Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2010

Des centaines de milliers de méduses s'échouent sur une plage d'Hyères

Il se passe des choses bizarres partout !
Comment et pourquoi toutes ces méduses se sont-elles échouées sur la plage ?


Des centaines de milliers de méduses s'échouent sur une plage d'Hyères
Publié le vendredi 14 mai 2010 à 08H13

Vision répugnante, hier, sur la plage de l'Almanarre, à Hyères (Var) ! Quant à l'odeur elle est pestilentielle. Mais qu'est-ce donc que cette marée bleue ? Des centaines de milliers de méduses bleues ou méduses lunes, appelées aussi des aurélies. Elles ont échoué sur le sable au grand dam des promeneurs qui voudraient mettre les pieds dans l'eau. Ces aurélies ont sans doute été poussées par un vent d'ouest relativement soutenu.

On peut même en apercevoir d'autres flottants à la surface de l'eau. Cette méduse cosmopolite est très répandue. Elle évolue dans tous les océans et les mers du monde. Cette espèce nage souvent à très faible profondeur et il n'est pas rare qu'elle vienne s'échouer sur le rivage. Son ombrelle est entourée de centaines de longs et fins tentacules filamenteux et urticants. En Asie, les aurélies sont consommées. Mais à Hyères, elles seront tout simplement ramassées à grands coups de pelles, dès ce matin, par le service municipal Eau Littoral et Propreté.

NICE MATIN


 

 

Petite banniere 400x50

 

19:43 Publié dans Environnement, Nature, France/Israël/Elections | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Marée noire : "une quantité abominable de pétrole dans les profondeurs"

Heureusement que cela fait des années que l'on serine les oreilles avec le soi-disant pic pétrolier !
La Terre existe depuis des millions d'années et nous aurions épuisé ses réserves sur quelques décennies ?
Y croyez-vous à cette baliverne ? Tout comme à celle de la crise financière virtuelle et savamment organisée par les élites qui sont entrées en guerre fiancière et économique contre le monde entier et notamment contre les citoyens du monde qu'il faut à tout prix ruiner, affamer et éliminer. Quant au climateGate n'en parlons pas ! Tout est prétexte à s'accaper la Terre et ses richesses et pour nous instaurer le Nouvel Ordre Mondial de dictature !


Galette de sable et de pétrole sur une plage de South Pass, en Louisiane. La compagnie pétrolière BP bataillait samedi pour guider les robots sous-marins qui doivent placer un tube à 1.500 mètres de profondeur pour tenter de colmater la fuite de pétrole à l'origine de la gigantesque marée noire dans le golfe du Mexique. (c) Reuters
Galette de sable et de pétrole sur une plage de South Pass, en Louisiane. La compagnie pétrolière BP bataillait samedi pour guider les robots sous-marins qui doivent placer un tube à 1.500 mètres de profondeur pour tenter de colmater la fuite de pétrole à l'origine de la gigantesque marée noire dans le golfe du Mexique. (c) Reuters

Le New York Times a révélé samedi soir que d'énormes quantités de pétrole ont été découvertes au fond du golfe du Mexique.

Des scientifiques ont découvert la présence d'énormes nappes de pétrole à grande profondeur dans le golfe du Mexique, laissant supposer que la quantité de pétrole s'échappant du puits pourrait être bien pire que les précédentes estimations, rapporte samedi 15 mai le New York Times.

Les nappes, d'une épaisseur d'une centaine de mètres, font 16 km de long et 5 km de large, précise le quotidien.

"Il y a une quantité abominable de pétrole dans les profondeurs en comparaison avec ce vous voyez à la surface. Il y a une énorme quantité de pétrole sur plusieurs couches, qui s'étagent sur trois, quatre ou cinq niveaux", indique le NYT, citant une chercheuse de l'université de Géorgie, Samantha Joye.

Les nappes de pétrole seraient ainsi en train de priver le golfe du Mexique d'oxygène avec pour risque de tuer la majorité de la faune marine dans la zone. Selon la scientifique, la quantité d'oxygène a déjà baissé de 30% près de ces nappes.

Si cela continue, a-t-elle poursuivi, "vous pourriez avoir de l'oxygène à un niveau très bas qui mettra en danger la vie des animaux dans les deux mois. C'est alarmant".

Les nappes sous-marines ont été découvertes par des scientifiques de plusieurs universités, travaillant à bord d'un navire de recherches, le Pelican, qui avait quitté Cocodrie, en Louisiane, le 3 mai, indique le Times.

Polémique sur les quantités déversées

Exploitée par BP, la plate-forme Deepwater Horizon a sombré à 80 km des côtes de Louisiane le 22 avril après une explosion et quelque 800.000 litres de brut se déversent depuis quotidiennement dans les eaux du golfe du Mexique.

Mais une controverse est née sur la quantité de pétrole qui se déverse chaque jour dans le golfe du Mexique. Jusqu'à maintenant, les garde-côtes estimaient que ce volume tournait autour de 800.000 litres quotidiens. Mais selon des chiffres avancés par certains experts vendredi 14 mai, ce chiffre pourrait être multiplié par dix.

Le volume de pétrole s'échappant des profondeurs du golfe du Mexique pourrait en effet être 5 à 20 fois supérieur aux estimations officielles, affirment même des scientifiques. Vu du ciel, la marée noire qui se répand sans discontinuer depuis l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon, le 20 avril, a l'aspect d'une multitude de bandes orangées longues de plusieurs centaines de mètres.

Une marée noire sous-estimée

Steven Wereley, professeur d'ingénierie mécanique à l'Université Purdue, affirme ainsi que la fuite est 14 fois plus importante que l'estimation officielle de 800.000 litres par jour, a rapporté la radio publique américaine NPR. Le geyser sous-marin ayant été analysé à la demande de NPR en utilisant une technique qui traque les particules et calcule la vitesse de leur mouvement.

Des conclusions que partagent deux autres scientifiques, Timothy Crone de l'Université de Columbia et Eugene Chiang, professeur d'astrophysique à l'Université de Californie. Les méthodes utilisées ayant été pourtant différentes.

De son côté, l'océanographe de l'Université de Floride Ian R. MacDonald, a étudié la fuite de brut grâce à des images satellites, et a indiqué au New York Times qu'il pensait qu'elle était "facilement" quatre à cinq fois plus importante qu'estimée.

Ces découvertes suggèrent que la marée noire est la pire catastrophe écologique de l'histoire aux Etats-Unis, devant la marée noire de l'Exxon Valdez qui avait frappé l'Alaska en 1989.

BP conteste ces analyses

Le groupe BP, qui exploitait la plateforme, a toutefois contesté ces analyses, affirmant qu'il n'existait pas de méthode fiable pour calculer le flux de pétrole qui s'échappe du puits au fond de l'eau.

Le directeur d'exploitation de BP, Doug Suttles, a affirmé vendredi lors d'une interview sur la chaîne CBS que l'estimation officielle de 800.000 litres par jour était "raisonnable, mais très incertaine", insistant sur le fait que "depuis le début, il est difficile de quantifier précisément" la fuite.

Un autre porte-parole de BP avait en tout cas souligné à l'AFP que l'estimation officielle émanait de l'Agence maritime américaine NOAA, une organisation fédérale, et était donc fiable. Le New York Times, citant des experts de BP, parle d'au moins 8 milliards de litres au total qui se trouveraient sous la plateforme.

Le directeur général de BP, Tony Hayward a minimisé de son côté l'ampleur de la marée noire, la qualifiant de "minuscule" comparé au volume total d'eau dans laquelle elle se déverse. "Le golfe du Mexique est un très vaste océan. Le volume de pétrole et de dispersant que nous y déversons est minuscule par rapport au volume total d'eau", a tenté de minimiser le directeur de BP, Tony Hayward , dans un entretien publié samedi par le quotidien britannique Guardian.

Barack Obama a quant à lui relativisé et déclaré que nul ne savait précisément quelle quantité de pétrole s'échappait dans le golfe du Mexique depuis l'explosion le 20 avril de la plate-forme Deepwater Horizon exploitée par BP, car des inspecteurs n'ont pas pu atteindre la tête du puits à quelque 1500m de profondeur.

Sur le même sujet

NouvelObs


 

 

Petite banniere 400x50

 

19:35 Publié dans Environnement, Nature, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

19/04/2010

Bravo Monsanto ! Laissons encore détruire notre Terre !

Ingénieur, ancien de l 'INRA ( Institut National de la Recherche Agronomique), qui a préféré démissionner, au lieu de se taire... Son discours laisse songeur... A méditer

20/12/2009

Sommet de Copenhague: l’émergence d’un Nouvel Ordre Mondial !

Sommet de Copenhague, l'émergence du gouvernement mondial anoncé depuis le dernier G-20 se concrétise enfin ?

Le sommet sur le climat de Copenhague, souvent “chaotique”, a mis en lumière l’émergence d’un nouvel ordre mondial avec la Chine qui refuse de céder face aux Etats-Unis et impose son statut de superpuissance, estiment samedi les quotidiens danois.

A 08h00 (07h00 GMT), la conférence de l’ONU sur le climat poursuivait ses débats, la plénière refusant d’adopter le projet de déclaration proposé la veille par les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil.

“La réunion climatique chaotique a révélé que Washington ne décide plus et qu’il n’existe plus de consensus politique entre les pays du monde”, constate le quotidien Politiken (centre-gauche), mettant en exergue “la Chine qui s’affirme comme superpuissance”.

Le journal constate que “le vieux modèle de la Banque mondiale - où le pouvoir est partagé entre Washington et Bruxelles - ne fonctionne plus”, notant qu’avec le soutien des pays pauvres, la Chine a refusé d’accepter les mêmes standards pour tous et à s’engager à des réductions contraignantes des émissions de CO2 et une vérification extérieure de ses efforts climatiques”.

La présidence danoise de la conférence “n’était pas suffisamment préparée à cette nouvelle fierté et sûreté des pays en développement”, et a pris des risques élevés en misant “unilatéralement sur le président Obama et l’adhésion américaine” à un accord global.

Le journal conservateur Jyllands-Posten est arrivé à la même conclusion: “que le président russe soit reparti avant la fin alors que la Chine continuait de négocier avec les Etats-Unis est une illustration concrète du nouvel ordre mondial qui se dessine”, écrit son éditorialiste.

“Tout indique que la Chine a été payée en retour après des années d’investissements ciblés en Afrique” qui s’est rangée derrière Pékin, selon son éditorialiste.

Et le président américain Obama “apparaît affaibli après une dure lutte pour le pouvoir avec la Chine sur le climat de la planète”, relève le journal.

Pour l’autre quotidien conservateur Berlingske Tidende, “de nouveaux acteurs puissants -notamment les économies émergentes de la Chine, de l’Inde et du Brésil- ne se laissent plus mener à la baguette”.

“Les nouveaux pays industrialisés ne veulent plus être achetés avec des promesses d’assistance, comme ce fut le cas lors de nombre de sommets de l’ONU depuis les années 60″.

La donne est changée avec la Chine, la nouvelle superpuissance, qui a “refusé de plier face aux pressions massives”, selon ce quotidien.

Source: Agence France Presse

http://www.spreadthetruth.fr/?p=6216

 

 

19/12/2009

Ce que dit l'accord de Copenhague

Terre 19/12/2009 à 14h44


Ce que dit l'accord de Copenhague et tout cela basé sur des mensonges et sur les réelles causes cosmiques du réchauffement.

Les Illuminati-reptiliens, auraient-ils loupé leur instauration du Nouvel Ordre Mondial lors de la conférence de Copenhague ? Affaire à suivre de près...

Repères

Conclu dans la soirée de vendredi par une sorte de G20 élargi, sans l'accord de tous les pays, le texte ne fixe aucun objectif chiffré.

L'Accord de Copenhague, dont l'ONU a «pris note» ce samedi, permet pour la première fois d'enrôler l'ensemble des grands pays pollueurs, industrialisés et émergents, dans la lutte contre le changement climatique mais sur des ambitions réduites et sans cadre contraignant. Les principaux points de cet accord (à télécharger ici en pdf):

Accords de Copenhague du 18 -12-2009.pdf : (Ils se fichent de nous !)


Les objectifs

- La hausse de la température moyenne de la planète devra être contenue en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels (1800). Mais cette disposition n'est assortie d'aucune garantie: l'accord ne mentionne pas en effet la division par deux des émissions polluantes d'ici 2050 ni de date à laquelle celles-ci devront cesser d'augmenter.

- D'ici au 31 janvier, les pays industrialisés devront communiquer leurs objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre à horizon 2020 et les pays en développement devront annoncer les actions qu'ils comptent mettre en oeuvre pour atténuer les leurs. Aucun objectif chiffré n'est inscrit dans le texte.

La vérification

- Les engagements des pays industrialisés devront être «mesurables, notifiables et vérifiables» (règles MRV), afin d'en contrôler la réalité.

- Les pays en développement communiqueront eux-mêmes, tous les deux ans, les informations sur leurs politiques nationales, en offrant les éléments ouvrant à des "consultations et analyses internationales", dans le "respect de leur souveraineté nationale" (concession à la Chine).

Seules les mesures bénéficiant d'un soutien international, financier ou technologique, seront soumises aux règles MRV.


Ce point a constitué l'un des plus durs de la négociation.

Le financement


- Une aide immédiate de 30 mds de dollars sur trois ans (2010-2012) doit soutenir l'adaptation des pays en développement aux impacts du réchauffement: elle sera allouée «prioritairement» aux plus vulnérables, notamment en Afrique et dans les petites îles.

- De 2013 à 2020, les pays développés s'engagent à mobiliser progressivement jusqu'à 100 mds de dollars: ces fonds proviendront «de sources variées, publiques et privées, bilatérales et multilatérales, y compris de financements innovants» - sans évoquer à ce stade de taxe particulière.

- Création du «Fonds Vert Climat» de Copenhague pour soutenir les projets des pays en développement visant à réduire leurs émissions, comme la protection des forêts et la lutte contre la déforestation, l'adaptation, le renforcement des capacités et le transfert de technologies.

Contrainte juridique

- Le «fantôme» de Copenhague: la prochaine conférence de Mexico, fin 2010, ne verra sans doute pas l'adoption d'un nouveau traité contraignant. Le protocole de Kyoto reste donc le seul instrument légal contre le réchauffement, mais ne concerne qu'un tiers à peine des émissions mondiales.

http://www.liberation.fr/terre/0101609587-ce-que-dit-l-ac...