Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2014

Gaza : Le CRIF, le gouvernement de l'ombre Français et ses vasseaux font interdire la manifestation qui devait se tenir à Paris, samedi prochain !

La dictature sioniste et la police de la pensée unique s'installent encore plus lourdement en France !

Il vous est interdit de penser, d'être humains, de vous mobiliser pour les droits de l'homme et d'apporter un soutien moral à tous ceux qui sont dans la souffrance et dont les familles sont décimées sous les bombes, les privations et la peine !

Voici la chronologie et pourquoi !

LE CRIF, le gouvernement de l'ombre, leurs lobbies et leurs VRP ont décidé pour vous !

 Rappel de l'article précédent :

Quelques éléments de réponses :

Au surlendemain de l'attaque contre la synagogue de la Rue de la Roquette à Paris, dans le cadre de la manifestation de soutien au Hamas, le Président de la République a reçu Roger Cukierman, Président du CRIF, accompagné de Gil Taieb, vice-Président. Au cours de l'entretien, Roger Cukierman a présenté les fortes inquiétudes des Juifs de France.  La communauté juive est angoissée par la progression de la haine antisémite. 

Roger Cukierman a été reçu ce 17 juillet 2014 par Manuel Valls. Le Premier Ministre comprend et partage l’émotion de la communauté juive devant les événements de dimanche touchant notamment plusieurs synagogues.

Mais surtout, il ne faut pas gêner les sensibilités des lobbies juifs USraël/UE, avec lesquels se sont associés, FABIUS et CAZENEUVE et qui s'en sont félicités !

Conclusions :

 

La LDJ provoque des débordements aux abords d’une synagogue

Qui sont imputés aux musulmans et aux Français, bien sûr, qui manifestaient pacifiquement à Paris, samedi dernier ! 

Il fallait bien trouver un prétexte fallacieux pour que le CRIF ordonne de faire cesser les manifestations en faveur du Peuple Palestinien,

Le CRIF dénonce les attaques violentes des synagogues à Paris et demande l'interdiction de manifestations en faveur du Hamas

15 juillet 2014

Dimanche dernier, des partisans de la cause palestinienne et des extrémistes juifs sionistes de la LDJ (Ligue de Défense Juive) se sont affrontés aux abords de la synagogue de la Roquette à Paris, en marge de la manifestation pacifique en soutien à la Palestine, suite aux provocations de la milice juive sur les réseaux sociaux, souhaitant régler leurs comptes avec ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis.

provoc 1

Les associations antiracistes, le Premier ministre zélé Carlos Manuel Valls ainsi que toute la presse se sont ainsi emparé de ce fait divers afin de manifester en chœur leur solidarité vis à vis de la communauté juive, face à ces « hordes d’antisémites ».

De tels actes qui visent des lieux de culte sont inadmissibles

Carlos Manuel Valls

Pourtant, il parait clair que les violences ont été commanditées par la LDJ, qui attise le brasier avant de donner l’alerte incendie. Certains témoignages de militants pro-palestiniens sur le terrain font état de provocations multiples de ces voyous sionistes qui invectivaient les manifestants pacifiques avant de rebrousser chemin vers la synagogue, poursuivis par quelques militants ayant bêtement cédé au défi lancé par la milice.

Le traitement de ce fait divers a une nouvelle fois pour effet d’inverser les rôles auprès de l’opinion publique qui prendra en compassion les agresseurs, comme en Palestine occupée, où l’agresseur est présenté comme victime et la victime désignée comme l’agresseur.

Une routine pour ces rois de la manipulation qui bénéficient du soutien sans faille des médias de masse et des pouvoirs publics, comme en atteste une vidéo diffusée sur YouTube où l’on voit des extrémistes juifs sauvagement saccager la rue de la synagogue en question avant de fuir les représailles de leurs proies en sous-nombre en se réfugiant comme des rats derrière le cordon de CRS affrété par El Blancos afin de prendre la défense des délinquants à kippa.

En utilisant le slogan : Palestine on t'encule !

Des pro-israéliens qui cassent tout devant la synagogue de la rue de la Roquette

http://www.youtube.com/watch?v=geye3CS3e0A

Au rayon manipulation, notons également cette vidéo captée par un partisan du sionisme, où des slogans tels que « Hollande complice ! » ou encore « Sionistes, fascistes, c’est vous les terroristes ! » deviennent respectivement « Mort aux juifs ! » et « Un juif, des juifs sont tous des terroristes ! », l’auteur de cette vidéo, certainement très intègre, devrait sûrement consulter un spécialiste des troubles auditifs.

Manif de la haine, Paris 13 juillet 2014

http://www.youtube.com/watch?v=TkWefM_qd7o

arno-klarsfeld

Arnaud Klarsfeld, le très respectable membre du Conseil d’État et soldat de Tsahal , lui aussi atteint de ces troubles auditifs comme de nombreux juifs vertueux, s’indigne même que la presse ne relève pas le fruit de leur démence.

Il faut croire que les sionistes souhaitent à tout prix que leurs opposants soient tous d’ignobles antisémites, probablement afin de cautionner leurs actes criminels auprès de l’opinion internationale.

http://croah.fr/corbeau-dechaine/la-ldj-provoque-des-debordements-aux-abords-dune-synagogue/

 

Cher «frère» qui milite à la Ligue de Défense Juive et au Betar

 

 

 

27/03/2014

VERROU – Obama accusé par un journaliste d’être pire que Bush pour la liberté de la presse

VERROU – Obama accusé par un journaliste d’être pire que Bush pour la liberté de la presse

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/03/25/verrou-obama-accuse-par-un-journaliste-detre-pire-que-bush-pour-la-liberte-de-la-presse/

Symbole de l'Agence de sécurité nationale américaine (AP/Patrick Semansky).

L'administration Obama est « le plus grand ennemi de la liberté de la presse que l’Amérique ait connu depuis au moins une génération ». A l’occasion d’une conférence organisée à New York sur le thème de la protection des sources et de la sécurité nationale, le journaliste du New York Times James Risen, qui a couvert la Maison Blanche pendant le mandat du président démocrate, a fait le procès de ceux qui dirigent les Etats-Unis depuis 2008.

Pour M. Risen, l’actuelle administration veut « limiter le champ d’investigation sur la sécurité nationale » afin de « créer un chemin balisé pour la couverture de ces sujets », relate le site Poynter dans un compte-rendu de la conférence. N’importe quel journaliste qui se risque à outrepasser les limites posées par le gouvernement « sera puni », a ajouté James Risen. Le journaliste spécialisé dans les activités du gouvernement américain considère que l’administration Obama a créé « de facto un Official Secrets Act », soit un état législatif qui protégerait les secrets d'Etat.

En 2013, la révélation des écoutes des communications téléphoniques et e-mails de journalistes de l’agence Associated Press et de Fox News, interceptés pour des motifs prétendument liés à la sécurité nationale – les journalistes espionnés étaient soupçonnés d'avoir relayé des fuites –, avait scandalisé les défenseurs du premier amendement de la Constitution, qui protège la liberté de la presse aux Etats-Unis. Entre 2009 et 2013, l'administration Obama a poursuivi six personnes pour avoir livré des informations confidentielles à la presse. Soit deux fois plus que tous ses prédécesseurs combinés.

PROTÉGER SES SOURCES

James Risen est l’un des journalistes qui a contribué à dévoiler le programme de surveillance de l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA). Ce travail lui a valu de recevoir, avec Eric Lichtblau, le prix Pulitzer en 2006. Il lui a aussi valu d’être accusé par le gouvernement américain d’entrave à la sécurité nationale. Depuis, M. Risen a saisi la Cour suprême pour tenter de protéger l'une de ses sources.

Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance pratiquée par les agences américaines de renseignement ont ravivé les tensions entre pouvoir politique et médias. Après près d'un an de révélations, plusieurs journalistes, dont Glenn Greenwald, ont rejoint le magazine en ligne The Intercept.

Accusé d'espionnage, de vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux par les Etats-Unis, Edward Snowden s’est réfugié en Russie en août dernier, où il a obtenu l’asile temporaire, après être resté bloqué pendant trente-neuf jours dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou. L’informaticien et ancien consultant de la NSA s’est exprimé par vidéoconférence le 10 mars dernier à l’occasion du festival South by Southwest – rendez-vous annuel consacré aux nouvelles technologies à Austin (Texas). « La NSA met le feu à Internet, vous êtes les pompiers qui peuvent le sauver », a-t-il lancé à ceux qu’ils considèrent comme « la communauté qui construit Internet ».

 

 

22/03/2014

Crimée : Discours historique de Vadimir Poutine le 18.03.2014

Le discours entier de Poutine après la censure des merdias aux ordres du lobby sioniste. Rétabir la vérité pour résister aux mensonges !

 

Crimée : Discours historique de Vadimir Poutine le 18.03.2014 :

La Crimée a toujours été et restera une partie indissociable de la Russie...

 samedi 22 mars 2014, par Comité Valmy

 

 Voir la vidéo directement sur le site du Comité Valmy : ICI

 

 poutine discours.jpg

Standing ovation pour Vladimir Poutine au Parlement russe


Standing ovation pour Vladimir Poutine au... par lemondefr

Vladimir Poutine :

« La Crimée n’appartiendra jamais aux successeurs de Bandera »

Les citoyens de la Crimée ont décidé eux-mêmes de leur destin par référendum et déclaré nettement et clairement leur désir d’être avec la Russie.

La Fédération de Russie n’est pas intéressée à voir l’Ukraine divisée, elle est prête à entretenir les relations amicales avec elle, à continuer à coopérer, mais elle protégera les millions des citoyens russes résidant sur le territoire de ce pays, a déclaré le 18 mars le président Vladimir Poutine au Kremlin dans le message extraordinaire adressé au parlement russe et à la direction de la République de la Crimée.

Immédiatement après l’intervention du président, l’accord intergouvernemental sur le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie a été signé. Ce jour entrera dans tous les manuels d’histoire.

Voici ce que le président a dit au sujet des événements dramatiques en Ukraine.

« Tout ce qui se passe maintenant en Ukraine nous inquiète beaucoup, et cette inquiétude est bien claire : en effet, nous ne sommes pas simplement des voisins proches, nous sommes en réalité un seul peuple. Kiev est la mère des villes russes. L’ancienne Russie est notre source commune. Nous ne pourrons pas nous passer les uns des autres. Je dirai encore une chose. En Ukraine, vivent et vivront des millions de Russes, de citoyens russes. Et la Russie protégera toujours leurs intérêts par des moyens politiques, diplomatiques, juridiques. Cependant, avant tout, l’Ukraine elle-même doit être intéressée à ce que les droits et les intérêts de ces gens soient garantis. C’est le gage de la stabilité de l’État ukrainien et de l’intégrité territoriale du pays. »

Mise en ligne CV : 19 mars 2014

Vladimir Poutine a déclaré que la péninsule avait été et resterait russe, aussi bien qu’ukrainienne, et celle des Tatars de Crimée, et que sa séparation de la Russie et son rattachement à l’Ukraine en 1954 ont été réalisées en violation des normes constitutionnelles et pour des raisons opaques. Le président a promis que chacune des trois langues sur le territoire de la Crimée aurait le statut de langue d’État. Parmi les projets les plus proches, il y a la réhabilitation des Tatars de Crimée qui ont souffert des répressions dans les années soviétiques.

« Après la disparition du système bipolaire, la planète n’est pas devenue plus stable pour autant. Les institutions internationales clés ne s’affermissent pas, elles dégénèrent souvent. Nos partenaires occidentaux, les États-Unis en tête, préfèrent se guider dans leur politique non pas sur le droit international, mais sur le droit du plus fort », a dit le président russe a dit au sujet de l’ordre mondial qui a amené aux événements ukrainiens.

À titre d’exemple, Vladimir Poutine a cité les opérations en Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan, en Libye. Selon le président, on a imposé à ces pays des standards étrangers, à la suite de quoi, au lieu de la démocratie et de la liberté, le chaos s’est établi. Un scénario semblable a été réalisé en Ukraine que l’on continue à « entraîner » dans l’OTAN.

Aux dires du chef de l’État, on tente de pousser la Russie dans ses derniers retranchements à cause de sa position indépendante, tandis qu’elle propose sincèrement la coopération sur tous les axes. Cependant, il y a des limites à tout, a résumé Poutine.

« Nous ne voyions pas de démarches similaires de leur côté, au contraire, on nous a constamment trompés, les décisions étaient prises derrière notre dos, on nous mettait devant le fait accompli. C’était le cas avec l’élargissement de l’OTAN vers l’Est, et avec le déploiement du système d’ABM, avec l’éternisation des négociations sur les problèmes des visas, avec les promesses de concurrence honnête et de libre accès aux marchés globaux. »

Le président russe a déclaré que dans le cadre de la situation en Ukraine, les partenaires occidentaux de la Russie avaient franchi la ligne rouge et a réaffirmé que les intérêts de la Russie devaient être respectés.

Le président a spécialement noté que, selon les sondages, plus de 90 % de Russes, ainsi d’habitants de la Crimée, ont soutenu la réunification de la république avec sa patrie historique. L’accord sur le rattachement de la péninsule à la Fédération de Russie a été soumis au parlement pour ratification. Tout de suite après cette procédure, l’Accord aura force de loi, cependant, comme le stipule le texte du document, il « est appliqué provisoirement » dès le moment de sa signature, c’est-à-dire dès le 18 mars.

Ilia Kharlamov

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4396

Dossier Ukraine/Crimée : Les médias censurent Poutine. La trouille ? - Armand Lafevre

Quand Poutine a purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident et que les merdias aux ordres du lobby sioniste nous le cache !

 

Les médias censurent Poutine. La trouille ? - Armand Lafevre

21 mars 2014

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

iTélé, BFM TV ou France 24 étaient bien préparés avec chacun un traducteur « live » du discours...

 
 
Ce sont des tweets commentant le discours de Vladimir Poutine en direct qui me donnèrent envie de le regarder, certes un peu sur le tard. J’allume la télévision en pensant qu’il allait falloir faire du zapping afin de trouver la retransmission en direct. A vrai dire, je n’ai pas eu à chercher très loin : iTélé, BFM TV ou France 24 étaient bien préparés avec chacun un traducteur live du discours. Je n’ai pu assister qu’au dernier ¼ d’heure du discours qui me fit hérisser les poils tant son contenu était anti-occidental tout en étant empreint de non-violence. Les spectateurs, représentants du milieu politique (la douma + représentants des provinces Russes) et religieux (Orthodoxes, Juifs, Musulmans) ont tous fait une standing ovation à la fin du discours.

Cherchant à revoir le début du discours, je laissais passer quelques heures en pensant qu’un internaute allait bien mettre à disposition ce discours sur YouTube ou Dailymotion. A mon grand étonnement, rien jusqu'à la fin de la journée. Sur les sites replay des grands medias (qui l’ont retransmis en direct) rien non plus, si ce n’est une vidéo résumé d’1 à 2 min. max.
 
Captures-3jp1cf0-62eda.jpg
 
 

Le soir, seule l’image (ou presque) de Vladimir Poutine signant le traité rattachant la Crimée à la Russie est diffusée.

Le soir même, je scrute les mass medias (France 2, CANAL+ et M6) et je suis stupéfait de voir que l’on diffuse seulement l’image de Vladimir Poutine signant le traité rattachant la Crimée à la Russie plus une allusion au fait qu’il ne s’attaquera pas au reste de l’Ukraine. Evidemment, je ne m’attendais pas à ce qu’il passe l’intégralité du discours à 20h mais ils sont allés très vite, trop vite à mon goût sachant que la veille (17 mars) David Pujadas était en Crimée pour une édition Spéciale pendant le JT de 20h, et là plus rien. Stop on remballe, circulez y a plus rien à voir.

Poutine a purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident.

Le lendemain matin, je continue mes recherches, et enfin un internaute avait pu mettre l’intégralité du discours sur YouTube. Je lance la page et, étant donné la longueur (49 min), je laisse l’onglet de côté et n’y pense plus jusqu’au déjeuner ou je décide de la regarder sur mon téléphone. Etrange, plus rien du tout. Je file sur mon PC de bureau, la vidéo est toujours là, mais je lance l’url sur un autre onglet et là : « l’utilisateur a supprimé cette vidéo ».
 
 

Cette vidéo n’aura eu pour durée de vie sur YouTube que quelques heures qu’il ne fallait pas rater. En revenant sur le premier onglet, je vois que la barre de chargement s’est arrêtée au 1/3. Tant pis, j’appuie sur le bouton, je verrai ce ce que je verrai. Mais grâce au cache de l’ordinateur, j’ai pu voir l’intégralité du discours. Et c’est là que j’ai compris que Vladimir Poutine avait purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident et ses pratiques « grossières » pendant les événements de Maidan tout en les renvoyant au droit international . Il m’apparut donc évident que la presse occidentale n’allait pas s’étaler dessus (même s’ils s’étaient tous empressés de diffuser le direct). C’est juste que, pour la France en tout cas, ce discours, à l’heure où j’écris cet article, n’est pas/plus disponible. Pourquoi ? Nos chers dirigeants éprouveraient-ils un quelconque sentiment honte à l’approche d’échéances électorales faisant office de test d’opinion ? 

Il apparait donc clairement que quand un Capitaine a de grosses faiblesses, les rendre publiques au reste de l’équipage risquerait de susciter une mutinerie. Hier ce Capitaine, c’était l’U(E)SA. 

Discours entier disponible ici (Capturer sur BFM TV) :