Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2009

Virus, Vaccins, les mensonges

Grippe du cochon arme biologique US ?? (Alex Jones)
 
 

Les vaccins et la santé

« Nous devons réaliser que les vaccins ne sont pas des mesures qui améliorent la santé des populations mais qu’ils constituent un empoisonnement lent des individus au nom d’idées fausses. Comment avons-nous pu croire que les théories médicales d’une science encore balbutiante devant la complexité des mécanismes de la vie pouvait nous assurer la santé par une intervention extérieure, la même pour tous, alors que le propre de nos corps humains est d’être tous différents les uns des autres ?

Donner à tous le même produit, c’est comme vouloir que tous les êtres humains portent des chaussures ou des habits de même taille. Imaginez la scène ; tous dans le même uniforme et avec des chaussures de la même pointure ! Cela fait rire n’est-ce pas ? De plus les idées que l’on avait sur l’immunité ont confondu « production d’anticorps» et « protection ».

Depuis qu’on comprend mieux comment fonctionne le système immunitaire, on voit qu’il est un ensemble très complexe et très personnalisé qui agit d’une manière subtile pour maintenir l’harmonie de nos cellules et que les raisonnements élaborés par les premiers vaccinalistes étaient très limités. En fait l’immunité se forge, chez l’enfant, au contact des bactéries et virus, année après année, et les vaccins ne font que perturber cette élaboration progressive d’un capital de santé solide et stable.

Des milliers de savants payés par l’industrie vaccinale se sont appliqués à élaborer sans cesse de nouveaux vaccins sans jamais remettre en question le principe même de la vaccination. Et comme la quasi totalité des informations qui parvient aux médecins, aux politiciens et au grand public vient des multinationales, les dangers et l’inefficacité des vaccins ne sont jamais mis en évidence.»

Docteur Christian Tal SCHALLER

Source : http://www.santeglobale.info/tal/eee.html

Grippe A : bientôt la phase six ?

Il faut bien qu'ils fassent peur au peuple pour vendre leurs stocks et éliminer une partie de la population mondiale par la même occasion, en la contaminant avec de nouvelles maladies. Sans compter que la puce pourraît se trouver aussi dans les vaccins. Restez attentifs et sereins, et observez le manège et les manoeuvres des gouvernements.

Le monde "se rappproche" d'une alerte pandémique maximum de grippe porcine A(H1N1) de niveau six, a averti aujourd'hui le numéro deux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en faisant état de "premiers signes" d'une propagation autonome du virus en dehors du continent américain.

Des "premières propagations" du virus A(H1N1) dans la population de pays situés en dehors du continent américain sont observées, a relevé le Dr Keiji Fukuda. Le directeur général adjoint de l'OMS a notamment cité le Royaume Uni, le Japon, le Chili et l'Australie

"Cependant, nous attendons toujours une activité réellement répandue (du virus) dans la population de ces pays", a-t-il ajouté. "Au niveau mondial, nous pensons que nous sommes en phase cinq (en vigueur depuis le 29 avril, signalant une pandémie "imminente", ndlr), mais nous nous rapprochons de la phase six" d'alerte pandémique maximum, a commenté le Dr Fukuda.

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/06/02/01011-200906...

 

UNE PANDÉMIE DE GRIPPE PORCINE !

Pour l’amour de Dieu, ne vous faîtes pas vacciner
Par Dr Patricia A. Doyle
rense.com et global research
Le 25 avril 2009



Je lance un appel à tous, de grâce et s'il vous plaît, N’ACCEPTEZ JAMAIS AU GRAND JAMAIS UN VACCIN QUEL QU’IL SOIT « CONTRE » CETTE GRIPPE.


Souvenez-vous de la soi-disant épidémie de Grippe Porcine (1) de 1976 qui devait se propager en pandémie? Cette épidémie n’aura finalement infectée que les recrues de Fort Dix. Pourquoi? Je crois que si le soi-disant virus de la Grippe Porcine s’était propagé parmi les recrues c’est justement en raison des vaccins qui leur ont alors été administrés. Que le gouvernement ait développé le virus de la Grippe Porcine de 1976 et qu’il en ait infecté les recrues pour voir si le public répondrait à l’appel à la vaccination contre la Grippe Porcine ou encore, que les recrues aient été infectées par un vaccin contaminé qu’ils ont reçu lors de leur recrutement, il demeure que cette vague [de grippe porcine] fut une tromperie du début à la fin. Je fut l’une des personnes qui furent dupées et qui ont reçu le vaccin contre la Grippe Porcine, lequel m'a rendu atrocement malade. Après avoir reçu ce vaccin, je suis demeuré alité pendant trois mois.

N’acceptez aucun vaccin contre la grippe saisonnière même si l’on vous dit que cela peut vous aider à contrer cette nouvelle souche de Grippe Porcine. Un tel vaccin ne pourra rien pour contrer la Grippe Porcine. Il servira simplement à donner du nouveau matériel génétique à la Grippe Porcine que je surnomme dorénavant la « Grippe Espagnol II », ses lendemains. La souche de la Grippe Espagnole sera utilisée dans la séquence génétique des vaccins qui seront développés pour l'humain et ce, afin de la rendre plus facilement perméable à l’infection humaine. Personne ne souhaite donner de nouvelles informations génétiques humaines au virus afin de le rendre plus virulent entre les humains. C'est pourtant et exactement ce que font les individus vaccinés en situations de pandémies.

Il y a également un problème de sécurité dans tout vaccin expérimental, tel que ce fut le cas en 1976. À l’époque, certaines personnes ont cru que lorsque la grippe est de souche pandémique, il est alors nécessaire d’administrer plus d’un vaccin car, ce dernier réagirait en deux temps. La première injection du vaccin servirait à faire connaître les codes génétiques qui demeureraient latents dans le corps jusqu'à ce qu'un second vaccin soit inoculé pour provoquer l’infection. Mais pourtant, le vaccin peut provoquer le syndrome de Guillain-Barré, le typhus et d’autres maladies.

Un vaccin contre la grippe ne protège pas et n’empêche pas personne d’avoir la grippe. Il est censé prévenir certaines complications de la grippe et, peut-être, d’en raccourcir la durée. Je ne suis même pas certaine qu'il réussisse à le faire. Personnellement, je pense que le vaccin affaiblit notre système immunitaire et nous rend malades en raison de contaminants présents dans le vaccin. Je crois que les gens sont mieux protégés en se lavant souvent et soigneusement les mains. Les gens devraient également utiliser des gants de protection en période d’épidémie. N’ayez pas peur «d'’avoir l’air étrange.» Vous n’avez pas à être honteux à utiliser un masque et des gants. Les Mexicains ne les utilisent-ils pas?

Le principal problème, c’est qu’en période de pandémie, ces simples biens deviennent rapidement une denrée rare. Stockez-les dès maintenant. Les fournitures médicales, les produits d'hygiène personnelle, et ... n'oubliez pas votre animal de compagnie. Lorsque la pandémie vous frappera, il sera trop tard pour en acheter. N’oubliez pas l'approvisionnement en eau. Car nous pourrions ne plus avoir d'eau potable ni d'énergie électrique, alors soyez prêts.


Efin, s'il vous plaît, tout le monde, N’ACCEPTEZ AUCUN VACCIN QUI VOUS SERA PROPOSÉ. IL POURRAIT VOUS TUER BIEN AVANT QU’UN QUELCONQUE VIRUS NE LE FASSE.

Traduction libre de Dany Quirion pour Alter Info

(1) Grippe porcine aux États-Unis en 1976, Wikipédia anglais :
http://en.wikipedia.org/wiki/Swine_Flu

Article original anglais : « Do Not Take A
Swine Flu Vaccine! » :
http://www.rense.com/general85/vacc.htm


Source : http://www.alterinfo.net/UNE-PANDEMIE-DE-GRIPPE-PORCINE!-...

Grippe porcine: Les autorités Françaises

songent à une campagne de Vaccination Obligatoire

Source: Journal du Dimanche

Anticipant un probable retour du virus à l’automne, le gouvernement va débourser près d’un milliard d’euros pour acheter des vaccins. Objectif: immuniser tous les Français. Les autorités annonceront à l’automne si elles choisissent de rendre le vaccin obligatoire. “Nous serons prêts à opérer dans un laps de temps très court”, explique-t-on au ministère de la Santé.

Mexico a déjà oublié les heures noires de la grippe porcine et l’Europe, ses angoisses d’une épidémie ravageuse. Pourtant, la France prépare un plan de bataille sans précédent pour cet automne, avec, à la clé, une campagne de vaccination obligatoire pour tous les Français de plus de 3 mois. Selon nos informations, l’Etat veut passer commande de 100 millions de doses de vaccin contre la grippe A à trois laboratoires (GlaxoSmithKline, Sanofi et Novartis).

Ce stock devrait permettre de faire face au pire des scénarios: celui d’une pandémie hivernale. En 1918, la grippe espagnole avait, elle aussi, marqué le pas au printemps avant de revenir à l’automne, tuant 40 millions de personnes. Mais à l’époque, il n’y avait pas de vaccin… Les industriels viennent tout juste de récupérer les cellules souches nécessaires et lancent ces jours-ci en urgence la fabrication des doses. Au ministère de la Santé, les réunions sur le sujet s’enchaînent. Depuis une dizaine de jours le calendrier s’est même accéléré.

Vendredi soir, les différents experts du gouvernement se sont retrouvés à Matignon en réunion interministérielle pour affiner le plan français. C’est une campagne d’une ampleur inégalée qui se prépare… d’un coût estimé à près d’un milliard d’euros. A titre de comparaison, chaque année, les autorités sanitaires invitent quelque 9 millions de personnes, principalement des adultes de plus de 65 ans, à se faire vacciner contre la grippe saisonnière. Cette fois-ci, en commandant 100 millions de doses du futur vaccin, l’Etat veut pouvoir, en cas de retour massif du virus, protéger tous les Français. Nous serons prêts à opérer dans un laps de temps très court“, explique-t-on au ministère de la Santé. Du jamais vu.

Dans un tel schéma, médecins et infirmières seraient réquisitionnés. Les entreprises, les administrations, les écoles, les crèches seraient également sur le pied de guerre. Et selon le professeur Anne Laude, codirectrice de l’Institut droit et santé à l’université Paris-V-Descartes, “personne n’aurait le droit, sauf dans le cas d’une contre-indication médicale, de refuser de se soumettre à une telle vaccination. S’y soustraire à titre individuel, ce serait prendre le risque de contaminer autrui. Dans la pratique, pour enrayer une épidémie, les spécialistes considèrent qu’il suffit de vacciner 70 à 75% de la population. Ce qui laisserait une marge de liberté aux plus récalcitrants… Avant d’arriver à une telle situation, les autorités pourront également choisir de cibler des publics particuliers.

Vaccination obligatoire: décision à l’automne

Les traumatismes laissés par plusieurs crises sanitaires successives, du sang contaminé à la canicule en passant par la vache folle, ont rendu les politiques d’une très grande prudence. “Depuis 1993 nous avons mis en place un groupe d’experts qui n’a jamais cessé de travailler sur le sujet de la grippe, nous étions déjà les mieux préparés à une pandémie de grippe aviaire, explique Jean-Claude Manuguerra, virologue à l’Institut Pasteur, la France a, par ailleurs, une tradition jacobine et centralisatrice qui facilite la mise en pace d’un système de prévention efficace.”

La communication autour d’un tel programme de vaccination de masse ne sera pas simple. “Nous jouons la transparence, explique un porte-parole du ministère de la Santé, mais c’est à l’automne que l’on saura exactement comment évolue ce virus. Nous nous appuierons sur trois piliers: les masques, les antiviraux et les vaccins.” La vaccination, lorsqu’elle devient obligatoire, n’est pas un acte anodin, soulignent tous les experts. Il faut évaluer le bénéfice de la mesure au regard des risques éventuels. Les accidents, certes peu fréquents pour ce type de vaccin, existent toujours. “Dans ce genre de domaine, on n’est jamais assez prudent”, réplique un proche du président de la République. La décision politique balance toujours entre deux risques : celui de pêcher par excès de précaution, quitte à paniquer la population, et celui de ne pas être prêt à temps. Entre les laboratoires, les autorités sanitaires et le virus, une course contre la montre est lancée.

Source : http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=927#comment-108