USA existante ; qu’ils ont fourni une dépêche laconique seulement une heure avant leurs opérations; ils ont exigé que  la coalition des Etats-Unis reste hors de l’espace aérien syrien ; et qu’ils ont frappé dans les zones où les rebelles anti-Assad de l’Etat islamique opèrent.

« Il semble qu’ils étaient dans des zones où il n’y avait probablement pas de forces d’ISIS , et c’est précisément l’un des problèmes avec cette approche globale», a déclaré M. Carter, le chef de la défense américaine.

Il y aurait un « problème avec l’approche » si l’objectif était de ne pas rétablir le régime d’Assad, mais parce que c’est l'objectif explicite (pas un secret, et non  un « mystère », alors que Washington insiste sur ça) de la Russie, il n’y a pas de « problème » du tout avec ça.

Retour au WSJ pour des comparaisons inévitables avec la Crimée et l’Ukraine :

L’agence d’espionnage des États-Unis a armé et entraîné des rebelles en Syrie depuis 2013 pour lutter contre le régime Assad. Les rebelles qui reçoivent un soutien en vertu d’un programme d’armement et d’entraînement séparé, géré par le Pentagone n’étaient pas dans les zones ciblées par la Russie dans ses frappes initiales, ont indiqué les responsables.

La combinaison de l’action imprévisible et unilatérale qui a bafoué les exhortations que les occidentaux avaient posées montre une ressemblance incontestable avec l’Ukraine, où M. Poutine a annexé la région de Crimée et a défié les exigences internationales de mettre fin à son soutien aux séparatistes.

La prise de décision de M. Poutine en Syrie reflète la façon dont il a abordé la question en Ukraine, a déclaré Andrew Weiss, vice-président des études au Carnegie Endowment for International Peace.

« Il essaie délibérément de faire les choses pour déstabiliser ses adversaires et il essaie toujours d’obtenir une sorte d’élément de surprise et un avantage tactique sur les gens, et en quelque sorte il joue avec ce qui maintient un effet de surprise constant pour retourner les événements  en sa faveur, » a déclaré M. Weiss, qui a travaillé sur la politique russe dans les administrations de George HW Bush et Bill Clinton.

Oui, une «ressemblance incontestable avec l’Ukraine », tout comme l’approche de Washington pour évincer Assad par la formation et l’armement des éléments extrémistes marque une « ressemblance incontestable » d’innombrables bévues de la politique étrangère US au Moyen-Orient où les résultats de l’ingérence de Washington finissent par être bien pire que la « problème » que les Etats-Unis essayent de trouver une «solution».

Zero Hedge – Wall Street Journal – resistanceauthentique – RT