Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2009

Dick Cheney accusé d'avoir dissimulé au Congrès un programme de la CIA

LEMONDE.FR avec Reuters et AP | 12.07.09 | 10h51


L'un des journalistes vedettes du "New Yorker", Seymour Hersh, enquête sur une unité spéciale reportant directement à Dick Cheney, et chargée d'assassinats ciblés.
AP/Susan Walsh

L'un des journalistes vedettes du "New Yorker", Seymour Hersh, enquête sur une unité spéciale reportant directement à Dick Cheney, et chargée d'assassinats ciblés.

La CIA a plus d'un cadavre dans ses placards. Sur ordre du vice-président de l'époque Dick Cheney, l'agence de renseignement américaine aurait caché au Congrès durant huit ans l'existence d'un programme secret de lutte anti-terroriste, rapporte, samedi 11 juillet, le New York Times. Dick Cheney était l'un des défenseurs au sein de l'administration Bush des méthodes d'interrogatoire controversées telles que le "waterboarding", ou simulacre de noyade. Depuis son départ de la Maison Blanche, il est devenu l'un des principaux critiques républicains de l'action de Barack Obama en matière de sécurité nationale.

Le New York Times, qui cite deux sources anonymes, indique que le nouveau directeur de l'agence de renseignement, Leon Panetta, a révélé ces faits au Congrès le mois dernier, lors de réunions à huis clos avec les commissions parlementaires du renseignement. Leon Panetta, nommé à la tête de la CIA par le président Barack Obama en janvier, a mis fin au programme en question, qui reste toutefois secret, lorsque des subordonnés l'ont informé de son existence le 23 juin, indique le Times.

Selon des responsables du renseignement et du Congrès, la CIA a lancé ce programme peu après les attentats du 11-Septembre, mais il n'est jamais devenu opérationnel et ne concernait ni les programmes d'interrogatoire ni la collecte d'informations sur le territoire américain. Le New York Times indique ne pas avoir pu contacter Dick Cheney dans son enquête. Au mois de mars, l'un des journalistes vedettes du New Yorker, Seymour Hersh, indiquait lors d'une réunion à  l'université du Minnesota qu'il enquêtait sur une unité spéciale reportant directement à Dick Cheney, et chargée d'assassinats ciblés.

Interrogé sur l'article, le porte-parole de la CIA, Paul Gimigliano, indique qu'il n'est pas dans les pratiques de l'agence d'évoquer des dossiers confidentiels. L'ancien patron de la CIA le général Michael Hayden dément à l'agence AP qu'un tel programme ait jamais existé et surtout qu'il ait été caché au membres du Congrès en charge du renseignement.

Etats-Unis: Dick Cheney accusé d'avoir caché un programme antiterroriste

Au pays de la démocratie et des Droits de l'homme..... ?
Les plus grands donneurs de leçons au Monde......!!!

Etats-Unis: Dick Cheney accusé d'avoir caché un programme antiterroriste

WASHINGTON (AFP) — L'ancien vice-président américain Dick Cheney était dimanche sous le feu des critiques de parlementaires démocrates après des révélations dans la presse selon lesquelles il aurait ordonné à la CIA de cacher au Congrès pendant huit ans un programme antiterroriste.

Selon le New York Times, l'actuel patron de l'agence de renseignement américaine, Leon Panetta, a informé des parlementaires que la CIA avait "caché au Congrès pendant huit ans des informations sur un programme antiterroriste sur ordre direct de l'ancien vice-président Dick Cheney".

M. Cheney, ardent défenseur des méthodes controversées de l'administration Bush dans la "guerre contre le terrorisme", passe également pour un adepte du secret.

Nommé à la tête de la CIA par le président américain Barack Obama au début de l'année, M. Panetta a mis un terme à ce programme après en avoir eu connaissance, le 23 juin, ajoute dimanche le quotidien. La nature exacte de ce dispositif restait incertaine.

Deux anciens responsables de la CIA ont expliqué au Washington Post qu'il consistait à doter l'agence de renseignement de "moyens nécessaires", sans plus de précision, mais qu'il n'avait trait ni aux interrogatoires de suspects de terrorisme ni aux écoutes téléphoniques, des méthodes largement critiquées aux Etats-Unis.

De son côté, le Wall Street Journal (WSJ), citant également des agents du renseignement, a révélé dimanche que la CIA avait un programme secret destiné à capturer ou tuer des membres du réseau terroriste Al-Quaïda.

Selon le quotidien économique, la CIA avait examiné en 2001 la possibilité de mener des assassinats ciblés contre les chefs d'Al-Quaïda. Mais, précise le quotidien, cette option a marqué le pas au bout de six mois. Citant des responsables de l'administration actuelle et de l'administration précédente, le WSJ précise que la CIA a mis des fonds dans la planification et probablement dans l'entraînement d'agents pour cette mission.

La loi américaine, explique le New York Times, stipule que les commissions du renseignement du Congrès doivent être informées des pratiques des services secrets, sauf dans certains cas. En l'occurrence, les parlementaires démocrates interrogés par le journal ont estimé que ces informations auraient dû être portées à la connaissance des commissions.

"La question est de savoir si l'ancien vice-président des Etats-Unis a refusé de donner certaines informations sensibles aux parlementaires (...). Ce n'est pas acceptable", a dit sur CNN l'influent sénateur démocrate Kent Conrad.

L'obligation de fournir ce type d'information est "requis par loi", a-t-il rappelé.

La représentante Anna Eshoo, membre de la commission du renseignement de la Chambre, s'est prononcée en faveur d'une enquête indépendante sur la question. "Nous devons savoir qui a donné les ordres", a-t-elle dit au Washington Post, ajoutant que la commission dont elle est membre pourrait le cas échéant utiliser son pouvoir de citation pour interroger des responsables.

Le démocrate Patrick Leahy, qui préside la puissante commission des Affaires judiciaires du Sénat, s'est également prononcé en faveur d'une enquête: "Je crois qu'on ne peut pas faire comme si de rien n'était", a-t-il dit sur CBS. "Personne n'est au-dessus des lois, a-t-il ajouté. On ne peut pas dire: vous êtes le vice-président, vous n'étes pas obligé de respecter la loi".

Un sénateur du propre camp de M. Cheney, le républicain Judd Gregg, a admis que si ordre avait été donné à la CIA de ne pas informer les membres du Congrès, il s'agissait d'"une erreur".

Ces révélations interviennent alors que les parlementaires américains se livrent déjà bataille pour savoir si la CIA a informé comme il se devait le Congrès des programmes sensibles mis en place contre le terrorisme.

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a accusé l'administration Bush et la CIA d'avoir induit le Congrès en erreur en 2002-2003 en laissant entendre que la simulation de noyade n'était pas en usage. Elle avait été accusée par les républicains d'avoir été au courant dès 2002 de ce type de technique d'interrogatoire et de n'avoir pas protesté, alors qu'elle siégeait à la commission du renseignement de la Chambre.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gPENKQ...

Etats-Unis lundi13 juillet 2009

Le programme secret Dick Cheney
Philippe Grangereau

Selon le «New York Times», l’ex-vice-président a ordonné à la CIA d’occulter des opérations antiterroristes. En outre, l’administration Obama veut faire la lumière sur le massacre, par un allié afghan des Etats-Unis, de plus de 2000 talibans à l’automne 2001.

Selon le New York Times de samedi, l’ancien vice-président Dick Cheney a ordonné en personne à l’agence de renseignement américaine (CIA) de cacher au Congrès, pendant huit ans, des informations concernant un mystérieux programme antiterroriste dont la nature n’est pas spécifiée. Il ne s’agirait ni de méthodes d’interrogatoire de suspects, ni du programme de kidnapping de suspects à l’étranger, ni du programme controversé d’écoutes téléphoniques, ont expliqué des sources. Un officiel a toutefois précisé qu’il consistait à «recueillir des renseignements utilisés pour lancer des opérations secrètes à l’étranger». Celui-ci aurait été mis en œuvre par intermittence, si on en croit des sources citées par CNN. Le directeur de la CIA, Leon Panetta, a mis fin à cette énigmatique barbouzerie après en avoir eu connaissance le 23 juin, et a de ce pas dénoncé le rôle d’obstructeur joué par Dick Cheney.

Crime de guerre de Dostom

Huit membres du Congrès triés sur le volet pour leur discrétion doivent légalement être mis au courant de tout ce qu’entreprend la CIA. Pour éviter que ce genre d’affaire ne se reproduise, des sénateurs ont proposé que 40 congressmen, et non plus huit, soient mis dans la confidence. Mais la Maison-Blanche s’oppose à ce projet de loi.

Le New York Times revient également sur un crime de guerre qu’aurait perpétré un seigneur de la guerre afghan, le général Abdulrachid Dostom, alors qu’il était payé par la CIA. Allié aux forces américaines au moment de l’invasion de l’Afghanistan, à l’automne 2001, lui et ses milliers d’hommes en armes ont combattu aux côtés de forces spéciales américaines pour bouter le gouvernement taliban hors du pouvoir. Des milliers de combattants talibans furent capturés en novembre 2001. Les captifs furent confiés à Dostom qui, pour les transporter jusqu’à sa prison de Mazar-i-sharif, les entassa dans des conteneurs. Des centaines, voire des milliers d’entre eux périrent étouffés dans ces cercueils de fer. Ils furent ensevelis au bulldozer dans des fosses communes. Immédiatement, le Département d’Etat, le FBI, le CICR et plusieurs associations exigèrent une enquête. Or, sept ans plus tard, rien n’a été fait. La raison en est simple, explique le NYT : «Les officiels de l’administration Bush ont découragé de manière répétée toutes les tentatives d’investigation.» Dostom est aujourd’hui chef d’état-major du président Hamid Karzaï.

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/c3fda602-6f23-11de-bdb5-0...

Quand Dick Cheney ordonnait à la CIA de mentir au Congrès

De notre envoyé spécial à New York, Florentin Collomp
13/07/2009 | Mise à jour : 08:02
|

Sur ordre exprès de l'ancien vice-président, l'agence de renseignement a caché pendant huit ans aux élus l'existence d'un programme secret de lutte contre le terrorisme.

Où l'on reparle de Dick Cheney. Après s'être fait l'ardent défenseur des méthodes d'interrogation mus­clées des prisonniers de la CIA, l'ex-vice-président de George Bush revient dans l'actualité. Le New York Times a révélé dimanche qu'il avait, pendant huit ans, demandé à la CIA de ne pas informer le Congrès de l'existence d'un programme ultrasecret de lutte contre le terrorisme. Une nouvelle information qui corrobore le goût du secret de l'Administration Bush et les libertés qu'elle avait prises avec la légalité sur les questions de sécurité.

Leon Panetta, le nouveau di­recteur de la CIA, n'a appris l'existence du programme en question que le 23 juin et y a aussitôt mis fin. La loi prévoit que les commissions du renseignement de la Chambre des représentants et du Sénat soient «pleinement et rapidement informées des activités de renseignement des États-Unis, y compris des activités de renseignement en préparation». En cas d'opération secrète, le texte limite la communication de l'in­formation à un «gang des huit», qui comprend les dirigeants démocrates et républicains des deux Chambres et les dirigeants de leurs commissions du renseignement respectives. C'est ce que Dick Cheney aurait enjoint la CIA de ne pas faire à propos de ce mystérieux programme antiterroriste.

Grand déballage

Cette révélation intervient alors qu'une polémique fait déjà rage sur le défaut d'information du Congrès par la CIA. La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, reproche à l'agence de ne pas l'avoir prévenue en 2002 de pratiques comme la simulation de noyade lors d'interrogatoires de suspects. Dick Cheney avait été l'un des responsables, à l'époque, à donner son feu vert à la torture. Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Whip Dick Durbin, a estimé qu'une enquête devait «absolument» être ouverte.

Le grand déballage sur les méthodes de la CIA, dont se serait passé Barack Obama, n'est pas près de s'arrêter. Le ministre de la Justice, Eric Holder, a laissé entendre que, contrairement au souhait du président, il pourrait demander à un procureur de lancer une enquête sur la question. Apôtre de la transparence, Obama souhaite toutefois éviter que sa présidence ne soit parasitée par des règlements de comptes sur le passé. «J'espère que la décision que je prendrai, quelle qu'elle soit, n'aura pas d'impact négatif sur le programme présidentiel. Mais cela n'influera pas ma décision», déclare Eric Holder au magazine Newsweek.

C'est aussi Cheney qui avait plaidé pour le secret sur le programme d'écoutes téléphoniques à grande échelle mené par la National Security Agency sans mandat judiciaire. Ces écoutes avaient été révélées au public en 2005 alors qu'elles étaient pratiquées depuis 2001. Selon un rapport remis vendredi au Congrès, elles n'auraient d'ailleurs pas servi à grand-chose. Les écoutes et la torture faisaient partie, selon ce rapport, d'un «programme présidentiel de surveillance».

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2009/07/13/01003-200...

USA : une unité d'assassins sous les ordres de l'Exécutif !

L’ancien assistant de Cheney confirme en partie la déclaration de Seymour Hersh sur l’existence d’une unité d’assassins sous les ordres de l’Exécutif

Le mois dernier, le journaliste au New Yorker Seymour Hersh a révélé dans le Minnesota, que l’ancien vice-président Cheney dirigeait « une unité d’assassins ». « Sous l’autorité du président bush, ils sont allés dans des pays, sans en informer l’ambassadeur ou le chef local de la CIA. Ils allaient trouver des gens mentionnés sur une liste, les exécutaient et partaient », expliquait Hersh.

Aujourd’hui, CNN interrogeait Hersh et l’ancien assistant à la sécurité nationale de Cheney, John Hannah. Bien qu’il ait exprimé des regrets d’avoir révélé l’histoire (l’appelant une « sottise »), Hersh a maintienu sa déclaration initiale. « Je suis désolé, Wolf, j’ai beaucoup de problèmes à cause de ça ».

Il a exprimé à propos des projets d’assassinats :

HERSH « Je sais assurément… que nous avons une unité qui se déplace partout, sans en référer au Congrès… et qui a l’autorité, déléguée par le Président, pour aller dans un pays sans en parler au chef local de la CIA ni à l’ambassadeur et de tuer de quelqu’un. …Vous avez donné l’autorité aux troupes de terrain d’attaquer des gens en vertu de n’importe quel renseignement qu’ils considèrent valable. »

Hannah a répondu que la version des projets d’assassinats selon Hersh « n’[était] pas correcte ». Pourtant, dans l’instant qui a suivi, alors qu’il était interrogé sur l’existence d’une « liste » de cibles à assassiner, Hannah s’est fait l’écho des affirmations de Hersh. Hannah a déclaré que « les troupes de terrain » ont reçu la « permission » de « capturer ou tuer certains individus » considérés comme représentant une menace. « C’est certainement vrai » dit-il.

Q : « Y a-t-il une liste de terroristes présumés qui sont ceux pouvant être assassinés ? »

HANNAH : « Il y a manifestement un groupe de personnes sujettes à une enquête vraiment, vraiment approfondie, traitée par les différents services… ces gens ont commis des actes de guerre envers les États-Unis, sont en guerre ou sont suspectées de mettre en place des opérations de guerre contre les États-Unis. Dans le cas de ces personnes la permission est donnée à nos troupes de terrain, dans le cas de menaces de guerre, de capturer ou de tuer ces individus. C’est certainement vrai. »

Hannah n’a pas contesté directement l’affirmation de Hersh selon laquelle le Congrès n’était pas informé de ces assassinats. Il a déclaré « Il m’est extrêmement difficile de le croire ».

Hersh on assassination ring

http://www.youtube.com/watch?v=SfINEcc_jcE


En parlant du programme d’assassinats à Keith Olbermann dans son émission sur MSNBC, l’ancien conseiller de Nixon à la maison blanche, John Dean a affirmé : « C’est potentiellement un crime de guerre, cela pourrait être tout simplement un meurtre au yeux de la loi et cela serait clairement en violation avec l’ordre exécutif du Président Ford. » – En référence au décret présidentiel de 1976 selon lequel « aucun employé du gouvernement des États-Unis ne doit manigancer ou s’impliquer dans un assassinat politique. »

Par Satyam Khanna pour Think progress le 30 mars 2009
Traduction par Temceln pour ReOpenNews


Note reOpenNews : Le journaliste Seymour Hersh avait déjà révélé les scénarii envisagés par Cheney pour déclencher une guerre contre l’Iran. L’une d’elles impliquait des victimes américaines dans le cadre d’une attaque sous fausse bannière.

Le journaliste US : Alex JONES et la grippe A

Quand la guerre change de visage et devient du bioterrorisme à l'échelle internationale.
Les virus et les vaccins, armes silencieuses pour guerres tranquilles ?

Un moyen de réduire facilement la population mondiale tout en laissant croire que tout est fait pour son bien.

Proposer des vaccins et des traitements qui sont non seulement inefficaces sur des virus qui mutent en permanence, mais gravement dommageables pour la santé des populations.

On créé le problème (virus) de toutes pièces dans les laboratoires militaires US et on propose les solutions (vaccins). Ce qui permet d'obtenir plusieurs résultats :

1 - réduction de la population mondiale pour cause de surpopulation,
2 - contrôle des populations par injection par les vaccins de la puce RFID micronisée à l'état de grain de poudre,
3 - enrichissement des laboratoires pharmaceutiques,
4 - alimentation du système médical par la provocation de maladies,
5 - affaiblissement des populations. Une population malade est une population qui ne se défend pas. On fabrique des moutons à la pelle,
6 - manipulations et mutations génétiques par le biais des vaccins et leurs composants. Eugémisme ?
7 - affaiblissement du système immunitaire et génération de nouvelles maladies.

Est-ce que la recherche médicale doit servir à fabriquer des maladies et des malades, et à découvrir soi-disant de nouvelles maladies qu'elle génère elle-même de toutes pièces ?

Que font nos médecins pour lutter contre ces escroqueries ? Tant il est vrai qu'il n'existe aucun vaccin pour lutter contre les virus qui ont la particularité de venir et de partir sans traitement médical particulier, sauf pour certains médicaments pour répimer certains symptômes gênants pour les personnes affaiblies.

Que fait le gouvernement Français ? Il commande 100 millions de doses de vaccins........!!!!!!
A qui profite le crime ? Quels sont les mobiles du crime commis contre l'humanité ?

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout » Louis Pasteur !

Les aliments sont vos meilleurs remèdes.
La meilleure manière de changer le métabolisme de base tout en relevant le niveau du système immunitaire, c'est de changer votre alimentation en adoptant le régime biologique humain et de bonnes règles d'hygiène de vie. Renseignez-vous. Formez-vous.

De plus en plus de journalistes dénoncent la supercherie orchestrée dans les laboratoires militaires US et le crime commis contre l'humanité.

Ecoutez le journaliste US Alex Jones : édifiant !

Alex JONES et la grippe A

http://www.dailymotion.com/video/x9twbf_alex-jones-et-la-...

ALEX JONES ET LA GRIPPE A
envoyé par verso1. - L'info internationale vidéo.

 

12/07/2009

Egypte et Nouvel Ordre Mondial

EconomieL'Egypte appelle à l'établissement d'un nouvel ordre mondial pour surmonter la crise financière


economie bourse argent journalLa vice-ministre des Affaires étrangères, Neala Gabr, a déclaré samedi que la société mondiale devrait faire des efforts communs pour établir un nouvel ordre mondial afin de faire face aux différentes crises.

Mme Gabr a lancé cet appel lors d'une réunion de hauts fonctionnaires du Mouvement des pays non-alignés, qui s'est ouverte samedi à Charm el-Cheikh, en Egypte.

"La situation actuelle dans le monde est très différente de celle il y a 48 ans lorsque la Mouvement des pays non-alignés a été créé.

Avec une accroissement de la population, des épidémies et une dégradation de l'environnement, a-t-elle noté.

"La société mondiale doit reconsidérer le système financier international et d'être plus démocratique dans la prise de décisions afin d'éviter la crise financière mondiale entravant la croissance économique des pays en développement", a-t-elle estimé.

Mme Gabr a appelé par ailleurs à restructurer le mécanisme international en matière de la santé et de l'agriculture afin d'aider à endiguer les crises dans ces deux domaines, se référant à la propagation de la grippe A/H1N1 et à la hausse des prix des denrées alimentaires.

De hauts fonctionnaires de plus de 140 pays se sont réunis à Charm el-Cheikh pour travailler sur les documents de base du prochain sommet du Mouvement des non-alignés, expliquant la position des pays non-alignés sur les questions majeures internationales et régionales, telles que la crise financière internationale, le processus de paix au Moyen-Orient et la question nucléaire iranienne.

Officiellement créé en septembre 1961, le Mouvement des pays non-alignés regroupe 118 pays membres, représentant près de deux tiers des membres de l'Organisation des Nations Unies, en particulier les pays en développement, et 55% de la population mondiale.

Xinhua