Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2015

Le convoi américain «Dragoon Crossing» entame son tour d’Europe controversé (PHOTOS, VIDEOS)

Il paraît que les USA et l'OTAN militarisent l'Europe pour rassurer les Européens et qu'ils feront leur parade d'intimidation du "13 septembre au 21 octobre" ! 

Les Dragons-reptiliens sont en ballade chez nous !

Nous rassurer ? Sans blague ?

Nous, nous serions plutôt très inquiets de les voir se préparer à aller attaquer la Russie à partir de nos propres territoires et quant à dire qu'ils pourraient nous rassurer, ces criminels, la bonne blague. Ils seraient surtout prêts à nous attaquer chez nous si nous devions nous révolter contre la politique hégémonique des US/UE/Sionistes !

Il ne nous manque plus que la Loi martiale soit déclarée dans les pays européens pour que nous soyons définitivement muselés !

Le convoi américain «Dragoon Crossing» entame son tour d’Europe controversé (PHOTOS, VIDEOS)

14 sept. 2015, 13:44

Capture d'écran de @2dCavalryRegt

«Dragoon Crossing», un convoi américain dont le but est de «rassurer [la population] que les militaires sont prêts si nécessaire», a commencé son tour controversé. Au moins 110 véhicules blindés participeront à ce voyage long de 800 kilomètres.


 «Du 13 septembre au 21 octobre, environ 500 soldats américains et 110 véhicules blindés du 4ème escadron, du 2ème régiment de Cavalerie feront un voyage de 800 kilomètres depuis leur base de Vilseck en Allemagne à travers la République tchèque et de la Slovaquie à la Hongrie», a-t-on annoncé dans une déclaration sur le site de l’OTAN.

Le convoi a été intitulé «Dragoon Crossing» [Passage des dragons] et a pour but de rassurer les alliés de l’OTAN que les Etats-Unis sont prêts en cas de besoin», a fait savoir l’alliance en ajoutant que les soldats seront également capables «d’interagir régulièrement avec les habitants locaux» rencontrés sur le chemin.

Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg est déjà arrivé aux baraques militaires de Prague-Ruzyně en République tchèque mercredi.

 

Néanmoins, les exercices militaires en Europe de l’Est n’ont pas aidé à «interagir avec les habitants locaux» ou d’établir aucun contact avec eux. En mars, l’opération militaire des Etats-Unis et de l’OTAN «Dragoon Ride», effectuée à travers la Pologne et la République tchèque, a provoqué de nombreuses  manifestations.

Avant la parade, des militants pacifistes tchèques ont lancé la campagne «Des chars ? Non merci !» pour manifester contre la procession organisée dans le pays. Ils ont estimé que le convoi s’était transformé en «défilé de victoire provocant» près de la frontière russe.

 

On a même demandé aux habitants de ne pas lancer de tomates et d’œufs au convoi militaire, ont annoncé les médias locaux. Selon les lois du pays, ceux qui s’aventureraient à lancer ce type de projectiles risquent jusqu’à trois mois de prison s’ils sont reconnus coupables.

En savoir plus : l’opération «Dragoon Ride»: en parade dans la base militaire à Vilseck, Allemagne (VIDEO)

 

 

 

 

14/09/2015

Le Nouvel Ordre Mondial : « Cette ingérence étrangère, est liée aux extraterrestres »

Quand l’humanité comprendra ce qui se passe sur Terre depuis des millénaires alors elle se décidera à se lever contre toutes les monstruosités qu'elle subit sans relâche et qu'elle sera en mesure de se libérer de ses envahisseurs prédateurs  ! 

 

Le Nouvel Ordre Mondial : « Cette ingérence étrangère, est liée aux extraterrestres »

Nouvelle image.png

Le Nouvel Ordre Mondial, j’ai pas peur, tu vas mourir ! Qu’ils dégagent tous en enfer ! Rejoignez, le, peuple !

DJ Mondru featuring LLP & Jimmy G. - Nouvel Ordre Mondial


Jimmy Guieu n'était pas seulement l'écrivain de science-fiction bien connu, mais aussi un enquêteur de l'étrange pour le moins passionné.

La série "Les Portes du Futur" retrace ses recherches

Jimmy Guieu est décédé suite à un cancer de la prostate. On a retrouvé un peu plus tard, une barre d’uranium sous sa chaise de travail. Sur cet assassinat, vous trouverez plus d’informations ici.

Jimmy Guieu : Les Gouvernants Secrets 1
Nos visiteurs les extraterrestres (Les Portes du Futur)


 

Jimmy Guieu : Les Gouvernants Secrets 2
Nos maîtres les extraterrestres (Les Portes du Futur)



Jimmy Guieu : Les Gouvernants Secrets 3
Les embassadeurs (Les Portes du Futur)


 

La série des 7 vidéos portant sur les Gouvernants secrets : ICI

 

 

 

29/08/2015

ONU : Agenda 21, développement durable. Encore une nouvelle escroquerie dirigée contre les peuples !

Et encore une fois, ce sont les peuples qui seront endettés et réduits à l'esclavage éternellement, par et au profit les Banksters, du complexe militaro-industriel, des laboratoires pharmaceutiques, des multinationales, de Monsanto et de toute la clique mafieuse qui gouverne le monde !

Voilà de quoi ils entendent débattre à l'ONU et avec leur fumeuse propagande sur la COP21 organisée à Paris en décembre 2015 !

La Terre a besoin  d'être protégée de tous ces criminels, surtout, car le moment venu, elle secouera ses puces comme il se doit !

 

Qu'ils commencent par arrêter les guerres surtout avant de nous endormir avec leur soi-disant programme de sauvegarde de la Terre !

 

http://2.bp.blogspot.com/-kgakhF-kTiY/Vd7wZbMHFXI/AAAAAAAAVjw/sWQNLOyUGX8/s1600/image.jpg
 
 
 
 

headerf.gif

 

TABLE DES MATIERES
ACTION 21

1   PREAMBULE



SECTION I. DIMENSIONS SOCIALES ET ECONOMIQUES

2   COOPERATION INTERNATIONALE VISANT A ACCELERER UN DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT ET POLITIQUES NATIONALES CONNEXES INTRODUCTION DOMAINES D'ACTIVITE

2A.   Promouvoir un développement durable par le commerce

2B.  Le commerce et l'environnement au service l'un de l'autre

2C.  Fourniture d'apports financiers adéquats aux pays en développement

2D.  Promotion de politiques économiques favorables à un développement durable

3   LUTTE CONTRE LA PAUVRETE
DOMAINE D'ACTIVITE

3A.   Permettre aux pauvres d'avoir des moyens d'existence durables

4   MODIFICATION DES MODES DE CONSOMMATION
DOMAINES D'ACTIVITE
4A.   Examen des modes de production et de consommation insoutenables à terme

4B.   Elaboration de politiques et stratégies nationales propres à encourager la modification des modes de production et de consommation insoutenables à terme

5   DYNAMIQUE DEMOGRAPHIQUE ET DURABILITE
DOMAINES D'ACTIVITE

5A.   Développement et diffusion des connaissances concernant les tendances et facteurs démographiques et le développement durable

5B.   Formulation de politiques nationales intégrées en matière d'environnement et de développement, en tenant compte des tendances et des facteurs démographiques

5C.   Mise en oeuvre de programmes intégrés relatifs à l'environnement et au développement, au niveau local, en tenant compte des tendances et des facteurs démographiques

6   PROTECTION ET PROMOTION DE LA SANTE

INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE

6A.   Satisfaction des besoins en matière de soins de santé primaires, en particulier dans les zones rurales

6B.   Lutte contre les maladies transmissibles

6C.   Protection des groupes vulnérables

6D.   Santé des populations urbaines

6E.   Réduction des risques pour la santé dus à la pollution et aux menaces écologiques

7   PROMOTION D'UN MODELE VIABLE D'ETABLISSEMENTS HUMAINS
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE

7A.   Un logement adéquat pour tous

7B.   Pour une meilleure gestion des établissements humains

7C.   Promotion de la planification et de la gestion rationnelles de l'utilisation des sols

7D.   Pour une infrastructure environnementale intégrée : eau, assainissement, drainage et gestion des déchets solides

7E.   Pour une politique viable de l'énergie et des transports au service des établissements humains

7F.   Promotion de la planification et de la gestion des établissements humains dans les zones sujettes à des catastrophes naturelles

7G.   Promotion d'une production durable de l'industrie de la construction

7H.   Promotion de la valorisation des ressources humaines et de la mise en place de moyens de développement des établissements humains

8   INTEGRATION DU PROCESSUS DE PRISE DE DECISIONS SUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE

8A.   Intégration de l'environnement et du développement aux niveaux de l'élaboration des politiques, de la planification et de la gestion

8B.   Mise en place d'un cadre juridique et réglementaire efficace

8C.   Utilisation efficace d'instruments économiques et d'incitations, entre autres les incitations de marché

8D.   Mise en place de systèmes de comptabilité écologique et économique intégrée


SECTION II.   CONSERVATION ET GESTION DES RESSOURCES AUX FINS DU DEVELOPPEMENT

9   PROTECTION DE L'ATMOSPHERE
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
9A.   Moyens de dissiper les incertitudes : amélioration de la base scientifique nécessaire à la prise de décision

9B.   Promotion d'un développement durable

9C.   Prévention de l'appauvrissement de la couche d'ozone stratosphérique

9D.   Pollution atmosphérique transfrontière

10   CONCEPTION INTEGREE DE LA PLANIFICATION ET DE LA GESTION DES TERRES
INTRODUCTION
DOMAINE D'ACTIVITE
Conception intégrée de la planification et de la gestion des terres

11   LUTTE CONTRE LE DEBOISEMENT
DOMAINES D'ACTIVITE
11A.   Maintien des rôles et fonctions multiples de tous les types de forêts, terres forestières et surfaces boisées

11B.   Amélioration de la protection, de la gestion écologiquement viable et de la préservation de toutes les forêts, et verdissage des zones dégradées par des mesures de relèvement telles que la remise en état des forêts, le boisement et le reboisement

11C.   Promotion d'une utilisation et d'une évaluation efficaces visant à recouvrer la valeur intégrale des biens et services dus aux arbres, forêts et terres boisées

11D.   Création et/ou renforcement des capacités de planification, d'évaluation et de l'observation systématique des forêts, ainsi que des programmes, projets et activités connexes, y compris les échanges et procédés commerciaux

12   GESTION DES ECOSYSTEMES FRAGILES: LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION ET LA SECHERESSE
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
12A.   Renforcer les connaissances de base et développer des systèmes d'information et d'observation systématique pour les zones sujettes à la sécheresse et à la désertification, y compris les aspects économiques et sociaux de ces écosystèmes

12B.   Lutter contre la dégradation des sols, notamment en intensifiant les activités de conservation des sols, de boisement et de reboisement

12C.   Développer et renforcer des programmes de développement intégré pour l'éradication de la pauvreté et l'adoption de systèmes de subsistance différents dans les zones sujettes à la désertification

12D.   Elaborer des programmes de lutte contre la désertification et les intégrer aux programmes nationaux de développement et la planification écologique nationale

12E.   Etablir des plans d'ensemble de préparation à la sécheresse et de secours en cas de sécheresse, y compris des formules d'auto-assistance, pour les zones sujettes à la sécheresse et élaborer des programmes pour les réfugiés écologiques

12F.   Encourager et promouvoir la participation populaire et l'éducation écologique, l'accent étant mis sur la lutte contre la désertification et la gestion des conséquences de la sécheresse

13   GESTION DES ECOSYSTEMES FRAGILES: MISE EN VALEUR DURABLE DES MONTAGNES
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE

13A.   Acquisition et renforcement des connaissances sur l'écologie et le développement durable des écosystèmes de montagne

13B.   Promotion du développement intégré des bassins hydrographiques et de nouvelles sources de revenu

14   PROMOTION D'UN DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DURABLE
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
14A.   Examen, planification et programmation intégrée des politiques agricoles, compte tenu du caractère multifonctionnel de l'agriculture et, en particulier, de son importance pour la sécurité alimentaire et un développement durable

14B.   Participation de la population et mise en valeur des ressources humaines pour une agriculture viable

14C.   Amélioration de la production et des systèmes d'exploitation

14D.   Utilisation des terres en agriculture : planification, information et éducation

14E.   Conservation et régénération des terres

14F.   Utilisation de l'eau pour une production vivrière et un développement rural durables

14G.   Conservation et utilisation rationnelle des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et pour une agriculture viable

14H.   Conservation et utilisation rationnelle des ressources zoogénétiques pour une agriculture viable

14I.   Gestion des ravageurs et lutte phytosanitaire intégrées en agriculture

14J.   Promotion de systèmes durables de phytotrophie pour accroître la production vivrière

14K. Diversification de l'énergie rurale pour améliorer la productivité

14L. Evaluation des effets sur les plantes et les animaux du rayonnement ultraviolet dû à l'appauvrissement de la couche d'ozone stratosphérique

15   PRESERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE
INTRODUCTION
DOMAINE D'ACTIVITE
15A.   Préservation de la diversité biologique

16   GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES BIOTECHNIQUES
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
16A.   Accroître la disponibilité des cultures vivrières et fourragères et des matières premières renouvelables

16B.   Promotion de la santé

16C.   Améliorer la protection de l'environnement

16D.   Renforcer la sécurité et élaborer des mécanismes internationaux de coopération

16E.   Création de mécanismes permettant la mise au point et l'application écologiquement rationnelle des biotechniques

17   PROTECTION DES OCEANS ET DE TOUTES LES MERS - Y COMPRIS LES MERS FERMEES ET SEMI-FERMEES - ET DES COTIERES ET PROTECTION, UTILISATION RATIONNELLE ET MISE EN VALEUR DE LEURS RESSOURCES BIOLOGIQUES
DOMAINES D'ACTIVITE
17A.   Gestion intégrée et développement durable des zones côtières et marines, y compris de la zone économique exclusive

17B.   Protection du milieu marin

17C.   Utilisation durable et conservation des ressources biologiques marines en haute mer

17D.   Utilisation durable et conservation des ressources biologiques marines relevant de la juridiction nationale

17E.   Réponse aux incertitudes critiques relatives à la gestion du milieu marin et au changement climatique

17F.   Renforcement de la coopération et de la coordination internationales et régionales

17G.   Développement durable des petits pays insulaires

18   PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU DOUCE ET DE LEUR QUALITE : APPLICATION D'APPROCHES INTEGREES DE LA MISE EN VALEUR, DE LA GESTION ET DE L'UTILISATION DES RESSOURCES EN EAU
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
18A.   Mise en valeur et gestion intégrées des ressources en

eau

18B.   L'évaluation des ressources en eau

18C.   Protection des ressources en eau, de la qualité de l'eau et

des écosystèmes aquatiques

18D.   L'approvisionnement en eau potable et l'assainissement

18E.   L'eau et le développement urbain durable

18F.   L'eau et la durabilité de la production alimentaire et du

développement rural

18G.   Impacts des changements climatiques sur les ressources hydriques

19   GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES SUBSTANCES CHIMIQUES TOXIQUES, Y COMPRIS LA PREVENTION DU TRAFIC INTERNATIONAL ILLICITE DES PRODUITS TOXIQUES ET DANGEREUX
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
19A.   Elargissement et accélération de l'évaluation internationale des risques chimiques

19B.   Harmonisation de la classification et de l'étiquetage des produits chimiques

19C.   Echange d'informations sur les produits chimiques toxiques et les risques chimiques

19D.   Mise en place de programmes de réduction des risques

19E.   Renforcement des moyens et du potentiel dont dispose chaque pays pour gérer les produits chimiques

19F.   Prévention du trafic international illicite de produits toxiques et dangereux

19G.   Renforcement de la coopération internationale s'appliquant à plusieurs domaines d'activité du programme

20   GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS DANGEREUX, Y COMPRIS LA PREVENTION DU TRAFIC INTERNATIONAL ILLICITE DE DECHETS DANGEREUX
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
20A.   Promouvoir la prévention et la minimisation des déchets dangereux

20B.   Promouvoir et renforcer les capacités institutionnelles en matière de gestion des déchets dangereux

20C.   Promouvoir et renforcer la coopération internationale dans la gestion des mouvements transfrontières de déchets dangereux

20D.   Prévenir le trafic international illicite de déchets dangereux

21   GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS SOLIDES ET QUESTIONS RELATIVES AUX EAUX USEES
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
21A.   Minimiser les déchets

21B.   Maximaliser la réutilisation et le recyclage écologiquement rationnels des déchets

21C.   Promouvoir l'élimination et le traitement écologiquement rationnels

des déchets

21D.   Etendre les services en matière de déchets

22   GESTION SURE ET ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS RADIOACTIFS
DOMAINE D'ACTIVITE
22A.   Promouvoir la gestion sûre et écologiquement rationnelle des déchets radioactifs


SECTION III. RENFORCEMENT DU ROLE DES PRINCIPAUX GROUPES

23   PREAMBULE

24   ACTION MONDIALE EN FAVEUR DE LA PARTICIPATION DES FEMMES A UN DEVELOPPEMENT DURABLE ET EQUITABLE
DOMAINE D'ACTIVITE

25   ROLE DES ENFANTS ET DES JEUNES DANS LA PROMOTION D'UN DEVELOPPEMENT DURABLE
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
25A.   Renforcement du rôle de la jeunesse et participation active des jeunes à la protection de l'environnement et à la promotion du développement économique et social

25B.   Rôle des enfants dans la promotion d'un développement durable

26   RECONNAISSANCE ET RENFORCEMENT DU ROLE DES POPULATIONS AUTOCHTONES ET DE LEURS COMMUNAUTES
DOMAINE D'ACTIVITE

27   RENFORCEMENT DU ROLE DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES : PARTENAIRES POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE
DOMAINE D'ACTIVITE

28   INITIATIVES DES COLLECTIVITES LOCALES A L'APPUI D'ACTION 21
DOMAINE D'ACTIVITE

29   RENFORCEMENT DU ROLE DES TRAVAILLEURS ET DE LEURS SYNDICATS
DOMAINE D'ACTIVITE

30   RENFORCEMENT DU ROLE DU COMMERCE ET DE L'INDUSTRIE INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
30A.   Promouvoir une production moins polluante

30B.   Encourager l'initiative des entrepreneurs

31   COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
31A.   Amélioration de la communication et de la coopération entre la communauté scientifique et technique, les décideurs et le public

31B.   Promotion des codes de pratique et des lignes directrices relatifs à la science et à la technique

32   RENFORCEMENT DU ROLE DES AGRICULTEURS
INTRODUCTION
DOMAINE D'ACTIVITE


SECTION IV. MOYENS D'EXECUTION

33   RESSOURCES ET MECANISMES FINANCIERS
INTRODUCTION
PRINCIPES D'ACTION

34   TRANSFERT DE TECHNIQUES ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLES, COOPERATION ET CREATION DE CAPACITES
INTRODUCTION

35   LA SCIENCE AU SERVICE D'UN DEVELOPPEMENT DURABLE
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
35A.   Renforcer la base scientifique d'une gestion durable

35B.   Promouvoir l'intelligence des questions scientifiques

35C.   Améliorer l'évaluation scientifique à long terme

35D.   Renforcer les capacités scientifiques

36   PROMOTION DE L'EDUCATION, DE LA SENSIBILISATION DU PUBLIC ET DE LA FORMATION
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
36A.   Réorienter l'éducation vers un développement durable

36B.   Sensibilisation du public

36C.   Promouvoir la formation

37   MECANISMES NATIONAUX ET COOPERATION INTERNATIONALE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT
DOMAINE D'ACTIVITE

38   ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS INTERNATIONAUX
STRUCTURE INSTITUTIONNELLE
38A.   Assemblée générale

38B.   Conseil économique et social

38C.   Commission du développement durable

38D.   Le Secrétaire général

38E.   Mécanisme de coordination interinstitutions de haut niveau

38F.   Organe consultatif de haut niveau

38G.   Structure administrative d'appui

38H.   Organes, programmes et organismes des Nations Unies

38I.   Coopération et exécution aux échelons régional et sous-régional

38J.   Exécution à l'échelon national

38K.   Coopération entre les organismes des Nations Unies et les institutions financières internationales

38L.   Organisations non gouvernementales

39   INSTRUMENTS ET MECANISMES JURIDIQUES INTERNATIONAUX
39A.   Examen, évaluation et domaines d'action du droit international pour un développement durable

39B.   Mécanismes d'application

39C.   Participation effective à l'élaboration d'instruments juridiques internationaux

39D.   Différends dans le domaine du développement durable

40   L'INFORMATION POUR LA PRISE DE DECISIONS
INTRODUCTION
DOMAINES D'ACTIVITE
40A.   Elimination du fossé de l'information

40B.   Amélioration de la disponibilité de l'information

 

 

28/08/2015

L'OTAN bombe le torse déployant sa plus grande manoeuvre militaire en Europe depuis la Guerre Froide

Ils la cherchent et ils la veulent la guerre contre la Russie et la Chine !

Le problème c'est que ces nazis vont y aller à partir des territoires européens complices,  avec les peuples européens au milieu !

Parfois nous prions pour qu'une météorite tombe réellement sur NY pour nous débarrasser une bonne fois pour toutes, de tous ces criminels, malheureusement pour les américains innocents !

 

L'OTAN bombe le torse déployant sa plus grande manoeuvre militaire en Europe depuis la Guerre Froide

L'opération «réponse rapide» du 26 août à Hohenfels en Allemagne.

© Michael Dalder Source: Reuters

L'opération «réponse rapide» du 26 août à Hohenfels en Allemagne.

 

L'Alliance, Etats-Unis en tête, poursuit le déploiement massif de ses forces armées en Europe. Si les alliés disent oeuvrer pour la sécurité européenne, Moscou y voit une provocation.

L'OTAN continue ses démonstrations de force avec plus de 1000 parachutistes qui sont descendus sur Novo Selo en Bulgarie et Hohenfels en Allemagne lors de l'opération baptisée «Swift response» (réponse rapide). La 82e division aéroportée des Etats-Unis, qui a participé aux bombardements de 1999 en Yougoslavie a pris part aux exercices aux côtés de soldats allemands, français, bulgares, grecs, italiens, néerlandais, polonais, portugais, espagnols et britanniques.



 

En plus de ces entraînements aériens impressionnants, l'OTAN prévoit par ailleurs d'effectuer une opération anti-sous-marin à grande échelle du 12 au 22 septembre prochains dans la mer Ionienne. Portant le nom de «Dynamic Manta», cette dernière a pour but de coordonner les forces aériennes, terrestres, maritimes et sous-marines.

Selon le commandant de l'OTAN, ces exercices doivent «montrer [sa] capacité de déploiement pour soutenir une Europe forte et protégée». Une véritable démonstration de puissance de l'Alliance qui souhaite bien faire comprendre au monde entier que ses troupes peuvent être prêtes au combat en seulement 96 heures partout sur la planète. 

Car par «forte et protégée», l'OTAN entend «... de la Russie» qui, selon la secrétaire de l'US Air Force, Deborah James, représente le danger le plus sérieux pour la sécurité nationale des Etats-Unis. L’Amérique doit donc augmenter sa présence militaire en Europe.

Ainsi, l'armée de l'air américaine a annoncé lundi dernier le déploiement «très prochainement» d'avions F-22 Raptor dans plusieurs endroits en Europe pour rassurer ses «partenaires européens» et renforcer les systèmes de défense face à l'Est.

En juin dernier, le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter a annoncé que les Etats-Unis allaient déployer 250 blindés dans six Etats européens pour aider à «faire face aux terroristes et à la Russie».

Hier, un centre militaire conjoint de l’Alliance et de la Géorgie a été inauguré à proximité de Tbilissi non loin de la frontière russe. La diplomatie russe a qualifié cette mesure de facteur de déstabilisation de la région, affirmant que l'OTAN «continue sa politique de provocation, qui a pour but d’élargir son influence politique».

 

Guerre USA/OTAN : Changements climatiques versus dangers de la guerre nucléaire. « Trois minutes avant minuit »

Heureusement qu'OBAMA, le prix Noble du crime organisé dans le monde, devait faire du "réchauffement climatique" une priorité !

 

Quand les scientifiques se réunissent pour tirer la sonnette d'alarme sur les changements dits climatiques mais qui sont d'origine cosmique !

 

Il va falloir qu'ils disent la vérité à l'humanité et qu'ils arrêtent leurs âneries avec leur effet de serre, comme si la Terre avait un couvercle autour d'elle qui la séparait du reste du système solaire et du Cosmos, et avec le  CO2 qui est un gaz naturel que nous expirons par nos poumons, dans la fonction de respiration, et que l'on trouve dans tout l'Univers, et notamment dans les chevelures des queues des comètes.

 

 

Si le CO2 qui est un gaz toxique à haute dose, était responsable du réchauffement, comment se fait-il que nous soyons toujours en vie, alors que des animaux meurent en masse tout autour du monde et notamment les espèces marines ?

 

Changements climatiques versus dangers de la guerre nucléaire. « Trois minutes avant minuit »

Soixante‑cinq prix Nobel se sont réunis sur l’île de Mainau, au lac de Constance, dans le sud de l’Allemagne, à l’occasion de la rencontre annuelle des lauréats du prix Nobel parrainée par la fondation Lindau.

Parmi les donateurs de la réunion de la fondation Lindau figurent Lockheed Martin, la Deutsche Bank, UBS, Bayer, Merck, Novartis et Microsoft.

La question des changements climatiques était à l’ordre du jour. Il s’agissait essentiellement d’une rencontre scientifique qui n’a donné lieu à aucune déclaration ni à aucun débat scientifique sur des questions plus larges de guerre et de paix. (Pour voir le programme)

La « Déclaration de Mainau de 2015 sur les changements climatiques » compare la menace que posent les changements climatiques à celle que posait la guerre nucléaire à l’apogée de la guerre froide.

De l’avis des prix Nobel, la menace d’une guerre nucléaire appartient à une époque révolue. La guerre nucléaire n’est plus la menace principale. Aujourd’hui, ce sont les changements climatiques, « une menace d’une ampleur comparable ».

L’humanité demeure menacée, mais la menace a pris elle une nouvelle forme :

Il y a près de 60 ans, ici même sur l’île de Mainau, les participants à une réunion similaire de prix Nobel en sciences ont fait une déclaration sur les dangers inhérents à la technologie des armes nucléaires — une technologie de découverte récente dérivée des percées en science fondamentale. Jusqu’à ce jour, et malgré la menace persistante, nous sommes parvenus à éviter la guerre nucléaire. Nous croyons qu’une autre menace d’une ampleur comparable pèse aujourd’hui sur le monde1. (C’est nous qui soulignons)

Préoccupés par la question des changements climatiques, les lauréats de prix Nobel en sciences demeurent toutefois silencieux à propos des guerres USA‑OTAN en cours et des crimes de guerre commis par l’alliance militaire occidentale en Afrique, au Moyen‑Orient et en Asie centrale, sans parler des répercussions déstabilisatrices de la guerre économique.

Pendant ce temps, le Pentagone attise la guerre. Les menaces récentes de l’administration Obama de recourir à l’arme nucléaire pour effectuer une première frappe préventive non seulement contre la Russie, mais contre plusieurs États non nucléaires du Moyen‑Orient, sont tout simplement ignorées par ces mêmes prix Nobel en sciences.

Le programme militaire du Pentagone est un programme de conquête mondiale. Le déploiement militaire des forces US et de l’OTAN s’effectue simultanément dans plusieurs régions du monde.

Même si le scénario d’une 3e guerre mondiale impliquant l’usage préventif d’armes nucléaires est sur la planche à dessin du Pentagone depuis plus de dix ans, les stratèges militaires participent maintenant à la formulation de plans d’attaque concrets dirigés contre la Russie, plans qui incluent notamment le déploiement de systèmes de missile et de forces terrestres de l’OTAN sur le territoire de l’Ukraine.

L’horloge apocalyptique

Après avoir déjà formulé des mises en garde sur les dangers d’une guerre nucléaire,The Bulletin of Atomic Scientists (BAS) tient maintenant un discours différent. Selon le BAS, la guerre nucléaire constitue aujourd’hui une menace moindre par comparaison à l’époque de la guerre froide :

Aujourd’hui, la folle possibilité de l’annihilation nucléaire résultant d’une attaque délibérée des États‑Unis contre la Russie, ou de la Russie contre les États‑Unis, semble être une chose du passé,… (C’est nous qui soulignons)

Le fait est qu’il n’existe plus aucune mesure de protection issue de l’époque de la guerre froide. L’affirmation qui précède ne tient aucunement compte de la doctrine US de guerre nucléaire préventive impliquant des attaques nucléaires de première frappe comme instrument de paix et telle que formulée dans le rapport sur l’évaluation du dispositif nucléaire de 2001 (Nuclear Posture Review).

Les changements climatiques et la guerre nucléaire figurent maintenant côte à côte sur le cadran de l’horloge apocalyptique du BAS. La guerre nucléaire n’est plus la principale menace.

2015 : PLUS QUE 3 MINUTES AVANT MINUIT

« Les changements climatiques non maîtrisés, la modernisation des armes nucléaires à l’échelle mondiale et les arsenaux d’armes nucléaires surdimensionnées posent des menaces extraordinaires et indéniables à l’existence de l’humanité, et les dirigeants mondiaux ont failli à agir avec la rapidité ou avec l’ampleur nécessaires pour protéger leurs citoyens d’une catastrophe éventuelle. Ces échecs des dirigeants politiques mettent en danger la vie de chaque personne sur cette terre. » En dépit de résultats modestement positifs dans la lutte contre les changements climatiques, les efforts actuels sont tout à fait insuffisants pour prévenir le réchauffement catastrophique de la terre. Entre temps, les États‑Unis et la Russie ont entrepris de vastes programmes de modernisation de leur triade nucléaire respective — mettant ainsi en péril les traités en vigueur sur les armes nucléaires. « Il ne reste plus maintenant que trois minutes avant minuit, car les dirigeants internationaux négligent de s’acquitter de leur devoir le plus important — assurer et préserver la santé et la vitalité de la civilisation humaine. »

Des pommes et des oranges

Changements climatiques versus guerre nucléaire, « une menace d’ampleur comparable », selon les lauréats du prix Nobel en sciences.

L’évaluation scientifique des changements climatiques tient tout particulièrement compte « des répercussions de l’activité humaine » sur le climat et l’écologie de la terre. Nous sommes aux prises avec un phénomène à long terme complexe qui implique des évaluations et des mesures scientifiques.

En juxtaposant à la légère les changements climatiques et la guerre nucléaire, les scientifiques du BAS et les prix Nobel en sciences ne font essentiellement que « comparer des pommes et des oranges ». Il y a méprise fondamentale quant à la nature des liens de causalité, méprise qui sert à distraire l’opinion publique des dangers imminents de guerre mondiale.

Alors que la décision de lancer une attaque nucléaire contre un ennemi connu peut être prise et exécutée en quelques minutes seulement – c.‑à‑d. par décision du président et commandant en chef des USA – les causes, les tendances temporelles sous‑jacentes ainsi que les politiques afférentes aux changements climatiques sont de tout autre nature.

Dans l’après‑guerre froide, la guerre nucléaire est devenue une affaire de milliards et de milliards de dollars qui contribue à enrichir les entrepreneurs de la défense US. L’enjeu ici, c’est purement et simplement la « privatisation de la guerre nucléaire ». La guerre et la guerre nucléaire sont le résultat de décisions militaires et politiques concrètes prises en fonction de puissants intérêts économiques.

Quant au réchauffement climatique, lui n’est pas déclenché parce qu’un représentant de la sphère politique « appuie sur un bouton ». (Exception faite de la géoingénierie utilisée comme arme de guerre).

La campagne contre la guerre et contre la guerre nucléaire est pratiquement morte depuis l’invasion de l’Iraq en 2003.

L’enjeu pour le mouvement pacifiste consiste en définitive à mettre en cause le processus décisionnel aux plus hauts niveaux de l’appareil gouvernemental US, ce qui inclut le Département d’État, le Pentagone et les services de renseignement. Y a‑t‑il urgence? Oui, tout à fait.

Aujourd’hui, les USA et l’OTAN mènent des guerres d’agression simultanées dans plusieurs régions du monde, guerres qui vont de pair avec un processus de déstabilisation et de restructuration politiques. Sous le poids de puissantes institutions financières, des économies nationales sont mises à mal et détruites, de vastes pans de la population mondiale sont appauvris.

Pareilles mesures touchant à la sphère économique se fondent sur un processus délibéré de manipulation financière. Le Pentagone, l’OTAN, le Fonds monétaire international (FMI) et Wall Street travaillent tous de concert. Il s’agit d’un processus décisionnel coordonné aux échelons économique, géopolitique et militaire. Cela a pour nom la guerre et la « guerre financière ».

Afin de distraire l’opinion publique des dangers très réels associés à un scénario de 3e guerre mondiale, les grands médias gardent les yeux rivés sur les seuls dangers imminents associés aux changements climatiques.

Et même si les changements climatiques sont véritablement un enjeu important à l’échelle mondiale, il est essentiel à ce moment‑ci de l’histoire de comprendre la logique des guerres hégémoniques menées par les USA sous le couvert des opérations de contre‑terrorisme. Une guerre humanitaire, ça n’existe pas. Qui plus est, ces guerres sont des guerres économiques. Ce sont des guerres de conquête économique.

La campagne de propagande consiste à présenter le réchauffement climatique comme le seul danger pesant sur l’humanité, et ce, afin de limiter autant que possible la compréhension que peut avoir le public des dangers de guerre et de guerre nucléaire qui accompagnent inévitablement le processus mondial de restructuration économique néolibérale et d’appauvrissement.

Dans son discours de West Point du 28 mai 2014, le président Obama a dit : « Je crois de tout mon être au caractère exceptionnel des États‑Unis d’Amérique ». Ce qui importe le plus selon lui, c’est que « l’Amérique doit toujours être au premier rang sur la scène mondiale » et que « ce leadership aura toujours pour pilier les militaires ». L’exceptionnalisme des USA fondé sur la puissance, et non sur la diplomatie, sur le pouvoir de contrainte, et non sur le pouvoir de convaincre, voilà précisément les manifestations d’orgueil et d’arrogance qui pourraient conduire à la fin de la vie humaine. La détermination de Washington d’empêcher la montée en puissance de la Russie et de la Chine, comme l’énoncent les doctrines de Brzezinski et de Wolfowitz, est une recette de guerre nucléaire.

Les présidents US, russe et chinois ont terriblement besoin d’affirmer dans le cadre d’un forum public très en vue que l’existence des armes nucléaires entraîne la possibilité de leur utilisation et que leur utilisation en contexte de guerre aura sans doute pour conséquence l’extinction de l’humanité. Comme personne ne peut sortir gagnant d’une guerre nucléaire, ces armes devraient être interdites et détruites avant qu’elles ne nous détruisent tous. (Steven Starr, Global Research, juin 2014; c’est nous qui soulignons.)

À l’époque de la guerre froide, la doctrine de la « destruction mutuelle assurée » (MAD) primait. Les États‑Unis et l’Union soviétique comprenaient que l’utilisation d’armes nucléaires risquait d’entraîner l’émission de rayonnement nucléaire à l’échelle de la planète et de conduire à l’apocalypse nucléaire.

À l’issue de la guerre froide, cette compréhension des dangers de la guerre nucléaire (MAD) ne l’emporte plus. Qui plus est, le Pentagone a récemment rendu publique sa politique de première frappe nucléaire contre la Fédération de Russie en réaction de l’agression présumée de la Russie à l’endroit de l’Ukraine.

Devrions‑nous nous sentir préoccupés? La guerre nucléaire est-elle plus dangereuse que le réchauffement climatique?

Si ces frappes nucléaires US devaient survenir, l’humanité serait précipitée dans une Troisième Guerre mondiale qui pourrait être la « toute dernière guerre » à être livrée sur la planète terre.

Michel Chossudovsky

 

Article original en anglais :

Doomsday-clock-over-The-Earth

Climate Change versus the Dangers of Nuclear War. “Three Minutes to Midnight”, publié le 4 juillet 2015

Traduction par Jacques pour Mondialisation.ca

Note

1. La Déclaration de Mainau sur les dangers associés aux changements climatiques a été signée par 36 des 65 lauréats du prix Nobel présents.