Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2010

Réchauffement cosmique : Le rapport dmetriev sur ce qui est là

Rapport Dmitriev...

http://www.dailymotion.com/video/x89os6_rapport-dmitriev_news


Rapport Dmitriev suite
http://www.dailymotion.com/video/x8mol4_rapport-dmitriev-suite_news


Fichier à télécharger

Le Jour d'après interplanétaire.pdf

 

 

La fin du dédoublement des temps & évolution !

Un  extrait de la théorie du dédoublement des temps par Jean-Pierre Garnier-Malet


Extrait:

La fin du dédoublement des temps

Grâce à l’observation (faites depuis 1868) des explosions solaires, j’ai démontré que nous visions la période de transition de 180 ans qui nous sépare de notre fin des temps dans notre système solaire. Correspondant aux 3 premières périodes de 30 ans, 3 explosions importantes (1899-1929-1959-1989) ont ouvert les « portes » du futur qui a été créé dans les ouvertures temporelles pendant le dernier cycle de 25 000 ans. Les atrocités des guerres du 20ème siècle sont encore dans notre mémoire. On était loin de découvrir les bienfaits de l’apocalypse.


Depuis 1989, s’ouvrent les portes du passé qui devrait nous amener les solutions à nos problèmes. Comme nous vivons dans les ouvertures temporelles du passé, nous ne pouvons connaître la date de l’ouverture de ces portes à l’avance. Le maximum possible entre deux ouvertures est théoriquement de 30 ans. Cependant, la dernière explosion solaire d’envergure qui a ouvert la cinquième porte a eu lieu en 2003, soit 16 ans avant la date théorique. Il est difficile de savoir quand aura lieu la prochaine et avant dernière. Un des cycles solaires bien connu est de 11 ans, le maximum était en 2001, l’autre maximum sera en 2012. Comme le minimum de 2006 était presque égal au dernier maximum, on peut craindre le pire.


En effet, une ouverture précipitée de cette sixième porte que les anciens appelaient sixième « sceaux de l’apocalypse », risque de perturber notre planète déjà fragilisée par l’ouverture trop brutale de la cinquième en 2003. Les modifications climatiques et géologiques que nous observons nous montre que notre planète est bien dans le rouge.


Dans ma dernière publication scientifique en 2006, j’ai pu expliquer le pourquoi de l’arrivée des « planètes nouvelles » (appelées maintenant planétoïdes) à l’horizon de notre système solaire, dans la ceinture de Kuiper, près de Pluton. Il est évident que l’arrivée de ces énormes masses planétaires perturbe tout notre système solaire et notre petite planète. Faut-il attendre que le ciel nous tombe sur la tête pour réagir enfin ?


http://www.garnier-malet.com/introduction_a_la_theorie_18...

11/02/2010

La Nasa a rendez-vous avec le Soleil

Maintenant ils se demandent si les éruptions et les rayonnements solaires influenceraient le climat de la Terre !!!
De mieux en mieux dans le foutage de gueule !
Comme si la Terre était séparée du reste du système solaire et du cosmos  ou qu'elle avait un couvercle dessus pour la protéger des rayonnements cosmiques  !
La réponse est donc celle que si on nous enlève le Soleil, la vie disparaît sur Terre !


Marc Mennessier
10/02/2010 | Mise à jour : 10:10
|

La sonde américaine SDO va tenter de mieux comprendre le fonctionnement de notre étoile.

 

L'activité du Soleil est rythmée par des cycles d'environ 22 ans.
L'activité du Soleil est rythmée par des cycles d'environ 22 ans. Crédits photo : AFP

Le centre spatial Kennedy est en proie à une activité inhabituelle. Après le décollage réussi, lundi matin, de la navette Endeavour, partie livrer les derniers gros éléments de la Station spatiale internationale, la Nasa s'apprête à lancer mercredi après-midi (à 16 h 26 heure française), à bord d'une fusée Atlas 5, le satellite Solar Dynamics Observatory (SDO), destiné à mieux comprendre l'activité de notre étoile ainsi que son impact sur la Terre et son climat.

Prévue pour durer cinq ans, cette mission qui aura coûté 848 millions de dollars (620 millions d'euros), démarre au moment où l'astre du jour donne enfin des signes de réveil après une longue période de léthargie : «le Soleil célèbre à sa manière le décollage de SDO», se réjouit l'astrophysicien Étienne Pariat qui va participer, avec son équipe de l'Observatoire de Paris (Lesia/CNRS-université Pierre-et-Marie Curie-université Paris Diderot), à l'analyse et à l'interprétation des données recueillies par AIA (Atmospheric Imaging Assembly), l'un des trois instruments scientifiques de SDO.

 

Une période d'inactivité prolongée

L'activité du Soleil est rythmée par des cycles d'environ 22 ans. Pendant la première moitié, notre étoile est le siège d'une activité croissante qui se manifeste par des éruptions et des éjections de matière souvent spectaculaires, avant de décroître progressivement pendant la seconde partie. Lorsqu'il est arrivé à son minimum, le Soleil ne présente plus la moindre tache sombre à sa surface, signe que son magnétisme, et donc son activité, sont au plus bas.

Depuis deux ans, les astronomes qui s'attendaient à voir notre astre repartir pour un nouveau cycle, s'étonnaient de son sommeil prolongé, au point de se demander s'il allait se réveiller un jour ! Cela n'aurait pas été la première fois : entre 1645 et 1715, date du mini-âge glaciaire, où l'Europe et l'Amérique du Nord ont subi des hivers très rigoureux, le Soleil a connu une période d'inactivité prolongée sans que l'on puisse affirmer, pour autant, que les deux phénomènes aient été liés. Mais, les 19 et 20 janvier, cinq éruptions de classe M, les plus intenses enregistrées depuis 2008, ont définitivement rassuré la communauté scientifique.

Du haut de son orbite géosynchronisée à quelque 35 000 km d'altitude, SDO devrait permettre de déterminer la durée du prochain cycle du Soleil, de savoir si les fluctuations de son activité influent ou non sur le climat terrestre, et de voir s'il est possible de prédire quand des vents solaires violents chargés de particules à haute énergie frapperont notre planète. Ces vents peuvent perturber le fonctionnement des satellites, des systèmes de distribution électrique, et mettre en danger la santé des astronautes évoluant dans l'espace.

Successeur du satellite européen Soho, lancé il y a une quinzaine d'années, SDO observera le Soleil en continu avec une résolution spatiale et temporelle bien plus élevée. C'est ainsi que l'instrument AIA transmettra des images de l'atmosphère solaire sur dix longueurs d'ondes toutes les dix secondes.

http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/02/10/0...

 

Garder un œil sur le soleil avec l’observatoire SDO

Les prétentieux qui prétendent soi-disant modifier les effets du Soleil sur la Terre et sur le système solaire !

Nous aurons tout vu et tout entendu !

Si ça continue ils vont venir nous dire que ce sont eux qui ont créé l'Univers et les religions qui ont créé Dieu !

N'importe quoi !

Il va falloir apprendre surtout à vivre et à accepter les changements cosmiques et que nous soyons arrivés à la fin d'un cycle cosmique ! Car avec ou sans nous, l'Univers continuera à exister et la Terre à tourner après avoir secoué ses puces !


Nouveau satellite, le Solar Dynamics Observatory (SDO)


CAP CANAVERAL (Etats-Unis) — La
Nasa s’apprête à lancer mercredi l’observatoire solaire "Solar Dynamics Observatory", ou SDO, pour mieux comprendre les activités du soleil ainsi que leur impact sur la Terre et son climat, selon les autorités..

Le lancement qui devait se déroulé mardi, en raison de vents violents a été  reporté à 15H26 GMT (10H26 locales) de Cap Canaveral, en Floride, à bord d’une fusée Atlas V de United Launch Alliance, un partenariat réunissant les deux géants aérospatiaux Boeing et Lockheed Martin.

La mission, qui doit durer cinq ans et coûter 808 millions de dollars  millions de dollars, va permettre de fournir en continu une masse de données et d’images du soleil sans précédent, qui devrait lever le voile sur son complexe fonctionnement interne, en particulier sur son champ magnétique.

Le vent solaire, un flux de particules chargées électriquement qui coule à partir du soleil, remplit tout le système solaire avec les particules chargées et les champs magnétiques, selon la NASA. Les éruptions solaires sont des explosions réelles dans l’atmosphère du Soleil, le plus grand d’entre eux correspondant à une des milliards de mégatonnes de bombes nucléaires. Et éjections de masse coronale, ou éjections de matière, sont des éruptions qui lancent la matière solaire dans l’espace à un taux élevé de la vitesse.

De tels événements peuvent mettre en danger les astronautes, ainsi que des avions survolant la Terre du Nord ou le pôle Sud, et peut également perturber les communications par satellite, les systèmes de navigation et les réseaux d’électricité, selon la Nasa. Actuellement, il n’existe aucun moyen de prédire la météo spatiale, des fonctionnaires espèrent que la dynamique Observatoire solaire peut fournir des informations pour aider à changer cela.

L’observatoire est la première mission de la NASA, le programme baptisé «Living With a Star program» «Vivre avec une étoile». Le programme vise à accroître la compréhension du soleil afin de remédier à ses effets sur la Terre ont rapporté les médias Cnn et Afp


http://cnn.com/video/?/video/tech/2010/02/10/verjee.uk.su...

 

http://www.cnn.com/video/?/video/tech/2010/02/10/verjee.u...

2012 : Le dédoublement du temps !

Jean-Pierre Garnier Malet : la théorie du dédoublement du temps.

En cliquant sur les liens suivants, vous avez la possibilité de visualiser les conférences de J.P. Garnier-Malet sur la théorie du dédoublement.

Le dédoublement, comment ça marche ?

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Dédoublement et science

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Juin 2007