Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2016

Syrie : Le retrait des rebelles de la ville d'Alep est diffusé en direct par des drones et des caméras de survei llance sur le site officiel du ministère de la Défense de la Fédération de Russie

Les opérations humanitaires à Alep et le retrait des rebelles à suivre en direct sur le site du Ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

Le retrait des rebelles de la ville d’Alep est diffusé en direct par des drones et des caméras de surveillance sur le site officiel du ministère de la Défense de la Fédération de Russie

20.10.2016 (10:25)

http://fr.syria.mil.ru/images/upload/2015/%D0%BA%D0%B0%D1%80%D1%82%D0%B0%2019.10.2016-550.jpg

Le Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes sur le territoire de la République arabe syrienne a organisé la transmission en direct le retrait des rebelles de la ville d’Alep sur des couloirs humanitaires.

La transmission de la sortie des insurgés en direct par quatre caméras de surveillance installées près de la section occidentale de la route de Kastello et du point de contrôle Macharka ainsi que par des drones près des couloirs humanitaires est diffusée sur le site officiel du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

La pause humanitaire pour le passage libre des civils, l’évacuation des malades et blessés ainsi que pour le retrait des rebelles de la ville d’Alep oriental se tient de 8h00 jusqu’à 19h00. 

Six couloirs humanitaires pour les civils et deux couloirs pour le retrait des rebelles se sont ouverts dans la ville d’Alep.

Le monitorage en direct de la situation près de couloirs humanitaires dans la ville d’Alep

Le retrait des rebelles de la ville d’Alep est diffusé en direct par des drones et des caméras de surveillance sur le site officiel du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

 

Des terroristes non armés et des civils blessés quittent Alep

Bien évidemment, Hollande et Merkel ont l'intention de demander à Poutine de prolonger la trêve pour faire rentrer leurs mercenaires en Syrie, déjà que les USA veulent y faire rentrer ceux qui sortiront de Moussoul, mais ils seront bien reçus par les forces aériennes russes !

 

Des terroristes non armés et des civils blessés quittent Alep

20:14 19.10.2016


Alep

 

Des terroristes non armés et des civils blessés ont commencé mardi à quitter la ville syrienne d'Alep par des couloirs spéciaux.

 
Des terroristes ayant déposé leurs armes, ainsi que des blessés, des malades et des personnes âgées ont commencé mardi à quitter les quartiers est d'Alep dans le cadre d'un accord avec le gouvernement syrien, a annoncé l'agence syrienne Sana.

 

Les terroristes sans armes, ainsi qu'un groupe de blessés, de personnes malades et âgées ont quitté les quartiers est d'Alep pour se rendre dans les banlieues nord de la ville par des couloirs spéciaux créés par l'armée gouvernementale syrienne en accord avec les militaires russes », a indiqué Sana.

 
Damas avait antérieurement annoncé avoir retiré ses troupes des voies par lesquelles les terroristes retranchés dans les quartiers est d'Alep pouvaient quitter la ville. Le chef du commandement opérationnel principal de l'État-major général russe Sergueï Roudskoï a annoncé le 17 octobre qu'une « pause humanitaire » serait mise en place à Alep le 20 octobre.


Selon M. Roudskoï, six couloirs humanitaires seront mis à la disposition des habitants d'Alep et deux autres sont réservés aux terroristes.

 
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a annoncé mardi que les Troupes aérospatiales russes et l'aviation syrienne suspendraient leurs frappes aériennes près d'Alep à partir du 18 octobre à 10h00, dans le cadre de « la pause humanitaire ».

 Voir aussi :

 

Angela Merkel et François Hollande

Angela Merkel et François Hollande
Hollande et Merkel demanderont à Poutine de prolonger la «pause humanitaire» à Alep
Mardi 18 octobre, les forces aériennes russes et syriennes ont suspendu leurs frappes à Alep, en Syrie, avant la date prévue pour assurer la préparation d'une pause humanitaire qui doit débuter jeudi.

http://www.mamafrika.tv/wp-content/uploads/2016/06/Russian-jet-696x436-681x427.jpg

Syrie (Homs): la Russie attend les fuyards de Daesh une fois qu’ils auront quitté Mossoul pour la Syrie

HOMS, Syrie (05:49) – Alors que des rapports laissent entendre que les Etats-Unis sont prêts à aider les combattants de Daesh qui quitteront Mossoul pour la Syrie, la riposte russe ne s’est pas faite attendre. La Force aérienne russe est en train de préparer l’arrivée de ces combattants. Ainsi, elle construit une nouvelle piste au sein de l’Aéroport militaire T-4 à l’est de Homs. 

 

 

17/10/2016

Résolution française sur la Syrie : la réponse du Venezuela (8 octobre 2016)

Résolution française sur la Syrie : la réponse du Venezuela (8 octobre 2016) 

Le 8 octobre 2016, alors que l'Armée syrienne, aidée par les troupes russes, est sur le point de gagner la bataille d'Alep, la France a soumis au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution visant à établir un cessez-le-feu à Alep-Est, afin que «la Russie et le régime syrien (...) cessent de frapper les hôpitaux, les infrastructures médicales, les femmes et les enfants» (Jean-Marc Ayrault). En réponse, l'ambassadeur du Venezuela à l'ONU a pris la parole pour rétablir quelques vérités sur l'action des forces russes et syriennes et la prétendue lutte contre le terrorisme des États-Unis et de leur vassal, la France.


 

 

Londres censure la presse russe : Rédactrice en chef de RT : les comptes bancaires de la chaîne bloqués au Royaume-Uni

Les sanctions promises par Londres et Washington après l’échec des négociations à Lausanne, alors que la Russie s’est opposée au départ d’Assad et à la mise en place de trêves pour permettre aux pays du Golfe et aux pays occidentaux d’armer leurs mercenaires, au détriment de la livraison de l’aide humanitaire apportée aux civils syriens, commencent par la censure des médias russes à Londres et au blocage des comptes de RT (Russia Today).

 

En lien avec ces articles ci-dessous :

Syrie négociations à Lausanne. Sommet des BRICS en Inde à Doa

Syrie : Washington et Londres menacent la Russie de nouvelles sanctions

Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc

Interview intégrale du Président Poutine par TF1

 

Rédactrice en chef de RT : les comptes bancaires de la chaîne bloqués au Royaume-Uni

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, a annoncé que tous les comptes bancaires de la chaîne RT avaient été bloqués au Royaume-Uni. La porte-parole de la diplomatie russe a qualifié cette démarche d’abandon de la liberté d’expression.

«Tous nos comptes bancaires ont été bloqués au Royaume-Uni. Tous. "La décision est unilatérale". Vive la liberté d’expression !», a twitté la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan.

 

 

«Nous avons réexaminé notre arrangement avec vous et avons pris la décision de ne plus vous fournir ces services», a fait savoir à RT UK la banque NatWest dans le courrier officiel qu’elle lui a adressé.

Il est également précisé que toutes les entités de Royal Bank of Scotland, dont NatWest fait partie, refuserait à l’avenir de coopérer avec RT. Selon le document, cette décision est «définitive» et «n’est pas sujette à discussion».

https://fr.rt.com/french/images/2016.10/original/5804c098c46188f6018b463e.jpg

«Nous n’avons aucune idée de la raison pour laquelle cela s’est passé parce que ni hier, ni avant-hier, ni le mois dernier, rien d’extraordinaire ne nous est arrivé, personne ne nous a menacés. Théoriquement, cela pourrait être lié à de nouvelles sanctions antirusses britanniques et américaines qui pourraient être publiées très prochainement. Peut-être que ces deux évènements ne sont pas liés. Notre département juridique étudie maintenant cette situation», a précisé Margarita Simonyan.

Concernant le blocage de la chaîne russe à vocation internationale, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a précisé qu’en quittant l’UE le Royaume-Uni a «abandonné toutes ses obligations liés à la défense de la liberté d’expression».

«Comme on dit : on entame une nouvelle vie sans mauvaises habitudes», a-t-elle ironisé.

 

«On dirait que c’est plus qu’une coïncidence que cela soit arrivé au moment où la propagande antirusse a atteint un niveau sans précédent», a déclaré l’écrivain John Wight à RT.

«Cela reflète l’ampleur avec laquelle l’Occident perd la guerre de l’information. RT joue un rôle clé en défiant les récits de l’Occident et des médias occidentaux quand il s’agit des évènements en Ukraine, en Syrie et au Moyen-Orient», a-t-il poursuivi.

 

 

 

Nice : le rapport de l'IGPN omet de préciser que des gendarmes protégeaient le président à Avignon

On SE MOQUE DE QUI ???? !!!!

Il fallait bien un prétexte pour aller bombarder la Syrie !

Ensuite, ils nous feront croire que ce n’était pas prémédité.

Comme par hasard, l’attentat se produit dans la SEULE ville de France où il n’y a AUCUN GENDARME alors que la France est depuis près d’1 an sous le statut d’état d’urgence ?

Et ils étaient où les GENDARMES DE NICE ? DEVINONS ? A près de 300 kms de Nice !

Comme par hasard en train de protéger Hollande à AVIGNON qui était en « visite privée » !

On rêve ! Il n’y a pas d’unité de Gendarmerie plus proche que celle de Nice près d’Avignon pour protéger celui qui nous entraîne vers la 3ème guerre mondiale  ?


Il fallait combien de milliers de Gendarmes pour protéger Hollande qui était en visite privée à Avignon ?

Et Hollande qui va nous faire croire aussi qu’en mobilisant les Gendarmes de Nice, il ne savait pas non plus que la ville n’était pas protégée avec les 30 000 personnes qui fêtaient le 14 juillet ?

Et visite privée avec qui du reste, le soir du 14 juillet ?

Avec qui parlementait-il ?

Il n’y avait pas non plus les blocs de béton qui bloquent traditionnellement les accès, les soirs de fêtes sur la Promenade des Anglais ?

Un autre hasard aussi  l’IGPN oublie de signaler dans son rapport que les Gendarmes étaient à Avignon pour protéger le caniche des USA !

Nice Avignon 2 h 36 min (261,9 km) via A8

Afficher l'image d'origine

 

Nice : le rapport de l’IGPN omet de préciser que des gendarmes protégeaient le président à Avignon

 

https://fr.rt.com/french/images/2016.10/article/5803df51c36188f9448b46c2.jpg

 

Le soir de l’attentat de Nice, contrairement aux précédents 14 juillet, aucune unité de gendarmes mobiles n’a été déployée sur place. L’une d’entre elles protégeait un déplacement privé du président à Avignon, comme a oublié de le préciser l’IGPN.

Le 6 septembre 2016, le député Eric Ciotti a interrogé la patronne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), Marie-France Monéger-Guyomarc'h, sur le fait que le rapport de la police des polices ne mentionnait pas le motif du déploiement d’une unité de gendarmes mobiles à Avignon dans le cadre d’un déplacement de François Hollande, le soir de l’attentat de Nice.

En effet, le 14 juillet, lorsqu’un camion a déboulé dans la foule y tuant 86 personnes, aucune unité de forces de gendarmerie mobile n’était présente sur place en dépit de l’état d’urgence alors que c'était le cas en 2015 et en 2014, a souligné le député devant la Commission des lois de l'Assemblée nationale.


Nice : une information a ressurgi sur le dispositif de sécurité du 14 juillet



Cinq unités de la zone de défense et de sécurité sud (qui comprend notamment la ville de Nice) avaient alors été déployées respectivement à Carcassonne, Montpellier, Toulouse, Marseille et Avignon, précise le rapport de l’IGPN, qui précise le motif des quatre premières affectations.

Le motif du déploiement d’Avignon, où François Hollande s’était rendu le 14 juillet dans le cadre d’une «visite privée» comme l’avait alors rapporté l’AFP, n’est pourtant pas précisé, s’étonne Eric Ciotti, qui interroge Marie-France Monéger-Guyomarc'h à ce sujet.

Cette dernière confirme que l’unité de gendarmes mobiles protégeait «le festival [de théâtre d’Avignon] et un déplacement du président de la République».

L’IGPN évoque un oubli

«Pourquoi dans le rapport n’était pas précisée l’affectation d’Avignon, alors que vous l’avez fait pour les quatre autres villes ?», insiste alors le député. Après de longues secondes, il obtient finalement une réponse de la part de la patronne de l’IGPN : «Cela a pu nous échapper, n’y voyez […] aucun souhait de cacher quoi que ce soit et aucune malice.»

Ce n'est pas la première incohérence du genre

A la fin du mois de septembre dernier, alors que le ministère de l’Intérieur affirmait que c’est l’intervention de la police qui avait arrêté la course du camion conduit par le terroriste de Nice, le 14 juillet, un rapport de la sous-direction anti-terroriste avait présenté une toute autre version.

Le camion aurait en fait «calé» et non pas été arrêté par les forces de police, comme l'affirmait pourtant le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Ce dernier assurait en effet que c’était l’intervention des forces de l’ordre qui avait permis de «mettre un terme» à la «course meurtrière» du terroriste Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui a, ce jour-là, tué 86 personnes et fait plus de 400 blessés.

Lire aussi : Trois mois et un jour après l’attentat du 14 juillet, Nice rend hommage aux victimes