Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2012

Et certains médias nous disent que tout revient à la normale à New York?

Les gens mangent dans les poubelles!

Regardez les photos et la vidéo en bas de page et vous constaterez, par ces simples images, que les médias nous présentent que ce que les agences de presse veulent bien transmettre de la gestion de crise.  À quelques heures des élections, vaut mieux clamer que tout va bien, que tout est revenu dans l'ordre.

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2226640/Sandy-aft...

http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/et-les-medias-nous-disent-que-tout.html

 

USA, Sandy ! Vous avez dit ouragan d'origine naturelle ?

Loi Martiale, rafles d'américains, internement  dans les camps de la FEMA, puçage probable des populations  !

Nous commençons à comprendre où voulait en venir le gouvernement des USA et ses alliés reptiliens avec l'ouragan Sandy !

Un test grandeur nature pour avoir le prétexte d'imposer la loi martiale, pratiquer des rafles sur des milliers d'habitants, les interner dans les camps de la FEMA et sans doute les pucer avec la puce RFID.

Sans nier le réchauffement cosmique et le changement climatique, un petit coup de HAARP était donc nécessaire pour réaliser cette opération.

Obama a par ailleurs voté une loi pour faire pucer tous les américains en 2013, soi-disant pour les suivre au niveau de leur santé et de leurs droits à la santé.

 

La puce RFID obligatoire pour tous les américains en 2013
http://www.wikistrike.com/article-la-puce-rfid-obligatoir...

 

Point N°1 :  La loi martiale a été décrétée dans certains secteurs (ABC News)
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/la-loi-ma...

 

Point N° 2 :  Rafles - Les habitants de 7 communautés du New Jersey ont reçu un ordre d'évacuation, avec 5 minutes de préavis, et ils ont été forcés, par les services d'urgence, de monter dans des autobus: ils ne pourront réintégrer leurs domiciles que dans 8 mois, leur a-t-on dit!

http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/les-habit...

 

Point N°3 : Rafles - Le témoignage d'un blogger du New Jersey nous rapporte une toute autre version que celle des médias..

Si l'on croit ce que nous rapporte ce citoyen de Long Beach Island, au New Jersey, les autorités ont évacué des milliers de résidents alors que les dommages sont limités à seulement deux secteurs de l'île.  Selon lui, les conditions de vie ne sont pas compromettantes et ne nécessitent en rien la mise en place de la loi martiale sur le territoire.  Les gens ne peuvent plus rester chez eux, ils ne peuvent pas non plus revenir sur l'île.  Tous sont contraints de loger dans des centres d'urgence opérés par la FEMA et la Croix Rouge.  Les gens sont sans travail, sans argent, totalement dépendants d'un quotidien dicté par les autorités.  Après quelques jours ou quelques semaines de congé forcé dans ces camps, on peut penser que des soulèvements se produiront puisque les vacances annoncées pourraient durer pendant quelques mois ..

http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/un-blogger-du-new-jersey-nous-rapporte.html
http://www.dailypaul.com/261637/want-it-raw-from-the-ground-in-nj-here-it-is-unfiltered

 

Point N° 4 :  Comme par hasard le réchauffement climatique s'invite dans la campagne électorale des USA
Quel lien entre l'ouragan Sandy et le réchauffement climatique qui fait son retour dans le débat politique?

 

Point N° 5 : L'État du New Jersey a signé un contrat de 5 ans pour le suivi RFID des victimes de désastres: les évacuations obligatoires sont-elles un test de la technologie?

http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/letat-du-...

http://www.sfgate.com/business/prweb/article/State-of-New...

 

Point N° 6 : Un petit rappel du Film : 2012, la conspiration de l'apocalypse qui fait relation aux cataclysmes, aux pillages des supermarchés, l'enlèvement de survivants dans des cars et leur en mise en quarantaine dans les bases souterraines.

A voir à partir de 1 h 00 dans la vidéo.

http://www.youtube.com/watch?v=PMhJQSE66U8

Vous remarquerez qu'à 1 h 06 mn de la vidéo, il est question de parler des reptiliens.
Un hasard de plus ? Et un petit puçage au passage, vous en prendrez bien un petit coup ?

Point N° 7 : 80% des stations d'essence du New Jersey sont sans essence!
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/80-des-stations-dessence-du-new-jersey.html

Point N° 8 : La plupart des résidents qui dépendent des cartes de prestations électroniques sont sans nourriture depuis 3 jours ainsi que tous les clients qui n'ont pas d'argent comptant! (New York, New Jersey)
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/la-plupart-des-residents-qui-dependent.html

Point N° 9 : Des résidents de Staten Island sont abandonnés à leur sort: où est la FEMA?
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/des-residents-de-staten-island-sont.html

Point N° 10 : La FEMA n'a pas d'eau à fournir aux sinistrés avant lundi: des appels d'offre ont été lancés hier pour des millions de litres d'eau! La FEMA n'a pas d'eau!
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/la-fema-na-pas-deau-fournir-aux.html

Point N° 11 : Des résidents de Queens, à New York, s'arment contre les pilleurs
http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/11/des-resid...

Alors qu'en pensez-vous ? Ouragan naturel ou un petit coup de Haarp au passage pour faire avancer les plans des reptiliens et pucer les populations ?

 

L’humanité de plus en plus exposée aux catastrophes naturelles

Ils étaient qu'ils comprennent non, depuis le temps que nous en parlons qu'il faut se retirer des bords de mer, retirer son argent des banques pour faire des provisions d'eau et de nourriture et prévoir de quoi se chauffer et se déplacer.

Surtout que pour activer le processus de la dépopulation mondiale, un petit coup de Haarp ne serait pas à négliger pour créer le chaos.

L’humanité de plus en plus exposée aux catastrophes naturelles

   
       

сша ураган сша Сэнди sandy сша стихия нью-йорк

 
Photo : EPA

 

Le président Barack Obama a déclaré que les autorités avaient pris toutes les mesures nécessaires pour se préparer à l'ouragan Sandy mais que l’élimination de ses conséquences pourrait prendre beaucoup de temps. Les experts pensent que cette formule évasive dissimule l’aveu des dégâts énormes que les éléments déchaînés ont causé à l’économie américaine.

 

Les pertes subies par les compagnies d’assurance sont évaluée à 5, voire 10 milliards de dollars d’après le bilan dressé par la société Equecat. Le problème réside dans le fait que Sandy a frappé l’Amérique à la veille de la saison des soldes de Noël et qu'au lieu d’acheter des tas de cadeaux parfaitement inutiles, les gens préfèrent dépenser des centaines et des milliers de dollars pour s’équiper en groupes électrogènes, matériel de sauvetage ou pour remettre en état leurs maisons et terrains éprouvés par la tempête.

Les gens ont l’impression que les désastres naturels sont devenus plus fréquents ces derniers temps. Cette opinion est partagée par certains scientifiques dont l’écologiste Alexeï Yablokov, conseiller à l’Académie russe des sciences:

« Les statistiques montrent que les remboursements versés par les sociétés d’assurance en cas de désastres naturels de grande ampleur ont augmenté dans de grandes proportions. Cela signifie que les calamités naturelles causant un grand préjudice sont sûrement de plus en plus nombreuses. Pourquoi ? Les hypothèses de manquent pas, mais il est évident que le climat ne présage rien de bon ».

La plupart des spécialistes s’accordent à dire qu’une chute brutale d’activité économique suit généralement un désastre naturel et qu’il faut environ un an pour redresser la situation avec l’aide de l’État et des institutions internationales.

Mais cette bonne tenue face aux éléments ne doit pas rassurer parce que les phénomènes naturels catastrophiques pour l’homme ne cessent de se multiplier.

Nous nous trouvons en fait à un carrefour de l’histoire. Deux cas de figure se présentent : soit la réduction numérique de l’humanité, soit une répartition plus juste et plus équitable des ressources  financières, techniques, politiques, et enfin, géographiques. En optant pour la première probabilité nous perdons notre qualité d’êtres humains, mais en optant pour la seconde, notre civilisation peut entrer dans une nouvelle phase de son développement. T

http://french.ruvr.ru/2012_10_31/93054280/

29/10/2012

Breaking news: Sandy pourrait passer en catégorie 4 ou 5, selon Weather Channel

Lundi 29 octobre 2012

Breaking news: Sandy pourrait passer en catégorie 4 ou 5 selon Weather Channel

Danger Maximum !

L'annonceur du Weather Channel vient d'annoncer sur les ondes, sans cacher son émotivité, que l'ouragan Sandy pourrait passer à la catégorie 4 ou 5  et qu'il porte le potentiel de détruire complètement les États de la Côte Est américaine.

Des bloggers rapportent à l'instant les propos du présentateur du Weather Channel.  Ils tentent de trouver et de faire un enregistrement de cette intervention en direct. 

Suivez en direct l'évolution de l'ouragan Sandy :

Ouragan Sandy: la côte est se vide

Voir la vidéo par ce lien :
http://www.lapresse.ca/international/dossiers/la-supertem...


Ouragan Sandy: la côte est se vide

Publié le 28 octobre 2012 à 13h11 | Mis à jour le 28 octobre 2012 à 21h00

sandy.jpeg

Daphné Cameron, Envoyée spéciale
La Presse

(New Jersey) Il ne reste plus qu'à attendre le passage de Sandy sur la côte est américaine, où des centaines de milliers d'Américains vivant en zones inondables ont été forcés d'abandonner leur domicile. Le passage de l'ouragan a déclenché l'état d'urgence dans une dizaine d'états américains, du Connecticut à la Caroline du Sud, en prévision de la tempête qui devrait frapper dans la nuit de lundi à mardi.

>> Voyez nos photos: La côte est américaine se prépare pour Sandy

Au New Jersey, où l'oeil de l'ouragan semble se diriger, toutes les îles comprises entre Sandy Beach et Cape May, soit une zone de près de 200 kilomètres, ont fait l'objet d'évacuations obligatoires. À partir de 16h00 dimanche, les autorités policières ont prévenu qu'elles ne pourraient plus promettre de porter secours aux habitants qui décidaient de rester.

L'île de Long Beach avait des allures de ville fantôme, dimanche soir, alors que l'eau commençait à inonder les rues des hameaux plantés le long d'une bande de sable de plusieurs kilomètres. Le long des rues désertes, des maisons cossues se succèdaient, fenêtres et portes placardées.

Au bout de l'une d'elles, Rick Simpson fixait son bateau à l'arrière de son camion alors que la pluie frappait son visage de plein fouet. «Le niveau de l'eau n'a jamais été aussi élevé à marée basse. Habituellement, j'ai besoin de grimper une échelle de cinq pieds pour sortir de mon bateau, alors qu'aujourd'hui, il flottait pile à la hauteur du quai», a-t-il illustré.

M. Simpson, un coach de natation qui entraîne des athlètes de calibre olympique ne se laisse généralement pas intimider par l'eau. Mais la force de la tempête l'a convaincu de respecter l'avis d'évacuation. «En 1972, l'eau de l'océan et de la baie ont convergé et ont engouffré la partie de l'île où nous nous trouvons présentement, emportant plusieurs maisons. Sandy s'annonce encore plus violente. À un moment donné, il faut accepter que la nature est plus forte que nous!»

Quelques maisons plus loin, Stanley et Ann, un couple dans la soixantaine, a choisi de faire fi de l'état d'urgence. «On vit ici, les tempêtes, c'est notre destin», a laissé tomber l'homme au milieu de son sous-sol jonché de pompes et meubles pêle-mêle en équilibre sur des caisses de lait. «On en a vu tellement d'autres! Nous avons tout le nécessaire pour survivre plus d'une semaine coupés du reste du monde.»

Les prochaines heures laissent présager le pire alors que la tempête s'intensifiera. Les météorologues prévoient que les ponts qui donnent accès aux îles risquent d'être submergés cette nuit, les coupant du reste du monde.

Des écoles ont été ouvertes pour accueillir les sinistrés des îles, mais aussi de la côte, qui menace d'être frappée par des pannes d'électricité et des inondations historiques en raison de la pleine lune lundi soir. Les zones évacuées comprennent aussi Atlantic City qui a été forcée de fermer tous ses casinos ainsi que des quartiers inondables sur a côte. Des villes du Delaware, état qui devrait aussi être fortement affecté, ont connu le même sort.

À la tombée de la nuit, environ 160 personnes avaient trouvé refuge à l'école secondaire de Manahawkin au New Jersey. Environ 500 lits de camps de la Croix-Rouge étaient bien cordés dans un gymnase prêt à accueillir les sinistrés.

Ce sont les pompiers qui ont demandé à Sandra Baker et ses enfants Billy, 9 ans, et Hannah, 12 ans, de quitter leur maison, située sur la côte, en zone inondable. «J'ai décidé de partir parce qu'en 38 ans de vie à Jersey, je n'ai jamais vu l'eau monter aussi rapidement.»

L'île de Seaside, située un peu plus au nord, s'est aussi vidée rapidement. L'endroit, qui attire généralement des foules pour ses parcs d'attractions, ses mignonnes maisonnettes à l'ombre des dunes de sable et ses vedettes de la célèbre émission de téléréalité Jersey Shore, était presque désert. Seuls quelques curieux ont risqué de s'aventurer sur la plage, en matinée, alors que des vagues de plus en plus hautes se fracassaient sur les quais perchés sur des pilotis d'au moins 20 mètres de haut.

«Je suis stupéfait», s'est exclamé Darin Petro, 45 ans, en fixant la scène. «Je me baigne sur cette plage depuis l'âge de 5 ans et je n'ai jamais vu de vagues aussi hautes! C'est extraordinaire de voir ça, mais ça fait vraiment craindre les dommages.»

Ed Verna, un homme trapu de 76 ans, a vécu à Seaside toute sa vie. Le retraité, qui a notamment travaillé comme sauveteur sur la plage de 1953 à 1963, a été témoin de cinq ouragans et tempêtes depuis son enfance, mais c'est la première fois qu'il se résigne à quitter sa maison.

«J'en ai vu d'autres, mais les médias disent que ce sera la tempête du siècle, donc ma femme panique, elle veut partir», a-t-il laissé tomber, pelle à la main, alors qu'il remplissait lui-même ses sacs de sable. «Les ouragans que j'ai vécus ont été assez violents. Les routes se transforment en rivières et ça fait un vacarme comparable à un train de marchandises qui passe au-dessus de nos têtes. Le vent est si fort que des clôtures de métal et des toitures s'envolent. J'ai vu des maisons de trois étages s'affaisser», a-t-il décrit.

Une vingtaine de mètres plus loin, Jim s'affairait à placarder les maisons d'un cottage. Sa famille respectera l'avis d'évacuation, a-t-il affirmé, même s'il est difficile d'abandonner sa maison. «On sait qu'il y aura des gens qui vont rester, mais les ponts qui nous relient à la terre ferme risquent d'être submergés, alors rendu là, ce sera chacun pour soi et Dieu sait ce qu'il peut vraiment arriver.»

 

lapresse.ca vous suggère