Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2009

Un nouvel ordre mondial ?

Le rêve cauchemar américain

usa-carte-drapeau-300x256.jpgL’Amérique n’est vraiment pas ce que les livres d’histoires nous ont appris à l’école. Rien d’étonnant quand on sait que l’écriture de l’histoire en revient toujours aux vainqueurs de la guerre.
Sans commenter le fait que les États-unis se sont construits sur le génocide d’un peuple (les indiens) et sur l’esclavage d’un autre (les africains), passons directement au sujet que je souhaite développer ici.

Au lendemain du 65e anniversaire du débarquement, je pense que ça devrait remettre un peu les choses en place sur la vérité, dans l’esprit de tous.
Je vais vous parler du parcours de 2 personnages américains, qui ont influencés l’histoire du début du XXe siècles à nos jours. Je pense pour ma part, qu’ils sont responsables de l’état de notre monde actuel, en termes : économique, idéologique, écologique, géo-politique, stratégico-financière.... pour avoir influencé, financé, et soutenu des hommes comme Hitler, Mussolini, "Ben Laden" et ainsi avoir développé une économie déshumanisée, matérialiste, élitiste, raciste...et qui est devenu malheureusement la nôtre aujourd’hui. Basée sur le pétrole, l’armement, l’automobile...mais aussi la manipulation, la corruption, les divisions, les guerres, la peur......notre civilisation est devenu chaotique et autodestructrice.

robinson.gifBalzac disait que derrière toutes fortunes, il y avait un grand criminel. C’est malheureusement aussi vrai que le rêve américain n’est qu’un mythe, et la décadence actuelle des USA, n’en est que la confirmation, quant au dessein projeté par ces "élites", vers la gouvernance d’un nouvel ordre mondial. Ces élites franc-maçonnique s’appellent : skull and bones, bilderberg, illuminati.......
Mais revenons à nos 2 personnages ; Il s’agit d’Henry Ford, fondateur de la Ford Motor Company et de Prescott BUSH, père de George H. W. Bush 42e president des Etats-Unis et grand-père de George W. Bush 43e Président des Etats-Unis.


La famille Bush, les fabricants de guerres

Le 15 mai 2008, George W. Bush lors de son discours à la Knesset a fait un parallèle remarqué entre les déclarations du sénateur Neuville Chamberlain concernant Hitler en 1939, et celles de Barack Obama concernant les terroristes et les extrémistes.

Bush_Polemique
26031596.jpg

Bush … Hitler … Bush … Hitler …

Il m’a fallu quelques jours pour :

* me souvenir qu’il y avait un lien,
* mettre la main sur « La guerre des Bush » d’Eric Laurent
* dépoussiérer le livre qui date de 2003, et a inspiré un documentaire en 2004 « Le monde selon Bush »
* en extraire du premier chapitre quelques morceaux choisis, que voici.

Ces extraits font suite à une introduction sur l’effort de guerre Allemand durant la 2nde Guerre Mondiale, soutenu par les groupes Ford, General Motors et IBM.

Extraits des pages 17 à 21 :

famtree_dees.jpg

 

La guerre des Bush, selon la formule d’un observateur, « à cette époque, il existait deux races de financiers et de spéculateurs. Ceux qui comme Joe kennedy affichaient des sympathies nazies mais ne faisaient pas d’affaires avec l’Allemagne nazie, et les autres qui n’éprouvaient pas d’engouement particulier pour Hitler mais saisissaient les opportunités ».

Visiblement Prescott Bush se rangeait dans la seconde catégorie, une zone grise où les actes sont mus par un solide apolitisme, une absence de conviction profonde et une certaine amoralité propre au monde des affaires.

...

En 1921 il épousa Dorothy Walker, la fille d’un puissant financier de Wall Street, et cinq ans plus tard il rejoignait, en tant que vice-président, la banque d’affaires que son beau-père venait de créer en partenariat avec les Harriman, ses amis d’université : W.A. Harriman and Co. L’établissement fusionna en 1931 avec la société financière anglo-américaine Brown Brothers pour devenir la banque d’affaires la plus importante des Etats-Unis, et politiquement la plus influente.

hitler_bush.jpgPrescott Bush et ses partenaires avaient pris pied en Allemagne dès les années 20 en rachetant la compagnie de navigation Hambourg-America Line qui détenait la quasi-exclusivité du trafic maritime allemand vers les Etats-Unis. Il s’agissait là d’une première étape. La banque installa son antenne européenne à Berlin et élabora de nombreux partenariats, notamment avec certains des industriels les plus puissants du pays. Au premier rang desquels Fritz Thyssen, propriétaire du groupe sidérurgique qui portait son nom. Thyssen allait publier quelques années plus tard un livre remarqué, au titre éloquent : « J’ai financé Hitler ». Véritable profession de foi envers le national-socialisme, l’ouvrage confirmait également ce qui était déjà de notoriété publique : Thyssen avait aidé le mouvement nazi dès octobre 1923, et on le qualifiait de « banquier privé de Hitler ».

Harriman and Co et Thyssen, à travers une banque qui lui appartenait aux Pays-Bas, la Bank Voor Handel , décidèrent de la création d’un établissement commun, l’union Banking Corporation. Selon les enquêteurs qui se penchèrent sur ce dossier, cette banque devait permettre de favoriser des investissements croisés, aux Etats-Unis et dans le groupe Thyssen, ainsi que dans d’autres firmes allemandes.

bush_nazi_connection.gifLe 20 octobre 1942, peu après l’entrée en guerre des Etats-Unis, l’Union Banking Corporation fit l’objet d’une saisie du gouvernement fédéral pour « commerce avec l’ennemi ». Prescott Bush était le directeur de l’établissement, et ses principaux associés et actionnaires, outre Roland Harriman, étaient trois cadres nazis, dont deux travaillaient pour Thyssen. Huit jours plus tard, l’administration Roosevelt appliqua les mêmes sanctions à l’encontre de la holland-American Trading Corporation et de Seamless Steel Equipment Corporation, toutes deux dirigées également par Bush et Harriman, et accusées de coopérer avec le Troisième Reich. Un mois plus tard, le 8 novembre 1942, une procédure identique frappa la Silesian American Corporation, une holding qui possédait d’importantes mines de charbon et de zinc, en Pologne et en Allemagne, exploitées en partie par les prisonniers des camps de concentration, « dont l’utilisation, selon un rapport, a sans aucun doute fourni au gouvernement allemand une aide considérable dans son effort de guerre ».

Prescott Bush siégeait au conseil de direction de cette firme qui avait fait l’objet de montages juridiques complexes laissant quelque peu dans l’ombre son partenaire allemand. Et pourtant, il s’agissait de l‘industriel Friedrich Flick, lui aussi bailleur de fonds du parti nazi, puis plus tard du corps des SS à travers le « cercle de amis de Himmler » dont il était membre.

...

Les hommes d’affaires aiment agir mais guère se souvenir. Prescott Bush fortune faite, la page équivoque de la Seconde Guerre mondiale tournée, se présenta au Sénat. Battu en 1950 il fut élu deux ans plus tard.

Autant dire que les négociations avec le régime hitlérien, la famille Bush en a une certaine expérience.

Le but du Nouvel Ordre Mondial


Passons maintenant à Henry Ford et focalisons-nous sur la partie "cachée de l’icerberg", si j’ose dire !!!

Henry Ford et l’antisémitisme

Foncièrement antisémite et furieux de découvrir que son entreprise pourrait être affectée par ce qu’il considère indigne de forces politiques, il n’hésite pas à accuser les Juifs d’avoir déclenché la Première Guerre Mondiale. Nombreux sont les mouvements américains qui reprennent ses théories antisémites pour raviver une haine latente. Son antisémitisme s’exprime également dans ses mémoires. Dans le chapitre XVII de My Life and Work, Ford s’exprime sur les juifs américains : « Notre travail n’a pas la prétention d’avoir le dernier mot sur les juifs en Amérique.[...] Si les juifs sont si sages qu’ils le disent, ils feraient mieux de travailler à devenir des juifs américains, plutôt que travailler à construire une Amérique juive ».

Se justifiant à ce sujet, il explique dans son livre Le juif international, que pour lui l’antisémitisme n’est que le pendant de l’ antigoyisme de la communauté juive.

The International Jew

p0005.jpgHenry Ford a publié un ouvrage en quatre volumes, The International Jew, qui rassemble des articles parus dans le journal The Dearborn Independent. Une phrase dans un texte dédié à la salutaire « réaction de l’Allemagne contre le Juif » illustre cet esprit soi-disant "scientifique" et dont le langage est chargé de métaphores médicales : il s’agit d’une question d’« hygiène politique », parce que « la principale source de la maladie du corps national allemand [...], c’est l’influence des Juifs ".

Dans plusieurs autres passages, les Juifs sont présentés comme un « germe » qui doit faire l’objet d’un « nettoyage ». Adolf Hitler et ses collaborateurs reprendront cette terminologie pour justifier leurs crimes. Le Juif n’est plus défini par sa religion mais par sa « race », « une race dont la persistance a vaincu tous les efforts faits en vue de son extermination ». Il faut donc réveiller chez les jeunes la « fierté de la race .

ford hitler.jpgFord s’inspire des Protocoles des Sages de Sion, un ouvrage qui serait « trop terriblement vrai pour être une fiction, trop profond dans sa connaissance des rouages secrets de la vie pour être un faux », cité et commenté abondamment, comme preuve ultime et irréfutable de la conspiration juive pour s’emparer du pouvoir à l’échelle mondiale. Cet ouvrage est par ailleurs vivement critiqué par le Times de Londres. Il y est souvent fait référence à l’Allemagne qui est décrite comme dominée par les Juifs malgré le fait qu’il « n’y a pas dans le monde de contraste plus fort que celui entre la pure race germanique et la pure race sémite ».

Le thème de la complicité entre le judéo-bolchevisme et la finance capitaliste juive, dans une conspiration pour imposer à la planète un gouvernement mondial juif est abondamment repris par le nazisme. Trois volumes ont pour objet la place des Juifs aux États-Unis. Selon Ford, leur émigration massive d’Europe de l’Est en Amérique du Nord n’a rien à voir avec de prétendues persécutions : les pogroms ne sont que de la propagande ; il s’agit bel et bien d’une véritable invasion : le « Juif international » peut déplacer un million de personnes de la Pologne vers l’Amérique « comme un général déplace son armée  ». Les Juifs sont responsables de l’introduction dans les arts de la scène aux États-Unis d’une « sensualité orientale » sale et indécente, « instillant un poison moral insidieux ».

La contribution de Ford à la propagation de l’antisémitisme va au-delà de l’imprimé. Il travaille activement à former une communauté. Au départ, réunis autour du Dearborn Independent, ces hommes constituent une force importante dans l’évolution américaine de l’antisémitisme, et inclus un grand nombre de profasciste.

Germanophile ou nazophile

orange-ford-medal2.pngÀ peu près à la même époque, Henry Ford est aussi le plus célèbre des bailleurs de fonds étrangers d’Adolf Hitler, et il a été récompensé dans les années 1930 pour ce soutien durable avec la plus haute décoration nazie pour les étrangers.

Cette faveur accordée par les nazis engendre une importante controverse aux États-Unis et finit par un échange de notes diplomatiques entre le gouvernement allemand et le Département d’État. Ford s’exprime à propos de cette polémique en clamant que « [son] acceptation d’une médaille du peuple allemand ne [le fait] pas, comme certains semblent le penser, entraîner aucune sympathie de [sa] part avec le nazisme ». Alors que Ford clame publiquement qu’il n’aime pas les gouvernements militaristes, il tire profit de la Seconde Guerre mondiale, en alimentant l’industrie de guerre des deux camps : il produit, via ses filiales allemandes, des véhicules pour la Wehrmacht, mais aussi pour l’armée américaine.

FORD+planifie+la+guerre+d'Hitler.jpgHenry Ford participe à l’effort de guerre allemand avec Opel, filiale de General Motors. Des succursales de Ford implantées en Allemagne demandent réparation pour les bombardements subis. Un million de dollars est réclamé aux Américains pour les dégâts provoqués dans l’usine de Cologne. Ford demande aussi des réparations au gouvernement français. 38 millions de Francs sont versés après le bombardement de son usine de Poissy

Prochaine étape aux Etats-unis : effondrement monétaire, avec guerre civile à la clef, désintégration du système économique et financier pour arriver à la phase finale, d’un nouvel empire dirigé par "l’élite" et de la mise en place du nouvel ordre mondial.

 




 

Monté Cristo

à lire aussi :

http://www.mai68.org/textes/PrescottBush.htm


 

27/06/2009

Système monétaire mondial – Crise du dollar

Qui mène le monde ? Les Banques privées US.... dont la FED qui n'a de fédérale que le nom !

Système monétaire mondial – Crise du dollar

Les manipulations du système monétaire et du système des changes provoquent le scandale le plus important de notre époque. Pour la première fois, l’escroquerie monétaire atteint des dimensions mondiales, parce qu’elle a lieu effectivement dans le monde entier, qu’aucun gouvernement ne peut plus la contrôler ni la stopper ou l’empêcher et que, formellement, elle a même lieu légalement en raison de lois désuètes.


L’étape décisive dans la rupture avec la monnaie d’Etat a été la fondation, en 1913, du Système fédéral de réserve des Etats-Unis. Dès la fin du XIXe siècle, les banques sous la coupe de l’empire Rotschild ont lancé une grande campagne pour prendre le contrôle de l’économie des Etats-Unis. Venant d’Europe, les Rotschild ont financé la Banque J.P. Morgan & Co., la Banque Kuhn Loeb & Co., John D. Rockefellers Standard Oil Co., les chemins de fer d’Edward Harriman et les aciéries ­d’Andrew Carnegie.


Aux environs de l’an 1900, les Rotschild ont envoyé aux Etats-Unis un de leurs agents, Paul Warburg, pour coopérer avec la Banque Kühn Loeb & Co. Jacob Schiff et Paul Warburg ont lancé une campagne visant à instaurer des «Federal Reserve Banks» (FED), instituts privés d’émission. Appuyés par les deux grands groupes financiers Rotschild et Rockefeller, ils sont parvenus à fonder une banque centrale privée ayant le droit d’émettre sa propre monnaie, moyen légal de paiement garanti à l’origine par l’Etat. L’instauration de la FED en 1913 a permis aux banquiers internationaux de raffermir leur puissance financière aux Etats-Unis. Paul Warburg a été le premier président de la FED.


Le XVIe amendement de la Constitution américaine, qui a permis au gouvernement de prélever un impôt sur le revenu, a suivi la fondation de la FED. Telle était la conséquence du fait que le gouvernement ne pouvait plus émettre sa propre monnaie. Ainsi, les banquiers internationaux faisaient indirectement main basse sur le patrimoine privé des citoyens américains. A l’époque, les plus importants actionnaires de la FED étaient:


  1. Les banques Rothschild de Paris et de Londres
  2. La Banque Lazard frères de Paris
  3. La Banque Israel Moses Seif en Italie
  4. La Banque Warburg à Amsterdam et à     Hambourg
  5. La Banque Lehmann à New York
  6. La Banque Kuhn Loeb & Co. à New York
  7. La Banque Rockefeller Chase Manhatten à New York
  8. La Banque Goldman Sachs à New York.

Après la Première Guerre mondiale, les réserves d’or mondiales ont été accumulées dans cette banque privée qu’était la FED, de sorte que de nombreuses banques centrales n’ont plus pu maintenir l’étalon-or et que leur pays a sombré dans la déflation – la première crise économique mondiale. Même pendant la Guerre mondiale, les Etats-Unis ont exigé des pays en guerre qu’ils paient les armements livrés en or. Après la fin de la guerre, l’or de l’Allemagne a dû aussi être cédé comme butin de guerre. A elles seules, plus de 30 000 tonnes d’or du monde se sont ainsi accumulées aux Etats-Unis. Cet or a servi de couverture au dollar. Toutefois, comme une grande partie des dollars étaient détenus dans les banques centrales étrangères comme réserves monétaires, les Etats-Unis ont pu imprimer et dépenser davantage de dollars qu’ils n’avaient d’or. En effet, les autres pays avaient besoin de dollars pour acheter des matières premières, traitées uniquement en cette monnaie. Outre l’or, le dollar est donc devenu de plus en plus une des réserves monétaires principales des banques centrales étrangères. Le règne du dollar dans le monde avait commencé.


En 1971, Richard Nixon (37e président des Etats-Unis de 1969 à 1974) a résilié l’obligation de convertir le dollar en or (l’étalon de change-or) et, simultanément, la garantie de l’Etat à propos du dollar. Depuis lors, le billet vert n’est couvert ni par l’or ni par une garantie de l’Etat; il s’agit donc de la monnaie privée libre de la FED.
Or la masse monétaire de dollars en circulation déterminée par la FED (depuis mars 2006, celle-ci ne publie plus le chiffre de la masse monétaire M3) est devenue un problème insoluble: pendant que la masse mondiale de biens quadruplait au cours des 30 dernières années, la masse monétaire s’est multipliée par quarante.


Comment fonctionne cette banque privée qui a le droit d’imprimer des dollars? La FED produit des dollars. Ceux-ci sont prêtés au gouvernement des Etats-Unis contre des obligations qui servent de «sûretés» à la FED. Les banques de la FED qui détiennent ces titres perçoivent des intérêts annuels. Astucieux, n’est-il pas vrai? Dès 1992, les obligations détenues par la FED avaient une valeur de quelque 5 trillions de dollars, et les intérêts payés par les contribuables américains augmentent constamment. La FED s’est appropriée ce patrimoine incroyable en prêtant de l’argent au gouvernement américain et en encaissant alors des intérêts. La contre-valeur: du papier de couleur, nommé dollar.


Répétons-le: le dollar est émis non pas par le gouvernement des Etats-Unis, mais par la FED, qui est contrôlée par des banques privées et met à disposition du gouvernement de l’argent et, en contre-partie, encaisse largement des intérêts et prélève des impôts. Personne ne remarque cette duperie. De plus, les obligations émises par le gouvernement donnent à la FED un droit de gage, public et privé, sur l’ensemble des biens-fonds des Etats-Unis.
De nombreuses actions en justice se sont efforcées de faire annuler la loi sur la FED, mais sans succès jusqu’à maintenant. Le président John F. Kennedy a été le premier à tenter de transformer la FED en édictant un décret présidentiel («executive order number 11110»). Peu après, il a été assassiné, probablement par son propre service de renseignements. Le premier acte de son successeur, Lyndon B. Johnson, a été d’annuler le décret de son prédécesseur dès son retour de Dallas à Washington, dans l’avion présidentiel.

Et aujourd’hui ? Les banques privées tentent par tous les moyens de maintenir et d’assurer leur gigantesque source de revenu qu’est le dollar. Les Etats qui veulent nouer leurs relations commerciales internationales sur la base de l’euro, tels l’Irak, l’Iran ou le Venezuela, sont déclarés terroristes. Les gouvernements sont forcés de livrer des produits aux Etats-Unis contre des dollars sans valeur, et l’augmentation effrénée de la liquidité fournit à la haute finance les liquidités illimitées avec lesquelles elle peut acheter dans le monde entier. Les banques centrales du monde entier sont forcées de détenir des dollars sans valeur comme «réserves monétaires». Le dollar des Etats-Unis est la monnaie privée de la haute finance, garantie par personne si ce n’est par elle-même, utilisée pour maximiser le profit, accrue sans vergogne, employée comme moyen de domination mondiale et pour accaparer toutes les ma­tières premières et autres valeurs au monde.     •

Source: Internationaler Hintergrundinformationsdienst für Politik, Wirtschaft und Wehrwesen, inter info, suite 344, juillet et août 2007
(Traduction Horizons et débats)

Source : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=462

 

19/06/2009

Du chaos au nouvel ordre mondial

http://www.dailymotion.com/video/x4su1h_le-nouvel-ordre-m...

Le nouvel Ordre Mondial
envoyé par bambouko. - L'actualité du moment en vidéo.

30/05/2009

La question à dix mille : « s’adapter au Nouvel Ordre Mondial »

C’est un fait : nos « élites », reprises allègrement dans les médias commerciaux, ne cessent de préparer le terrain pour établir ledit « nouvel ordre mondial » qui bien sûr, sera tellement mieux que ce que nous subissons déjà. Après le sondage du Figaro (paru quelques mois trop tôt sûrement au vu du résultat) « êtes vous pour ou contre un gouvernement économique mondial », après les propos de Gordon Brown et consorts se congratulant du « nouvel ordre économique » né du G 20, voilà Kouchner & Co qui nous serinent sur l’ « adaptation » audit « nouvel ordre mondial  » au cours d’une grande conférence à Montréal. Grandiose. 

1142319_1467789

On peut faire les innocents et tenter de se dire que si autant d’élites nous disent que ce nouvel ordre mondial sera super, c’est qu’ils doivent avoir raison. Comme quand Kouchner dit que Total c’est super démocratique, y compris en Birmanie, ou quand DSK nous disait que y’a pas de crise l’année dernière.
 
Mais, on peut aussi se poser un certain nombre de questions...
 
Pourquoi y aurait-il tant besoin d’un « nouvel ordre mondial » ? Le vieux ne suffit pas ? On est d’accord que le système actuel, mondialiste et ultra libéral, imposé par ces mêmes élites depuis la deuxième guerre, a de nombreux ratés dont les populations essuient les conséquences. Certes, ce système est à revoir, et d’urgence. Mais, pourquoi ceux-là mêmes qui sont les garants du système actuel, qui a permis qu’on en arrive à toutes les dérives actuelles, se font-ils aujourd’hui, soudainement, les chantres d’un nouvel ordre mondial ?
 
Si l’on arrête l’angélisme, on peut soupçonner qu’ils agissent encore dans l’intérêt de l’ordre établi, celui des élites politiques et économiques en place, et qui ne tiennent surtout pas à se retrouver en bas de l’échelle.
 
On peut soupçonner également qu’il s’agira surtout de ne rien changer, et de bien verrouiller le système en ces temps où le monde plonge dans une crise qui ne peut qu’amener à des contestations populaires, voire à des soulèvements dans certaines régions particulièrement mal loties (grâce à nos élites, d’ailleurs).
 
Qu’entendent-ils par « nouvel ordre mondial » ?
 
Il n’y a qu’à les écouter : pour eux, il s’agit du système qui permet de continuer avec une finance mondiale débridée et déconnectée de la production, c’est-à-dire avec le tout-aux-spéculateurs. C’était bien là le but des G8, G 20, sommet de Davos et autre Bilderberg. Car, les seules «  réformes » qui en sont sorties n’ont visé qu’à renforcer les pouvoirs de ce même FMI qui a plongé dans la crise des continents entiers avec ses « politiques d’ajustements structurels ».
 
Le nouvel ordre mondial, en outre, est supranational. Il s’agit d’un système dans lequel les décisions sont prises par une élite. C’est Rockefeller, un des leaders de la Trilatérale, du CFR, du Bilderberg et autres, qui a dit, n’est-ce pas que « Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire ». En 1991, devant la Trilatérale, il a aussi remercié les médias commerciaux dits de référence pour leur silence sur les visées vers un nouvel ordre mondial, silence sans lequel, précise-t-il, il n’aurait pas été possible d’avancer aussi vite : « Nous sommes reconnaissants envers le Washington Post, le New York Times, Time Magazine et d’autres grands journaux, leurs directeurs ayant participé à nos rencontres et ayant respecté la promesse de discrétion pendant près de 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer notre Plan pour le Monde toutes ces années durant si les projecteurs avaient été braqués sur nos activités. Le Monde est maintenant plus sophistiqué et plus préparé à accepter un Gouvernement Mondial. La Souveraineté Supra-Nationale d’une Elite intellectuelle et de banquiers est sûrement préférable au principe d’Autodétermination Nationale des peuples, pratiquée tout au long de ces derniers siècles  ».
 
Ce qui est certain, c’est que ledit nouvel ordre mondial ne sera pas démocratique, il sera au contraire dirigé par les élites mondialistes déjà en place. Il n’aura pas pour but le bien être commun mais la préservation de l’ordre établi (ou même de l’ancien régime), il a l’aval des élites médiatiques qui feront ce qu’elles peuvent pour faciliter les avancées vers le nouvel ordre mondial, quitte à faire de la basse propagande mais on a l’habitude, et enfin les mêmes élites sont au travail depuis 60 ans au moins (mais je dirais que ça a commencé dès les années 20).
 
Pourquoi en parlent-ils tous maintenant ?
 
Nous sommes en pleine crise financière et économique, ce qui débouche inévitablement sur des crises sociales et politiques. On le voit à toutes les époques, dans tous les pays. J’ai déjà expliqué comment il a été facile pour le patron de la FED de provoquer la crise des subprimes en augmentant d’un coup les taux d’intérêt. C’est la crise subprime qui a fait tomber le géant aux pieds d’argile qu’est ce système puisqu’il reposait à 90% sur du vent : la spéculation et des valeurs boursières déconnectées de la réalité. La crise, donc, n’est certes pas une surprise pour nos élites, mêmes si elles ont toutes fait semblant d’atterrir seulement fin 2008. Elle a été provoquée, pour amener à la situation actuelle. Ensuite, comme de l’Europe aux Etats unis, en passant pas la plupart des pays, le système démocratique est dévoyé, le pacte social rompu, et les populations dégoûtées du jeu politique, on peut s’attendre à des crises ça et là. Il conviendra évidemment de les circonscrire, en légitimant la répression et en criminalisant la contestation. C’est le rôle premier de ce nouvel ordre mondial : établir l’ordre voulu par les élites, quoi qu’il en coûte.
 
Parlons d’ « anarcho autonomes » au lieu de contestataires ou de manifestants, et bientôt assimilons-les à des « terroristes », réprimons-les, et de contestation il n’y aura plus.
 
On parle donc maintenant de ce nouvel ordre mondial, car nous en sommes à la dernière étape. Je pense que pendant encore un an ou peut-être deux, ils vont distiller ces notions nouvel ordre mondialistes dans les mentalités, les faire «  infuser  » comme dirait Sarko, pour que, la crise s’aggravant, le niveau de vie chutant de plus en plus, les population accueillent les bras grands ouverts les nouveaux Chefs, garants d’un Nouvel Ordre Mondial. Car, l’idéal serait d’éviter un coup d‘Etat mondial : il faut que les populations réclament leurs sauveurs, ceux-là mêmes qui les ont mis dans le pétrin jusqu’au cou, durant des générations.
 
Qu’avons-nous à y gagner ?
 
Absolument rien si on aime avoir son libre arbitre et qu’on cherche à aller vers un monde plus juste, plus humain et plus respectueux des hommes et de la nature. Par contre, si on est PDG d’une grande banque ou d’une multinationale, là ce sera très rentable : on va continuer avec un système économique complètement délirant, sans aucune entrave surtout, sans se préoccuper des inégalités sociales bien sûr, en décidant de tout entre illuminés d’en haut. Et puis, si quelqu’un nous embête, on le détruit.
 
Pourquoi un tel consensus chez les élites d’en haut ?
 
C’est étrange comme tous semblent euphoriques à l’idée de ce nouvel ordre mondial. Comme si on leur avait tous mis le même produit psychotrope dans la soupe. Tout simplement, parce que c’est une chose dont on discute âprement depuis des années entre élites internationales (politiques et économiques). On a posé les premiers jalons avec Bretton Woods, le plan Marshall qui a lancé l’Europe, le Bilderberg etc. On nous a dit que « la mondialisation est un fait », et on a crée moult et moult institutions internationales (FMI, OMC, ONU, OTAN, OMS, Banque Mondiale, BIRD, CFR, Trilatérale, Commission européenne…), et on va nous dire maintenant que pour donner une cohérence à tout ça il faut un gouvernement mondial, garant d’un nouvel ordre mondial plus proche du fascisme que de la liberté des peuples. Il y a suffisamment de « réunions privées » au cours desquelles ils ont pu accorder leurs violons ces dernières années. 
 
26074_une_g202
Mais, revenons à notre conférence à Montréal. Organisée par le Forum International des Amériques, une conférence où on discute de l’avenir du monde entre initiés, il s’agira cette fois de « s’adapter au nouvel ordre mondial  », puisque c’est le thème de cette année 2009.
 
Le Forum a été créé en 1994, alors que commence le « mouvement de la mondialisation des économies », car « le monde était alors prêt, avec la création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1993, à se lancer dans la construction d’un marché global pour le bénéfice de l’ensemble de la planète ». Tout ça, c’est sur le site. Jacques Barrot, commissaire européen aux transports, a même dit que « Pour réussir la mondialisation, la première action est de rapprocher les hommes et les femmes du monde, notament ceux qui ont des responsabilités. C’est pour cette raison que la Conférence de Montréal est un grand succès », et on le croit sur parole, surtout avec le thème de cette année.
 
Les gouverneurs du forum sont des pontes de la mondialisation : le président est Paul Desmarais de Corporation Financière Power, le président fondateur est un avocat de Fraser Milner Casgrain, et parmi les gouverneurs on a la président de la chambre de commerce du Canada, le président du Conseil canadien des chefs d’entreprise, l’inénarrable Jacques Delors, grâce à qui on a le Marché Commun, le secrétaire de l’OCDE, DSK, Jean Claude Trichet de la BCE et quelques autres du même acabit.
 
Parmi les commanditaires dudit forum, on trouve –ô surprise !- l’Autorité des marchés Financiers, Génome Québec (qui vise à « renforcer la compétitivité du système d’innovation en génomique afin d’en maximiser les retombées socioéconomiques au Québec, en finançant des initiatives majeures de recherche en génomique et en mettant en place les outils nécessaires au développement scientifique et stratégique du domaine »), RBC Marché des Capitaux (une banque de spéculation –dite « d’investissement »), le « leader mondial de l’aluminium » Rio Tinto Alcan, GDF Suez, la société générale de financement du Québec, la Caisse de dépôts et placements du Québec, Investissement Québec (spéculation), EDC (services financiers), Banque de Développement du Canada, Fraser Milner Casgrain (cabinet d’avocat d’affaires), Deloitte & Touche (industrie du métal), HEC Montréal, le National Post, Business News Network, la Banque européenne de reconstruction et développement, la Banque asiatique de développement, la banque Internationale de développement, l’OCDE, même l’UNESCO étrangement est de la partie.
let_s_make_money_300
Les personnalités qui seront présentent révèlent l’orientation qui sera donnée aux débats : Madeleine Albright, la commissaire européenne au commerce Catherine Ashton, l’ex 1er ministre du Pakistan, le gouverneur de la banque du Canada, le ministre canadien du commerce international, le PDG d’Artoc (société d’investissement), Angel Gurria (secrétaire général de l’OCDE), le PDG de General Electric, le secrétaire général de l’organisation des Etats américains, le président de la banque africaine de développement (très efficace comme nous pouvons le constater), le président de la banque asiatique de développement, le président de la Banque interaméricaine de développement, Gérard Mestrallet le PDG de Suez, Luc Montagnier qui a « découvert le SIDA » (et on se demande bien ce qu’il fait là, quoi que pas vraiment si on remet en question l’existence même du SIDA, comme beaucoup), le secrétaire général de la Confédération Syndicale Internationale, l’incontournable DSK du FMI, le président de la Brookings institution (un lobbie ultra libéral et mondialiste), Uribe (le super corrompu président Colombien) ou Zoellick de la banque Mondiale, pour ne citer que ceux-là.
 
Mais il y aura aussi des représentants de multiples multinationales et institutions internationales comme l’AMF, les Chambres de commerce du Québec, le Conseil français des Investisseurs en Afrique, le Conseil mondial de l’Energie, l’Association des assureurs de France, etc. Environ 150 personnes devraient être présentes.
 
Ensemble, ils vont discuter de savoir comment « s’adapter au Nouvel Ordre Mondial  ». Voici comment on nous amène le sujet. On part d’ailleurs du principe que j’ai expliqué plus haut : crise = changement= nouvel ordre mondial.
 
En ces termes choisis, on nous explique qu’il est temps de parler de choses sérieuses : « Nous traversons actuellement une période de crise économique et financière planétaire qui instaurera un nouvel ordre mondial. Les leaders internationaux et gouvernementaux, chefs d’État, gens d’affaires, universitaires, membres de syndicats et représentants de la société civile doivent se réunir et repenser leurs stratégies. Le moment est venu de développer des solutions multidisciplinaires innovatrices (là j’ai un doute, au vu de leurs délires habituels jamais innovants et toujours réchauffés) qui nous permettront de faire face aux nombreux défis que représente ce monde multipolaire et en améliorer l’état. »
 
subprimes
Les grands thèmes qui seront traités sur quatre jours sont les suivants : « économie et gouvernance », « Journée du millénaire : développement durable, santé et énergie », « le commerce international et les Amériques » et enfin « finance internationale ». Précisons au passage que la notion même de gouvernance signifie nouvel ordre mondial, puisqu’il s’agit de gérer une masse de gens au mieux et sans leur demander leur avis, une notion lancée dans les recherches universitaires grâce à des sous de la fondation Ford entre autres.
 
On est également ravis de noter que la santé sera abordée avec l’environnement et surtout l’énergie, tandis que la finance internationale a une journée pour elle toute seule.
 
Bref, voilà que les choses se précisent. Aujourd’hui, on ne parle plus seulement de l’éventualité d’un nouvel ordre mondial ; on se demande carrément comment on va y adapter la population. Gageons que d’autres conférences suivront sur le même thème, et que bientôt le nouvel ordre mondial sera un fait.
 
Et même si dans l’absolu, on serait nombreux à préférer vivre en harmonie avec les voisins du monde entier, les théories nouvel ordre mondialistes de nos élites n’ont absolument pas pour but de faire parvenir les peuples au bien être commun. Au contraire, ces mêmes élites nous ont prouvé avec acharnement qu’elles n’aimaient rien tant que détruire tous les piliers des sociétés démocratiques, et il semble que leur orientation n’ait pas changé d’un iota malgré la nouvelle parure du Nouvel ordre mondial.

31/01/2009

USA : Gouvernement Obama : la continuité !!!!!

On prend les mêmes et on recommence !!!!